Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

34. La culture française, contre poids à la suprématie allemande Hongrie 1830-1860

Charles Kecskeméti

Texte intégral

Le latin, l’allemand et le français en Hongrie

  • 1 Par exemple dans Béhar P., L’Autriche-Hongrie idée d’avenir. Permanences géopolitiques de l’Europe (...)

1Sans doute ne sied-t-il pas d’entamer sa réflexion par une remarque polémique. Dans le cas du thème choisi pour cette communication, je n’ai pu faire autrement. Depuis 150 ans environ, la culture historique française charrie un cliché fondé sur un fantasme : l’alliance millénaire entre Germains et Magyars contre les Slaves1. Le cliché résiste parce qu’entre 1933 et 1945, la Hongrie, issue du traité de Trianon et de la contre-révolution de 1919, lia son destin à celui du IIIe Reich.

  • 2 « Dès sa formation, l’État hongrois fit son entrée dans la communauté culturelle germano-chrétienn (...)

2La longue histoire des relations entre Allemands et Magyars, entre Provinces autrichiennes et royaume de Hongrie, entre Saint-Empire et pays de la couronne de Saint-Étienne est infiniment plus compliquée que ne le laisse supposer le cliché ou son rejet sommaire. Car pendant un bon millénaire, ces relations baignaient dans l’ambiguïté. Peut-être ne faut-il pas aller jusqu’à intégrer la Hongrie dans la « communauté culturelle germano-chrétienne » de Hegel, proposée en 1917 par Gyula Szekfű2, qui allait bientôt devenir l’historien le plus influent de son temps ; mais nulle autre nation n’a joué dans l’histoire de la culture, de l’économie, du droit, etc., et dans l’histoire tout court de la Hongrie un rôle comparable à celui des Allemands. Or, aussi étroites que fussent ces relations, aussi décisif que fût l’apport des Allemands à la vie et à la survie de la Hongrie, et aussi indéniable que fût le prestige de la civilisation allemande, ces facteurs n’ont pu faire naître la sympathie collective ni d’un côté ni de l’autre. Au contraire, c’est un antagonisme permanent, des conflits récurrents et une méfiance réciproque profondément ancrée dans les deux esprits nationaux, qui se sont greffés sur un fond d’interdépendance.

3Après un demi-millénaire de contacts étroits dynastiques, politiques, religieux et économiques, une ère d’interdépendance commença à la fin du XIVe siècle. La Hongrie servait de rempart à l’Autriche et au Saint-Empire contre la poussée ottomane, tout au long du XVe siècle et jusqu’à 1540, puis, pendant 150 ans, la ligne de défense (longue d’environ mille kilomètres), traversant le royaume de l’Adriatique à la Haute-Tisza, était financée, armée et pourvue de troupes par les provinces Habsbourg et les États de l’Empire. La Réforme illustre de façon frappante la discordance entre Allemands et Hongrois. Alors que les Saxons de Scépusie et de Transylvanie et la population allemande des villes libres se convertirent au luthéranisme, le calvinisme devint la religion hongroise par excellence.

  • 3 Kazinczy F., Levelezése [Correspondance], vol. 4, Budapest, Magyar Tudományos Akadémia, János Váczy (...)
  • 4 Joseph Teleki (1738-1796), calviniste rigoureux, auteur de l’Essai sur la foiblesse des esprits fo (...)

4La longue paix du XVIIIe siècle, et en particulier le règne de Marie-Thérèse, ont certainement amorcé un rapprochement contrastant avec les orages des temps passés. Pendant une trentaine d’années, Vienne était le foyer le plus actif de la presse naissante et de la vie culturelle et scientifique hongroise, l’élite politique et intellectuelle ne pouvait pas ne pas ajouter la connaissance de la langue allemande au bagage classique obligatoire de l’honnête homme. Une anecdote rapportée en 1806 par Ferenc Kazinczy (1759-1831)3 montre que, sous le règne de Charles VI, l’apprentissage de l’allemand n’allait pas encore de soi dans les grandes familles de Hongrie. L’Empereur François Ier de Lorraine, recevant un jour le comte Ladislas Teleki (1710-1778) lui demanda : « Sind-Sie der gelehrte Teleki ? » Celui-ci lui répondit : « Non sum, Augustissime Imperator, ille filius meus est »4. À l’Empereur qui s’enquit alors pourquoi il n’a pas répondu en allemand, Teleki expliqua qu’à l’époque où il aurait pu l’apprendre, savoir l’allemand passait pour honteux. Cette mentalité, qui permit à la Chambre des Comptes de Hongrie de renvoyer à la Chambre des Comptes de Vienne tel ou tel acte rédigé en allemand avec la mention « langue inconnue », ne cessait de perdre du terrain, à telle enseigne que Joseph II crut possible d’imposer l’allemand à la place du latin comme langue des écritures judiciaires et administratives. Cela lui valut, à la fin de son règne, l’hostilité de l’ensemble de la classe politique, y compris les partisans des réformes éclairées (tolérance, justice pénale, etc.), et provoqua après sa mort, le premier train de mesures visant à substituer le hongrois au latin officiel.

5Le sursaut contre la « germanisation » restait cantonné au domaine politique. Connaître l’allemand pour pouvoir lire Lessing, Goethe, Herder et les revues littéraires de Iéna, de Halle et de Vienne devint un « must » auquel nul lettré de Hongrie et de Transylvanie, quelle qu’en fût la langue maternelle (hongrois, slovaque, roumain, serbe) ne put se soustraire. La publication en allemand d’œuvres d’auteurs hongrois commence pendant la décennie de Joseph II, puis continue sous les règnes de Léopold II et de François I er. Les deux penseurs les plus éminents des Lumières de Hongrie, le juriste et historien Joseph Hajnóczy (1750-1795) et l’économiste Grégoire Berzeviczy (1763-1822), publièrent leurs traités et pamphlets en latin et en allemand.

  • 5 Deé Nagy A., Teleki Sámuel és a Teleki-téka, Bukarest, Kriterion, 1976, 261 p. (Téka).
  • 6 Segesváry V., The History of a Private Library in 18th Century Hungary. The Library of Pál and Gede (...)
  • 7 Granasztói O., « Lecteurs hongrois de livres français. Diffusion et réception de la littérature fra (...)

6Le français pénétrait en Hongrie par deux voies principales : par les livres achetés un peu partout en Europe d’une part, par Vienne d’autre part. Comme partout dans l’Europe du XVIIIe siècle, la bibliothèque à dominante française fait son apparition ; les livres français publiés en France, en Suisse, aux Pays-Bas, en Angleterre et en Allemagne ont leur public en Hongrie. Ils sont présents en nombre dans toutes les bibliothèques privées, scolaires voire ecclésiastiques (celles des Teleki5, des Széchényi, des Festetics, des Jankovich, de l’Ordre des Piaristes à Szeged, etc.). Plusieurs de ces bibliothèques, comme celles du comte Gedeon Ráday à Pécel6 et du comte Étienne Csáky à Homonna (Humenné)7 sont composées essentiellement, sinon exclusivement, de publications en langue française. Sous les règnes de Marie-Thérèse et de ses fils, les livres traversaient les frontières sans difficulté majeure.

7Comme le Tout-Europe du temps de Louis XV et de Louis XVI, le Tout-Vienne (membres de la dynastie, dignitaires, généraux, grands commis et savants) se devait de connaître le français aussi bien, sinon mieux que l’allemand. Les Hongrois résidant à Vienne, membres de la Garde noble, personnel de la Chancellerie, diplomates entre deux missions, professeurs, journalistes et aristocrates propriétaires d’un hôtel qui passaient une partie de l’année dans la capitale impériale, obéissaient évidemment à la mode.

  • 8 Michaud C., « Lumières, Franc-maçonnerie et politique dans les États des Habsbourg. Les corresponda (...)
  • 9 Arrivés au grade de colonel à la fin de leur carrière militaire, tous deux étaient francs-maçons e (...)
  • 10 Voir Kecskeméti C., Notes, rapports et témoignages français sur la Hongrie, 1717-1809, Paris/Budap (...)

8Courtisans, diplomates et lettrés comme le comte Jean Fekete8 et les deux poètes transylvains de la Garde noble, Alexandre Báróczi (1725-1809) et Ábrahám Barcsay (1742-1806)9, se devaient de lire Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Marivaux et Crébillon fils et d’écrire un français élégant. Joseph Ürményi (1741-1825), issu d’une famille de fortune modeste, éduqué en Hongrie et à l’Université de Vienne, grand serviteur de Marie-Thérèse et de Joseph II, très apprécié par le marquis de Noailles, ambassadeur à Vienne de 1784 à 1792, rédigeait un français clair et compréhensible, mais dans un style dépourvu d’élégance et très loin de la perfection grammaticale10. Au point de vue du rayonnement de la langue et de la littérature françaises, la haute société et les lettrés de la Hongrie du XVIIIe siècle ne se distinguaient guère de leurs homologues des autres pays et provinces de la région.

L’honnête homme après le tournant du XIXe siècle

9La censure rétablie en 1792 fit chuter brusquement le nombre de traductions publiées. Atala parut en hongrois en 1803, mais la censure interdit la publication de Corinne, traduit par Bölöni Farkas en 1815. La presse périodique, à peine née, fut frappée avec une sévérité particulière après les procès politiques et les limogeages massifs de 1795. Le virage ne put cependant faire table rase des habitudes culturelles. Autant que faire se pouvait, on se tenait au courant de ce qui se publiait en français, en puisant notamment dans les revues littéraires allemandes qui continuaient à parvenir aux abonnés. À l’opposé du but recherché, l’hystérie de la censure aboutit au résultat spectaculaire de pérenniser la culture éclairée du XVIIIe siècle. Comme le système n’allait se desserrer, et encore avec une lenteur prudente, que dans les années 1830, cet ancrage allait marquer l’éducation de deux générations nées après la mort de Marie-Thérèse. Puisque les auteurs contemporains n’arrivaient pas, les nouvelles générations lisaient, comme leurs aînés, Helvétius, d’Holbach, Rousseau et Voltaire.

10Le comte Joseph Dessewffy (1771-1843), député d’opposition aux Diètes de 1802, 1805, 1807, 1812 et 1825, auteur de poèmes, de récits et d’études historiques, linguistiques et économiques, traducteur d’auteurs grecs et latins, fondateur d’une revue littéraire, connaisseur érudit de tout ce qui se publiait en allemand, anglais, espagnol, français, italien et portugais, incarne l’idéal de l’honnête homme de son temps. Il correspondit régulièrement avec Kazinczy pendant des décennies. Dans ses réflexions sur la culture, il se montre fort réservé sur l’Allemagne :

  • 11 Kazinczy F., Levelezése, vol. 8, op. cit., p. 51.

Les théologiens allemands ont pris l’habitude (ce qui montre suffisamment l’arriération de la nation allemande) de considérer la religion positive non comme une hypothèse politiquement utile crédible et consolatrice, mais comme une chose réelle et pour cela ils s’ingénient avec un grand savoir-faire et beaucoup d’artifices à transmuter cette religion positive en une religion naturelle11.

  • 12 Ibid., p. 364-377.

11Dans une longue lettre de mars 1811, il passe en revue des dizaines et des dizaines d’écrivains, de poètes, de penseurs et d’orateurs de Montaigne, Shakespeare, Leibnitz et Descartes à Condorcet, Burke, de Gerando et Fichte, et dans ses comparaisons, il conclut presque toujours à la supériorité des Français sur les Allemands12.

  • 13 Voir Votum separatum Comitis Josephi Dessewffy, Membri Regnicolaris Deputationis, dum Articulus de (...)

12Fidèle jusqu’au bout aux idéaux de sa jeunesse, il publia à Leipzig un plaidoyer passionné pour la liberté de la presse, dans lequel il protestait contre le rapport de la Commission nationale, déléguée par la Diète en 1827 pour préparer les projets à l’intention de la Diète suivante, qui entérinait le principe de la censure préalable13. Et pourtant, la postérité allait oublier l’homme le plus cultivé de son temps, partisan voltairien des Lumières, pour ne se souvenir que du défenseur de l’ordre aristocratique contre les idées lancées par le comte Étienne Széchenyi dans le Crédit.

13Le vaste réseau de correspondants tissé par Kazinczy ne manquait pas « d’honnêtes hommes », tel le lieutenant puis capitaine József Csehy qui, après des études de lettres et de droit, s’engagea en 1799 dans le régiment de hussards de l’Empereur pour voir le monde. Son régiment passait de ville en ville, et Csehy raconta ses lectures à Kazinczy. En mars 1811, il lui écrivit de Cronsdorf en Silésie :

  • 14 « Aujourd’hui qu’ils [les Hongrois] sont mêlés à des Slaves, à des Germains, à des Valaques et à d (...)

Jadis, au temps de mes études, je lisais à la Bibliothèque de l’Université l’ouvrage de Herder ‘Ideen der Menschheit’ et notamment le passage où il prononce, allègrement et avec une fatuité tout allemande, le jugement dernier sur notre nation14. Entre alors Dugonics [écrivain, 1740-1818] et m’interroge sur le livre. Je lui raconte que c’est le soir des Hongrois. Ne le crois pas me dit-il à sa manière habituelle, il ment cet âne d’Allemand.

14Puis, à la fin de la lettre, il demande à Kazinczy s’il connaît La retraite des dix mille de Xénophon qu’il faudrait traduire en hongrois.

  • 15 Kazinczy F., Levelezése, op. cit., p. 449-450. Les commentaires de Le Cointe sont parus en 1766.

En France, un capitaine nommé Le Cointe a écrit des commentaires sur le texte, dont une bonne partie pourrait être omise, mais qui est accompagné de bonnes cartes. Je viens de lire, ces jours-ci, cet ouvrage en entier15.

15Csehy fut fauché par un boulet russe près de Luboml en Lituanie en septembre 1812.

16Proche ami de Kazinczy, János Kis (1770-1846), pasteur puis évêque luthérien, poète et traducteur de nombreux ouvrages grecs, latins, allemands et français, souhaitait réaliser une anthologie des auteurs classiques, selon le modèle conçu par la Commission de l’Instruction publique.

  • 16 Abbé Barthelémy J.-J., Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avan (...)
  • 17 La colère des protestataires n’est pas très compréhensible. Le passage incriminé (vol. 3, p. 28 de (...)

17L’Affaire d’Arcadie illustre de façon frappante, cocasse même, la présence des lettres françaises dans la Hongrie des années 1800. Quelques mois après le décès de Csokonai (1772-1805), le plus grand poète hongrois de son temps, né et mort à Debrecen, Kazinczy lança une souscription pour élever une stèle à sa mémoire avec l’inscription « Moi aussi, je suis né en Arcadie ». Le projet suscita la colère des gens de Debrecen qui y décelaient une attaque perfide contre leur ville car il est dit de l’Arcadie dans Le voyage du jeune Anacharsis en Grèce16 que « les pâturages y sont excellents surtout pour les ânes ». La polémique par lettres et articles dans le seul journal important du pays a duré plus d’une année17. Rien n’y fit, ni la Résignation de Schiller, ni la référence au tableau de Poussin, et finalement le courroux de Debrecen l’emporta : la stèle ne fut jamais dressée. L’abbé Barthelémy eût sans doute été surpris de se voir à l’origine d’une dispute entre deux groupes d’écrivains hongrois, pour la plupart calvinistes.

Les ambitions du nouvel Empire d’Autriche

18De 1740 à 1745, Marie-Thérèse était connue en Europe comme Reine de Hongrie pour ne devenir Impératrice qu’après l’élection de François de Lorraine au trône impérial. Pour éviter pareil désagrément en cas de perte du Saint-Empire (et aussi pour répliquer à la proclamation de l’Empire napoléonien), son petit-fils prit en 1804 le titre d’Empereur héréditaire d’Autriche. Deux ans plus tard, le Saint-Empire cessa d’exister et, en 1815, le Congrès de Vienne reconnut l’Empire d’Autriche, appelé tout simplement Autriche, comme l’une des Puissances formant la Pentarchie. À partir de ce moment, la diplomatie et la presse européenne classaient la Hongrie parmi les nombreuses provinces autrichiennes, le gouvernement pouvait donc mettre discrètement entre parenthèses les lois 10 et 12 de 1790 proclamant l’« indépendance » du royaume.

  • 18 Voir Der Fortschritt und der conservative Princip in Oesterreich, Leipzig, 1844, p. 38.

19Durant un demi-siècle, du congrès de Vienne jusqu’à Sadowa, les gouvernements successifs pensaient pouvoir unir les onze nationalités de l’Empire sous la bannière de l’Autriche18. Ils ne pouvaient cependant recourir à la contrainte, du moins en Hongrie, qu’au début et à la fin de la période pour tenter d’imposer la fusion dans une nation autrichienne. Le premier essai a duré dix ans. Pendant cette décennie, la censure, l’interdiction d’importer des journaux et livres étrangers, la mise au pas des comitats et la non-convocation de la Diète allaient de pair avec la promotion de la langue allemande et la rétroprojection de la nation autrichienne dans le passé pour cimenter l’édifice impérial. Face à la résistance de la classe politique, cette première tentative dut être interrompue en 1825.

  • 19 Sur les quelque 200 familles de la noblesse titrée (princes, comtes et barons), cinq seulement éta (...)

20Le poids de l’allemand dans la culture hongroise ne décrut pas après la première génération éclairée, celle du gelehrte Teleki et de Kazinczy, car trois facteurs au moins, outre la politique d’unification impériale, agirent pour le préserver voire pour l’augmenter. D’abord, parce que les aristocrates, même ceux dont l’épouse était issue d’une famille du pays19, étaient tenus de connaître la langue de la Cour, de l’armée et de la haute fonction publique de la Monarchie. L’allemand était tellement répandu dans les grandes familles qu’István Széchenyi par exemple, dont les deux parents étaient de souche hongroise, écrivait de préférence dans cette langue. Ensuite, pendant le demi-siècle entre l’avènement de Joseph II et le début des Diètes réformistes, les professeurs, érudits et experts d’origine bourgeoise, anoblis ou non, appartenant à l’ethnie allemande (dont plus d’un professait d’ailleurs un patriotisme hongrois intransigeant), étaient présents en nombre dans la respublica litteraria. Enfin, pour exister dans l’Europe intellectuelle, pour avoir droit à des mentions, résumés ou comptes-rendus dans la presse étrangère, publier en latin ne servait plus à grand-chose, et publier en hongrois garantissait de passer inaperçu, à moins de pouvoir placer une note dans la Wiener Allgemeine Literatur Zeitung ou un périodique d’Allemagne.

  • 20 Károly Ferenc Pálma (1735-1787), jésuite puis prêtre séculier, historien, héraldiste.
  • 21 Benedek Virág (1754-1830), religieux de l’ordre pauliste dissous en 1785, professeur, poète.
  • 22 Kazinczy F., Levelezése, op. cit., p. 534.
  • 23 Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Autriche 51, f° 172 v°.

21La sourde appréhension de l’évanescence de la langue hongroise, annoncée par Herder, se doublait jusqu’aux années 1830 de l’inquiétude très concrète devant les visées gouvernementales à absorber la Hongrie dans une nation austro-allemande. En 1811, Gábor Döbrentei a lu dans les Annales de Vienne que Jean de Carro préparait la traduction française du Plutarque autrichien de Hormayr. Cette nouvelle l’indigne : « Comment Hormayr ose-t-il appeler Hunyady Autrichien ? Comme d’ailleurs Zrinyi, Pázmány, Palma20 et d’autres encore. Si Virág21, Kis, Kazinczy meurent, deviendront-ils des berühmte Österreicher ?22 ». En 1837, Émile de Langsdorff, secrétaire de l’ambassade de France à Vienne, se faisait l’écho de ses informateurs hongrois qui redoutaient l’expansion de la langue allemande en conséquence du rétablissement du latin officiel après l’épisode Joseph II23. Le premier assaut pour bâtir la nation impériale autrichienne ne survécut pas à la secousse de 1830.

L’exploration de l’avenir hongrois en Occident

22En août 1830, deux étudiants de 17 ans se rendirent dans un coin reculé de l’île Marguerite. L’un d’eux, László Szalay, retira de sa sacoche d’abord des journaux relatant les événements de Paris puis une bouteille de champagne, et proposa à son ami József Eötvös de boire à la liberté des peuples. Quelques années plus tard, ils allaient entreprendre ensemble l’aventure intellectuelle, probablement la plus hardie de l’histoire des idées en Hongrie, celle des « doctrinaires » ou « centralistes ».

  • 24 József Bajza (1804-1858), Ferenc Toldy [Schedel jusqu’à 1847] (1805-1875), Mihály Vörösmarty (1800 (...)
  • 25 Appartenait également à cette presse le périodique Jelenkor [Temps présent] et son supplément Társ (...)
  • 26 Voir Pajkossy G., « Toldy Ferenc pályaképéhez » [« Sur le curriculum de Ferenc Toldy »], dans Erdő (...)

23Après 35 années de survie en apnée, la Hongrie des idées pouvait enfin émerger. Quitte à subir les tracas de la censure, elle pouvait enfin réfléchir sur le présent et l’avenir. Avant tout, il fallait renouer avec l’Europe intellectuelle, en particulier avec la pensée politique, économique, juridique et historique du bloc constitutionnel comprenant l’Angleterre, la France, la Belgique et la Suisse. Deux revues, le Tudománytár (Archives de la Science) et l’Athenaeum, lancées en 1834 et 1837, servaient, avec leurs suppléments littéraires, d’organes centraux au libéralisme hongrois jusque vers 1841. Les éditeurs24 se voyaient investis de la mission de présenter à leurs lecteurs, au moyen de traductions, d’extraits et de comptes-rendus les œuvres représentatives de leur temps, comme avaient obéi jadis les humanistes à leur mission de transmettre aux Européens du XVIe siècle la culture antique25. Le desserrement de la censure ne signifiait pas la levée de la vigilance policière. L’un des fondateurs des deux revues, le médecin et historien de la littérature Ferenc Toldy, secrétaire et bibliothécaire de l’Académie, faisait partie des informateurs de Joseph Sedlnitzky, ministre de la Police26.

  • 27 Les chapitres de La démocratie en Amérique traduits en hongrois par Gábor Fábián (1795-1877) sorta (...)

24Le gros de l’espace disponible dans ces revues est occupé par des auteurs français, écrivains (Balzac, George Sand, Victor Hugo), historiens (Guizot, Mignet, Thiers, Augustin Thierry), penseurs, juristes et économistes (Beaumont, Chevalier, Lerminier, Tocqueville). Bien sûr, l’Allemagne (Börne, Heine, Droysen, Gans, Hegel), l’Angleterre et l’Écosse (Bentham, Macaulay, N.W. Senior, O’Connell) et les États-Unis (Livingston) sont eux aussi présents. En fait, des auteurs de presque tous les pays européens apparaissent sur les pages de Tudománytár et d’Athenaeum, puis sur celles des journaux et revues des années 1840. De 1837 à 1847 cependant, trois noms dominent : Benjamin Constant, François Guizot et Alexis de Tocqueville27.

  • 28 Antal Csengery (1822-1880), József Eötvös, baron (1813-1871), István Gorove (1819-1881), József Ir (...)
  • 29 « La France a en ceci un avantage énorme sur tous les autres peuples, c’est qu’ayant été la premiè (...)

25Un libéralisme des interrogations sur l’avenir fit son apparition à peu près au moment de la clôture de la Diète de 1832-1836. Il fut porté par une nouvelle génération d’intellectuels, tous surdoués, nés après 1810 et entrés en littérature et en politique après le tournant européen de 183028. Comme les autres libéraux du continent, ils jugeaient que le rempart absolutiste contre la résurgence de 1793 était tout aussi exécrable que le danger qu’il était censé neutraliser. Ils étaient convaincus de trouver les réponses à leurs interrogations dans les écrits et les paroles des penseurs français de l’ère constitutionnelle, car la France ayant été la première à passer par la maladie révolutionnaire était la première guérie29.

  • 30 Les récits de voyage de Szemere, de Gorove, de Tóth et d’Irínyi – en particulier celui de Szemere (...)
  • 31 Exemple caractéristique, l’étude de Szemere sur la peine de mort (Szemere B., A büntetésről s külö (...)

26S’interroger sur l’avenir signifiait réfléchir sur l’impératif du remodelage des institutions d’une part, et sur l’évolution probable de la société une fois libérée du carcan féodal d’autre part. Cette réflexion pouvait se nourrir de l’observation directe dans le bloc constitutionnel occidental – d’où les voyages de six mois ou plus dans les deux pays qui pouvaient servir de modèle, l’Angleterre et la France30. Elle se nourrissait au jour le jour de la littérature historique, philosophique, juridique et politique qui était publiée dans les pays où la presse était libre31.

Les doctrinaires à l’œuvre

27Dans sa biographie de Guizot, Gabriel de Broglie donne une belle définition des doctrinaires français :

  • 32 de Broglie G., Guizot, Paris, Perrin, 2002, p. 65.

Ce fut en juin 1817 que se forma le groupe des doctrinaires, réunion d’un petit nombre – ils auraient tenu sur un canapé, disait-on – d’hommes supérieurs, très conscients de leur supériorité, qui marquèrent de leur empreinte puissante le débat politique, la politique elle-même et l’évolution de la société au cours de ces années32.

  • 33 Lors de son séjour à Paris, de novembre 1836 à février 1837, Eötvös fut reçu chez Guizot.

28La définition convient aux doctrinaires hongrois dont le groupe s’est formé quelques vingt ans plus tard, à condition de ne pas perdre de vue les différences telles que : la France était une des Puissances de la Pentarchie, la Hongrie une province de l’Empire Habsbourg ; en 1817, la moyenne d’âge des doctrinaires français était de 45 ans, et ils allaient peser sur la politique de la France pendant trente ans, tantôt dans l’opposition, tantôt au gouvernement ; en 1838, les doctrinaires hongrois avaient tous moins de 26 ans et ils n’allaient accéder à des postes gouvernementaux que pendant quelques mois, en 1848, puis après 1867. Quoi qu’il en soit, le surnom avait apparenté délibérément le groupe d’Eötvös à celui de Guizot33.

  • 34 Autre parallèle : la revue Archives philosophiques, politiques et littéraires de Royer-Collard et (...)

29Les chefs de file des doctrinaires, Szalay et Eötvös, tentèrent par deux fois de créer leur propre périodique34. Ainsi, entre 1837 et 1839, Szalay publia six cahiers de la Thémis, nom choisi en l’honneur d’Athanase Jourdan ; en 1840-1841, ce fut le tour de Budapesti Szemle (Revue de Budapest) dont le titre faisait allusion à l’Edinburgh Review, modèle de la presse progressiste. Enfin, à partir de 1844, les doctrinaires purent exposer leurs idées et présenter leurs lectures dans la Pesti Hirlap (Gazette de Pest). Il ressort de ces revues et journaux que les rédacteurs avaient pour premier objectif de rapprocher de leurs compatriotes le droit, la presse, la pratique parlementaire, la vie économique et les exploits scientifiques du bloc libéral. En ce qui les concerne, ils vivaient en communion parfaite avec la pensée française et suivaient avec une attention soutenue les événements culturels et politiques parisiens.

30Szalay, juriste et historien, rejetait comme Eugène Lerminier et leur ami commun, Eduard Gans, les thèses de l’école historique de Savigny, et militait pour la codification dans deux articles publiés dans Budapesti Szemle. Il allait ensuite participer aux travaux de la Commission diétale chargée de préparer la réforme du droit pénal et du système pénitentiaire. Il prit la défense de Lerminier hué par le public du Collège de France pour avoir accepté un poste au Conseil d’État.

  • 35 Szalay L., Státusférfiak és szónokok könyve [Livre des hommes d’État et des orateurs], Pest, Hecken (...)
  • 36 Voir Bastid P., Un juriste pamphlétaire. Cormenin, précurseur et constituant de 1848, Paris, Hache (...)

31La première édition du Livre des orateurs de Timon (Louis-Marie de La Haye Cormenin) parut en 1836 ; Eötvös en possédait l’édition de 1842. Cormenin fit école en Hongrie. Szalay publia en 1847 Livre des hommes d’État et des orateurs dans lequel il présenta Duport, Fox, Pitt, Mirabeau, Chatham, Guizot, O’Connell et Thiers35. Madách signa Timon, les correspondances sur les débats de l’Assemblée de son comitat envoyées au Pesti Hirlap. Antal Csengery et Zsigmond Kemény publièrent en 1851 Orateurs et hommes d’État hongrois, dont une édition allemande parut l’année suivante. Comme Cormenin, les centralistes hongrois militaient pour la centralisation des grandes affaires, celles qui concernaient les intérêts de la nation dans son ensemble, tout en prônant la décentralisation des petites affaires pour soustraire les communes au dirigisme central. En 1828, Cormenin plaidait pour que les délits de presse soient jugés par des jurys et, en 1831, il proposa l’extension du droit de vote aux capacités, le pays n’étant pas encore préparé à la généralisation du suffrage. Sur ces points, les doctrinaires, comme d’ailleurs tous les courants libéraux du pays, professaient des idées similaires. En 1845, Cormenin prit la défense de l’enseignement catholique, ce qui le brouilla avec la gauche républicaine et lui valut son premier échec électoral en 1846. Zsigmond Kemény évoqua dans son journal intime « le retournement de veste ignoble de Cormenin »36.

  • 37 Trefort consacre quelques lignes à Chevalier « ancien saint-simonien ayant passé un an en prison, (...)

32Les notes de lecture de l’économiste Ágoston Trefort dans Pesti Hirlap impressionnent par leur promptitude. Le compte-rendu de Trefort du cours d’économie politique fait au Collège de France en 1841-42 par Michel Chevalier37 parut dès janvier 1843 ; celui du cinquième volume de l’Histoire de dix ans de Louis Blanc en mars 1845. En 1844-1845, il consacra cinq articles à la présentation de l’Histoire du consulat et de l’empire de Thiers. Ses notes de lecture embrassent tout le panorama européen : Coningsby or the New Generation par Disraeli le 12 janvier, Schwarzwälder Dorfgeschichten par B. Auerbach le 26 janvier 1845.

  • 38 L’ouvrage de Beaumont fut publié en 1839, et celui d’Eötvös parut en 1840, dans la première livrai (...)
  • 39 Lukács M., « Néhány szó a szocializmusról » [« Quelques mots sur le socialisme »], Athenaeum, nouve (...)

33Deux autres exemples pour illustrer la proximité des vues et des préoccupations des doctrinaires hongrois et des libéraux français. L’Irlande sociale, politique et religieuse de Gustave de Beaumont précéda de peu la Pauvreté en Irlande d’Eötvös38. Les deux textes sont écrits dans le même esprit. Ils condamnent avec la même indignation la politique anglaise et le comportement de l’aristocratie protestante de l’île, la réduction des Irlandais à la misère et les persécutions sans fin dont ils sont les victimes. Dans les années 1840, les opinions publiques découvrent les conséquences de l’industrialisation, à savoir la misère ouvrière et les mouvements et doctrines socialistes promettant d’éliminer la gangrène du paupérisme. Móric Lukács, parlant devant l’Académie en décembre 1842, ne croyait pas que Saint-Simon, Fourier et Owen fussent à même de résoudre ce problème39. À peu près au même moment, Louis Reybaud les exécute, non sans élégance, dans son article « Socialistes » du dictionnaire Garnier-Pagès :

  • 40 Reybaud L., « Socialistes », dans Garnier-Pagès E.-J.-L., Dictionnaire politique. Encyclopédie du l (...)

Saint-Simon, Charles Fourier et Robert Owen […] ne voient le salut ici-bas que dans la reconstruction complète de l’ordre social […]. Depuis dix années, le seul effet réel qu’elles [leurs imaginations pleines d’originalité] aient produit, c’est d’éloigner les esprits d’améliorations beaucoup plus discrètes et de faire déserter les réformes praticables pour des réformes chimériques. On a ainsi quitté la proie pour courir après l’ombre40.

Le modèle français

  • 41 Selon Émile de Langsdorff, au cours de la Diète de 1832-1836, le mouvement libéral s’est structuré (...)

34En cette fin d’ancien régime, les libéraux, sans avoir réussi à devenir majoritaires à la Chambre basse, pouvaient se considérer majoritaires au sein de l’opinion publique grâce à leur supériorité intellectuelle incontestable. Les deux principaux courants libéraux des années 1830-1840, le « philosophique » et le « radical » pour utiliser les termes de Langsdorff41, divisés quant aux liens avec l’Empire d’Autriche, se réclamaient des mêmes valeurs et s’assignaient l’objectif de procéder, par voie législative et sans secousse révolutionnaire, à l’affranchissement de la paysannerie, à l’abolition du privilège fiscal, au remplacement de la Diète aristocratique par une assemblée élue au suffrage populaire censitaire et à l’instauration des libertés modernes. Cependant, ils étaient convaincus, comme d’ailleurs le parti conservateur, que la Hongrie était un pays constitutionnel et que cette constitution était protégée par les 49 comitats nobiliaires. Pour les doctrinaires, lecteurs de Constant, de Bentham et de Tocqueville, pareille vision appartenait à un passé révolu, au temps où l’opposition devait se contenter d’un pouvoir de remontrance et de suggestion au souverain sans jamais accéder aux affaires.

35Leur programme « centraliste » fut clairement formulé dès 1844. Dans ce programme, ils esquissèrent le système institutionnel qui garantirait le progrès tout en maintenant les libertés constitutionnelles. Une assemblée élue au suffrage populaire n’y suffirait pas. Pour pouvoir progresser, il faut instaurer la centralisation gouvernementale, introduire la responsabilité ministérielle et substituer aux comitats nobiliaires des autonomies municipales élues au suffrage populaire. Comme il était impensable de faire coexister une Hongrie constitutionnelle avec une Autriche absolutiste, les centralistes proposèrent – ils étaient les premiers à formuler pareille proposition – de passer au régime parlementaire simultanément dans les deux parties de l’ensemble Habsbourg.

36La campagne de presse exposa les doctrinaires aux feux croisés de la droite qui leur reprochait de vouloir importer des novations incompatibles avec le génie national et de la gauche indignée par la mise en cause de l’excellence du comitat. Les uns et les autres les qualifièrent d’utopistes extravagants. Pourtant, au printemps de 1848, ce sont bien leurs idées qui triomphèrent à Pest et à Vienne.

  • 42 Émile Dessewffy (1814-1866), fils de Joseph mentionné plus haut, et Ferenc Kállay (1790-1861), pro (...)
  • 43 Voir Dénes I.Z., Közüggyé emelt kiváltságőrzés. A magyar konzervatívok szerepe és értékvilága az 1 (...)

37De son côté, le gouvernement comprit vers 1844 qu’il fallait renoncer au principe de l’immobilisme. Metternich élabora lui-même les projets de modernisation destinés à préserver la Hongrie de la révolution et à consolider l’unité de la Monarchie. Le gouvernement offrait à la Hongrie des routes, des voies navigables et des chemins de fer et, partant, la prospérité grâce aux exportations agricoles placées sur le grand marché allemand, contre une Diète obéissante et des comitats dociles. On se persuadait à la Chancellerie que ce Fortschritt allait amener les Hongrois, dans un délai raisonnable, à renoncer aux restes du dualisme et à se fondre spontanément dans l’Empire d’Autriche. La droite se ralliait à l’utopie metternichienne. Les meilleurs publicistes conservateurs42 s’évertuaient à montrer les avantages multiples que retirerait la Hongrie du resserrement de ses liens avec l’Autriche et d’une politique de développement conduite par le gouvernement. La Prusse, unissant ordre, discipline, alphabétisation générale et modernisation galopante, leur paraissait le modèle idéal. Ils décernaient par ailleurs un satisfecit à l’Angleterre qui a su sauvegarder le poids de l’aristocratie43.

38Le progrès allemand, autrichien et prussien n’attirait pas la génération des doctrinaires. Ils avaient beau en reconnaître les vertus et les avancées techniques, ils ne parvenaient pas à ressentir de l’attirance pour l’Allemagne, aussi cultivée et laborieuse qu’elle fût, car la société s’était accoutumée à l’absence de libertés.

  • 44 Irínyi J., Német…, op. cit., p. 25.
  • 45 Tóth L., Úti tárcza…, op. cit., cahier VI, p. 68.

La nation allemande n’est rien, seuls comptent les gouvernements. La raison en est qu’il n’y a pas de vie politique en Allemagne44.
La presse périodique d’Allemagne ne s’est jamais élevée à la hauteur du journalisme… Seuls existent des journaux allemands avec privilège du souverain qui portent l’uniforme de leurs maîtres45.

39Tous deux, Tóth et Irínyi, trouvent que les Allemands les plus remarquables sont ceux de Rhénanie, profondément influencés par la France.

  • 46 Irínyi J., Német…, op. cit., p. 113.
  • 47 Garnier-Pagès E.-J.-L., Dictionnaire politique…, p. 899 ; Irínyi J., Német…, op. cit., p. 71.
  • 48 Tóth L., Úti tárcza…, op. cit., cahier VI, p. 69.
  • 49 Irínyi J., Német…, op. cit., p. 70.

40Ils se sentent donc à l’aise à Paris, « capitale de la mode, foyer des idées qui fusent à travers le monde ». Ils parcourent la ville, visitent les tribunaux, les théâtres, les cabinets de lecture, lisent tous les journaux et s’émerveillent de la façon dont s’expriment les « journaliers en blouse bleue, les concierges, les grisettes et les compagnons artisans ». Irínyi, francolâtre ardent, est aussi un défenseur farouche de la Révolution : « Le christianisme et la Révolution française sont les événements les plus importants de l’histoire du monde… Comment ne pas aimer, ne pas estimer ce pays, dont le peuple s’élève en masse au-dessus des préjugés et oppose fermement le droit de révolte au droit fondé par le pouvoir arbitraire »46. Démocrate convaincu, il n’hésite pas à reprendre à son compte (sans mentionner la source) la définition du suffrage universel par Armand Marrast : « C’est la souveraineté du peuple mise en pratique »47. La sympathie n’empêche pas les remarques critiques. Pour Tóth, le pilori est un châtiment inhumain et idiot48et Irínyi reconnaît qu’il y a des imperfections en France (comme le travail de nuit des chiffonniers qui nettoient les rues avec leurs hottes et crochets), mais « où trouve-t-on dans le monde quelque chose de parfait ? »49.

  • 50 Gorove I., Nyugot. Utazás külföldön [Occident. Voyage à l’étranger], Pest, Heckenast, X-324, 1844, (...)

41Tous estimaient que l’Angleterre était la première puissance du monde, la plus avancée et la mieux aménagée sur le plan des institutions, même si le sort de l’Irlande et la misère ouvrière ternissaient sa réputation50. Ils s’y sentaient cependant plus étrangers qu’en France. Deux phrases, souvent citées, d’un article de Szalay polémiquant avec le journal des conservateurs, résument bien la position de la génération des doctrinaires :

  • 51 Article intitulé « Originalité et imitation en matière politique », publié dans Pesti Hirlap en ju (...)

Non, nous ne voulons pas apprendre la constitutionnalité auprès des États de la Confédération germanique ; et nous pensons, car nous ne voulons suspecter personne, que vous ne vous référeriez aussi souvent, dans vos exposés, à ces nains si vous voyiez qu’ils n’ont pour fondement que la vanité. Oui, nous imitons l’Angleterre et la France, c’est le signe que nous ne voulons pas imiter Braunschweig et Schwerin-Rudolstadt51.

42Les années 1840 ajoutèrent un nouvel élément d’identification au pluralisme hongrois. La droite admirait l’Allemagne, la gauche se sentait proche de la France.

1848 et la suite

43La vague révolutionnaire emporta la monarchie française et tétanisa, pour un court moment, les gouvernements absolutistes d’Autriche et de Prusse. L’Europe centrale s’engagea sur la voie du système parlementaire. Des conflits armés éclatèrent en Italie et en Hongrie en juillet 1848. Ils prirent fin en août 1849 avec la défaite des Hongrois par le corps expéditionnaire russe et la reddition de Venise.

44Le 1848 de la Hongrie fait toujours l’objet d’une guerre de mémoires entre ceux qui le perçoivent comme une révolution contre l’absolutisme ouvrant la voie de la modernisation libérale (les Hongrois) et ceux qui y voient une guerre de libération des peuples opprimés par l’aristocratie magyare (Croates, Roumains, Serbes et Slovaques).

45Les révolutions d’Italie s’attaquèrent d’emblée à l’ordre européen mis en place en 1815. Celle de Hongrie ne dénonça ce statu quo qu’après une année de pré-guerre et de guerre, pour riposter à la dénonciation du statu quo austro-hongrois par le gouvernement Schwarzenberg. À l’issue de la crise, longue de dix-sept mois, l’Italie se retrouva dans la situation de janvier 1848 alors que l’entité hongroise fut supprimée, le royaume et ses pays associés étant absorbés par l’Empire d’Autriche.

46Les Hongrois qui venaient de mettre en pratique, par voie législative, les principes essentiels du libéralisme européen et instauré un régime parlementaire, s’attendaient comme les révolutionnaires italiens à bénéficier du soutien diplomatique des puissances du bloc constitutionnel. Or, ces espoirs se heurtèrent au veto du dogme de l’équilibre européen matérialisé par la Pentarchie. Le sauvetage de ce système passait par le sauvetage de l’Autriche, puissance-clé au centre de l’Europe. C’est ce but que servaient conjointement la non-intervention anglaise, l’action diplomatique et militaire française limitée au théâtre italien et l’intervention russe en Hongrie.

47Le parti pris, tacite ou explicite, en faveur de la restauration de la puissance autrichienne, naguère encore cible des flèches des éditorialistes de Paris, de Londres et d’Édimbourg, devait être justifié auprès des opinions publiques. La presse modérée s’y est prêtée de bonne grâce, du moins pour ce qui est de la guerre de Hongrie, en reprenant à son compte la propagande autrichienne diffusée par d’assez nombreux journaux d’Allemagne. C’était d’autant plus simple que les envoyés hongrois à Francfort, Paris et Londres n’avaient pas droit au statut diplomatique, que le gouvernement hongrois ne disposait ni d’organe de presse ni de service de propagande, et qu’aucun correspondant occidental ne suivait les événements sur place. La Tribune des Peuples de Mickiewicz, pourtant acquise à la cause révolutionnaire et très bien informée sur l’Italie, n’annonçait la déclaration de l’indépendance hongroise du 14 avril 1849 que le 7 mai en se référant à un journal allemand. Le choix du lectorat de la Revue des Deux Mondes allait quasiment de soi. D’un côté les peuples slaves, démocrates de naissance, luttant pour leur liberté, de l’autre leur oppresseur, une aristocratie hongroise aux idées archaïques et bouffie d’orgueil nationaliste. La justesse de la cause des nationalités de Hongrie ne pouvait être adultérée par leur alliance avec le pouvoir autrichien.

48Co-responsables du rétablissement de l’absolutisme autrichien en vertu des obligations acceptées au congrès de Vienne, la France et l’Angleterre n’ont pas été payées de retour. Au lieu d’un arrangement civilisé avec les vaincus, l’Autriche s’adonnait à une vengeance déchaînée. Anglais et Français n’ont pu que ressortir le scénario de la solidarité avec la Pologne vaincue en 1831 : accueil des réfugiés et protestation solennelle contre la répression qui s’abattait sur la Hongrie.

49Les représailles sanglantes furent suivies de dix ans de régime d’exception. Cette fois-ci, la germanisation se voulait complète et définitive aux plans de l’administration, de la justice et de la formation de l’encadrement, avec comme objectif à moyen terme l’absorption de la Hongrie dans un Empire autoritaire et unitaire. La société civile hongroise, placée sous surveillance policière et privée de ses institutions représentatives, restait tout aussi imperméable à la propagande gouvernementale que lors des précédentes expérimentations. Faute de pouvoir agir, l’ancienne élite libérale s’est retirée de la vie publique. Comme tout murmure contre la suprématie de la langue allemande était passible de sanctions, les journaux de langue hongroise, Pesti Napló et Magyar Sajtó, trouvaient une méthode de protestation plus subtile, s’inspirant d’ailleurs de la tradition. Ils publiaient à tour de bras des traductions de feuilletons et d’autres œuvres d’auteurs français, allant des discours prononcés lors de la réception de Montalembert à l’Académie française (Pesti Napló, février 1852) au Premier mariage de Xavier de Montépin (Magyar Sajtó à partir de janvier 1856). Ce titre pose toutefois problème : il ne figure dans aucune liste de la bonne centaine de romans de Xavier de Montépin (1823-1902).

Notes

1 Par exemple dans Béhar P., L’Autriche-Hongrie idée d’avenir. Permanences géopolitiques de l’Europe centrale et balkanique, Paris, Desjonquères, 1991, p. 14-15 : « Les Slaves étaient menacés par les Germains d’une colonisation qui les eût destitués de leur identité. D’emblée les Magyars furent les alliés des Allemands […]. L’alliance entre Magyars et Allemands contre les peuples slaves fut désormais un des traits fondamentaux de la constellation politique en Europe centrale ».

2 « Dès sa formation, l’État hongrois fit son entrée dans la communauté culturelle germano-chrétienne » lit-on dans Szekfű G., A magyar állam életrajza. Történelmi tanulmány [Biographie de l’État hongrois. Étude historique], Dick Manó, Budapest, s.d. [1918], p. 18. Le livre ne comporte aucune définition de cette communauté, Szekfű la considère connue et admise par ses lecteurs puisque forgée par Hegel.

3 Kazinczy F., Levelezése [Correspondance], vol. 4, Budapest, Magyar Tudományos Akadémia, János Váczy, 1898-1911, p. 166.

4 Joseph Teleki (1738-1796), calviniste rigoureux, auteur de l’Essai sur la foiblesse des esprits forts (1761), dédié au mathématicien bâlois Daniel Bernouilli. Il y pourfend les deux ennemis de la Raison, la Superstition et l’Impiété.

5 Deé Nagy A., Teleki Sámuel és a Teleki-téka, Bukarest, Kriterion, 1976, 261 p. (Téka).

6 Segesváry V., The History of a Private Library in 18th Century Hungary. The Library of Pál and Gedeon Ráday, Budapest, Akadémiai Kiadó, 2007, 283 p. Édition hongroise : A Ráday Könyvtár 18. századi története, Budapest, 1992, 362 p. (A Ráday Gyűjtemény tanulmányai, 4).

7 Granasztói O., « Lecteurs hongrois de livres français. Diffusion et réception de la littérature française en Hongrie vers la fin du XVIIIe siècle », dans Barbier F. (éd.), Est-Ouest : transferts et réceptions dans le monde du livre (XVIIe-XXe siècles), Leipzig, Lepziger Universitätsverlag, 2005, p. 247-258.

8 Michaud C., « Lumières, Franc-maçonnerie et politique dans les États des Habsbourg. Les correspondants du comte Fekete », Dix-huitième siècle, no 12, 1980, p. 327-379.

9 Arrivés au grade de colonel à la fin de leur carrière militaire, tous deux étaient francs-maçons et francophiles militants.

10 Voir Kecskeméti C., Notes, rapports et témoignages français sur la Hongrie, 1717-1809, Paris/Budapest/Szeged, Institut Hongrois/Bibliothèque nationale Széchényi, 2006, p. 115-154.

11 Kazinczy F., Levelezése, vol. 8, op. cit., p. 51.

12 Ibid., p. 364-377.

13 Voir Votum separatum Comitis Josephi Dessewffy, Membri Regnicolaris Deputationis, dum Articulus de praeventiva librorum Censura projectaretur, eidem Regnicolari Deputationi exhibitum. Pesthini die 16 Aprilis 1830 [titre de l’édition allemande : Ueber Pressfreiheit und Büchercensur im Allgemeinen und mit besonderer Beziehung auf Ungarn vom Grafen Joseph von Dessewffy. Mit Bewilligung des Verfassers aus der lateinischen Handschrift frei übersetzt von], Leipzig, 1831.

14 « Aujourd’hui qu’ils [les Hongrois] sont mêlés à des Slaves, à des Germains, à des Valaques et à d’autres peuples, ils ne composent que le plus petit nombre des habitans, et dans peu de siècles, leur langue sera probablement éteinte ». Herder J.G., Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité, vol. 3, Paris/Strasbourg, F.G. Levrault, 1834, p. 173 (trad. Edgar Quinet). L’ouvrage avait été publié en allemand en 1784.

15 Kazinczy F., Levelezése, op. cit., p. 449-450. Les commentaires de Le Cointe sont parus en 1766.

16 Abbé Barthelémy J.-J., Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire, Paris, De Bure l’aîné, 1788, 4 volumes.

17 La colère des protestataires n’est pas très compréhensible. Le passage incriminé (vol. 3, p. 28 de l’édition de 1788) est ainsi libellé : « À côté des campagnes fertiles, nous en avons vu que des inondations fréquentes condamnoient à une perpétuelle stérilité. Les premières fournissent du blé et d’autres grains en abondance ; elles suffisent pour l’entretien de nombreux troupeaux ; les pâturages y sont excellens, sur-tout pour les ânes et pour les chevaux, dont les races sont très estimées ». À la page suivante, le jeune Anacharsis décerne un véritable compliment aux Arcadiens : « Les Arcadiens se regardent comme les enfans de la terre, parce qu’ils ont toujours habité le même pays et qu’ils n’ont jamais subi un joug étranger ».

18 Voir Der Fortschritt und der conservative Princip in Oesterreich, Leipzig, 1844, p. 38.

19 Sur les quelque 200 familles de la noblesse titrée (princes, comtes et barons), cinq seulement étaient complètement intégrées dans le réseau matrimonial de l’aristocratie de l’Empire Habsbourg : les Batthyány, les Erdődy, les Esterházy, les Pálffy, et les Zichy. Dans les autres grandes familles, la proportion des mariages avec des aristocrates de l’Empire diminuait en fonction de l’éloignement des domaines de la frontière occidentale du pays.

20 Károly Ferenc Pálma (1735-1787), jésuite puis prêtre séculier, historien, héraldiste.

21 Benedek Virág (1754-1830), religieux de l’ordre pauliste dissous en 1785, professeur, poète.

22 Kazinczy F., Levelezése, op. cit., p. 534.

23 Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Autriche 51, f° 172 v°.

24 József Bajza (1804-1858), Ferenc Toldy [Schedel jusqu’à 1847] (1805-1875), Mihály Vörösmarty (1800-1855), Pál Almási Balogh (1794-1867), János Érdy [Luczenbacher jusqu’à 1848] (1796-1871).

25 Appartenait également à cette presse le périodique Jelenkor [Temps présent] et son supplément Társalkodó [Causerie] du parti « philosophique » lancé en 1832.

26 Voir Pajkossy G., « Toldy Ferenc pályaképéhez » [« Sur le curriculum de Ferenc Toldy »], dans Erdődy G. et Hermann R. (dir.), Magyarhontól az Újvilágig. Emlékkönyv Urbán Aladár ötvenéves tanári jubileumára, Budapest, Argumentum, 2002, p. 180-198.

27 Les chapitres de La démocratie en Amérique traduits en hongrois par Gábor Fábián (1795-1877) sortaient dans Athenaeum à partir de 1838 ; aussitôt après avoir été autorisés par la censure, les deux volumes parurent en 1841 et 1843.

28 Antal Csengery (1822-1880), József Eötvös, baron (1813-1871), István Gorove (1819-1881), József Irínyi (1822-1859), Gábor Kazinczy (1818-1864), Zsigmond Kemény, baron (1814-1875), Móric Lukács (1812-1881), Imre Madách (1823-1864), Ferenc Pulszky (1814-1897), László Szalay (1813-1864), Bertalan Szemere (1812-1869), Lőrinc Tóth (1814-1903) et Ágoston Trefort (1817-1888). L’œuvre de cette génération est présentée dans l’excellente monographie Fenyő I., A centralisták. Egy liberális csoport a reformkori Magyarországon [Les centralistes. Un groupe libéral dans la Hongrie de l’ère des réformes], Budapest, Argumentum, 1997.

29 « La France a en ceci un avantage énorme sur tous les autres peuples, c’est qu’ayant été la première malade de cet esprit, elle est la première guérie, car en cette maladie, il n’y a que le mal qui guérisse. Les autres n’ont encore pris que le poison tandis qu’elle a pris déjà l’antidote », nota Adrien Lezay-Marnesia en marge de son rapport détaillé sur la Hongrie adressé au Premier Consul en octobre 1802. Voir Kecskeméti C., Notes, rapports et témoignages français sur la Hongrie, 1717-1809, Paris/Budapest/Szeged, Institut Hongrois/Bibliothèque nationale Széchényi, 2006, p. 252

30 Les récits de voyage de Szemere, de Gorove, de Tóth et d’Irínyi – en particulier celui de Szemere – eurent du succès auprès du public. Voir ci-dessous, dans les ouvrages cités : Szemere B., Utazás külföldön. I : Németföld, Francziaország. II : N. Britannia s Irland, Németalföld, Belgium, Rajnavidék, Helvétzia [Voyage à l’étranger. I. Allemagne, France. II. Grande-Bretagne et Irlande, Belgique, Rhénanie, Suisse], Pest, M. Kir. Egyetemi Nyomda, 1840 ; Gorove I., Nyugot. Utazás külföldön [Occident. Voyage à l’étranger], Pest, Heckenast, X-324, 1844, II, 172 p. ; Tóth L., Úti tárcza (hat füzetben) [Feuilleton de voyage en six cahiers], Pest, Landerer és Heckenast, 1844-1846 ; Irínyi J., Német-, franczia és angolországi úti jegyzetek [Notes de voyage en Allemagne, en France et en Angleterre], Budapest, Argumentum/István Fenyő (1 e édition Halle, 1846).

31 Exemple caractéristique, l’étude de Szemere sur la peine de mort (Szemere B., A büntetésről s különösebben a halálbüntetésről. Koszorúzott pályamunka [Des peines et plus particulièrement de la peine de mort. Ouvrage couronné par l’Académie], Buda, 1841) cite une centaine de titres, dont ceux de tous les auteurs abolitionnistes parus jusqu’en 1840.

32 de Broglie G., Guizot, Paris, Perrin, 2002, p. 65.

33 Lors de son séjour à Paris, de novembre 1836 à février 1837, Eötvös fut reçu chez Guizot.

34 Autre parallèle : la revue Archives philosophiques, politiques et littéraires de Royer-Collard et de Guizot parut de juillet 1817 à décembre 1818.

35 Szalay L., Státusférfiak és szónokok könyve [Livre des hommes d’État et des orateurs], Pest, Heckenast Gusztáv, 1847, 485 p.

36 Voir Bastid P., Un juriste pamphlétaire. Cormenin, précurseur et constituant de 1848, Paris, Hachette, 1948, 281 p., et Kemény Z., Naplója [Le journal de Zsigmond Kemény], Mercator Studio (édition électronique).

37 Trefort consacre quelques lignes à Chevalier « ancien saint-simonien ayant passé un an en prison, maintenant conservateur, professeur, conseiller d’État ». Selon Trefort, « il ne sympathiserait certainement pas avec les conservateurs de Hongrie qui veulent conserver la franchise fiscale et d’autres institutions de ce type auxquelles nous devons d’être les voisins des Turcs non seulement sur la carte mais aussi dans la classification morale des peuples ».

38 L’ouvrage de Beaumont fut publié en 1839, et celui d’Eötvös parut en 1840, dans la première livraison du Budapesti Szemle. Le livre de Beaumont est parvenu juste à temps à Eötvös pour l’aider à enrichir l’apparat de son étude.

39 Lukács M., « Néhány szó a szocializmusról » [« Quelques mots sur le socialisme »], Athenaeum, nouvelle série, I, 1843. Réédité dans le recueil des écrits de Lukács publié en 1894, p. 301-312.

40 Reybaud L., « Socialistes », dans Garnier-Pagès E.-J.-L., Dictionnaire politique. Encyclopédie du langage et de la science politiques, rédigée par une réunion de députés, de publicistes et de journalistes, Paris, Pagnerre, 1843, p. 889 (2e édition). Des articles de Reybaud sur les socialistes sont parus dans la Revue des Deux Mondes en 1836.

41 Selon Émile de Langsdorff, au cours de la Diète de 1832-1836, le mouvement libéral s’est structuré en deux courants : le parti « philosophique » modéré qui regroupait autour de Széchenyi les réformistes désireux de faire progresser le pays dans l’entente avec le gouvernement, et le parti « radical », de tendance séparatiste et républicaine, dirigé par le baron Nicolas Wesselényi, qui rejetait par principe les propositions gouvernementales « comme nécessairement entachées du péché originel ». Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, Autriche 51, f° 173 v° et 175 r°.

42 Émile Dessewffy (1814-1866), fils de Joseph mentionné plus haut, et Ferenc Kállay (1790-1861), progressiste éclairé dans sa jeunesse.

43 Voir Dénes I.Z., Közüggyé emelt kiváltságőrzés. A magyar konzervatívok szerepe és értékvilága az 1840-es években [La préservation des privilèges érigée en cause publique. Rôle et valeurs des conservateurs hongrois dans les années 1840], Budapest, Akadémiai, 194 p., et Dénes I.Z., Európai mintakövetés - nemzeti öncélúság. Értékvilág és identitáskeresés a 19-20. századi Magyarországon [Modèle européen contre nombrilisme national. Valeurs et recherche d’identité dans la Hongrie du XIXe siècle], Budapest, Új Mandátum, 300 p. Le résumé de ces études a été publié en anglais dans Dénes I.Z., « Political Vocabularies of the Hungarian Liberals and Conservatives before 1848 », dans Dénes I.Z., (dir.), Liberty and the Search for Identity. Liberal Nationalisms and the Legacy of Empires, Budapest/New York, CEU Press, 2006, p. 155-196.

44 Irínyi J., Német…, op. cit., p. 25.

45 Tóth L., Úti tárcza…, op. cit., cahier VI, p. 68.

46 Irínyi J., Német…, op. cit., p. 113.

47 Garnier-Pagès E.-J.-L., Dictionnaire politique…, p. 899 ; Irínyi J., Német…, op. cit., p. 71.

48 Tóth L., Úti tárcza…, op. cit., cahier VI, p. 69.

49 Irínyi J., Német…, op. cit., p. 70.

50 Gorove I., Nyugot. Utazás külföldön [Occident. Voyage à l’étranger], Pest, Heckenast, X-324, 1844, II, p. 26 et passim ; Tóth L., Úti tárcza…, op. cit., cahier V, 1844-1846, p. 180-191 ; Irínyi J., Német…, op. cit., p. 79.

51 Article intitulé « Originalité et imitation en matière politique », publié dans Pesti Hirlap en juillet 1844. Réédité dans Szalay L., Publicistai dolgozatok [Études de droit public], Pest, 1847, p. 206-208 (rééd. Közgazdasági és Jogi Könyvkiadó, 1988).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search