Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

38. La vie artistique en France et les artistes polonais à la fin du xixe et au début du xxe siècle : la presse polonaise et la circulation des idées

Ewa Bobrowska-Jakubowski

Texte intégral

  • 1 Environ 140 artistes sont arrivés en France pour y effectuer un séjour dans la décennie de 1890-19 (...)

1À la fin du XIXe siècle, Paris devient la capitale artistique mondiale et attire des créateurs de diverses nationalités. Les artistes polonais, dont la condition dans leur pays d’origine est très difficile, en font partie. Durant les partages de la Pologne et jusqu’à la fin du XIXe siècle, les beaux-arts sont dans un état déplorable pour des raisons politiques, économiques et sociales. Les pouvoirs étrangers, qui recherchent la disparition des particularités nationales des Polonais, entravent leur développement intellectuel et culturel. L’art et la littérature se voient investis d’un devoir patriotique d’importance capitale pour sauvegarder l’identité nationale et la transmettre aux générations futures. Cette tâche imposée à l’art, encore tout jeune, l’écrase sous le poids de la responsabilité, bride son évolution naturelle et lui dicte une sorte de servitude idéologique à la « cause nationale ». S’y ajoute un marché de l’art morose, l’absence de collectionneurs et de mécènes ainsi que de centres d’éducation artistique supérieure. La seule possibilité pour les créateurs d’échapper à cette situation est de quitter leur pays, au moins temporairement, pour chercher leur bonheur ailleurs. À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, plus de 700 d’entre eux effectuent un séjour en France pour y étudier, se familiariser avec la scène artistique internationale, découvrir de nouveaux courants artistiques, exposer et faire carrière. Ce phénomène commence vers 1890, s’amplifie au fil des années et atteint son apogée au début des années 1910, à la veille de la Première Guerre mondiale1.

2Les raisons de l’attraction de la scène artistique de la capitale française ont été relativement bien déterminées au cours de recherches successives. Les événements artistiques sont abondants et diversifiés, et notamment les Salons, visités par un public nombreux, suivis par une critique réactive, offrant des comptes-rendus exhaustifs et détaillés et assurant la publicité aux artistes. Le remplacement progressif du système académique (salons) par le système du marché (galeries) libère les créateurs des négociations de vente et anime la scène artistique en créant une demande de nouveautés. Paris dispose d’un système d’éducation artistique large et varié, comportant d’une part la prestigieuse et vénérable École des Beaux-Arts accessible principalement aux Français, et d’autre part des écoles ou des académies libres. Très accueillantes pour les étrangers et pour les femmes, ces dernières assurent un bon niveau d’enseignement, souvent dispensé par les professeurs de l’École des Beaux-Arts. De riches collections d’œuvres de maîtres donnent aux artistes la possibilité d’exécuter des copies dans un but éducatif et lucratif.

3Cette situation extrêmement propice au développement des arts conduit à leurs profondes transformations, dont Paris est le théâtre dès les années 1860-1870, avec l’apparition des nouvelles tendances, telles l’impressionnisme, le synthétisme de Gauguin et des Nabis, le symbolisme, le post-impressionnisme, l’Art nouveau, jusqu’aux avant-gardes du début du XXe siècle. Ces nouveautés fascinent les créateurs à travers le monde.

4En revanche, la question de la circulation des idées et plus précisément de la façon dont la renommée de Paris arrive en Pologne nous paraît toujours insuffisamment élucidée. Il est clair que les facteurs qui aident cette circulation sont nombreux : la présence de l’émigration polonaise en France qui facilite les contacts des Polonais avec la France, la tradition des voyages artistiques en France depuis l’époque du roi Stanislas Auguste Poniatowski, « le bouche à oreille » entre les artistes ayant déjà effectué le voyage et les novices, ainsi que les expositions des œuvres des artistes polonais travaillant en France. La presse, qui connaît à l’époque un développement important, y joue un rôle essentiel. C’est précisément ce rôle qui mérite, à nos yeux, une analyse plus approfondie pour déterminer le genre de phénomènes qui intéressent les médias et la façon dont ils sont relatés. C’est dans cette perspective que nous proposons, en tant qu’« étude de cas », d’examiner le contenu de l’année 1895 d’un des principaux titres de la presse culturelle polonaise de cette époque : le Tygodnik Ilustrowany (L’hebdomadaire illustré). Nous avons choisi l’année 1895 qui se situe au milieu de la première période d’affluence des artistes polonais à Paris.

  • 2 Les articles furent ensuite rassemblés dans un recueil intitulé Sztuka i krytyka u nas (L’art et l (...)

5Avant de passer au dépouillement de Tygodnik, rappelons que les premières informations notables au sujet de la scène artistique française dans la presse polonaise étaient dues au sculpteur Cyprien Godebski (1835-1909). Né de parents polonais réfugiés en France après l’échec de l’insurrection de 1830, élève de l’École nationale polonaise à Paris, puis du sculpteur Jouffroy, il mène une carrière artistique européenne brillante. À l’occasion d’un séjour dans la patrie de ses parents, il publie en 1875-1876 une série de vingt-cinq Lettres sur l’art dans les colonnes de la Gazeta Polska (La Gazette polonaise). Après avoir constaté l’état déplorable des beaux-arts en Pologne, il fait connaître au lecteur polonais, notamment par ses comptes-rendus des Salons parisiens, l’art français de l’époque. Il présente des artistes d’avant-garde, dont le sculpteur François Rude, les peintres Jean-Auguste-Dominique Ingres et Eugène Delacroix, les paysagistes de l’École de Barbizon comme Camille Corot, Constant Troyon, Charles-François Daubigny, Jean-François Millet ainsi que Gustave Courbet. Il consacre beaucoup d’attention au symboliste Pierre Puvis de Chavannes. En revanche, il se montre critique par rapport aux célébrités de l’époque, tels Ernest Meissonier, Édouard Detaille, William Bouguereau ou Alexandre Cabanel, désignés aujourd’hui comme peintres académiques. En quittant Varsovie en 1876, Godebski facilite à quelques jeunes artistes polonais, dont Jozef Chelmonski, un voyage à Paris. Cependant, ses articles ne semblent pas avoir eu d’impact immédiat sur l’état des beaux-arts en Pologne, puisqu’une dizaine d’années plus tard, Stanisław Witkiewicz (1851-1915), peintre, critique d’art et personnage-clé de la vie culturelle polonaise à la fin du XIX e siècle, reprend la lutte de son prédécesseur en faveur du rapprochement de l’art polonais de celui de l’Europe occidentale. Lui aussi publie une série d’articles2, cette fois dans les colonnes de Wedrowiec (Le Voyageur), à partir de 1884. Il y dénonce l’état immuablement navrant des beaux-arts et la dramatique condition d’artiste en Pologne, et les compare à la situation à l’étranger. Il s’exprime avec l’admiration de la scène artistique française :

  • 3 Witkiewicz S., « Malarstwo i krytyka u nas » [« La peinture et la critique chez nous »], Wedrowiec (...)

Quoi qu’il en soit, ce sont aujourd’hui les Français qui ont, sur le continent européen, les meilleurs critiques. Parce que seule une nation qui a un art vivant, qui se renouvelle sans arrêt depuis de longues années et qui est en possession d’innombrables trésors artistiques des temps anciens, peut avoir une critique vivante, indépendante et universelle. Ces qualités sont visibles non seulement dans des ouvrages scientifiques spécifiques, mais aussi dans la critique3.

  • 4 Witkiewicz S., « Listy z Paryza » [« Les lettres de Paris »], Słowo [La Parole], no 32, 1884, ou «  (...)
  • 5 Witkiewicz S., « Impresjonizm » [« L’impressionnisme »], Kurier Warszawski [Le Courrier de Varsovie(...)
  • 6 Publié à Paris par la Librairie Gemer Baillière et Cie en 1878.

6La question capitale pour le développement des arts visuels de l’époque, celle de l’impressionnisme, apparaît dans la presse polonaise relativement tard, en 1884. Elle est abordée brièvement dans des correspondances4 de Paris. La présence des œuvres impressionnistes à l’exposition universelle de Paris en 1889, ainsi que l’exposition en janvier 1890 au Salon Krywult à Varsovie des premiers tableaux impressionnistes des peintres Jozef Pankiewicz et Wladysław Podkowinski, « contaminés » par la nouvelle stylistique, obligent des critiques polonais à se positionner vis-à-vis de ce problème. En 1892, Stanisław Witkiewicz prend la parole dans les colonnes du Kurier Warszawski (Le Courrier de Varsovie)5. Il y dresse un panorama des phénomènes artistiques récents en France, dont le symbolisme dans la poésie française, la peinture de Giovanni Segantini, les idées d’Edmond de Goncourt et l’ouvrage Principes scientifiques de beaux-arts. Essais et fragments de théorie par E. Brücke6, qui met l’impressionnisme dans une large perspective. L’article de Witkiewicz bouleversa de façon positive le milieu des artistes, et de façon négative le milieu des critiques.

  • 7 Przesmycki Z., « Maurycy Maeterlinck i jego stanowisko we współczesnej poezji belgijskiej » [« Maur (...)
  • 8 « Symbolisci w sztukach plastycznych » [« Les symbolistes dans les arts plastiques »], Przeglad Ty (...)
  • 9 Zapolska G., « VI list » [« VIe lettre »], Przeglad Tygodniowy [La Revue hebdomadaire], no 28, 1894 (...)

7Ponctuellement, d’autres tendances artistiques et littéraires en France sont également commentées dans la presse polonaise. Ainsi, en 1891, Zenon Przesmycki publie un essai sur Maurice Maeterlinck et sa place dans la poésie belge de l’époque7 et analyse, pour la première fois dans la littérature polonaise, le symbolisme. En 1892, un article sur les symbolistes dans les arts plastiques8 est publié dans Przeglad Tygodniowy (La Revue hebdomadaire). En 1894, Gabriela Zapolska, liée avec le peintre Paul Sérusier, envoie à la même revue sa VIe lettre9, consacrée à Gauguin et aux Nabis.

  • 10 La parution de Zycie [La Vie] s’arrête en 1900. La revue se voulait avant-gardiste et son but, sou (...)

8Il est à remarquer que les publications traitant des questions artistiques apparaissent dans les titres généraux à caractère culturel, tels Przeglad Tygodniowy (La Revue hebdomadaire), Swiat (Le Monde), Kurier Warszawski (Le Courrier de Varsovie), Wedrowiec (Le Voyageur) ou Tygodnik Ilustrowany (L’Hebdomadaire illustré). La presse artistique ne fait son apparition en Pologne qu’en 1897 avec Zycie (La Vie)10, un hebdomadaire illustré littéraire, artistique et scientifique.

  • 11 En version originale : Tygodnik Illustrowany : pismo obejmujące ważniejsze wypadki spółczesne, życ (...)

9Le choix de Tygodnik Ilustrowany pour notre analyse a été dicté par la grande popularité de cet hebdomadaire auprès des lecteurs polonais, ainsi que par l’intérêt porté par son comité de rédaction à l’image qui se reflète dans son titre même. Il paraît à Varsovie dans les années 1859-1939, initialement sous le titre Revue hebdomadaire : couvrant des événements actuels importants, des biographies des gens célèbres, des monuments historiques et des souvenirs nationaux, des voyages, des romans et des poésies, des comptes-rendus du domaine des beaux-arts, de la littérature, des sciences, de l’agriculture, de l’industrie et des inventions, des esquisses de mœurs et humanistes, des types paysans, des costumes, de l’archéologie, etc.11. Cet inventaire définit bien son large profil. Chaque numéro de Tygodnik est orné de nombreuses illustrations, notamment de reproductions d’œuvres d’art. La rubrique des nouvelles, outre la nécrologie, des informations de la vie politique, scientifique, féminine et de faits divers, publie également des informations du monde des arts, sous le titre « Ze sztuki » (« De l’art »). Les articles consacrés aux sujets artistiques se font cependant plus rares.

10Étant donné l’importance que ce périodique accorde à l’image, nous proposons d’étudier d’abord les illustrations qu’il contient. Au total, les 52 numéros de l’hebdomadaire comportent environ 140 reproductions d’œuvres d’art, dont plus de 100 d’artistes polonais, 14 d’artistes français et sporadiquement d’artistes étrangers, parmi lesquels se trouvent des Italiens (Bianca Dall’Occa, Cesare Laurenti, Erulo Eroli, Alessandro Zezzos), Espagnols (José Benlliurey y Gil, Miguel Angel Trilles), Allemands (Hans Dahl, Erich Brunkal), Anglais, Hongrois (Stefan Csok), Tchèques (Wacław Brozik), Russes (Ilja Repin), Belges (Jan Portaels) et autres. Les œuvres reproduites représentent, pour la plupart, des scènes historiques (par exemple, Ataman de Repin), religieuses (La prière de Stanisław Grocholski, Après les Vêpres de José Benlliurey y Gil), galantes (La Chasse de Jozef Wodzinski) et des compositions à caractère moralisateur (Mauvaise conscience de Cesare Laurenti ou La Calomnie de Jan Portaels). À titre exceptionnel apparaissent des œuvres symbolistes, avant-gardistes à l’époque, comme L’œuvre inachevée d’Antoni Kamienski ou Le Nouvel An de Julian Maszynski.

  • 12 « Nasze ryciny » [« Nos illustrations »], Tygodnik Illustrowany, no 3, 1895, p. 50.

11Nous regarderons une quinzaine de reproductions des œuvres exécutées par les artistes français ou polonais vivant en France dans l’ordre chronologique de leur parution. Notre revue commence par La Ballade de Paul Merwart, un « artiste polonais de talent » séjournant à Paris. Suit le Frou-frou de Jules-Victor-Georges Clairin (Illustration 1), « peintre de genre et portraitiste, décédé récemment en France, qui excellait dans la composition des personnages féminins, pleins de grâce et d’élégance »12. Clairin (1843-1919), élève de Picot puis de Pils, fait ses débuts au Salon de 1866, puis se rend en Espagne où il est fasciné par l’Alhambra à Grenade. En 1870, il effectue un séjour d’un an à Tanger, qui aboutira à des toiles orientalistes envoyées aux Salons. Charles Garnier lui confiera certains décors de l’Opéra de Paris. Clairin réalisera ensuite de nombreux voyages en Italie, en Espagne, en Algérie et en Égypte. Il est également célèbre grâce à ses portraits, notamment ceux de la comédienne Sarah Bernhardt.

12Le tableau envoyé par Paul-Émile Boutigny au Salon des Champs-Élysées, Les derniers instants du maréchal Lannes, est reproduit dans le numéro 5 (Illustration 2). Le commentaire de l’œuvre fournit d’abondants détails biographiques sur le maréchal et précise que la scène représente le triste moment où « Napoléon plie le genou devant Lannes affaibli par une opération qu’il vient de subir. L’Empereur regarde le visage du blessé et lui serre la main ». Boutigny (1854-1929), élève de Cabanel à l’École des Beaux-Arts, expose régulièrement au Salon et reçoit de nombreux prix et médailles. Son œuvre est constituée principalement des sujets tirés de l’histoire militaire de France, notamment de la période napoléonienne, dont la composition Les derniers instants du maréchal Lannes fait partie.

13Le tableau d’Henri Danger Aimez-vous les uns les autres, qui venait d’être acheté par la Ligue de la paix, est reproduit dans le numéro 9. « L’artiste nous montre le Christ, méditant douloureusement sur les cadavres des victimes de la guerre […]. La noble aspiration de cette œuvre va de pair avec sa brillante réalisation. » (Illustration 3). Danger, né en 1857, fut élève de Gérôme et d’Aimé Millet ; il débuta au Salon de 1886. Il obtint le Prix de Rome en 1887 et jouit d’une grande renommée dans les années 1890.

14Une composition à caractère religieux de Jean Béraud, Le Chemin de croix, orne le numéro 14 (Illustration 4).

Jean Béraud, un Français né à Saint-Pétersbourg en 1849, élève de Bonnat, s’occupait jusqu’alors de la peinture de genre, ainsi que de l’illustration pour laquelle il montrait un talent plus particulier. Il traitait les motifs mondains de la vie parisienne en décrivant parfaitement les types et les endroits. En suivant les symbolistes réalistes d’aujourd’hui, il a tenté d’exprimer une idée éternelle dans une forme contemporaine. Voici le Christ représentant la vérité, l’amour, la lumière porte sa croix sur le Golgotha, entouré d’une foule de criards remplis de haine, des cyniques, des dénigreurs et des pharisiens. Il rencontre sur son chemin un groupe de fidèles qui lui tendent les bras en l’implorant, avec confiance et humilité, comme s’ils criaient « Notre Sauveur, tu es la vérité, tu es la vie ». L’artiste français a procédé à une actualisation heureuse de ce sujet, même si nous sommes obligé d’avouer que nous ne sommes pas partisan de cette tendance dans l’art.

15Béraud (1849-1935), peintre de genre, n’appartient pas au groupe des impressionnistes, même s’il est souvent désigné comme tel. Il connaît le succès en 1876, grâce à son tableau Le Retour de l’enterrement. Nommé chevalier (1887), puis officier de la Légion d’honneur (1894), il est certainement le peintre le plus célèbre de la vie parisienne pendant la Belle Époque, avec ses ambiances feutrées, bourgeoises, décrites avec brio par un autre habitué des salons littéraires et des cafés à la mode, Marcel Proust, dont il est proche.

16Le numéro 17 comporte la reproduction du tableau d’un élève d’Alexandre Cabanel, Jean-Joseph Benjamin-Constant, « auteur de la fameuse Entrée de Mohammed II à Constantinople ». Il s’agit de Zoraïda, une étude apportée (comme tant d’autres) de son voyage à travers l’Espagne et l’Afrique du Nord, et transformée ensuite en « composition qui se distingue par une richesse orientale des figures, du fond, de l’entourage et par une excellence de couleurs » (Illustration 5). Benjamin-Constant (1845-1902), peintre orientaliste et graveur, fut l’un des portraitistes favoris de la haute société à la fin du XIXe siècle. Sa première manière est influencée par Eugène Delacroix et par ses voyages en Espagne en 1870 et au Maroc en 1872 en compagnie du peintre Georges Clairin cité plus haut. Il exécute des portraits et des compositions décoratives, dont les plafonds de l’Hôtel de ville de Paris et du Théâtre national de l’Opéra-comique, ainsi que plusieurs peintures murales à la Sorbonne. Il est également apprécié en tant que professeur à l’École des Beaux-Arts de Paris et à l’Académie Julian.

17Le tableau La joyeuse compagnie de Ferdinand Roybet, élève de Vibert et de l’École des Beaux-Arts de Lyon, est reproduit dans le numéro 20 (Illustration 6). Il s’agit d’un artiste qui « appartient aujourd’hui aux plus talentueux peintres de genre en France qui traite des sujets à la manière de peintres flamands, dans une exquise gamme de couleurs claires et vives ». Il débute au Salon parisien en 1865. L’année suivante, il connaît le succès en présentant son Fou sous Henri III applaudi par la critique, qui sera le début d’une très longue série de figures en costumes : reîtres, mousquetaires, courtisans… Artiste reconnu, il est décoré de la Légion d’honneur en 1893. Doué d’un grand talent de portraitiste, il compte parmi sa clientèle de nombreux amateurs célèbres et fortunés.

18Suit, dans le numéro 24, La procession de Corpus Christi, composition de Jules Breton (1827-1906), l’un des plus célèbres peintres des scènes paysannes en France. L’artiste fait son apprentissage en Belgique, puis à Paris chez Ingres et chez Horace Vernet. Son style réaliste, naturaliste puis symboliste vers la fin de sa vie, s’épanouit dans la représentation des paysans, très à la mode dans le milieu intellectuel français face à la montée de l’industrialisation provoquant un exode rural. Par le biais d’un réalisme moralisant, l’artiste cherche à idéaliser ce monde paysan dans sa vie quotidienne. Il est très populaire en son temps, officiellement consacré, obtient médailles, décorations et achats de l’État.

19La couverture du numéro 28 est ornée de la reproduction du pastel d’Amélie Beaury-Sorel, À quoi pense-t-elle ? (Illustration 7). Amélie Beaury-Sorel (1849-1924), élève de l’Académie Julian, se consacre très sérieusement à sa carrière d’artiste peintre qui débute au Salon en 1874. Reconnue comme une artiste majeure dès le Salon de 1880, ses œuvres sont souvent primées. En 1895, elle épouse le directeur de l’Académie Julian, Rodolphe Julian. Après leur mariage, Madame Julian continue à jouer un rôle important dans l’administration des ateliers féminins sans négliger sa carrière d’artiste, et notamment de portraitiste renommée.

20Nous retrouverons ensuite les Baies d’Émile Munier, un tableau exposé au Salon des Champs-Élysées, dans le numéro 39 de l’hebdomadaire (Illustration 8). Émile Munier (1840-1895), d’abord artiste tapissier à la Manufacture nationale des Gobelins, apprend à dessiner et à peindre auprès d’Abel Lucas, professeur à l’École des Beaux-Arts de Paris et aux Gobelins, puis auprès de William Bouguereau. Au cours des années 1860, il est trois fois médaillé aux Beaux-Arts. En 1869, l’artiste débute au Salon et s’adonne désormais uniquement à la peinture. Dans les années 1880, les succès arrivent, en particulier des prix de Salons, grâce à des peintures d’enfants, mais aussi des scènes religieuses et campagnardes. Ses œuvres plaisantes et attendrissantes attirent de nombreux amateurs non seulement en France, mais aussi aux États-Unis.

21Sur le chemin d’Alfred Paris illustre le numéro 40 et un autre tableau du Salon, Murat à Iéna par Henri-Georges-Jacques Chartier (1859-1924) le numéro 42. Nous retrouvons une sculpture de Jean Hugues, La Victoire dans le numéro 49. Jean Hugues, sculpteur français (1849-1930), Grand Prix de Rome de sculpture en 1875 et pensionnaire à la villa Médicis, acquit une notoriété de son vivant grâce à ses envois aux Salons régulièrement commentés par les critiques et littérateurs de l’époque. Son œuvre, si elle est peu abondante, est variée, allant du décor monumental à la statue de salon ou au bibelot. Bénéficiant essentiellement des commandes de l’État ou de riches particuliers, il a réalisé plusieurs sculptures d’extérieur comme La Fontaine des Danaïdes à Marseille ou ornementales comme La Gravure à la Bibliothèque Nationale, des frontons et bas-reliefs pour des monuments tels que le Petit-Palais à Paris.

22Enfin, la composition d’Albert-Ferdinand Le Dru, Alexandra Barrau, grenadier du 2e bataillon, est publiée dans le numéro 50 (Illustration 9). Certains des artistes dont les œuvres ont été reproduites dans L’Hebdomadaire illustré sont aujourd’hui complètement oubliés ; c’est le cas de Le Dru, dont nous savons seulement qu’il est né en 1848 et qu’il était élève du peintre de genre et de scènes militaires Louis-Antoine Tiremois. Il expose au Salon à partir de 1876, où il obtient en 1894 une médaille de troisième classe. Nous ne connaissons que peu d’œuvres de lui, toujours d’inspiration militaire, dont La Tour d’Auvergne prisonnier (aujourd’hui au Musée des beaux-arts de Quimper), Le Duc de Chartres à la bataille de Jemmapes vendu aux enchères en 1996, ainsi que La défense de Fontenelle, illustrant l’un des épisodes de la guerre de 1794 qui opposa les troupes de la République à l’armée autrichienne. D’autres « oubliés » sont Alfred Jean Marie Paris, Henri Chartier et Jean Hugues.

  • 13 « Miejscem zwyciestwa, jakie po raz pierwszy mlode polskie malarstwo odnioslo w osobie Rodakowskie (...)
  • 14 « […] w 1864 opuszcza Wieden, przybywa do Paryza i zapisuje sie do szkoly slynnego malarza Cogniet (...)

23Tygodnik Ilustrowany nous apprend de façon indirecte combien la scène artistique parisienne était importante pour les Polonais, à travers les informations sur les succès que les artistes polonais ont eu dans la capitale française. Le critique Piatkowski retrace la carrière du peintre Henryk Rodakowski en ces mots : « Le lieu de la première victoire de Rodakowski, et avec lui de toute la jeune peinture polonaise était Paris, cette capitale du monde de la science, de l’art et du progrès, c’est à Paris qu’a été tissé le premier maillon de la chaîne qui, avec le temps, devait nous relier avec l’Europe de l’Ouest dans le domaine consacré au culte de la beauté. Depuis ce temps, le nombre de ces maillons a beaucoup augmenté grâce aux efforts d’autres artistes »13. Et le critique continue ainsi : « En 1864, il [Rodakowski] quitte Vienne, arrive à Paris et entre à l’école du célèbre peintre Cogniet. Nous ne connaissons pas les premières œuvres du maître, il ne les a pas exposées, attendant visiblement que son talent soit totalement mûri. Il débute avec le Portrait de Dembinski qui apporte immédiatement à son auteur la renommée de portraitiste de premier ordre et une médaille de première classe. Il faut feuilleter les critiques du Salon de 1852 pour se rendre compte de l’impression faite par le tableau de Rodakowski dans la capitale française. Hier inconnu, le jeune artiste devient une personnalité célèbre dans les larges cercles, des commandes affluent de plus hautes sphères »14.

24L’importance de Paris ressurgit dans l’article commémoratif consacré au peintre Wladysław Podkowinski : « Le fait le plus important de la vie de Podkowinski était son séjour de 9 mois à Paris en 1889 au moment de l’exposition universelle. Ce court laps de temps a eu une influence décisive sur le jeune artiste, le transformant en fervent admirateur des œuvres des impressionnistes français qui, rassemblées alors en un nombre important, lui ont fait découvrir des horizons plus larges. Après son retour au pays, il emprunte la même voie »15.

  • 15 « Ze sztuki », Tygodnik Ilustrowany, no 10, 1895.
  • 16 « Najwazniejszym faktem w zyciu Podkowinskiego byl 9-miesieczny pobyt w Paryzu w 1889 w czasie wys (...)
  • 17 Ibid., no 17, 1895, p. 279.

25En janvier 1895, le lecteur polonais est informé que la Revue illustrée du 1 er janvier 1895 comporte un article de Rodolphe Darzens, La chasse aux coqs de bruyère, illustré par le peintre polonais Jozef Chelmonski. Un dessin du même artiste, Le berger des cochons dans la région de Varsovie, « est offert en prime aux lecteurs de la revue ». Tygodnik mentionne deux tableaux de Swieykowski, jeune artiste polonais installé dans la capitale française, qui attirent l’attention générale à l’exposition de l’Union artistique à Paris15. La sculpture de Konstanty Laszczka, Le désespoir de la jeune fille, est cité dans le numéro16. Les envois au Salon des Indépendants des deux artistes polonais Mirosław Peske et Wladysław Slewinski, « travaillant dans le courant impressionniste », sont également signalés17. Une attention spéciale est accordée à la participation des Polonais aux grands Salons parisiens, celui de la Société Nationale des Beaux-Arts et celui de la Société des Artistes Français.

  • 18 Ibid., no 6, 1895, p. 103.
  • 19 Ibid., no 20, 1895, p. 327 ; no 22, p. 359 ; no 24, p. 391.

26Tygodnik apporte également des informations au sujet des œuvres des artistes français ou polonais travaillant en France et exposées en Pologne. Ainsi mentionne-t-il l’exposition, au Salon artistique de Varsovie, d’un tableau grand format de l’artiste parisien Weiss, L’enlèvement d’Angélique, une composition tirée du Roland furieux de l’Arioste18. Il indique aussi une autre composition de grand format d’Anna Bilinska, jeune peintre polonaise morte en 1893, dont l’art a mûri durant un séjour de dix ans à Paris. Le tableau représentant un concierge parisien, le Petit Journal dans la main, fut exposé au Salon parisien en 1892. Le titre consacre également beaucoup d’intérêt à l’exposition Rêve d’une mère au Salon Krywult à Varsovie d’un artiste polonais établi à Paris, Czesław Jankowski19.

  • 20 Ibid., no 13, 1895, p. 215.

27La revue rappelle à plusieurs reprises l’exposition d’environ 60 œuvres des maîtres français et belges contemporains au Salon artistique de Varsovie. Avec les œuvres de Benjamin-Constant, Hippolyte-Camille Delpy, Camille Corot, Johan Barthold Jonkind, « C’est peut-être la première occasion pour le public varsovien de faire connaissance avec les forces artistiques de premier ordre de l’Europe occidentale »20.

  • 21 Kos W., « Corot », Tygodnik Illustrowany, no 31, 1895, p. 75-77.

28En revanche, les articles au sujet des artistes ou de la scène artistique française sont rares. La revue publie un seul texte, celui sur Camille Corot21, dû probablement à Wincenty Kosiakiewicz, homme de lettres et correspondant de diverses revues polonaises. L’article paraît à l’occasion d’une exposition rétrospective organisée à Paris pour commémorer le vingtième anniversaire de la mort du peintre. Le correspondant de l’hebdomadaire rappelle la biographie de l’artiste et le rôle révolutionnaire qu’il a joué dans le développement de la peinture de paysage en France, grâce à la simplicité et la recherche de l’inspiration directement dans la nature. Sans avoir de prétentions d’un grand critique, le journaliste se montre ici sensible et bon observateur.

  • 22 Kos W., « Na polu Marsowem. Salon 1895 », Tygodnik Illustrowany, no 18, 1895, p. 285-286.

29Le même auteur fournit également le compte-rendu des deux Salons officiels à Paris, celui de la Société Nationale des Beaux-Arts au Champ de Mars, et débutant quinze jours après le premier, le Salon de la Société des Artistes Français aux Champs-Élysées. Parmi les 5 000 tableaux, le correspondant distingue les Bretonnes de Pascal Dagnan-Bouveret. Il considère les grands formats exposés inintéressants, à part celui de Pierre Puvis de Chavannes, « doyen de la peinture française de l’époque ». Il apprécie l’imagination de son auteur dans des compositions décoratives à caractère symboliste, même s’il avoue ne pas toujours les comprendre. Parmi d’autres tableaux, des œuvres d’Alfred Roll, de Léon Lhermitte et d’Eugène Carrière attirent son attention. Il se plaint du manque quasi-total de scènes historiques et souligne l’excellence habituelle des portraits français, tout en confiant au lecteur polonais que même si les paysages sont aussi d’un bon niveau, ils ne peuvent tout de même pas rivaliser avec le moindre coup de pinceau de Chelmonski22 !

30Selon le correspondant de Tygodnik, le Salon des Artistes Français est plus attirant que celui de la Société Nationale des Beaux-Arts, notamment dans le domaine de la sculpture avec des œuvres d’Emmanuel Frémiet ou de Jean Hugues cité plus haut. Il mentionne également quelques tableaux étrangers, dont des compositions de Mihaly Munkacsy. Cependant, ce sont les Polonais qui l’intéressent en premier lieu et il les énumère soigneusement.

  • 23 Comme nous l’avons dit plus haut, nous trouvons une quinzaine de reproductions d’œuvres françaises (...)

31Cette description rapide du contenu de Tygodnik nous permet de tirer quelques conclusions concernant la façon dont la presse polonaise parle de l’art français. Nous constatons d’abord qu’elle s’attache en premier lieu aux artistes polonais et aux événements artistiques en Pologne. Les nouvelles à propos de la vie artistique polonaise sont très détaillées, rapportent les déplacements des artistes aussi bien dans le pays qu’à l’étranger, leurs œuvres entamées, leurs projets et leurs expositions. Le choix des illustrations suit le même intérêt. Les Français sont mieux représentés que d’autres artistes étrangers, même s’il faut souligner l’effort de la revue de montrer au lecteur polonais des créateurs de différents pays européens23. Du point de vue stylistique, les œuvres reproduites sont très majoritairement académiques, suivant la vieille tradition. Les responsables de la revue ne font aucun effort pour montrer l’avant-garde artistique. Malgré une analyse approfondie, nous ne sommes pas arrivées à déterminer des critères clairs de la sélection des œuvres reproduites. Parfois, mais pas systématiquement, il s’agit d’actualité, par exemple des œuvres exposées aux Salons, ou bien celles des artistes récemment décédés. Il est évident en revanche que la revue favorise des artistes officiels, à succès, médaillés ou primés aux Salons ou décorés de la Légion d’honneur. Visiblement, le grand public exige des valeurs sûres. C’est aussi certainement pour satisfaire le goût du grand public que les sujets des tableaux publiés sont décoratifs et plaisants, comme des portraits de jolies femmes ou d’enfants de Munier. D’autres sont narratifs, comme les scènes historiques et notamment des épisodes de l’épopée napoléonienne (Les derniers instants du maréchal Lannes ou Murat à la bataille d’Iéna) si chers aux Polonais. Le souci de pédagogie dicte aux rédacteurs de choisir des tableaux à caractère moralisateur et religieux, comme Aimez-vous les uns les autres ou Le chemin de croix. Il faut également souligner le fait de reproduire des œuvres des professeurs de l’École des Beaux-Arts, et plus encore des professeurs de l’Académie Julian, comme Jean-Jacques Benjamin-Constant ou Amélie Beaury-Sorel, probablement pour les faire connaître auprès des candidats potentiels aux voyages d’études. En revanche, nous ne trouvons pas parmi les œuvres reproduites d’écho de grands bouleversements que l’art français subissait alors depuis une vingtaine d’années. Pas une trace d’œuvre d’impressionniste, ni de Gauguin, ni de Nabi. En regardant les œuvres publiées dans Tygodnik, il est difficile de croire que la revue rendait compte d’une scène artistique qui connaissait Manet, Monet, Renoir, Cézanne ou Van Gogh. Il ne me semble pas que les exemples présentés par la revue pouvaient vraiment être attrayants pour les jeunes artistes polonais en quête des nouveautés dans l’art. C’est plutôt le fait de parler de Paris comme d’un grand centre artistique et en particulier des succès des artistes polonais vus comme un exploit possible à accomplir et un anoblissement qui pouvait inciter des créateurs à s’y rendre.

32Vu les résultats de notre analyse, il ne faut certainement pas négliger le rôle de la presse culturelle à caractère général dans la circulation d’idées. Cependant, il faut garder à l’esprit le fait que des textes consacrés aux phénomènes d’avant-garde, tels que les Lettres de Godebski, de Witkiewicz ou de Zapolska ont été rares et que des œuvres académiques, des « valeurs sûres » appréciées du grand public remplissaient les colonnes de ces revues pour garantir leur popularité.

Illustrations

1- Clairin Jules-Victor-Georges, Frou-Frou, reproduit dans Tygodnik Ilustrowany [Hebdomadaire illustré], no 3, 1895.

2- Boutigny Paul-Émile, Les derniers instants du maréchal Lannes, reproduit dans Tygodnik Ilustrowany, no 5, 1895.

3- Danger Henri, Aimez-vous les uns les autres, reproduit dans Tygodnik Ilustrowany, no 9, 1895.

4- Béraud Jean, Le Chemin de croix, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 14, 1895.

5- Benjamin-Constant Jean-Joseph, Zoraïda, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 17, 1895.

6- Roybet Ferdinand, La joyeuse compagnie, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 20, 1895.

7- Beaury-Sorel Amélie, À quoi pense-t-elle ?, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 28, 1895.

8- Munier Émile, Baies, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 39, 1895.

9- Le Dru Albert-Ferdinand, Alexandra Barrau, grenadier du 2e bataillon, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 50, 1895.

Notes

1 Environ 140 artistes sont arrivés en France pour y effectuer un séjour dans la décennie de 1890-1900, environ 200 entre 1900-1910 et 250 entre 1910-1918. Voir Bobrowska-Jakubowski E., Le milieu des artistes polonais en France 1890-1918. Communautés et individualités, thèse de Doctorat en histoire de l’art, ss. dir. F. Levaillant, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2001 ; Bobrowska-Jakubowski E., Artysci polscy we Francji w latach 1890-1918. Wspolnoty i indywidualnosci, Warszawa, DiG, 2004.

2 Les articles furent ensuite rassemblés dans un recueil intitulé Sztuka i krytyka u nas (L’art et la critique chez nous) publié en 1891.

3 Witkiewicz S., « Malarstwo i krytyka u nas » [« La peinture et la critique chez nous »], Wedrowiec [Le Voyageur], no 52, 1884 ; no 5-9, 1885, p. 12 ; repris dans Sztuka i krytyka u nas, op. cit., p. 41-42 (texte d’origine en polonais, traduction EB).

4 Witkiewicz S., « Listy z Paryza » [« Les lettres de Paris »], Słowo [La Parole], no 32, 1884, ou « List o sztuce przez Adama B… » [« La lettre sur l’art par Adam B… »], Tygodnik Powszechny [L’Hebdomadaire universel], no 8, 1885.

5 Witkiewicz S., « Impresjonizm » [« L’impressionnisme »], Kurier Warszawski [Le Courrier de Varsovie], no 353-360, 1891 ; no 4-5, 1892.

6 Publié à Paris par la Librairie Gemer Baillière et Cie en 1878.

7 Przesmycki Z., « Maurycy Maeterlinck i jego stanowisko we współczesnej poezji belgijskiej » [« Maurice Maeterlinck et sa place dans la poésie belge contemporaine »], Swiat [Le Monde], no 3, p. 58, et les 14 numéros suivants.

8 « Symbolisci w sztukach plastycznych » [« Les symbolistes dans les arts plastiques »], Przeglad Tygodniowy [La Revue hebdomadaire], no 21, 1892, p. 256 ; no 23, p. 277 ; no 24, p. 290.

9 Zapolska G., « VI list » [« VIe lettre »], Przeglad Tygodniowy [La Revue hebdomadaire], no 28, 1894, p. 324 ; no 29, p. 333 ; no 30, p. 341.

10 La parution de Zycie [La Vie] s’arrête en 1900. La revue se voulait avant-gardiste et son but, sous la direction de Stanisław Przybyszewski et de Stanisław Wyspianski, était de présenter des tendances intellectuelles actuelles, de servir la littérature et l’art polonais tout en rendant compte des mouvements littéraires et artistiques à l’étranger, avec par exemple les œuvres de Gustave Flaubert, de Joris-Karl Huysmans, de Stéphane Mallarmé, d’Octave Mirbeau et de Paul Verlaine.

11 En version originale : Tygodnik Illustrowany : pismo obejmujące ważniejsze wypadki spółczesne, życiorysy znakomitych ludzi, zabytki i pamiątki krajowe, podróże, powieści i poezye, sprawozdania z dziedziny sztuk pięknych, piśmiennictwa, nauk przyrodniczych, rolnictwa, przemysłu i wynalazków, szkice obyczajowe i humanistyczne, typy ludowe, ubiory i kostiumy, archeologię i. t. d.

12 « Nasze ryciny » [« Nos illustrations »], Tygodnik Illustrowany, no 3, 1895, p. 50.

13 « Miejscem zwyciestwa, jakie po raz pierwszy mlode polskie malarstwo odnioslo w osobie Rodakowskiego, byl Paryz, owa stolica swiata nauki, sztuki i postepu, - w Paryzu zadzierzgniete zostalo pierwsze ogniwo lancucha, ktory mial z biegiem czasu polaczyc nas z Europa zachodnia w dziedzinie, kultowi piekna poswieconej. Od tego czasu ogniw tych pomnozyla sie liczba, dzieki usilowaniom pozniejszych artystow. », dans Piatkowski H., « Henryk Rodakowski », Tygodnik Ilustrowany, no 1, 1895, p. 5.

14 « […] w 1864 opuszcza Wieden, przybywa do Paryza i zapisuje sie do szkoly slynnego malarza Cognieta. Pierwsze utwory mistrza sa nam nieznane, nie wystawial ich bowiem, czekajac widocznie na zupelne rozwiniecie swego talentu. Portret Dembinskiego jest debiutem i od razu przynosi swemu tworcy slawe pierwszorzednego portrecisty, razem z medalem klasy I-szej. Trzeba przegladnac krytyki z Salonu r. 1852, aby zdac sobie sprawe z wrazenia, jakie wywarl obraz Rodakowskiego w nadsekwanskiej stolicy. Wczoraj nieznany, mlody artysta staje sie popularna w kolach szerszych osobistoscia, zamowienia plyna ze sfer najwyzszych. », dans ibid., p. 6.

15 « Ze sztuki », Tygodnik Ilustrowany, no 10, 1895.

16 « Najwazniejszym faktem w zyciu Podkowinskiego byl 9-miesieczny pobyt w Paryzu w 1889 w czasie wystawy powszechnej. Ten krotki okres czasu stanowczy mial wplyw na mlodego artyste, czyniac go zapalonym admiratorem dziel francuskich impresjonistow, ktore naowczas w wiekszej liczbie zebrane, odkryly mu nowe horyzonty. Po powrocie do kraju, zaczyna swoja w tym kierunku dzialalnosc. Poczatkowo jest on skrajnym impresjonista, uwydatniajac jaskrawo zewnetrzne cechy, maniere – ze tak powiem – francuskich swoich mistrzow. », dans Piatkowski H., « Wladyslaw Podkowinski », Tygodnik Illustrowany, no 2, 1895, p. 24-25.

17 Ibid., no 17, 1895, p. 279.

18 Ibid., no 6, 1895, p. 103.

19 Ibid., no 20, 1895, p. 327 ; no 22, p. 359 ; no 24, p. 391.

20 Ibid., no 13, 1895, p. 215.

21 Kos W., « Corot », Tygodnik Illustrowany, no 31, 1895, p. 75-77.

22 Kos W., « Na polu Marsowem. Salon 1895 », Tygodnik Illustrowany, no 18, 1895, p. 285-286.

23 Comme nous l’avons dit plus haut, nous trouvons une quinzaine de reproductions d’œuvres françaises contre une ou deux représentant d’autres pays.

Table des illustrations

Légende 1- Clairin Jules-Victor-Georges, Frou-Frou, reproduit dans Tygodnik Ilustrowany [Hebdomadaire illustré], no 3, 1895.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 2- Boutigny Paul-Émile, Les derniers instants du maréchal Lannes, reproduit dans Tygodnik Ilustrowany, no 5, 1895.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18256/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende 3- Danger Henri, Aimez-vous les uns les autres, reproduit dans Tygodnik Ilustrowany, no 9, 1895.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18256/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 4- Béraud Jean, Le Chemin de croix, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 14, 1895.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18256/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende 5- Benjamin-Constant Jean-Joseph, Zoraïda, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 17, 1895.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18256/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende 6- Roybet Ferdinand, La joyeuse compagnie, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 20, 1895.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18256/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende 7- Beaury-Sorel Amélie, À quoi pense-t-elle ?, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 28, 1895.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18256/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 8- Munier Émile, Baies, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 39, 1895.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18256/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 9- Le Dru Albert-Ferdinand, Alexandra Barrau, grenadier du 2e bataillon, reproduit dans Tygodnik Illustrowany, no 50, 1895.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18256/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

Auteur

Terra Foundation for American Art Europ

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search