Desktop versionMobile Version

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

22. Francomanie et librairie hongroise à la fin du xviiie siècle (1780-1790)

François Cadilhon

Volltext

  • 1 Lavandier J.-P., Le livre au temps de Marie-Thérèse ; code des lois de censure du livre pour les pa (...)

1Rêve s’il en fut jamais sans aucun doute ! Cependant, le bûcher prédit par Louis-Sébastien Mercier pour l’an 2440 ne faisait que souligner l’énorme production littéraire et l’engouement du public dès la fin du XVIIIe siècle. Ce bûcher, on pouvait peut-être y penser déjà depuis longtemps à la Cour de Vienne, où les livres n’étaient pas tous aussi appréciés1 et où les Hongrois audacieux ou mécontents attendaient ces ouvrages capables de braver les interdits et de diffuser une mode française recherchée dans toute l’Europe centrale.

Les Lumières hongroises

  • 2 Kosary D., Műlvelődés a XVIII századi Magyarországom [Civilisation dans la Hongrie du XVIIIe siècle(...)
  • 3 Voir Delias P., La découverte de la France par Joseph II, TER dactyl., Université Michel de Montai (...)
  • 4 Köpeczi B., Hongrois et Français de Louis XIV à la Révolution, Budapest, 1983, p. 11.

2Les Habsbourg étaient pourtant bien décidés à moderniser leur territoire au XVIIIe siècle autant par l’éducation, la langue, la littérature, et plus largement la culture, que par le système administratif2. Pour réussir une réforme en profondeur, il fallait donc s’ouvrir largement à toutes les idées nouvelles, et si Montesquieu veilla à venir séjourner à Vienne et à Presbourg, c’est qu’au-delà de ses espoirs diplomatiques et philosophiques, le parlementaire bordelais voulait apprécier les volontés du prince Eugène de Savoie et de son entourage. L’exemple et les réussites prussiennes poussèrent ensuite Marie-Thérèse, encouragée par son conseiller Gerhard van Swieten, à amplifier le mouvement. Le modèle culturel français devint une référence pour la cour de Vienne, où la présence de François de Lorraine, discret empereur romain germanique, donnait un argument supplémentaire à toutes les ambitions des beaux esprits polymorphes à l’image du territoire des Habsbourg. Parce que Marie-Thérèse obligeait régulièrement son mari et ses enfants à lui parler en français, parce que le jeune Empereur Joseph II, auquel sa mère n’accorda ensuite aucun pouvoir réel, eut tout le temps d’aller visiter la France3, les courtisans comme le prince de Ligne devaient en faire autant et vivre à la française. Sur ce point, les élites hongroises comme les Esterházy ou les Grassalkovich, trop insérées dans ce modèle autrichien selon une historiographie magyare traditionnelle, n’y échappèrent pas ; mais après tout, Marie-Thérèse le demandait aussi à sa garde hongroise4.

  • 5 Balázs E.H., « La noblesse hongroise et les Lumières », dans Balázs E.H. (dir.), Noblesse française (...)
  • 6 Voir Szabolczi H., « Le rôle de l’intelligentsia dans la formation du goût artistique à la fin du (...)
  • 7 Les Lumières en Hongrie, en Europe centrale et en Europe orientale, Actes du cinquième colloque de (...)
  • 8 Vörös I., « L’enseignement du français en Hongrie au XVIIIe siècle », Acta Litteraria, XVII, 1975, (...)
  • 9 Certes le français était obligatoirement enseigné à l’Université de Nagysombat depuis 1769, mais J (...)

3Pour la formation, sinon pour la naissance, d’une élite sociale et politique plus cohérente, l’Académie savoysienne fut également une étape et la création du Theresianum par l’Impératrice offrit une forme d’aboutissement. Dans le cadre de cette éducation impériale, l’allemand et le latin étaient certes mis en avant – selon un ordre qui put changer en fonction de la volonté des souverains –, mais le français y était également dispensé ; dans les manuels rédigés par Sonnenfels, le maître de la pensée politique, les élèves découvraient des extraits expurgés de L’Esprit des lois et du Contrat social. Si on côtoyait au sein de l’établissement les héritiers des meilleures familles de l’Empire (hongroises ou autres), la diffusion des Lumières au sein du royaume de Saint-Étienne aurait été impossible sans la participation de la bureaucratie autrichienne. Ce système favorisa assurément la pénétration multiple d’une culture européenne en Hongrie5 au goût de la francomanie du temps. Le comte János Fekete fréquenta ainsi les deux établissements d’éducation et György Bessenyei servit dans la garde hongroise, avant d’aller ensuite se faire les chantres de la civilisation française et des idées des Lumières dans leur pays6. Lajos Hopp explique qu’en Hongrie, hormis les langues officielles du cadre de l’éducation, il n’y eut que le français qui joua vraiment un grand rôle, sans être pour autant favorisé7. En 1769, lors d’un séjour à Sopron, Marie-Thérèse félicita néanmoins un élève de l’internat des jésuites qui venait de la saluer en français, et l’entourage de l’Impératrice s’interrogea avec une stupéfaction calculée comment on pouvait apprendre si bien cette langue en Hongrie8. S’il y avait bien un enseignement en français au lycée luthérien à Presbourg, si au collège des sœurs de Notre-Dame tous les cours étaient en français, il ne faut toutefois pas exagérer sa place au sein du système officiel9. La diffusion de la langue de Voltaire se faisait en fait surtout en dehors des cadres établis. Beaucoup de nobles utilisaient ainsi les services de maîtres de langues ; au sein des élites de la bourgeoisie urbaine calviniste, les enfants allaient quant à eux achever leur apprentissage individuel social, intellectuel et religieux en Suisse ou en Hollande.

  • 10 Széchényi csalad leveltara.
  • 11 Balázs E.H. (dir.), Noblesse française, noblesse hongroise…, op. cit., p. 185.
  • 12 En tout cas pour Sámuel Teleki. Voir Szarvazi M., Magánkönyvtáraink a szazadban [Les bibliothèques (...)
  • 13 Étude de Eckhardt F., « Les livres français d’une bibliothèque privée en Hongrie au XVIIIe siècle  (...)
  • 14 Ce catalogue rédigé en français et conservé aux Archives nationales à Budapest est, de toute façon (...)
  • 15 Mes Rapsodies ou Recueil de différents essais, t. II, Genève, 1781, p. 302. Voir Abecassis G., La (...)

4Tous ces hommes érudits lisaient, dissertaient et écrivaient à la française, aussi bien Ferenc Széchényi10 dans sa villa de Balatonfüred que le baron luthérien József Podmaniczki décrit en 1784 par Gergely Berzeviczy : « C’est un miracle unique de la nature. Sa façon de penser, ses réponses sont extrêmement rapides, ses connaissances sont étendues dans tous les domaines […]. Il disserte tout aussi volontiers de la beauté des femmes françaises que des problèmes philosophiques les plus graves »11. Le développement d’une vie culturelle en Hongrie fut évidemment marqué par la croissance spectaculaire du nombre et du poids des bibliothèques privées dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Celles des Széchényi, des Teleki, des Ráday ou des Festetics étaient considérables et caractérisaient autant l’« amour des livres »12 que la volonté de la représentation sociale. L’analyse des bibliothèques des nobles hongrois montre la place importante des ouvrages français : 75 % chez le baron Péter Atzel13, gouverneur de la province d’Arad, ou chez le comte Antal Grassalkovich, conseiller de l’Impératrice Marie-Thérèse, presque 60 % dans la collection Esterházy de la bibliothèque de Szeged. Sur les 1 040 livres mentionnés dans le catalogue du comte Pál Festetics de 1778, 291 seulement étaient en français, mais toute la collection avaient été pensée avec les Conseils pour former une bibliothèque nombreuse mais choisie14 comme outil de base. Encore fallait-il pouvoir se procurer cette littérature attendue, mais très contrôlée par les services de l’Impératrice. Le comte Fekete, admirateur zélé de Voltaire, lui écrivait ainsi : « Tout ce qui a paru jusqu’à l’année soixante je le possède malgré la difficulté qu’on a d’avoir quelques-uns de vos ouvrages dans ce pays »15. Il devait donc utiliser les services d’un ami ajoutant sur son catalogue la mention : « àltal » ou « par l’intermédiaire de ».

Le monde des libraires

  • 16 Ducreux M.E. et Svatos M. (dir.), Libiri prohibiti ; la censure dans l’espace habsbourgeois, 1650-1 (...)
  • 17 Voir Ring E., « La librairie austro-hongroise », dans Michon J. et Mollier J.-Y. (dir.), Les mutat (...)

5Alors que le commerce du livre était en plein essor en Europe dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les centres de production de l’Empire des Habsbourg était en retard par rapport à Leipzig ou Dresde. L’Impératrice n’aimait pas les philosophes et se méfiait également des avancées trop spectaculaires, mais Vienne devint tout de même un lieu de diffusion important. Enfin arrivé au pouvoir en 1780, Joseph II souhaita aller plus loin et surtout plus vite que sa trop prudente mère. Il multiplia les décrets réformateurs pour faire évoluer un système qu’il jugeait insuffisamment novateur et trop lent. On a parfois limité le joséphisme aux mesures politiques et religieuses, mais là encore, la culture devait aussi être un élément fondamental et en 1782, il accorda une plus large liberté de presse et d’établissement. De 1750 à 1800, Vienne passa alors du 43e au 3e rang pour les villes allemandes d’édition. Les libraires les plus connus comme Trattner, Ghelen ou Graeffer pouvaient même y faire assez facilement de la contrefaçon. D’une certaine manière, la Hongrie faisait pour sa part figure de parent pauvre. Les ventes y étaient toujours surveillées et la censure était plus stricte encore pour les ouvrages condamnés par l’Église et par l’État16, avec la parution annuelle d’un index des livres interdits. La maison Artaria à Vienne pouvait néanmoins répondre à la plupart des attentes des aristocrates hongrois et les textes clandestins, aussi bien les romans de bas étage français que les publications les plus classiques du genre philosophique, pénétraient assez facilement dans le royaume, avec même, selon Eva Ring, la complicité de l’administration autrichienne17.

  • 18 Liptak D., « Budapest et la modernité éditoriale au XIXe siècle », Revue française d’histoire du li (...)
  • 19 Gardonyi A., Magyarországi könyvnyomdászat és könykereskedelem a 18. században [Typographie et comm (...)
  • 20 Martin E., Les livres français chez les libraires hongrois à la fin du XVIIIe siècle, TER dactyl., (...)

6Après Presbourg, le développement de la librairie à Buda, redevenue capitale royale, et surtout à Pest fut finalement tardif. L’un des premiers à obtenir le privilège de pouvoir s’installer fut Jean Heptner en 1753. Les anciens libraires étaient en fait principalement des relieurs et, en plus de leur travail, ils commandaient le tirage des œuvres désirées aux imprimeurs viennois, les reliaient eux-mêmes et les vendaient enfin dans leurs magasins. En 1772, un décret officiel du conseil de lieutenance pour la Hongrie fit du métier une véritable profession autonome, mais avec des conditions très strictes afin de contrôler cet outil de diffusion et de communication de plus en plus redoutable. Il fallait donc avoir effectué six années comme apprenti, quatre comme compagnon, avoir une excellente connaissance de l’allemand et du latin, bien maîtriser une troisième langue (qui était théoriquement au choix, mais en général c’était le français qui était retenu) et obtenir d’une université impériale ou royale un certificat attestant des aptitudes du prétendant à gérer une librairie18. Pour la plupart, ces entrepreneurs allemands étaient venus de Vienne, comme les Trattner en 1782, et donnèrent ensuite naissance à de véritables dynasties de libraires19. Mais finalement, à partir des catalogues disponibles, trois seulement s’orientèrent vraiment vers le livre français entre 1770 et 1800 : János-Mihály Weingand, János-Mihály Pauer et enfin József Leyrer20.

  • 21 Ibid., p. 31.
  • 22 BN Széchényi 208.386 et 208.387. Après la mort de Köpf en 1785, les différentes librairies furent (...)
  • 23 Voir Barbier F. (dir.), Est-Ouest : transferts et réceptions dans le monde du livre en Europe (XVI (...)

7Tout comme son associé György Köpf, Weingand était d’origine bavaroise, et ensemble ils exercèrent d’abord à Kassa dès 1778, puis à Buda. Leurs premiers catalogues contenaient surtout des ouvrages en latin, voire en slovaque et en croate, et exceptionnellement en hongrois mais aucun en français21 ; en revanche, en 1781, ils ouvrirent un nouvel établissement à Pest et se spécialisèrent cette fois selon les goûts et la mode du temps. Les collections disponibles présentées dans deux catalogues de livres français, anglais et italiens « qui se trouvent à un prix raisonnable chez Jean-Michel Weingand dans ses librairies à Pest et Ofen » furent publiés en 1781 et 178922. Le premier proposait 496 titres et le second 714, soulignant ainsi à la fois l’attente du public et la réussite de l’entreprise. Weingand et Köpf travaillaient en liaison étroite avec la maison Artaria à Vienne et disposaient ainsi de tout son réseau commercial européen pour offrir les meilleures productions. Un livre édité à l’étranger était un excellent argument de vente23.

Les fonds Weingand

8Derrière la diversité annoncée dans les catalogues, la plupart des ouvrages étaient en français : 441 (88,9 %) pour le premier et 626 (87,6 %) pour le second. Plusieurs livres italiens proposés à la vente étaient même déjà traduits en français, comme L’Histoire des révolutions de Florence. Traduite du toscan de Benedetto Varchi par Mr Requier (Paris, 1765). Les libraires offraient une grande diversité finalement très représentative de la culture française, aussi bien de la littérature que des mœurs ou de la mode.

1781

1789

Théologie

4,6 %

8,6 %

Droit

1,6 %

3,4 %

Histoire

27,4 %

23,3 %

Sciences

32,6 %

31,6 %

Belles-Lettres

33,8 %

33,1 %

100

100

9Sur le même rayon, on pouvait ainsi découvrir les plus grands philosophes des Lumières et un Abrégé de la Franche maçonnerie (Londres, 1783), mais aussi La Cuisinière bourgeoise (Paris, 1778) ou De l’art de la coiffure des femmes (Paris, 1780). Alors qu’elles étaient fortement critiquées par les héros des Lumières et par les académiciens, les œuvres de Dorat, notamment ses Nouvelles fables (Paris, 1773), plaisaient également beaucoup aux Hongrois soucieux de vraiment tout savoir sur le genre français du temps. Cette élite hongroise capable de lire en français avait évidemment les moyens d’acquérir pour 128 florins L’Encyclopédie de Neuchâtel, pour 140 celle de Lausanne, avant de préparer quelque tour européen à la mode avec l’Histoire générale des voyages par mer et par terre enrichis de cartes moyennant 170 florins. L’étude du catalogue montre ainsi la manière dont les marchands solidement établis pouvaient en fin de compte mêler de véritables classiques de l’interdit comme Les Anecdotes sur Madame la comtesse du Barry, Les Amants républicains ou Les Confessions d’une courtisane devenue philosophe.

  • 24 Martin E., Les livres français…, op. cit., p. 16. Les journaux de Marivaux (L’indigent philosophe, (...)

10Le roman (de Marivaux ou de Crébillon par exemple) était finalement très présent mais il permettait de toucher à tous les types de sujets sans être réellement inquiété, du moins jusqu’aux limites fixées par l’État24. Pourtant, entre 1781 et 1789, si beaucoup des livres disponibles restèrent les mêmes, on constate une nette évolution pour le droit et la théologie, assez significative des changements dans le royaume et dans la mentalité hongroise à l’égard de la politique voulue de l’Empereur. Aux célèbres questions politiques Qu’est-ce qu’est le pape ? La véritable idée qu’en donne l’Écriture et les saints Pères, on pouvait désormais ajouter les Lettres de notre Saint-Père le pape et de sa Majesté l’empereur ou Les Anecdotes sur le voyage de M. le comte de Falkenstein (c’est-à-dire la visite de la France par Joseph II). Les Hongrois, qui avaient de nouvelles prétentions, pouvaient les comparer avec les textes sur Le Parlement de Paris, Le Compte rendu au roi par Necker, Les Lettres de cachet et la prison d’État en France, l’Apologie de la Bastille, La Prusse et L’art militaire en Prusse, Le Mariage de Figaro ou Le Précis de la révolution de Genève et les Pensées sur la révolution de l’Amérique. La comparaison avec l’histoire de la Hongrie était en outre toujours possible, de Saint Gellert à L’Histoire du prince Ragozy ou la guerre des mécontens et les analyses du Français Sacy.

  • 25 Avec quelques adresses fantaisistes, comme celle de Pékin.
  • 26 Voir le travail en cours : Barbier F., Juratic S. et Mellerio A. (dir.), Dictionnaire des imprimeu (...)
  • 27 Moussu A., Le comte János Fekete…, op. cit., p. 43. La présence de quelques livres publiés aux État (...)
  • 28 Verzeichniss von neuen und ältern büchern, welche bei J.M. Weingand in Pest und Ofen verkauft werd (...)

11Si les livres de Weingand et de Köpf venaient de toute l’Europe, il semble toutefois nécessaire de rappeler qu’au XVIIIe siècle, bon nombre d’adresses d’éditeurs allemands mentionnées dans les livres disponibles en Hongrie étaient fausses. La contrefaçon était généralisée25. Dans le cas étudié, au-delà de la forte présence d’Amsterdam et, presque naturelles, de celles de Vienne ou de Dresde – car la famille de Saxe-Wettyn diffusait également le modèle de la culture française en Europe centrale –, c’est l’omniprésence de Paris comme centre d’édition qui paraît alors étonnante. C’était en effet loin d’être le cas dans le monde de l’imprimerie et des bibliothèques européennes, y compris françaises26. Mais il était sans doute du meilleur goût dans son château ou dans son salon à Buda ou à Pest de pouvoir disposer d’un livre venu de France au besoin par la contrefaçon. Sur ce point, la francomanie ne correspondait donc pas alors obligatoirement à la francophilie ; il fallait pouvoir disposer de livres français que l’on ne savait pas toujours lire. Il semble également important de mentionner l’arrivée de plus en plus importante d’ouvrages certes édités à Londres en français mais rédigés par des auteurs anglais comme Pope, Robertson ou Milton. En fin de compte, en suivant les goûts de la francomanie, les intellectuels hongrois cultivés étaient en train, comme Voltaire ou Montesquieu, de se tourner vers une anglomanie naissante illustrée par l’évolution des Széchényi ou même de Fekete. L’étude de la correspondance de ce dernier montre qu’après un grand engouement pour le français de 1767 à 1781, il veilla de 1782 à 1787 à écrire en allemand, comme le voulait l’Empereur, pour se tourner enfin vers le hongrois en 178827. György Bessenyei, meneur du mouvement des Lumières, essayait pour sa part d’accélérer désormais la traduction de Zaïre et de La Henriade puisque la langue était selon lui la clé du savoir et du développement. Lorsque Weingand vendit son commerce, le nouveau libraire, Eggenberger, publia en 1800 un nouveau catalogue qui tout en s’appuyant sur la notoriété de son prédécesseur, vendait moins de livres en français avec un titre en allemand, ce qui signifiait peut-être la fin d’une certaine conception des Lumières en Europe centrale28.

Géographie du livre et civilisations des Lumières chez Weingand.

Géographie du livre et civilisations des Lumières chez Weingand.

Anmerkungen

1 Lavandier J.-P., Le livre au temps de Marie-Thérèse ; code des lois de censure du livre pour les pays austro-bohémiens, Bern, 1995 ; Le livre au temps de Joseph II et de Léopold II ; code des lois de censure du livre pour les pays austro-bohémiens, Bern, Peter Lang, 1995.

2 Kosary D., Műlvelődés a XVIII századi Magyarországom [Civilisation dans la Hongrie du XVIIIe siècle], Budapest, 1980.

3 Voir Delias P., La découverte de la France par Joseph II, TER dactyl., Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 2004.

4 Köpeczi B., Hongrois et Français de Louis XIV à la Révolution, Budapest, 1983, p. 11.

5 Balázs E.H., « La noblesse hongroise et les Lumières », dans Balázs E.H. (dir.), Noblesse française, noblesse hongroise. XVIe-XVIIIe siècles, Budapest/Paris, Akadémiai Kiadó/Éditions du CNRS, 1971, p. 182. Voir également Monok I., « Les langues de lecture dans la Hongrie moderne (1526-milieu du XVIIIe siècle) », dans Barbier F., Histoire et civilisation du livre, vol. IV, Les langues imprimées, Genève, Droz, 2008.

6 Voir Szabolczi H., « Le rôle de l’intelligentsia dans la formation du goût artistique à la fin du XVIIIe siècle », dans Köpeczi B et Le Goff J. (dir.), Intellectuels français, intellectuels hongrois, Budapest/Paris, Akadémiai Kiadó/Éditions du CNRS, 1985.

7 Les Lumières en Hongrie, en Europe centrale et en Europe orientale, Actes du cinquième colloque de Matrafüred, 24-28 octobre 1981, p. 257. János Fekete utilisait pour sa correspondance (322 lettres de 1764 à 1803) soit l’allemand (96 lettres), soit le hongrois (69 lettres), soit le français (66 lettres), et dans une moindre mesure l’italien (37 lettres) et le latin (22 lettres). Voir Moussu A., Le comte János Fekete de Galantha homme des Lumières en Hongrie à partir de sa correspondance, TER dactyl., Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 2001.

8 Vörös I., « L’enseignement du français en Hongrie au XVIIIe siècle », Acta Litteraria, XVII, 1975, p. 452-457.

9 Certes le français était obligatoirement enseigné à l’Université de Nagysombat depuis 1769, mais Joseph II interdit l’usage d’une langue moderne autre que l’allemand à l’université en 1784 et les autorités luthériennes écrivirent aussitôt au recteur du lycée de Presbourg : « Le relâchement des mœurs de la jeunesse est dû au français. […] Il faudrait interdire au moins aux théologiens d’apprendre cette langue ».

10 Széchényi csalad leveltara.

11 Balázs E.H. (dir.), Noblesse française, noblesse hongroise…, op. cit., p. 185.

12 En tout cas pour Sámuel Teleki. Voir Szarvazi M., Magánkönyvtáraink a szazadban [Les bibliothèques privées hongroises au XVIIIe siècle], Budapest, 1939.

13 Étude de Eckhardt F., « Les livres français d’une bibliothèque privée en Hongrie au XVIIIe siècle », Revue des études hongroises, Paris, 1923.

14 Ce catalogue rédigé en français et conservé aux Archives nationales à Budapest est, de toute façon, très incomplet car il disposait aussi d’une bibliothèque à Vienne. Son père Kristóf possédait à sa mort, en 1768, 600 livres au moins au château de Keszthely, et son fils György (formé au Theresianum évidemment) 25 000 au début du XIXe siècle (catalogue de 1818). Voir à cet égard les travaux de Kurucs G., « Not. Köny és főnemesi műveltség : Festetics György mangánkönvtára katonai pályára lépésének kezdetén », Aetas, no 2-3, 2006, p. 93-108.

15 Mes Rapsodies ou Recueil de différents essais, t. II, Genève, 1781, p. 302. Voir Abecassis G., La réception de Voltaire dans l’aristocratie hongroise au XVIIIe siècle, TER dactyl., Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 2003.

16 Ducreux M.E. et Svatos M. (dir.), Libiri prohibiti ; la censure dans l’espace habsbourgeois, 1650-1850, Leipzig, 2005.

17 Voir Ring E., « La librairie austro-hongroise », dans Michon J. et Mollier J.-Y. (dir.), Les mutations du livre et de l’édition dans le monde du XVIIIe siècle à l’an 2000, Actes du colloque international de Sherbrooke (Québec), 13 mai 2000, p. 143-156. Le comte Antal Grassalkovich, quoique catholique dévot, possédait de nombreuses lectures légères dans sa propre bibliothèque. Voir Berlot F., La bibliothèque des Grassalkovich à Pozsony, TER dactyl., Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 2004.

18 Liptak D., « Budapest et la modernité éditoriale au XIXe siècle », Revue française d’histoire du livre, no 116-117, 2002, p. 269.

19 Gardonyi A., Magyarországi könyvnyomdászat és könykereskedelem a 18. században [Typographie et commerce du livre en Hongrie au XVIIIe siècle], Budapest, 1917.

20 Martin E., Les livres français chez les libraires hongrois à la fin du XVIIIe siècle, TER dactyl., Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 2005.

21 Ibid., p. 31.

22 BN Széchényi 208.386 et 208.387. Après la mort de Köpf en 1785, les différentes librairies furent réparties entre sa veuve, qui conserva celle de Kassa, et Weingand pour les autres. Le deuxième catalogue ne mentionne en français que le nom de Weingand.

23 Voir Barbier F. (dir.), Est-Ouest : transferts et réceptions dans le monde du livre en Europe (XVIIe-XXe siècles), Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2005.

24 Martin E., Les livres français…, op. cit., p. 16. Les journaux de Marivaux (L’indigent philosophe, Le cabinet du philosophe et Le spectateur français, voir Levrier A., Les journaux de Marivaux et le monde des spectateurs, Paris, PU Paris-Sorbonne, 2007), trop revendicatifs, étaient en effet tenus à l’écart.

25 Avec quelques adresses fantaisistes, comme celle de Pékin.

26 Voir le travail en cours : Barbier F., Juratic S. et Mellerio A. (dir.), Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris (1701-1789), t. I, A-C, Genève, Droz, 2007.

27 Moussu A., Le comte János Fekete…, op. cit., p. 43. La présence de quelques livres publiés aux États-Unis (Philadelphie ou Boston) peut aussi être rapprochée des principes et des attentes maçonniques nouvelles des Hongrois.

28 Verzeichniss von neuen und ältern büchern, welche bei J.M. Weingand in Pest und Ofen verkauft werden.

Abbildungsverzeichnis

Titel Géographie du livre et civilisations des Lumières chez Weingand.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18172/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 346k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search