Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

33. Appropriations culturelles, transferts, circulations ou influences ? Le rayonnement maçonnique français en Europe centrale au siècle des Lumières

Pierre-Yves Beaurepaire

Texte intégral

  • 1 Lettre en français datée du 18 février 1780 et adressée au Grand secrétaire de la Grande Loge d’Ang (...)
  • 2 Ibid., 27/A/17a.
  • 3 « Die hier illegal arbeitenden Logen französischen Systems zu zwingen, sich mir [Tullman] unterzuor (...)
  • 4 Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, fonds maçonnique, FM1 118, Commission (...)

1« On leur propose chaque jour la réunion de leur loge avec le Grand Orient de France »1, peut-on lire à propos des membres de la loge Catherine à l’Étoile du Nord à Varsovie sous la plume du général Piotr Melessino – fondateur du régime maçonnique éponyme –, dans une lettre adressée aux officiers de la Grande Loge de Londres et datée du 18 février 1780. Les témoignages ne manquent pas sur ce qui semble manifester l’influence voire les positions hégémoniques de la franc-maçonnerie française en Europe centrale. À Paris, le comte palatin Hülsen, ambassadeur de Pologne et Grand Maître Provincial « anglais » en Pologne, s’en émeut auprès de l’envoyé britannique près la cour de Versailles, le duc de Manchester, ancien Grand Maître de la Grande Loge d’Angleterre2. De Stockholm, Charles Tullman, secrétaire d’ambassade anglais et Grand Maître provincial pour la Suède de la Grande Loge d’Angleterre, alertait déjà Londres dans les mêmes termes le 10 avril 1765. Dans une lettre, il affirmait sa détermination à « forcer les loges travaillant sous régime français – c’est-à-dire munies de constitutions françaises et/ou travaillant avec des rituels français – à passer sous son autorité »3. À l’inverse, l’astronome et professeur au Collège royal Jérôme de Lalande, officier du Grand Orient de France, se réjouit de la progression de la maçonnerie « française » dans la correspondance échangée avec les membres de la Commission pour les Grands Orients étrangers du Grand Orient de France4.

Un rayonnement précoce porté par les Hoflogen5 et la nébuleuse huguenote

  • 5 Loges de cour.
  • 6 Musée du Grand Orient de France, Paris, Nouvelles acquisitions, non coté : Protocole de la Juste et (...)
  • 7 Liste des frères de la juste et parfaite loge aux Trois Cygnes, puis de la loge réunie à celle des (...)

2Le rayonnement maçonnique français en Europe centrale est une réalité. Il débute avec l’initiation en France de figures pionnières de l’ordre. C’est le cas notamment du comte Woldemar-Hermann von Schmettau fondateur avec son frère Gottlieb de la loge Aux Trois Squelettes de Breslau, qui devait rapidement essaimer dans la région. Fils naturel d’Auguste le Fort, Électeur de Saxe et roi de Pologne, Frédéric Auguste comte Rutowski (1702-1764) a lui aussi été reçu franc-maçon en France. À Dresde, il préside dès 1738 les travaux de la Hofloge Aux Trois Aigles (Zu den drei Adlern). Avec ses loges filles, Aux Trois Glaives d’or (1738) et Aux Trois Cygnes (5 février 1741), elle donne naissance le 2 juillet 1741 à la Grande Loge de Haute-Saxe. Le comte Rutowski est élu Grand Maître de cette obédience étroitement liée au pouvoir saxon. Le français est la langue de travail de la loge de cour comme de l’obédience ; en témoigne son registre acquis il y a quelques années par le Musée du Grand Orient de France à Paris6. Les envoyés étrangers près la cour de Saxe s’y affilient. On relève notamment la présence du comte de Solms, ambassadeur de Russie, nom d’ordre chevalier des Scythes, et de l’envoyé de France, le comte des Alleurs, chevalier Roland7.

  • 8 Paris, Bibliothèque du Grand Orient de France, Archives de la Réserve, Fonds 113, 113-1, pièce 175  (...)

3La situation n’est pas différente à Berlin. La loge écossaise des maîtres de l’Union mérite tout particulièrement l’attention, car son histoire est éclairée par une source remarquable restituée par erreur à la Bibliothèque du Grand Orient de France (où elle est consultable par les chercheurs) lors du retour des fonds d’archives « russes » au début des années 20008. Il s’agit des fonds d’archives saisis par les nazis en 1940, « libérés » par l’Armée rouge en 1945 puis déposés à Moscou où ils ont été classés. Ces archives dites du KGB ont été restituées aux obédiences occidentales. Les archivistes russes ont pu se méprendre à propos des destinataires du registre de la loge berlinoise, car celui-ci était rédigé en français. En étudiant cette source, on constate que cette loge a reçu dans les hauts grades – d’où le nom de loge « écossaise » –, pour l’essentiel d’origine française, plusieurs aristocrates, diplomates, princes ouvertement francophiles : Carl Gustav comte Tessin, fameux ambassadeur de Suède à Paris et remarquable intermédiaire culturel et artistique franco-scandinave, reçu le 13 juillet 1744, ou encore Henri de Prusse, frère de Frédéric II, reçu en 1748. Elle est présidée par le Margrave Karl Friedrich Albrecht von Brandenburg-Schwedt, d’une branche cadette des Hohenzollern. Elle compte sur ses colonnes des figures importantes du Refuge huguenot, comme les frères Pérard, dont Jacques (1712-1766), Second surveillant de l’atelier. Sa présence en loge traduit bien la rencontre entre la franc-maçonnerie, la nébuleuse huguenote, les réseaux académiques, les canaux de l’information périodique savante et leur rôle comme vecteurs du rayonnement culturel francophone – et non plus seulement français – en Europe centrale.

  • 9 Berkvens-Stevelinck C., Prosper Marchand, la vie et l’œuvre (1678-1756), Leiden, E.J. Brill, 1987, (...)
  • 10 Häseler J. (dir.), La correspondance de Jean Henri Samuel Formey (1711-1797) : inventaire alphabéti (...)
  • 11 En référence au livre suggestif de Middell K., Hugenotten in Leipzig, Streifzüge durch Alltag und K (...)
  • 12 Sur cet atelier, je me permets de renvoyer à Beaurepaire P.-Y., « Leipzig au centre de la toile : h (...)

4Étudiant en théologie à Berlin, bibliothécaire du comte Zabalsk, pasteur à Gramzow, chapelain du roi de Prusse et prédicateur de la cour à Stettin, journaliste à la Nouvelle bibliothèque germanique, ou Histoire littéraire de l’Allemagne, de la Suisse, & des pays du Nord. Par les auteurs de la Bibliothèque germanique, & du Journal litteraire d’Allemagne, correspondant de Prosper Marchand9 et de Jean Henry Samuel Formey10 – lui-même pasteur, secrétaire perpétuel de l’Académie de Berlin, figure de l’Aufklärung chrétienne, journaliste et infatigable épistolier –, académicien à Berlin et membre correspondant de l’Académie des belles-lettres, sciences et arts de La Rochelle en 1752, Jacques Pérard est né à Paris. Érudit et bibliophile passionné – en 1757, il dut vendre sa bibliothèque pour rembourser ses créanciers –, il est devenu franc-maçon à Leipzig le 9 octobre 1741 à l’âge de 28 ans, dans une loge remarquable, Aux Trois Compas, qui prend ensuite le nom de Minerve. Cette loge francophone a été fondée la même année par les représentants de deux grandes familles de ces Huguenotten in Leipzig11, les Dufour et les Féronce – d’origine lyonnaise –, animateurs économiques de la place saxonne12. Le Premier surveillant et pivot de l’atelier, Pierre-Jacques Dufour (1716-1789), appartient à la troisième génération du Refuge : son grand-père, Pierre Dufour né à Sauve en Languedoc en 1638, est mort à Leipzig en 1732 ; son père, Jacques (1673-1762) et ses deux oncles Pierre (1657-1729) et Marc Antoine (1683-1757) sont également nés à Sauve mais meurent en Saxe.

5Associant huguenots berlinois et saxons, loge aristocratique et princière, ouverte aux diplomates près la cour de Prusse, la loge de hauts grades berlinoise ne se contente pas d’affilier des noms prestigieux. Elle est au cœur d’un processus intense de diffusion de l’ordre et des hauts grades d’inspiration française – les références chevaleresque et chrétienne sont sa marque de fabrique. Elle multiplie la création de franchises. L’initiative revient au frère Stürtz, dont on ignore à peu près tout, si ce n’est que son hyperactivité insupporte le secrétaire de la loge qui a du mal à suivre le rythme et à émettre les patentes au fur et à mesure des déplacements de ce commis voyageur de l’Art Royal. Limitons-nous à quelques exemples. En novembre 1745, une loge est fondée à Halle – centre universitaire dont on connaît l’importance pour la formation des élites germaniques au XVIIIe siècle. Elle a comme vénérable un pasteur huguenot, d’une famille languedocienne, né à Berlin en 1714, correspondant de Jean Henry Samuel Formey, Jean-Jacques Galafrès. Autre recrutement de choix pour la diffusion des hauts grades français, les deux frères de Medem que Stürtz rencontre en 1745 en compagnie de leur gouverneur courlandais. Il s’agit du père et de l’oncle d’Elisa von der Recke. Le 30 juillet 1749, une patente est accordée à un noble transylvain, Seulen, pour créer la loge des Quatre Lunes dans un lieu non précisé.

Le goût partagé d’une maçonnerie chevaleresque, mondaine et d’inspiration chrétienne

6Si dans le champ de la sociabilité il faut insister sur l’importance des initiatives individuelles, il importe également de mettre en évidence les éléments structurels, rarement soulignés, qui permettent de comprendre l’intensité et la durée du rayonnement maçonnique français en Europe centrale.

7Les loges d’Europe centrale adoptent une organisation caractéristique des loges françaises avec notamment l’office d’orateur inconnu des loges anglaises. Par ailleurs, les hauts grades chevaleresques et chrétiens qui sont la caractéristique de la franc-maçonnerie française depuis le Discours de Ramsay (1737-1738), disciple de Fénelon et continuateur du Télémaque, rencontrent un succès exceptionnel à partir des années 1740-1750, comme on l’a vu avec la loge berlinoise des Maîtres écossais de l’Union.

  • 13 Les Mopses sont notamment connus grâce à l’écrit de divulgation de l’abbé Pérau, L’ordre des francs (...)
  • 14 Frédéric-Auguste II en Saxe électorale.
  • 15 Beaurepaire P.-Y., L’Europe des francs-maçons (XVIIIe-XXIe siècles), Paris, Belin, 2002, p. 52-60.
  • 16 Ibid., p. 123.

8La maçonnerie des Dames puis maçonnerie d’Adoption est aussi caractéristique du modèle de « maçonnerie de société », partie intégrante du royaume européen des mœurs et du goût qui se développent alors en France avec bals, concerts et théâtres amateurs, banquets et feux d’artifices offerts aux parents et aux amis profanes. Elle peut ainsi sortir de l’espace discret du temple pour investir l’espace mondain – autant que public. Les loges d’adoption concurrencent les ordres de chevalerie mixte, badins et mondains comme l’ordre des Mopses13 en Saxe, Pologne et Scandinavie. En Saxe et en Pologne, l’Électeur et roi de Pologne Auguste III14 est le Grand Maître de l’ordre des Mopses. Sa cour s’empresse de s’y affilier. En Suède, l’ordre est dirigé par le comte Carl Gustaf Tessin, rencontré sur les colonnes des meilleures loges berlinoises, parisiennes et londoniennes, et son épouse Ulrika Sparre. Le prince héritier Adolphe Frédéric de Holstein Eutin, promoteur d’une Maçonnerie royale en Suède après 175315, et son épouse Louise Ulrika, sœur de Frédéric II de Prusse, accordent leur royal patronage à l’ordre des Mopses. La création de l’ordre de la Persévérance et son implantation réussie en Pologne, si elles tiennent du jeu de société de la part des comtesses de Genlis16 et Theresa Potocka avec la complicité du roi Stanislas Auguste Poniatowski, montrent que l’aristocratie européenne est encore réceptive à ce type de sociabilité mixte, d’essence chevaleresque et placée sous patronage royal, au cours des années 1770 : le prince de Ligne, le duc de Chartres (futur duc d’Orléans et Grand Maître du Grand Orient) et la duchesse (Grande Maîtresse à partir de 1779), le duc de Lauzun qui héberge les assemblées parisiennes de l’ordre et le comte d’Artois comptent parmi ses membres.

  • 17 Archives privées de la famille Angliviel de La Beaumelle. Lettre datée du 31 mai 1748 à Laurent Ang (...)

9Certains francs-maçons sont hostiles aux loges d’adoption – ouvertes aux femmes – et estiment que leur vogue traduit la contamination de la sphère maçonnique par la sociabilité mondaine profane. C’est le cas de La Beaumelle, polygraphe huguenot, gouverneur d’un jeune aristocrate danois. De Copenhague où il observe le succès de la Maçonnerie française des hauts grades dans l’Empire, en Scandinavie et en Pologne, il écrit à son frère alors à Toulouse : « Dites-moi ce que c’est que cette loge de l’adoption pour des dames. Si on les initie aux mystères, ce ne peuvent être que des traîtres. Si on les admet simplement au repas, c’est une irrégularité inexcusable. La société des maçons est parfaite. On ne peut rien ajouter, rien retrancher à leurs signes et à leurs secrets, comme on ne pourra jamais les découvrir »17. Mais dans la réalité, le succès de la maçonnerie des Dames est foudroyant au sein du royaume européen des mœurs et du goût.

  • 18 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[aron] d’H[eyking] écrits par lui- (...)

10Nombre des princes et de leurs courtisans membres des Mopses passent ensuite à la maçonnerie Mixte qui sait fort bien répondre aux attentes mondaines des élites aristocratiques européennes en proposant avec les loges d’adoption l’atmosphère propre aux sociétés initiatiques, la théâtralisation et la scénographie des cérémonies de réception, mais aussi les bals, le théâtre de société, le concert amateur, les divertissements lettrés et des jeux de séduction où chacun sait jusqu’où il est bienséant d’aller. Et si dans ses Réminiscences ou mémoires18, le baron courlandais Karl Heinrich von Heyking regrette ce qu’il nomme le « ridicule » des rituels de la maçonnerie d’Adoption à la française, il doit bien reconnaître que leur succès est remarquable. Lui-même finit d’ailleurs par créer à Varsovie une loge d’adoption, Hypathie, adossée à la loge Catherine à l’Étoile du Nord, avec une classe française et une classe allemande :

  • 19 « Je le dispensai des cérémonies ordinaires et lui donnai d’abord par communication en présence de (...)
  • 20 « Hypathie ou Hypasie était un prodige d’esprit et de beauté. Son père Théon l’avait initiée dans l (...)
  • 21 Von Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., tome II, 1e partie, chapitre 9, n. p.

Ma bonne amie Madame *** me reçut – de retour de Mitau – avec sa tendresse ordinaire et j’aurais pu couler des jours sereins, si la fureur de la Maçonnerie ne m’eût toujours possédé. Je reçus le comte Ignace Potocki19 et en le mettant à la tête de toute la Maçonnerie de Pologne et de Lituanie, l’ordre prit une extension qui alarma le roi, toujours jaloux de ceux qui jouissaient dans le public d’une certaine influence.
Ce fut alors que nous instituâmes une loge des dames. Cela doubla la vogue de nos loges et nous fûmes obligés de les partager suivant les langues en loge allemande, française et polonaise.
Les cahiers de la Maçonnerie des dames de l’orient de Paris étaient si ridicules que je changeai le 3e grade c’est-à-dire celui de maîtresse. Je pris pour emblème l’histoire d’Hypathie20. Cela offrait une décoration et des cérémonies intéressantes analogues sous certains rapports au 3e grade de la Maçonnerie. L’orchestre caché ne voyait rien et exécutait les morceaux de musique prescrits sur le signal que lui donnait une sonnette.
La princesse générale Czartoryska, la princesse Radziwill, la Krajczyna Potocka, la maréchale Potocka, la comtesse Tyszkiewicz nièce du roi, enfin les dames du premier rang et les plus aimables formaient cette loge qui n’était qu’un lien d’amitié, un point de réunion et d’amusements21.

  • 22 Pritchard S., L’origine et la déclaration mystérieuse des Francs-Maçons, Maastricht, 1743, suivie d (...)

11L’utilisation massive du français pour les travaux de loge jusque dans les années 1770 est également à signaler, car c’est également en français que les ouvrages sur la franc-maçonnerie sont diffusés en Europe centrale. Parmi les écrits de divulgation, la Masonry Dissected de Samuel Pritchard est sans doute le plus célèbre au début du XVIIIe siècle. Or, c’est grâce à une édition française22 qu’il est connu sur tout le continent européen. Il ne s’agit pas d’une simple traduction dans une langue de communication européenne, mais d’une édition autonome qui véhicule le modèle d’une maçonnerie française et attire vers les loges et les régimes de hauts grades des centaines de nouveaux membres. La langue n’est pas neutre. Elle informe les travaux de loge, de même que la conception chevaleresque et chrétienne de l’ordre est véhiculée par les apologies de l’ordre largement diffusées depuis La Haye, Francfort et Leipzig.

  • 23 Historien des francs-maçons du Languedoc et du Comtat-Venaissin, Jean-Marie Mercier a commencé une (...)
  • 24 Ferrand N., « Le creuset allemand du roman européen. Pour une histoire culturelle et transnationale (...)

12Comprendre le rayonnement maçonnique français sur le continent européen suppose de prêter attention aux circulations des livres maçonniques de langue française ainsi qu’aux dénonciations, apologies et divulgations de l’ordre – ces dernières permettant souvent au public profane de faire le premier pas vers la Fraternité, quand elles ne sont pas offertes au nouvel initié comme catéchisme d’instruction. L’étude débute seulement23. Pour aboutir, il faudra sonder les bibliothèques à la recherche des exemplaires des éditions publiées notamment à Francfort par un François Varentrapp et diffusées en direction de l’Est et du Nord du continent. Cette recherche indispensable est rendue possible par l’existence de fonds d’ouvrages anciens tels ceux conservés au château Ciazen près de Poznań. Elle peut également tirer profit des recherches entreprises par les chercheurs littéraires, notamment des derniers travaux de Nathalie Ferrand sur « Le creuset allemand du roman européen. Pour une histoire culturelle et transnationale du roman des Lumières »24. Comment sont reçues ces éditions françaises d’écrits sur la franc-maçonnerie ? Connaissent-elles des traductions ? des éditions locales ? des refontes ? des contrefaçons ? des modifications de titres ? d’iconographies ? de formats ? Tout un champ qui intéresse à la fois l’histoire du livre, des échanges interculturels, et l’histoire européenne de la franc-maçonnerie, est à exploiter. Sa mise en valeur permettra de saisir et de préciser les modalités du rayonnement français et ses limites : comment les œuvres et à travers elles les rituels, symboles et valeurs maçonniques sont-ils compris ? appropriés ? ou délaissés ?

Un phénomène complexe, un environnement concurrentiel, des circulations multiples

  • 25 Le cas de la loge « huguenote » de Leipzig, l’une des plus anciennes d’Allemagne, est significatif.(...)

13Pour autant, la nuance est de mise car la complexité des échanges est la règle. Comme l’a rappelé Michel Figeac à l’ouverture de ce colloque, rayonnement n’est pas influence. J’ajouterai : francophonie n’est pas francophilie, francophilie n’est pas gallomanie. L’utilisation de la langue française dans le champ de la sociabilité est un problème dès lors que l’on cherche à élargir numériquement et socialement le recrutement des ateliers, afin de pérenniser les travaux de l’ordre. L’inflexion est générale dans les années 1770, les langues « nationales » ou locales sont préférées au français trop exclusif25. Surtout, cette maçonnerie de société qui raffole des hauts grades chevaleresques et chrétiens, mystiques ou alchimiques et qui met en scène de magnifiques cérémonies de collations des degrés supérieurs aux récipiendaires, est devenue dès les années 1750 un creuset européen – et non français – où les apports sont acculturés, appropriés, relus et digérés. C’est l’une des clés du succès de Théodore Henry baron de Tschoudy, conseiller au Parlement de Metz, d’origine helvétique, dans l’Empire et en Russie. Piotr Melessino avec son régime éponyme et le français Toux de Salverte dans la loge du Bon Pasteur, orient de Varsovie, font de même :

  • 26 Von Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., tome II, 1e partie, chapitre III, n. p

En 1773, relate Karl Heinrich von Heyking, il [Toux de Salverte] fit un voyage à Paris où 72 maîtres en chaire, tant de la capitale que des provinces de France et de différents pays étrangers s’étaient réunis pour y établir ce qu’on appelle dans la suite le rite français – en fait fonder le Grand Orient de France. Il y obtint des lettres patentes de Grand Maître de la loge souveraine du Bon pasteur. J’ai vu ces lettres patentes en original. Son voyage avait dérangé ses affaires ; mais son portefeuille mystique s’était grossi et il aurait eu plus de succès si la réforme allemande appuyée par le Grand Maître d’artillerie le comte [Aloysius] de Brühl n’eût traversé – dans le sens de deviner et donc contrarier – ses projets26.

14Ils sont bientôt imités, bon gré mal gré, par Karl Heinrich von Heyking forcé de transformer sa société initiatique des Amis à l’Épreuve en mère loge lorsque ses fondations échappent à son contrôle. Les échelles de grades qu’il livre dans ses Mémoires constituent le témoignage unique des syncrétismes maçonniques à l’œuvre en Europe centrale.

Mais leur imagination « exaltée » – celle des membres de la société des Amis à l’Épreuve – désirant de l’extraordinaire et ne trouvant chez nous que les leçons simples de la sagesse relativement à la morale et à l’investigation de la nature par la physique, la chimie, la botanique et d’autres sciences utiles, ils s’adressèrent secrètement au vieux De Toux dont les décorations maçonniques qu’il portait même dans nos assemblées annonçaient de hauts grades et excitaient la curiosité.

  • 27 Le rite suédois de Carl Fredrik Eckleff. Voir à ce sujet Beaurepaire P.-Y., L’Europe des francs-maç (...)
  • 28 Le système de Johann Wilhelm Ellenberger von Zinnendorf issu du rite suédois et à l’origine de la G (...)

15Il céda à leurs vœux en se faisant payer suivant les facultés respectives des aspirants ; et comme l’ancien rite français se subdivisait dans une quantité de grades, ces initiations secrètes lui valurent beaucoup d’argent. Voici le tableau des grades maçonniques suivant le rite français, adopté par la prétendue loge souveraine du Bon Pasteur et avant la réforme allemande, la suédoise27 et le rite de Zinnendorf28.

16Cette refonte des Amis à l’Épreuve échoue rapidement car le pouvoir d’attraction des hauts grades maçonniques se révèle le plus fort. Aux emprunts maçonniques mal assumés par le fondateur, la plupart des membres préfèrent recevoir des grades recherchés, promesses de révélations nouvelles et gages de succès futurs en société :

  • 29 Souligné dans le texte.
  • 30 Von Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., tome II, 1e partie, chapitre III.

Ce procédé n’était pas cependant exactement conforme à nos conventions. Il est vrai qu’en s’affiliant comme membre du chapitre supérieur de la société des amis à l’épreuve, il m’avait communiqué les grades français jusqu’à celui de Prince Rose-Croix inclusivement, mais il s’était engagé à ne donner à nos frères aucun grade maçonnique, sans un assentiment spécial de ma part.
Je ne fus pas longtemps sans m’apercevoir de cette transgression. Je lui en fis des reproches. Il convint de tout et m’avoua bonnement que l’état de sa bourse exigeait ce petit secours, d’autant plus que les frères trouvaient trop simple la marche des Amis à l’épreuve29.
Je compris peu après que ce n’était pas assez de fermer les yeux sur le passé : le comte W[ielhorski] et quelques autres frères des hauts grades de la société des amis à l’épreuve me dirent que l’on désirait presque généralement l’établissement d’une loge maçonnique à la place de notre société30.

  • 31 Strasbourg est la capitale de la Province templière de Bourgogne. Grand Lodge Library, Freemasons’ (...)

17Le succès des hauts grades d’origine française est incontestable. Leur réemploi dans des constructions symboliques et initiatiques originales ne l’est pas moins. De la même manière, le rayonnement n’est pas unidirectionnel. Existent des systèmes maçonniques régionaux comme le système Draskovitch dans les Balkans et l’Europe danubienne qui conservent leur autonomie ou des régimes maçonniques agressifs concurrents des hauts grades français comme le Rite suédois, surtout lorsque Charles de Södermanland (Sudermanie), frère de Gustave III, décide de prendre la tête de l’ordre. Fin observateur des dynamiques maçonniques du XVIIIe siècle, Piotr Melessino l’avait bien saisi lorsqu’il écrivait en 1780 à ses correspondants anglais à propos des frères de Varsovie : « Votre silence me met dans le plus grand embarras, ne sachant que répondre aux frères de Varsovie, qui courrier par courrier, réclament de nous les constitutions provinciales de Votre très Vénérable Maître Loge, que nous leur avons fait espérer depuis longtemps. Le nombre de ces zélés frères s’accroît de jour en jour, mais ils ont beaucoup à souffrir des autres loges qui ne veulent pas les reconnaître. On leur propose chaque jour la réunion de leur loge avec le Grand Orient de France, la loge de la réforme de Brunswick, de Suède, ou celle de Bourgogne »31. L’offre française, quel que soit son attrait, n’est donc pas seule en compétition.

  • 32 Bandelier A., Des Suisses dans la République des Lettres. Un réseau savant au temps de Frédéric le (...)

18La concurrence essentielle vient de l’aspiration, largement partagée à partir des années 1760, à une réforme maçonnique qui transcende la maçonnerie française des hauts grades pour proposer une véritable refondation de l’Art Royal dans sa pureté originelle, polluée par « ceux qui font commerce de maçonnerie » et vendent patentes de loges et catéchismes de hauts grades. Cet idéal réformateur est principalement porté par la Stricte Observance Templière originaire de Saxe. À partir de Dresde et de la loge Saint-Jean des Voyageurs, elle rayonne à l’Est jusqu’à Moscou, et à l’Ouest jusqu’à Bordeaux et Montpellier en passant par Strasbourg et Lyon. Le succès est foudroyant. Significativement, elle illustre le rôle d’autres intermédiaires culturels francophones que les francs-maçons français – de même que l’étude des circulations académiques en direction de la Prusse et de la Russie met en évidence le rôle des Suisses32. Elle suit également des chemins plus complexes que les itinéraires traditionnellement présentés.

  • 33 Une lettre de Belle van Zuylen (Isabelle de Charrière) au baron Constant d’Hermenches témoigne de l (...)
  • 34 Beaurepaire P.-Y., L’Autre et le Frère. L’Étranger et la Franc-maçonnerie en France au XVIIIe siècl (...)
  • 35 C’est l’un des objectifs du programme de l’Agence Nationale de la Recherche CITERE : Circulations, (...)

19À Dresde où le rayonnement italien est connu, ce sont en effet des aristocrates savoisiens, notamment Jean-François Noyel de Bellegarde33, marquis des Marches, au service civil et militaire de l’Électeur, qui prennent en charge la Réforme pour la diffuser jusque dans les États de la Maison de Savoie, à Chambéry, à Turin – où Joseph de Maistre joue un rôle pivot –, puis de là jusqu’à Lyon. À Lyon, carrefour maçonnique européen visité par de nombreux frères allemands, polonais et russes34, le négociant Jean-Baptiste Willermoz fait sien l’idéal réformateur et se l’approprie en le débarrassant de ses oripeaux templiers, qu’il juge ridicules et dangereux. Il propose alors « la réforme de la réforme » – à l’origine du Rite Écossais Rectifié –, qui trouve écho auprès des princes qui dirigent la Stricte Observance. La correspondance maçonnique et négociante avec les familles lyonnaises installées à Leipzig, la correspondance personnelle avec Joseph de Maistre à Turin pour toucher les administrateurs savoisiens au service de la cour de Saxe et la position de carrefour routier de la capitale des Gaules permettent au maître lyonnais de diffuser largement et rapidement ses thèses. L’ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte fait la synthèse de ces différents apports et permet un temps de transcender les oppositions confessionnelles entre francs-maçons catholiques, évangéliques et réformés réunis dans la Stricte Observance. Les itinéraires mêmes empruntés par la réforme maçonnique, ses vecteurs et ses inflexions successives témoignent de la complexité des processus à l’œuvre que seules des études fines valorisant les écrits personnels et documentant les trajectoires individuelles peuvent révéler dans leur richesse et leur complexité35.

  • 36 Réau L., L’Europe française au siècle des Lumières, avec un avant-propos d’Henri Berr, Paris, Albin (...)

20Il importe enfin d’insister sur le phénomène générationnel trop vite escamoté. À Leipzig, Pierre-Jacques Dufour appartient à la troisième génération du Refuge, il est parfaitement intégré ; Jean Henry Samuel Formey lui-même est né à Berlin en 1711. On ne peut les comparer avec les pionniers du Refuge. Certes, ils sont des acteurs essentiels du rayonnement français en Europe centrale et orientale. Épistoliers et journalistes francophones, ils sont d’authentiques médiateurs culturels. Mais on ne saurait oublier qu’ils intègrent eux-mêmes les valeurs et les apports de leur environnement : le piétisme pour les uns, l’opposition au radicalisme des Lumières françaises pour les autres, qui leur préfèrent l’Aufklärung chrétienne ; tous dénoncent l’orgueil des petits maîtres français. C’est toute l’ambiguïté du rapport à la France, fait d’admiration, d’envie, de jalousie et d’exaspération. La thèse développée par Louis Réau36, flatteuse pour l’ego national, s’en trouve certes affectée, mais la compréhension des dynamiques culturelles à l’œuvre en Europe centrale s’en trouve, elle, améliorée.

Notes

1 Lettre en français datée du 18 février 1780 et adressée au Grand secrétaire de la Grande Loge d’Angleterre. Grand Lodge Library, Freemasons’ Hall, Londres, Archives de la Grande Loge Unie d’Angleterre.

2 Ibid., 27/A/17a.

3 « Die hier illegal arbeitenden Logen französischen Systems zu zwingen, sich mir [Tullman] unterzuordnen », cité par De Robelin R., « Die Freimaurerei in Schweden im 18 Jahrhundert », Gold und Himmelblau. Die Freimaurerei, Zeitloses Ideal, Turku Regionalsmuseum, Austellungskatalogs 15, bo, 1993, p. 66.

4 Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, fonds maçonnique, FM1 118, Commission pour les Grands Orients étrangers, 1775-1787, folios 408-463.

5 Loges de cour.

6 Musée du Grand Orient de France, Paris, Nouvelles acquisitions, non coté : Protocole de la Juste et Parfaite Loge Aux Trois Cygnes [de Dresde], la Réunion de la loge Aux Trois Cygnes avec la Loge Aux Trois Glaives d’or, 5 février 1741-17-22 septembre 1745, 231 folios (manquent les folios 23 à 30 découpés en 1817).

7 Liste des frères de la juste et parfaite loge aux Trois Cygnes, puis de la loge réunie à celle des Trois Glaives d’or, folios 223-227.

8 Paris, Bibliothèque du Grand Orient de France, Archives de la Réserve, Fonds 113, 113-1, pièce 175 : Registre d’architecture de la loge des maîtres écossais de l’Union, orient de Berlin, suivi du Registre des personnes proposées et refusées admises et reçues dans notre très vénérable et très respectable loge écossaise de l’Union depuis sa fondation du 30 novembre 1742 jusqu’à présent, 139 folios.

9 Berkvens-Stevelinck C., Prosper Marchand, la vie et l’œuvre (1678-1756), Leiden, E.J. Brill, 1987, 254 p.

10 Häseler J. (dir.), La correspondance de Jean Henri Samuel Formey (1711-1797) : inventaire alphabétique, avec la bibliographie des écrits de Jean Henri Samuel Formey établie par R. Geissler, Paris, Honoré Champion (Coll. Vie des huguenots, no 29), 2003, 473 p.

11 En référence au livre suggestif de Middell K., Hugenotten in Leipzig, Streifzüge durch Alltag und Kultur, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1998, 242 p., qui ignore malheureusement tout des liens maçonniques qui unissent ses protagonistes, manquant ainsi l’occasion de restituer leur vie sociale et les interrelations qui se nouent ou se prolongent en loge pendant plusieurs générations.

12 Sur cet atelier, je me permets de renvoyer à Beaurepaire P.-Y., « Leipzig au centre de la toile : huguenots, négociants et francs-maçons », L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2003.

13 Les Mopses sont notamment connus grâce à l’écrit de divulgation de l’abbé Pérau, L’ordre des francs-maçons trahi et le secret des mopses révélé, Amsterdam, 1745 (nombreuses rééditions et traductions allemande et néerlandaise dès 1745, anglaise en 1760, suédoise en 1786), et aux faïences de Meissen qui représentent ses membres accompagnés d’un petit chien de race Carlin (Mopsus) au poil ras et au nez écrasé, symbole de fidélité, qui donne son nom à l’ordre.

14 Frédéric-Auguste II en Saxe électorale.

15 Beaurepaire P.-Y., L’Europe des francs-maçons (XVIIIe-XXIe siècles), Paris, Belin, 2002, p. 52-60.

16 Ibid., p. 123.

17 Archives privées de la famille Angliviel de La Beaumelle. Lettre datée du 31 mai 1748 à Laurent Angliviel, aimablement communiquée par Claude Lauriol et Hubert Bost qui ont entrepris l’édition critique de la correspondance de La Beaumelle à la Voltaire Foundation d’Oxford.

18 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires de C[harles-Henri] B[aron] d’H[eyking] écrits par lui-même avec les portraits de plusieurs hommes du nord, tracés d’après nature, Varsovie, Bibliothèque universitaire, Rps BUW, 360, 4 vol., dont nous préparons l’édition critique dans le cadre du programme Agence Nationale de la Recherche CITERE (Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières).

19 « Je le dispensai des cérémonies ordinaires et lui donnai d’abord par communication en présence de trois autres frères jusqu’au quatrième grade inclusivement. Peu après il fut initié dans les règles de la maçonnerie jusqu’au no 7. »

20 « Hypathie ou Hypasie était un prodige d’esprit et de beauté. Son père Théon l’avait initiée dans les sciences abstraites et bientôt elle surpassa son maître surtout dans la géométrie. Elle alla à Athènes, s’y perfectionna et devint si célèbre qu’on lui donna la chaire qu’avait occupée à Alexandrie le célèbre Plotin. Ses charmes, son esprit et son savoir lui attirèrent des adorateurs et des ennemis. Ces derniers excitèrent la populace contre elle. Une troupe de ces barbares entoura sa chaire au moment qu’elle rentrait chez elle, l’en tira et la traîna à l’église nommée Césarée, la tua, la mit en pièces et puis brûla ses membres au mois de mars 415. »

21 Von Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., tome II, 1e partie, chapitre 9, n. p.

22 Pritchard S., L’origine et la déclaration mystérieuse des Francs-Maçons, Maastricht, 1743, suivie de nombreuses rééditions.

23 Historien des francs-maçons du Languedoc et du Comtat-Venaissin, Jean-Marie Mercier a commencé une thèse de Doctorat d’histoire sur ce sujet sous ma direction.

24 Ferrand N., « Le creuset allemand du roman européen. Pour une histoire culturelle et transnationale du roman des Lumières », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte [Cahiers d’Histoire des Littératures Romanes], Heidelberg, no 3-4, 2006, p. 303-337. Voir aussi son ouvrage sur Le roman français au berceau de la culture allemande : réception des fictions de langue française du XVIIIe siècle à Weimar, d’après les fonds de la Herzogin Anna Amalia Bibliothek, Presses de l’Université Paul-Valéry Montpellier III, 2003, 135 p.

25 Le cas de la loge « huguenote » de Leipzig, l’une des plus anciennes d’Allemagne, est significatif. Aux Trois Compas conserve son titre distinctif jusqu’au 25 août 1746, où elle devient Minerve au cercle et adopte déjà la langue allemande comme langue de travail – même si l’usage du français demeure très fréquent. Vingt ans plus tard, en 1766, elle rejoint la réforme templière et devient Minerva zu den drei Palmen [Minerve aux Trois Palmes], nom qu’elle conserve jusqu’à aujourd’hui.

26 Von Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., tome II, 1e partie, chapitre III, n. p.

27 Le rite suédois de Carl Fredrik Eckleff. Voir à ce sujet Beaurepaire P.-Y., L’Europe des francs-maçons…, op. cit., p. 44, 55 et 57.

28 Le système de Johann Wilhelm Ellenberger von Zinnendorf issu du rite suédois et à l’origine de la Grande Loge nationale des francs-maçons d’Allemagne (Große Landesloge der Freimaurer von Deutschland). Ibid., p. 57 et 136.

29 Souligné dans le texte.

30 Von Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., tome II, 1e partie, chapitre III.

31 Strasbourg est la capitale de la Province templière de Bourgogne. Grand Lodge Library, Freemasons’ Hall, Londres, Archives de la Grande Loge Unie d’Angleterre.

32 Bandelier A., Des Suisses dans la République des Lettres. Un réseau savant au temps de Frédéric le Grand, Genève, Slatkine, 2007, 216 p.

33 Une lettre de Belle van Zuylen (Isabelle de Charrière) au baron Constant d’Hermenches témoigne de l’envergure de la famille : « Vous seriés en paradis avec ces gens la, la seigneurie de thonon aux bords du lac de Geneve, et le Marquisat des Marches entre lion et Geneve, a deux lieues de Chamberi ou nous avons un Hotel ; en Hollande un regiment a lui, et le rang de General a la premiere promotion ; le prince de Rohan-Rochefort, et Mme de Brionne pour Cousin germain a paris, les Gouverneurs de Dresden, d’Alexandrie, et de Nice pour Oncles ; le General Ogeltorp pour Oncle en Angleterre dont nous esperons d’hériter, et la Marquise de Merode Vesterloo pour Niece dans les païs bas, voila notre etat et nos alentours » (De Charrière I., Œuvres complètes, t. I, Amsterdam, G.A. van Oorschot, 1979, lettre 106, au baron Constant d’Hermenches, 24 juillet 1764).

34 Beaurepaire P.-Y., L’Autre et le Frère. L’Étranger et la Franc-maçonnerie en France au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 493-535.

35 C’est l’un des objectifs du programme de l’Agence Nationale de la Recherche CITERE : Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières/Communicating Europe : Early Modern Circulations, Territories and Networks pour les années 2009-2011.

36 Réau L., L’Europe française au siècle des Lumières, avec un avant-propos d’Henri Berr, Paris, Albin Michel, 1938, XVIII-455, p. XXXII (planches).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search