Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

28. Les racines du jansénisme dans la monarchie des Habsbourg

János Kalmár

Texte intégral

  • 1 Winter E., Der Josefinismus. Die Geschichte des österreichischen Reformkatholizismus, 1740-1848, Be (...)
  • 2 Dans sa grandiose édition de source, Maass F. considère le joséphisme pour une tendance qui subord (...)

1Dans l’historiographie sur la monarchie des Habsbourg, parmi les opinions quelquefois contradictoires sur ce sujet, le jansénisme occupe depuis longtemps une place considérable, bien que les recherches sur ce domaine soient limitées pour le XVIIIe siècle. La question concernant ce sujet peut être formulée de la façon suivante : quel était le rôle de cette tendance catholique dans la diffusion des Lumières dans cette région d’Europe ? Il y a des auteurs qui ne voient dans la réalisation du joséphisme, dans le rapport de l’empereur à l’Église, que la simple réalisation des idées jansénistes au niveau politique1. Et il y en a beaucoup d’autres qui contestent son importance dans les réformes de Joseph II2. Il me semble que la cause de ce parallélisme contradictoire s’explique par le manque de distinction nette des différentes caractéristiques du jansénisme, ainsi que de celui d’une fine chronologie de leur apparition dans la monarchie des Habsbourg. Dans les lignes suivantes, j’essaierai d’analyser les phénomènes jansénistes qui, simultanément ou successivement, étaient présents en Europe centrale.

  • 3 Lebeau C., « Les livres jansénistes interdits dans la monarchie des Habsbourg : la prudence efficac (...)
  • 4 Hersche P., Der Spätjansenismus in Österreich, Wien, 1977 (Veröffentlichungen der Kommission für Ge (...)
  • 5 Braubach M., Geschichte und Abenteuer. Gestalten um den Prinzen Eugen, München, 1950, p. 379.
  • 6 Kovács E. (Hg.), Katholische Aufklärung und Josephinismus, Wien, 1979, p. 70.
  • 7 Kramer H., Habsburg und Rom in den Jahren 1708-1709, Innsbruck, Publikationen des Österreichischen (...)

2Comme l’a écrit Christine Lebeau, « La cour de Vienne est réputée philo-janséniste dès les règnes de Joseph Ier et de Charles VI »3. C’est tout à fait vrai. L’origine remonte à la fin du XVIIe siècle. C’était Karl Theodor Otto duc de Salm (1654-1710), d’abord ayo, c’est-à-dire responsable de l’éducation du futur Empereur Joseph Ier, puis plus tard, quand son élève est monté sur le trône, son majordome majeur, qui a sans doute connu le jansénisme à Paris4, mais qui a été considéré comme janséniste tout simplement parce qu’il avait une réputation anti-jésuite5. En ce qui concerne le comportement de son maître, il menait une politique anticurialiste pendant la guerre de Succession d’Espagne à cause de l’affaire qui l’opposait au pape pour Comacchio6, port lucratif et important du point de vue stratégique, ancien fief du Saint-Empire, territoire de la famille d’Este de Modène et de Ferrare, mais annexé depuis 1598 parmi les fiefs papaux. Et comme au cours de la guerre de Succession d’Espagne le pape s’est engagé pour les intérêts des Bourbons, l’autre parti a essayé de faire valider les droits de Joseph Ier sur ce territoire. En même temps, quelques juristes pro-Habsbourg, analysant au niveau purement théorique les relations du chef de l’Église catholique avec l’empereur (autrement dit : les relations entre sacerdotium et imperium), ont contesté les droits du pape d’avoir des domaines et de mener la guerre, tandis qu’ils reconnaissaient les droits territoriaux de l’empereur sur Rome, sur l’État Pontifical, ainsi que sur toute l’Italie7. Cette discussion a gardé son importance durant tout le siècle, même après avoir perdu de son actualité politique immédiate. Ce néo-gibelinisme servait de fond théorique à l’anti-curialisme, trait qui caractérisait aussi le jansénisme.

  • 8 Hersche P., Der Spätjansenismus in Österreich…, op. cit., p. 47.
  • 9 Braubach M., Geschichte und Abenteuer…, op. cit., p. 377-378.
  • 10 Ibid., p. 377.
  • 11 Ibid., p. 384.
  • 12 Hamann G.G.W. « Leibniz und Prinz Eugen. Auf den Spuren einer geistigen Begegnung », dans Fichtenau(...)
  • 13 Kramer H., Habsburg und Rom…, op. cit., p. 14.
  • 14 Wandruszka A., « Die katholische Aufklärung Italiens und ihr Einfluss auf Österreich », dans Kovács(...)

3À la cour impériale, il y avait sans doute des partisans influents de cette tendance catholique dès la première moitié du XVIIIe siècle. Puis, Nikolaus Garelli par exemple, le savant médecin de l’Empereur Charles VI, également conservateur en chef de la Bibliothèque Impériale viennoise à partir de 1727, se lia d’amitié avec le fameux canoniste Zeger-Bernard van Espen pendant les années où il enseigna à l’Université de Louvain8. Garelli devait proposer la convocation d’un concile par l’empereur en 1722, pour prendre position non seulement sur des questions dogmatiques, mais aussi pour éclaircir les droits d’intervention du pape dans la vie des Églises catholiques nationales. Ou Alessandro Riccardi, avocat napolitain et adversaire inexorable des jésuites, qui représentait dans le Conseil d’Espagne à Vienne les territoires italiens acquis par les Habsbourg après les traités d’Utrecht9. Le Royaume de Naples, qui appartenait jusqu’en 1737 à la Monarchie, prolongeait la querelle entre le pape et l’empereur, concernant cette fois surtout les revenus ecclésiastiques. Dans ces circonstances, les jésuites, représentants de l’exigence universaliste de l’Église catholique, ont beaucoup perdu de leur influence et du prestige dont ils jouissaient encore dans l’entourage de l’Empereur Léopold Ier. Quand en 1713, à la demande de Louis XIV, ils ont réussi à faire condamner par le pape les 101 propositions extraites des Réflexions morales de Pasquier Quesnel dans la bulle Unigenitus, cette ordonnance ne fut pas acceptée avec enthousiasme dans la capitale impériale. En 1722, le souverain ordonna même à l’archevêque de Mecheln de ne pas prendre de mesures contre les jansénistes10. La raison en était évidemment que, comme les positions du jansénisme aux Pays-Bas autrichiens étaient fortes, le gouvernement central ne risquait pas la menace d’une rupture dans l’Église sur le territoire de la Monarchie. Le comportement également prudent du prince Eugène de Savoie concernant les questions ecclésiastiques semble être une des preuves de son éventuel jansénisme qui se répètent dans les publications traitant de cette époque. Mais il réagissait tout simplement en tant qu’homme politique, se sentant responsable de la paix intérieure de la Monarchie, remplissant la fonction de gouverneur général des Pays-Bas11. D’autre part, il est vrai qu’autour de la Bibliothèque Impériale, dont la collection s’était considérablement enrichie de nouvelles acquisitions et qui occupa enfin sa place définitive dans la nouvelle aile représentative de Hofburg, dressée par Fischer von Erlach, se forma un cercle intellectuel composé en majorité d’Italiens, qui se rattachait étroitement au prince Eugène. Tous ces gens étaient des admirateurs de l’historien et théologien Lodovico Antonio Muratori (1672-1750), archiviste de la famille d’Este de Modène. Pendant la guerre de Succession d’Espagne, il participa avec Gottfried Wilhelm Leibniz (le fameux philosophe allemand qui, pendant les années qu’il passa à Vienne, appartenait également à la compagnie du prince Eugène12), en tant qu’éditeur des sources historiques, à l’attestation documentaire des droits de la famille ducale d’Este pour Comacchio contre le pape13. Du point de vue dogmatique, Muratori ne peut pas être considéré comme janséniste. Mais il fut un adversaire convaincu du catholicisme dit « baroque » ou « jésuite », caractérisé par le culte exagéré des saints et des reliques. Il luttait pour la réduction des pèlerinages et des jours fériés, pour une « dévotion réglée des chrétiens » (Della regolata devozione), comme le montre le titre d’un de ses ouvrages si populaire en Autriche (sa version allemande y est apparue vingt fois entre 1751 et 1795)14. Dans un autre livre très répandu (Della carità cristiana [De la charité chrétienne], 1723, traduit en hongrois en 1776), Muratori propagea l’amour du prochain qui prépare le chemin à la tolérance religieuse, une idée qui va apparaître dans son livre suivant, De ingeniorum moderatione in religionis negotio (De la modération dans le négoce de la religion).

  • 15 Ibid., p. 64-65.

4Dans le chapitre 6 de son dernier livre (Della pubblica felicità [De la félicité publique], 1749) qui traite de la religion, Muratori mit sur papier le programme presque intégral de la politique ecclésiastique de l’Impératrice Marie-Thérèse et de ses fils qui allaient régner : celui donc de Joseph, de Léopold et de Maximilien-François, futur prince-électeur de Cologne ; il préconise la lutte contre les superstitions, toutes formes de dévotion baroque, le style de piété, les exagérations de la dévotion populaire, le culte des reliques et des saints, celui de la Vierge, les peintures dans les églises, et pour la simplicité, une liturgie puritaine, la fermeture des couvents considérés comme inutiles, et en même temps les obligations du prince. Ce n’est pas un hasard si Karl Anton Martini, professeur de droit de la nature de l’Université de Vienne, haut fonctionnaire du gouvernement, s’y référait souvent dans ses cours qu’il publia en 1768 sous le titre Positiones de iure civitatis (Positions du droit civil)15.

  • 16 Ibid., p. 63.
  • 17 Ibid., p. 66.

5Si on a insisté un peu longuement sur Muratori, cela s’explique par le fait que ce catholique éclairé représente un point de départ pour tous ceux qui pouvaient être considérés comme les partisans des idées jansénistes dans la monarchie des Habsbourg. Mais même si Muratori était la référence la plus importante, le jansénisme autrichien avait bien d’autres sources, toujours en Italie. Dès la fin du XVIIe siècle, à l’époque d’une hégémonie espagnole déclinante et sous le couvert des structures ecclésiastiques du baroque tardif, éclata en Italie dans le domaine ecclésiastique et religieux une forte exigence réformiste au sein de l’élite intellectuelle qui voulait continuer à accomplir le mouvement réformateur du concile de Trente qui leur semblait arrêté16. À Rome, à l’époque du pontificat de Benoît XIV (1740-1758), qui allait de pair avec la première période du règne de Marie-Thérèse et par la guerre de Succession d’Autriche (1741-1748), les hommes politiques déterminants furent convaincus de la nécessité de certaines réformes urgentes, pour éviter le retard définitif du développement de leur pays par rapport aux puissances occidentales. Ils espéraient pouvoir rattraper cette différence par des réformes impulsives17.

  • 18 de Seta C., L’Italia del Grand Tour da Montaigne a Goethe, Napoli, 1996.
  • 19 Wandruszka A., « Die katholische Aufklärung Italiens… », op. cit., p. 67.
  • 20 Gatz E. (Hg.), Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches 1648 bis 1803. Ein biographisches Lexiko (...)
  • 21 Gatz E., Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches…, op. cit., p. 113-118.
  • 22 Ibid., p. 415-416.
  • 23 Ibid., p. 524-526.
  • 24 Hersche P., « Erzbischof Migazzi und die Anfänge der jansenistischen Bewegung in Wien », Mitteilung (...)
  • 25 Garms-Cornides E., « Zwischen Gainnone, Muratori und Metastasio. Die Italiener im geistigen Leben W (...)

6Les relations austro-italiennes furent évidemment toujours étroites. Elle ne s’expliquent pas uniquement par la proximité géographique. Les voyages d’études (les « Grands Tours »18) des nobles n’ont jamais évité l’Italie et les clercs y faisaient souvent leurs études19. À partir du milieu du XVIIIe siècle, les futurs évêques de Salzbourg et de Passau ont soit séjourné au Collegium Germanicum de Rome, soit ont fait leurs études dans une université italienne. Dans leur cas, on pourrait évoquer également les idées muratoriennes, avec lesquelles ils ont fait connaissance. Les prélats comme Josef Maria comte Thun20, les deux Firmian (Leopold Ernst et Virgilius Augustin Maria)21, Philipp Gotthard comte Schaffgotsch (1748-1795), l’évêque de Breslau, Wrocław22 influencé aujourd’hui même par la réforme protestante des territoires voisins comme la Silésie par exemple. Johann Joseph comte Trautson23 et Christoph Bartholomäus Anton comte Migazzi24, les deux archevêques de Vienne, soutenus par Geraard van Swieten, le fameux médecin et confident de Marie-Thérèse, ont modernisé la Faculté de théologie de l’Université de Vienne dans l’esprit janséniste. Une des conséquences visibles de la formation de ce cercle de prélats dans la ville éternelle se manifesta également par la réforme du système d’études de l’Université de Salzbourg et du séminaire ecclésiastique de Passau où, dès ce moment, on dut enseigner la dogmatique à partir des sources originales de la théologie, en lisant donc les écrits des pères de l’Église, et parmi eux bien sûr ceux de Saint Augustin. Les recherches nouvelles montrent bien que l’archevêché de Salzbourg – qui, comme l’évêché de Passau, n’a pas appartenu à l’Autriche, – joua un rôle essentiel dans la médiation des idées religieuses nouvelles venues d’Italie vers l’Autriche25.

  • 26 Hersche P., « Der österreichische Spätjansenismus. Neue Thesen und Fragestellungen », dans Kovács E (...)

7Malgré leur sympathie pour certains traits de la pratique religieuse janséniste, les prélats mentionnés ne pouvaient pas être pris pour des jansénistes, parce qu’ils ne s’identifiaient pas avec les dogmes de cette tendance. Peter Hersche, le plus grand spécialiste sur le sujet, proposa de les appeler philojansénistes26. Leur influence dura à peu près jusqu’à la fin des années 1770, donc jusqu’à la mort de l’Impératrice.

  • 27 Vocelka K., Glanz und Untergang der höfischen Welt. Repräsentation, Reform und Reaktion im habsburg (...)
  • 28 Radimska J., « Le jansénisme dans les bibliothèques de Bohême au XVIIe siècle », dans Tollet D. (éd (...)
  • 29 Hölvényi G., « Katholische Aufklärung und Josephinismus in Ungarn », dans Kovács E. (Hg.), Katholis (...)
  • 30 Bitskey I., « Giansenismo et ortodossia. (Il materiale italiano della biblioteca vescovile di Eger (...)
  • 31 Tóth F., « Le jansénisme dans les collections de la bibliothèque diocésaine de Szombathely », dans (...)

8Il nous semble inévitable de poser la question : dans quelle mesure le jansénisme pouvait-il avoir des adhérents dans la monarchie des Habsbourg, en dehors de l’Autriche ? Les sources principales pour une analyse adéquate sont avant tout les listes de bibliothèques privées. Grâce aux efforts de certains collègues, nous en connaissons quelques-unes. Suivant la chronologie, c’est Franz Anton comte von Sporck (1662-1738), aristocrate bohême d’origine allemande qu’il faut mentionner d’abord. Il est considéré par l’auteur le plus récent traitant de l’Histoire autrichienne du XVIIIe siècle comme un janséniste éminent27. Sporck avait pu s’imprégner de ces idées au cours de ses voyages d’études en France et à Rome. Plus tard, il édita 124 ouvrages et collectionna une très riche bibliothèque. Mais même l’examen jésuite ne trouva que 16 écrits hérétiques et 15 ouvrages suspects parmi ses volumes. Dans une publication récente, Mme Radimská a montré qu’il serait faux de considérer Sporck comme un janséniste pur, malgré l’admiration qu’il porta à Pascal, parce que sa bibliothèque était bien ecclésiastique28. Les historiens hongrois avaient aussi tendance à considérer comme jansénistes tous ceux qui possédaient des livres de ce courant29. Mais tout récemment, il y a de plus en plus d’auteurs qui font une distinction plus nette, par conséquent nous voyons assez bien que ni Károly comte Eszterházy, évêque d’Eger (1762-1799) et grand mécène30, ni János Szily (1777-1799) et Franz Hrzan von Harras, les deux évêques de Szombathely, n’étaient de vrais jansénistes31. En revanche, c’étaient des gens très cultivés qui collectionnaient des bibliothèques importantes, et ils souhaitaient une réforme profonde de leur Église dans plusieurs domaines.

  • 32 Même l’archiduc-roi Charles Habsbourg, le futur Empereur Charles VI, semblait s’intéresser au jans (...)
  • 33 Ibid., p. 108.
  • 34 Pour l’influence de Muratori, voir Zlabinger E., Lodovico Antonio Muratori und Österreich, Innsbru (...)
  • 35 Selon le titre du premier volume de la biographie écrite par Beales D., Joseph II, vol. I, In the (...)
  • 36 Hersche P., Der Spätjansenismus in Österreich, op. cit., p. 191.

9On pourrait dire en conclusion qu’en regardant les différentes voies d’arrivée des idées jansénistes dans la monarchie des Habsbourg, nous constatons que l’influence directe de la France était plutôt secondaire par rapport à l’Italie, bien qu’on retrouve sans doute de nombreux volumes des jansénistes « classiques » français dans plusieurs bibliothèques de la Monarchie32. En ce qui concerne le programme janséniste ou philojanséniste, on observe qu’il était beaucoup moins théorique que celui des Français, son côté dogmatique restant à l’arrière-plan33. En revanche, en raison de l’influence déterminante de Muratori, le contenu pratique, en connexion avec la politique de l’époque, semble y dominer34. Et justement, ce trait explique le fait que certains historiens allemands et autrichiens comme Eduard Winter aient vu la source principale du joséphisme (du système politique concernant l’Église de Joseph II) dans le jansénisme dès 1765, année du commencement de sa co-régence « à l’ombre de Marie-Thérèse »35. Pour le justifier, on pourrait mentionner sans doute des personnages du jansénisme autrichien tardif, influencés aussi largement par les idées maçonniques que philosophiques des Lumières. On aurait tort quand même d’oublier le rôle des tendances réformistes des Églises protestantes36, parmi lesquelles le piétisme par exemple, et l’effet qu’il avait pour les Lumières dans la monarchie des Habsbourg, ou bien les contraintes créées par la situation politique, conséquence de deux guerres (de Succession d’Autriche et de Sept Ans) contre la Prusse de Frédéric II. Celles-ci ont certainement contribué à la conviction de Joseph II de la nécessité de la transformation du système ecclésiastique de sa Monarchie comme du Saint-Empire, pour une Église d’État (Staatskirche) qui serait libre et exemptée de toute contribution financière au pape, qui respecterait docilement la volonté du souverain. Au cours de ce processus, les adhérents du jansénisme tardif ont sans doute simplement fourni au monarque des arguments nécessaires et importants.

Notes

1 Winter E., Der Josefinismus. Die Geschichte des österreichischen Reformkatholizismus, 1740-1848, Berlin, 1962 (Beiträge zur Geschichte des religiösen und wissenschaftlichen Denkens, I), et idem, Der Frühaufklärung, Berlin, 1966, p. 198-211.

2 Dans sa grandiose édition de source, Maass F. considère le joséphisme pour une tendance qui subordonna simplement l’Église à l’État : Maass F., Der Josefinismus. Quellen zu seiner Geschichte in Österreich 1760-1790, Bde. I-V., Wien, 1951-1961 (Fontes rerum Austriacarum, II/71-75).

3 Lebeau C., « Les livres jansénistes interdits dans la monarchie des Habsbourg : la prudence efficace (1754-1776) », dans Tollet D. (éd.), Le jansénisme et la franc-maçonnerie en Europe centrale aux XVIIe et XVIIIe siècles, Actes du colloque en Sorbonne 1998, Paris, 2002, p. 248.

4 Hersche P., Der Spätjansenismus in Österreich, Wien, 1977 (Veröffentlichungen der Kommission für Geschichte Österreichs, Bd. 7), p. 46.

5 Braubach M., Geschichte und Abenteuer. Gestalten um den Prinzen Eugen, München, 1950, p. 379.

6 Kovács E. (Hg.), Katholische Aufklärung und Josephinismus, Wien, 1979, p. 70.

7 Kramer H., Habsburg und Rom in den Jahren 1708-1709, Innsbruck, Publikationen des Österreichischen Historischen Instituts in Rom, 1936, Bd. 3, p. 13-18.

8 Hersche P., Der Spätjansenismus in Österreich…, op. cit., p. 47.

9 Braubach M., Geschichte und Abenteuer…, op. cit., p. 377-378.

10 Ibid., p. 377.

11 Ibid., p. 384.

12 Hamann G.G.W. « Leibniz und Prinz Eugen. Auf den Spuren einer geistigen Begegnung », dans Fichtenau H. et Zöllner E. (Hg.), Beiträge zur neueren Geschichte Österreichs, Wien/Köln/Graz, 1974, p. 206-224.

13 Kramer H., Habsburg und Rom…, op. cit., p. 14.

14 Wandruszka A., « Die katholische Aufklärung Italiens und ihr Einfluss auf Österreich », dans Kovács E. (Hg.), Katholische Aufklärung und Josephinismus, op. cit., p. 64.

15 Ibid., p. 64-65.

16 Ibid., p. 63.

17 Ibid., p. 66.

18 de Seta C., L’Italia del Grand Tour da Montaigne a Goethe, Napoli, 1996.

19 Wandruszka A., « Die katholische Aufklärung Italiens… », op. cit., p. 67.

20 Gatz E. (Hg.), Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches 1648 bis 1803. Ein biographisches Lexikon, Berlin, 1990, p. 511-513, et Garms-Cornides E., « Passau und das heilige Offizium im Jahre 1766 », Römische Historische Mitteilungen, no 18, 1976, p. 109-119.

21 Gatz E., Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches…, op. cit., p. 113-118.

22 Ibid., p. 415-416.

23 Ibid., p. 524-526.

24 Hersche P., « Erzbischof Migazzi und die Anfänge der jansenistischen Bewegung in Wien », Mitteilungen des Österreichischen Staatsarchivs, no 24, 1971, p. 280-309.

25 Garms-Cornides E., « Zwischen Gainnone, Muratori und Metastasio. Die Italiener im geistigen Leben Wiens », dans Engel-Janosi F., Klingenstein G. et Lutz H. (Hg.), Formen der europäischen Aufklärung. Untersuchungen zur Situation von Christentum, Bildung, Wissenschaft im 18. Jahrhundert, München, 1976 (Wiener Beiträge zur Geschichte der Neuzeit, Bd. 3), p. 235, et idem, « Roma e Vienna nell’età delle riforme », dans Citterio F. et Vaccaro L. (a cura di), Storia religiosa dell’Austria, Milano, 1997, p. 330.

26 Hersche P., « Der österreichische Spätjansenismus. Neue Thesen und Fragestellungen », dans Kovács E. (Hg.), Katholische Aufklärung und Josephinismus, op. cit., p. 183.

27 Vocelka K., Glanz und Untergang der höfischen Welt. Repräsentation, Reform und Reaktion im habsburgischen Vielvölkerstaat, Wien, 2001 (Österreichische Geschichte 1699-1815), p. 236.

28 Radimska J., « Le jansénisme dans les bibliothèques de Bohême au XVIIe siècle », dans Tollet D. (éd.), Le jansénisme et la franc-maçonnerie…, op. cit., p. 93-116.

29 Hölvényi G., « Katholische Aufklärung und Josephinismus in Ungarn », dans Kovács E. (Hg.), Katholische Aufklärung und Josephinismus, op. cit., p. 93-106.

30 Bitskey I., « Giansenismo et ortodossia. (Il materiale italiano della biblioteca vescovile di Eger nell’epoca dell’Illuminismo) », dans Köpeczi B. et Sárközy P. (a cura di), Venezia, Italia, Ungheria fra Arcadia e Illuminismo. Rapporti italo-ungheresi dalla presa di Buda alla Rivoluzione francese, Budapest, 1982, p. 225-234.

31 Tóth F., « Le jansénisme dans les collections de la bibliothèque diocésaine de Szombathely », dans Tollet D. (éd.), Le jansénisme et la franc-maçonnerie…, op. cit., p. 183-196.

32 Même l’archiduc-roi Charles Habsbourg, le futur Empereur Charles VI, semblait s’intéresser au jansénisme, comme en témoignent les deux ouvrages qu’il avait en 1708 à Barcelone (Quesnel P., Histoire abrégée de la vie et des ouvrages de Mons. Arnauld, Köln, 1695, et Fontaines L. [Pierre Zacherie de Lisieux, sieur de Saint Marcel], Description du Pays de Jansénie, Bourg-Fontaine, 1688). Österreichisches Staatsarchiv, Haus-, Hof-und Staatsarchiv (Wien), Hausarchiv A. Familienakten, Karton 104, Mappe IV, Nr. 357 et 373, et Berecz A., « A janzenismus hatása Magyarországon Ráday Gedeon könyvtárának teológiai állománya tükrében » [« L’effet du jansénisme en Hongrie dans le miroir des ouvrages théologiques de la bibliothèque de Gedeon Ráday »], A Ráday Gyűjtemény évkönyve, no 10, 2002, p. 113-132.

33 Ibid., p. 108.

34 Pour l’influence de Muratori, voir Zlabinger E., Lodovico Antonio Muratori und Österreich, Innsbruck, 1970 (Studien zur Rechts-, Wirtschafts-und Kulturgeschichte, Bd. VI), et Hersche P., « Il Muratori e il Giansenismo austriaco », dans La fortuna di L.A. Muratori. Atti del Convegno Internazionale di Studi Muratoriani, Modena 1972, tome 3, Firenze, 1975, p. 265-269.

35 Selon le titre du premier volume de la biographie écrite par Beales D., Joseph II, vol. I, In the Shadow of Maria Theresa 1741-1780, Cambridge, 1987.

36 Hersche P., Der Spätjansenismus in Österreich, op. cit., p. 191.

Auteur

Université ELTE, Budapest (Hongrie)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search