Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

29. Les activités de la congrégation des missionnaires de Saint-Vincent de Paul. Les lazaristes dans la République polonaise des xviie et xviiie siècles Entre la résignation, la confrontation et l’adaptation

Stanisław Roszak

Texte intégral

  • 1 Kitowicz J. et Pollak R. (ed.), Opis obyczajów za panowania Augusta III, Wrocław, Wydawnictwo Zakła (...)

1Les missionnaires lazaristes forment une congrégation dont les activités n’ont jamais suscité en Pologne des émotions analogues à celles provoquées par les jésuites, par exemple. Les chroniqueurs et les historiens ont partagé l’opinion que les lazaristes jouissaient d’une bonne réputation et d’une grande estime. Au XVIIIe siècle, Jędrzej Kitowicz, chroniqueur, a écrit sur leurs succès en missions pendant lesquelles « ils prononçaient les sermons et prêchaient les infidèles ». Il a souligné que les missions étaient organisées aux frais des missionnaires qui menaient une vie pauvre et modeste1. Adam Moszczenski, auteur de mémoires du XVIIIe siècle et défavorable à d’autres congrégations, a mentionné :

  • 2 Moszczeński A., Pamiętnik do historyi polskiej w ostatnich latach panowania Augusta III i pierwszy (...)

Aux temps de Sobieski et de la dynastie de Wettin, il n’y a aucune trace d’un livre écrit par un religieux qui contiendrait une étude morale. Les évêques négligeaient l’éducation des prêtres. Ceux qui ont suivi l’école jésuite n’y ont rien appris. Les prêtres mieux éduqués étaient seulement ceux qui fréquentaient les cours de théologie préparés par les missionnaires et théatines à Varsovie2.

  • 3 Kołłątaj H. et Hulewicz J., Stan oświecenia w Polsce, Wrocław, Wydawnictwo Zakładu im. Ossolińskich (...)
  • 4 Górski K., Zarys dziejów duchowości w Polsce, Kraków, Wydawnictwo Znak, 1986, p. 212. Voir aussi Li (...)

2Au début du XIXe siècle, Hugo Kołłątaj dans son Histoire de l’enseignement en Pologne a mis l’accent sur le caractère exemplaire des cours pour les clercs, organisés par les lazaristes : « Les séminaires des missionnaires étaient en ordre parfait ; l’enseignement et les mœurs, tout suivait le modèle français »3. Enfin, l’auteur contemporain très réputé de L’Histoire de la religiosité en Pologne, Karol Gorski, a estimé que la réforme de Trente, c’est-à-dire l’épanouissement des actions de charité, les missions pour les paysans et les séminaires modernes pour le clergé, sont arrivés en République polonaise grâce à cette congrégation4.

3L’histoire de la congrégation des missionnaires lazaristes dans la République nobiliaire est liée strictement aux réformes proclamées lors du concile de Trente. Cette congrégation, en réalisant le programme de son fondateur Vincent de Paul, a commencé son activité missionnaire et éducative sur les territoires polonais au milieu du XVIIe siècle. Dans ma conférence, je me concentrerai sur trois aspects de l’activité des lazaristes :

  • les étapes successives de l’organisation de la province polonaise ;
  • l’organisation des missions et l’adaptation du programme missionnaire dans les conditions polonaises ;
  • l’organisation du système des séminaires pour la formation du clergé paroissial.

Les étapes principales du développement de la congrégation dans la République polonaise

  • 5 RospondS. (dir.), Misjonarze Św. Wincentego à Paulo w Polsce (1651-2001), vol. 1, Dzieje, Kraków, I (...)

4La genèse des lazaristes en Pologne doit être mise en lien avec l’initiative prise par la reine Louise Marie Gonzague, femme de Jean Casimir Waza. Grâce à ses soins en 1651, les premiers missionnaires sont venus de France : Lambert aux Couteaux, Guillaume Desdames, Nicolas Guillot, Jacques Posny et le Polonais Kazimierz Zelazowski5. La reine leur a donné le logement dans la paroisse de Sainte Croix à Varsovie. La tentative de l’envoi des missionnaires à Wilno – où l’évêque Jerzy Tyszkiewicz voulait leur confier les séminaires – n’a pas réussi par crainte du jansénisme. Dans la République polonaise, ces craintes des influences du jansénisme français étaient renforcées par les jésuites. Il s’agissait bien sûr de la concurrence relative aux missions et à l’enseignement du clergé. De plus, les missionnaires français ne parlaient pas polonais, ce qui au début posait un autre problème. En 1652, les retraites spirituelles et missions ont été organisées pour les habitants de Varsovie (marchands et magnats) qui parlaient français. Deux ans après, les missionnaires ont reçu l’église et la paroisse de Sainte Croix et ont fait les premières missions en polonais. Aux temps du déluge suédois, cette église a été détruite. À Varsovie, le prêtre Guillaume Desdames a écrit une lettre à Charles Ozenne (qui s’est enfui à Cracovie avec la reine) :

  • 6 Ibid., p. 55.

À Varsovie, notre maison, notre jardin et nos étables sont ruinés. Je ne peux pas me mettre à les réparer car je suis pauvre. Après le départ de ces diables incarnés [les Suédois], il ne m’est resté que 17 ou 18 livres6.

5Après la guerre, on a vite commencé à tout reconstruire. Au moment de la création de la Province polonaise en 1685, il existait trois maisons de missionnaires (à Varsovie, à Cracovie et à Chełmno) où travaillaient 21 prêtres et 6 frères qui faisaient des missions et organisaient des séminaires (la Province polonaise était la septième avec les cinq provinces françaises et la province italienne).

6Le plus grand épanouissement et l’augmentation du nombre des demeures missionnaires ont eu lieu dans la période où Piotr Jacek Śliwicki exerçait la fonction de visiteur général (1739-1774). Au début de sa mission, la Province polonaise comptait 15 maisons et 168 missionnaires, et à la fin respectivement 30 et 395.

  • 7 Misjonarze św. Wincentego à Paulo w Polsce (1651-2001), Kraków, 2001.

Carte 1 – Les maisons de la congrégation des lazaristes dans la République nobiliaire, 17727.

Carte 1 – Les maisons de la congrégation des lazaristes dans la République nobiliaire, 17727.

7Ce qu’il y a de plus important, c’est l’apparition de riches protecteurs – les magnats. Ils invitaient les missionnaires à demeurer dans leurs propriétés à l’Est et au Sud de la République (Potocki à Horodenka, Sanguszko à Zasław, Lubomirski à Glogow Małopolski, Branicki à Tykocin, Plater à Krasław, Zawisza à Smiłowice, Turski à Orsza).

8En 1762, les missionnaires de la Province polonaise ont pris soin du séminaire à Vac, dans le diocèse de Vac en Hongrie. Après quelques années, ils durent quitter la Hongrie suite aux réformes de l’Impératrice Marie-Thérèse.

9Au temps des partages de la Pologne, il existait des provinces missionnaires séparées : la polonaise (liquidée après le soulèvement de janvier en 1864) et la lituanienne (liquidée en 1842). Sur le territoire du partage autrichien, on a créé la province cracovienne en 1865. Après avoir reconquis l’indépendance en 1918, la Province polonaise des missionnaires a pu renaître. Actuellement, elle compte 25 maisons en Pologne et 3 à l’étranger.

  • 8 Ibid.

Carte 2 – Les maisons de la congrégation des lazaristes en Pologne, 20018.

Carte 2 – Les maisons de la congrégation des lazaristes en Pologne, 20018.

L’action missionnaire

  • 9 Roman J.M., Św. Wincenty à Paulo. Biografia, Kraków, Instytut Wydawniczy Księży Misjonarzy Nasza Pr (...)

10Vincent de Paul a assigné trois tâches aux missionnaires9 :

  1. Se perfectionner soi-même à l’exemple du Christ ;
  2. Prêcher l’Évangile aux pauvres, surtout à la campagne ;
  3. Soigner l’éducation des prêtres.
  • 10 Roszak S., « Tradycja i reforma w działalności misjonarzy na kresach w czasach saskich », dans Stas (...)
  • 11 Lettre du résident Gołębiowski au Primat de Pologne du 24 octobre 1743, Archives de Toruń, coll. I (...)

11Ainsi, l’organisation des missions était un devoir principal de la congrégation. Dans le plus ancien livre de mission (Catalogus Missiorum in Polonia) on compte 169 missions organisées par les missionnaires de Varsovie dans les années 1659-1740. Le milieu du XVIIe siècle, surtout avec Piotr Jacek Sliwicki qui exerce la fonction du visiteur, voit l’accroissement du nombre des missions organisées à l’Est et au Sud de la République. On compte 336 missions jusqu’à 1799. L’action missionnaire à l’Est des lazaristes mais aussi des jésuites et des dominicains suscitait l’opposition de l’Église orthodoxe et du tsar10. En 1743, un résident russe à Varsovie s’est plaint des missionnaires qui « convertissent les orthodoxes par force afin qu’ils deviennent uniates »11 (gréco-catholiques).

  • 12 Bańbuła M., Liturgia na misjach ludowych i w duszpasterstwie parafialnym Zgromadzenia Księży Misjon (...)

12Les missions duraient de deux à six semaines selon le niveau de religiosité des fidèles. Au début, on les organisait suivant l’exemple français. Les missions organisées à l’Est de la République, surtout pour la population uniate, demandaient souvent une approche différente et des changements dans le programme. En 1735, on a permis à Jean Aumont, visiteur de la Province polonaise, de modifier le programme de la mission. Les supérieurs des missions pouvaient décider de l’ordre des offices et du temps des actions selon les circonstances et les conditions locales. La source principale des prières, des chants religieux et des informations relatives au catéchisme était un livret – Les devoirs chrétiens. C’était la traduction du livre de prières français paru au temps de Vincent de Paul, faite par Desdames. Ce livret a eu quelques éditions et modifications aux XVIIIe et XIXe siècles. La dernière édition date de 194712.

13Conformément aux recommandations de Vincent de Paul, les missionnaires essayaient de vivre en autarcie. Ils habitaient près de l’église. Ils préparaient eux-mêmes leurs repas. Dans le livre missionnaire de la maison varsovienne, se trouve le registre des choses emportées par les missionnaires dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (les années 1780). Parmi ces choses, à côté des livres de prières, il y a un riche ensemble d’ustensiles de cuisine :

  • quatre plats et quatre assiettes,
  • un arrosoir,
  • un grand mortier de cuisine en cuivre jaune,
  • un grand pot pour faire bouillir de l’eau,
  • un petit pot pour faire cuire de la viande,
  • un pot au lait,
  • deux casseroles,
  • une poêle,
  • une grande cafetière et un petit pot en cuivre,
  • un petit fourneau en fonte pour la torréfaction,
  • un moulin à café en bois,
  • cinq cuillers, couteaux et fourchettes,
  • un sucrier, une paire de tasses et une cuillère en étain,
  • une boîte à café13.
  • 14 Kitowicz J. et Pollak R. (ed.), Opis obyczajów za panowania Augusta III, op. cit., p. 122-123.
  • 15 Lettre de P.H. Śliwicki au supérieur de la maison de la congrégation à Śmiłowice 28 XI 1768, Bibli (...)

14Les missionnaires étaient célèbres pour leur autarcie mais aussi pour leur hospitalité. Les frais de l’activité des missionnaires augmentaient surtout pendant les récollections. Il s’est avéré que l’habitude d’assurer la nourriture à tous ceux qui participaient aux récollections, pratiquée en France, a pris un caractère inattendu en Pologne. Jedrzej Kitowicz évoquait les récollections organisées par les missionnaires : « Celui qui montre seulement sa volonté de participer aux récollections, y est invité pour cinq jours. On lui donne une literie et un repas au réfectoire. Donc, beaucoup de gens viennent pour les récollections afin d’apaiser la faim et non pour les raisons spirituelles »14. Dans le couvent à Smiłowice, une telle hospitalité a provoqué un scandale. Les informations sur ce que l’on faisait pendant les récollections au couvent ont inquiété le visiteur Sliwicki. On buvait de grands tonneaux de bière, d’hydromel et de vodka. Dans la lettre adressée au supérieur des missionnaires de Smiłowice, il rappelait les règles de Vincent de Paul : « Je conseille de ne pas permettre que l’on donne de tels banquets. Il est conseillé de manger à l’écart et sans limitation de nourriture, mais s’il y avait quelqu’un qui voudrait manger en groupe, il faudrait lui dire que c’est interdit. Dans ce pays particulièrement, notre congrégation, en buvant sans modération, peut se ruiner »15.

L’activité éducative

  • 16 Dukała J., « Szkoła księży misjonarzy », dans Dzieje teologii katolickiej w Polsce, vol. II, Lublin (...)
  • 17 Litak S., Od reformacji do oświecenia, op. cit., p. 167.

15Dans la République nobiliaire, les missionnaires sont devenus fameux par la création des séminaires pour le clergé. Ce qui est intéressant, c’est qu’en Pologne comme en France, ils ont débuté avec les missions organisées pour les paysans. Peu après, ils se sont engagés dans le travail pédagogique et éducatif aux séminaires16. Dans ce cas, cela s’est fait grâce à l’initiative des évêques qui organisaient les séminaires dans leurs diocèses. Les premiers séminaires apparaissaient dans la seconde moitié du XVIIe siècle à Varsovie, à Chełmno, à Cracovie et à Przemyśl. En 1772, sur 34 séminaires dans la République, 18 appartiennent aux prêtres-missionnaires (3 aux jésuites, 5 aux prêtres Bartoszkowie appelés communistes – communis vitae, les frères de la vie en commun – et 8 aux prêtres diocésains)17.

  • 18 Dukała J., « Szkoła księży misjonarzy », art. cit., p. 109.

16Une question se pose : qu’est-ce qui incitait les évêques à faire venir les missionnaires et à leur confier l’organisation des séminaires ? Leur décision était influencée par les expériences françaises, très positives. En France, les missionnaires s’occupaient de l’éducation du clergé avec succès. En 1678, le pape Innocent XI, dans la lettre adressée à l’abbé Kazimierz Szczuka (abbé à Paradyż), a recommandé les missionnaires français car ils étaient les meilleurs candidats en ce qui concerne l’organisation des séminaires pour le clergé18. Une autre raison était une approche pratique dans la formation. Les missionnaires mettaient l’accent sur le côté pratique dans l’apprentissage – la capacité à enseigner le catéchisme, prêcher les sermons, célébrer la messe et les offices. L’important était aussi de former la conscience et l’obéissance envers les supérieurs (le professeur était en même temps un pédagogue et un père spirituel du clerc-élève). Les disputes scientifiques ou théologiques étaient moins importantes.

17La formation universelle des missionnaires était aussi bien vue. Les professeurs qui travaillaient dans les diocèses faisaient des cours dans différents domaines. Donc, pour les séminaires auxquels participait un petit nombre de membres du clergé, il suffisait de trois ou quatre professeurs. Enfin, le fait à côté duquel on ne peut pas passer indifféremment est que les missionnaires obéissant aux règles de Vincent de Paul, s’ils n’avaient pas de grandes prétentions financières, présentaient en revanche un haut niveau d’enseignement et donnaient la garantie de l’obéissance aux évêques. Ces derniers soutenaient les méthodes de l’enseignement. Les professeurs enseignaient les sujets approuvés et connus et ils évitaient les sujets nouveaux et controversés. Ils ne mentionnaient pas leurs propres recherches ni les notes ; au contraire, ils citaient les auteurs classiques confirmés par les supérieurs. Les clercs apprenaient les sujets du manuel – Liber textus. Les missionnaires adaptaient la durée de l’éducation dans les séminaires aux indications données par les synodes diocésains. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, on fréquentait les séminaires pendant deux ans.

  • 19 Bibliothèque de Czartoryski à Cracovie, Książka trzecia, w której się wpisują rzeczy przychodzącyc (...)

18Quel programme d’études mettait-on en œuvre ? Les clercs devaient connaître les thèmes relatifs aux sacrements et à la théologie morale et pastorale (apprendre à prêcher les sermons et à faire des cours de catéchisme). Tous les après-midi, on apprenait à chanter (savoir chanter était utile en missions, les missionnaires appréciaient beaucoup cette capacité). Les clercs se levaient à 5 heures et se couchaient à 21 heures. On enseignait en latin. Les clercs connaissaient aussi le français. Dans le registre des objets qu’ils apportaient dans les séminaires de Varsovie dans les années 1770 et 1780, on trouve les dictionnaires et vocabulaires français19.

19Il faut souligner que le programme des études – dans lequel l’enseignement pratique de la théologie pastorale était essentiel – résultait du système éducatif de la République des XVIIe et XVIIIe siècles. Les clercs arrivaient dans les séminaires après avoir fréquenté les collèges où enseignaient les jésuites et les piaristes. Ils avaient déjà un certain savoir en ce qui concerne la philosophie et la théologie. La situation a changé à la fin du XVIIIe siècle lors des partages de la Pologne. Les pouvoirs essayaient d’imposer aux missionnaires de nouveaux manuels et méthodes de l’enseignement.

20Que nous reste-t-il aujourd’hui ?

  • 20 Podgórska-Klawe Z., Szpitale warszawskie 1388-1945, Warszawa, 1975, p. 75. Voir aussi Kozł owski J. (...)
  • 21 Roszak S., Środowisko intelektualne i artystyczne Warszawy w połowie XVIII wieku, Między kulturą sa (...)

21Il reste les missionnaires qui travaillent dans 25 maisons-paroisses ainsi qu’une excellente opinion sur les séminaires qui préparaient les prêtres au travail dans les paroisses. Il reste aussi une légende qui raconte la vie du plus célèbre aumônier – le prêtre Gabriel Baudouin –, qui fut le premier à s’occuper des pauvres et des enfants20. Il a construit un hôpital général à Varsovie en 1758 et a fait oublier aux gens l’opinion négative sur les médecins français considérés comme des charlatans (l’opinion est apparue dans la presse varsovienne au milieu du XVIIIe siècle quand le médecin Colombe avait mal diagnostiqué son patient, le diplomate Duperron de Castera, provoquant ainsi sa mort)21.

22Il nous reste encore à Varsovie l’église la plus ancienne de Sainte-Croix (Krakowskie Przedmiescie), où se trouve une urne contenant le cœur de Frédéric Chopin. Dans les années 1980, toujours dirigée par les missionnaires, elle est devenue un symbole de la lutte contre le communisme. On a interprété les premières messes qui s’y déroulèrent comme le résultat de l’accord entre les syndicats Solidarnosc et le parti communiste. Chaque année, le 13 décembre, à l’anniversaire de la déclaration de guerre, on y célébrait les messes pour la patrie. De cette église, sortaient les manifestations anticommunistes. Le plus ancien temple des missionnaires français s’est inscrit sur les pages de l’histoire contemporaine. Et, même dans la conscience des Polonais, ce temple témoigne plus de l’histoire qui s’est passée il y a trente ans que de l’histoire des premiers missionnaires débutée il y a trois cents ans.

Notes

1 Kitowicz J. et Pollak R. (ed.), Opis obyczajów za panowania Augusta III, Wrocław, Wydawnictwo Zakładu Narodowego im. Ossolińskich, 1951, p. 120.

2 Moszczeński A., Pamiętnik do historyi polskiej w ostatnich latach panowania Augusta III i pierwszych Stanisława Poniatowskiego, Warszawa, Gebethner i Wolff, 1905, p. 18.

3 Kołłątaj H. et Hulewicz J., Stan oświecenia w Polsce, Wrocław, Wydawnictwo Zakładu im. Ossolińskich, 1953, p. 205.

4 Górski K., Zarys dziejów duchowości w Polsce, Kraków, Wydawnictwo Znak, 1986, p. 212. Voir aussi Li tak S., Od reformacji do oświecenia. Kościół katolicki w Polsce nowożytnej, Lublin, Towarzystwo Naukowe KUL, 1994, p. 165-167 ; Schletz A., Działalność kulturalna misjonarzy polskich w latach 1651-1864, vol. 2-3, Polonia Sacra, 1957, p. 265-277.

5 RospondS. (dir.), Misjonarze Św. Wincentego à Paulo w Polsce (1651-2001), vol. 1, Dzieje, Kraków, Instytut Wydawniczy Księży Misjonarzy Nasza Przeszłość, 2001, p. 51. Voir aussi Wieczorek A., « Działalność misyjna Zgromadzenia Księży Misjonarzy św. Wincentego à Paulo jako źródło do poznania historii nowożytnej », dans Roszak M., Strzelecka A. et Wieczorek (dir.), Toruńskie Spotkania Dydaktyczne III, Toruń, SOP, 2006, p. 30-35.

6 Ibid., p. 55.

7 Misjonarze św. Wincentego à Paulo w Polsce (1651-2001), Kraków, 2001.

8 Ibid.

9 Roman J.M., Św. Wincenty à Paulo. Biografia, Kraków, Instytut Wydawniczy Księży Misjonarzy Nasza Przeszłość, 1990, p. 197-220.

10 Roszak S., « Tradycja i reforma w działalności misjonarzy na kresach w czasach saskich », dans Stasiewicz K. et Achremczyk S. (dir.), Między Barokiem a Oświeceniem. Obyczaje czasów saskich, Olsztyn, Ośrodek Badań Naukowych im. Wojciecha Kętrzyńskiego, 2000, p. 202-207.

11 Lettre du résident Gołębiowski au Primat de Pologne du 24 octobre 1743, Archives de Toruń, coll. II, XIII, p. 529.

12 Bańbuła M., Liturgia na misjach ludowych i w duszpasterstwie parafialnym Zgromadzenia Księży Misjonarzy w Polsce 1651-1864, vol. 55, Nasza Przeszłość, 1976, p. 243.

13 Registre des objets missionnaires, Archives de la congrégation des missionnaires de Saint Vincent de Paul à Cracovie, sans collocation. Je voudrais remercier le Dr Agnieszka Wieczorek qui m’a permis de consulter ce document.

14 Kitowicz J. et Pollak R. (ed.), Opis obyczajów za panowania Augusta III, op. cit., p. 122-123.

15 Lettre de P.H. Śliwicki au supérieur de la maison de la congrégation à Śmiłowice 28 XI 1768, Bibliothèque de l’Académie des Sciences de Lituanie à Vilnius, coll. F. 7/2219.

16 Dukała J., « Szkoła księży misjonarzy », dans Dzieje teologii katolickiej w Polsce, vol. II, Lublin, 1975, p. 105-169. Voir aussi Zygner L., Działalność misjonarzy Św. Wincentego a Paulo w parafii mławskiej (1712-1864), vol. 84, Nasza Przeszłość, 1995, p. 135-155.

17 Litak S., Od reformacji do oświecenia, op. cit., p. 167.

18 Dukała J., « Szkoła księży misjonarzy », art. cit., p. 109.

19 Bibliothèque de Czartoryski à Cracovie, Książka trzecia, w której się wpisują rzeczy przychodzących do Zgromadzenia w Domu Warszawskim, coll. 3141/II.

20 Podgórska-Klawe Z., Szpitale warszawskie 1388-1945, Warszawa, 1975, p. 75. Voir aussi Kozł owski J., « Kto był inicjatorem powołania Szpitala Generalnego ? », Kwartalnik Historii Nauki i Techniki, vol. 2, 1992, p. 146-149.

21 Roszak S., Środowisko intelektualne i artystyczne Warszawy w połowie XVIII wieku, Między kulturą sarmatyzmu i oświecenia, Toruń, Wydawnictwo Adam Marszałek, 1997, p. 91.

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Les maisons de la congrégation des lazaristes dans la République nobiliaire, 17727.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte 2 – Les maisons de la congrégation des lazaristes en Pologne, 20018.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18214/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search