Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

27. L’aristocratie des Pays tchèques de la fin du xvie au début du xviiie siècle et ses lectures françaises de la littérature espagnole prohibée

Jaroslava Kašparová

Texte intégral

1Dans ma conférence, je voudrais attirer l’attention sur les lectures françaises de la littérature espagnole prohibée et censurée du Siècle d’Or par les aristocrates des Pays tchèques de la fin XVIe au début de XVIIIe siècle. Je m’intéresserai à la place occupée par cette littérature dans leurs bibliothèques, au rôle joué par la lecture de la littérature espagnole dans la culture tchèque de cette époque, ainsi qu’aux formes, genres et idiomes dans lesquels la production littéraire espagnole fut reçue.

2Les recherches montrent que la présence du livre espagnol des XVIe et XVIIe siècles dans les bibliothèques tchèques de l’époque correspond en quantité comme en qualité à ce dont disposaient les lecteurs d’autres pays d’Europe. C’est particulièrement vrai pour la première moitié du XVIIe siècle, lorsque les nouveautés de la littérature espagnole ainsi que les titres importants des époques antérieures parviennent aux bibliophiles tchèques. La gamme des textes espagnols importés fut vaste. On y trouve de la littérature religieuse, politique, historique, cosmographique et géographique, de la littérature de voyages et aussi de linguistique (manuels de conversation, dictionnaires, grammaires), de philosophie, de médecine, de sciences naturelles, etc. Que le public tchèque des XVIe et XVIIe siècles n’ait eu que peu d’occasions de lire les ouvrages espagnols en tchèque ne prouve pas son ignorance. Au contraire, c’est la rapidité avec laquelle les ouvrages espagnols furent traduits en langues étrangères (en français, allemand, italien) qui explique le manque de traductions tchèques. Le public tchèque lut par conséquent la littérature espagnole en original ou en traductions étrangères (la quantité de ces éditions conservées dans les bibliothèques tchèques en est une preuve incontestable).

3La réception presque immédiate de la littérature baroque contraste avec la diffusion différée des ouvrages du XVIe siècle, dont l’arrivée dans les milieux tchèques avait été plus tardive. Au XVIIe siècle, on reçut en même temps les deux catégories d’ouvrages espagnols, l’une représentée par l’affluence massive de la production du temps de Philippe II, diffusée très souvent en rééditions, traductions ou adaptations tardives, l’autre représentée par l’arrivée de la littérature d’époque baroque dont l’importation se poursuivit au siècle suivant.

4La production littéraire espagnole (imprimée dans la péninsule Ibérique ou dans les Pays-Bas espagnols), importée dans le royaume de Bohême des XVIe et XVIIe siècles, joua un grand rôle dans les milieux tchèques de cette époque, en dépit de la barrière linguistique. Elle fut diffusée en version originale (espagnol et latin), ainsi qu’en traductions française, italienne, allemande et latine, mais rarement tchèque. Les formes linguistiques, le genre et le style de la production importée dépendent d’une part des milieux dans lesquels elle fut diffusée, d’autre part de l’époque à laquelle eut lieu cette importation. Quelques œuvres espagnoles du XVIe siècle circulant en version originale parmi les lecteurs de la fin du XVIe siècle furent transmises aux générations suivantes en version traduite. Dans les milieux aristocratiques du XVIIe siècle, le français jouait le rôle de l’intermédiaire.

5Les Pays tchèques virent aussi arriver des ouvrages interdits (libri prohibiti) ou censurés et « expurgés » par la censure espagnole, quelquefois romaine. Le problème de la présence de livres espagnols interdits, censurés, ou jugés suspects (conservés soit en original, soit en traduction) dans les milieux d’Europe centrale, Pays tchèques compris, est un thème de recherches des plus intéressants. Par manque de place, je ne peux donner ici tous les titres des ouvrages espagnols mis à l’Index identifiés dans les collections tchèques des XVIe et XVIIe siècles. C’est pourquoi je voudrais vous renvoyer à mon article consacré à la censure dans l’espace habsbourgeois du XVIIe au XIXe siècle, figurant dans le recueil des publications de la conférence internationale qui s’est tenue à Prague il y a huit ans.

6En matière de censure, au XVIe et surtout au XVIIe siècle, la situation des lecteurs d’Europe centrale fut considérablement différente de celle du monde ibérique. En Espagne, le XVIIe siècle est souvent conçu comme « l’âge d’or de la censure » et le grand nombre d’œuvres espagnoles prohibées ou censurées est une particularité espagnole, notamment dès l’Index de Sotomayor de 1640. Les lecteurs tchèques du XVIIe siècle n’auraient pas perçu le caractère spécifique des listes de la censure espagnole, s’ils ne s’étaient reportés à l’Index romain qui fut déterminant dans les Pays habsbourgeois. Les lecteurs tchèques, surtout ceux de l’aristocratie, pouvaient se procurer une grande quantité d’ouvrages prohibés ou expurgés. La noblesse, avertie de l’existence d’une littérature suspecte, avait très souvent la possibilité de l’acquérir. Ainsi, pendant leurs « Grands Tours », les nobles achetaient sans grand risque les éditions nouvelles, même en espagnol.

7Au tournant des XVIIe et XVIIIe siècle, le français, devenu la langue préférée de l’aristocratie européenne, y compris dans les Pays tchèques, a pu transmettre les principales œuvres de la littérature espagnole du Siècle d’Or aux lecteurs tchèques. La littérature française fut donc la médiatrice rendant accessible au public européen le patrimoine littéraire espagnol. Elle diffusait non seulement les grandes œuvres espagnoles du XVIe siècle, mais aussi les ouvrages contemporains, et contribua à faire connaître la littérature espagnole aux Européens cultivés. Les œuvres espagnoles prohibées en Espagne, et par conséquent difficilement accessibles aux lecteurs sous leur forme originale, circulaient librement à travers l’Europe dans des versions italiennes, allemandes et surtout françaises (souvent imprimées ou contrefaites aux Pays-Bas) sans être à l’Index.

8De cette façon, un certain nombre des ouvrages du XVIe siècle restèrent en faveur tout au long du XVIIe et encore pendant les siècles suivants comme lectures de loisir. Les éditions françaises d’œuvres espagnoles étaient plus accessibles non seulement par leur langue et leur caractère de traduction « non problématique », mais aussi par leur contenu, parfois modifié et actualisé.

9Les traductions et adaptations variées d’auteurs du Siècle d’Or espagnol, en Espagne inédits et « indésirables », arrivent aux lecteurs européens, tchèques compris, modifiées, allant au devant des désirs et centres d’intérêt propres à la nouvelle génération des consommateurs. Les rééditions tentant de s’adapter à l’évolution de la demande et au goût des lecteurs, des actualisations successives déformantes provoquèrent d’importants glissements de sens. Du XVIIe et du début du XVIIIe siècle, la littérature espagnole en original comme en traductions était très souvent conçue comme une lecture « légère », récréative et donc attractive ; notamment grâce aux illustrations de qualité faites par des artistes français renommés.

10Les nobles tchèques (Eggenberg, Lobkowicz, Czernin, Sternberg, Kinský, etc.) préféraient la littérature française car, pour eux, le français était plus accessible et compréhensible que l’espagnol. Dans le milieu aristocratique, le français représentait une langue très à la mode. La culture et le style de vie des aristocrates furent influencés par la civilisation française. La connaissance de la langue française était répandue. Il y avait une grande quantité de manuels pour son apprentissage (grammaires, conversations, vocabulaires) et de contacts personnels entre les nobles tchèques et français.

11Le contexte littéraire français joua un triple rôle : d’abord celui d’espace d’édition des œuvres (ainsi pour les ouvrages publiés en espagnol en France), ensuite celui de vecteur de leur appropriation (par les traductions ou adaptations en français), enfin celui d’intermédiaire (le texte français servant de source pour d’autres traductions).

12J’ai choisi trois exemples qui peuvent démontrer l’importance de la langue et de la littérature françaises dans les transferts espagnols-européens, surtout au XVIIe siècle : deux romans picaresques de la seconde moitié du XVIe siècle, les célèbres Lazarillo de Tormes et Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán, ainsi que l’œuvre picaresque et satirique de Francisco de Quevedo appartenant déjà au siècle suivant. À chaque fois, il s’agit d’une œuvre littéraire de premier ordre, appréciée et lue en Espagne comme en Europe.

13Parmi les titres prohibés ou censurés en Espagne, les romans picaresques étaient les plus demandés, même dans la seconde moitié du XVIIe et la première moitié du XVIIIe siècle. En comparaison avec Lazarillo de Tormes et Vida del Buscó, livres prohibés ou censurés, le roman de Mateo Alemán (Vida y hechos del pícaro Guzmán de Alfarache), publié sans problème de censure, jouissait lui aussi d’une grande renommée auprès du public européen.

14La Vie de Lazarillo de Tormes (en espagnol, La Vida de Lazarillo de Tormes y de sus fortunas y adversidades) est un récit en langue espagnole publié en 1554 à Burgos, Alcalá de Henares, Anvers et Medina del Campo. Les bibliographes supposent que la première édition du texte est celle de 1553. L’identité de son auteur reste toujours mystérieuse et controversée. Le roman fut censuré par l’Inquisition qui, en 1573, en laissa paraître une version « expurgée » qui devint très populaire. Son grand succès suscita des traductions dans plusieurs langues européennes ainsi que des imitations et l’écriture de nombreuses suites dues à divers auteurs, la plus connue étant de Juan de Luna, professeur d’espagnol à Paris. Très recherché aussi par les lecteurs d’Europe centrale, ce titre figurait non seulement dans la collection des livres de l’archiduc Ferdinand d’Autriche (soit dans une des éditions anversoises interdites, soit dans l’édition censurée de Milan de 1587), mais aussi dans les inventaires après décès des bourgeois de la Ville de Prague au XVIIe siècle (le titre fut même inscrit en tchèque : Hystorye o Lasarylovi).

15Dans les collections des Pays tchèques, Lazarillo apparaît dans des éditions espagnoles mais aussi en français, en allemand et plus rarement en italien, chaque fois comme Lazarillo castigado. La génération de lecteurs de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe lisait l’ouvrage principalement en langue espagnole, éventuellement en italien, tandis que la suivante y avait accès dans des versions françaises et allemandes, moins souvent espagnoles et rarement en d’autres langues (comme en hollandais). Les originaux espagnols du XVIe siècle (Document 1) étaient présents dans plusieurs bibliothèques ; la première édition censurée de 1573, dans laquelle Lazarillo fut ajouté à Propalladia de Bartolomé de Torres Naharro, se trouvait par exemple dans les bibliothèques de la famille de Dietrichstein et des Franciscains irlandais de Prague ; l’édition de Milan de 1587 dans la bibliothèque des Trinitaires de Prague ; et l’édition anversoise de 1595 dans la bibliothèque familiale des Lobkowicz de Roudnice. Les éditions espagnoles du XVIIe siècle se retrouvent dans la bibliothèque déjà mentionnée des Trinitaires de Prague (édition plantinienne d’Anvers de 1602) et des Jésuites du Clémentinum (édition de Madrid datée de 1664 dans laquelle Lazarillo est regroupé avec deux autres ouvrages, le Galateo español de Lucas Gracián Dantisco et le Destierro de Orazio Riminaldo). Une autre édition de cet ensemble, plus ancienne (Valladolid, 1603), se trouve aussi dans la bibliothèque d’Eggenberg, conservée au château de Český Krumlov. Elle fut achetée à Madrid en 1606 par Hans Ulrich von Eggenberg (1568-1634), bibliophile averti et très tourné vers des acquisitions italiennes et espagnoles. Václav Vojtěch, comte de Sternberg (ca 1640-1708), intellectuel et grand amateur de livres et d’art, s’intéressait quant à lui plutôt à la production française. C’est probablement en France (pays de son Grand Tour) qu’il acheta une contrefaçon de La Vida de Lazarillo de Tormes en 1669 (deux parties datées de 1652 reliées en un volume ; deuxième partie rédigée par Juan de Luna). Il s’agit d’une édition contrefaite, publiée à Paris, de celle de Pedro Destar, imprimeur de Saragosse.

16La traduction italienne fut l’œuvre de Barezzo Barezzi, libraire vénitien, au début du XVIIe siècle (au moins trois éditions : 1622, 1626 et 1635). Hans Ulrich von Eggenberg possédait une des éditions de Barezzi ; malheureusement, son exemplaire, signalé par l’Inventaire de 1649, ne nous est pas parvenu. Dans les collections tchèques, les versions italiennes sont rares.

17Si les traductions françaises du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle (telles celles de 1598 ou 1601) n’étaient pas fréquentes dans les collections aristocratiques, il n’en allait pas de même des versions françaises ou allemandes du roman parues au XVIIe siècle. L’édition de Paris de 1637 de La Vie et Aventures de Lazarillo de Tormes ou celle de Bruxelles de 1698, bien illustrée, sont répandues (cette dernière fut ainsi possédée par Lobkowicz de Hořín-Mělník).

18On sait que le public allemand recevait des ouvrages de prose picaresque avec enthousiasme. Il y eut des textes allemands inspirés du roman picaresque espagnol, le plus important étant sans doute Simplicissimus l’aventurier (Der Abenteuerliche Simplicissimus), une vaste fresque de l’époque de la guerre de Trente Ans, pour partie autobiographique, due à Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen et éditée pour la première fois en 1668. Quant à l’histoire de la célèbre nouvelle de Cervantès Rinconete y Cortadillo, son adaptation picaresque allemande par Niclas Ulenhart va jusqu’à se dérouler à Prague. Elle est parue pour la première fois sous le titre Zwo kurtzweillige, lustige und lächerliche Historien, à Augsbourg en 1617 en édition commune avec l’histoire de Lazarillo de Tormes, et était censée se passer non pas à Séville mais à Prague à l’époque de l’Empereur Rodolphe II. Ce recueil était très populaire non seulement en Allemagne, mais aussi dans les Pays tchèques (les deux principaux héros de la nouvelle furent surnommées Isaac Winkelfelder et Jost Schneider). L’analyse du texte allemand montre que le traducteur procéda à son adaptation de l’espagnol en regardant aussi la version française de la nouvelle de Cervantès. Malheureusement, seuls deux exemplaires de cette collection allemande ont été conservés dans les bibliothèques des Pays tchèques (l’un dans le fonds de la bibliothèque du Couvent des Prémontrés de Strahov à Prague, l’autre dans celui de la bibliothèque archiépiscopale d’Olomouc, située au château de Kroměříž).

19La littérature espagnole du XVIe siècle en traduction française du XVIIe siècle était, nous l’avons vu, très souvent tenue pour récréative. Cela se vérifie dans le cas du récit picaresque connu sous le titre La vie de Guzmán de Alfarache. La popularité du roman d’Alemán éclipsa celle de Lazarillo de Tormes, car le best-seller sur la vie du pícaro de Séville submergea l’Europe (et même l’Amérique). Ses nombreuses éditions et traductions se répandirent avec la rapidité de l’éclair, donnant une énorme popularité aux récits picaresques. Rien que dans les années 1599 à 1603, il y eut 17 éditions de la première partie du roman. Après 1602 et 1604, quand la deuxième partie du roman fut publiée, aussi bien celle apocryphe que celle d’Alemán (il y eut tout d’abord un récit apocryphe écrit par Juan José Martí, caché sous le pseudonyme Mateo Luján de Sayavedra, puis en 1604 parut la suite de la plume d’Alemán lui-même), le roman jouissait auprès du public d’une grande faveur qui dura pendant tout le XVIIe siècle. En français, la première partie du récit sur le vagabond aventurier fut d’abord publiée à Paris en 1600 dans la traduction de Gabriel Chappuis et la deuxième en 1620. Comme lieux d’éditions, on relève notamment Paris, Lyon, Rouen et Amsterdam. La littérature française trouva elle aussi son inspiration dans le genre picaresque, entre autres avec Alain-René Lesage (qui adapta Guzmán de Alfarache en 1732, et écrivit le Diable boiteux en 1707 puis Gil Blas de Santillane entre 1715 et 1735) ou Denis Diderot (Jacques le fataliste et son maitre, 1796, posthume).

20Dans les bibliothèques aristocratiques des Pays tchèques, ce sont les éditions espagnoles et françaises, parfois rédigées et illustrées aux Pays-Bas (Bruxelles, Anvers, Amsterdam) qui prédominent. Parmi les rares versions en espagnol, il nous faut rappeler une édition de la première partie du roman publiée à Barcelone en 1599 (Document 2) (elle provient de la bibliothèque personnelle de Hans Ulrich von Eggenberg et fut achetée la même année à Barcelone justement, peut-être comme une nouveauté). La famille de Lobkowicz de Roudnice possédait des éditions bruxelloises des deux parties datées de 1600 et 1604. Parmi les lecteurs tchèques du XVIIe siècle circulaient aussi des exemplaires de l’édition espagnole de Milan de 1603 (tels ceux de la Chartreuse de Brno et de la bibliothèque Černín, qui avait autrefois appartenu au noble tchèque Jan Jiří Jáchym, comte Slavata) ou l’édition illustrée d’Anvers de 1681 (un exemplaire signé Jan Josef Antonín comte Thun-Hohenstein, fondateur de la bibliothèque du château de Děčín, venu plus tard dans la bibliothèque de Lobkowicz de Hořín-Mělník). Le livre, abondamment illustré par Frédéric et Gaspard Bouttats, porte son ex-libris gravé sur cuivre, œuvre d’Antonín Birckhart, graveur tchèque renommé (1732). En ce qui concerne les versions en français, nous pouvons mentionner notamment une édition parisienne de 1695 (Paris, veuve Cramoisy) conservée en deux exemplaires, celui des Lobkowicz de Roudnice et celui venu du château de Červený Hrádek près de Sedlčany (appartenant à la famille Mladota de Solopisk).

21Les éditions du XVIIIe siècle, dans la plupart des cas sorties des ateliers de Bruxelles et d’Amsterdam, sont fréquentes dans les collections aristocratiques des châteaux de Loučeň, Kačina, Manětín, Nové Hrady ou Klášterec, et dans la bibliothèque de Lobkowicz de Hořín-Mělník, où se trouvait un exemplaire d’une édition de trois volumes publiée à Bruxelles de 1705 à 1744. Quant aux versions en italien de Guzmán (ou celles en allemand), nous ne les trouvons que rarement dans les collections tchèques. On peut toutefois citer au moins la troisième édition de Barezzi de 1615 (Vita del picaro Gusmano d’Alfarace, osseruatore della vita humana), provenant de la bibliothèque du château de Jílové près de Děčín, possédé autrefois par la famille Thun-Hohenstein, et deux exemplaires de Der Landstörtzer Gusman von Alfarache, le premier dans l’édition de Munich de 1618 (conservé dans la bibliothèque des Fürstenberg à Křivoklát), le second édité à Francfort en 1670 et conservé dans la bibliothèque d’Eggenberg.

22François de Quevedo fut sans discussion l’auteur le plus prohibé, le plus demandé et le plus lu au début du XVIIe siècle, surtout grâce à son roman picaresque Historia de la vida del buscón llamado Don Pablos, et à ses réflexions satiriques Sueños y discursos et à sa Política de dios ! – ouvrage soulevant le problème du pouvoir monarchique et divin –, autant de titres figurant dans les Indices inquisitoriaux espagnols et romains (les Songes sont mentionnés par exemple dans l’Index de l’Inquisition romaine publié par l’archevêque de Prague en 1726) et bénéficiant d’une énorme popularité. Ils furent lus non seulement en original, mais aussi dans des versions françaises, allemandes ou italiennes, parfois changées ou actualisées. Compte tenu de la publication problématique des principaux ouvrages de Quevedo, quelques éditions en langue espagnole eurent lieu en France. Ainsi, la Historia del Buscón complétée par los Sueños fut publiée en 1629 à Rouen, aux frais de Charles Osmont, en deux éditions. Quevedo fut bien reçu par le public français et il y eut de nombreuses éditions en français, parfois sous forme d’ouvres choisies. Il fut apprécié et beaucoup lu, même si quelques historiens du livre français (M. Chevalier par exemple) affirment que les Français lisaient les chefs-d’œuvre de Quevedo (le Buscón et les Sueños) dans des adaptations peu convenables, ne soulignant que les valeurs caricaturales et satiriques de l’original. La popularité des œuvres de Quevedo fit que les traductions françaises furent parfois faussement attribuées à Quevedo. C’est le cas du récit Don Diego de noche d’Alonso Salas de Barbadillo, apparu à Paris en 1631 sous le titre Le coureur de nuit. De manière erronée, il fut attribué à Quevedo et plus tard inclus dans Les Œuvres de Quevedo publiées en 1645 à Rouen (avec une réédition à Paris 1664, puis de nouveau à Rouen en 1665). Les Œuvres se répandirent plus tard en Allemagne et en Italie, où l’on mesure leur influence sur les versions vernaculaires (qui peut aller jusqu’à cette fausse attribution du texte). Les adaptations (comme celle de De Moscherosch imitant les Sueños de Quevedo) remportèrent un grand succès et se diffusèrent librement (malgré leur prohibition) à travers l’Europe.

23Parmi les lecteurs des Pays tchèques, La vie del Buscón fut connue dans la version originale de 1626, ainsi que dans la version française. La Política de dios et les Sueños furent lus en espagnol ou en français. Dans la monarchie des Habsbourg, les éditions en espagnol de Quevedo se vendirent probablement très tôt après leur publication. Nous pouvons citer par exemple deux achats de livres de Quevedo réalisés par Hans Ulrich von Eggenberg (confirmés par la date et le lieu de son ex-libris) à Leoben en Styrie et à Prague. À Leoben, le duc d’Eggenberg acheta une de deux premières éditions de Historia de la vida del Buscón publiée par Pedro Verges à Saragosse en 1626 (assez précieuse). D’autres éditions qualifiées d’editio princeps, variantes plus fréquentes de Verges, figurent encore dans la bibliothèque Lobkowicz de Roudnice, dans le fonds du château de Jílové et dans la Bibliothèque nationale de Prague (avec un exemplaire provenant de la Maison professe des Jésuites de Prague). La première édition des Sueños fut publiée à Barcelone en 1627 ; or, la même année, Hans Ulrich l’acheta à Prague. Ferdinand August, prince de Lobkowicz, possédait les Sueños dans l’édition de Saragosse de 1627, tandis que la bibliothèque de Thun-Hohenstein de Jílové abritait cet ouvrage dans l’édition italienne de 1680. Les éditions de la Política de dios regroupaient très souvent le récit de Buscón avec les Songes et discours ainsi que d’autres traités de Quevedo. C’est le cas chez les Lobkowicz de Roudnice avec l’édition de Madrid de 1666. Les Lobkowicz possédaient aussi la Política de Dios dans celle de Saragosse de 1626 et les Obras de Quevedo en trois volumes publiés à Bruxelles chez Foppens en 1660-1661 (ce dernier ouvrage figurant aussi chez les Thun-Hohenstein de Jílové). Les autres exemplaires de la Política sont conservés dans la bibliothèque du château de Mnichovo Hradiště (édition de Madrid de 1662) et dans la bibliothèque scientifique d’Olomouc (Barcelone, 1626) où se trouve encore la version italienne de cet ouvrage publiée à Venise en 1709. Autre témoignage de la fréquence de Quevedo dans les collections tchèques, un exemplaire de la Política, édité à Pampelune en 1631 et provenant de la bibliothèque du Couvent des Franciscains irlandais de Prague, est aujourd’hui conservé dans le fonds de la Bibliothèque nationale de Prague. Sur la page de garde supérieure, nous pouvons lire un ex-libris d’époque qui confirme la présence du livre à Prague en 1660. Le titre Política de Dios est inscrit aussi dans l’Inventaire des livres de Hans Ulrich et Johann Anton von Eggenberg de 1649 ; il n’est pas exclu qu’il agisse d’une édition achetée aussi à Prague. En ce qui concerne la poésie de Quevedo – notamment El Parnaso español (Document 3) –, de nombreuses éditions espagnoles de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle circulaient dans le milieu aristocratique.

24Quevedo était encore apprécié par la noblesse d’Europe centrale dans les années 1720. Outre les éditions espagnoles (celle des Obras par Ibarra à Madrid en 1772, présente dans la bibliothèque de Lobkowicz de Hořín-Mělník), c’étaient surtout des versions françaises et allemandes. On ne trouvera que rarement des éditions bilingues français-allemand, telle celle de L’aventurier Buscón, histoire facétieuse publiée à Francfort en 1671. Le livre, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de Prague, provient de l’ancien fonds de la bibliothèque du Couvent des Augustins Déchaussés de la Nouvelle Ville de Prague. La fréquence des ouvrages de Quevedo dans les collections de la famille d’Eggenberg nous donne un bon témoignage de cette vogue. Tandis que le fondateur de la bibliothèque d’Eggenberg Hans Ulrich lisait Quevedo dans le texte original, Marie Ernestine, princesse d’Eggenberg, fit l’acquisition des œuvres de Quevedo en français et en allemand. Alors que dans sa bibliothèque, les éditions de Hans Ulrich étaient à sa disposition, elle préféra les acheter en français ! Les raisons de la présence des traductions françaises sont simples : premièrement, Marie Ernestine d’Eggenberg ne lisait pas couramment l’espagnol (à la différence de Hans Ulrich) et deuxièmement, elle était très orientée vers la littérature française et aussi vers le français, désormais la langue du monde aristocratique européen. Parmi ses acquisitions françaises de Quevedo, il y avait L’avanturier buscón, édition de Francfort de 1671, la deuxième partie des Œuvres complètes, ornée de gravures en taille-douce, publiée à Bruxelles en 1693, et les Visions dans une édition parisienne de 1647. Elle possédait aussi quelques traductions et adaptations en allemand datées de la seconde moitié du XVIIe siècle, parmi lesquelles Les visiones de Don de Quevedo, das ist Wunderliche satyrische und wahrafftige Geschichte, adaptation satyrique faite par Johann Michael Moscherosch (1601-1669) et publiée sous le pseudonyme Philander von Sittewald. Dans sa bibliothèque personnelle, Marie Ernestine avait aussi une rare imitation de Quevedo ; il s’agit d’une adaptation libre de son Inferno de Sueños, publiée en 1668 par Charles Jaulnay sous le titre L’Enfer burlesque. Nous n’avons pas encore trouvé d’autres exemplaires de cette adaptation française dans les bibliothèques tchèques et nous supposons que cet ouvrage avait été assez rare dans les Pays tchèques.

25Les Visions en langue française sont aussi conservées dans la bibliothèque du château de Křivoklát (dans l’édition de 1641) et elles figuraient aux collections de Larisch-Moennig du château de Solza à Karviná en Moravie du Sud (édition de 1642). Les Œuvres de Quevedo dans l’édition de Bruxelles de 1693 et dans celle de 1718 sont conservées dans les collections d’Eggenberg et de Lobkowicz de Roudnice.

26Les versions françaises et allemandes rendirent durablement inutiles les traductions tchèques, encore au XIXe siècle (Lazarillo ne fut traduit en tchèque que par Antonín Pikhart, qui ne mit à la disposition du public tchèque les grandes œuvres de la littérature espagnole, comme celles de Cervantès, qu’à la fin des années 1880).

27Les autres romans picaresques – ceux de Mateo Alemán et de Quevedo – ne furent traduits pour la première fois qu’au XXe siècle (Guzmán de Alfarache en 1964 par Václav Cibula, La Vida de Buscón en 1957 par Eduard Hodoušek).

28Étant donné que les célèbres Sueños ne furent pas publiés en tchèque et que de la vaste production poétique de Quevedo ne fut traduit qu’un petit éventail (un recueil de poésie intitulé Kruté sny, « Songes cruels » de Vladimír Mikeš, publié en 1963), les traductions en français et en allemand représentaient, outre les éditions espagnoles, les principales lectures possibles de Quevedo. Ces deux langues n’ont pas seulement rendu accessible l’héritage littéraire de ce grand écrivain mondial, elles continuent d’ouvrir « une fenêtre sur le monde ibérique ».

Document 1 - Lazarillo de Tormes, page de titre de l’édition d’Amsterdam de 1631 (BN de Prague, cote 9 J 229).

Document 2 - Guzmán de Alfarache, page de titre de l’édition de Barcelone de 1599 (Bibliothèque d’Eggenberg de Český Krumlov, cote 28 D 5975).

Document 3 - Guzmán de Alfarache, page de titre de l’édition d’Anvers de 1681, illustration de Gaspard Bouttats (BN de Prague, cote 9 F 2978).

Document 4 - El Parnaso español, page de titre de l’édition de Madrid de 1668-1670 - Francisco de Quevedo et ses « musas castellanas » (BN de Prague, cote 9 B 142).

Table des illustrations

Légende Document 1 - Lazarillo de Tormes, page de titre de l’édition d’Amsterdam de 1631 (BN de Prague, cote 9 J 229).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Document 2 - Guzmán de Alfarache, page de titre de l’édition de Barcelone de 1599 (Bibliothèque d’Eggenberg de Český Krumlov, cote 28 D 5975).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Légende Document 3 - Guzmán de Alfarache, page de titre de l’édition d’Anvers de 1681, illustration de Gaspard Bouttats (BN de Prague, cote 9 F 2978).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Légende Document 4 - El Parnaso español, page de titre de l’édition de Madrid de 1668-1670 - Francisco de Quevedo et ses « musas castellanas » (BN de Prague, cote 9 B 142).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k

Auteur

Bibliothèque du Musée National de Prague

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search