Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

24. La diffusion de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en Europe centrale et orientale

Maciej Forycki

Texte intégral

  • 1 Darnton R., L’aventure de l’Encyclopédie, 1775-1800. Un best-seller au siècle des Lumières, Paris, (...)

1À peine une cinquantaine de collections des dix-sept volumes de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert fut diffusée au cours du XVIIIe siècle en Europe centrale et orientale. Pourtant, cette cinquantaine, dans un total de quelques vingt-cinq mille Encyclopédies complètes vendues à la veille de la Révolution française, ne doit être en aucun cas considérée comme de pauvres miettes de la plus éminente entreprise intellectuelle ; elle est, à en croire Robert Darnton, la plus grande aventure commerciale de l’Europe des Lumières1. En vérité, penser l’Encyclopédie chez les peuples de l’Europe de l’Est nécessite de replacer la question dans une thématique plus large, à savoir celle de l’éveil intellectuel de cette partie du monde à l’époque des Lumières.

2On peut se demander dans quelle mesure la diffusion de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert reflète la situation intellectuelle dans l’Europe centrale et orientale, à l’époque si fortement liée à l’intérêt porté à la culture française en général et aux livres français en particulier. On entendra ici par « intérêt » avant tout la participation réelle dans l’entreprise, c’est-à-dire la paternité d’un des articles de l’Encyclopédie – question qui sera analysée en premier lieu. Ensuite, nous nous intéresserons aux collections bibliophiles privées (des magnats en grande majorité) qui furent enrichies par l’acquisition de l’œuvre en question. Par conséquent, nous aurons l’occasion de suivre les souscriptions chez les libraires et de réfléchir à la diffusion la plus évidente, car officielle, de l’œuvre. Dans la dernière partie de cette étude, il sera temps d’examiner la question des traductions des différents articles encyclopédiques. L’objectif de ce propos ne se limite qu’à exposer les problèmes majeurs du sujet, et c’est pourquoi dans l’ensemble cette étude concerne toute l’Europe centrale et orientale, mais se focalisera sur quelques cas (notamment polonais pour les voies de diffusion de l’œuvre et russes pour ses traductions).

  • 2 On pensera aux études portant sur les articles précis de l’Encyclopédie concernant l’Europe centra (...)

3L’histoire de l’Encyclopédie en Europe centrale et orientale n’a que très peu retenu l’attention des chercheurs. Les publications qui s’y intéressent se limitent en général à quelques analyses techniques de détails2. Il manque cependant des travaux de synthèse qui se centreraient d’une part sur la présence du monde slave et hongrois dans les articles encyclopédiques, et d’autre part sur la diffusion (au sens physique, mais aussi idéologique du terme) de cette œuvre en Europe centrale et orientale.

4La réception de l’Encyclopédie en Europe de l’Est se faisait tout d’abord par ceux qui avaient un contact direct avec le milieu encyclopédiste et qui pouvaient acheter, voire faire commander le chef-d’œuvre dans leurs pays d’origine. Évidemment, il est impossible de savoir combien de volumes ou de collections de l’Encyclopédie sont ainsi partis en Europe centrale. Il est cependant indiscutable que les grands seigneurs et nobles venant en France entre les années 1750 et 1780 entraient en relation avec les élites intellectuelles et participaient à la vie culturelle pour revenir ensuite chez eux en y prêchant les idéaux des Lumières. On connaît bien des noms et parmi eux la figure la plus parlante, celle du jeune Stanislas Poniatowski qui allait devenir Stanislas-Auguste, auguste non tant par son prénom de monarque que par son influence extraordinaire pour la propagation des Lumières en Europe centrale.

  • 3 Voir Kafker F.A. et Kafker S.L., The Encyclopedists as Individuals : a Biographical Dictionary of (...)
  • 4 À la fin de l’article « Pile », nous pouvons même lire quelques mots sur son auteur que voici : «  (...)
  • 5 Gaber S., « Un Polonais de l’entourage de Stanislas, collaborateur à l’Encyclopédie : Jean-Étienne (...)
  • 6 Voir notamment Fabre J., Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières. Étude de cosmopol (...)

5Deux personnages d’origine slave sont d’une importance capitale pour notre propos, car ils étaient eux-mêmes encyclopédistes. En effet, dans le cercle extrêmement restreint des collaborateurs de Diderot3, on ne compte aux côtés des Français et des Suisses que quatre étrangers dont deux Polonais. L’Europe centrale et orientale y est tout d’abord représentée par le mathématicien Jan Stefan (Jean Étienne) Kurdwanowski, co-auteur de l’article « Pile »4, personnage lié au mécénat lorrain de Stanislas Leszczyński5. Il faut ensuite citer le spécialiste en musique Michał Kazimierz (Michel Casimir) Ogiński. Ce dernier peut servir de modèle pour le phénomène de diffusion des idéaux des Lumières françaises en Europe centrale6.

  • 7 Ciechanowiecki A., Michał Kazimierz Ogiński und sein Musenhof zu Słonim, Köln, 1961.

6Michel Casimir Ogiński était un magnat polonais qui allait tenir l’une des dignités les plus importantes de la République des Deux Nations, celle de grand hetman de Lituanie, et plus encore puisqu’il allait être candidat au trône de Pologne en 1764. Ce grand seigneur était par ailleurs un éminent mécène des arts, ce qui se voyait notamment dans sa résidence principale, le château de Słonim, où il entretenait un orchestre, des troupes de ballet, un théâtre et un opéra7.

  • 8 Prosnak J., « Opera polska w teatrach magnackich » [« L’opéra polonais dans les théâtres des magnat (...)

7Lui-même était très cultivé : la musique, le théâtre et l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau occupaient les premières places parmi ses nombreux intérêts intellectuels. Mais c’est surtout en matière de musique qu’il eut de grands succès personnels – notamment en France où il séjourna dans sa jeunesse. Virtuose reconnu de violon et de harpe mais aussi compositeur habile, Michel Casimir Ogiński se vantait de son originalité en la matière : « Nous sommes seuls, Rousseau et moi, à écrire de la musique et les librettos d’opéras »8.

8Lors de son séjour à Paris en 1760, Michel Casimir Ogiński, homme mondain, très actif dans les salons, donnait des petits concerts en jouant habilement de plusieurs instruments de musique (les mémorialistes français de l’époque témoignent avec stupéfaction du fait qu’il puisse tout seul remplacer un orchestre). Entre autres, il jouait de la harpe – instrument alors très peu connu en France et que lui-même avait modernisé en y ajoutant des pédales spéciales. C’était justement le sujet de la harpe qui allait devenir sa contribution à l’Encyclopédie.

9Un témoignage extraordinaire parle de l’origine de cette participation slave majeure dans l’œuvre encyclopédique. Dans sa lettre à Sophie Volland datant du 2 août 1760, Denis Diderot affirme avoir écouté de la harpe pour la première fois de sa vie :

  • 9 Denis Diderot à Sophie Volland, le 2 août 1760, Diderot D., Correspondance, t. III, Paris, G. Roth (...)

Le comte en joue d’une légèreté étonnante. […] La harpe me plaît ; elle est harmonieuse, forte, gaie dans les dessus ; triste et mélancolique dans les bas ; noble partout, du moins sous les doigts du comte ; mais moins pathétique que la mandore ; c’est peut-être que le comte d’Ogenski [sic], jeune, badin, folâtre, n’a pas encore le goût des chants tendres et touchants ; et malheureusement, ce sont les seuls qui m’émeuvent, m’agitent et m’enlèvent à moi-même9.

  • 10 Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences…, op. cit., t. VIII, Paris, 1756, p. 56-58.

10Remarqué et apprécié par Diderot, on demanda à Ogiński de rédiger l’article intitulé « Harpe » de l’Encyclopédie10 ; il allait ainsi apparaître dans cette grande œuvre à côté de son premier maître en matière de musique, Jean-Jacques Rousseau.

11Chose rarissime dans l’Encyclopédie, l’auteur de l’article y est présenté dans sa partie finale en des mots que voici :

  • 11 Ibid., p. 58.

Cet article a été donné par M. le comte Hoghenski [sic] qui veut bien nous permettre de lui rendre ici, en le nommant, un témoignage public de reconnaissance ; c’est peut-être le plus modeste & le plus habile joueur de harpe. Il y joint la connaissance la plus profonde et brillante harmonie au goût noble d’un homme de qualité qui a bien profité d’une éducation proportionnée à sa haute naissance11.

12Soit dit en passant, par sa naissance, Michel Casimir Ogiński était le premier parmi les Encyclopédistes.

  • 12 Rzadkowska E., Encyklopedia i Diderot w polskim Oświeceniu [L’Encyclopédie et Diderot dans les Lumi (...)

13Quant à la diffusion de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Ogiński pouvait jouer un rôle très important. Ewa Rzadkowska, qui œuvrait pour l’influence de l’Encyclopédie en Pologne, pensa même que ce grand magnat polonais pourrait avoir été le premier à faire venir ces volumes en Pologne12. Nous n’en possédons cependant pas de preuve directe. Il est en revanche incontestable que d’autres grandes familles de magnats avaient ces collections dans leurs fonds bibliophiles. Ainsi par exemple, dans la Bibliothèque Ossolineum, sont conservés des volumes de l’Encyclopédie portant les marques des Lubomirski et des Ossoliński ; dans celle de l’Université Jagellonne de Cracovie, on retrouve sur l’exemplaire de l’édition de Livourne les sigles de la famille des Dąbski ; enfin, l’exemplaire de la première édition que possède cette bibliothèque porte l’inscription « Bibliothecea Scholae Principis Regni Universitatis Cracoviensis » et l’on sait son origine : c’était la donation par l’évêque Hugo Kołłątaj, l’un des plus illustres propagateurs des Lumières en Pologne.

  • 13 Darnton R., L’aventure de l’Encyclopédie…, op. cit., p. 327-332.

14Il n’en reste pas moins que la diffusion de l’Encyclopédie dans cette partie de l’Europe était mince, microscopique même par rapport à la France. Les chiffres concernant l’édition in-quarto (celle dont la diffusion est bien connue grâce aux travaux de Robert Darnton) en disent beaucoup : on n’a pas vendu en Europe de l’Est plus d’une cinquantaine d’exemplaires contre plus de 6 500 pour la France, ce qui proportionnellement ne donne même pas un pour cent13.

  • 14 Ibid., p. 328.

15Ceci étant, on peut se demander quelle était cette diffusion en Europe centrale et orientale par rapport à celle dans les autres pays, hors la France. Dans ce contexte, les comparaisons ne sont pas aussi désavantageuses. En effet, sur 7 257 exemplaires de souscription de l’édition in-quarto, seulement 681 furent diffusés hors de France et encore la majorité était vendue sur le grand axe limitrophe de la frontière orientale française : la Hollande, les villes du Rhin, la Suisse et le Piémont. Si l’on met à part cette diffusion très proche, la comparaison avec d’autres espaces culturels européens devient plus pertinente. Il est dans ce contexte difficile d’être d’accord avec Robert Darnton qui prétend que c’est dans les pays de l’Est que la demande était la plus faible14. Contre la cinquantaine d’exemplaires vendus dans ces pays, nous avons à peu près le même chiffre pour l’Italie (Piémont exclu), mais seulement une vingtaine pour les îles Britanniques et cinq collections pour la péninsule Ibérique ainsi que pour la Scandinavie. Ceci revient à dire qu’il y eut plus ou moins autant de souscriptions dans les pays de l’Est que dans l’ensemble de l’Europe du Nord et du Sud.

  • 15 L’un des libraires de Varsovie, Michel Gröll, arriva à vendre à lui seul dix-huit collections de c (...)

16Pour avoir une meilleure vue d’ensemble de la réception, comparons à présent les différentes villes de l’Europe centrale et orientale où il y eut des souscripteurs de l’édition in-quarto de l’Encyclopédie. La palme revient à Varsovie, où les libraires15 arrivèrent à vendre 31 séries, ce qui constitue incontestablement la majorité des exemplaires vendus dans cette partie de l’Europe et ne diffère pas de la moyenne des ventes constatées dans les villes de l’axe limitrophe à la France où les souscriptions étaient, on vient de le voir, les plus élevées.

17La même édition de l’Encyclopédie trouva une dizaine de souscripteurs en Russie, et plus exactement à Moscou et à Saint-Pétersbourg – les deux villes étant comparables dans ce contexte aux îles Britanniques avec les centres intellectuels de Londres et de Dublin. Enfin, la Bohême et la Hongrie, déterminées par leur situation historique défavorable, étaient tout au moins ouvertes aux influences des Lumières françaises. Dans le contexte encyclopédique, ces pays connurent une faible diffusion, se limitant à quelque souscriptions seulement, mais il faut remarquer qu’il s’agit là d’un marché comparable à celui de la péninsule Ibérique, où les ventes à Madrid et à Lisbonne ne dépassent pas les quelques exemplaires. De plus, pour l’espace bohémien et hongrois, la diffusion des éditions de l’Encyclopédie publiées sur un terrain culturel plus proche (Suisse et Italie) y était naturellement plus dense.

18La traduction des articles de l’Encyclopédie en langues slaves et en hongrois entre évidemment dans le cadre de ce propos. Il s’agit là d’une question fondamentale mais qui est en même temps trop large pour une étude si générale. Les traductions russes seront mises en avant, étant donné qu’elles étaient les plus nombreuses et qu’en même temps, leur histoire dévoile les ambitions intellectuelles inséparablement liées à la pression politique de l’Empire des tsars.

19Il est bien connu que l’Encyclopédie ne fut traduite intégralement en aucune langue slave ni en hongrois. L’exemple russe demande cependant de s’arrêter sur de tels projets. Les autres noyaux de culture en Europe de l’Est n’avaient ni le besoin ni la force pour procéder à la publication de ce livre volumineux. Il n’en était pas de même en Russie. On le sait bien : immédiatement après son accession au trône, Catherine II proposa à l’équipe de Diderot de déplacer l’impression de l’Encyclopédie à Riga. Cette entreprise ayant échoué, l’Impératrice se montra tout de même à plusieurs reprises très favorable à la traduction russe de l’Encyclopédie, et parlait même de la publication d’une version russe de l’œuvre, élaborée sur le modèle de Diderot. Ces projets servaient évidemment tout d’abord de propagande auprès des élites intellectuelles occidentales.

20Cependant, dans le cas des traductions, il ne s’agissait pas seulement d’actions de pure propagande – le nombre d’articles traduits en langue russe montre l’intérêt réel pour la diffusion de certaines idées encyclopédiques. Ainsi, on voit dans le choix des traductions la volonté d’instruire les lecteurs, ceci notamment dans les domaines techniques, mais aussi de former leurs esprits, particulièrement par de nombreux articles sur la morale. Cependant, du côté de la politique, il n’était pas question de propager les articles tels « Autorité politique » de Diderot ou « Peuple » de Jaucourt, leur sens étant en contradiction avec l’idéologie que le despote russe servait à ses sujets zélés. Il est revanche très significatif de trouver parmi les articles historiques et politiques seulement ceux qui servaient le pouvoir despotique. Les liaisons entre le texte encyclopédique traduit et les affaires dans l’Europe de l’Est paraissent parfois surprenantes, comme le montre l’exemple de l’intérêt pour la péninsule balkanique dans les traductions russes des articles de l’Encyclopédie à l’époque de la guerre russo-turque de 1768-1774. Les textes des Encyclopédistes forts hostiles envers la Turquie servaient alors parfaitement la real politik de Catherine II.

  • 16 Voir Berkov P.N., « Histoire de l’Encyclopédie dans la Russie du XVIIIe siècle », Revue des Études (...)

21Ainsi, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert ne fut pas traduite en langue russe ni en entier, ni par tomes. Dans les années 1767-1804, on compte cependant jusqu’à cinq cents articles différents traduits en russe et publiés dans les vingt-quatre volumes séparés16. Il s’agit donc là d’une diffusion des idées encyclopédiques très large, mais s’inscrivant en même temps dans la logique et le contexte précis de l’Empire des tsars.

  • 17 Diderot D. et d’Alembert J., Encyklopedia albo Słownik rozumowany nauk, sztuk i rzemiosł, Wrocław, (...)

22Il ne semble pas trop exagéré de rappeler qu’au XXe siècle encore, les traductions de l’Encyclopédie servaient la politique dans cette partie du continent. Prenons comme exemple le cas polonais. Jusqu’à nos jours, il n’y a que deux publications des articles choisis de ce chef-d’œuvre des Lumières (la seconde étant celle d’Albert Soboul, connue du lecteur francophone)17. Toutes deux datent des années 1950, donc de l’époque la plus sombre pour la liberté intellectuelle dans la Pologne communiste. Le choix même des articles traduits est évidemment tendancieux, sans parler des introductions et commentaires qui servaient l’idéologie marxiste. Un jeune lecteur polonais d’aujourd’hui qui voudrait faire la connaissance des articles encyclopédiques resterait stupéfait devant les pages des traductions polonaises : les noms de Marx et Engels paraissent plus souvent que ceux du chevalier de Jaucourt ou de Voltaire !

23La présence de l’Encyclopédie en Europe centrale et orientale a des effets comparables – toutes proportions gardées – à ceux qu’elle eut en province française. En effet, non seulement elle faisait rayonner les idées des élites intellectuelles, mais elle activait aussi les esprits, comme en témoigne par exemple ce phénomène inattendu de la présence et de la participation slave dans l’entreprise de Diderot. D’autre part, la diffusion de l’Encyclopédie servait aussi – les traductions russes le montrent bien – le politique.

24Évidemment, il y a tout intérêt à continuer les études sur la propagation de l’idée encyclopédique en Europe centrale et orientale, d’autant qu’elles s’inscrivent dans une réflexion générale sur l’imaginaire collectif des Européens, portant aussi bien sur leur unité et diversité que sur les frontières de leur communauté culturelle et intellectuelle. Ainsi surgit la question fondamentale : les Encyclopédistes considéraient-ils le monde slave et hongrois comme appartenant à leur Europe des Lumières, et les élites intellectuelles de l’Est contemplaient-elles de leur côté l’Encyclopédie comme œuvre majeure de l’époque ?

Notes

1 Darnton R., L’aventure de l’Encyclopédie, 1775-1800. Un best-seller au siècle des Lumières, Paris, Librairie Académique Perrin, 1982.

2 On pensera aux études portant sur les articles précis de l’Encyclopédie concernant l’Europe centrale et orientale : Desné R., « La Russie dans l’Encyclopédie de Diderot », dans Aladašvili N. et alii, Ex oriente lux. Mélanges offerts en hommage au professeur Jean Blankoff à l’occasion de ses soixante ans, t. II, Littérature et linguistique, Bruxelles, Presses Universitaires de Bruxelles, 1991, p. 67-80 ; Mervaud M., « Le knout et l’honneur des Russes (à propos de deux articles de l’Encyclopédie) », dans Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, t. XIV, 1993, p. 111-124 ; Forycki M., « Plica polonica’ : de la maladie qui ne frappait que les Polonais », dans Forycki M. et Serwański M. (dir.), Amis et ennemis héréditaires : les stéréotypes nationaux, Actes du XIIe colloque Poznań-Strasbourg des 3-4 octobre 2002, Poznań, Instytut Historii UAM, 2006, p. 85-92.

3 Voir Kafker F.A. et Kafker S.L., The Encyclopedists as Individuals : a Biographical Dictionary of the Authors of the “Encyclopédie”, Oxford, The Voltaire Foundation, 1988.

4 À la fin de l’article « Pile », nous pouvons même lire quelques mots sur son auteur que voici : « Cet article nous a été adressé par M. Kurdwanswski [sic], de l’académie royale des Sciences de Prusse, & correspondant de celle de Paris, qui nous assure l’avoir donné il y a très longtemps à la société des Arts, & qui se plaint de ce que M. l’abbé Didier, dans un livre imprimé en 1745, a fait usage de ce problème sans en citer l’auteur ». Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres. Mis en ordre & publié par M. Diderot, de l’Académie Royale des Sciences & des Belles-Lettres de Prusse ; & quant à la Partie Mathématique, par M. d’Alembert, de l’Académie Royale des Sciences de Paris, de celle de Prusse, & de la Société Royale de Londres, t. XII, Paris, 1765, p. 618.

5 Gaber S., « Un Polonais de l’entourage de Stanislas, collaborateur à l’Encyclopédie : Jean-Étienne Kurdwanowski (1680-1780) », Le Pays lorrain, no 62, 1981, p. 276-279 ; du même auteur, voir Polacy na dworze Stanisława Leszczyńskiego w Lunéville w latach 1737-1766 [L’entourage polonais de Stanislas à Lunéville 1737-1766], Częstochowa, 1998, p. 68, sqq.

6 Voir notamment Fabre J., Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières. Étude de cosmopolitisme, Strasbourg, Publications de l’Université des Lettres, 1952.

7 Ciechanowiecki A., Michał Kazimierz Ogiński und sein Musenhof zu Słonim, Köln, 1961.

8 Prosnak J., « Opera polska w teatrach magnackich » [« L’opéra polonais dans les théâtres des magnats »], Muzyka, t. X, vol. 1, 1965, p. 58.

9 Denis Diderot à Sophie Volland, le 2 août 1760, Diderot D., Correspondance, t. III, Paris, G. Roth et J. Varloot, 1955, p. 41.

10 Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences…, op. cit., t. VIII, Paris, 1756, p. 56-58.

11 Ibid., p. 58.

12 Rzadkowska E., Encyklopedia i Diderot w polskim Oświeceniu [L’Encyclopédie et Diderot dans les Lumières polonaises], Wrocław, 1955, p. 23.

13 Darnton R., L’aventure de l’Encyclopédie…, op. cit., p. 327-332.

14 Ibid., p. 328.

15 L’un des libraires de Varsovie, Michel Gröll, arriva à vendre à lui seul dix-huit collections de cette édition de l’Encyclopédie, ce qui était un record pour les ventes du chef-d’œuvre en Europe de l’Est. Ce libraire adroit informait entre autres dans la presse ses lecteurs des nouvelles éditions de l’Encyclopédie et les invitait à en faire l’achat : « Un Ouvrage qui renferme toutes les connaissances humaines, qui comprend le détail de tous les Arts et de toutes les Sciences, qui a coûté vingt-cinq ans de soins et de travaux, qui est le produit de veilles de plus de quarante Hommes de Lettres, dont plusieurs sont du premier mérite, n’a besoin ni d’éloges ni de recommandation, l’ENCYCLOPÉDIE, malgré les fautes et les omissions qui peuvent s’y trouver, est encore le plus beau monument que les hommes dans aucun temps aient jamais élevé à la gloire des Lettres ». Journal Polonais, Varsovie, janvier 1770, aux dépens de Michel Groell, libraire et commissaire du Roi à Marie-ville, p. 116-117.

16 Voir Berkov P.N., « Histoire de l’Encyclopédie dans la Russie du XVIIIe siècle », Revue des Études Slaves, t. 44, Paris, 1965, p. 52-57.

17 Diderot D. et d’Alembert J., Encyklopedia albo Słownik rozumowany nauk, sztuk i rzemiosł, Wrocław, 1951 ; Soboul A., Encyklopedia albo Słownik rozumowany nauk, sztuk i rzemiosł. Wybór artykułów, Warszawa, 1957 (pour l’édition française : Soboul A., Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. Textes choisis, Paris, Éditions sociales, 1952).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search