Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Deuxième Partie. Influence économique, goût et mœurs françaises en Europe centrale

20. La Pologne, un pays producteur de Bordeaux dans l’entre-deux-guerres ?

Marguerite Figeac-Monthus

Texte intégral

1On imagine assez mal, dans ce plat pays traversé par la Vistule et bordé d’ouest en est par les croupes lacustres de Poméranie et de Mazurie, poindre un vignoble, d’autant que les Polonais ont plutôt la réputation de consommer de la bière et de la Vodka. Pourtant, à la fin des années 1920, dans la presse de Poznań, de Bydgosczc et de Varsovie, on ne parle que des wein-fabrik ! Cette pratique importée d’Allemagne s’était étendue après le premier conflit mondial, au couloir de Dantzig puis de là, répandue sur l’ensemble du territoire. Certes, les cépages bordelais ne s’étaient pas acclimatés à la rudesse des hivers polonais sur les croupes de la Baltique, mais les maisons de commerce, profitant d’une expansion des villes et d’un enrichissement des classes moyennes, avaient choisi la fraude comme méthode de commercialisation des vins. Les médocs, les barsacs, les sauternes, etc., traditionnellement consommés par une élite fortunée friande de culture française, étaient comme par magie devenus à la portée de tous et attestaient sans aucun doute de l’influence culturelle de la France.

2Pourtant, grâce à une investigation policière et à l’obstination du marquis de Lur Saluces, président des syndicats des vins blancs de Bordeaux, l’affaire des wein fabrik devait éclater avec fracas au grand jour, posant du même coup le problème du dépôt des marques et de la contrefaçon. Cette question, qui fut essentielle dans ce pays neuf que représentait la Pologne de l’entre-deux-guerres, atteste-t-elle d’un rayonnement français ? Nous verrons, pour répondre à cette question, en quoi l’Europe centrale constituait à cette époque un nouveau marché pour les vins français, puis nous essaierons de comprendre comment les crus bordelais étaient diffusés par le biais de la fraude et de la contrefaçon, et nous analyserons enfin les conséquences de ces affaires.

L’Europe centrale : un nouveau marché pour les vins français

3Après la Première Guerre mondiale, la carte de l’Europe centrale change. Les empires allemand, austro-hongrois et russe donnent naissance à de nouveaux États indépendants qui en se reconstituant devaient politiquement tisser des liens commerciaux avec la France, oubliant ainsi les exigences de l’ancienne puissance dominatrice. Pendant la Belle Époque, les Allemands étaient de gros consommateurs de vins français et en particulier de champagnes. Ce goût, lié à une croissance du niveau de vie dans l’ensemble de l’Empire, y compris sur les territoires polonais, avait entraîné le développement d’un marché parallèle où l’on avait baptisé « champagne » des boissons sucrées et gazéifiées provenant de pommes. Dans une étude réalisée en 1922 sur l’exportation des vins, Prosper Gervais et Paul Gouy soulignent que l’Allemagne :

  • 1 Gervais P. et Gouy P., L’exportation des vins, Paris, Payot, 1922, p. 87.

imposait ses pseudo-vins, qu’elle fabriquait à très bas prix, et accaparait ainsi le commerce. Grâce à des réclames persévérantes, à l’influence des compatriotes établis en foule à l’étranger, et à l’appui des pouvoirs publics, le commerce germanique avait fini par conquérir une place importante dans le Nord de l’Europe, en Angleterre et en Russie : il s’alimentait dans ces « Wein-fabrik » de Mayence, Coblence, Wiesbaden, Cologne, Wurtzbourg, Hambourg, véritables officines où la fabrication des vins factices atteignait un degré de perfection qui n’a nulle part été égalé ! Il avait pour bases les mélanges frauduleux de vins étrangers et de vins nationaux, les falsifications et les manipulations de toute sorte, la contrefaçon en grand des marques d’origine des autres pays, enfin la tromperie sur la nature de la marchandise érigée en système et en science. Les ports francs, notamment celui de Hambourg, célèbre par son activité vinaire qui lui avait valu l’appellation de « vignoble de Hambourg », aussi bien que les usines de l’intérieur étaient des instruments de ces opérations et de cette prospérité1.

  • 2 Ibid.
  • 3 Bonin H., « La contrefaçon et les guerres industrielles. L’Union des fabricants et l’INPI », dans B (...)

4Ce texte est intéressant dans la mesure où il montre que la fraude était une pratique courante et ancienne. Selon les auteurs, elle devait s’arrêter avec la signature du traité de Versailles qui imposait à l’Allemagne l’adoption de la Convention de Madrid2. Cette dernière, plus connue sous le nom d’« arrangement de Madrid », avait vu le jour en 1891 dans le but de protéger les marques ; l’Allemagne y adhéra en décembre 1922. Dans ces conditions, il suffisait de se dégager de cette zone de protection et de déplacer ces pratiques sur un territoire où l’on parlait encore l’Allemand, le couloir de Dantzig. Pourtant, pour éviter certains dérapages, s’étaient mises en place progressivement au niveau international des règles juridiques. Ainsi, dès 1883, la convention de Paris marque le début d’une volonté de garantir les marques à l’échelle internationale. Seulement onze États y adhèrent (dont la France). L’Allemagne attend 1903. En 1891, l’arrangement de Madrid complète les accords de Paris en ce qui concerne la défense des marques. L’Allemagne ne le signe pas3 et cela lui donne une marge de manœuvre.

  • 4 Bonin H., « La contrefaçon », op. cit., p. 775.

5Dans l’entre-deux-guerres, l’Europe centrale et plus particulièrement la Pologne se présentent comme un marché intéressant pour les négociants en vins de Bordeaux. Certes, le fait d’expédier des grands crus via Dantzig ne constitue pas une innovation en soi, déjà dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la maison Schÿler avait constitué un réseau de points de vente intéressants sur la Baltique. Mais c’est surtout le contexte politique, économique et culturel de la Pologne d’après-guerre qui en fait un nouveau foyer de diffusion des grands crus que certaines maisons essaient d’ailleurs de contrefaire. En effet, depuis la première révolution industrielle, « les pays neufs » ont toujours utilisé l’imitation des produits pour parvenir à combler leur retard technique4.

  • 5 Beauvois D., La Pologne, Histoire, société, culture, Cahors/Paris, La Martinière, 2005, p. 319.
  • 6 Gervais P. et Gouy P., L’exportation des vins…, op. cit., p. 89.
  • 7 Ibid., p. 90.

6La Pologne, en se dégageant après les traités de Versailles et de Trianon des griffes allemandes et autrichiennes, devint enfin un État libre qui aspirait à nouer des contacts avec de nouveaux partenaires. Issue de la défaite allemande et hostile à la Russie, la Pologne chercha dans les années 1920 à se rapprocher de la France. Dans ces conditions, le 19 février 1921, Pilsudski signa à Paris un accord politique suivi quelques jours plus tard d’une convention militaire et d’un accord commercial. Ce rapprochement donnait à ce nouvel État un appui sur la scène internationale et officialisait du même coup l’influence française. Ainsi, la France inspira la nouvelle Constitution qui vit le jour en mars 19215. Ces liens d’amitié étaient d’autant plus forts qu’il existait chez les élites un réel attrait pour la langue et la culture françaises ; or, le vin n’en était-il pas le symbole ? Avant la guerre, la consommation des vins était limitée car leurs prix étaient très élevés et ils étaient surtout réservés aux élites des grandes villes. Le peuple avait l’habitude de consommer de la bière. Cette situation s’accentua après la guerre à cause de la dépréciation de la monnaie nationale. Les vins français expédiés en Pologne étaient contingentés avec des droits onéreux qui en paralysaient alors la diffusion6. Les observateurs de l’époque notèrent néanmoins les potentialités d’un marché polonais où il y avait une croissance rapide de la population et où les classes moyennes devenaient de plus en plus nombreuses7. Dans ce contexte, si les vins français restaient inaccessibles car beaucoup trop chers, les pratiques frauduleuses de l’Allemagne – qui ne pouvaient plus être utilisées dans le Reich – permettaient de diviser leurs prix par dix ou vingt. De cette façon, les grands crus français contrefaits devenaient plus abordables à des classes moyennes qui se trouvaient dans les grandes villes et qui étaient majoritairement composées d’ouvriers et d’employés.

La diffusion des crus bordelais par la contrefaçon et la fraude

  • 8 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)

7Dans les années 1930, la maison Fukier, dont le siège se situe à Varsovie, est à la recherche de producteurs ou de négociants prêts à écouler quelques grands crus et des vins français plus ordinaires sur le marché polonais. Pour attirer l’attention du marquis de Lur Saluces, le président de la chambre de commerce de Varsovie précise dans une lettre du 24 octobre 1930 que les caves Fukier « sont une curiosité en Pologne », qu’« elles possèdent des vins datant de 1606 » et que « c’est un établissement reconnu par les autorités et par le corps diplomatique en Pologne ». Pour essayer de convaincre un peu plus, le propriétaire d’Yquem qui était également le président des syndicats viticoles bordelais, souligne que « ces références de tout premier ordre peuvent faire prévoir un important chiffre d’affaires et que ce serait une chance pour les maisons françaises qui se feraient représenter par une telle firme »8. Cette requête arrive malheureusement après toute une série de litiges qui éclatèrent entre les producteurs de bordeaux et quelques revendeurs polonais peu scrupuleux.

8Au printemps 1927, les producteurs du Médoc et du Sauternais ainsi que des négociants qui avaient l’habitude de commercer avec la Pologne comme les Schÿler sont en émoi. Les propriétaires des grands châteaux restent en contact constant avec maître de Roquette-Buisson, chargé de trouver un avocat à Varsovie pour voir quelle procédure adopter. Le marquis de Lur Saluces se rend même sur place pour chercher un certain nombre d’éléments. Le 17 septembre 1927, le quotidien de Bydgoszcz, Dziennik Bydgoski, relate de la fałszowanie wina (falsification de vin) et cite l’exemple du « château Iquem » dont la bouteille est devenue accessible au plus grand nombre en étant vendue 5 zlotys, soit dix fois moins que les prix courants pratiqués dans le pays. La fraude est indéniable, la police démantèle tout un réseau frauduleux et plusieurs affaires s’entremêlent. À Varsovie, c’est maître Henri Koral, avocat à la cour d’appel, qui est chargé de l’affaire et qui tient régulièrement le marquis de Lur Saluces et le bâtonnier de Roquette-Buisson au courant.

  • 9 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)

9Les investigations policières mènent à la découverte d’un premier centre de falsification des vins à Bydgoszcz. Là, une imprimerie fabriquait sur commande des étiquettes de château d’Yquem. Maître Koral précise même dans une lettre que « Bydgoszcz et ses environs consommaient énormément de château Yquem mais presque exclusivement falsifié »9. Déjà en juillet 1927, la maison Schÿler, qui avait derrière elle une longue tradition de pratiques commerciales avec la Pologne, précise :

  • 10 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)

En réponse à votre lettre du 26 courant, nous comprenons l’émotion de Monsieur le Comte de Lur Saluces en constatant qu’il existait une fabrication locale de château d’Yquem en Pologne.
Nous n’ignorons pas, hélas, que la falsification des étiquettes à noms de vins et de firmes connus se fait sur une vaste échelle dans ce pays.
Monsieur Armand Schÿler qui a voyagé souvent en Pologne a constaté à plusieurs reprises que nos étiquettes étaient contrefaites et que les vins livrés sous ces étiquettes n’étaient nullement conformes aux vins que nous avions expédiés10.

10Après enquête, maître Koral découvre que l’affaire de la falsification des vins a pris une ampleur considérable : « On a trouvé du vin falsifié et j’ai opéré des saisies arrêts et perquisitions dans presque toutes les grandes villes de la Pologne ». Ainsi, ce n’est pas seulement Yquem qui est touché mais tous les vins blancs de Bordeaux. En Haute-Silésie par exemple, « province la plus riche de la Pologne » selon maître Koral, et plus précisément à Katowicw, on peut se procurer facilement des sauternes, des barsacs, des graves, des médocs et du Château Lafitte pour seulement 5 zlotys la bouteille. Les fraudeurs vont même jusqu’à fabriquer de nouveaux « châteaux » jusque là inconnus en France mais qui sont achetés car ils se trouvent à des prix défiant toute concurrence. Ces vins d’un genre nouveau permettent de réveiller un imaginaire qui, entre l’espace allemand et l’espace soviétique, s’est bâti autour d’une tradition et d’une culture françaises d’autant plus importantes que la France entretient désormais des relations d’amitié avec la Pologne.

  • 11 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)

11L’enquête de maître Koral permet de dégager une véritable géographie de la fraude avec plusieurs foyers où l’on transforme des vins français : Dantzig, Varsovie, Lwów (Lemberg). En fait, dans ces trois centres s’était implantée la maison Seydel dont le siège principal se situait à Varsovie ; de là, les vins étaient redistribués sur l’ensemble du territoire à des prix très bas. La maison Seydel vendait des vins à des grossistes qui se trouvaient à Varsovie, Lublin, Bydgoszcz, Cracovie, Lodz, Radom. Certains (trois d’entre eux), plus fortunés, n’ont pas pu être démasqués car ils s’étaient arrangés pour acheter du château d’Yquem à des négociants bordelais. Ainsi, la maison Sisewski, qui avait vendu la bouteille d’Yquem à 17 zlotys, avait passé une commande à la maison Labèque et Cie qui se trouvait à Bordeaux11 ; un autre marchand de Bydgoszcz, Schmidt, pour se mettre à l’abri, avait fait la même opération avec la maison Cruse ; et un troisième marchand avec Joseph de Pontaud. Tout semble étrangement inextricable. Maître Koral est un peu perdu et se demande « comment expliquer ce dilemme » entre une bouteille d’Yquem 1919 à deux francs et la même vendue chez un autre négociant à cent francs ? Il est d’autant plus troublé que Monsieur Seydel, qui redoute qu’une vieille firme comme la sienne ne soit discréditée, demande dès le mois d’août 1927 que l’on étouffe l’affaire. Mais au cours de la conversation avec maître Koral, Monsieur Seydel avoue que « les noms de firmes bordelaises figurant sur les étiquettes étaient tout simplement des noms imaginaires qu’ils inventaient eux-mêmes ». Des tractations sont alors entreprises entre les deux parties, mais elles n’aboutissent pas car la somme exigée côté français est trop forte.

  • 12 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)
  • 13 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)

12Dans l’article du journal de Bydgoszcz, le vin Kruszwickie est déconseillé aux amateurs car ce n’est pas du château d’Yquem. En effet, à l’affaire Seydel vient s’en greffer une autre, celle des vins de fruits. Les Polonais apprécient beaucoup ce type de boisson ; pour en faciliter la vente, certaines firmes n’ont pas hésité à utiliser des labels français en reprenant le nom des grands terroirs viticoles bordelais. Ainsi, les vins de groseilles, framboises, pommes ou poires se vendaient sous les dénominations de Sauternes, Yquem, Médoc, Barsac, Graves, etc., avec la mention « vin de fruits »12. Une « fabrique de vins » avait été installée à Bydgoszcz, elle vendait du « Haut-Sauternes de fruits » et l’avocat du syndicat viticole des vins blancs de Bordeaux précise : « Il y a là évidemment l’usurpation de nom véritablement invraisemblable. Je me demande si cela ne tombe pas sous les pratiques délictuelles du droit commun »13.

Le 17 septembre 1927 le quotidien de Bydgoszcz Dziennik Bydgoski relate de la « Faïszowae wina » (falsification du vin) et cite l’exemple du « château d’Iquem » (Yquem)

13En fait, il existait au moins trois affaires : celle de la maison Seydel qui écoulait du vin falsifié, celle des fausses étiquettes de Bydgosczc et celle enfin des producteurs de vins de fruits qui avaient usurpé les marques françaises. Le vin qui allait être trafiqué arrivait par la ville libre de Dantzig et de là, pénétrait dans l’ensemble du territoire via le couloir pour se répandre en Haute-Silésie et à Varsovie. Le mécanisme de diffusion était le suivant : arrivée du vin par Dantzig, transformation dans des « fabriques » de Bydgoszcz et de Varsovie, diffusion auprès des restaurateurs, détaillants, petits marchands, etc., dont quelques-uns semblaient de bonne foi.

14Dans ces affaires, les Polonais comprennent assez mal les réticences françaises et Maître Koral doit se faire très persuasif vis-à-vis des autorités, car pour elles c’est une pratique courante et il n’y a pas vraiment fraude. Plusieurs remarques anodines relevées au hasard de la correspondance nous le prouvent : Ou encore :

Dans toutes les grandes villes où j’ai passé pour faire valider les saisies, je suis rentré en contact avec des agents consulaires français et quand ces messieurs apprenaient le but de ma visite, c’était toujours qu’une exclamation « enfin ».

15Ou encore :

  • 14 Ibid.

Maître Koral, qui a obtenu une évolution des opinions des autorités et de la jurisprudence polonaises14.

  • 15 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)

16Les arguments donnés par les fraudeurs attestent un manque de prise de conscience de la notion de marque ou de label. Ainsi, Monsieur Seydel pas plus que les producteurs de vins de fruits ne contestent la vente par de fausses bouteilles d’Yquem ; pour eux, cette dénomination n’était que générique puisque « depuis très longtemps, on a pris l’habitude d’appeler en général le vin blanc “Yquem”15. Cette position montre incontestablement le rayonnement viticole de la France en Pologne. De plus, les fraudeurs ne considéraient pas que cela fût suffisamment grave pour constituer un délit puisque les vins français de très haut de gamme n’étaient pas vendus en quantité suffisante sur le marché polonais. Cela ne représentait pas un manque à gagner comme le confirme cet extrait d’une lettre de maître Koral au marquis de Lur Saluces le 5 février 1930 :

  • 16 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)

La question des dommages-intérêts m’intéresse autant que vous, malheureusement, elle se présente il faut le dire franchement, très mal : la jurisprudence polonaise admet uniquement des dommages-intérêts comme équivalent plus ou moins réel des pertes subies. Or, l’instruction et les débats ont établi que votre production est tellement minime que vous ne pouvez pas satisfaire à toutes les demandes d’où la thèse que la diminution de vente éventuelle en Pologne ne pouvait pas causer de préjudice16.

17Seule la législation internationale pouvait faire évoluer la situation.

Le mécanisme de diffusion des vins

Le mécanisme de diffusion des vins

Les conséquences des « affaires bordelaises »

18Les conséquences des affaires de falsification des vins français apparaissent à plusieurs niveaux : sur les maisons de commerce qui subissent de plein fouet la concurrence déloyale et sur les fraudeurs pris en faute qui sont obligés de fermer leur négoce. Elles permettent aussi de dégager les mécanismes d’une procédure, de voir le rôle des acteurs et de comprendre comment une législation internationale en matière de protection des marques a vu progressivement le jour.

  • 17 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)
  • 18 Ibid.

19La maison Robinski, qui vendait l’Yquem au détail à 60 zlotys la bouteille et en gros à 55 zlotys, porta plainte avec d’autres commerçants devant le parquet de Poznań, mais celle-ci resta sans suite17. Pourtant, ces affaires de fraude étaient préoccupantes. En Haute-Silésie et à Poznań, une firme dans laquelle il y avait des intérêts à la fois français et polonais fit faillite, « ne pouvant pas tenir le coup à cause de la concurrence locale qui vendait le vin falsifié des marques françaises à des prix dérisoires »18. Ainsi, les préjudices étaient importants autant pour les détaillants locaux que pour les maisons de négoce ou les producteurs de bordeaux qui en perdaient leur crédibilité.

  • 19 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)

20Mais cette affaire des vins polonais eut des conséquences aussi sur la maison Seydel. Si elle s’engage dans la voie de l’illégalité par le biais de la fraude, c’est parce que ses affaires sont loin d’être florissantes avec « une situation financière excessivement précaire, on peut même dire à la veille de la faillite ou tout au moins de la période de cession de paiement »19. Maître Koral en dresse d’ailleurs un tableau très noir :

  • 20 Ibid.

L’immeuble est entièrement grevé d’hypothèques, leurs traites sont très nombreuses et pour comble de malheur, un caissier indélicat a disparu au mois d’août dernier avec la caisse qui contenait 60 000 zlotys… La société Seydel et Cie, malgré tout son désir d’éviter le discrédit, ne peut pas offrir une contrepartie en argent20.

  • 21 Ibid.
  • 22 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)
  • 23 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)

21Que cherche à faire ici l’avocat de Varsovie ? Un accord à l’amiable avec les deux parties dont il pourrait tirer de grands bénéfices ? Toujours est-il qu’en discutant avec son ami le bâtonnier Nowodworski, conseil de la société Seydel, il propose au marquis de Lur Saluces, de la part d’un des administrateurs de la firme, une somme de 10 000 zlotys pour faire arrêter la procédure, précisant même que la partie adverse pourrait aller jusqu’à 15 000 zlotys21. Mais si pour maître Koral la somme avancée semble modeste, « il y a excessivement peu de chance d’obtenir davantage ». Parallèlement, il ne cesse de réclamer au marquis de Lur Saluces l’envoi d’une caisse de vins d’Yquem pour procéder, à la demande du juge d’instruction de Varsovie, à des analyses chimiques. À Bordeaux, la méfiance s’installe, d’autant plus que le propriétaire d’Yquem, également président du syndicat des vins blancs, est conseillé par maître de Roquette-Buisson très connu dans le milieu du vin. Le 3 octobre 1927, ce dernier précise dans un billet : « Koral me paraît avoir été très vite […]. Le coup de la caisse d’Yquem me paraît d’une élégance un peu polonaise »22. Il faut, bien entendu, replacer cela dans le contexte de la fin des années 1920 où en France dans certains milieux, on ne comprend pas l’intérêt d’une amitié franco-polonaise. Toujours est-il qu’à partir de ce moment là, l’avocat de Varsovie va avoir du mal à s’imposer. L’enjeu principal va être de savoir si l’affaire Seydel doit être jugée au civil ou au pénal. Le bâtonnier de Roquette-Buisson qui supervise l’affaire d’Yquem depuis Bordeaux demande à maître Koral de poursuivre au pénal car il s’agit non pas d’une simple imitation de vins, mais de l’utilisation d’une marque à des fins frauduleuses, ce qui est plus grave : « Nous ne reprochons pas aux fraudeurs d’avoir imité la marque Yquem, nous leur reprochons d’avoir vendu sous le nom d’Yquem un vin qui n’en était pas »23.

  • 24 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude d (...)

22Par ailleurs, dès septembre 1927, des tractations sont entreprises entre les parties mais elles n’aboutissent pas, et le propriétaire du château d’Yquem maintient sa plainte. En mars 1929, la maison Seydel est mise sous surveillance judiciaire et en décembre de la même année, l’assemblée générale des actionnaires prend unanimement la décision de liquider la société. Les difficultés financières, les affaires de fraude, les poursuites judiciaires et la crise économique qui touchait la Pologne, devaient mettre fin à l’existence de cette maison. En décembre 1930, Henri Koral pris de remords écrit au marquis de Lur Saluces : « Je m’occuperai donc maintenant de la question d’indemnité tout en déplorant que la Société Seydel ait été mise en liquidation judiciaire à la suite de notre affaire qui l’a, paraît-il, complètement ruinée »24. En utilisant la loi en ce qui concerne l’appellation d’origine, les affaires de fraude sur les bordeaux triomphent au pénal.

  • 25 Gervais P. et Gouy P., L’exportation des vins, op. cit., p. 87.

23Il faut dire que la situation est très complexe car les procédures relèvent de statuts différents et surtout de la législation internationale. Tout d’abord, le port de Dantzig, dans lequel arrive le vin et où se trouvent plusieurs dépôts frauduleux, n’obéit pas à la même législation que le territoire de la République polonaise. Dans la ville libre de Dantzig s’étaient développées, comme ce fut le cas dans toutes les grandes villes allemandes d’avant-guerre, des wein-fabrik ; il n’est donc pas étonnant de voir le système perdurer25. Or, la législation avait changé puisqu’en 1923, comme le Reich, la ville libre adhère à la convention de Paris de 1883 et à l’arrangement de Madrid de 1891 qui ont pour but de protéger les marques, notamment en ce qui concerne les vins. Cette législation n’est pas appliquée en Pologne, d’où le développement des dépôts frauduleux.

24À Bordeaux, propriétaires et négociants possédaient deux organismes susceptibles de défendre leurs marques : le Syndicat des négociants en vins et spiritueux de Bordeaux et de la Gironde, et l’Union des fabricants pour la sauvegarde internationale de la propriété industrielle et artistique. Dans le cas polonais, pour protéger les vins bordelais il fallait, selon la maison Schÿler, que le négociant dépose à Varsovie une étiquette pour chaque vin commercialisé, ce qui évidemment avait un coût ; pour éviter la lourdeur du système, les négociants avaient choisi de ne rien faire.

25Les affaires de vins falsifiés, de marques contrefaites et de vins vendus pour du château d’Yquem ont eu un impact considérable, d’une part parce que certains inculpés ont été contraints de donner plus de 3 000 zlotys d’amende avec l’obligation de publication de la sentence dans la presse, et d’autre part parce que d’autres inculpés ont dû faire au moins trois mois de prison. Au-delà des sanctions, comme l’annonce en janvier 1930 le Messager polonais, cela « consacre définitivement en Pologne par des moyens de répression criminelle des appellations d’origine des produits vinicoles français ».

26Les affaires de fraude et de contrefaçon constituent incontestablement en Pologne le symbole d’un rayonnement français et plus particulièrement bordelais. Le fait d’appeler les boissons mousseuses « champagne » et les vins blancs « Yquem » ou « sauternes » attestent une renommée des vins et une volonté d’acheter et de consommer des produits de luxe émanant d’une culture française. La fraude, la falsification et la contrefaçon marquent le désir, au-delà des bénéfices ou du manque à gagner que cela représente pour les sociétés, de diffuser de nouvelles pratiques de consommation occidentales. Boire des vins français vrais ou faux, peu importe. Bien au-delà de ces pratiques, c’est d’un symbole qu’il s’agit, un symbole qui montre en quelque sorte que les Polonais cherchent à se dégager des tutelles allemande et russe, et veulent, grâce à des pratiques culturelles, vivre pleinement à travers le vin liberté et indépendance.

27La répression de la contrefaçon, si elle permet de préserver les appellations d’origine des produits viticoles français, si elle rassure les propriétaires et les négociants, semble surprendre les Polonais qui, en humant la robe d’un vin blanc ordinaire, croyaient sentir du Yquem et respirer à travers lui quelques essences de la liberté qui les conduisaient, le temps des années folles, à vivre en République comme en France.

Notes

1 Gervais P. et Gouy P., L’exportation des vins, Paris, Payot, 1922, p. 87.

2 Ibid.

3 Bonin H., « La contrefaçon et les guerres industrielles. L’Union des fabricants et l’INPI », dans Béa u r G., Bonin H. et Lemercier C. (éds.), Fraude, contrefaçon et contrebande de l’Antiquité à nos jours, Genève, DROZ, 2006, p. 781.

4 Bonin H., « La contrefaçon », op. cit., p. 775.

5 Beauvois D., La Pologne, Histoire, société, culture, Cahors/Paris, La Martinière, 2005, p. 319.

6 Gervais P. et Gouy P., L’exportation des vins…, op. cit., p. 89.

7 Ibid., p. 90.

8 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre du président de la chambre polono-française de Varsovie adressée au marquis de Lur Saluces, 24 octobre, 1930.

9 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre de maître Henri Koral du 17 août 1927.

10 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre de la Maison Schröder et Schÿler et Cie adressée le 29 juillet 1927 à Monsieur le Bâtonnier de Roquette-Buisson.

11 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettres de maître Henri Koral du 17 août 1927 et du 23 septembre 1927.

12 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre du Président de la chambre polono-française à Varsovie à Monsieur le Président du syndicat viticole des régions de Sauternes et de Barsac.

13 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre de maître Henri Koral du 26 avril 1928.

14 Ibid.

15 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre de maître de Roquette-Buisson au marquis de Lur Saluces du 23 septembre 1927.

16 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre de maître Henri Koral au marquis de Lur Saluces du 5 février 1930.

17 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre de maître Henri Koral non datée.

18 Ibid.

19 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre de maître Henri Koral du 23 septembre 1927.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre de maître de Roquette-Buisson du 3 octobre 1927 adressée au marquis de Lur Saluces.

23 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre de maître de Roquette-Buisson du 4 octobre 1927 adressée au marquis de Lur Saluces.

24 Archives privées de la famille de Lur Saluces, fonds contemporain non classé, affaires de fraude des vins, dossier polonais, 1927-1930. Lettre de maître Henri Koral du 12 décembre 1930.

25 Gervais P. et Gouy P., L’exportation des vins, op. cit., p. 87.

Table des illustrations

Légende Le 17 septembre 1927 le quotidien de Bydgoszcz Dziennik Bydgoski relate de la « Faïszowae wina » (falsification du vin) et cite l’exemple du « château d’Iquem » (Yquem)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18160/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Le mécanisme de diffusion des vins
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/18160/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search