Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

31. « La grande révolution de l’Europe et de l’univers n’est pas encore achevée ». La Correspondance littéraire de deux « jacobins » francophones de province en Bohême

Daniela Tinkova

Texte intégral

  • 1 Correspondance I, 2e lettre de Killar le 13 octobre 1793, Musée National de Prague (Národní muzeum) (...)
  • 2 Correspondance II, lettre d’Opiz le 1er août 1800, Musée National de Prague, fonds Opiz, VIII-E-4, (...)

Quelle triste situation de nos terres !
Où l’esclave baise ses chaînes et ne souffre pas qu’on les brise, qu’on les lui ôte ; où l’esclave chérit même son oppresseur !
Curé Killar K. à Opiz J.F., le 13 octobre 17931
C’est des ténèbres et du sang que la Lumière doit s’élever.
Opiz J.F. au curé Killar K., le 1er août 18002

1Au milieu du mois d’août 1793, Jan Ferdinand Opiz, officier de banque de la ville de Čáslav, reçut une courte lettre. L’auteur le remercia pour le prêt de quelques livres et s’excusa du retard. Rien d’étonnant dans cet événement banal ; d’autant plus qu’Opiz jouissait déjà d’une certaine notoriété publique comme écrivain et « homme de lettres ». Bien qu’isolé dans une petite ville de province en Bohême de l’Est, il entretenait une correspondance abondante avec toute une série de personnalités exceptionnelles, dont surtout quelques nobles éclairés – et Giacomo Casanova. Dans la solitude de sa ville, ce cinquantenaire savant cultiva donc les rapports « intellectuels » et un échange d’idées (et de livres) portant sur des thèmes d’actualité, y comprit ses débats « philosophiques » préférés sur le progrès des Lumières et sur le destin de l’Humanité, ou même concernant les problèmes délicats comme la Révolution française et ses suites.

2Néanmoins, la lettre parvenue à Opiz à l’été 1793 représente une triple surprise. Premièrement, cette lettre arriva d’une tout petite ville, presque un village situé dans la région montagneuse de Českomoravská Vysočina, le « massif Bohême-Moravie », formant ainsi, comme son nom l’annonce, une frontière naturelle entre les deux régions historiques tchèques, la Bohême et la Moravie. Deuxièmement, son auteur était un simple curé. Et troisièmement, la lettre était rédigée en français. Or, toute la « correspondance littéraire » de Johann Ferdinand Opiz, dont la langue maternelle était l’allemand, fut presque entièrement libellée dans sa langue (Casanova représente une rare exception compréhensible). Et bien que certains de ses correspondants provinssent de l’aristocratie de Bohême et de Moravie – donc d’une classe pour laquelle le français représentait un « sociolecte » par excellence – et bien qu’Opiz lui-même maîtrisât parfaitement le français, l’allemand prévalait dans ses écrits.

  • 3 Musée National de Prague, fonds Opiz, VIII-E-4, Ma Correspondance littéraire avec M. le Curé Killa (...)

3La petite lettre de remerciement de la main de ce curé (dont le nom était Karel Killar) ouvrit une nouvelle série d’échanges épistolaires qui compte quelques 350 lettres (dont 176 de la main d’Opiz et 171 de celle de Killar) écrites complètement en français. Elle ne dura pas moins de seize ans et son fil ne se rompit qu’avec la mort de l’ecclésiastique villageois, en 1809. J.F. Opiz prit le soin de recopier (peut-être après la mort de son ami ?) soigneusement toutes ces lettres, les siennes ainsi que celles de Killar, pour en faire un recueil de quatre tomes volumineux qu’il intitula Ma correspondance littéraire avec M. le Curé Killar, conservé avec tous les autres manuscrits d’Opiz dans les fonds du Musée National de Prague3.

  • 4 Mejdricka K., Čechy a francouzská revoluce [La Bohême et la Révolution française], Praha, Naše vojs (...)

4Cette source, si intéressante par son contenu et par sa forme, n’avait pas encore attiré l’attention des historiens, bien que son existence ne fût nullement ignorée. À ma connaissance, la seule exception fut l’historienne Květa Mejdřická, qui avait étudié dans les années 1950 le premier tome de cette correspondance pour en puiser les informations concernant la (soi-disant) « rébellion helvétique » dans la région de Vysočina entre 1796-17984.

5Dans ma modeste contribution, je vais essayer de faire une analyse de cette correspondance inédite où l’accent sera mis sur les thèmes liés à la Révolution française et aux guerres contre Napoléon qui, en quelque sorte, en représentent le noyau problématique. J’aimerais participer ainsi à la question de la connaissance et de l’emploi du français parmi les personnes non-privilégiées d’Europe centrale, mais aussi parmi les sympathisants de la Révolution française dans nos pays.

La Révolution et la langue française dans les Pays tchèques

6Avant de revenir à la « correspondance littéraire » d’Opiz et de Killar qui nous intéresse ici davantage, il serait peut-être utile de présenter, au moins brièvement, les réactions et les changements que la Révolution française provoqua dans les régions tchèques de la monarchie des Habsbourg, et comment elle y modifia l’attitude vis-à-vis de la langue française.

  • 5 Pour une orientation bibliographique fondamentale, voir notamment Kutnar F., « Reakce státu v Čech (...)

7Comme un peu partout en Europe, même dans les Pays tchèques, en Bohême et en Moravie, appartenant alors à la monarchie des Habsbourg, la Révolution française trouva ses partisans et admirateurs dans des milieux différents. Les manifestations de sympathie face à la Révolution (au moins dans certaines de ses périodes) sont repérables pratiquement dans toutes les couches sociales, allant de la haute noblesse, le bas clergé, la « bourgeoisie », jusqu’aux simples sujets ruraux ou citadins provenant des milieux moins favorisés socialement et économiquement. Certains nobles libéraux voyaient dans la Révolution – au moins jusqu’en 1791 – une réaction salutaire contre l’absolutisme et ils saluèrent avec enthousiasme la convocation des états généraux et même la promulgation de la Constitution de 1791, donc la naissance de la monarchie constitutionnelle représentant, pour beaucoup d’entre eux, un idéal convenable même pour l’« Autriche » – la monarchie des Habsbourg. Pour quelques membres du bas clergé, souvent marqués profondément par les réformes religieuses radicales de Joseph II, la Révolution offrait une forme analogue à l’œuvre du réformisme joséphiste promettant une « purification » de la vie religieuse, œuvre interrompue par la mort du jeune souverain en février 1790. Les fermiers et certains ruraux allèrent même jusqu’à souhaiter avec impatience l’arrivée des troupes françaises dont ils attendaient surtout l’abolition des droits dits « féodaux » et notamment de la corvée : l’abolition de la corvée fut proclamée par Joseph II en 1789 mais elle dut être rétablie par son frère et successeur Léopold II vu la résistance des grands seigneurs. La Révolution fut accueillie avec enthousiasme également dans la population protestante, qui en attendait une meilleure garantie de la liberté de conscience (l’édit dit de Tolérance proclamé en 1781 par Joseph II ne leur donnait que des droits restreints et le « régime de tolérance » ne fut que partiellement respecté). On voit donc que pour beaucoup de sujets, les sympathies face à la Révolution (et même à l’égard des armées françaises) reflétaient surtout un espoir d’accomplissement des réformes joséphistes – ou bien des rêves ou prophéties millénaires ou chiliastes cultivés dans les régions du protestantisme jadis clandestin, dont justement cette région montagneuse de Českomoravská Vysočina, où vivait notre curé Killar, représentait traditionnellement une sorte de « désert » tchèque comparable aux Cévennes. Il n’est donc guère étonnant que dans certains milieux protestants de montagne où florissait un certain chiliasme visionnaire, naquirent des prophéties qui voyaient dans Robespierre, puis dans Napoléon, un « fils », voire même une réincarnation directe de feu Joseph II5.

  • 6 On prétend généralement qu’une grande partie de la population en Bohême et en Moravie lisait surto (...)

8Chez beaucoup de contemporains, on peut néanmoins deviner en même temps un refus progressif du processus révolutionnaire, qui paraît trop cruel et souvent considéré comme utopique ou même vide de sens, notamment après l’exécution de Louis XVI et de Marie-Antoinette, princesse habsbourgeoise ; la Terreur ensuite ne rencontra pas non plus beaucoup de sympathie6.

9En tout cas, l’explosion de la Révolution en France et l’explosion de la guerre entre la France et la monarchie des Habsbourg brisèrent un certain équilibre international et transformèrent le cours des Lumières réformistes dans l’Europe centrale. Elles marquèrent profondément la relation vis-à-vis de la langue française, dorénavant considérée comme langue privilégiée des élites nobles de l’Europe.

  • 7 Pour la nouvelle politique vis-à-vis des étrangers à l’époque de la Révolution et des guerres de N (...)

10Premièrement, la persécution et le contrôle policier des personnes francophones (non seulement des émigrés, mais aussi des voyageurs, des commerçants, et même des gouvernantes et des enseignants du français dans les familles aristocratiques7, considérés désormais comme « suspects » en tant que prétendus « émissaires révolutionnaires ») contribuèrent à marginaliser la langue française dans la vie publique. L’enseignement du français fut ainsi successivement confié aux non-natifs, non-francophones, ou bien disparut complètement.

  • 8 À propos du rôle du français et de la francophonie, voire de la « bi-glossie » germano-française a (...)

11Deuxièmement, ce processus de l’« écartement » ou même de l’« élimination » du français fut accompagné par une certaine gallophobie et par la croissance du patriotisme germanique, qui mena à l’emploi plus prononcé de l’allemand dans la communication non seulement publique, mais aussi privée – et cela même dans les milieux nobles pour lesquels le français représentait, comme ailleurs en Europe, toujours un sociolecte et une marque de distinction par excellence. Ce phénomène allait d’ailleurs de pair avec les tendances générales de germanisation de la vie publique et même privée, pertinente notamment depuis l’époque de Joseph II8.

  • 9 L’arrivée des Français sur le territoire tchèque – notamment à l’époque de la bataille d’Austerlit (...)

12Troisièmement, la connaissance et l’emploi du français commencèrent à être considérés, en revanche, comme une manifestation de sympathie vis-à-vis des événements de la Révolution en France – bref du radicalisme politique ou intellectuel. Cette suspicion ne fut que renforcée à l’époque de la bataille d’Austerlitz où maintes personnes francophones de cette région morave se mirent au service des occupants français en tant qu’interprètes, traducteurs ou autres experts aidant les Français à s’orienter dans un pays inconnu. Après le départ des Français, ces « collaborateurs » subirent des persécutions et furent souvent traités comme de simples traîtres à la patrie9. Les enquêtes menées pour prouver cette forme de « collaboration » avec l’ennemi ou au moins de sympathie vis-à-vis de lui sont, pour nous, une source intéressante pour étudier la propagation et le niveau de connaissance du français parmi les sujets non-privilégiés dans les Pays tchèques. Une étude plus approfondie à ce sujet est néanmoins toujours à faire.

Opiz, Killaretleur « correspondance littéraire »

  • 10 Sur Opiz, voir notamment Opiz J.F., Autobiographie. Aus seiner “Literarischen Chronik von Böhmen” (...)
  • 11 NM (Musée National de Prague), cote VI-E-15.

13Parmi les sympathisants francophones de la Révolution française dans les milieux « bourgeois » en Bohême, c’est justement Johann Ferdinand Opiz (1741-1812) qui représente le cas le plus connu. Cet « homme de loi », natif de Prague, avait étudié le droit dans sa ville natale, puis il fut appelé auprès de la cour judiciaire (Kammergericht) à Wetzlar – la ville de Werther – au service du comte Karl Egon von Fürstenberg. Ensuite, à partir de 1775, il fut installé dans la ville de Čáslav, en Bohême de l’Est, en tant qu’officier de banque10. Outre son emploi, il passa toujours beaucoup de temps à composer en allemand divers traités « philosophiques » ou savants surtout, dont plusieurs furent effectivement publiés. Dans ses fonds, on peut trouver en outre un traité manuscrit sur la Révolution française (Frankreichs Revoluzion)11 qui ne cachait nullement ses sympathies pro-révolutionnaires. L’auteur y salue même le renversement de la monarchie le 10 août 1792 et, dans un certain sens, il essaie même de justifier la « cruauté » des révolutionnaires jacobins par leur réaction face aux efforts des aristocrates et de la contre-révolution pour renverser le régime révolutionnaire. On comprend facilement pourquoi son traité n’arriva jamais à être publié.

  • 12 La correspondance se trouve dans le département des manuscrits du Musée National de Prague (Národn (...)
  • 13 À propos de Lamberg, il existe actuellement d’excellents mémoires de Licence et de Maîtrise de T. (...)
  • 14 Correspondance I, 9e lettre de Killar le 1er juin 1795 ; lettre d’Opiz le 2 juin 1795.

14À part cela, Opiz fut auteur de centaines des lettres qu’il échangeait non seulement avec les nobles cultivés et « éclairés » (Lamberg, Mittrowsky, Auersperg, Sternberg), mais aussi avec d’autres savants de premier ordre liés à l’université (professeur Ignaz Cornova) ou aux milieux ecclésiastiques libéraux (l’évêque de Hradec Králové Jan Leopold Hay, l’historien Dlabacz – un ecclésiastique éclairé – et autres). À son cercle de correspondants nobles appartenaient surtout deux nobles libéraux et francs-maçons de Moravie, Maxmilian von Lamberg (1729-1792) et, un peu plus tard, Johann Nepomuk Mittrowsky (1759-1799), qui paraissent être ses amis les plus proches12. Lamberg était un fervent propagateur de la culture française dans le milieu morave et un « littéraire » qui se plaisait à composer et à publier des ouvrages en français. Grâce à sa correspondance abondante avec Opiz, nous savons qu’il comptait parmi les sympathisants de la Révolution française appartenant aux milieux nobles13. Le jeune Mittrowsky, décédé prématurément, était une connaissance qu’Opiz fit plus tard, probablement justement grâce à Killar. L’une des lettres de la main du curé semble attester que l’amitié épistolaire entre Opiz et Mittrowsky commença par son intermédiaire14.

  • 15 Voir la liste des francs-maçons appartenant à la loge Freimaurer Gesellschaft de 1787, de 1791 et (...)

15Sur Killar même, on n’a, jusqu’à maintenant, que des informations fort fragmentaires : il semble nous échapper même à travers ses propres lettres. En vain, Opiz lui demande à maintes reprises de lui faire parvenir sa biographie : Killar ne réagit jamais. Il fut né en 1745 à Poličha, petite ville de Vysočina. Mais nous ne savons toujours pas où il était né, ni où il avait effectué ses études. On ignore quelle était sa langue maternelle. C’était plutôt l’allemand, semble-t-il, bien qu’il nous semble qu’il maîtrisait aussi bien le tchèque, ce qui était d’ailleurs indispensable pour un curé desservant une région à majorité tchèque. On ignore également où il avait si bien appris le français et au moins partiellement l’anglais. Il desservit plusieurs localités de la région de Vysočina. Lors de sa correspondance avec Opiz, il travaillait comme curé à Losenice-Lossenitz, puis à Krucemburk-Kreuzberg-Křížová, finalement comme doyen à Polná, l’un des centres de la région. Même dans son isolement de quelque petite ville de montagne, il sut entretenir un cercle d’amis formé de l’élite locale. Ils se voyaient plus ou moins régulièrement et ils partageaient les mêmes loisirs intellectuels – surtout les intérêts « savants » (en physique et en biologie notamment) et également la lecture, souvent empruntée à Opiz. Il est très probable que le curé Killar faisait partie de la loge maçonnique de Brno, capitale de Moravie15. C’est dans la même loge qu’il pouvait côtoyer le comte libéral Jan Nepomuk Mittrowsky qui avait ses possessions dans la même région de Vysočina, et le bailli de la ville proche de Saar-Žďár nommé Jan Jiří Veselý, un radical politique curieux qui empruntait à Killar les livres déjà empruntés à Opiz.

16On peut néanmoins supposer que pour le curé Killar, intelligent et – dans un certain sens – « savant » (ses curiosités scientifiques, littéraires et linguistiques témoignent d’un personnage hors du commun), manqua dans son entourage une « âme sœur » ou même une autorité intellectuelle avec laquelle il aurait pu mieux partager ses intérêts et qui aurait eu pour lui une valeur instructive. C’est ce qu’il chercha, semble-t-il, chez Opiz, déjà célèbre au moment où il lui adressa sa première lettre. Leurs échanges de lettres attestent d’ailleurs une certaine asymétrie dans ce sens : Killar se met volontiers dans le rôle de celui qui est plus réceptif, plus passif et qui se fait « éclairer » par son ami qui lui transmet les nouveaux livres et les nouveautés politiques ou scientifiques. Cette passivité cependant déplaît à Opiz qui attend de la part de son correspondant plus de participation ; à maintes reprises, il lui reproche ses longues périodes de silence, causées pour la plupart, par le travail d’un pauvre curé qui devait faire face à ses obligations spirituelles.

  • 16 Correspondance I, lettre d’Opiz le 28 février 1796, p. 15.
  • 17 Correspondance I, lettre d’Opiz le 19 mars 1796, p. 138-140.
  • 18 Correspondance I, lettre d’Opiz le 24 septembre 1794.
  • 19 Correspondance I, lettre d’Opiz le 12 juillet 1800, p. 236 et suivantes.
  • 20 Correspondance III, lettre d’Opiz le 6 février 1802, p. 105.
  • 21 Correspondance II, lettre d’Opiz le 8 mai 1800, p. 270.

17La correspondance littéraire, cette forme d’« amitié épistolaire » elle-même représente pour Opiz un thème sur lequel il revient souvent dans ses lettres, soit pour reprocher à Killar son silence ou ses réponses trop brèves, soit pour lui rappeler l’importance d’un tel « devoir sacré de l’amitié ». « Votre cruel silence depuis le 19 août de l’année passée m’est une véritable énigme. Avez-vous donc cessé d’être mon ami ? – N’êtes vous plus Killar ? Ne me croyez-vous plus digne de vos lettres ? », lui reproche-t-il en 179616. Ce n’est qu’avec une indulgence un peu hautaine qu’Opiz accepte les excuses de son ami (« Vous avouez sincèrement Votre faute, et en cet unique acte de conscience autant qu’en ma bonté Vous fondez l’espérance d’obtenir mon pardon. ») et il lui rappelle qu’« Une lettre écrite à un ami n’est sûrement pas un livre, n’est pas seulement un sermon. Ce n’est qu’une ouverture de cœur, une communication de nos pensées. Une telle lettre ne nous occupe donc pas, ne nous empêche point de remplir toutes les tâches de notre office »17. À maintes reprises, il rappelle à son ami la « sainteté de notre amitié » en l’assurant : « Je vous aime bien tendrement, que je chéris vos lettres »18. Plusieurs fois, il esquisse l’idée de ce qu’il attend de leur « correspondance littéraire » : « Séparés par la distance des lieux, à qui le sort, ou plutôt pour dire le vrai la Providence, a attaché notre vie corporelle, entretenons l’union de nos âmes, par des ouvertures réciproques de nos idées, pensées et sentiments »19. Dans plusieurs autres lettres, il développe encore ses réflexions sur l’importance d’une pareille amitié épistolaire, et pour renforcer le lien affectif, et pour cultiver un échange intellectuel : « Le commerce épistolaire de nos idées et sentiments est un délice d’esprit, qui mérite d’être soigneusement cultivé, assidûment entretenu » car, continue-t-il, « il affermit l’amitié, exalte nos cœurs, éclaire nos esprits ». Il n’hésite pas à faire des comparaisons peu modestes en disant que leur correspondance « ressemble en quelque sorte à la Conversation dans cet éternel Concilium animarum, dont Ciceron parla dans son Caton »20. « La conversation des esprits, qui ont quitté le marais de l’erreur, les cachots du vice, la carrière de ce monde », écrit Opiz en 1800, « est sans doute un délice égal à celui qui nous rendra heureux après la mort »21.

  • 22 Mais tandis qu’Opiz paraît considérer la solitude de Killar comme bienveillante, puisqu’elle peut (...)

18Bien qu’il fût possible qu’Opiz vînt plusieurs fois visiter son ami, le contact physique fut limité à une ou deux visites similaires par an : Ils se plaignent tous les deux de leur isolement et de solitude22.

  • 23 Les lettres d’Opiz contiennent néanmoins beaucoup de citations bibliques ou classiques en latin. L (...)

19On ignore qui, des deux correspondants, décida le premier d’employer la langue française, et même pourquoi il le fit. Nous savons seulement que la première lettre, rédigée en français, vint de la part du curé Killar, sans néanmoins expliquer les raisons de son choix. Voulait-il se présenter ainsi mieux, aux yeux d’Opiz, comme un « homme des lettres » digne d’une telle « correspondance littéraire » parce que capable de communiquer couramment dans la langue des philosophes23 ? Bien qu’aucun des deux auteurs ne cherche à justifier l’emploi de la langue française dans leur « correspondance littéraire », on peut prétendre que ce choix n’était aucunement innocent. La sélection des thèmes et le ton général de ce long échange de lettres peuvent cependant nous aider peut-être à soupçonner au moins partiellement la raison d’un tel choix. On y reviendra dans notre conclusion.

20Les sujets de la conversation sont logiquement liés entre eux ; on peut pourtant en repérer plusieurs thèmes essentiels, dont notamment : 1. Réflexions « philosophiques » ou morales sur la vérité, la Providence, le progrès, la morale, les Lumières (et aussi sur l’amitié, surtout sur celle de deux correspondants) ; 2. Réflexions (politico-religieuses) sur la religion et sur l’Église contemporaine ; 3. Rapports et réflexions « politiques » sur la politique internationale, sur la Révolution française et les guerres de Napoléon ; 4. Rapports sur les événements dans la région et dans la famille d’Opiz ; 5. Réflexions sur les sciences et les expériences des recherches personnelles (notamment dans les domaines de la botanique, géologie et autres sciences naturelles que Killar et Opiz pratiquèrent tous les deux).

  • 24 Opiz essaie de calculer, avec une précision mathématique, par exemple la gradation du progrès « da (...)

21Dans les premières années de la correspondance, les événements politiques concernant la France révolutionnaire et directoriale, voire la situation internationale n’apparaissent (par précaution ou bien en raison de la prépondérance d’autres sujets jugés plus importants et moins dangereux ?) qu’en marge des réflexions philosophiques ou morales plus générales, touchant surtout les thèmes de la « vérité », du progrès des Lumières et du perfectionnement du genre humain24. Il est d’ailleurs caractéristique pour tout cet échange épistolaire que la République et la Révolution y apparaissent souvent en étroite connexion avec une vision (utopique) philosophico-historique plus générale.

Les émigrés, la noblesse, le clergé

  • 25 Voir notamment Mejdrick a K., Čechy a francouzská revoluce, op. cit., chapitre 4.
  • 26 Correspondance I, lettre d’Opiz le 24 décembre 1797, p. 120.
  • 27 Correspondance I, voir notamment la lettre de Killar le 2 octobre 1797.
  • 28 Correspondance II, lettre de Killar le 1er novembre 1799, p. 163. Dans une lettre antérieure, Opiz (...)

22Les thèmes « révolutionnaires » apparaissent dans la correspondance avec une plus grande intensité depuis 1797 notamment. Cet intérêt renforcé fut sans doute dû à la guerre qui semble menacer plus directement les Pays tchèques. Les suites économiques de la situation ne se laissent pas attendre, et la demande des conscrits commence à peser sur la population des pays. À ce moment survient dans la région de Killar un événement non sans importance : il entra dans l’histoire sous le nom de « rébellion maçonnique » ou bien, comme la plupart des participants furent les protestants de confession calviniste-helvétique dont la région abondait, la « rébellion helvétique »25. La révolte naquit d’abord d’un simple refus de masse des jeunes conscrits de plusieurs seigneuries de la Vysočina d’entrer dans l’armée autrichienne, et leur désertion dans les montagnes et forêts dont la région est si riche. Pourtant, l’affaire fit peur aux autorités et on parla d’une « révolution » dont le but était de joindre les jeunes déserteurs aux troupes françaises. L’événement impressionna profondément Opiz et notamment Killar dont quelques amis – surtout le nommé Veselý, bailli de la ville de Žďár, l’un de ses intimes, auquel on avait reproché « quelques propos révolutionnaires »26 – furent persécutés pour une prétendue participation à la révolte27. Même le franc-maçon Killar, semble-t-il, n’échappa pas à la suspicion de son entourage ; il se plaint à Opiz que les gens des environs – et les autres prêtres surtout – le prennent pour un « jacobin »28.

  • 29 Herbstova R., « Korespondence moravského šlechtice Jana Nepomuka Mittrowského s J.F. Opizem v letec (...)
  • 30 Correspondance I, lettre de Killar le 17 janvier 1798, p. 200 et suivantes.
  • 31 Correspondance I, lettre de Killar le 26 février 1798, p. 218.

23À la même époque, les groupes d’émigrés commencèrent à traverser la région ; les deux amis furent profondément impressionnés par quelques rencontres personnelles avec ces fugitifs malheureux. Le comte de Mittrowsky, leur ami commun, bien que membre de la haute aristocratie morave, ne cachait nullement son antipathie et son mépris face à ces gens qui, selon lui, ne comprenaient pas le « sens de l’histoire » et n’hésitaient pas à se révolter contre leur propre nation. Dans ses lettres à Opiz, on ne trouve pas la moindre expression de compassion à l’égard de ses homologues nobles venus de la France révolutionnaire qu’ils avaient, selon Mittrowsky, tout simplement « trahie »29. On retrouve un sentiment identique chez le curé Killar qui avait eu l’occasion d’héberger dans sa cure, au début de l’année 1798, quatre Français dont trois militaires nobles (l’un se disant maréchal) et un prêtre carme. Tous, dit-il, espéraient un retour prochain en France et le maréchal ne cachait pas ses larmes en se souvenant de la malheureuse famille royale de Louis XVI ; « Je les plains comme je les hais », avoua Killar dans une lettre à Opiz30. Dans une autre, il observe que la noblesse héréditaire est un ennemi de l’humanité, comme on peut le prouver justement avec l’exemple des émigrés nobles31.

  • 32 Correspondance I, lettre d’Opiz le 31 janvier 1798, p. 209-210.
  • 33 Correspondance II, lettre d’Opiz le 15 août 1799, p. 100 ; lettre d’Opiz le 17 août 1799, p. 110 ; (...)

24Opiz semble partiellement partager son avis, car il répond résolument : « Quel énorme éblouissement de croire encore maintenant possible le rétablissement de la noblesse héréditaire dans leur patrie et d’y pouvoir participer par leur retour ». Selon lui, ce ne sont que des fantaisies vaines : « Jamais la noblesse héréditaire, cette partie essentielle du système féodal, ne sera rétablie en France. […] Car la majorité la plus grande de la nation, abhorrant le système barbare, inhumain, est éperdument amoureuse de la Constitution garantissant les droits de chacun ; sa liberté, sa propriété, la mettant à l’abri de l’opposition d’une race immense de petits tyrans ». Le comportement de ces émigrés est « traître » partout en Europe : selon Opiz, ils sont « extrêmement orgueilleux, insolents, voluptueux, lascifs, étourdis » et n’aiment que les gens de « leur propre race ». Il imagine toutefois combien ces quatre émigrés durent être surpris et même « charmés » d’avoir trouvé à Kreuzberg « un curé, à qui ils pouvaient parler en leur langue »32. Dans ces paroles, on reconnaît volontiers Opiz, fier membre du tiers état et adversaire acharné des nobles, qu’il n’hésite pas à appeler « bâtards de la société civile ». Cette attitude fut d’ailleurs renforcée par l’entretien personnel entre lui et la princesse de Monaco en fuite (qu’on prétendit maîtresse du prince de Condé, chef des émigrés). Et comme on parle souvent de la Russie comme d’un asile prochain des émigrés, Opiz leur donne subitement l’épithète d’« esclaves de Paul Ier »33.

  • 34 Voir notamment Correspondance III, lettre d’Opiz le 17 octobre 1801, p. 70 ; lettre d’Opiz le 16 n (...)
  • 35 Correspondance I, lettre de Killar le 22 janvier 1799, p. 370.
  • 36 Correspondance I, lettre d’Opiz le 31 janvier 1798, p. 210 et suivantes.
  • 37 Correspondance I, lettre d’Opiz le 31 janvier 1798, p. 214.
  • 38 Correspondance I, lettre d’Opiz le 6 juin 1798, p. 255.
  • 39 Correspondance II, lettre d’Opiz le 15 octobre 1799, p. 161, et lettre de Killar le 10 décembre 17 (...)

25Si les deux correspondants partagèrent le même avis à l’égard de la noblesse héréditaire, ils ne s’accordent pas moins dans l’opinion face à l’Église romaine et surtout à ses hauts dignitaires et aux jésuites : le bourgeois Opiz fut plus radical que son ami curé. L’internement du pape et la proclamation de la République romaine en 1799 et, plus tard, les sécularisations dans les principautés ecclésiastiques rhénanes34 donnent à Opiz et à Killar un nouveau sujet important à discuter : le pouvoir et le gouvernement séculier (terrestre) de l’Église. On peut deviner facilement que les deux amis s’entendent sur son refus moral. Rien n’est plus ridicule que de prétendre, écrit le curé en janvier 1799, que la religion de Jésus ne peut pas exister sans le gouvernement séculaire terrestre. « Le faste, le luxe, la pompe » et tous les gens qui n’habitent « que dans les palais des grands », ne s’accordent pas avec la doctrine de Jésus ; c’est tout au contraire une « source méphitique dont sort tout le mal moral et physique »35. Opiz considère même, dès 1798 au moins, les Français comme des auteurs de la réforme religieuse36. « L’humanité gémissait dans les fers, tandis que le clergé buvait, mangeait, chantait et priait le bon dieu d’une manière […] très sacrilège »37, écrit Opiz dans sa longue diatribe de 1798 contre le clergé et contre la papauté. « En vain, les ennemis de l’humanité attendent-ils le rétablissement du gouvernement ecclésiastique de Rome », dit-il ailleurs38. Il n’est nullement surprenant que dans la correspondance apparaît également la critique du célibat en tant qu’institution contraire à l’esprit de l’évangile, dont ils souhaitent l’abolition39. Le rétablissement des ordres religieux n’éveille chez eux que des réactions fâcheuses.

26Les propos concernant le pape (Curia = Furia) vont de pair avec leurs autres convictions religieuses. Bien que catholiques tous les deux, ils ne cachèrent pas depuis le printemps de 1802 toute leur indignation vis-à-vis des limitations du régime de « tolérance » et de la liberté des cultes protestants. La religion doit être libre, conviennent-ils tous les deux. Et Killar, habitué à s’entretenir avec des non-catholiques si nombreux dans sa région, noue une sorte d’amitié avec le chef des protestants du pays (le superintendant) et les deux pasteurs se vouent un respect réciproque.

27Il n’est pas difficile de reconnaître dans les deux correspondants des « joséphistes » convaincus désirant une « purification » ou « intériorisation » de la foi chrétienne et cherchant même une inspiration dans les sources protestantes. Leurs anti-monachisme et anti-papisme restent pourtant conciliables avec un catholicisme « réformé » dans les intentions d’un Joseph II ou de son frère Léopold, dont les analogies sont repérables dans la France révolutionnaire.

Les Français, la Révolution, la République

  • 40 Un anagramme qu’Opiz fit en décembre 1800 sur Pitt, est PITT – Populi Inimicus Tyrannidis Tutor.
  • 41 À propos des Russes, il répète à plusieurs reprises qu’une nation accoutumée à une obéissance abso (...)

28Dans les dernières années du siècle, Opiz suit avec plus d’attention qu’auparavant la situation sur la scène internationale. Dans les représentations qu’il en fait pour son ami Killar, les « ennemis » apparaissent aussi nettement distingués que les questions morales : les Anglais (le « cabinet de St James »)40 et les Russes (dans le personnage de Paul Ier) sont les « ennemis de l’humanité » au même plan que les jésuites et autres « amis des ténèbres »41. Il s’efforce en revanche, tout au long de sa correspondance, de nouer les intérêts de deux puissances qu’il aime : la France révolutionnaire ou la « Grande République », comme il l’appelle lui-même, d’un côté, et de l’autre sa patrie autrichienne qu’il ne cesse de considérer comme une victime des machinations et « cabales » soit anglaises, soit russes qui l’entraînent injustement dans un conflit contre la France. Il est bien compréhensible que son patriotisme, et même son amour peut-être sincère pour son souverain François II, paraisse longtemps incompatible avec son admiration pour la France révolutionnaire, républicaine ou impériale.

  • 42 Correspondance I, lettre d’Opiz le 31 janvier 1798, p. 216.
  • 43 Correspondance I, lettre d’Opiz le 28 janvier 1799, p. 373.
  • 44 Correspondance I, lettre d’Opiz le 11 mars 1798, p. 226.
  • 45 Correspondance II, lettre d’Opiz le 4 janvier 1800, p. 366.

29Les Français représentent pour lui une nation qui jouit d’une « supériorité intellectuelle », dont le « génie » donna à son pays et à l’humanité « autant des penseurs forts et hardis que des guerriers intrépides »42. Il appelle les Français les « défenseurs de leur liberté et de celle des nouvelles républiques »43 et il est persuadé que c’est en vain que les Anglais cherchent à les battre ou même les anéantir : ils ne font ainsi que contribuer à ce que les Français deviennent la nation « la plus forte et la plus glorieuse de l’univers »44. L’idée d’une nation française élue par Dieu revient souvent chez Opiz : « Nous prenons les Français pour des athées, pour des hommes scélérats, indignes de l’assistance de Dieu », écrit-il en 1800. « Mais est-ce que Dieu les tient aussi pour tels45 ? »

  • 46 Correspondance II, lettre d’Opiz le 24 novembre 1800, p. 345.
  • 47 Correspondance II, lettre d’Opiz le 4 janvier 1800, p. 366.
  • 48 Correspondance II, lettre d’Opiz le 9 février 1801, p. 378-381.

30Sa représentation positive des Français et de leurs armées ne s’émeut même pas face aux attaques contre les territoires habsbourgeois, donc contre sa patrie. En commentant en novembre 1800 l’occupation peu juste de la Toscane (alors la secundogéniture habsbourgeoise avec à sa tête l’archiduc Ferdinand, frère de l’Empereur, un personnage qu’Opiz estime et admire) par les troupes françaises, Opiz cherche à justifier les occupants qu’il considère comme « innocents » parce qu’ils sont poussés par les provocations des Napolitains et des Anglais46. Et au seuil de 1801, en rapportant à Killar la pénétration des Français en Autriche, donc dans sa patrie, Opiz n’en rend responsables que les alliés de son souverain trahi, les Anglais et les Russes. Voilà les vrais ennemis, et non les Français47 ! Il ne faut donc pas nous étonner si nous le trouvons, au début de 1801, dans un entretien plutôt amical avec trois officiers français, qu’il invita à dîner chez lui ; la discussion intéressante dura au moins six heures et les invités ne se retirèrent de chez Opiz qu’à minuit48.

  • 49 Correspondance II, lettre d’Opiz le 14 octobre 1800, p. 325.

31Le caractère « extraordinaire » de la nation française et le fait qu’ils défendent la juste cause leur donne tant de supériorité que même le nombre de soldats devient insignifiant : « Bonaparte avec trente mille républicains poussés par le courage et l’ambition, conduits par l’esprit et le génie supérieur, anéantissait en 1796 successivement plus de trois cent mille hommes de nos armées en Italie »49.

  • 50 Correspondance I, lettre de Killar le 27 juin 1798, p. 264.
  • 51 Correspondance I, lettre de Killar le 13 mars 1799, p. 394.
  • 52 Correspondance I, lettre de Killar le 26 février 1798, p. 219-220.

32Ce qui sacralise la France aux yeux d’Opiz et probablement aussi de Killar, qui exprime son accord avec les opinions de son ami, c’est surtout la volonté de faire triompher la Révolution et l’idée de la République « dans l’univers ». Killar ajoute à cette « fin dernière » encore une croyance en une prochaine unité de toutes les nations à un moment où les hommes « redeviendront les hommes », ce qui ne fera qu’accomplir les vœux de l’« Être suprême » qui « gouverne tout, mènera encore tout et le changera en meilleur », car « son but est le bonheur universel et celui de chaque individu »50. On peut opprimer mais non supprimer, affirme le curé dans une autre lettre de mars 1799 : plus on opprime, plus on a à craindre une éruption violente51. Il est néanmoins signifiant, pour la pensée des deux amis, que cette grande idée de la République et du triomphe de la Liberté n’est nullement séparée de celle des Évangiles et de la philosophie et de la morale de Jésus-Christ : « Tous les efforts du despotisme et de la tyrannie », écrit Killar au début de 1798, « ne feront qu’affermir d’autant plus les droits des hommes et d’autant mieux faire connaître leurs devoirs sociaux que Jésus, le grand bienfaiteur des humains, nous apprend si clairement par sa doctrine, quoique jusqu’ici tant méconnue, tant abusée par toutes les sectes du christianisme »52.

  • 53 Correspondance I, lettre d’Opiz le 31 janvier 1798, p. 208.
  • 54 Correspondance I, lettre d’Opiz le 11 mars 1798, p. 2267.
  • 55 Correspondance I, lettre d’Opiz le 6 juin 1798, p. 255.
  • 56 Correspondance I, lettre d’Opiz le 9 avril 1798, p. 236.
  • 57 Correspondance I, lettre d’Opiz le 3 novembre 1798, p. 343.
  • 58 Correspondance I, lettre d’Opiz le 5 juillet 1798, p. 272.
  • 59 Correspondance II, lettre d’Opiz le 4 mars 1801, p. 388.
  • 60 Correspondance I, lettre d’Opiz le 28 septembre 1798, p. 325.
  • 61 Correspondance I, lettre d’Opiz le 3 novembre 1798, p. 336.
  • 62 Correspondance I, lettre d’Opiz le 24 novembre 1798, p. 356.

33Persuadé que la noblesse héréditaire et même son idée commencent à être désuètes, Opiz exprime dès janvier 1798 l’avis que l’« esprit républicain se répand déjà de jour en jour plus fort par-dessus notre continent, hélas, trop longtemps sucé par ces malins gourmands ! »53. Deux mois plus tard, il en trouve la preuve dans les révolutions aux États-Unis, en France, en Italie, en Suisse et dans les États germaniques qui attestent le fait que tous les « ennemis abrutis de la liberté » se révoltent en vain contre « la volonté du Tout-Puissant ». Selon Opiz, l’histoire même prouve que la Providence divine soutenait toujours les opprimés et relevait les humbles « par le moyen de la Révolution »54 (sic). Cette assimilation du « processus révolutionnaire » ou républicain, jugé comme inévitable, avec la volonté de Dieu voire de la Providence divine, n’est pas rare chez Opiz et Killar. Toute nouvelle manifestation de révolte est interprétée en tant que preuve de cette inévitabilité. Par exemple, Opiz se réjouit en juin de la même année de ce qu’une nouvelle éruption révolutionnaire paraît inévitable en Irlande, dans le Piémont ou ailleurs, et que même la chute du régime « despotique » en Grande-Bretagne semble approcher55. Et les deux amis partagent également l’avis que ce processus de régénération du genre humain, dont les révolutions et le républicanisme sont une manifestation visible, continue. « En vérité, mon cher ami », écrit Opiz en avril 179856, « la grande révolution de l’Europe n’est pas encore achevée ». Il revient à cette idée en novembre en affirmant que « la lutte entre les Lumières et les ténèbres, entre la liberté et la tyrannie n’est pas encore finie »57. D’ailleurs, ajouta-t-il en juillet 1798, les nouvelles républiques d’Amérique, de France, de Hollande, de Suisse, de Rome ou de Lombardie « nous offrent assez de Lumières pour pouvoir pronostiquer ce qui arrivera »58. Deux ans plus tard, au seuil du nouveau siècle, il exprime son étonnement plein d’admiration vis-à-vis du « nouveau républicanisme » : « En considérant la grande supériorité, que le nouveau républicanisme remporta dans un espace de moins de neuf ans, dites-moi, mon ami, que faut-il attendre de l’avenir ? Tous les efforts à affaiblir ou l’esprit de liberté ou les forces des républicains ne serviront qu’à accélérer leur progrès »59. Même les efforts les plus raffinés de ces « ennemis » ne peuvent pas arrêter la « grande révolution […] du genre humain », continue Opiz en développant, en septembre 1798, la même idée, car la lumière répandue au profit de l’humanité étant déjà assez claire et augmentant de jour en jour rend infructueuses toutes les spéculations. « Ce progrès inévitable continuera en dépit de ses “ennemis”, car il est guidé par la « Providence d’un Dieu Tout-Puissant son Père ». Et celui qui se révolte contre cette volonté divine est « rebelle contre la Majesté de Dieu »60. À plusieurs reprises, il insiste sur cette idée de relation entre la révolution et la volonté divine : « Le grand projet de la Providence, ce ne sont pas les avantages d’une cour […] ; mais seulement le bonheur de l’humanité » (1798)61. Selon lui, les Français peuvent se dire avec justesse : Si Deus pro nobis, qui contra nos ? Et dans une longue lettre passionnée de la fin de novembre 1798, il affirme : « Ce n’est sûrement point une assertion outrée, que Dieu protège la grande révolution de nos jours, voulant faire régénérer le genre humain. L’histoire de cette révolution offre à l’observateur impartial assez d’événements, qui mettent cette vérité hors de doute ». Le Fiat lux est clairement associé à l’éruption révolutionnaire et à la libération de l’humanité62.

Dieu protège Napoléon, héros de notre temps !

  • 63 Correspondance II, lettre d’Opiz le 15 août 1799, p. 102.

34La fin du Directoire était pressentie au printemps 1799 même par Opiz et par ses amis avec lesquels il discutait de l’avenir de la République française. À la différence de plusieurs d’entre eux qui semblent prévoir un rétablissement de la monarchie, Opiz présume que « l’esprit hautain de la nation française » ne se laissera pas facilement soumettre à un roi « à l’ancienne forme », ni à un roi selon « la première Constitution ». Un roi que les Français ne refuseraient peut-être pas, serait plutôt un « président viager du Directoire » : même la Constitution de l’an III ne devrait pas être renversée. Ainsi, on garderait la République avec ses libertés et sa Constitution, mais on changerait un seul article de cette Constitution. La seule question qui reste, c’est : à qui la nation française pourrait-elle vraiment confier cette « présidence »63 ?

  • 64 Correspondance II, lettre d’Opiz le 17 décembre 1799, p. 186.
  • 65 Correspondance II, lettre d’Opiz le 16 janvier 1800, p. 224.

35Cependant, le cheminement de la situation en France ne fut pas une surprise pour lui. « La Révolution de Saint-Cloud » – tel est le nom qu’Opiz donne au coup d’État du 18 Brumaire – n’est pas une surprise pour lui. En tout cas, il le considère comme un événement salutaire pour la fragile République, bien qu’il formule d’abord l’hypothèse que ce coup ait été organisé par le cabinet de Berlin. La France regroupa finalement ses forces pour écraser ses factions et la pression des ennemis64 ; « L’empire des factions a fini en France »65, dit-il.

  • 66 Correspondance I, lettre d’Opiz le 21 juillet 1798, p. 277.
  • 67 Correspondance III, lettre d’Opiz le 17 octobre 1801, p. 70.
  • 68 Correspondance I, 20e lettre d’Opiz le 22 décembre 1797, p. 192.
  • 69 Correspondance III, lettre d’Opiz le 6 février 1802, p. 109.
  • 70 Correspondance I, lettre d’Opiz le 24 novembre 1798, p. 356.

36À toute occasion, Opiz cherche à manifester son admiration vis-à-vis du « véritable héros de nos jours », « libérateur de l’Italie et qui rend impraticables désormais tous les projets d’agrandissement de deux cours, ennemies de l’humanité »66. Il ne cesse de vanter le génie de Bonaparte, dans la politique et dans la stratégie militaire : « Le génie de Bonaparte, assisté par sa Fortune ou plutôt conduit par la sagesse du Tout-Puissant, trouvera des moyens pour faire échouer les desseins dangereux »67 (des Anglais). Et lui, qui se plaisait à composer les anagrammes, en fit aussi plusieurs sur le nom de Bonaparte, en rapport avec les Anglais tant détestés (Britannicum Ulciscuter Orbem, Nuno Aolgrediamu Punienda Arrogantia Regis Throni Evasione68). Après l’élection de Bonaparte à la tête de la nouvelle République italienne, jadis Cisalpine, Opiz commente que « la Grande république Française, désignant plusieurs Républiques qui se trouvent sous sa protection, […] est non seulement indestructible, mais elle garantit aussi des progrès accélérés à la perfectibilité du genre humain pour réaliser à la fin tous les plans de la philosophie philanthrope »69. Peu surprenant que les deux correspondants s’accordent plusieurs fois sur le fait que le général Bonaparte soit protégé et même dirigé par le Tout-Puissant ; depuis qu’il s’est montré aux ennemis de la France, « ce bras ne l’a pas abandonné », écrit Opiz70.

  • 71 Correspondance II, 2e partie de la 49e lettre d’Opiz le 4 avril 1800.
  • 72 Correspondance III, lettre d’Opiz le 29 mai 1804, p. 346.

37Jamais il ne voulut être de l’avis de ses amis et co-discuteurs (qu’il ne nomme jamais) qui voyaient dans Bonaparte un usurpateur, un nouveau Jules César. Opiz fut au contraire persuadé que Bonaparte « ce génie vraiment républicain », « cet homme presque unique, démentira l’attente des amis de l’humanité, abusera de la confiance de la nation française, usurpera enfin le pouvoir suprême en Cromwell ou Jules-César ». Et il ajoute : « Quant à moi, mon cher ami, je n’y crois rien : puisque je ne doute ni de la noblesse de son âme, ni de la perspicacité de la prudence, ni de son ardeur pour la vraie gloire, Bonaparte, jouant le rôle d’un Cromwell ou d’un Jules César, ne le jouerait certainement pas longtemps ; il aurait en outre sacrifié une éternité de gloire au plaisir chétif et précaire d’une domination usurpatrice presque momentanée »71. Il ne voulait jamais cesser de voir dans Napoléon un homme de la Révolution idéalisé qui préfère l’amour de la patrie et la « vraie gloire » et garde ses illusions. Même en annonçant à Killar, à la fin de mai 1804, le couronnement prochain de Napoléon comme empereur héréditaire des Français, Opiz reste d’avis que ce pas décisif ne vient pas de l’initiative de Bonaparte lui-même : « D’après l’idée que j’ai conçu de la noblesse et sublimité non seulement de son esprit mais aussi de son cœur, je ne saurais croire que Napoléon Bonaparte ait jamais ambitionné la qualité d’un empereur héréditaire, dont il n’a certes aucunement besoin, ni pour gagner un plus grand pouvoir pendant la vie, ni pour s’assurer l’immortalité de la gloire après sa mort ». Il possède déjà un pouvoir, pense Opiz, qu’aucun ancien roi de France n’a jamais eu : est-ce qu’il n’est pas déjà « chef d’une nation de plus de trente millions âmes, qui l’adorent »72 ?

  • 73 Correspondance III, lettre d’Opiz le 23 décembre 1804, p. 389.
  • 74 Correspondance III, lettre d’Opiz le 19 mars 1805, p. 329.

38Le couronnement impérial en décembre 1805 n’affaiblit pas du tout l’admiration d’Opiz : trois semaines après cet événement, Opiz écrit à Killar avec un grand enthousiasme que la France actuelle est devenue bien supérieure à la Rome ou à la Grèce anciennes ; c’est un pays de héros qui ne fut abruti que par le despotisme des « nobles ignobles qui tyrannisèrent et la cour et la nation », que seule la Révolution priva de leur influence. « Sans la liberté les gens dégénèrent ; grâce à elle, ils deviennent les Dieux ». Il faut donc, répète Opiz, que d’autres révolutions surviennent73. Killar, comme toujours, se montrait très pessimiste, même par rapport au nouvel Empereur. Il semble qu’il partagea les craintes de certains démocrates selon lesquels Napoléon contribuerait au rétablissement de la monarchie en France, ce qu’Opiz cherchait nettement à dissiper, car il ne croyait jamais que les Français puissent revenir au système de l’ancienne monarchie : ils sont, selon lui, « déjà trop républicains ; leur haine contre […] Louis XVIII est trop fervente »74. Une conviction sincère ou plutôt un vœu pieux ? Nous savons bien aujourd’hui que la surestimation de Napoléon et des Français fut trop grande et trop précoce chez Opiz. En tout cas, au moment de la restauration des Bourbons, notre intellectuel solitaire était déjà mort.

La guerre et la paix

  • 75 Correspondance III, lettre de Killar le 10 décembre 1804, p. 221.

39Un autre espoir que les deux amis mettaient en Bonaparte, c’était le rétablissement de la paix en Europe. Leurs vœux que la paix arrive enfin et leur conviction que Bonaparte ne veut rien d’autre que finir la guerre, apparaissent pratiquement dans chacune de leurs lettres. Mais la paix n’arrivait pas. Killar, moins optimiste, ne cache nullement son ennui. En décembre 1804, en comparant les Français et les Anglais, il écrit sèchement : « Ceux-ci veulent avaler le monde entier par leurs opinions ; ceux-là le veulent par leur commerce »75.

  • 76 Correspondance II, lettre d’Opiz le 6 juin 1799, p. 406.

40Opiz cherche à être plus positif, comme toujours. Les guerres pour la liberté durent longtemps, voilà une conclusion logique qu’il fait de cette expérience amère. Il rappelle à Killar l’exemple des guerres des Provinces-Unies contre l’Espagne aux XVIe-XVIIe siècles et les guerres des hussites en Bohême au XVe siècle76. Pour mieux comprendre la situation et pour l’expliquer à son ami, il se plonge dans l’histoire pour en tirer des exemples analogues. C’est à la guerre que les Suisses, les Bataves, les Américains du Nord et les Français doivent leur liberté. Et la République en France, que deviendrait-elle sans la guerre ? « Sans les dernières guerres contre la France, le despotisme des maisons régnantes en Europe se serait affermi trop fort au désavantage de l’humanité », croit Opiz. Ainsi, les désastres de la guerre et des révolutions commencent à apparaître pour lui dans une nouvelle lumière, en tant que moyens indispensables pour atteindre un nouveau degré de la société : « Comme jadis de l’affreux chaos, l’ordre […] de la nature sortit par la Toute-puissance du Créateur. […] Du désordre politique et de la dépravation presque générale des mœurs commencent à s’élever de nouveaux systèmes de gouvernement : puisque la révolution de l’Europe ou plutôt de l’Univers n’est point encore finie ». Chaos comme début d’un avenir prometteur et d’un ordre nouveau, puis « révolution de l’Europe » ou même « de l’Univers », ce sont les images utopiques qui ne cessent de hanter cet écrivain infatigable.

41Mais les suites dévastatrices de la guerre se font sentir de plus en plus et la correspondance de deux amis en porte un témoignage de moins en moins encourageant : la cherté de tous les besoins, la crise financière dont ne profitent que les usuriers et spéculateurs, le tout accentué par la mauvaise récolte, voilà de nouveaux thèmes qui représentent un fil rouge de la correspondance depuis 1804 notamment. Dans une telle situation, une révolution pareille à celle de 1789 en France pourrait-elle être pensable aussi chez nous ? C’est une question que se pose souvent Opiz.

  • 77 Correspondance IV, lettre d’Opiz le 23 octobre 1805, p. 47.

42La campagne de 1805 provoque vraisemblablement une autre modification des attitudes face aux Français. C’est en parlant de la victoire des Français près d’Ulm qu’Opiz emploie pour la première fois le terme d’« ennemi » à leur adresse ; un terme donc réservé, jusqu’à ce moment, aux Anglais, aux Russes, aux jésuites et autres « amis des ténèbres », mais jamais aux Français bien qu’adversaires politiques et militaires77.

  • 78 Vanacek M., « Obdivovatelé Velké francouzské revoluce… », op. cit., notamment p. 35-55.

43L’historien morave Michael Vaňáček avait montré comment la bataille d’Austerlitz le 2 décembre 1805 sur les plaines et les champs de la Moravie du Sud modifia les représentations, voire même les espoirs, liés auparavant à la France et aux Français. La déception devant les attitudes et le comportement de la Grande Nation dans la campagne morave était presque générale. Toute l’admiration, toutes les sympathies et les espérances disparurent vite78.

  • 79 Florins d’or, monnaie courante en Autriche.
  • 80 Correspondance IV, lettre de Killar le 13 décembre 1805, p. 53 et suivantes.

44Onze jours après la bataille fatale, deux soldats ou même « maraudeurs » (terme employé par Killar) français apparurent chez lui et demandèrent de l’argent. Leur « capitaine » « exigea de moi avec une fierté très atroce 500 fls79 comme taxe de guerre. “Je n’ai point d’argent, ma paroisse rapporte à peine de quoi vivre”, répondis-je ». Les soldats n’hésitèrent pourtant pas à prendre tout ce qui leur parut avoir quelque prix et puis commandèrent un souper. « Je m’efforçai, continue Killar, avec mon peu d’éloquence, à le fléchir et à adoucir sa férocité ; mais en vain jusqu’à ce qu’une de mes nièces entre dans la chambre [on a déjà dit que Killar avait à sa charge sept enfants orphelins de son frère mort]. Seules les larmes aux yeux de la fillette semblèrent le toucher au moins un peu80. »

  • 81 Correspondance IV, lettre d’Opiz le 21 décembre, p. 60.
  • 82 Correspondance IV, lettre d’Opiz le 24 janvier 1806, p. 64.

45Opiz eut du mal à avouer l’atrocité des soldats français ; il tenta donc au moins de dissocier leur comportement lamentable de la volonté de son Napoléon toujours admiré : « Une telle conduite déshonore l’armée française et est tout à fait contraire aux ordres de son Empereur », écrit-il à Killar le 21 décembre dans une réponse pleine d’embarras81. La paix conclue à Pressbourg (Bratislava) le 26 décembre 1806 est accueillie par Opiz avec un grand soulagement : il salua donc la nouvelle année 1806 avec des chronogrammes célébrant cette paix – et Napoléon, « faiseur de paix », aussi : PaCeM ConCessIt Dei sapIentIa nobIs et NapoLeon heros sIne parI, beLLo et paCe Deo sImilis82. Seule la paix peut sauver l’Autriche, répète-t-il, sans abandonner l’espoir en une alliance prochaine entre la France et l’Autriche – qui eut finalement lieu. Opiz exprime même le vœu que l’Autriche retourne à son ancien principe Bella gerunt allii, tu felix Austria, nube, et réoriente sa politique de la guerre en politique des mariages réussis. On ne sait malheureusement pas encore comment il accepta le mariage entre son héros tant admiré et la princesse habsbourgeoise en 1810.

46Mais toutes les suites économiques et sociales de la guerre, la cherté, la crise financière, le tout multiplié par de mauvaises récoltes, semblent finalement prévaloir dans les dernières lettres des deux amis. Finalement, la maladie de poitrine, un autre thème qui hante les lettres de Killar depuis 1806, vaincra le curé vieillissant et son décès en 1809 mit fin à un échange intéressant de lettres. Opiz ne lui survécut que de trois ans et ni l’un ni l’autre n’auront eu la chance de voir la paix ; le régime autrichien sorti du congrès de Vienne est bien éloigné des « lumières apportées à l’humanité » que les deux amis désiraient passionnément.

47Au fil de sa correspondance, Opiz développe une vision utopique – partagée en grande partie par son ami Killar – dont le point culminant représenterait l’« éclaircissement général de l’humanité », à laquelle Killar ajoute, à plusieurs reprises, une « unification générale des nations ». Cet idéal des Lumières est pleinement compatible avec le christianisme, car selon ses auteurs il fait accomplir non seulement la volonté de la Providence divine (comprise probablement plus dans l’esprit chrétien que déiste), mais aussi l’enseignement de Jésus-Christ.

  • 83 Correspondance II, lettre d’Opiz le 1er août 1800, p. 299.
  • 84 Correspondance II, lettre d’Opiz le 15 février 1799, p. 12, et lettre de Killar le 9 avril 1799, p (...)

48Les Lumières, la Révolution et la liberté vont donc de pair avec la volonté du Tout-Puissant. Une telle idée est affirmée à maintes reprises par les deux amis, appuyée sur des citations et des exemples bibliques ; ceux-ci n’hésitent pas à emprunter à l’histoire européenne – ancienne, médiévale et même récente – d’autres exemples pour la soutenir. L’une des idées les plus importantes est celle que même la dissémination ou le triomphe de l’idée républicaine – soit au prix des révolutions plus ou moins violentes – va pleinement de pair avec l’accomplissement de cet idéal. « C’est des ténèbres et du sang que la Lumière doit s’élever », écrit Opiz à Killar le 1er août 180083. Le chaos originaire, le chaos qui précède la Création, réapparaît à plusieurs reprises dans les lettres des deux correspondants de 179984.

49Ainsi, les sécularisations survenues des principautés ecclésiastiques des pays rhénans et les efforts pour minimaliser le pouvoir terrestre du pape en font également une part importante : ces innovations mettent fin à la domination terrestre de l’Église, en contradiction avec la simplicité évangélique originelle. Dans cette rationalité, Napoléon Bonaparte apparaît comme un outil de la Providence qui le protège et le dirige. Il est en même temps – un peu paradoxalement – considéré comme le « faiseur de la paix », car la paix générale que les deux amis attendent en vain avec tant d’impatience est l’une des conditions à remplir pour réaliser cette « grande œuvre des Lumières ». Sur ce point, ils ne peuvent renier l’influence de leur inspirateur Kant et son œuvre De la paix perpétuelle.

50Peu originales peut-être, ces idées et opinions exprimées dans cette correspondance inédite représentent pourtant un cas singulier et digne d’intérêt surtout dans les milieux dont les deux amis sont issus et sur lesquels nous ne disposons que de très rares sources écrites en ce qui concerne les attitudes morales, politiques ou « philosophiques ».

51Pour conclure, on peut se demander à juste titre quelle place le choix de la langue française occupait dans un tel échange d’opinions. Il nous semble qu’au départ le français put être choisi en tant que langue « savante » appropriée pour une correspondance « intellectuelle ». Si l’instigateur en était Killar, alors simple curé provincial, on peut même se douter qu’il voulait ainsi se mettre en valeur aux yeux d’Opiz, déjà assez célèbre, et qu’il estimait tant. Pour les deux, cette langue pouvait représenter également un moyen de manifester implicitement leur attachement aux Lumières et aux principes révolutionnaires dont la France était un berceau symbolique. En outre, le choix de cette langue peut être probablement interprété aussi comme une certaine « marque de distinction » symbolique des deux auteurs par rapport à leur milieu – bourgeois pour Opiz et rural pour Killar –, milieu dont ils se sentent isolés et vis-à-vis duquel ils ressentent même un écart, voire un léger mépris. L’emploi du français leur servait donc comme moyen de valorisation de soi.

52Ce choix peut néanmoins être expliqué également par des raisons plus pratiques et plus pragmatiques. Nous savons que les deux correspondants n’envoyèrent jamais leurs lettres par l’intermédiaire d’une poste officielle mais se servirent d’un « messager » privé. Cette forme de médiation peut être expliquée comme une tentative pour se soustraire aux contrôles de la censure, qui n’étaient pas rares en Autriche à leur époque. Mais les services d’un médiateur ne furent pas non plus un moyen complètement « sûr » et les lettres purent tomber entre les mains d’un tiers. On ne peut donc exclure la possibilité que l’emploi du français – déjà assez peu connu dans les milieux des simples fonctionnaires d’État où leur correspondance pouvait tomber par un mauvais hasard – représentait une sorte de « code » qui rendait leur correspondance délicate et souvent « dangereuse », moins transparente et donc moins accessible à des yeux indésirables.

Notes

1 Correspondance I, 2e lettre de Killar le 13 octobre 1793, Musée National de Prague (Národní muzeum), fonds Opiz, VIII-E-4, Ma Correspondance littéraire avec M. le Curé Killar.

2 Correspondance II, lettre d’Opiz le 1er août 1800, Musée National de Prague, fonds Opiz, VIII-E-4, Ma Correspondance littéraire avec M. le Curé Killar, p. 299.

3 Musée National de Prague, fonds Opiz, VIII-E-4, Ma Correspondance littéraire avec M. le Curé Killar, 4 tomes. Les dernières lettres sont conservées, par erreur, dans un autre recueil de correspondance, celui entre Opiz et un certain Potier, un autre correspondant (francophone) d’Opiz.

4 Mejdricka K., Čechy a francouzská revoluce [La Bohême et la Révolution française], Praha, Naše vojsko, 1959, chapitre IV.

5 Pour une orientation bibliographique fondamentale, voir notamment Kutnar F., « Reakce státu v Čechách na Velkou francouzskou revoluci » [« La réaction de l’État en Bohême à la Grande Révolution française »], Český časopis historický, no 43, 1937 ; idem, « Velká revoluce francouzská v naší soudobé kritice » [« La Grande Révolution française dans notre critique contemporaine »], Český časopis historický, 1934 ; Roubik F., « Ohlas Francouzské revoluce na českém venkově 1793-1794 ve světle úředních pramenů », Časopis pro dějiny venkova, no 10, p. 176-181 ; Vanacek M., « Obdivovatelé Velké francouzské revoluce mezi kněžstvem na Znojemsku » [« Les admirateurs de la Grande Révolution française parmi les ecclésiastiques dans les alentours de la ville de Znojmo »], Vlastivědný věstník moravský, no 13, 1958 ; idem, Francouzové a Morava v době Velké revoluce a koaličních válek [Les Français et la Moravie à l’époque de la Grande Révolution et des guerres de coalition], Brno, 1965 ; Mejdricka K., Čechy a francouzská revoluce [La Bohême et la Révolution française], Praha, Naše vojsko, 1959 ; idem, Listy ze stromu svobody [Les feuilles de l’arbre de la Liberté ], Praha, 1989 ; Beranek J., Absolutismus a konstitucionalismus v Čechách doby Velké francouzské revoluce [Absolutisme et constitutionnalisme en Bohême à l’époque de la Révolution française], Praha, 1989 ; Kroupa J., « Die Mährische Gesellschaft und die Französische Revolution », dans Reinalter H. (Hrsg.), Aufklärung-Vormärz-Revolution. Jahrbuch der, Frankfurt-am-Main/Bern/New York/Paris, Peter Lang, 1996, p. 54-61 ; Kroupa J., Alchymie štěstí. Pozdní osvícenství a moravská společnost 1770-1810 [L’Alchimie du bonheur. Les Lumières tardives et la société morave], Brno, 2006 ; idem (dir.), La Moravie a l’âge Baroque 1670-1790. Dans le miroir des ombres, Paris/Rennes/Brno, Somogy éditions d’art/Musée des Beaux-Arts/Moravská galerie, 2002, p. 384 et sui

6 On prétend généralement qu’une grande partie de la population en Bohême et en Moravie lisait surtout les journaux (voire brochures ou autres textes de propagande) écrits en allemand ou en tchèque, et suffisants, pour ainsi dire, pour se faire une certaine idée de ce qui se passait en France. Les assertions des pamphlets anti-révolutionnaires, diffusés intentionnellement parmi le peuple, furent néanmoins nuancées par les récits apportés par des émigrés français en fuite (dont un grand nombre passa justement par la Bohême ou par la Moravie), par des soldats retournant de l’armée, mais aussi par des pamphlets et libelles pro-révolutionnaires qui se répandirent parmi les gens, malgré toute la censure et l’activité de la police.

7 Pour la nouvelle politique vis-à-vis des étrangers à l’époque de la Révolution et des guerres de Napoléon, voir notamment Stoklaskova Z., Cizincem na Moravě, 1750-1867 [Être un étranger en Moravie], Brno, Matice moravská, 2007, notamment chapitres 6 et 7.

8 À propos du rôle du français et de la francophonie, voire de la « bi-glossie » germano-française au tournant des XVIIIe et XIXe siècles dans les milieux de l’élite nobiliaire en Bohême et Moravie, voir notamment Lenderova M., « Sociální a kulturní funkce francouzštiny ve společnosti českých zemí v období “mezi časy” » [« Le rôle social et culturel du français dans la société des Pays tchèques à l’époque “entre les époques” »], dans Lorman J. et Tinkova D. (eds.), Post tenebras spero lucem. Duchovní tvář českého a moravského osvícenství [La face spirituelle des Lumières en Bohême et en Moravie], Praha, p. 236-247 ; Slabakova R., « “Il est Höchst Zeit” aneb Jaký jazyk pro aristokracii v Čechách a na Moravě v 19. století ? » [« “Il est Höchst Zeit” ou bien Quelle langue pour l’aristocratie en Bohême et en Moravie au XIXe siècle ? »], dans Blahova K. (ed.), Komunikace a izolace v české kultuře 19. století, Praha, 2002 ; Cerman I. et Velek L. (eds.), Adelige Ausbildung. Die Herausforderung der Aufklärung und die Folgen. Studien zum Mitteleuropaischen Adel 1, München, 2006 ; Madl C., « L’Écrit, le livre et la publicité. Les engagements d’un aristocrate éclairé de Bohême : Franz Anton Hartig (1758-1797) », thèse manuscrite, Paris, École Pratique des Hautes Études, 2007, 564 p.

9 L’arrivée des Français sur le territoire tchèque – notamment à l’époque de la bataille d’Austerlitz, en Moravie du Sud, à la fin de 1805 – offrit à maintes personnes l’occasion de profiter de leur capacité à comprendre et parler français. Selon l’historien morave Michael Vaňáček, beaucoup de ces francophones (dont notamment des membres des classes moyennes, non de l’élite nobiliaire) entrèrent effectivement au service des Français, surtout en tant qu’interprètes ou traducteurs. La nomination officielle de ces personnes (voire leur persécution ultérieure) donna naissance à toute une série de documents écrits qui nous servent de sources témoignant de l’état de la francophonie dans nos pays. Voir notamment Vanacek M., « Obdivovatelé Velké francouzské revoluce… », op. cit., p. 76-82.

10 Sur Opiz, voir notamment Opiz J.F., Autobiographie. Aus seiner “Literarischen Chronik von Böhmen” gezogen und mit Anmerkungen begleitet von Ernst Kraus, Praha, 1909 ; Przedak A.G., Johann Ferdinand Opiz. Ein Lebensbild aus der josephinischen Zeit, Praha, 1911. L’inventaire de ces fonds fut fait dans les années 1970 par Krivsky P., Písemná pozůstalost. Jan Ferdinand Opiz, 1741-1812, Praha, 1978.

11 NM (Musée National de Prague), cote VI-E-15.

12 La correspondance se trouve dans le département des manuscrits du Musée National de Prague (Národní muzeum) dans les fonds Opiz sous la cote VII-E-2 + 3 à VII-E-5 (avec Lamberg) et VII F 4 (avec Mittrowsky). L’analyse de ces correspondances, pour ce qui concerne la Révolution, se trouve dans les articles suivants : Herbstova R., « Korespondence moravského šlechtice Jana Nepomuka Mittrowského s J.F. Opizem v letech 1796-1799 », Časopis Matice moravské, janvier 1952, p. 365-375, et Polisensky J., « Korespondence moravského osvícence Maxe Lamberga s J.F. Opizem o francouzské revoluci », Časopis Matice moravské, no 71, 1952, p. 140-148.

13 À propos de Lamberg, il existe actuellement d’excellents mémoires de Licence et de Maîtrise de T. Cidlina, soutenus à l’Université de Brno : Cidlina T., « Maxmilián Lamberg a francouzská osvícenecká inspirace na Moravě » [« Maxmilian Lamberg et l’inspiration des Lumières françaises en Moravie »]‚ mémoire de Maîtrise, Brno, 2007. Voir aussi le livre de J. Kroupa consacré aux Lumières tardives dans le milieu de la noblesse de Moravie : Kroupa J., Alchymie štěstí. Pozdní osvícenství a moravská společnost 1770-1810 [L’Alchimie du bonheur. Les Lumières tardives et la société morave], Brno, 1986 (rééd. 2006) ; et l’article de Edighoffer R., « Le comte Maxmilien de Lamberg (1729-1792), trait d’union entre la France et l’Autriche », dans Stolnitzer G. (éd.), Les prémices de la Révolution française en Autriche, Nice, Centre de recherches autrichiennes de l’Université de Nice, 1990, p. 95-111.

14 Correspondance I, 9e lettre de Killar le 1er juin 1795 ; lettre d’Opiz le 2 juin 1795.

15 Voir la liste des francs-maçons appartenant à la loge Freimaurer Gesellschaft de 1787, de 1791 et de 1793 citée en annexe dans la nouvelle édition (2006) de Kroupa J., Alchymie štěstí…, op. cit., p. 272-275.

16 Correspondance I, lettre d’Opiz le 28 février 1796, p. 15.

17 Correspondance I, lettre d’Opiz le 19 mars 1796, p. 138-140.

18 Correspondance I, lettre d’Opiz le 24 septembre 1794.

19 Correspondance I, lettre d’Opiz le 12 juillet 1800, p. 236 et suivantes.

20 Correspondance III, lettre d’Opiz le 6 février 1802, p. 105.

21 Correspondance II, lettre d’Opiz le 8 mai 1800, p. 270.

22 Mais tandis qu’Opiz paraît considérer la solitude de Killar comme bienveillante, puisqu’elle peut lui donner « autant de loisir que de liberté » pour une « méditation philosophique » et pour une « douceur d’une correspondance littéraire, convenable à nos sentiments » (Correspondance I, lettre d’Opiz le 18 mars 1794, p. 17), et donc considère son ami comme nécessairement « heureux », pour Killar au contraire « Il est en vérité bien pénible pour un homme isolé que je sois, de faire des progrès même médiocres dans les arts et sciences, qui présupposent l’aide d’habiles artistes et de matériaux qu’on ne trouve pas dans mes environs de près ». Correspondance III, lettre de Killar le 8 février 1803, p. 211.

23 Les lettres d’Opiz contiennent néanmoins beaucoup de citations bibliques ou classiques en latin. La langue allemande n’est pas totalement abandonnée : Opiz s’en sert surtout quand il cite ses autres textes, principalement sa poésie qu’il rédige, à quelques exceptions près, presque exclusivement en allemand (par exemple sur la mort de l’archevêque éclairé Hay ou sur la condamnation et l’exécution de Louis XVI, datant de 1798).

24 Opiz essaie de calculer, avec une précision mathématique, par exemple la gradation du progrès « dans notre patrie » depuis 1750, et cela d’une manière différente et proportionnelle dans trois états, dont État-moien (sic), le peuple et la noblesse. Pour effectuer ses calculs et même ses comparaisons entre les différentes classes de la société et puis entre l’Autriche et la France, il prévoit trois périodes d’éclaircissement : 5, 10, 20 ans respectivement pour les trois classes, ce qui répond aux périodes plus courtes de 3, 6 et 21 ans en France. Selon ses calculs, le peuple de nos pays ne sera éclairé qu’en 1850 (« prévision » de la révolution de 1848) ; ce qui répond au degré de l’éclaircissement de l’« état-moien » de l’Autriche en 1790 (qui, lui-même, répond à la même situation du Tiers-état français en 1777). Correspondance I, 4e lettre d’Opiz le 15 avril 1794, p. 29 et suivantes.

25 Voir notamment Mejdrick a K., Čechy a francouzská revoluce, op. cit., chapitre 4.

26 Correspondance I, lettre d’Opiz le 24 décembre 1797, p. 120.

27 Correspondance I, voir notamment la lettre de Killar le 2 octobre 1797.

28 Correspondance II, lettre de Killar le 1er novembre 1799, p. 163. Dans une lettre antérieure, Opiz lui-même essaie d’expliquer à Killar que l’expression « jacobin » ne devrait désigner que les anarchistes et les désorganisateurs, sinon même le feu Empereur Léopold ou l’évêque tolérant Hay auraient pu être désignés ainsi. Voir Correspondance I, lettre d’Opiz le 3 septembre 1797, p. 169 et 172-173.

29 Herbstova R., « Korespondence moravského šlechtice Jana Nepomuka Mittrowského s J.F. Opizem v letech 1796-1799 », Časopis Matice moravské, janvier 1952, p. 365-375.

30 Correspondance I, lettre de Killar le 17 janvier 1798, p. 200 et suivantes.

31 Correspondance I, lettre de Killar le 26 février 1798, p. 218.

32 Correspondance I, lettre d’Opiz le 31 janvier 1798, p. 209-210.

33 Correspondance II, lettre d’Opiz le 15 août 1799, p. 100 ; lettre d’Opiz le 17 août 1799, p. 110 ; et lettre d’Opiz le 28 août 1799, p. 118.

34 Voir notamment Correspondance III, lettre d’Opiz le 17 octobre 1801, p. 70 ; lettre d’Opiz le 16 novembre 1801, p. 84 ; et lettre d’Opiz le 20 août 1802, p. 160.

35 Correspondance I, lettre de Killar le 22 janvier 1799, p. 370.

36 Correspondance I, lettre d’Opiz le 31 janvier 1798, p. 210 et suivantes.

37 Correspondance I, lettre d’Opiz le 31 janvier 1798, p. 214.

38 Correspondance I, lettre d’Opiz le 6 juin 1798, p. 255.

39 Correspondance II, lettre d’Opiz le 15 octobre 1799, p. 161, et lettre de Killar le 10 décembre 1799, p. 179 ; Correspondance III, lettre d’Opiz le 6 février 1802, p. 111 ; Correspondance IV, lettre d’Opiz le 19 juillet 1806, p. 93 et suivantes.

40 Un anagramme qu’Opiz fit en décembre 1800 sur Pitt, est PITT – Populi Inimicus Tyrannidis Tutor.

41 À propos des Russes, il répète à plusieurs reprises qu’une nation accoutumée à une obéissance absolue, indifférente à celui qui règne, obéira à n’importe qui usurpera le sceptre du pouvoir. Pourtant, il était d’avis que la Russie, nation modèle de barbarie et d’assujettissement esclave, doive sortir de tous ces conflits avec la France, plus civilisée, grâce au seul contact avec les soldats français et les « hommes éclairés ». Correspondance II, lettre d’Opiz le 30 juin 1799, p. 72.

42 Correspondance I, lettre d’Opiz le 31 janvier 1798, p. 216.

43 Correspondance I, lettre d’Opiz le 28 janvier 1799, p. 373.

44 Correspondance I, lettre d’Opiz le 11 mars 1798, p. 226.

45 Correspondance II, lettre d’Opiz le 4 janvier 1800, p. 366.

46 Correspondance II, lettre d’Opiz le 24 novembre 1800, p. 345.

47 Correspondance II, lettre d’Opiz le 4 janvier 1800, p. 366.

48 Correspondance II, lettre d’Opiz le 9 février 1801, p. 378-381.

49 Correspondance II, lettre d’Opiz le 14 octobre 1800, p. 325.

50 Correspondance I, lettre de Killar le 27 juin 1798, p. 264.

51 Correspondance I, lettre de Killar le 13 mars 1799, p. 394.

52 Correspondance I, lettre de Killar le 26 février 1798, p. 219-220.

53 Correspondance I, lettre d’Opiz le 31 janvier 1798, p. 208.

54 Correspondance I, lettre d’Opiz le 11 mars 1798, p. 2267.

55 Correspondance I, lettre d’Opiz le 6 juin 1798, p. 255.

56 Correspondance I, lettre d’Opiz le 9 avril 1798, p. 236.

57 Correspondance I, lettre d’Opiz le 3 novembre 1798, p. 343.

58 Correspondance I, lettre d’Opiz le 5 juillet 1798, p. 272.

59 Correspondance II, lettre d’Opiz le 4 mars 1801, p. 388.

60 Correspondance I, lettre d’Opiz le 28 septembre 1798, p. 325.

61 Correspondance I, lettre d’Opiz le 3 novembre 1798, p. 336.

62 Correspondance I, lettre d’Opiz le 24 novembre 1798, p. 356.

63 Correspondance II, lettre d’Opiz le 15 août 1799, p. 102.

64 Correspondance II, lettre d’Opiz le 17 décembre 1799, p. 186.

65 Correspondance II, lettre d’Opiz le 16 janvier 1800, p. 224.

66 Correspondance I, lettre d’Opiz le 21 juillet 1798, p. 277.

67 Correspondance III, lettre d’Opiz le 17 octobre 1801, p. 70.

68 Correspondance I, 20e lettre d’Opiz le 22 décembre 1797, p. 192.

69 Correspondance III, lettre d’Opiz le 6 février 1802, p. 109.

70 Correspondance I, lettre d’Opiz le 24 novembre 1798, p. 356.

71 Correspondance II, 2e partie de la 49e lettre d’Opiz le 4 avril 1800.

72 Correspondance III, lettre d’Opiz le 29 mai 1804, p. 346.

73 Correspondance III, lettre d’Opiz le 23 décembre 1804, p. 389.

74 Correspondance III, lettre d’Opiz le 19 mars 1805, p. 329.

75 Correspondance III, lettre de Killar le 10 décembre 1804, p. 221.

76 Correspondance II, lettre d’Opiz le 6 juin 1799, p. 406.

77 Correspondance IV, lettre d’Opiz le 23 octobre 1805, p. 47.

78 Vanacek M., « Obdivovatelé Velké francouzské revoluce… », op. cit., notamment p. 35-55.

79 Florins d’or, monnaie courante en Autriche.

80 Correspondance IV, lettre de Killar le 13 décembre 1805, p. 53 et suivantes.

81 Correspondance IV, lettre d’Opiz le 21 décembre, p. 60.

82 Correspondance IV, lettre d’Opiz le 24 janvier 1806, p. 64.

83 Correspondance II, lettre d’Opiz le 1er août 1800, p. 299.

84 Correspondance II, lettre d’Opiz le 15 février 1799, p. 12, et lettre de Killar le 9 avril 1799, p. 6.

Auteur

Université Charles de Prague

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search