Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

23. L’étrange réception du libertinage français en Hongrie

Ilona Kovács

Texte intégral

Manque de réception ou échos prolongés du libertinage français ?

1Les idées libertines du XVIIIe siècle français ont exercé une grande force d’attraction en Hongrie, mais auprès d’un public assez restreint et facile à délimiter du point de vue sociologique. Étant donné que faute de traductions nombreuses et valables, la connaissance des textes était essentiellement réservée à ceux qui avaient accès aux originaux, le cercle des lecteurs devait se constituer d’aristocrates et d’intellectuels parlant français. Les mesures de censure dans l’édition et le commerce des livres n’ont pas eu pour conséquence l’absence totale des œuvres frappées d’interdiction (bien au contraire, les seigneurs hongrois passaient leurs commandes suivant les listes noires de la reine Marie-Thérèse), mais le nombre de ceux qui pouvaient se permettre de recevoir des livres français par Vienne, cachés dans le double fond des caisses de vin, n’était pas énorme, évidemment. Ainsi, la réputation des philosophes et des romanciers libertins surpassait de loin l’effet que l’on peut détecter aujourd’hui encore. Pour ne citer qu’un seul exemple : la réflexion autour du marquis de Sade et de ses œuvres imprègne bon nombre de textes hongrois, philosophiques ou littéraires, mais son effet est d’ordre plutôt phantasmatique, puisque les premières traductions intégrales n’existent que depuis 1989 et que sa traduction pose plus de problèmes qu’elle n’en règle…

  • 1 Aujourd’hui Oradea, à la Biblioteca Judeţeană, A.D. Xenopol.

2Dans certains cas, comme cette absence d’influence directe, il faut se demander si les échos ne pouvaient arriver jusqu’en Hongrie par des voies plus secrètes, plus inattendues, comme les rumeurs par exemple. Les communications de bouche-à-oreille fonctionnent bien de nos jours, elles devaient agir encore plus sûrement avant l’ère d’Internet. La communication orale, les rumeurs et les fantasmes engendrés par celles-ci devaient exercer un certain effet dont il faut tenir compte, bien qu’on ne puisse pas reconstruire le modèle intégral de cette influence. Faute de trouver des œuvres libertines rédigées en hongrois, surtout en prose et dans le genre romanesque, il faut donc se contenter de dépouiller toutes les sources qui peuvent avoir conservé des traces de cette influence, notamment les correspondances de toutes sortes, et plus particulièrement celles des écrivains, les journaux et les références les plus indirectes dans la littérature. Il existe toutefois des inventaires pour certaines bibliothèques seigneuriales, inventaires qui sont parvenus jusqu’à nous et qui permettent, malgré des lacunes et des incertitudes, de reconstituer rétrospectivement plusieurs collections transférées depuis l’étranger, le plus souvent de la Haute-Hongrie (une partie de l’actuelle Slovaquie) en Transylvanie (qui se trouve actuellement en Roumanie). La plupart des grandes collections de livres possédées par des seigneurs hongrois se trouvent ainsi réunies à Arad1. Après avoir dépouillé toutes les sources possibles, il faut les compléter par les quelques textes originaux (surtout poétiques) qui ont été rédigés directement en hongrois suivant des modèles français ou dans l’esprit du libertinage classique des XVIIe-XVIIIe siècles français.

Des sources indirectes

  • 2 Ferenc Kazinczy (1759-1831), écrivain et poète, chef de file du mouvement de la réforme de la lang (...)

3Faute de textes littéraires abondants, il faut se contenter d’autres sources, moins directes, comme la correspondance de Ferant Kazinczy2 et celle d’autres écrivains de l’époque qui rendent compte des idées et des influences étrangères. Kazinczy était en un certain sens le Voltaire hongrois du siècle, du point de vue de l’organisation de la vie littéraire et culturelle à distance et surtout par la correspondance. Il avait une forte personnalité, par laquelle il aspirait à une domination réelle et efficace de l’opinion publique. Tout comme Voltaire, il était capable d’une activité infatigable, déployée par les lettres et la parole au même degré d’intensité. En plus de diffuser des informations, d’organiser des discussions et d’orienter les opinions, il avait une certaine tendance à répandre des racontars, à engendrer des rumeurs et à élaborer des mythes. Il passe donc pour une source précieuse et incontournable, bien qu’on doive traiter ses opinions et ses dires avec beaucoup de distance, justement à cause de sa forte subjectivité et de cette tendance à exercer un certain pouvoir intellectuel sur les autres.

4Dans le domaine des journaux personnels, celui de la comtesse Erdődy-Csáky est considéré comme le plus important, puisqu’il s’agit d’une dame érudite qui rend compte de ses lectures et qui s’intéresse aussi aux goûts des autres. Il faut également s’intéresser à certains journaux du XIXe siècle dans les cas où les diaristes essayent de présenter leurs lectures, en mentionnant les livres trouvés dans les collections familiales.

  • 3 Voir Granasztói O., « Les lectures dangereuses », Veszedelmes olvasmányok, Budapest, Országos Széc (...)
  • 4 Ibid., p. 24-25.

5Il est clair que les voyages, et avant tout le Grand Tour obligatoire des nobles, devaient jouer un rôle notable dans l’enrichissement de la culture d’une certaine strate sociale, mais là aussi les traces reconstituables restent les journaux. Une source très précieuse est fournie paradoxalement par les listes de censure. La pieuse Marie-Thérèse tenait à interdire les livres dangereux, mais les seigneurs hongrois se croyaient obligés, comme des sujets désobéissants, de connaître ce qu’on leur interdisait ; ils commandaient donc directement leurs lectures à partir des listes d’interdiction (Catalogus Librorum Prohibitorum, 1767), régulièrement remises à jour3. Joseph II, plus éclairé dans son esprit et dans ses mesures, a fini par réduire la liste comprenant toujours à peu près 5 000 titres au moment de la mort de Marie-Thérèse, à 900 ouvrages. En revanche, il tentait de contrôler plus sévèrement le respect de ses prescriptions, de peur que les mœurs du peuple ne soient corrompues par ces œuvres d’ailleurs principalement françaises4.

  • 5 Bayard P., Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, Paris, Éditions de Minuit, 2007.

6Ainsi, sur la base de ces listes d’interdiction toujours renouvelées et savamment remises à jour par les censeurs, on peut se faire une idée approximative de l’effet exercé tantôt par des œuvres littéraires et par les idées philosophiques véhiculées par les textes. Évidemment et dans la plupart des cas, l’effet ne s’exerce pas par la lecture proprement dite, mais plus fortement par les rumeurs : tantôt par des bribes d’idées répandues dans l’Europe entière à cette époque, tantôt par les histoires dont « on entend parler ». Les dimensions de ce genre d’influence sont difficiles ou même impossibles à mesurer exactement, mais je serais portée à croire qu’on sous-estime l’importance du bouche-à-oreille et des conversations de toutes sortes. Je me réfère à ce propos au livre brillant de Pierre Bayard sur le phénomène très complexe qu’il appelle la « non-lecture » dans un de ses essais récents5. Suivant la thèse bien soutenue de l’auteur, l’oralité, les racontars et les réflexions engendrées par toutes ces rumeurs jouent toujours un très grand rôle dans la réception des œuvres littéraires et des idées philosophiques de toutes les époques. Pour nous faire une idée de la réception générale du libertinage français, on peut supposer que dans les milieux bourgeois, pas très aisés dans la Hongrie de l’époque, cette forme d’influence était importante, sans qu’on puisse toutefois délimiter le nombre et le caractère des livres dont on devait entendre parler. Étant donné que la plupart de ces livres étaient sans aucun doute français, l’impact du libertinage français devait l’être aussi. Pourtant, il faut constater que d’après les sources détectables, la couche sociale qui connaissait le libertinage et qui se laissait séduire par ses idées se limitait à une élite peu nombreuse, en France et dans les autres pays.

7Qui constituait ce public évidemment très restreint en Hongrie, sans tenir compte cette fois-ci des anonymes noyés dans l’obscurité de la réception orale ? Avant tout, les intellectuels et les nobles francophones (riches) de la Hongrie de l’époque. Il fallait disposer d’un rang social et d’une fortune considérables ainsi que d’une érudition de haut niveau pour posséder et apprécier ce genre de livres essentiellement rédigés en français.

  • 6 Je puise toutes les données concernant les catalogues, les listes de livres et les collections sei (...)
  • 7 Granasztói O., « Les lectures dangereuses », art. cit., p. 29.
  • 8 Ibid., p. 30-32.
  • 9 Voir les titres manquants dans Ibid., p. 31-33.

8Quelles sont donc les collections seigneuriales dont nous avons une idée plus ou moins exacte sur la base des listes et des inventaires6 ? Selon les recherches d’Olga Granasztói, en plus du rang social et de la fortune, ce sont principalement la culture et la religion qui décident de ces goûts : « C’est en premier lieu les bibliothèques de l’élite catholique élevée à Vienne, chez les familles Apponyi, Csáky, Viczay, Erdődy, Sztáray, etc., que l’on trouve les livres qui véhiculent les idées les plus étrangères à la religion et les plus radicales. La recherche du divertissement dans le livre, l’intérêt marqué pour la littérature et la sensibilité aux questions d’actualité de tout ordre sont autant de choses qui, même à des degrés divers, définissent ce genre de collectionneurs »7. Évidemment, les femmes peuvent renforcer cet intérêt pour le libertinage ; chez nous en l’occurrence, il s’agit de la comtesse Julie Erdődy qui menait une vie libre (et tenait un journal en plus pour qu’on puisse rétablir à titre rétrospectif son mode de vie et ses relations). Son goût pour les plaisirs de l’esprit et du corps se reflète dans le choix des livres de la bibliothèque qu’elle avait réunie avec son mari le comte István Csáky. La reconstitution8 de leur grande collection, sur la base du catalogue et des livres transférés à Arad, nous éclaire sur les dimensions et le caractère de cette sorte de base libertine. Sur les cinq milliers de volumes, pratiquement tous les auteurs libertins importants se trouvent représentés, à l’exception du marquis de Sade. Les livres les plus pornographiques et illustrés manquent actuellement9, on se demande pour quelles raisons ! Les vicissitudes de l’histoire, le rangement lacunaire lors des transferts ou les vols se posent entre autres comme motifs plausibles des lacunes.

  • 10 Pour la famille Orczy, je me réfère aux recherches et aux communications orales de Mária Kakucska. (...)
  • 11 C’est une édition de 1797.
  • 12 C’est une édition de 1786, non illustrée.
  • 13 Pour toutes ces collections, on ne dispose en fait que de quelques détails reconstitués, les zones (...)

9Une autre collection possédée par une autre famille de magnats hongrois est mieux conservée et se trouve actuellement à Arad ; la collection des Orczy10. Leur bibliothèque, à en juger par le catalogue, ne contenait pratiquement pas de livres illustrés, mais là aussi manquent de nombreux volumes, peut-être tout simplement à cause du fait que la famille a fait don de ses livres à la ville et les prêts ont dû décimer le noyau le plus précieux de la collection, les livres libertins. La Bibliothèque Nationale de Hongrie, portant le nom du grand mécène et fondateur de notre Académie des Sciences, le comte István Széchenyi, détient quelques volumes d’une autre collection importante de la famille Nádasdy, fondée à la fin du XVIIIe siècle par Léopold Nádasdy, mais dévastée et dispersée lors de la Deuxième Guerre mondiale. Dans le fonds appelé Remota erotica, on retrouve malgré toutes les vicissitudes de l’ensemble des livres quelques ouvrages érotiques illustrés intéressants, comme les Bijoux indiscrets de Denis Diderot11 ou le roman populaire du chevalier Andréa de Nerciat, Félicia ou mes Fredaines12. Nous ne prétendons pas ici à l’exhaustivité, et nous ne tentons pas de reconstruire hypothétiquement toutes les grandes collections connues de l’époque, comme celle – passionnante – du couple Julie Erdődy-István Csáky, ou celle de Mihály Sztáray13.

  • 14 Le fondateur avait été Paul (Pál Ráday, 1677-1773), ancien secrétaire du prince François II Rákócz (...)
  • 15 Conservée actuellement dans le Collège Réformé de Budapest.
  • 16 C’est l’édition dite complète, et en effet la plus complète des œuvres de Crébillon fils au XVIIIe(...)

10Pourtant, les familles protestantes ne suivent pas le modèle catholique, bien que les textes et les livres soient tout aussi intéressants, sinon plus importants pour eux. De ce point de vue, deux familles nous concernent ici, les Teleki et les Ráday. La famille Teleki constitue un chapitre à part, étant donné que c’était une famille protestante, mais bien éclairée, même militante pour certains membres comme Joseph Teleki, avec les limites de cet alliage religieux et philosophique. Dans leurs lectures, on découvre des libertins, mais plutôt les philosophes que les romanciers libertins. Les Ráday14 avaient aussi réuni une belle collection de livres, comprenant des ouvrages licencieux également, collection qui est désormais la Bibliothèque Ráday15, bien fréquentée encore de nos jours et ouverte au grand public. Dans ces bibliothèques, nous retrouvons pratiquement toutes les œuvres importantes du libertinage français, notamment les livres de Laclos, les œuvres complètes éditées à Londres de Crébillon fils16, Nerciat, Meursius, Arétin et les autres. Mais pas l’œuvre de Sade, comme c’est logique, puisque cet auteur, dont l’œuvre n’est devenue vraiment connue qu’à titre posthume, ne pouvait parvenir en Hongrie, et les traductions ne datent que de 1989 principalement. Je reviendrai sur le « syndrome Sade », bien complexe et particulier en Hongrie.

Œuvres libertines créées en hongrois

11On trouve pourtant des traces d’influence éparpillées chez plusieurs auteurs au XVIIIe siècle et une tentative assez isolée d’implanter le libertinage dans la littérature hongroise (chez le comte Fekete) à la même époque. Parmi les raisons spéciales de l’effet limité du libertinage, il faut constater également que le roman ne s’est développé que très tardivement chez nous, essentiellement après l’époque des Lumières, donc au XIXe siècle, et puisque le libertinage français est très significativement représenté dans la prose, surtout dans le roman libertin, l’implantation créative se heurtait à des obstacles génériques insurmontables. Il en va de même dans le domaine du théâtre, où le manque d’infrastructure ne permettait aucune activité importante en dehors de quelques cadres spéciaux (par exemple les théâtres scolaires) avant le milieu du XIXe siècle.

12Ainsi, les idées libertines doivent être cherchées surtout dans la poésie, bien que là non plus le choix ne soit pas abondant, puisque le seul grand poète qui ait pratiqué la poésie graveleuse et le théâtre scolaire dans un esprit libre est Mihály Csokonai Vitéz, qui ne s’attache pas étroitement à la philosophie libertine. À côté de ses poèmes et pièces, il n’y a que quelques tentatives intéressantes dans le domaine de la poésie licencieuse : à savoir Ferenc Verseghy, Ferenc Kazinczy et János Földi et Pál Ányos. La liste n’est donc pas longue et les œuvres, si elles sont parvenues jusqu’à nous, sont assez brèves.

13Au bout de plusieurs années de recherches, je suis portée à croire que le libertinage n’a jamais existé en Hongrie en tant que mouvement indépendant ou courant de pensée intégral. Par contre, on trouve des traces d’influences éparpillées chez plusieurs auteurs et une tentative assez isolée d’implanter le libertinage dans la littérature hongroise (chez le comte Fekete). Il faut constater également que le roman ne s’est développé que très tardivement chez nous, essentiellement après l’époque des Lumières, donc au XIXe siècle, et étant donné que le libertinage français s’était épanoui dans la prose et de préférence dans le roman, l’implantation se heurtait à des obstacles insurmontables, comme dans le domaine du théâtre où le manque d’infrastructure ne permettait aucune activité importante en dehors de quelques cadres spéciaux (par exemple les théâtres scolaires). Parmi les moines, Verseghy est le plus remarquable ; il est l’auteur de plusieurs poèmes se gaussant des prêtres et des religieux dans l’esprit anticlérical classique, et de quelques poésies obscènes dont par exemple Soror Formosa. En ce qui concerne le malheureux moine paulien, Pál Ányos, il aurait écrit des ouvrages libertins, mais après la mort précoce du poète la famille les aurait brûlés pour sauver la bonne réputation du lignage. Selon les rumeurs contemporaines (à en juger par la correspondance de Ferenc Kazinczy), il aurait de plus essayé de convertir une jeune élève dont il était le précepteur à la pratique du libertinage, mais il dut essuyer un refus. De lui, il ne reste donc que des légendes et des racontars impossibles à vérifier. À propos de Földi et de Kazinczy, c’est dans des traductions qu’ils ont tenté d’élargir l’horizon poétique vers un ton licencieux, vaguement libertin, mais sans résultats vraiment probants.

L’extravagant comte Fekete

  • 17 Recueil publié sans doute aux frais de l’auteur, avec une fausse impression à Genève en 1787, puis (...)

14La seule exception est constituée apparemment par le comte János Fekete de Galántha (1741-1803), bien que le niveau poétique de sa production littéraire variée ne soit pas très élevé. Malgré cela, il eut une influence durable, d’autant qu’il essaya de suivre aussi dans sa vie personnelle le modèle français du libertinage. Il devait avoir une certaine connaissance de lui-même, il a donc toujours voulu rester un modeste amateur de littérature, tout en cherchant à implanter dans sa vie et dans ses œuvres le modèle français du libertinage. Il devait être un caractère capricieux, changeant et assez polyvalent, qui correspondait avec les grands hommes de l’époque en cinq langues. On trouve même Voltaire parmi ses correspondants célèbres, à qui il s’est permis d’envoyer ses contes français mis en vers, mais accompagnés d’une caisse de vin de Tokaj, ce qui montre qu’il ne manquait pas de sens critique envers lui-même. En fait, Voltaire aurait déclaré que son vin était meilleur que sa poésie. Il est vrai que sa veine poétique laisse à désirer. Fekete ne s’en est pas caché, et dans le recueil composé par lui en deux tomes où il a publié toutes ses œuvres rédigées en français, Mes Rhapsodies17, il cite lui-même la formule méchante mais perspicace de Voltaire, et insiste sur son statut de vrai dilettante en poésie. C’est dans les deux tomes de ce livre qu’on découvre ses contes libertins qui suivent, en se référant explicitement aux sources, des modèles français et italiens dont La Fontaine, Piron, Boufflers ou Grécourt. À côté de ce recueil, j’avais trouvé quelques poèmes manuscrits rédigés en hongrois, avec des traductions fragmentaires de La Pucelle d’Orléans de Voltaire et des extraits d’Ovide (Ars amatoria et Amores) ainsi qu’une version hongroise intégrale d’un poème libertin de Grécourt. Dans la présentation de ces textes, je me propose d’analyser les transformations et les déformations souvent amusantes des idées libertines puisées chez des auteurs français. S’agit-il en fait d’un mouvement ou d’un cas isolé dont le seul représentant authentique serait le comte Fekete ?

15Dans la Dédicace de mes contes et leur Préface à la fois, il s’excuse d’avoir fabriqué des vers, mais l’ennui hivernal des campagnes hongroises lui paraissait difficilement supportable sans faire de la poésie :

Mais que peut-on faire au quartier ?
En hiver on a peu d’ouvrage.
Mon cher Cousin, c’est l’ennui journalier
Qui me dicta ce badinage.

16Après, il fait preuve de modestie (fausse ou simulée) en énumérant ses modèles réputés avec lesquels il n’oserait jamais se comparer, mais qu’il admire :

Et je n’ai point la vanité
Pour cette petite fredaine,
De me mettre à côté
Du charmant La Fontaine.
Créateur de son art, il prêta quelquefois
À Piron, à Grécourt, à Boufflers, à Voltaire,
Sa lyre et son hautbois.
Mais moi, novice en cette affaire,
Le seul ennui guide ma voix :
De mes Contes, il est la Muse,
Heureux s’il n’en est pas le fruit !

17Le poète se réfère ici aux Contes de La Fontaine, et non pas à ses Fables, comme il le fait pour Voltaire également ; ce sont les œuvres badines et libertines, comme La Pucelle déjà citée et La Princesse de Babylone. Les autres modèles énumérés sont bien moins connus, mais n’en demeurent pas moins des poètes excellents, à savoir Alexis Piron (1689-1773) et l’abbé de Grécourt (1685-1743). Fekete a rédigé une version hongroise de La Clémentine de ce dernier, et s’est largement inspiré des sujets et du style des deux poètes. Stanislas-Jean Boufflers (1738-1815) n’a jamais été connu en Hongrie, bien qu’ailleurs sa popularité ait été grande à son époque. Fekete ne cite pas Boccace et son Décaméron, mais on retrouve des sujets et des motifs empruntés à l’auteur italien, et une adaptation assez libre d’un conte de Scarron, la Précaution inutile.

18Depuis la Renaissance, la tradition de la satire anticléricale se maintient dans la littérature et elle a survécu chez les libertins aussi. Le conte de notre poète, intitulé L’origine de l’alléluya, se moque des Jésuites en s’inspirant de plusieurs poèmes de Piron. La source principale en est Le jésuite et le tableau de Piron qui présente un Jésuite tiraillé entre Sodome et Gomorrhe, ne sachant lequel choisir, admirant tantôt la beauté de Vénus, tantôt celle d’Antinoüs, placé devant deux tableaux respectifs. Il opte enfin pour une solution ingénieuse qui consiste à sacrifier à tous les deux en alternance et il se branle joyeusement en dédiant un geste à Vénus, a lei, le suivant à Antinoüs, a lui, ce qui compose par la force de la répétition, le mot alléluya :

Répète tant ces mots, qu’à la fin les brouilla,
Il confond l’une et l’autre phrase,
Sur la Lei a Lui tant et tant gazouilla
Qu’il en naquit l’alléluya.

19L’adaptation est assez libre, puisque chez Piron c’est un Jésuite qui regarde d’un air désapprobateur une peinture représentant un nu féminin qui se gratte à l’endroit le plus délicat. Un Janséniste qui passe par-là et l’entend murmurer saisit l’occasion pour remarquer que si la dame se grattait le derrière, tout irait bien, étant donné que cela correspondrait à l’esprit de la discipline moliniste et le Jésuite serait satisfait, lui aussi.

20Fekete a intégré des motifs trouvés dans d’autres poèmes de Piron comme La Maîtresse du chant grégorien où une abbesse initie une jeune novice aux mystères du style grégorien en segmentant par syllabes le mot Conculcavit pour bien articuler con, cul et cavit… Grécourt a écrit plusieurs poèmes suivant la recette de la fausse étymologie scabreuse et Fekete a inventé à son tour un jeu de mots similaire.

21Il serait inadmissible de résumer des poèmes véritables, mais Fekete étant un poète mineur, cela paraît tolérable dans son cas. Dans La Brosse à rebours, dont le modèle français était un cycle de poèmes d’Henri-Joseph du Laurens (Le balai, 1761), l’humour provient d’une ambiguïté. Du Laurens figurait parmi les lectures de chevet du jeune Fekete, de son propre aveu, avec Voltaire, La Fontaine et Grécourt. Suivant son poète favori, il joue sur l’équivoque des mots « brosser » et « brosse » (ambiguïté qui se retrouve dans le hongrois aussi, ce qui pouvait impressionner Fekete malgré le fait qu’il ait écrit le conte en français). Un vieux mari abuse de l’ignorance de sa jeune épouse pour échapper au devoir conjugal et se fait remplacer par une brosse luxueuse. La jeune femme est éclairée par sa mère sur la méprise dont elle est victime, mais il faut attendre la mort du vieux pour qu’un jeune soupirant lui apprenne enfin le vrai usage du manche de la brosse que son mari avait utilisé à rebours. La conclusion est édifiante, dans la bouche de la mère (avec une allusion à Molière) qui console sa fille effrayée par la dureté du manche :

Le manche vaut mieux que la brosse,
Scanarel te trompait, le manche fait l’ amour.
Du charmant troc tu béniras le jour,
Quand tu sauras comme il faut qu’on s’ échauffe.
Tout est précoce dans ce siècle pervers
Bien plutôt qu’autrefois la chair nous démange,
Qu’on me trouve une autre Agnès qui prenne ainsi le change,
Et n’aime qu’on la brosse à l’envers.

22La version hongroise (Le jaloux puni ou le Nouveau devoir de mariage), mise en vers de la nouvelle de Scarron (La Précaution inutile) varie le même sujet de la belle épouse innocente et maintenue dans l’ignorance par un mari qui sera puni de sa tactique par le premier galant qui déniaisera la belle dans tous les sens du mot. Chez Fekete, le mari fait croire à son épouse que la vie conjugale réside dans le port d’une armure lourde toute la nuit restant debout. Sa punition, le cocuage, est atroce mais bien méritée :

Et sa douleur était extrême,
Qu’un mortel plus adroit eut su faire échouer
Ce qu’il croyait un si grand stratagème.
Il se repentit, mais trop tard
D’avoir préféré la sottise.

23Pour finir, j’ai laissé la version hongroise du poème de Grécourt (La Clémentine) sur la froideur féminine qui serait cause de grandes tragédies. Chez Fekete, un brave Hongrois, de retour du troquet où il s’est soûlé, fait l’amour à sa moitié sans s’apercevoir que son épouse est morte entretemps et qu’il avait commis ainsi le péché mortel de la nécrophilie. Pour demander l’absolution, il fait le pèlerinage à Rome et le Pape, après maintes discussions avec ses conseillers, prononce le jugement. Ce qui est à remarquer, c’est que chaque nation adapte le problème à ses propres femmes, parce que chez Fekete, c’est une Hongroise, mais dans Grécourt, on trouve une Française, et la version italienne gronde à son tour les Italiennes. D’où il découle que le problème ne concerne pas une seule nation, mais toutes, ou alors ce sont les auteurs qui ne se débrouillent pas bien avec les femmes. Voici la fameuse bulle dans la version française de Grécourt :

On y dressa bonne bulle de Dieu :
La Clémentine est son nom de baptême ;
Comme l’on voit, du nom propre du pape même.
Ores, sachez ce qui donna lieu.
Le voici donc, besoin n’est d’apostille :
Nous ordonnons à toute femme ou fille,
Pucelle soit, ou qui ne le soit pas
Si ne veut pas qu’on l’excommunie,
De remuer, de donner signe de vie
Quand vaqueront au prolifique cas.

24Le titre de la version de Fekete met en relief la bulle (La Bulle du Pape Jean XXII) et en bas de page, il note que sa source est Grécourt, mais remarque qu’il connaît aussi la version italienne : « L’abbé de Grécourt a été le premier à mettre en vers cette bulle, après lui, l’abbé Casti l’a habillé à l’italienne et moi, enfin, je lui ai préparé une petite robe hongroise, bien librement ». Je me permets de remarquer que la frigidité féminine ne serait pas le trait caractéristique des femmes de telle ou telle nation, puisque c’est plutôt le machisme universel (ou au moins européen) qui se manifeste dans les poèmes respectifs. Chaque auteur applique la froideur aux filles de son pays, et ainsi Grécourt condamne les Françaises, Casti les Italiennes et Fekete les Hongroises. On se demande si l’accusation correspond à des expériences personnelles chez les auteurs ou si tout est inventé et gratuit, pour pouvoir dire du mal des femmes ?

25En guise de conclusion, il faut se résigner à reconnaître que malgré tous les attraits bien connus du libertinage français chez nous, les échos ne se transforment pas en un mouvement intégral, ni dans la philosophie, ni dans la littérature. En fin de compte, le comte Fekete serait le seul en Hongrie qui ait essayé d’imiter le libertinage dans la poésie, sans jamais atteindre un niveau poétique élevé. À en croire Kazinczy (toujours d’après sa correspondance), Fekete a tenté d’implanter le mode de vie libertin également dans la réalité hongroise, en organisant des bals masqués, en recevant des visiteurs chez lui tout en étant entièrement nu et en laissant dégénérer des dîners en orgies ; mais tout cela est resté finalement un phénomène isolé qui ne retient l’attention qu’en raison de sa faiblesse.

Le « syndrome Sade » ou la réception à la hongroise sous forme de mythes

  • 18 Voir mon article sur le sujet : « Le libertinage hongrois : un phénomène de manque », dans Payet M (...)
  • 19 Voir la note 4, ci-dessus.
  • 20 Voir mon article sur les problèmes de la traduction des textes sadiens : « Est-il possible de trad (...)

26Avant de tenter de tirer des conclusions quelconques, il convient de donner un aperçu d’un autre cas de figure de réception à la fois manquée et réussie, celle de Sade. Dans une autre étude sur le libertinage hongrois, non inexistant mais pas très développé non plus, j’avais qualifié le syndrome Sade de « réception lacunaire » retardée, où les traces d’effet réel, plutôt rares, sont largement compensées par la créativité des récepteurs et le résultat se trouve ainsi enrichi de nombreux phantasmes18. Je tente de soutenir la thèse selon laquelle certaines idées ou même tendances d’idées se caractérisent plus par une sorte de frustration et de désir que d’emprunts réels et c’est ce qui leur donne corps en l’absence de véritables influences. Depuis la parution du livre de Pierre Bayard sur la « non-lecture »19, on peut même affirmer que la lecture en général, par conséquent la réception des œuvres littéraires, se fait de façon très créatrice, suivant plus l’imagination et les désirs des lecteurs que les faits textuels proprement dits. Ainsi, rien d’étonnant dans la réception de deux auteurs francophones et libertins qui ont leur mythe en Hongrie sans que les textes aient été disponibles pendant longtemps : Casanova et Sade. Le meilleur exemple en est le marquis de Sade dont la légende (négative) existe depuis toujours, bien que ses textes magistraux n’aient été traduits et diffusés qu’après 1989. Les traductions des œuvres magistrales20, des études et essais, des films et des magazines pornos, tout était là… en un grand élan fougueux, mais cet élan n’a pas duré longtemps. Deux ou trois ans ont suffi à saturer le marché du livre érotique et Sade, enfin traduit en hongrois, a dû décevoir beaucoup de lecteurs. Sans aborder maintenant la problématique de la lecture sadienne qui est une forme du sadisme et torture les lecteurs au lieu de les amuser, le passage des textes sadiens pose énormément de problèmes.

  • 21 Pál A., Káromkodási szólásmódok [Manières de parler en jurant], Budapest, 1902 ; Sándor M., « A kár (...)
  • 22 Il s’agit de la pièce intitulée Szerbusz, Tolsztoj ! d’András Jeles, grand écrivain, cinéaste et m (...)

27D’une part, le vocabulaire érotique hongrois n’est pas élaboré dans tous les registres et justement, le langage « rococo », celui qui est imagé, mais généralement compréhensible n’existe que dans le folklore, sous la forme de métaphores populaires. La variante qui conviendrait aux conversations de salon aussi, dans le genre des dialogues de Crébillon fils, un langage à la fois érudit, conventionnel, mais facilement traduisible en termes érotiques, n’a jamais existé chez nous avant la fin du XXe siècle. Le grand paradoxe de l’histoire de Hongrie veut que les occasions de conversation libre et les formes de la sociabilité ne se soient développées parmi les bourgeois et les intellectuels que très tardivement, et que la liberté d’expression ne soit devenue entière qu’après 1989 ! Je pourrais citer un grand nombre d’expressions qui n’avaient pas d’équivalent dans le hongrois et qu’il fallait remplacer par d’autres termes. Pour certaines catégories de mots dont je ne citerai ici que les jurons, il fallait décidément inventer des mots. Ainsi, pour rendre les fréquentes exclamations « Foutredieu ! Doubledieu ! Tripledieu ! » de la Philosophie dans le Boudoir, je ne voyais pas d’autre moyen que de créer des jurons dans le même esprit. Ce qui ne veut pas dire que ce genre de juron blasphématoire n’aurait pas existé en hongrois. Bien évidemment, il faut supposer que toute l’échelle des propos blasphématoires avait existé, mais la censure et les punitions étaient tellement sévères que la plupart des expressions ne sont jamais passées de l’oral à l’écrit. La monographie savante21 qui étudie la question du point de vue ethnographique et juridique ne peut citer aucun de ces jurons, puisque dans les procès-verbaux on ne couche jamais sur papier les propos incriminés, bien que les jugements aient pu aller jusqu’à la peine capitale au Moyen Âge, en cas de jurons citant le nom de Dieu dans des contextes blasphématoires. Je suis fière d’avoir créé à cette occasion, dans la traduction de la Philosophie dans le Boudoir, des jurons tellement pesants et produisant un effet « authentique », à tel point qu’un auteur et metteur en scène les a incorporés dans une pièce moderne, jouée en 1993 à Budapest22.

  • 23 Les mémoires de Casanova portent le titre Histoire de ma vie, et la première édition basée sur les (...)

28Un parallèle riche en paradoxes, tout pareil au syndrome Sade est présenté par la réception des Mémoires de Casanova23, réception qui peut être qualifiée de fabuleuse à plusieurs titres, qu’il s’agisse de la littérature hongroise ou d’un contexte plus large, celui d’Europe centrale et orientale. D’une part, le texte disponible à toute lecture, traduction ou adaptation, était truqué à l’origine jusqu’en 1960-1962, date de la première édition publiée sur la base des manuscrits. La version réécrite essentiellement par Laforgue et sur la base de plusieurs adaptations allemandes se montrait donc parfaitement malléable et se prêtait à toute idée reçue qu’on pouvait y projeter. Il faudrait étudier la sélection faite par coupures et le choix d’épisodes dans les différentes traductions et recueils en vue de faire dire aux Mémoires ce qu’on veut lire en fonction des images préconçues de chaque adaptateur, et bien que les versions partielles soient fausses a priori dans le cas de Casanova réécrit dès le début, elles sont porteuses d’autres points de vue. Pour résumer l’essentiel à notre sens, je dirais que le cliché de l’escroc – inscrit en filigrane dans le texte lui-même il est vrai – a tellement impressionné les esprits que les approches du texte furent longtemps déterminées par le lieu commun du séducteur, libertin par excellence, ainsi que par l’idée reçue qu’un aventurier ne peut en aucun cas être un intellectuel érudit et un écrivain conscient.

  • 24 Date de la parution de la première édition basée sur les manuscrits (Wiesbaden/Paris, Brockhaus-Pl (...)
  • 25 Kovács I., « Réécriture et réception : le cas des Mémoires de Casanova », dans Karafiáth J. et Ropa (...)

29Ces deux partis pris ou préventions ont influencé les lectures et les interprétations, d’autant que le texte des manuscrits était inaccessible même en français jusqu’en 196024. Ce qui est surprenant, c’est que depuis, les préjugés ont la vie dure face au texte authentique. J’ai étudié ailleurs25 les réécritures du texte casanovien par Jean Laforgue et par les traducteurs ou adaptateurs modernes en Hongrie. Pour résumer mes observations, disons, en guise de conclusion, que sur fond de nostalgie, la littérature hongroise présente, malgré tout et toujours faute de la traduction intégrale de L’Histoire de ma vie, un Casanova très particulier. En règle générale, on peut même aller jusqu’à dire que les littératures centro-européennes continuent de rêver d’un Casanova largement fictionnalisé par eux, de cet aventurier qui incarne à leurs yeux tout aussi bien un grand « débrouillard », personnage si familier dans cette région, qu’un évadé et exilé ou un libertin et séducteur, symbole de l’énergie vitale et de la joie de vivre tant convoitée en Europe centrale. Ainsi, les Hongrois restent particulièrement fascinés par un personnage fabriqué en grande partie par eux dans le cas de Casanova comme de Sade, phénomène typique de cette région de l’Europe qui a été pendant longtemps facilité par l’absence des textes traduits.

30Ainsi, Sade est partiellement intraduisible en hongrois, Casanova n’existe toujours pas sous forme authentique, mais leurs mythes sont enracinés profondément dans la littérature et la pensée hongroises, ce qui montre que le libertinage français vivifie et continue à vivifier deux siècles après la réflexion philosophique en Europe centrale.

La réception « sans fin »

  • 26 « avec sa grande hache » (Perec G.).
  • 27 Voir l’expression politique « pays de l’Est » appliquée à l’Europe centrale qui se trouve ainsi tr (...)
  • 28 Le catalogue porte également ce titre et il est cité dans la note 2 de ce chapitre (p. 296).

31Le changement de régime a déclenché un grand essor et a libéré des énergies créatrices extraordinaires dans le domaine culturel, en vue de rattraper les retards les plus pénibles en traductions et en créations. La suppression de la censure marque une étape toute nouvelle dans la création artistique et également dans la réception. Cela veut dire que les frustrations séculaires veulent rattraper leurs retards face à la culture occidentale, plus fortunée à tous les points de vue grâce à l’Histoire26 et à la situation géopolitique plus favorable des pays dits occidentaux par rapport aux pays européens relégués par décision politique à l’Est27. Ainsi, la culture est destinée à compenser pour le reste et le résultat est fabuleux : les œuvres libertines abondent dans tous les genres, y compris le cinéma et le théâtre. La liberté d’expression est vouée à satisfaire des désirs qui ne peuvent pas se réaliser, mais qui nourrissent l’imagination populaire tout comme la littérature qui produit des ouvrages scabreux ou badins dans tous les genres. Une grande manifestation culturelle à la Bibliothèque Nationale de France fêtait le libertinage français et la pensée libertine en général à travers les illustrations des livres libertins français des XVIIe-XVIIIe siècles, exposés à la Bibliothèque Nationale Széchenyi, et des spectacles, des reportages, des articles et des programmes télévisés. Le noyau de cette exposition, nommée « Lectures dangereuses »28, était constitué de livres érotiques illustrés appartenant à un collectionneur privé hongrois de réputation internationale, M. Tony Fekete. De nouvelles expositions se préparent sur cette même base contenant des photos, des films et des objets érotiques en plus des livres. La particularité du profil de ce collectionneur est qu’il ne se limite pas à la région occidentale de l’Europe, mais élargit le cercle des pièces réunies à toute l’Europe et aux Balkans. Un musée de l’Érotisme se monte à Budapest qui devrait ouvrir avant 2010. Il serait impossible d’énumérer toutes les manifestations qui visent le domaine érotique, et surtout le libertinage sous toutes ses formes historiques et actuelles. Peut-on en conclure que la sphère symbolique, une fois de plus, permet de rattraper des retards séculaires et des insatisfactions douloureuses ? En tout cas, une forme de libertinage moderne est en train de se former dans la culture hongroise, qui est ainsi profondément rattachée au libertinage français.

Notes

1 Aujourd’hui Oradea, à la Biblioteca Judeţeană, A.D. Xenopol.

2 Ferenc Kazinczy (1759-1831), écrivain et poète, chef de file du mouvement de la réforme de la langue (dit « renouvellement de la langue »), traducteur et rédacteur de revues.

3 Voir Granasztói O., « Les lectures dangereuses », Veszedelmes olvasmányok, Budapest, Országos Széchenyi Könyvtár-Kossuth Kiadó (catalogue de l’exposition du même nom, tenue de septembre à décembre 2007), 2007, p. 22-24.

4 Ibid., p. 24-25.

5 Bayard P., Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, Paris, Éditions de Minuit, 2007.

6 Je puise toutes les données concernant les catalogues, les listes de livres et les collections seigneuriales dans l’étude citée ci-dessus de Granasztói O. Pour la censure, voir ses études désignées dans les notes du catalogue cité, puis pour la bibliothèque des Batthyány le catalogue de Beke M., Az Esztergomi Főszékesegyházi Könyvtár Batthyány-gyűjteményének katalógusa, Budapest, Országos Széchényi Könyvtár, 1991 ; à la Bibliothèque Nationale Széchenyi de Hongrie, voir le recueil d’études publié par les soins de Monok I., A könyvtárak és a hatalom [Les bibliothèques et le pouvoir], Budapest, 2003. On peut trouver des données intéressantes dans le livre de Szarvasi M., Magánkönyvtáraink a XVIII. században. Főpapok és polgárok gyűjteményei [Nos bibliothèques privées au XVIIIe siècle. Les collections sacerdotales et seigneuriales, les bibliothèques des nobles et des bourgeois], Budapest, OSZK, 1939. Voir plus particulièrement le chapitre III, p. 1-100.

7 Granasztói O., « Les lectures dangereuses », art. cit., p. 29.

8 Ibid., p. 30-32.

9 Voir les titres manquants dans Ibid., p. 31-33.

10 Pour la famille Orczy, je me réfère aux recherches et aux communications orales de Mária Kakucska. Voir ses études sur Lőrinc Orczy : Kakucska M., Révai Miklós ismeretlen levelei Orczy Lőrinchez, Budapest, 2003, ou du même auteur, Orczy Lőrinc és leveleskönyve, Budapest, Universitas Kiadó, 2003.

11 C’est une édition de 1797.

12 C’est une édition de 1786, non illustrée.

13 Pour toutes ces collections, on ne dispose en fait que de quelques détails reconstitués, les zones d’ombres étant restées trop vastes jusqu’à nos jours, comme le constatent tous les chercheurs.

14 Le fondateur avait été Paul (Pál Ráday, 1677-1773), ancien secrétaire du prince François II Rákóczi resté en Hongrie après la chute, conformément à la paix de Szatmár de 1711, et devenu chancelier par la suite. Pourtant, c’est le fils, Gédéon (1713-1792), écrivain et érudit qui a complété la bibliothèque par des ouvrages libertins dont ceux de Crébillon fils. Il s’agit d’une famille de réformés.

15 Conservée actuellement dans le Collège Réformé de Budapest.

16 C’est l’édition dite complète, et en effet la plus complète des œuvres de Crébillon fils au XVIIIe siècle : Collection complète des œuvres de M. de Crébillon, fils, à Londres [i.e. Paris], 1777.

17 Recueil publié sans doute aux frais de l’auteur, avec une fausse impression à Genève en 1787, puis une nouvelle édition du même recueil parue sous un titre différent en 1789 à Lausanne.

18 Voir mon article sur le sujet : « Le libertinage hongrois : un phénomène de manque », dans Payet M. et Tóth F. (textes réunis par), Mille ans de contacts. Relations franco-hongroises de l’an mil à nos jours, Actes du colloque de Szombathely, Département de Français de l’École Supérieure Dániel Berzsenyi, 18-19 avril 2000, vol. II., Szombathely, BDTF, 2001, p. 185-203.

19 Voir la note 4, ci-dessus.

20 Voir mon article sur les problèmes de la traduction des textes sadiens : « Est-il possible de traduire Sade en hongrois ? », dans Karafiáth J. et Tverdota G. (dir.), Acclimater l’autre, la traduction littéraire et son contexte culturel, Budapest, Balassi, 1997, p. 137-142.

21 Pál A., Káromkodási szólásmódok [Manières de parler en jurant], Budapest, 1902 ; Sándor M., « A káromkodás elterjedése és büntetés hazánkban » [« La diffusion et la punition du fait de jurer dans notre pays »], Etnográfia, no 3-4, 1962.

22 Il s’agit de la pièce intitulée Szerbusz, Tolsztoj ! d’András Jeles, grand écrivain, cinéaste et metteur en scène contemporain.

23 Les mémoires de Casanova portent le titre Histoire de ma vie, et la première édition basée sur les manuscrits (Casanova de Seingalt J., Histoire de ma vie, Paris/Wiesbaden, Brockhaus-Plon, 1960-1962) est la seule qui soit digne de confiance (c’est le texte qui est reproduit dans l’édition de Robert Laffont, coll. Bouquins, 1993).

24 Date de la parution de la première édition basée sur les manuscrits (Wiesbaden/Paris, Brockhaus-Plon, 1960-1962).

25 Kovács I., « Réécriture et réception : le cas des Mémoires de Casanova », dans Karafiáth J. et Ropars M.-C.(édes), Pluralité des langues et mythe du métissage, Paris-Saint-Denis, PUV, 2004, p. 61-73.

26 « avec sa grande hache » (Perec G.).

27 Voir l’expression politique « pays de l’Est » appliquée à l’Europe centrale qui se trouve ainsi transférée à l’Est, dans la région laissée sous domination soviétique jusqu’en 1989.

28 Le catalogue porte également ce titre et il est cité dans la note 2 de ce chapitre (p. 296).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search