Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

37. La Comédie-Française en tournée en Europe centrale dans les années 1930

Bernard Lachaise

À Germaine Rouer (1897-1994)

Texte intégral

  • 1 Chevalley S., La Comédie-Française, hier et aujourd’hui, Paris, Didier, 1979, p. 91. Les tournées n (...)
  • 2 Belgique (1914), Suisse (1915), Pays-Bas (1920), Allemagne et Danemark (1921), Norvège et Suède (1 (...)
  • 3 La Comédie-Française se produit à Vienne le 7 septembre 1936 et à nouveau à Varsovie le 14 juin 19 (...)

1La Comédie-Française, fondée en 1680 par Louis XIV, ne constitue-t-elle pas, de l’époque moderne à nos jours, une des institutions permanentes contribuant au prestige culturel de la France ? Si la renommée de la Maison de Molière rayonne depuis Paris, les voyages de la troupe peuvent encore l’accroître. Si « tout comédien porte en son cœur la nostalgie de la vie nomade menée par Molière et ses compagnons », les tournées à l’étranger sont tardives dans l’histoire de la Comédie-Française1. Si on exclut les voyages avec Napoléon Ier, les premières datent de 1871-1879 et 1893 et conduisent la troupe en Angleterre. Ce n’est qu’à partir de 1914 que des tournées régulières à l’étranger sont entreprises2. La première tournée en Europe centrale a lieu entre le 29 février et le 18 mars 1936 et concerne quatre États (Tchécoslovaquie, Pologne, Roumanie, Yougoslavie) où la troupe joue dans sept villes (Prague, Varsovie, Cracovie, Bucarest, Jassy en Moldavie et Cluj en Transylvanie)3.

  • 4 Bretty B., La Comédie Française à l’envers, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1957, p. 11.
  • 5 La tournée devait avoir lieu du 2 au 18 février 1936 mais en raison de la mort du roi George V d’A (...)

2Comme l’a écrit une des sociétaires des années 1930, « à toutes les époques, notre premier théâtre national s’est montré le miroir de la France. Il s’avère un thermomètre implacable où s’inscrivent les hauts et les bas de la nation »4. Or, dans les années 1930, la Comédie-Française, à l’image de la France, est en crise et sa contribution au rayonnement ne peut pas être plus dissociée du contexte national que du contexte international, marqué par une montée des tensions qui aboutissent à la Seconde Guerre mondiale. Comment ne pas remarquer d’emblée une coïncidence de dates : au moment où la troupe se produit en Europe centrale, le 10 mars 1936, Hitler remilitarise la Rhénanie, nouvelle étape – réussie après l’échec de l’Anschluss en 1934 – dans sa politique révisionniste5. La tournée de la Comédie-Française en Europe centrale, dans quatre États liés à la France, la Pologne et les pays de la Petite Entente (Tchécoslovaquie, Roumanie, Yougoslavie), n’a-t-elle pas un objectif culturel mais aussi diplomatique voire politique ? Nous verrons d’abord qu’il s’agit d’une tournée de propagande. Puis, nous nous interrogerons sur les choix effectués pour faire d’une tournée théâtrale le meilleur outil de propagande. Enfin, nous essaierons de savoir si les objectifs ont été atteints à travers la réception immédiate et les effets à plus long terme de cette tournée.

Une tournée de propagande

  • 6 Ory P., La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front Populaire 1935-1938, Paris, (...)

3Paradoxalement, la tournée effectuée à l’étranger en 1936 doit d’abord être considérée comme une thérapie pour une Comédie-Française « malade ». Il s’agit pour le plus célèbre théâtre national de corriger une image dégradée6. Depuis plusieurs années, des acteurs ressentent et déplorent le malaise de l’intérieur. Le sociétaire René Alexandre l’exprime :

  • 7 Centre Historique des Archives Nationales (CHAN). F21/3984. Dossier Comédie-Française. Rapport sur (...)

Après deux cent cinquante ans d’existence, le rayonnement intellectuel de la Comédie-Française est encore grand de par le monde. Ne laissez pas ce rayonnement s’éteindre petit à petit, ne laissez pas notre outil national exposé aux atteintes d’une rouille dont, chaque jour, il se sent mordu davantage… Je vous supplie de me croire, M. le sous-secrétaire d’État, M. le ministre, la Maison de Molière ne pourra subsister dignement dans l’avenir que si vous consentez à vous préoccuper de son sort. On a coutume de répéter : « La Comédie-Française est le dernier des soucis des pouvoirs publics et sa disparition ne les toucherait nullement ! »7.

  • 8 Article de Weber J. dans Mascarille, 8 mars 1936, cité dans Champion E., La Comédie Française. Ann (...)
  • 9 Paris-Midi, 19 janvier 1936.
  • 10 CHAN. F21/5222. Rapport d’Émile Fabre à l’Assemblée générale des sociétaires, 30 avril 1936.

4Parmi les acteurs qui vont jouer en Europe centrale, le sociétaire Jean Weber dit sa joie de « partir pour des pays où peut-être […] on pense que les comédiens français ne peuvent plus marcher qu’avec deux cannes » et son désir de « détruire cette légende de la Comédie-Française, asile de vieillards »8. De l’extérieur, l’image est pourtant parfois très négative, à l’instar des propos du jeune critique de théâtre Michel Duran qui déclenche une polémique au début de l’année 1936 en affirmant que la Maison de Molière est « un musée, une gare régulatrice, un théâtre de quartier », contrôlée ou dirigée par « l’ennemi public no 1 » (l’administrateur Émile Fabre)9. Au malaise dû à l’image dégradée s’ajoute la nécessité pour la Comédie-Française de renforcer ses finances et l’administrateur ne s’en cache pas : « Vous savez que ces tournées font entrer chaque année une somme substantielle dans votre budget… Des représentations nous sont demandées de toute part, de France et de l’étranger »10. En bref, organiser une tournée à l’étranger vise à redorer le blason d’un théâtre « poussiéreux », délaissé par le public et à bout de souffle financier.

  • 11 Archives de la Comédie-Française (= ACF). 4AV 1936. Lettre de Robert Brussel de l’Association fran (...)
  • 12 Ministère des Affaires étrangères. Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN). Prague. Amb (...)
  • 13 CADN. Prague. Ambassade 96. III-19-3. Lettre du ministère des Affaires étrangères au ministre de F (...)

5Mais jouer hors de France a aussi pour objectif de ne pas « laisser le rayonnement s’éteindre petit à petit » pour reprendre les mots de René Alexandre. La Comédie-Française est un outil de l’influence culturelle de la France. Dès 1929, l’idée est envisagée : « Nous pourrions – en réponse à votre lettre du 19 avril – étudier le projet d’une tournée officielle de la Comédie-Française en Yougoslavie […]. Nous serions heureux d’aller ainsi faire œuvre de propagande française en Yougoslavie »11. Le ministère des Affaires étrangères lie un tel projet à son retentissement : « L’Association d’expansion artistique, en coopération avec le Département, cherche à organiser, pour la saison prochaine, une tournée de la Comédie-Française en Europe centrale et orientale. Le programme […] d’abord envisagé comptait une représentation à Prague après le circuit suivant : Belgrade, Roumanie, Pologne (Varsovie et Cracovie). Toutefois, il est à craindre qu’étant donné les restrictions que vont subir les crédits, tant du ministère de l’Éducation nationale que du Service des Œuvres Françaises à l’Étranger, il ne soit pas possible de réaliser une tournée aussi importante… Je désire me faire une opinion sur l’accueil que peut espérer recevoir la Comédie-Française dans chacun des pays où sa venue est envisagée et sur l’importance que son passage pourrait y produire en faveur de notre influence artistique et intellectuelle »12. Quand la tournée est finalement décidée, le ministère rappelle cet objectif : « J’espère que le public et les autorités tchécoslovaques apprécieront l’effort fait pour cette tournée par le gouvernement français et que la représentation envisagée donnera lieu à une manifestation de nature à resserrer les liens intellectuels et artistiques entre les deux pays »13.

  • 14 CADN. Service des Œuvres Françaises à l’Étranger (= SOFE). 552. Pologne. Lettre de Léon Noël à P.E (...)
  • 15 ACF. 4AV 1936. Yougoslavie 1929. Article de L’Obzor, s.d., et lettre de M. Dubail, chargé d’affair (...)
  • 16 Marès A., « Puissance et présence culturelle de la France. L’exemple du Service des Œuvres Français (...)

6À côté de l’objectif culturel, le souci diplomatique dû à la concurrence entre puissances n’est pas négligeable, comme en témoignent les correspondances des ambassadeurs et la presse des États concernés. Depuis la Pologne, l’ambassadeur Léon Noël rappelle par exemple au Quai d’Orsay toute l’importance de la musique : « À quelques jours d’intervalle, le gouvernement du Reich a dépêché à Varsovie l’orchestre de la Philharmonie de Berlin […] tandis que les Soviets y envoyaient deux de leurs cantatrices officielles escortées d’un pianiste et d’un violoniste. Organisées et patronnées par les ambassadeurs des deux pays, ces manifestations répondaient à un souci de propagande évident. Dans une atmosphère toute chargée de la hantise des deux redoutables voisinages, elles devaient prendre une résonance toute particulière […]. Par les attraits d’un art tout puissant sur ce genre d’auditoire, grâce aux passions souterraines qui, à ce moment, osaient affleurer, la Russie soviétique, pour un soir, triomphait dans Varsovie »14. Déjà en 1929, les tournées théâtrales étaient considérées comme un moyen d’affirmer la présence française et de ne pas laisser le champ libre aux puissances voisines. À propos du projet de tournée à Zagreb, dès 1929 la rivalité culturelle est évoquée par le journal local L’Obzor (parlant en général des tournées artistiques) : « Les représentations données en 1928 par le Burgtheater de Vienne ont eu sans doute une grande valeur, mais par la suite des conditions exceptionnelles où se trouve la métropole croate, il ne faut pas que les représentations théâtrales allemandes tendent à devenir des manifestations de suprématie intellectuelle. Il faut que les tournées théâtrales passant à Zagreb gardent un caractère international […]. La tournée de Mme Piérat […] a mis en équilibre la balance avant qu’elle n’ait penché du côté d’une exclusive influence allemande. Qui pouvait obtenir de résultat, sinon la Comédie-Française ! Mme Piérat a joué avec M. Escande ». Le diplomate français en poste à Belgrade confirme : « Cette manifestation a eu un grand succès. Le théâtre était absolument complet… Au point de vue français, cette visite est venue fort à propos pour contrebalancer les récents efforts de la propagande anglaise »15. Si le mot « propagande » pour l’action culturelle française n’est pas toujours utilisé, il correspond bien à une réalité, comme l’a montré Antoine Marès : « La IIIe République a été marquée, en matière d’information, par une condamnation de principe de tout cadre contraignant que l’on pourrait assimiler à une organisation de propagande […]. Le seul secteur qui ait échappé à cette méfiance est celui de la propagande à l’étranger, de caractère culturel, pudiquement dénommé “expansion française” ou “œuvres françaises” à l’étranger »16.

Une tournée minutieusement préparée pour une propagande efficace

  • 17 ACF. 4AV 1936. Yougoslavie, 1929.
  • 18 CADN. SOFE. 563. Tchécoslovaquie. Lettre du directeur du Comité d’action artistique à l’étranger a (...)

7Le choix de la Comédie-Française n’était pas le seul possible, mais la troupe de la Maison de Molière est incontestablement la plus prestigieuse à l’étranger. Dès 1929, après les prestations de sociétaires en Yougoslavie, la Comédie-Française avait été envisagée, même si le coût suscitait des questions17. Ainsi, la Comédie-Française ne constitue pas le premier choix pour la tournée en Europe centrale au milieu des années 1930 : « À la suite d’un vœu émis par le Comité d’action artistique à l’étranger, nous envisageons d’organiser la tournée d’une bonne troupe théâtrale française à travers la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Roumanie et la Yougoslavie. Notre choix s’est porté sur la Compagnie des Quinze qui possède des comédiens et un répertoire également excellents et qui a récemment remporté de très brillants succès en Espagne, en Belgique et surtout en Angleterre »18. C’est l’Association française d’action artistique qui finalement fait le choix – au nom du prestige – de la troupe du Français.

  • 19 Duroselle J.-B., Politique étrangère de la France. La décadence 1932-1939, Paris, Le Seuil, 1979, p (...)
  • 20 Soixante-dix ans plus tard, il semble qu’un tel type de tournée soit aussi lourd à préparer, comme (...)
  • 21 CADN. Prague. Institut Ernest Denis. Supplément/39. Lettre de R. Brussel à Alfred Fichell, adminis (...)

8L’itinéraire de la tournée est soigneusement préparé. Le choix est clair : il se porte sur les pays alliés dès 1934, la Pologne et les trois pays de la Petite Entente, la Tchécoslovaquie, la Roumanie et la Yougoslavie, soit les États mêmes où les ministres des Affaires étrangères se rendent pour s’efforcer de resserrer les liens dans les temps difficiles des années 1930, dans la continuité des visites effectuées par Barthou en 1934 et qualifiées de « pèlerinages » par l’historien Jean-Baptiste Duroselle19. Matériellement, l’organisation d’une telle tournée se révèle être une lourde machine qui nécessite de longs préparatifs dont témoignent les archives : en plus des membres de la troupe qui participent à la tournée, il faut transporter en train 1 500 kilos de bagages et du personnel pour assurer la qualité des spectacles (notamment des costumes) même si la modestie des moyens humains doit être mise en avant : une souffleuse, une habilleuse et un régisseur, soit trois personnes seulement en plus des acteurs20. Le bien-être des comédiens et plus encore des comédiennes est l’objet de toutes les attentions : « M. Jans, régisseur, n’arrivera à Prague qu’après la troupe et n’aura, par conséquent, pas le loisir de vérifier à l’hôtel Alcron que tout soit préparé pour éviter le moindre prétexte à susceptibilité de la part des artistes », écrit, inquiet, le directeur de l’Association française d’action artistique, ajoutant : « Il est particulièrement important que M. Brunot, M. Denis d’Inès ainsi que les dames aient tout le confort possible »21. De bonnes conditions de voyage et de séjour sont d’autant plus utiles que le rythme est soutenu car la troupe doit être mobile. Dans chaque ville, deux pièces sont présentées, le 2 mars à Prague, le 4 à Cracovie, le 5 à Varsovie, le 8 à Jassy, le 10 et le 11 à Bucarest, le 13 à Cluj et le 15 à Belgrade.

  • 22 En mai 1940, lors d’une tournée en Grèce, la Comédie-Française joue six pièces en trois jours (And (...)

9Le choix des pièces jouées traduit une volonté de diversité et d’illustrer quatre siècles de théâtre français pour ne pas limiter le registre de la Comédie-Française à Molière et aux auteurs « classiques » : Les Fourberies de Scapin (Molière, XVIIe siècle), Le Jeu de l’Amour et du Hasard (Marivaux, XVIIIe siècle), On ne badine pas avec l’Amour (Musset, XIXe siècle), Les grands garçons (Paul Géraldy, XXe siècle, 1923 précisément). Le nombre d’œuvres présentées apparaît cependant d’autant plus limité que seules la Pologne et la Roumanie bénéficient des quatre pièces alors que la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie doivent se contenter de Musset et Géraldy22.

Illustration 1 – Affiche de la représentation de la Comédie-Française à Prague le 2 mars 1936.

Illustration 1 – Affiche de la représentation de la Comédie-Française à Prague le 2 mars 1936.

Source : CADN, Prague, Institut Ernest Denis, supplément 39.

  • 23 CADN. Prague. Ambassade 96. Lettre du Quai d’Orsay au ministre de France à Prague, 20 février 1936
  • 24 CHAN. F21/3984.

10De plus, Géraldy n’apparaît pas comme l’illustration de ce qui est le plus avant-gardiste dans le théâtre contemporain, avant-gardisme encore peu entré au Français, il est vrai… Dans les préparatifs de la tournée, le choix des interprètes nécessite une grande attention. Les membres de la troupe retenus sont-ils les « meilleurs » ou les plus disponibles ? La question peut être posée quand on compare les vœux exprimés et les noms des comédiens qui participent à la tournée. Deux sociétaires « au talent incontesté et à la réputation connue de l’étranger » sont réclamées : Marie Bell et Madeleine Renaud. Mais indisponibles, elles ne figurent pas dans les partants, Madeleine Renaud étant remplacée par la pensionnaire Germaine Rouer, récemment entrée (en 1933) mais en passe de devenir sociétaire23. Finalement, treize comédiens (sur une soixantaine) participent à la tournée : six sociétaires (Ventura, 1922 ; Brunot, 1910 ; Denis d’Inès, 1920 ; Lafon, 1930 ; Weber, 1932 ; Dux, 1935) mais aucun des plus connus (Marie Bell, Madeleine Renaud, Béatrice Bretty, Marie Marquet, Berthe Bovy…) ne sont du voyage ; sept pensionnaires (Jeanne Sully, Jane Faber, Marcelle Gabarre, Echourin, Le Marchand, Claude Lehmann, Germaine Rouer) mais ni Escande, ni Lise Delamare24

Illustration 2 – La troupe de la Comédie-Française en tournée à Prague le 2 mars 1936.

Illustration 2 – La troupe de la Comédie-Française en tournée à Prague le 2 mars 1936.

Source : CADN, Prague, Ambassade 96, dossier 19/3.

Un « gros succès » ?

  • 25 Prague a été choisie à titre d’exemple, pour rester dans le cadre géographique du colloque. De plu (...)
  • 26 CADN. Prague. Ambassade 96. Lettre du chargé d’affaires à Prague au Quai d’Orsay, 11 mars 1936.

11Sur le moment, la tournée s’avère une réussite, du moins à travers l’accueil et l’écho à Prague25. Les diplomates français en poste dans la capitale tchécoslovaque affirment qu’il s’agit d’un « succès incontestable »26. La presse tchèque semble globalement convaincue et satisfaite mais ne masque pas quelques réserves ou critiques. Dans Národní politika (4 mars 1936), Karel Engelmüller se montre élogieux envers le théâtre français officiel : « Messager d’un art mûr, de la culture extraordinaire de parole et de style, d’une parfaite rhétorique et harmonie et d’un goût irréprochable, d’une légèreté magique et d’une vivacité du dialogue, d’un ensemble remarquable et virtuose ». La représentation de la Comédie-Française recueille également des louanges : « Chaque mot et chaque pause sont mis en valeur, le contenu de chaque phrase émeut dans une diction parfaite des passages qui ont une cadence vocale particulière, une finesse presque chantante, avec une esthétique plastique de chaque mouvement de bras ou de pas ». Cependant, il dénonce un spectacle « cultivé artificiellement avec la perfection rigide académique jusqu’aux moindres nuances et malgré le tout tempérament, il y manque de la chaleur humaine du sentiment. Comme si la virtuosité extraordinaire de l’interprétation effaçait du contenu des mots et des phrases toute la fragilité, toute la subjugation et le charme que pensait initialement l’écrivain ». Dans Národní listy (3 mars 1936), Miroslav Rutte adresse des compliments « à la virtuosité de la technique vocale des acteurs et à la pureté de l’articulation » et compare leur langue à celle « d’une cérémonie dont la cadence porte des traces du vers cornélien ou racinien ». L’auteur souligne que « dans la parole classique de ces acteurs manque ce que les Tchèques appellent la nuance psychologique grâce à laquelle l’acteur moderne exprime l’autre sens [ici facette] du mot, le sens interne ». De ce fait, selon l’auteur de l’article, « chez les acteurs – héritiers de l’ère de Racine, une langue universelle et abstraite s’est créée au cours des siècles, une langue aux règles stables de la dynamique et du rythme qui ne distingue pas les individualités de poètes, mais les unit en pathos commun à la Comédie-Française ». L’auteur conclut que « c’est bien là, la différence fondamentale entre la façon dont les hôtes français conçoivent le théâtre de Musset et la façon de le concevoir à la tchèque ». Mais il regrette que « la jeunesse et la fragilité manquent dans l’interprétation donnée par les hôtes français. Chaque personnage est modelé sous une lumière homogène sans aucune nuance. Avec la diction racinienne, la comédie d’amour entre deux jeunes se transforme en tragédie classique ». La fin du deuxième acte interprété par Jean Weber est très critiquée : « Dans la scène où Perdican doit convaincre Camille qu’il est préférable de se laisser tourmenter par l’amour et de pêcher par amour que de fuir devant lui, Jean Weber a sorti un pathos tragique approprié plus pour Shakespeare que pour Musset ».

  • 27 CADN. Prague. Ambassade 96. K. Engelmüller (1872-1950) est un critique historien du théâtre, et Mi (...)

12C’est l’interprétation des Grands garçons qui a recueilli finalement le plus de succès avec la technique de conversation dans laquelle sont apparus des traits psychologiques et des nuances : « Le public a pu enfin sentir à travers les acteurs Jean Weber et Pierre Dux une explosivité jeune derrière laquelle se cachait une sensibilité saine et humaine »27.

13En France, les commentaires sont totalement et exclusivement enthousiastes, ce qui révèle une sélection de l’information transmise par les diplomates français en poste dans les pays visités. Le compte-rendu dressé par Edouard Champion ne tarit pas d’éloges et de détails pour persuader le lecteur de l’immense succès de la tournée :

  • 28 Champion E., La Comédie Française…, op. cit., p. 317-325.

Les presses tchécoslovaque, polonaise, roumaine et yougoslave sont unanimes à rendre hommage à la Comédie-Française et à exalter le talent de ses artistes. Partout, des salles combles où se pressait l’élite de la société et toutes les personnalités officielles ; partout de nombreux applaudissements – douze, quinze fois répétés – traduisent la satisfaction du public, son amitié pour la France et l’excellence de sa culture […]. Partout, toutes les places étaient retenues depuis longtemps et quelquefois toutes prises une heure après leur mise en vente. On cite des traits touchant des marques de sympathie prodiguées aux comédiens. À Bucarest, dans l’impossibilité de trouver des billets en nombre suffisant, tout étant loué à l’avance, les membres d’une même famille se relayaient à chaque entracte. À Cluj, – où le consul de France, M. Faujet, est particulièrement bien informé de tout ce qui touche à la Comédie-Française –, les ingénieurs et ouvriers d’une mine située à 250 kilomètres se sont débrouillés pour parcourir cette distance avec les moyens de locomotion les plus variés, à seule fin d’assister à l’unique soirée donnée par la Comédie-Française28.

Illustration 3 – Germaine Rouer et Jean Weber dans On ne badine pas avec l’amour (Musset) à Prague le 2 mars 1936.

Illustration 3 – Germaine Rouer et Jean Weber dans On ne badine pas avec l’amour (Musset) à Prague le 2 mars 1936.

Source : Narodni politika, 4 mars 1936, CADN, Prague, Ambassade, 96, dossier 19/3.

  • 29 L’Intransigeant, 20 mars 1936.
  • 30 CHAN. F21/5222. Procès-verbal du Comité d’administration de la Comédie-Française, 20 mars 1936.

14Peut-être l’accueil a-t-il été plus chaleureux en Roumanie, grâce notamment à des liens plus étroits entre le théâtre roumain et le théâtre français, illustrés par la sociétaire Marie Ventura, d’origine roumaine ? Au retour de la troupe, un journal publie une note issue vraisemblablement de l’Association française d’action artistique se concluant par : « Cette tournée de propagande [mot qui est pourtant à ne pas employer] a eu un tel retentissement que, déjà, aussi bien au Quai d’Orsay que rue de Grenelle, on envisage pour la saison prochaine un nouveau déplacement des Comédiens français en Europe centrale »29. L’administration de la Comédie-Française se montre, elle aussi, très satisfaite : « Le Comité vote des félicitations aux membres de la tournée d’Europe centrale, en particulier à MM Brunot et Denis d’Inès. Les spectacles ont remporté partout un très gros succès, prouvant que la Comédie-Française, si injustement décriée par certains de nos compatriotes, jouit toujours d’un prestige incomparable à l’étranger. Cette tournée n’a d’ailleurs pas eu seulement un grand retentissement artistique, elle est susceptible d’avoir des prolongements politiques dont on ne saurait trop souligner l’intérêt »30.

  • 31 Lachaise B., Yvon Delbos. 1885-1956. Biographie, Périgueux, Fanlac, 1993, p. 195-196. Les propos de (...)
  • 32 Duroselle J.-B., Politique étrangère de la France…, op. cit., p. 323.

15À moyen terme, est-il possible de dresser un bilan politique de la tournée de la Comédie-Française en Europe centrale ? La plus grande prudence s’impose car il ne faut pas oublier le contexte – la remilitarisation de la Rhénanie par Hitler – et les tensions dans les relations entre la France et les « amis » d’Europe centrale. L’effet positif produit par la tournée de la Comédie-Française dans les liens culturels avec l’Europe centrale ne peut compenser la profonde déception des États « amis » devant le manque de réaction française face à la remilitarisation de la Rhénanie qui a fortement réduit la confiance en la France. C’est pour resserrer les liens qu’un an et demi plus tard, en décembre 1937, le ministre des Affaires étrangères Yvon Delbos effectue, dans les mêmes États, trois ans après celui de Barthou, un long voyage de quinze jours en Europe centrale mais dans un contexte de plus en plus difficile. Le bilan du voyage est mitigé. Le chef de la diplomatie française rencontre un accueil chaleureux en Roumanie, Yougoslavie et Tchécoslovaquie. L’ambassadeur Bérard conclut : « Sans rapporter de succès important, ce voyage avait réconforté nos amitiés dans ces pays […] et gagné, par la gentillesse du ministre, les sympathies de tous ceux qui l’avaient vu ». Le vieil ambassadeur Barrère se serait montré fort critique : « Nous avons eu beaucoup d’imbéciles mais ils demeuraient généralement chez eux. Pour la première fois, nous est offert ce spectacle du plus éclatant d’entre eux, circulant tout exprès, à travers les capitales, comme pour bien dire à ceux qui le contemplaient : voyez donc combien je suis idiot ! »31. L’historien Jean-Baptiste Duroselle se montre prudent : « Le 19 décembre, Delbos était de retour à Paris, sans qu’il soit aisé de dire si le voyage avait été réellement productif »32.

  • 33 CHAN. Archives Delbos, restituées par Moscou. Boîte no 158, no 1-8 (548a).
  • 34 Duroselle J.-B., Politique étrangère de la France…, op. cit., p. 323.
  • 35 Marès A., « Puissance et présence culturelle de la France… », op. cit., p. 79.

16Le lien entre Comédie-Française et politique est assuré par la comédienne Germaine Rouer écrivant à l’ancien ministre des Affaires étrangères dont elle partage la vie, en 1940, alors qu’elle est en tournée dans les Balkans : « Tu as laissé un souvenir merveilleux à Belgrade »33. Est-ce un témoignage fourni avec les yeux du cœur ? Certainement, mais sans doute proche de la vérité si on se souvient qu’après avoir applaudi l’actrice en 1936, la foule avait acclamé le ministre à Belgrade en 193734. Mais l’enthousiasme doit être nuancé et il faut considérer avec modestie l’effet d’une tournée de la Comédie-Française sur le rayonnement de la France à l’étranger, en particulier dans le contexte tendu de 1936. Force est de souligner que ce qu’Antoine Marès a écrit en matière de rayonnement par le théâtre se vérifie d’une façon plus large pour la puissance culturelle de la France dans les années 1930 : « Il est clair que le déclin réel de l’influence de la langue et de la culture françaises a été profondément ressenti au cours des années trente […]. Ce sentiment de déclin a été d’autant plus douloureusement perçu qu’il correspondait à une montée parallèle des ennemis traditionnels de la France – linguistiquement, par exemple, anglais et allemand – ou des ennemis potentiels comme l’Italie. La dimension culturelle venait se greffer sur la réalité économique, commerciale, diplomatique et militaire »35. Enfin, il est évident que les tournées théâtrales ne constituent qu’un des vecteurs – le moins étudié certainement – du rayonnement culturel français en Europe centrale à côté de l’enseignement du français, de la diffusion des livres et de la création d’instituts. Avec la Comédie-Française en tournée, c’est pourtant la langue et la littérature françaises qui sont exportées et célébrées. Malgré les réserves perceptibles sur un excès d’académisme dans le jeu des comédiens et malgré une conjoncture difficile, il ne faut pas sous-estimer, pour la langue française, l’effet produit par le déplacement en Europe centrale de la plus prestigieuse troupe nationale.

Notes

1 Chevalley S., La Comédie-Française, hier et aujourd’hui, Paris, Didier, 1979, p. 91. Les tournées n’ont jamais fait l’objet d’une publication scientifique, mais l’historienne Nicole Bernard-Duquenet a effectué un long travail de recherche resté inédit à ce jour.

2 Belgique (1914), Suisse (1915), Pays-Bas (1920), Allemagne et Danemark (1921), Norvège et Suède (1922), Luxembourg (1926), Espagne (1928), Égypte (1929)…

3 La Comédie-Française se produit à Vienne le 7 septembre 1936 et à nouveau à Varsovie le 14 juin 1937. Mais il s’agit de manifestations ponctuelles, l’une dans le cadre du IXe congrès international du théâtre et l’autre à l’occasion de l’inauguration de l’ambassade de France.

4 Bretty B., La Comédie Française à l’envers, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1957, p. 11.

5 La tournée devait avoir lieu du 2 au 18 février 1936 mais en raison de la mort du roi George V d’Angleterre, elle a été reculée.

6 Ory P., La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front Populaire 1935-1938, Paris, Plon, 1994.

7 Centre Historique des Archives Nationales (CHAN). F21/3984. Dossier Comédie-Française. Rapport sur la crise actuelle par René Alexandre, sociétaire, 21 octobre 1930.

8 Article de Weber J. dans Mascarille, 8 mars 1936, cité dans Champion E., La Comédie Française. Année 1936 avec de nombreuses illustrations, Paris, Librairie Stock, 1937.

9 Paris-Midi, 19 janvier 1936.

10 CHAN. F21/5222. Rapport d’Émile Fabre à l’Assemblée générale des sociétaires, 30 avril 1936.

11 Archives de la Comédie-Française (= ACF). 4AV 1936. Lettre de Robert Brussel de l’Association française d’expansion et d’échanges artistiques à l’administrateur de la Comédie-Française, 24 avril 1929. Conservées à la bibliothèque de la Comédie-Française, les archives sont minces pour la tournée en Europe centrale.

12 Ministère des Affaires étrangères. Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN). Prague. Ambassade 96. III-19-3. Tournées théâtrales 1930-1936. Lettre du ministère des Affaires étrangères au ministre de France à Prague, 12 août 1935.

13 CADN. Prague. Ambassade 96. III-19-3. Lettre du ministère des Affaires étrangères au ministre de France à Prague, 24 décembre 1935.

14 CADN. Service des Œuvres Françaises à l’Étranger (= SOFE). 552. Pologne. Lettre de Léon Noël à P.E. Flandin, 4 février 1936.

15 ACF. 4AV 1936. Yougoslavie 1929. Article de L’Obzor, s.d., et lettre de M. Dubail, chargé d’affaires de France à Belgrade à M. Briand, ministère des Affaires étrangères, 16 mars 1929.

16 Marès A., « Puissance et présence culturelle de la France. L’exemple du Service des Œuvres Françaises à l’Étranger dans les années 30 », Relations internationales, no 33, 1983, p. 65.

17 ACF. 4AV 1936. Yougoslavie, 1929.

18 CADN. SOFE. 563. Tchécoslovaquie. Lettre du directeur du Comité d’action artistique à l’étranger au ministre de France à Prague, 12 mai 1934.

19 Duroselle J.-B., Politique étrangère de la France. La décadence 1932-1939, Paris, Le Seuil, 1979, p. 102.

20 Soixante-dix ans plus tard, il semble qu’un tel type de tournée soit aussi lourd à préparer, comme en témoigne celle que la Comédie-Française vient d’effectuer dans dix villes de dix pays récemment entrés dans l’Union Européenne (Bulgarie, Roumanie, Pologne, Slovaquie, Hongrie, Slovénie, République tchèque, Estonie, Lituanie, Lettonie), soit la plus large tournée jamais effectuée en Europe centrale et orientale. « Une telle tournée dans le cadre de la saison culturelle européenne, a été un très long travail administratif, technique et diplomatique : un an de contacts, de discussions et de voyages en tout genre », Paris Match, 11-17 décembre 2008.

21 CADN. Prague. Institut Ernest Denis. Supplément/39. Lettre de R. Brussel à Alfred Fichell, administrateur de l’Institut, 25 février 1936.

22 En mai 1940, lors d’une tournée en Grèce, la Comédie-Française joue six pièces en trois jours (Andromaque, Le carrosse du Saint-Sacrement, On ne badine pas avec l’amour, Le voyageur et l’amour, Le Misanthrope, Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée). ACF. 4AV 1936.

23 CADN. Prague. Ambassade 96. Lettre du Quai d’Orsay au ministre de France à Prague, 20 février 1936.

24 CHAN. F21/3984.

25 Prague a été choisie à titre d’exemple, pour rester dans le cadre géographique du colloque. De plus, les archives conservées au CADN s’avéraient riches et l’aimable collaboration d’une doctorante, Gabriela Ziakova, et d’une collègue, Milena Lenderova, permettait de traduire des articles de presse et d’étoffer les informations sur l’accueil réservé dans la capitale tchèque. Que toutes deux soient très chaleureusement remerciées pour leur aide précieuse. Pour Varsovie-Cracovie, les archives ont été détruites et pour Belgrade, le dossier sur le théâtre conservé au CADN s’arrête en 1921. Deux cartons existent pour la Roumanie, concernant les tournées de la Comédie-Française (Bucarest/ambassade/175 et Bucarest/Institut français/31. Il faut signaler aussi l’existence de deux mémoires de Maîtrise : Ferron L., La politique culturelle de la France en Tchécoslovaquie dans l’entre-deux-guerres, et Betou B., La politique culturelle de la France en Roumanie dans l’entre-deux-guerres, ss. dir. Yves-Henri Nouailhat, Université de Nantes, 1991.

26 CADN. Prague. Ambassade 96. Lettre du chargé d’affaires à Prague au Quai d’Orsay, 11 mars 1936.

27 CADN. Prague. Ambassade 96. K. Engelmüller (1872-1950) est un critique historien du théâtre, et Miroslav Rutte (1889-1954) lui aussi critique et écrivain.

28 Champion E., La Comédie Française…, op. cit., p. 317-325.

29 L’Intransigeant, 20 mars 1936.

30 CHAN. F21/5222. Procès-verbal du Comité d’administration de la Comédie-Française, 20 mars 1936.

31 Lachaise B., Yvon Delbos. 1885-1956. Biographie, Périgueux, Fanlac, 1993, p. 195-196. Les propos de Barrère sont rapportés par le journal d’extrême droite Gringoire le 15 août 1940, dans un contexte où l’ancien ministre du Front Populaire, opposant à l’armistice en juin 1940 et parti sur le Massilia, est l’objet de très vives attaques, comme tous ceux qui sont associés à 1936 et à l’opposition à Pétain.

32 Duroselle J.-B., Politique étrangère de la France…, op. cit., p. 323.

33 CHAN. Archives Delbos, restituées par Moscou. Boîte no 158, no 1-8 (548a).

34 Duroselle J.-B., Politique étrangère de la France…, op. cit., p. 323.

35 Marès A., « Puissance et présence culturelle de la France… », op. cit., p. 79.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 – Affiche de la représentation de la Comédie-Française à Prague le 2 mars 1936.
Légende Source : CADN, Prague, Institut Ernest Denis, supplément 39.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Illustration 2 – La troupe de la Comédie-Française en tournée à Prague le 2 mars 1936.
Légende Source : CADN, Prague, Ambassade 96, dossier 19/3.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Illustration 3 – Germaine Rouer et Jean Weber dans On ne badine pas avec l’amour (Musset) à Prague le 2 mars 1936.
Légende Source : Narodni politika, 4 mars 1936, CADN, Prague, Ambassade, 96, dossier 19/3.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 373k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search