Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

35. Zdenka Braunerová. Peintre et « consul tchèque » à Paris

Milena Lenderova

Texte intégral

  • 1 Schwab R., La vie d’Élimir Bourges (textes et documents inédits), Paris, Stock, 1948, p. 13.
  • 2 Ibid., p. 16.

1Au tournant des XVIIIe et XIXe siècles dans les pays autrichiens, la langue française, qui était jusque-là le signe distinctif de la noblesse, commence à conquérir le monde de la bourgeoisie. Elle fait partie de l’éducation de la jeunesse, et en particulier de celle des jeunes filles. Des gouvernantes francophones gagnent ainsi leur pain quotidien auprès de familles de fonctionnaires et de nobles à Prague, Vienne et Brno. Ce fut notamment le cas d’une certaine Élisabeth Chomé qui, à partir de 1837, fut la gouvernante des comtesses Christiane et Wilhelmine Nostitz à Prague1. Elle y fit la connaissance de Mlle Augusta Neumann, fille du professeur de l’École Polytechnique de Prague. Les chemins des deux femmes n’étaient pas identiques, à l’exception de la révolution de 1848 qui marqua leur destin2. Le plus important est que toutes les deux se sont mariées, Chomé avec Étienne Bourges, fonctionnaire de Marseille, et Neumann avec František Brauner, juriste et homme politique tchèque. Elles ne se sont revues qu’en 1878 à Paris. À cette époque, Mme Braunerová avait déjà quatre enfants adultes, dont la cadette est Zdenka, et Mme Bourges un fils, prénommé Élemir.

Zdenka Braunerová

2Zdenka est née le 9 avril 1858, au moment où la nation tchèque a parachevé sa renaissance et veut en finir avec le provincialisme pour renouer des rapports directs avec la pensée et l’art occidentaux. Elle vient au monde dans une famille aisée et patriotique ; son père, avocat, est député à la Diète de Bohême et au Reichsrat (parlement de Vienne). Elle reçut une bonne éducation à la maison (malgré le patriotisme de sa famille, son éducation est bilingue, tchèque et allemande, alors que sa mère n’a jamais maîtrisé le tchèque de façon satisfaisante), puis elle fréquente l’École des jeunes filles de Prague. La bonne connaissance des langues étrangères est manifeste dans la famille Brauner : Mlle Braunerová parle français, anglais, russe et polonais.

3Dans le salon de sa mère, elle entra tôt en contact avec l’élite des écrivains et des artistes tchèques. En 1872, un des visiteurs y présenta un jeune historien français, Ernest Denis, mais il faut dire que cette rencontre n’a marqué ni la vie de Zdenka, ni celle de Denis.

4Le talent d’artiste de Mlle Braunerová se précisa sous la conduite de quelques peintres et par des voyages qu’elle fit avec sa mère, d’abord à Vienne en 1873, puis à Paris en 1878.

Premiers rapprochements avec la France

  • 3 Statní oblastní archiv Praha – zapad (SOKA Praha-zapad), Zdenka Braunerová, Denik [Journal intime] (...)

5En 1873, elle admira la peinture française exposée dans le pavillon français de l’Exposition universelle de Vienne3. Ce fut son premier contact avec l’art français. Puis, en 1878, elle visita avec sa mère et sa sœur aînée l’Exposition universelle de Paris. C’est là que les sœurs firent la connaissance d’Élemir Bourges qui initia Zdenka Braunerová aux études de la peinture italienne et lui fit voir des tableaux de Giotto et de Fra Angelico. Il lui a également fait connaître les poètes anglais de l’époque élisabéthaine.

  • 4 Journal des Arts, 1889, p. 1-2.

6Dès lors, Zdenka Braunerová décida de se consacrer à la peinture ; les ateliers de Paris lui offrirent la possibilité de se préparer à vivre cette vocation. La réalisation de ses plans fut d’ailleurs facilitée par le mariage de sa sœur Anna qui, en 1883, épousa Élemir Bourges. Le jeune couple s’installa à Paris où, bientôt, il accueillit Zdenka. L’appartement des Bourges au Quai d’Orsay, puis leur maison à Samois-sur-Seine, furent toujours ouverts aux poètes, aux écrivains et aux artistes. Après deux séjours chez eux en 1885 et 1886, Zdenka Braunerová s’établit en 1887 à Paris pour sept ans afin de parfaire son éducation artistique à l’Académie Colarossi. En 1889, elle devint membre de l’Union des femmes peintres et des sculpteurs, après avoir exposé pour la première fois son tableau Tas de sable à Cayeux. La critique fut favorable4. À partir de cette année, elle commença à exposer régulièrement : à Paris d’abord, plus tard à Prague et dans d’autres villes tchèques.

7Comme peintre, elle resta fidèle à Corot, aux paysagistes de Barbizon, mais elle ne se laissa pas inspirer par l’impressionnisme et ses conséquences. Elle devint paysagiste de la forêt de Fontainebleau, de Cayeux-sur-Mer en Normandie où elle passa les mois d’été de 1888 à 1891, des quais de la Seine, des alentours de Samois. Elle fut en outre graphiste de lieux pittoresques de Prague et d’ailleurs, illustratrice de nombreux livres. Elle se mit même au travail sur verre, exposé avec succès à l’étranger, notamment à Paris en 1910 et surtout en 1925 lors de la fameuse exposition des Arts-Déco où l’ensemble de ses œuvres de verre obtint un prix.

8Telle fut la peintre Zdenka Braunerová.

« Consul tchèque » à Paris

9Pendant les années passées à Paris, grâce à son beau-frère, Zdenka Braunerová fit connaissance du monde des salons. À côté du salon des Bourges, elle visitait celui de Madame Pailleron, femme de l’écrivain Édouard Pailleron, copropriétaire de la Revue de deux mondes, mais aussi beaucoup d’autres. Partout, elle rencontrait le monde intéressant : des peintres (Armand Point, Odilon Redon), des écrivains (Jean Richepin, Stéphane Mallarmé, les frères Margueritte, Octave Mirbeau, Marcel Schwob, Anatole France, Joris-Karl Huysmans, etc.) et des hommes politiques comme Raymond Poincaré ou Philippe Berthelot. Elle leur communiqua sa propre vision de sa patrie. Devant les intellectuels français, elle s’efforça d’expliquer les problèmes d’une nation qui leur était presque inconnue et sa situation dans l’Empire austro-hongrois.

  • 5 Margueritte V., Au fil de l’heure, Paris, Plon, 1898, p. 74-75 et suivantes. Voir Lumír 27, no 11, (...)

10Elle profita des soirées de musique pour produire des chansons populaires tchèques et moraves. Le public fut enchanté et Victor Margueritte lui demanda de traduire les paroles en français. Ainsi, les « Chansons moraves », ensemble de dix poèmes du recueil Au fil de l’heure de Victor Margueritte, virent le jour5.

  • 6 Journal des Arts, 1892, p. 2 ; Journal des femmes peintres, 1891 ; Journal des femmes peintres, 18 (...)
  • 7 Journal des Arts, 1892, p. 2.

11En outre, une excellente idée vint à Zdenka Braunerová en 1892 : dans le cadre de l’Exposition de l’Art des femmes organisée par l’Union centrale des Arts décoratifs pour le Palais de l’Industrie, dont le programme avait été publié dans le Journal des Arts et dans le Journal des Femmes peintres6, elle présenta l’art populaire tchèque – broderies, dentelles, poteries, costumes nationaux, jouets, meubles, bref des choses que tout le monde était capable de comprendre et d’apprécier sans connaître leur contexte politique ou social. Son idée fut soutenue par la Ville de Prague. Ainsi, à partir du 1er août 1892, les visiteurs de l’Exposition de l’Art des femmes admiraient des vitrines qui leur présentaient l’art populaire « tchécoslovaque »7. L’idée tombait bien : au tournant du siècle, l’intérêt croissant pour le folklore attirait l’attention sur des nations européennes peu connues en France.

  • 8 Českýlid, 1893, p. 220.
  • 9 Literární archiv Památníku národního písemnictví (LA PNP), Zdenka Braunerová, Osobní fond, Julie F (...)

12Cette exposition eut un grand succès moral, reconnu par le directeur de l’exposition Marius Vachon qui accorda à Braunerová une médaille et du matériel. En effet, plusieurs Parisiennes commandèrent par l’intermédiaire de Braunerová des produits d’art populaire provenant des pays tchèques ; certaines allèrent même jusqu’à entreprendre un voyage en Moravie8. Braunerová servit donc de médiatrice entre Paris et la Moravie : le 1er mars 1893, une boîte remplie de 42 kilos de textiles brodés fut expédiée de Prague pour Paris9.

  • 10 Archives littéraires de Bern. Fonds William Ritter, Correspondance, Zdenka Braunerová à William Ri (...)

13En outre, Braunerová aida ses compatriotes venus à Paris, parmi lesquels des peintres qui seront plus tard renommés (Joža Uprka, František Bilek qui comme Braunerová étudia dans l’atelier Collarossi, puis chez Injalbert). En 1907, par l’intermédiaire d’Odilon Redon, de William Ritter et d’autres, elle réussit à présenter le jeune Miloš Marten au monde littéraire de Paris10.

14Cependant, l’infatigable Braunerová ne fut pas particulièrement ravie lors de la naissance d’un État tchécoslovaque indépendant en 1918, mais la république lui offrit malgré tout la possibilité d’une carrière diplomatique en remerciement de l’aide apportée par Braunerová lors de la mission militaire française commandée par le général Maurice Pellé. Elle fut invitée à participer à la création de l’armée tchécoslovaque. Ainsi, la porte de la maison de Brauner à Roztoky, près de Prague, s’ouvrit au chef de la mission militaire française. Pendant sa tournée d’inspection en Slovaquie morave, fasciné par l’art populaire et les caveaux de vin, le général eut l’idée d’organiser à Paris une Exposition d’art tchécoslovaque. Avec le soutien du ministre des Affaires étrangères Édvard Benes, un comité d’exposition fut constitué avec Fernand Clément-Simon, ambassadeur de France en Tchécoslovaquie, et Stephan Osusky, ambassadeur de Tchécoslovaquie en France. Le ministre de l’Éducation nationale, Gustave Habrmann, fut placé à sa tête. Zdenka Braunerová, quant à elle, fut nommée secrétaire générale du Comité.

  • 11 LA PNP, Zdenka Braunerová, Osobní fond, Lettres et Souvenirs Jean Le Chatelier, t. I, Paris, 1990, (...)

15L’Exposition d’art tchécoslovaque, ouverte le 29 avril 1920, fut établie au Grand Palais. Son but fut de contribuer à donner une identité à la Tchécoslovaquie dans l’esprit des Parisiens, leur offrir un point de vue sur la culture et les aptitudes artistiques des Tchécoslovaques, jusque-là plutôt inconnues en France. Des costumes populaires, mais aussi des broderies, des meubles et de la céramique furent exposés. Le catalogue donne la liste de 22 artistes exposant 122 peintures et dessins, les dessins à la plume et les gravures sur bois de Max Švabinsky notamment11.

16La parenté d’esprit entre Braunerová et Pellé créa une amitié qui se doubla bientôt de liens de parenté. En effet, dans l’atelier de l’artiste, Pellé rencontra sa future épouse, Jarmila, qui était la nièce de Mlle Braunerová. En outre, plus tard, la sœur aînée de Jarmila épousa le commandant Julien Flipo. Voilà une stratégie familiale au service de la coopération militaire franco-tchécoslovaque !

Braunerová accueillante : Ritter, Rodin, Claudel, Pellé

  • 12 LA PNP, Zdenka Braunerová, Osobní fond, Mauclair à Braunerová, Paris, mai 1908.

17Réinstallée à Roztoky dans un vieux moulin aménagé par ses parents – dans le jardin duquel elle fit bâtir son atelier –, mais revenant à Paris à peu près tous les deux ans, Braunerová participa à la vie culturelle pragoise. Elle se lia notamment d’amitié avec des écrivains, des peintres, des sculpteurs, des musiciens, non seulement tchèques mais aussi d’autres pays d’Europe. Par exemple en 1899 à Roztoky, elle reçut le publiciste suisse William Ritter accompagné par le jeune peintre Miloš Jiránek et le critique d’art Marcel Montandon ; dix ans plus tard, en mai 1908, c’est Camille Mauclair12 qui lui rendit visite.

18Surtout avant 1914, Braunerová rencontra deux personnalités exceptionnelles de l’art et de la littérature français. En 1902, celui qui n’est pas encore reconnu comme le plus grand sculpteur français, Auguste Rodin, arriva à Prague qui lui organisait sa première grande exposition hors de France. Sa visite fut préparée par le jeune sculpteur Josef Mařatka (qui travaillait dans l’atelier de Rodin à Meudon) et par des représentants du groupe artistique pragois appelé Mánes. Ces derniers ont pris contact avec Rodin le 22 septembre 1900 :

  • 13 Archives du Musée Rodin, Tchécoslovaquie, Prague, S. Sucharda à A. Rodin, Prague, 22 septembre 190 (...)

Enfants d’une nation, dont la vie nouvelle ne date que du commencement de ce siècle et le mouvement artistique que depuis quarante ans ou plus, nous ne sommes tous qu’au commencement de la tâche que l’art nous impose : exprimer notre caractère national slave dans un art bien à nous. Presque sans précurseurs et sans traditions dans cette lutte, libérés depuis hier à peine des traditions académiques, nous les jeunes sommes allés chez vous pour trouver du réconfort et du soutien. Et vos œuvres, Maître, nous étaient des leçons les plus sublimes et les plus réconfortantes à tous, peintres et sculpteurs13

  • 14 Volne smery [Tendances libres], revue artistique fondée en 1896.
  • 15 Archives du Musée Rodin, Tchécoslovaquie, Prague, Braunerová à A. Rodin, Prague, 5 juin 1902.
  • 16 LA PNP, Zdenka Braunerová, Korespondence odeslaná, Braunerová à Bourges, Paris, le 30 juillet 1906
  • 17 LA PNP, Zdenka Braunerová, Korespondence. La première date du 22 ou 29 juin 1902, la seconde du 18 (...)

19Au bout de quatre semaines, la ville de Prague, ravie de recevoir Rodin avant que Vienne ne puisse le faire, fit construire un pavillon tout neuf pour cette occasion. En 1901, l’exposition de Rodin fut annoncée par un numéro spécial de la revue Volné směry14 consacré entièrement au sculpteur. Rodin arriva finalement le 28 mai 1902 : sa visite devint une véritable fête nationale avec un ton très anti-autrichien. Le succès fut énorme et Zdenka Braunerová n’y manqua pas. Elle avait déjà été présentée à Rodin en 1898, à Paris, à l’occasion du salon du Champ de Mars15. Avec Mařatka et d’autres, elle accompagna Rodin en Slovaquie morave, lieu pittoresque s’il en est et contrée de vignobles oubliée par le progrès de l’industrie. À partir de leur correspondance mutuelle qui a été conservée, on sait qu’elle l’invita dans son appartement situé dans la Petite Ville de Prague. Après le départ de Rodin, la correspondance entre lui et Mlle Braunerová dura pendant sept ans, mais ils ne se revirent qu’une seule fois, à Paris en juillet 190616. Les lettres de Rodin à Braunerová ont été détruites par la famille de Zdenka – nous ne disposons que de la copie de deux exemplaires faite par Braunerová elle-même17, mais celles de Braunerová au sculpteur sont conservées aux Archives du Musée Rodin à Paris. Il s’agit de cinq lettres, une carte postale et une carte de visite de Braunerová.

  • 18 Rodin à A.I. Hercovici, Paris, 17 octobre 1903, Correspondance de Rodin, 1985-1992, p. 97-98.

20Quoi qu’il en soit, Prague resta ravie de la visite du sculpteur, dont Rodin a gardé des souvenirs inoubliables, comme il l’indique dans sa correspondance : « L’accueil qui m’a été réservé, et la réception qui m’a été faite, ce sera un événement rare et inoubliable dans ma vie. […] moi, simple sculpteur d’être reçu avec tant de magnificence »18.

  • 19 Le consulat français n’y est fondé qu’en 1897.
  • 20 Claudel P., Sochařka Kamilla Claudelová, Moderni revue, no 19, 1907, p. 268.

21Plus tard, Braunerová aida Paul Claudel, consul français à Prague19 de 1909 à 1911, à résoudre certaines questions pratiques de son séjour tchèque. Ils firent connaissance par l’intermédiaire de Philippe Berthelot et une amitié profonde naquit entre eux, ainsi qu’avec un jeune ami de Braunerová, Milos Marten, écrivain, critique et traducteur – plus tard, il traduisit en tchèque le roman d’Élemir Bourges, Les oiseaux s’envolent et les fleurs tombent, dont les deux héroïnes sont inspirées par Anna et Zdenka Braunerová. Ce fut Marten qui, deux ans avant l’arrivée de Claudel à Prague, traduisit et fit publier dans la revue littéraire de la jeune génération, Moderni revue (La Revue Moderne), l’article intitulé « Le sculpteur Camille Claudel » dont l’auteur fut Paul Claudel en personne. Marten a noté : « Paul Claudel, le frère de cette femme-sculpteur, est un esprit poétique et philosophique entièrement neuf de la France d’aujourd’hui. Nous publions son article pour présenter une femme, un artiste profondément intéressant et, à la fois, pour révéler la substance de l’art plastique »20.

  • 21 Prague, Paris, Gallimard (Coll. Cahiers Paul Claudel, t. IX), 1971, p. 270.
  • 22 Ibid., p. 97.
  • 23 Claudel P., Journal, t. I, 1904-1934, t. II, 1933-1955, Paris, 1968, p. 163.

22À son arrivée en novembre 1909, Claudel fut totalement perdu à Prague qu’il trouva triste et froide, sans compter qu’il ne comprenait pas la langue tchèque. Il s’installa dans une ville où existait un fort nationalisme car de menus conflits entre les Tchèques et les Allemands étaient devenus presque quotidiens. C’est la raison pour laquelle il limita ses contacts à des personnes peu nombreuses. Il fit notamment la connaissance d’Arnošt Procházka, d’Otakar Březina, de Karel Klostermann, d’Emanuel Čenkov et de František Bílek. En outre, il rencontra à deux reprises le leader des Jeunes-Tchèques, Karel Kramář, ainsi que le député de la Diète Ladislav Pinkas, fils du peintre et fondateur de l’Alliance Française de Prague. Claudel ne chercha pas à comprendre les nuances des querelles nationales. Préoccupé par l’art, il fréquenta, selon ses dires, une « caste aristocratique et riche qui formait un milieu idéal pour le développement des beaux-arts »21. Très souvent, il assistait à la messe célébrée à Emmaüs par le père Alban Schleichter, un des adversaires les plus importants de la politique tchèque. En revanche, Claudel fréquentait souvent le milieu germanophone, sans que l’on sache s’il partageait sa vision de l’Europe centrale. En tout cas, il décrivait les Tchèques comme trop agités, exaltés, querelleurs, terre à terre et sans finesse. Il leur reprochait également de se souvenir sans cesse de leur glorieux passé22. Cependant, il a bien remarqué la fraternité tchéco-allemande fondée sur l’attachement commun à la bière : « Allemands ou Tchèques, la même bière coule dans nos veines. La bière est plus épaisse que l’eau »23.

  • 24 Claudel P., Œuvres en prose, Paris, Gallimard (Coll. La Pléiade), 1965, p. 163-164.
  • 25 Ibid., p. 274-275.

23Avec Braunerová, marraine de sa fille née à Prague, le poète portait le même regard sur le monde : ils refusaient tous les deux le socialisme mais aussi le libéralisme, le républicanisme, le positivisme ou le réalisme du Président Masaryk. En outre, Claudel n’accepta jamais la chute de l’Autriche-Hongrie car, pour lui, l’Autriche représentait le « chef-d’œuvre de l’art jésuite », c’est-à-dire baroque24. Plus tard, il désignera la République d’Autriche et la Tchécoslovaquie comme « deux saucisses […] qui ont plus de frontières que de substance »25. Lui et Braunerová détestaient également l’hérésie des hussites mais, paradoxalement, pendant son séjour pragois, Claudel put voir la statue de Jean Hus s’élever sur la Place de la Vieille Ville…

  • 26 Dějiny českého divadla, Praha, 1977, p. 320.

24Grâce à sa mission et à Braunerová, il connut également d’autres villes de Bohême. Il pénétra l’esprit médiéval et baroque de Prague, et visita aussi une région au nord de Prague appelée le Paradis de Bohême, où il se promena en compagnie de Braunerová. Non seulement la messe de Pâques célébrée à Emmaüs à laquelle il assista, mais aussi les ruines de château de Trosky remplissent son idée du Monsavierge et l’ont poussé à rééditer ses drames, La jeune fille Violaine et L’annonce faite à Marie. La première a lieu le 23 décembre 1912 au Théâtre de l’Œuvre à Paris. Braunerová participa aux spectacles suivants donnés au printemps 1913 à Strasbourg et à Francfort, puis en octobre de la même année à Hellerau près de Dresde. Ce fut alors la dernière fois qu’elle rencontra Claudel. Marten traduisit sa pièce pour le Théâtre National qui la donna en février 1914 avec une mise en scène de Jaroslav Kvapil. La décoration, à laquelle Braunerová participa, fut dominée par le motif des ruines de Trosky que Braunerová avait déjà emprunté pour la couverture de l’édition de ce drame, en 1912, à la Nouvelle Revue Française. À Prague, l’écho de la représentation fut assez réservé, sinon négatif26.

  • 27 Prague, Paris, Gallimard (Coll. Cahiers Paul Claudel, t. IX), 1971, p. 81.
  • 28 En France, le texte n’a été publié qu’en avril 1965 dans le Figaro. Prague, Paris, Gallimard (Coll (...)

25C’est à Prague que Claudel situa une grande scène de son Soulier de satin et qu’il eut l’idée de glorifier les saints tchèques : Venceslas, Ludmila, Jean Nepomucène et aussi l’Enfant Jésus de Prague. Le livre Images saintes de Bohême est paru en 1911 avec des illustrations de Braunerová27. Mais son inspiration tchèque ne s’arrêta pas là puisque Zdenka lui fit connaître un conte de fée slovaque dont Claudel s’inspira pour écrire le conte symboliste Le cheval qui apportait le soleil28, publié dans la Revue Moderne de Prague qui, pendant quelques années, parut sous le sceptre graphique de Braunerová.

26Claudel quitta Prague au mois de novembre 1911 pour un nouveau poste à Francfort, mais il revint en juillet de 1912 au Paradis de Bohême pour servir de témoin à la cérémonie de mariage de Milos Marten. Ils ne se revirent plus ensuite, sauf dans le dernier livre de Marten paru en 1917 : dans le dialogue philosophique Au-dessus de la ville, Michel (Marten) discute en effet avec Allan (Claudel) du sens de l’histoire de la Bohême ; Braunerová accompagna le livre de ses illustrations. Elle a aussi illustré quelques livres de Claudel et a fait un ex-libris pour lui. Marten est mort avant la parution de son livre.

  • 29 Prague, Paris, Gallimard (Coll. Cahiers Paul Claudel, t. IX), 1971, p. 213.

27Juste avant l’attentat de Sarajevo, le 19 juin 1914, Claudel écrivit à Braunerová. Puis, la correspondance fut interrompue pendant cinq ans avant de reprendre en mars 1919 par une lettre de Claudel. Mais leur communication resta rare, les deux amis ne s’échangeant que quelques lettres. Claudel rédigea sa dernière le 28 avril 1934 : « Chère vieille amie, c’est avec beaucoup de peine que j’appris votre mauvais état de santé. La vie devient dure quand on vieillit… »29. La rencontre dont ils parlaient dans leurs lettres n’eut jamais lieu et Braunerová décéda le 23 mai 1934. Claudel apprit sa mort presque immédiatement – la mort de son amie lui donna l’inspiration pour un poème très rapidement traduit en tchèque et illustré par Jan Konupek.

  • 30 LA PNP, Zdenka Braunerová, Osobní fond ; Archives littéraires de Bern. Fonds William Ritter ; 11 l (...)
  • 31 Archives littéraires de Bern. Fonds William Ritter, Braunerová à Ritter, Prague, 4-5 mars 1899.

28Avec William Ritter, romancier et critique d’art suisse, Braunerová ne parvint jamais à une amitié aussi sincère que celle qu’elle avait développée avec Claudel. En 1899, à Pâques, Ritter, accompagné de Marcel Montandon et des peintres tchèques Miloš Jiránek et Arnošt Hofbauer, visitèrent Braunerová à Roztoky. À partir de ce moment, elle entretint une correspondance plus au moins suivie avec Ritter jusqu’en 193230. Au début du XXe siècle, Ritter habita Prague ; Braunerová l’accompagna à travers la Petite Ville pragoise et l’invita en Slovaquie morave. Dans une des lettres qu’elle lui adressa, Braunerová a caractérisé avec beaucoup d’amertume la nation tchèque : « Nous sommes une race piétinée, une race qui fournit pendant deux cents ans les valets à l’Europe entière, et le peuple est incrédule quand on lui promets [sic] une vie meilleure qui n’est pas la vie d’un serviteur. Notre peuple ne sent plus que le métier de domestique est au fond une occupation abaissante »31. Un tel ton est vraiment étrange à l’époque du nationalisme tchèque triomphant.

  • 32 Ritter W., Smetana, Paris, F. Alcan, 1907 (rééd. en offset, Paris, PUF, 1978).
  • 33 Schwab R., La vie d’Élimir Bourges, op. cit., p. 265-267.

29Ritter a écrit une biographie du compositeur Bedrich Smetana parue en 1907 et 197832 et celle de Braunerová qui n’a jamais été publiée. Le portrait de la peintre tracé par Ritter n’est pas très flatteur pour elle, mais il comprend quelques saillies bien senties : « Elle a fait de tout, assez peu, avec plus de charme que de sérieux et d’application ; se dépensant par ailleurs à tout le monde, visites de thés en ville, sauvetage de vieux quartiers de Prague, opposition pondeuse au régime Masaryk, éducation de protégés […], s’attelant à la gloire et aux intérêts tantôt de celui-ci, tantôt de celui-là… »33.

  • 34 LA PNP, Zdenka Braunerová, Osobní fond, kart. č. 1.

30Le principal mérite de Zdenka Braunerová fut indéniablement de développer des contacts intellectuels et artistiques entre les deux pays. Dans son carnet d’adresses qui date du début du XXe siècle, la moitié des adresses était tchèque, l’autre moitié française34. Elle a passé la plus grande partie de sa vie dans les Pays tchèques – à Prague, à Roztoky, en Slovaquie morave, au Paradis de Bohême ou dans d’autres villes et villages qu’elle trouvait intéressants. Très critique envers ses compatriotes, elle essaya de leur faire connaître la civilisation française. Elle passa plusieurs années en France, qui fut le but le plus fréquent de ses voyages, même durant l’entre-deux-guerres. Très critique aussi envers les Français, elle leur faisait connaître la civilisation tchèque. En même temps, elle appréciait la civilisation, la littérature et les anciennes cités allemandes. Comme artiste, elle chercha son inspiration d’abord auprès des Italiens, puis auprès des Anglais. Alors que le nationalisme régnait dans toute l’Europe, elle était au vrai sens du mot cosmopolite, à une époque qui n’aimait pourtant pas les cosmopolites.

Notes

1 Schwab R., La vie d’Élimir Bourges (textes et documents inédits), Paris, Stock, 1948, p. 13.

2 Ibid., p. 16.

3 Statní oblastní archiv Praha – zapad (SOKA Praha-zapad), Zdenka Braunerová, Denik [Journal intime] 1873, 30 août 1873.

4 Journal des Arts, 1889, p. 1-2.

5 Margueritte V., Au fil de l’heure, Paris, Plon, 1898, p. 74-75 et suivantes. Voir Lumír 27, no 11, 1er janvier 1899.

6 Journal des Arts, 1892, p. 2 ; Journal des femmes peintres, 1891 ; Journal des femmes peintres, 1892.

7 Journal des Arts, 1892, p. 2.

8 Českýlid, 1893, p. 220.

9 Literární archiv Památníku národního písemnictví (LA PNP), Zdenka Braunerová, Osobní fond, Julie Fantová à Zdenka Braunerová, Prague, 1er mars 1893.

10 Archives littéraires de Bern. Fonds William Ritter, Correspondance, Zdenka Braunerová à William Ritter, Paris, 18 juillet 1907.

11 LA PNP, Zdenka Braunerová, Osobní fond, Lettres et Souvenirs Jean Le Chatelier, t. I, Paris, 1990, copie de Mariska Sandiford-Pellé.

12 LA PNP, Zdenka Braunerová, Osobní fond, Mauclair à Braunerová, Paris, mai 1908.

13 Archives du Musée Rodin, Tchécoslovaquie, Prague, S. Sucharda à A. Rodin, Prague, 22 septembre 1900.

14 Volne smery [Tendances libres], revue artistique fondée en 1896.

15 Archives du Musée Rodin, Tchécoslovaquie, Prague, Braunerová à A. Rodin, Prague, 5 juin 1902.

16 LA PNP, Zdenka Braunerová, Korespondence odeslaná, Braunerová à Bourges, Paris, le 30 juillet 1906.

17 LA PNP, Zdenka Braunerová, Korespondence. La première date du 22 ou 29 juin 1902, la seconde du 18 août 1902.

18 Rodin à A.I. Hercovici, Paris, 17 octobre 1903, Correspondance de Rodin, 1985-1992, p. 97-98.

19 Le consulat français n’y est fondé qu’en 1897.

20 Claudel P., Sochařka Kamilla Claudelová, Moderni revue, no 19, 1907, p. 268.

21 Prague, Paris, Gallimard (Coll. Cahiers Paul Claudel, t. IX), 1971, p. 270.

22 Ibid., p. 97.

23 Claudel P., Journal, t. I, 1904-1934, t. II, 1933-1955, Paris, 1968, p. 163.

24 Claudel P., Œuvres en prose, Paris, Gallimard (Coll. La Pléiade), 1965, p. 163-164.

25 Ibid., p. 274-275.

26 Dějiny českého divadla, Praha, 1977, p. 320.

27 Prague, Paris, Gallimard (Coll. Cahiers Paul Claudel, t. IX), 1971, p. 81.

28 En France, le texte n’a été publié qu’en avril 1965 dans le Figaro. Prague, Paris, Gallimard (Coll. Cahiers Paul Claudel, t. IX), 1971, p. 13-14.

29 Prague, Paris, Gallimard (Coll. Cahiers Paul Claudel, t. IX), 1971, p. 213.

30 LA PNP, Zdenka Braunerová, Osobní fond ; Archives littéraires de Bern. Fonds William Ritter ; 11 lettres de Zdenka Braunerová, datées de 1899 à 1925.

31 Archives littéraires de Bern. Fonds William Ritter, Braunerová à Ritter, Prague, 4-5 mars 1899.

32 Ritter W., Smetana, Paris, F. Alcan, 1907 (rééd. en offset, Paris, PUF, 1978).

33 Schwab R., La vie d’Élimir Bourges, op. cit., p. 265-267.

34 LA PNP, Zdenka Braunerová, Osobní fond, kart. č. 1.

Auteur

Université de Pardubice (République tchèque)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search