Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

26. Les réformes et les réformateurs médicaux en Hongrie au xviiie siècle

Lilla Krász

Texte intégral

  • 1 Pour le terme « médicalisation », voir Foucault M., « La politique de la santé au XVIIIe siècle », (...)
  • 2 Au sujet de la modernisation de l’hygiène publique, plus particulièrement au XVIIIe siècle, voir P (...)

1À peu près au même moment, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les États propageant les réformes éclairées, de l’Angleterre à l’Empire des Habsbourg en passant par la France, entreprenaient la médicalisation de la société à l’aide de conceptions mûrement réfléchies de politique sanitaire. Le terme « médicalisation » utilisé par la postérité constitue le processus qui aboutira à l’ensemble des conditions administratives et institutionnelles du système sanitaire moderne, lequel assure les soins fondamentaux à de larges couches de la société1. Cet effort a permis au souverain de régner sur le plus grand nombre possible de sujets sains. Cet effort démographique encouragé et contrôlé par l’État comprenait la régularisation normative, l’admission des catégories les plus diverses de guérisseurs à une formation professionnelle moderne et spécialisée, tout autant que les informations fournies au petit peuple par les médecins. Le désir de conserver la santé physique et psychique des sujets, d’assurer aux malades des traitements efficaces et professionnels fit naître de nouveaux besoins et de nouvelles exigences. Les réformes sanitaires de l’État, initiées d’en haut, furent partout formulées et mises en œuvre par des hommes d’État et des médecins savants. La base qui, partout en Europe, assurait la légitimité de la réalisation des réformes, était constituée par les facultés de médecine réformées. Les sources parlent souvent, même à la fin du XVIIIe siècle, d’un manque de médecins et des agissements de guérisseurs non qualifiés. Dans le domaine de l’hygiène publique, cette époque est celle de la confrontation – ou plutôt du dialogue fructueux – de la scientia medica et de l’ars medica. La modernisation de l’hygiène publique a des résultats spectaculaires qui se manifestent dès la fin du XVIIIe siècle. Par exemple, la lutte efficace contre les épidémies qui décimaient hommes et bêtes, d’abord grâce à la vaccination obligatoire ; ensuite à l’élaboration de techniques de collecte de l’information servant à obtenir une image de l’état de santé des sujets et des connaissances et capacités des guérisseurs ; enfin au fait que l’on délivre désormais dans les facultés de médecine des diplômes non seulement aux futurs médecins, mais encore à des guérisseurs travaillant à un niveau inférieur tels que chirurgiens, pharmaciens et sages-femmes2.

  • 3 Lesky E., « Gerard van Swieten. “Auftrag und Erfüllung” », dans Lesky E. et Wandruszka A. (textes r (...)

2En Hongrie, les réformes sanitaires initiées par Marie-Thérèse et surtout par Joseph II se conformaient au modèle viennois. Gerard van Swieten, le médecin de cour de Marie-Thérèse, d’origine hollandaise, a joué un rôle clé dans l’élaboration, la formulation et l’exécution des réformes. Le cadre des activités de ce savant physicien était la Faculté de médecine de Vienne3. La plupart des personnes qui les ont mises en œuvre avaient obtenu leur qualification de médecin à la Faculté de Vienne ou dans l’une des facultés protestantes allemandes. Dans ces conditions, l’influence française ne put agir qu’indirectement par l’intermédiaire des Allemands et des Autrichiens. Toutefois, dans deux domaines du système sanitaire moderne en voie de constitution, l’influence française fut déterminante : le système des rapports sanitaires et l’éducation assurée par les médecins.

3Énumérons, avec les dates précises, les éléments des réformes introduites en Hongrie avec Vienne pour centre.

  • 4 Linzbauer F.X., Codex Sanitario Medicinalis Hungariae, vol. II, Buda, 1852-1861, p. 280.

4En 1752, conformément au programme de santé publique de van Swieten, Marie-Thérèse a ordonné que chaque comitat emploie un médecin bien qualifié. Par cette ordonnance, elle a jeté les bases du réseau de médecins des comitats4. Pourtant, ce n’est que sous le règne de Joseph II que l’on mit par écrit le système institutionnel des médecins affectés aux comitats et l’ensemble de leurs devoirs. À partir des années 1780, ces médecins sont à la fois bureaucrates, médecins de famille, savants publiant des manuels – se faisant parfois publier à compte d’auteur.

  • 5 Krász L., « “A mesterség szolgálatában”. Felvilágosodás és orvosi tudományok a 18. századi Magyaror (...)

5Leurs écrits paraissent régulièrement dans des revues scientifiques étrangères, ils formulent des topographies médicales. Ils mènent enfin une vie sociale très active. Ils forment l’élite cultivée et instruite des intellectuels de Hongrie et ils garderont ce rôle pratiquement jusqu’au milieu du XXe siècle5.

  • 6 Linzbauer F.X., Codex Sanitario…, op. cit., p. 535-570.

6C’est en 1770 qu’a été promulgué le Règlement sanitaire, l’un des piliers de l’œuvre de van Swieten. C’était la première règle juridique sanitaire détaillée introduite en Hongrie. Le but principal était de rendre accessible à tous les méthodes et les techniques curatives de la médecine savante. Dans le même esprit, le décret tente de réglementer le travail du personnel de santé sur l’ensemble du territoire de la Monarchie en déterminant la formation professionnelle à différents niveaux et les examens à passer pour obtenir l’autorisation d’exercer. À long terme, cela permettait l’application du savoir de la médecine savante à la culture populaire6. La nouvelle réglementation générale n’est publiée qu’en 1876, plus de cent ans après la promulgation de la précédente.

  • 7 Lesky E., « Wiener Krankenbett-Unterricht, van Swieten und die Begründung der medizinischen Fakultä (...)
  • 8 Krász L., art. cit., p. 1079.

7Le troisième facteur, qui est peut-être le plus important, est l’intégration d’une faculté de médecine à l’Université jésuite fondée à Nagyszombat (Trnava) en 1635, suivant l’exemple de la Faculté de médecine de Vienne de van Swieten réformée en 1749. Van Swieten a choisi la première génération d’enseignants parmi ses propres disciples7. L’Université est transférée en 1777 à Buda, et puis en 1783-1784 à Pest. Après s’être implantée à Pest, tout en s’acquittant de sa fonction éducative, la Faculté de médecine a aussi joué un rôle remarquable dans la direction médicale et sanitaire du pays. À partir de 1749, c’est-à-dire de l’introduction des réformes de van Swieten, la Faculté de médecine de l’Université de Vienne fonctionnait comme un organe central de contrôle et de consultation qui était également chargé de la légitimation du travail du personnel de santé en assurant la formation, en faisant passer des examens et en délivrant certificats et diplômes. Vers 1787, la Faculté de médecine de Pest s’est chargée de ces mêmes devoirs, et a ainsi considérablement augmenté ses positions professionnelles et sa puissance8.

  • 9 Kovachich M.G. (textes réunis par), Merkur von Ungarn, Heft 1, 1786, p. 94.

8Jusqu’au dernier tiers du XVIIIe siècle, les médecins hongrois furent surtout formés à l’étranger. Les catholiques fréquentaient de préférence l’Université de Vienne, les protestants celles de villes allemandes telles que Halle, Iéna, Wittenberg, puis Göttingen, Erlangen et Tübingen. Du point de vue de la pérégrination des médecins de Hongrie, surtout jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, ce sont les facultés des Pays-Bas, en particulier celles d’Utrecht et de Leyde ainsi que celle de Bâle en Suisse qui jouèrent un rôle essentiel. Le nombre des jeunes diplômés sortant des facultés de Cracovie, de Strasbourg, de Paris et de Londres ne dépassait guère les deux ou trois par an. Le nombre des étudiants immatriculés temporairement était en revanche nettement plus élevé. Nos médecins puisaient leurs informations et leurs connaissances théoriques dans des ouvrages allemands et autrichiens. Les œuvres de référence étaient, à Vienne aussi bien que plus tard à Nagyszombat, la Chirurgie de Giovanni Alessandro Brambilla et Joseph Jakob Plenck, la Botanique de Carl Linné, les Commentaires de van Swieten et Hermann Boerhave, et l’Obstétrique de Johann Nepomuk Crantz9.

  • 10 Sur l’organisation et l’activité du Conseil de Lieutenance, voir en premier lieu Felhő I. et Vörös(...)

9C’est enfin en 1783, sous le règne de Joseph II, qu’une autre autorité centrale de la santé a été fondée. Cette année-là, le Conseil de Lieutenance a été réformé. Organe suprême du gouvernement hongrois siégeant à Buda, il avait été créé en 1724 et était lié à la Chancellerie de la Cour de Vienne. Le principal but des réformes qui s’étendaient à la fois à l’organisation, à la sphère de compétence et à la gestion du premier organe du pays était d’en rendre le travail plus rapide, plus simple et plus précis. C’était là l’intention du souverain. Pour séparer les différents types d’affaires, on créa plusieurs départements. Ceux-ci employaient des spécialistes salariés hautement qualifiés. C’est dans ce cadre que se constitua le Départamentum Sanitatis10.

  • 11 Le décret portant sur l’instauration du système des qualifications est conservé dans les Archives (...)

10Déjà en 1780, dans la première année de son règne, Joseph II avait obligé tous les médecins des comitats à rendre compte, dans un rapport annuel, du travail des chirurgiens, pharmaciens et sages-femmes œuvrant sur le territoire qui leur était confié11. Aussi les médecins devaient-ils joindre à leurs rapports des tableaux composés selon instructions données au préalable, c’est-à-dire des listes de conduite (relevés récapitulatifs). Jusqu’à la publication en 1784 du décret de Joseph II sur la langue officielle, ces rapports étaient rédigés en latin, et par la suite en allemand, du moins en principe. Conformément à la volonté du souverain, de telles listes de conduite devaient être rédigées dans tous les comitats du pays. Elles étaient destinées à faire connaître au comitat les fonctionnaires et les experts de rang inférieur pour que « les mérites et les aptitudes » du personnel de la santé puissent être pris en considération en cas de vacance. Elles étaient aussi utiles dans le contrôle de leur travail. Ces rapports annuels étaient envoyés au Département Sanitaire du Conseil de Lieutenance où l’on enregistrait les données présentées dans les tableaux, et c’est cette même autorité qui donnait ensuite les nouveaux ordres et qui surveillait (avec la Faculté de médecine de l’Université) le personnel de santé. Les rapports annuels des médecins de comitat embrassaient l’ensemble des domaines de la vie sociale qui pouvaient avoir une influence sur les conditions sanitaires. Un rapport conçu lege artis contenait l’élaboration plus ou moins détaillée des domaines suivants :

  1. conditions sanitaires du comitat : description et médication des maladies survenues sur le territoire du comitat ;
  2. conditions climatiques mois par mois ;
  3. visite des pharmacies ;
  4. maladies contagieuses enregistrées ;
  5. épizooties ;
  6. état des eaux médicinales ;
  7. phénomènes naturels hors du commun ;
  8. contrôle de l’observation des prescriptions relatives à l’examen médicolégal après un décès et à l’enterrement des corps ;
  9. état des instruments des chirurgiens, des obstétriciens et des vétérinaires.
  • 12 Les cahiers de qualifications pour la période entre 1783 et 1790 se trouvent joints aux rapports s (...)

11À cette partie des rapports devait être annexé un relevé récapitulatif (tabella censore/Conduitliste) contenant une appréciation du travail effectué par les médecins, les chirurgiens, les barbiers, les pharmaciens et les sages-femmes du comitat dont le médecin du comitat avait la charge. La première partie des relevés contenait les données individuelles du personnel sanitaire (nom, âge, lieu et date de naissance, confession, état civil, formation, durée de leur service, conditions matérielles, salaire, connaissances linguistiques), tandis que la deuxième partie était consacrée à leurs qualités propres12.

  • 13 Hans Wagner analyse le journal du voyage en France de Joseph II (conservé dans les Archives de la (...)

12L’idée d’introduire un système de rapport et la méthode elle-même avaient pris forme en 1777, au cours d’un voyage entrepris par le co-empereur Joseph en France. Il s’agissait en apparence de rendre visite à sa sœur cadette, la reine Marie-Antoinette, et de renforcer les liens entre l’Empire et la France. En réalité, Joseph s’intéressait beaucoup plus aux institutions, aux conditions de vie et aux réformes qui venaient d’être introduites. Il rencontra Anne-Robert Jacques Turgot, l’ancien ministre physiocrate tombé en disgrâce, qui l’initia au système des relevés récapitulatifs introduits peu avant sa chute. D’après le journal de l’empereur, les deux hommes causèrent pendant deux heures environ. Certes, ce ne furent pas ces deux heures qui décidèrent du programme de réformes de Joseph II. Sympathisant avec les mesures prises ou prévues par Turgot, il se procura par l’intermédiaire de Mercy-Argenteau, ambassadeur de la Monarchie en France, une copie des documents les plus importants contenant le programme de réformes et les propositions de Turgot. Parmi ces documents, il y avait les modèles des questionnaires destinés à établir les registres du personnel sanitaire. L’adaptation du système aux conditions de l’Empire est sans doute due à Karl von Zinzendorf13.

  • 14 Cette citation emprunte un certain nombre de passages à une présentation de l’enquête donnée par M (...)
  • 15 Peter J.-P., « Une enquête de la Société Royale de Médecine (1774-1794). Malades et maladies à la f (...)

13À l’initiative de Turgot, le Conseil d’État créait en 1776 un arrêt « pour tenir une correspondance avec les médecins de province, pour tout ce qui peut être relatif aux maladies épidémiques et épizootiques »14. Jusqu’à la Révolution, un comité constitué de huit médecins placé sous la surveillance de la Société Royale de Médecine effectua la plus importante de toutes les enquêtes administratives du XVIIIe siècle. Les médecins remplirent des tableaux imprimés sur les données météorologiques et sur les maladies épidémiques et épizootiques. Sur les premiers, ils consignaient les relevés barométriques et les moyennes mensuelles de ces mesures, l’ensoleillement, l’humidité, les pluies, la direction des vents, leur force, et tout autres éléments intéressants. La seconde partie dite « nosologie » était constituée par la description des maladies : comment ces maladies sont apparues, les symptômes, leur succession, la gravité des effets, les soins donnés, la médication15.

  • 16 Gélis J., « L’enquête de 1786 sur les sages-femmes du royaume », Annales ESC, no 5, 1977, p. 299-31 (...)

14Le rapport comprenait aussi les formulaires répondant à quatre questions sur le travail de chirurgiens, pharmaciens et sages-femmes16 :

  1. lieu de leur domicile ;
  2. noms et âges ;
  3. écoles où ils ont été reçus ;
  4. observations sur la manière dont ils exercent leur travail.
  • 17 Friedrich I., Az egészségügyi felvilágosítás a 18. századi Magyarországon [Littérature informative (...)

15Ces réformes organisationnelles et institutionnelles ont largement contribué à ce que l’information médicale et sanitaire devienne une exigence sociale de grande importance en Hongrie dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Le moyen principal de ce mouvement était la littérature informative médicale. À cette époque-là, on observe une forte croissance de la publication des ouvrages de médecine (y compris des ouvrages spécialisés, des manuels et de la littérature d’éducation) aussi bien d’un point de vue qualitatif que quantitatif. Bien que tout au long du siècle, l’édition des ouvrages de médecine de langue hongroise n’atteigne pas celle des publications religieuses, juridiques, politiques, historiques, géographiques et zoographiques, on constate une légère augmentation du taux de vente de ces ouvrages-là : dans la première décennie du XVIIIe siècle, ceux-ci ne représentent que 2 % de l’édition totale, tandis qu’en 1790, ils représentent déjà 10 %17.

  • 18 Kincses K. (textes réunis par), « Im küttem én orvosságot ». Lobkowitz Poppel Éva levelezése, 1622- (...)

16Comment déterminer le genre de la littérature informative médicale ? Il s’agit des ouvrages pragmatico-didactiques imprimés, parmi lesquels on trouve des traductions ou adaptations d’ouvrages étrangers de vulgarisation, ainsi que des ouvrages originaux, des recueils minces ou volumineux rédigés en prose, en vers ou sous forme de catéchisme, des cahiers de quelques pages ou des tableaux d’une seule page. Ces ouvrages ont d’abord été écrits par les médecins instruits, ensuite rejoints, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, par des prêtres et des prêtres-éducateurs. À qui ces ouvrages s’adressaient-ils ? Aux éducateurs, aux prêtres, aux sages-femmes, aux gens simples et plus cultivés, et à tous ceux qui se souciaient de leur santé. Les thématiques sont très variées : les sujets de médecine, de santé, de soins, d’éducation et d’hygiène y sont traités. Ce sont des ouvrages à grand tirage (de 500 à 1 000 exemplaires) qui ont été également traduits dans les langues des minorités nationales de Hongrie. Les connaissances transmises par la littérature informative médicale sont parvenues aux populations des villages et des villes vers le dernier tiers du XVIIIe siècle grâce à une couche intermédiaire assez large composée de prêtres, éducateurs, chirurgiens, pharmaciens, sages-femmes, lettrés et fonctionnaires qui achetaient à bas prix ces publications en langue hongroise. Ainsi, les femmes des manoirs seigneuriaux appartiennent à ce groupe, puisque ce sont elles qui, depuis des siècles, donnaient des conseils et des remèdes aux habitants des villages voisins. Dans la plupart des cas, ces femmes nobles « lettrées » comptaient, elles aussi, parmi les acheteurs potentiels des ouvrages mentionnés ci-dessus18.

17L’emploi de la langue hongroise montre déjà l’intention vulgarisatrice qui est souvent formulée dans l’avant-propos des ouvrages, motivée par une vision humaniste du monde. Les textes imprimés ne sont pas des travaux originaux, il s’agit soit de traductions, soit d’un recueil autonome rédigé à partir de textes choisis d’œuvres d’autres auteurs. Dans la plupart des cas, les auteurs ont suivi l’exemple étranger (allemand, français) en s’inspirant des manuels répandus et s’étant déjà avérés utiles en Europe de l’Ouest. Comme dans le cas des livres de médecine publiés dans d’autres pays européens, les éléments de connaissance et l’approche de ces publications constituent un amalgame particulier des connaissances antiques et des doctrines modernes. Les positions que ces recueils exposent concernant la conservation de la santé et la formation et le traitement des maladies peuvent être caractérisées par la théorie de la pathologie des humeurs hippocrato-galiénistes : on attribue les causes pathogènes aux humeurs malignes accumulées dans le corps. En dehors des doctrines de la médecine antique, les idées scientifiques modernes fondées sur l’observation de la nature occupent une place de plus en plus significative dans ces ouvrages.

18Du point de vue thématique, les ouvrages les plus populaires et les plus efficaces de la littérature informative médicale (dont le tirage ne cesse d’augmenter à partir des années 1740) sont les suivants :

  1. les petits livres, cahiers ou catéchismes contenant des renseignements généraux pratiques,
  2. les ouvrages transmettant des connaissances de diététique,
  3. les manuels et cahiers didactiques offrant des connaissances fondamentales sur l’accouchement,
  4. les publications de puériculture et de pédiatrie.

19Ces travaux ont été écrits par les médecins les plus ambitieux et les plus éminents des villes ou des comitats qui ont fait publier leurs ouvrages à compte d’auteur et qui se sont également chargés de la diffusion des livres. Ils sont les figures caractéristiques de la couche naissante des intellectuels de l’époque.

  • 19 Gortvay G., Az újabbkori magyar orvos művelődés és egészségügy története [L’histoire de la médecine (...)

20En ce qui concerne la littérature destinée à apporter au peuple de nouvelles connaissances médicales, le livre intitulé Avis au peuple sur la santé publié en 1760 par Samuel Tissot, médecin à Lausanne, ancien diplômé de Montpellier, comptait parmi les manuels les plus populaires. Il fut traduit en hongrois par Márton Marikowzki, qui acquit son titre de médecin à Wittenberg, fut d’abord médecin à Presbourg puis devint, dès 1768, physicien des comitats de Zemplén et de Szerém. Conformément à la coutume de l’époque, il compléta l’ouvrage de Tissot par ses propres idées et expériences. Comme il destinait son ouvrage à des instituteurs de village censés instruire le peuple, l’auteur rédigea sa traduction dans un style facile à comprendre, en phrases simples et suivant une thématique claire. Il estimait pouvoir ainsi faciliter la prévention des maladies et, sur le plan de la guérison, l’acceptation et l’application des méthodes modernes. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, toutes les grandes bibliothèques de la haute noblesse possédaient l’ouvrage de Tissot en langue française et la traduction hongroise de Marikowzki, mais on les retrouve aussi jusque dans les bibliothèques plus modestes comptant 100 à 200 volumes des chirurgiens, médecins et professeurs de nombreux comitats19.

  • 20 Kiss J., Egészséget tárgyazó Katechismus [Catéchisme traitant de la santé], Sopron, 1794.

21Le livre le plus populaire de la fin du XVIIIe siècle, Egészséget tárgyaló Katechismus (Catéchisme traitant de la santé) fut publié en 1794 par József Kiss, médecin de la cour de Ferenc Széchényi. Les conseils médicaux transmis sous forme dialoguée reprennent les vues scientifiques de la fin du XVIIIe siècle, dans un langage simple, facilement compréhensible et avec beaucoup d’explications. Le lecteur de l’époque y trouve un court aperçu de la préservation de la santé de la naissance à la mort ; des avertissements sur les dangers mineurs au cas où le secours efficace du médecin devrait être attendu. Le docteur Kiss a illustré son propos d’exemples concrets, et ce faisant, a également décrit le mode de vie, le foyer, l’alimentation des paysans de l’époque, ainsi que les coutumes et des croyances liées à la grossesse et aux maladies. L’ouvrage tentait de transmettre la démarche des sciences médicales modernes en utilisant le savoir empirique de son époque20.

  • 21 István Mátyus (1725-1802) reçut son diplôme universitaire à Utrecht. Il retourne en 1757 en Transy (...)
  • 22 Mátyus I., Diaetetica, Kolozsvár, 1766.

22Le premier manuel de diététique de langue hongroise a été publié en 1766 par István Mátyus, médecin chef en Transylvanie (à Marosvásárhely [Târgu Mureş])21. Cet ouvrage devait servir d’exemple aux publications ultérieures en proposant des recommandations sur la nutrition et le mode de vie. L’ouvrage en deux volumes, intitulé Diatetica, était destiné avant tout aux spécialistes (chirurgiens et sages-femmes). C’est une suite digne de l’Encyclopédie d’Apáczai. Tout en se rattachant aux meilleures traditions encyclopédiques, le docteur Mátyus est aussi resté fidèle aux doctrines de la pathologie des humeurs de l’Antiquité. L’ouvrage comprenait des connaissances pratiques vraiment utiles, il traitait avant tout les facteurs intérieurs et extérieurs de la santé et les prescriptions s’y rattachant, conformément au système classique de la diététique établi au temps de Galien22.

  • 23 István Weszprémi (1723-1799) a étudié la médecine à Utrecht, à Zurich et à Londres, et a obtenu le (...)
  • 24 Weszprémi I., Bába mesterségre tanító Könyv [Manuel du métier de sage-femme], Debrecen, 1766.

23C’est en 1766 qu’est paru en hongrois le premier manuel pour sages-femmes intitulé Bába mesterségre tanító könyv (Manuel du métier des sages-femmes) sous la plume d’István Weszprémi, médecin calviniste de Debrecen (à l’est de la Hongrie)23. Celui-ci n’est pas un ouvrage original, mais la traduction du manuel pour sages-femmes de Johann Crantz, professeur viennois. Le livre est devenu encore plus populaire grâce à l’appendice présentant neuf gravures sur bois qui visaient à faciliter l’enseignement des sages-femmes analphabètes. Ce qui prouve le prestige de Weszprémi et le succès de son travail est que la préface de son ouvrage a été composée par Gerard van Swieten lui-même et que l’auteur reçut une médaille d’or des mains de Marie-Thérèse24.

  • 25 von Sonnenfels J., Grundsätze der Polizey-, Handlung-, und Finanzwissenschaften, Wien, 1804-1805.
  • 26 Weszprémi I., A kisded gyermekeknek neveléséről való rövid oktatás [Bref enseignement sur l’éducati (...)

24Deux autres domaines des littératures informatives médicales doivent être encore soulignés. Les réformes de grande envergure des Lumières dans le domaine de la santé publique étaient liées aussi bien dans la pratique que dans la théorie à une argumentation populaire : la force d’un État est en rapport direct avec le nombre de ses sujets. Pour l’accroissement de la population, le premier pas était de repousser la mortalité infantile et maternelle et d’éviter les accouchements dramatiques. Puisque la mortalité infantile et maternelle était principalement due au manque de formation des sages-femmes, la littérature obstétricale publiée dans la deuxième moitié du siècle s’adressa principalement aux sages-femmes25. C’est à István Weszprémi que l’on doit la publication du premier manuel de puériculture. Le premier ouvrage de pédiatrie en langue hongroise intitulé A kisded gyermekeknek neveléséről való rövid oktatás (Bref enseignement sur l’éducation des tout-petits) parut en 1760. Il traitait des problèmes de santé et des soins relatifs aux enfants de moins de trois ans avec une clairvoyance et une compréhension qui dépassaient largement son époque26.

  • 27 Kovács M., Szükségben-való Segedelem-Tábla [Tableau-secours en cas de besoin], Pest, 1798.

25En outre, les livres en un ou plusieurs volumes, les catéchismes sous forme de questions-réponses, les cahiers didactiques de quelques pages et les tableaux d’information médicale de grand format qu’on accrochait au mur jouissaient aussi d’une grande popularité. En 1798, un médecin calviniste de l’Est de la Hongrie, Mihály Kováts, a publié à compte d’auteur son Szükségben-való Segedelem-Tábla (Tableau de Secours en cas de besoin) comme annonce publicitaire informative médicale. Le tableau d’une page imprimé en deux colonnes visait à apaiser une phobie typique du Siècle des Lumières, largement répandue à la fin du XVIIIe siècle : la terreur d’être enterré vivant. Le tableau expose une à une les situations où il est possible de ranimer une personne semblant morte, et énumère ensuite les règles et les outils indispensables pour donner les premiers secours27.

  • 28 Deáky Z., A hivatalos és a hagyományos gyógyítás a magyar történeti forrásokban [Traitement curatif (...)

26À partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, en dehors des médecins qualifiés, les prêtres ont aussi assumé un rôle important dans l’information médicale du peuple : aussi bien à l’oral, dans leurs prédications, qu’à l’écrit, dans leurs ouvrages. La littérature medicina pastoralis (« médecine pastorale ») doit sa naissance à ces nouvelles charges assumées par le clergé. Il s’agit, d’une part, d’ouvrages rédigés par des médecins pour aider les prêtres de campagne à composer leurs prédications et, d’autre part, les prêtres eux-mêmes ont rédigé des publications servant à l’enseignement des habitants des villages et les écoliers. La littérature medicina pastoralis de langue hongroise consiste en la traduction ou l’adaptation d’ouvrages allemands du même genre28.

  • 29 Kömlei J., Szükségben segítő könyv [Livre d’aide en cas de besoin], Pest, 1790.

27Le livre Szükségben segítő Könyv (Livre d’aide en cas de besoin) du pasteur János Kömlei, recueil publié en 1790 et réédité deux fois, est l’adaptation d’un travail allemand. Il compte parmi les ouvrages de la littérature medicina pastoralis. Il explique les soins de secours en cas d’évanouissement, d’étouffement, d’empoisonnement et d’engelure. Bien que le livre n’offre pas de renseignements détaillés ni sur l’anatomie humaine, ni sur les maladies et les médicaments, il remplit son rôle grâce à la représentation de situations concrètes, au nombre de ses illustrations et à son style agréable29.

  • 30 Zay S., Falusi orvos pap [Médecin-prêtre au village], Pozsony, 1810.

28En 1810 à Presbourg, Sámuel Záy, médecin chef de comitat, a publié à compte d’auteur son ouvrage destiné aux prêtres de campagne. Par la suite, l’ouvrage a pu servir d’exemple aux travaux du même genre. Dans son recueil de près de 300 pages, l’auteur énumère les maladies typiques du milieu villageois et les accidents qui surviennent au cours des travaux des champs. Une compréhension et une compassion philanthropiques imprègnent l’ensemble de l’œuvre, qui brosse un tableau fidèle de la vie et de la pensée de la paysannerie de l’époque30.

  • 31 Justus J. T., Bericht von der königlichen des Königreichs Hungarn Frey-Stadt Pressburg Lage, Wässer (...)

29Nous devons enfin évoquer les Topographies médicales qui appartiennent également aux ouvrages de la littérature informative médicale. Les topographies médicales remontent aux rapports annuels envoyés par les médecins des comitats au Conseil de Lieutenance conformément au décret promulgué par Joseph en 1783. Obligés d’élaborer ces rapports annuels, ils pouvaient aussi se lancer dans la rédaction d’une topographie qui était en fait une entreprise scientifique nécessitant souvent un travail de recherche de plusieurs années. Les topographies comptent parmi les ouvrages intellectuellement les plus élaborés de la littérature informative médicale. De quels éléments ces topographies se composent-elles ? En voilà quelques-uns : la description de la situation médicale d’une ville ou d’un comitat, des épidémies, la présentation des conditions climatiques, la description de diverses coutumes et des données historiques et statistiques. Ces éléments sont rédigés sous une forme encyclopédique. La première topographie médicale, publiée en 1764 par le médecin chef de la ville de Presbourg, János Torkos Justus, a été suivie en 1791 par une seconde faite par un médecin de Selmecbánya (Banská Štiavnica), Johann Georg Hoffinger. Les premières topographies sont donc nées dans la partie septentrionale de la Hongrie. Cela est en rapport avec le rôle de la bourgeoisie allemande en tant qu’intermédiaire dans la transmission culturelle, et avec le milieu civilisé et urbain qui, pendant longtemps, s’est concentré uniquement sur ce territoire31.

  • 32 Magyary-Kossa G., Magyar orvosi emlékek [Sources éditées de la vie médicale hongroise], vol. IV, Bu (...)

30En 1782 parut l’ouvrage en deux volumes de Samuel Benkő, physicien du comitat de Borsod, consacré à la topographie médicale de la ville Miskolc. Le docteur Benkő, d’origine transylvaine, avait fréquenté des universités allemandes et hollandaises, obtenu son diplôme à Buda, puis était devenu physicien du comitat de Borsod dans le Nord du royaume. Sa topographie rédigée en latin est parvenue jusque dans les milieux médicaux parisiens et y a remporté un tel succès qu’en 1783, l’auteur fut élu membre de l’Académie de Chirurgie de Paris32.

31En Hongrie, c’est à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle que suivant l’exemple de l’Europe de l’Ouest, est né le mouvement de l’information médicale et sanitaire en langue vernaculaire, dont l’influence reste bien spectaculaire également dans les premières décennies du XIXe siècle. C’est l’époque où les manuels et les brochures pragmatico-didactiques contenant des conseils sur le mode de vie et les soins de la santé, c’est-à-dire les ouvrages de la littérature informative médicale, ont été connus par un vaste public. La littérature informative médicale à fort tirage, publiée en hongrois à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, s’est avérée importante pour la mise en œuvre de la réforme d’hygiène publique de grande envergure voulue par Marie-Thérèse et Joseph II. Les publications donnant des conseils de mode de vie ou promouvant la vaccination, peu après leur publication en hongrois, ont été traduites dans les langues des minorités du royaume de Hongrie.

Notes

1 Pour le terme « médicalisation », voir Foucault M., « La politique de la santé au XVIIIe siècle », dans Foucault M. (textes réunis par), Les machines à guérir, aux origines de l’hôpital moderne, Bruxelles, 1979 ; Goubert P., « La médicalisation de la société française à la fin de l’Ancien Régime », Francia, no 8, 1982, p. 245-256.

2 Au sujet de la modernisation de l’hygiène publique, plus particulièrement au XVIIIe siècle, voir Porter R., Patients and Practitioners. Lay Perceptions in Pre-Industrial Society, Cambridge, 1985 ; Jütte R., « Sozialgeschichte der Medizin : Inhalte-Methoden-Ziele », Medizin, Gesellschaft und Geschichte, no 9, 1990, p. 149-164 ; Eckart W.U. et Jütte R., « Das europäische Gesundheitssystem. Gemeinsamkeiten und Unterschiede in historischer Perspektive », Medizin, Gesellschaft und Geschichte, Stuttgart, Beiheft 3, 1994 ; Dinges M., « Normsetzung als Praxis ? Oder : Warum werden die Normen zur Sachkultur und zum Verhalten so häufig wiederholt und was bedeutet dies für den Prozess der “Sozialdisziplinierung” ? », Norm und Praxis im Alltag des Mittelalters und der frühen Neuzeit. Internationales Round-Table-Gespräch Krems an der Donau 7. Oktober 1996, Wien, 1997, p. 39-53 ; Labouvie E., « Individuelle Körper. Zur Selbstwahrnehmung mit “Haut und Haar” », dans van Dülmen R. (textes réunis par), Entdeckung des Ich. Die Geschichte der Individualisierung vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Köln/Weimar/Wien, 2001 ; Stolberg M., « Frühneuzeitliche Heilkunst und ärztliche Autorität », dans van Dülmen R. et Rauschenbach S. (textes réunis par), Macht des Wissens. Die Entstehung der modernen Wissensgesellschaft, Köln/Weimar/Wien, 2004, p. 111-130 ; Tschopp S.S., « Popularisierung gelehrten Wissens im 18. Jahrhundert. Institutionen und Medien », dans van Dülmen R. et Rauschenbach S. (textes réunis par), Macht des Wissens…, op. cit., p. 469-490 ; Wahrig B., « Globale Strategien und lokale Taktiken. Ärzte zwischen Macht und Wissenschaft 1750-1850 », dans van Dülmen R. et Rauschenbach S. (textes réunis par), Macht des Wissens…, op. cit., p. 655-680.

3 Lesky E., « Gerard van Swieten. “Auftrag und Erfüllung” », dans Lesky E. et Wandruszka A. (textes réunis par), Gerard van Swieten und seine Zeit, Wien/Köln/Graz, 1973, p. 11-33 ; Horn S., Examiniert und approbiert. Die Wiener medizinische Fakultät und nicht-akademische Heilkundige in Spätmittelalter und früher Neuzeit, Wien, 2001.

4 Linzbauer F.X., Codex Sanitario Medicinalis Hungariae, vol. II, Buda, 1852-1861, p. 280.

5 Krász L., « “A mesterség szolgálatában”. Felvilágosodás és orvosi tudományok a 18. századi Magyarországon » [« Au service du métier. Époque des Lumières et sciences médicales au XVIIIe siècle en Hongrie »], Századok, no 5, 2005, p. 1079-1090.

6 Linzbauer F.X., Codex Sanitario…, op. cit., p. 535-570.

7 Lesky E., « Wiener Krankenbett-Unterricht, van Swieten und die Begründung der medizinischen Fakultät Tyrnau (1769) », Communicationes de Historia Artis Medicinae, no 57-59, 1971, p. 29-39.

8 Krász L., art. cit., p. 1079.

9 Kovachich M.G. (textes réunis par), Merkur von Ungarn, Heft 1, 1786, p. 94.

10 Sur l’organisation et l’activité du Conseil de Lieutenance, voir en premier lieu Felhő I. et Vörös A., A helytartótanácsi levéltár [Les archives du Conseil de Lieutenance], Budapest, 1961 ; Hajdú L., II. József igazgatási reformjai Magyarországon [Les réformes administratives de Joseph II en Hongrie], Budapest, 1982 ; Hajdú L., A közjó szolgálatában. A jozefinizmus igazgatási és jogi reformjairól [Au service du bien commun. À propos des réformes judiciaires et administratives du joséphisme], Budapest, 1983.

11 Le décret portant sur l’instauration du système des qualifications est conservé dans les Archives de la Chancellerie hongroise, dans les Archives Nationales de Hongrie. Archives Nationales de Hongrie, A 39, Nr. 6549, 1780.

12 Les cahiers de qualifications pour la période entre 1783 et 1790 se trouvent joints aux rapports sanitaires annuels envoyés par les physiciens officiers des comitats au Conseil de Lieutenance. Voir Archives Nationales de Hongrie, C 66 Nr. 22, pos. 1-451, 1783-84 ; C 66 Nr. 1, pos. 1-309, 1785 ; C 66 Nr. 56, pos. 1-392, 1785-86 ; C 66 Nr. 1, pos. 1-759, 1787 ; C 66 Nr. 1-10, 1788 ; C 66 Nr. 1, pos. 1-144, 1789 ; C 66 Nr. 2, pos. 1-83, 1790.

13 Hans Wagner analyse le journal du voyage en France de Joseph II (conservé dans les Archives de la Cour à Vienne, HHStA Habsburg-Lothringisches Familienarchiv Hofreisen, vol. 9). Dans son étude, l’auteur souligne que c’est Turgot qui a exercé l’influence la plus grande dans la mise en œuvre des réformes de Joseph dans la Monarchie et de Pierre Léopold (futur Léopold II) en Toscane. En 1777 – au moment du voyage de Joseph II –, la « copie » des réformes administratives de Turgot avait déjà été mise en pratique de manière efficace en Toscane. Wagner H., « Die Reise Joseph II. nach Frankreich 1777 und die Reformen in Österreich », Österreich und europa. Festgabe für Hugo Hantsch zum 70. Geburtstag, Köln/Wien/Graz, 1965, p. 221-246. Éva H. Balázs a attiré l’attention sur l’importance de l’influence de Turgot dans l’introduction du système des qualifications au niveau de la Monarchie. Elle a aussi souligné à maintes reprises l’influence exercée par les expériences de Joseph II au cours de son voyage en France en 1777 sur les réformes introduites plus tard. Balázs E.H., « A felvilágosult abszolutizmus Habsburg variánsa » [« La variante habsbourgeoise de l’absolutisme éclairé »], dans Ember G. et Heckenhast G. (textes réunis par), Magyarország története 1686-1790 [Histoire de la Hongrie, 1686-1790], vol. IV/2, Budapest, 1989, p. 896 ; Balázs E.H., « A francia-magyar kapcsolatok egy rendhagyó fejezete (A fiziokrata tanok útja Magyarországra) » [« Un chapitre extraordinaire des relations franco-hongroises. La réception des doctrines des physiocrates en Hongrie »], dans Köpeczi B. et Sziklay L. (textes réunis par), « Sorsotok előre nézzétek ». A francia felvilágosodás és a magyar kultúra [Le Siècle des Lumières français et la culture hongroise], Budapest, 1975, p. 159-160.

14 Cette citation emprunte un certain nombre de passages à une présentation de l’enquête donnée par Meyer J., « Une enquête de l’Académie de Médecine sur les épidémies (1774-1794) », Annales ESC, no 4, 1966, p. 729-745.

15 Peter J.-P., « Une enquête de la Société Royale de Médecine (1774-1794). Malades et maladies à la fin du XVIIIe siècle », Annales ESC, no 4, 1967, p. 711-751.

16 Gélis J., « L’enquête de 1786 sur les sages-femmes du royaume », Annales ESC, no 5, 1977, p. 299-314.

17 Friedrich I., Az egészségügyi felvilágosítás a 18. századi Magyarországon [Littérature informative médicale au XVIIIe siècle en Hongrie], Budapest, 2002, p. 66-91.

18 Kincses K. (textes réunis par), « Im küttem én orvosságot ». Lobkowitz Poppel Éva levelezése, 1622-1640 [« Voilà, j’ai envoyé le médicament ». Correspondance d’Éva Lobkowitz Poppel], Budapest, 1993 ; Sárdi M.S., « Főrangú hölgyek gyógyfüves könyvei » [« Herbiers des grandes dames »], dans Pócs E. (textes réunis par), Áldás, átok, csoda és boszorkányság. Tanulmányok a transzcendensről IV [Bénédiction, malédiction, miracle et sorcellerie. Études sur la transcendance], Budapest, 2004, p. 203-221.

19 Gortvay G., Az újabbkori magyar orvos művelődés és egészségügy története [L’histoire de la médecine en Hongrie à l’époque moderne], vol. I, Budapest, 1953, p. 217 ; Marikowzki M., A néphez való tudósítás… [Avis au peuple sur la santé…], Nagykároly, 1772.

20 Kiss J., Egészséget tárgyazó Katechismus [Catéchisme traitant de la santé], Sopron, 1794.

21 István Mátyus (1725-1802) reçut son diplôme universitaire à Utrecht. Il retourne en 1757 en Transylvanie après une pratique clinique menée à Göttingen, Marburg et Vienne ; et il pratique en tant que physicien de Marosvásárhely. Marie-Thérèse lui confère la noblesse en signe de reconnaissance de son œuvre scientifique. Voir Szinnye J., Magyar írók élete és munkái [La vie et les ouvrages des auteurs hongrois], vol. VIII, Budapest, 1891-1913, p. 890.

22 Mátyus I., Diaetetica, Kolozsvár, 1766.

23 István Weszprémi (1723-1799) a étudié la médecine à Utrecht, à Zurich et à Londres, et a obtenu le titre de docteur en 1756 à Utrecht. Il a acquis des expériences pratiques et des savoirs théoriques à Londres auprès du médecin obstétrical le plus connu à l’époque, William Smellienél. Après avoir terminé ses études, il retourne dans son pays ; il est jusqu’à sa mort médecin de Debrecen. Son œuvre, en quatre volumes contenant des biographies de médecins (Succinta medicorum Hungariae et Transylavaniae biographie, Leipzig/Wien, 1774-1784), est significative non seulement du point de vue de l’histoire de la médecine, mais elle est aussi une référence en histoire des civilisations. La maison de Weszprémi à Debrecen était aussi un lieu de rencontre des écrivains et des scientifiques de l’époque. Csokonai et Kazinczy y venaient. Voir Sükösd M., Tudós Weszprémi István : Arckép a magyar felvilágosodás történetéből [Le scientifique István Weszprémi. Un portrait dans l’histoire des Lumières en Hongrie], 1958, p. 82-86.

24 Weszprémi I., Bába mesterségre tanító Könyv [Manuel du métier de sage-femme], Debrecen, 1766.

25 von Sonnenfels J., Grundsätze der Polizey-, Handlung-, und Finanzwissenschaften, Wien, 1804-1805.

26 Weszprémi I., A kisded gyermekeknek neveléséről való rövid oktatás [Bref enseignement sur l’éducation des tout-petits], Debrecen, 1760.

27 Kovács M., Szükségben-való Segedelem-Tábla [Tableau-secours en cas de besoin], Pest, 1798.

28 Deáky Z., A hivatalos és a hagyományos gyógyítás a magyar történeti forrásokban [Traitement curatif officiel et traditionnel dans les sources historiques hongroises], Budapest, 2002, p. 224-246.

29 Kömlei J., Szükségben segítő könyv [Livre d’aide en cas de besoin], Pest, 1790.

30 Zay S., Falusi orvos pap [Médecin-prêtre au village], Pozsony, 1810.

31 Justus J. T., Bericht von der königlichen des Königreichs Hungarn Frey-Stadt Pressburg Lage, Wässern und Lufft, Pressburg, 1764 ; Hoffinger J. G., Vermischte medicinische Schriften. Medicinische Topographie der königl. Freien Bergstadt Schemnitz in Niederhungarn, Wien, 1791. Deáky Z. (textes réunis par), Felső-magyarországi orvosi helyiratok. Történeti néprajzi források a 18-19. századból [Topographies médicales de la Hongrie Septentrionale. Sources ethnographiques historiques des XVIIIe et XIXe siècles], Budapest, 2004.

32 Magyary-Kossa G., Magyar orvosi emlékek [Sources éditées de la vie médicale hongroise], vol. IV, Budapest, 1929-1940, p. 352.

Auteur

Université ELTE, Budapest (Hongrie)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search