Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Deuxième Partie. Influence économique, goût et mœurs françaises en Europe centrale

19. Être comme une Française : l’exemple des Polonaises durant l’époque moderne

Agnieszka Jakuboszczak

Texte intégral

  • 1 Qu’on appellera włoszczyzna du mot polonais Włochy désignant la patrie de la reine.
  • 2 Tomaszkiewicz W., Z dziejów polskiego mecenatu atrystycznego w wieku XVII, Wrocław, 1952.

1La présence des étrangers à la cour royale de Pologne était tout à fait naturelle. Le personnage le plus connu au XVIe siècle fut la reine Bona Sforza – l’épouse de Sigismond Ier le Vieux (1506-1548). Sa présence en Pologne, à partir de 1518, a permis d’introduire dans ce pays des légumes typiques de la cuisine italienne1 (carotte, persil, céleri, chou, poireau) ainsi que certaines coutumes italiennes. La première moitié du XVIIe siècle s’écoula sous le règne de la dynastie suédoise Vasa. Au temps de son premier représentant, Sigismond III (1587-1632), c’étaient les Suédois et les Allemands qui dominaient parmi les étrangers. Son fils, Ladislas IV Vasa (1632-1648), s’entourait le plus souvent d’Italiens comme Roncalli ou Fantoni. C’était justement la nationalité italienne qui dominait chez les artistes – surtout les musiciens – qui venaient à la cour de Pologne. Les artistes provenant des Pays-Bas espagnols ou de Hollande ne passaient pas non plus inaperçus. Nous pourrions y dépister notamment quelques noms d’origine française dont le passage n’a pourtant pas marqué la vie culturelle de la cour2. Marie-Louise de Gonzague n’a pas réussi non plus à attirer des peintres français importants. Nous pouvons en revanche relever des immigrants réfugiés de guerre ainsi que des personnes poursuivies pour hérésie. Bref, les Français à l’époque étaient peu nombreux à la cour de Pologne ; ils étaient en général marchands ou simples livreurs.

  • 3 Il s’agit du mot polonais Niemka.

2La cour des reines n’était pas non plus purement polonaise. Les traditions étrangères s’y sont bien implantées après la mort d’Anna Jagellon en 1596. En raison de la présence d’Anne d’Autriche († 1598) et de Constance d’Autriche († 1631) – les deux épouses de Sigismond III Vasa – ainsi que de la femme de Ladislas IV Vasa, Cécile Renée d’Autriche († 1644), les influences des Habsbourg sont devenues importantes. La présence de ces dames était tellement forte que le mot polonais désignant la « demoiselle d’honneur » a trouvé son synonyme dans un autre : Allemande3. Le moment crucial fut indubitablement le mariage de Ladislas IV Vasa avec Louise de Gonzague, sans oublier que cette dernière – malgré ses origines françaises – a accueilli à sa cour aussi bien des Polonaises que des Allemandes. Avec le temps, ces dernières étaient de moins en moins nombreuses. Quant à la cour du roi, la situation se présentait tout à fait différemment. Les étrangers y sont restés, pourvus de la confiance de la reine.

  • 4 Fabiani B., Warszawski dwór Ludwiki Marii, Warszawa, 1976, p. 30-33.

3Les Français arrivés en Pologne à l’époque de Marie-Louise de Gonzague et ayant intégré l’entourage de la reine étaient des magistrats, officiers, etc. C’étaient des personnes cherchant à faire une carrière, voire à parvenir à la fortune. Très souvent, ils étaient envoyés par l’entremise du duc de Conti4.

  • 5 Maciejewski J., Folklor środowiskowy. Sposób jego istnienia, cechy wyodrębniające (na przykładzie « (...)
  • 6 Rok B., Kalendarze czasów saskich, Wrocław, 1997 ; Janik M., Polskie kalendarze astrologiczne epoki (...)

4L’univers féminin d’une Polonaise de l’époque moderne se créait en fonction de la religion et de l’éducation – surtout au sein de la famille, selon la tradition et la mentalité du milieu dont elle était issue. C’est dans cette réalité qu’elle vivait et développait son activité. La compréhension des événements qui l’entouraient ne dépendait pas tellement de son sexe mais du savoir acquis, des prédispositions de son caractère ainsi que de son sens de l’observation et de l’analyse des faits. Tout cela – bien sûr – inséparablement lié aux clichés et stéréotypes moraux de la société. Les jeunes filles recevaient les informations par voie orale. C’est justement cette forme de communication qui paraît beaucoup plus efficace que celle des manuels. La parole travestie dans les mythes ou bien dans les homélies baroques complétait l’idée du folklore de la noblesse5. Nous ne pouvons pas oublier le rôle important de la lecture d’un livre, d’un journal ou bien de lettres. La correspondance avec les proches au sein du pays ou à l’étranger, les voyages, l’abonnement régulier non seulement à des journaux mais aussi à des calendriers populaires et des horoscopes6 complétaient la connaissance du monde. Ils suscitaient notamment la curiosité, la faim du savoir et surtout donnaient envie de suivre l’exemple des autres.

  • 7 Popiołek B., Kobiecy świat w czasach Augusta II : studia nad mentalnością kobiet z kręgów szlacheck (...)

5Pour une Polonaise de l’époque, l’Europe représentait « le monde éloigné », malgré le fait que certaines demoiselles avaient accès à des outils tels que le globe terrestre – objet constituant une preuve, presque palpable, de la distance, de la sphéricité de la terre et, avant tout, de l’existence des autres continents7. C’est cette distance qui était à l’origine du contraste entre l’image d’un monde étrange, quasiment irréel puisque connu de deuxième main, et celui du monde plutôt petit, bien connu et réel, une sorte de microcosme où les jeunes femmes passaient la plupart de leur vie. Ce cadre étroit aurait pu retrécir le développement de la personnalité et la capacité de jugement autonome et critique. La perception du monde éloigné était fondée, entre autres, sur les voyages. À partir du XVIIe siècle, ce privilège n’appartenait plus uniquement aux femmes d’origine magnate les plus riches, mais aussi aux jeunes filles. Le fruit de ces escapades était avant tout l’élargissement des horizons. Ceci ne signifiait pas toujours le ravissement absolu ni l’aveuglement par une autre culture. Certaines « voyageuses » se rassuraient sur l’exception de la culture et des traditions polonaises. Ce qui était commun pour toutes celles qui franchissaient les frontières de la Pologne, c’était une sorte de « tolérance », fruit du contact avec ce qui est étranger. C’était une occasion non seulement pour observer mais aussi pour apprécier de manière active à travers la pratique de la langue, de la danse, de la peinture et d’autres divertissements.

  • 8 Mercier G., Femmes des Lumières à la cour de Stanislas, Strasbourg, La Nuée Bleue/Éditions de l’Est (...)

6L’interface liant Paris et Varsovie était la cour installée à Nancy et à Lunéville qui se rassemblait dans les années 1736-1766 autour de Stanislas Leszczyński. La présence des femmes à cette cour n’était pas sans importance dans la propagation de la culture française et sa langue parmi les Polonais8. Le même rôle, mais cette fois-ci en Pologne, était tenu par le « petit Versailles » de Jan Klemens Branicki. Les femmes y agissaient également. Le personnage le plus connu du milieu était Isabelle Poniatowska Branicka, l’épouse de l’hetman. Par son érudition, sa passion pour les collections (grande bibliothèque et collection d’œuvres d’art) et sa vie sociale très active, elle égalait les dames françaises.

7Faire connaissance avec la France et sa culture afin d’intercepter certains modèles caractéristiques de ce pays était possible de deux manières : par le contact direct ou bien « de deuxième main ». Le voyage dans le pays de Molière, si loin des perspectives des dames polonaises, devait susciter beaucoup d’émotions.

Les Françaises et leur culture comme modèles par faits ?

La langue

  • 9 Rostworowski E., Francja Ludwika XV a Polska. Polityka – język – książki, Pamiętnik XV Powszechnego (...)
  • 10 En polonais : Komisja Edukacji Narodowej (KEN).
  • 11 Polonais angażant du mot français « engageante » ; polonais bonet du français « bonnet ».

8La bonne connaissance de la langue française était courante parmi les dames polonaises. On y parlait avec les étrangers, on y lisait, écrivait des lettres, utilisait des citations en français. La littérature française était présente sous forme de dictionnaires, de livres bilingues, de livres français et de traductions9. La traduction est devenue très importante au XVIIIe siècle car les traductions d’anglais, d’italien et d’espagnol se faisaient par l’intermédiaire des versions francophones. L’art de traduire était bien connu des représentants des familles de magnats, notamment des femmes comme la duchesse Franciszka Urszula Radziwiłł et Barbara Sanguszko. Le clergé était très efficace pour traduire, surtout les jésuites et les piaristes. Nous pourrions y mentionner aussi des hommes de lettres comme Franciszek Zabłocki. Ces traductions n’étaient pas destinées à l’aristocratie ou aux élites intellectuelles qui connaissaient parfaitement la langue de Molière, et qui pouvaient donc recourir directement aux originaux. Dans les années 1770, la Pologne a connu une avalanche d’œuvres françaises. La Commission de l’Éducation nationale10, misant sur l’héritage des jésuites et piaristes français, n’y était pas pour rien. Il est nécessaire de souligner qu’au XVIIIe siècle étaient publiés beaucoup d’ouvrages français traitant de la Pologne, lus par les Polonais eux-mêmes. Il faut remarquer que c’est à ce moment-là que l’adaptation du vocabulaire français au vocabulaire polonais quotidien eut lieu11. Après 1780, la fascination pour la littérature française stagna. On se tourna vers les œuvres anglaises et allemandes, de plus en plus en vogue, ainsi que vers la littérature indigène qui, en raison de la situation politique, avait besoin de s’affirmer.

La mode

  • 12 Wilder J. A., Okiem cudzoziemca. Ze wspomnień o dawnej Polsce, Warszawa, 1969, p. 89.
  • 13 Vautrin H., La Pologne du XVIIIe siècle vue par un précepteur français Hubert Vautrin, présentation (...)

9Il serait faux de dire qu’avant l’arrivée de Marie-Louise de Gonzague la mode française était inexistante en Pologne. Elle s’y est implantée bien avant pour s’épanouir véritablement après 1646, c’est-à-dire avec l’arrivée du cortège de la reine française. Auparavant, la tenue traditionnelle de la demoiselle polonaise était composée d’une jupe et d’un corset, et par-dessus d’une robe en forme de soutane agrafée sur la poitrine et ouverte depuis la ceinture. La tête et les oreilles étaient coiffées d’un bonnet blanc oblong, ceint d’une large zone noire. La gorge n’était jamais découverte. La révolution des habitudes vestimentaires polonaises s’exprimait dans les décolletés osés des robes, les coiffures (les frisettes autour du visage étaient obligatoires) décorées uniquement de perles. Les femmes se mirent à utiliser la poudre et le rouge à lèvres. Les inspirations provenant de Paris gagnaient la capitale de la Pologne et se prolongeaient vers la province. Les Polonaises étaient interéssées par tout ce qui provenait de France sans se soucier du prix. Cependant, les marchands français offraient la marchandise souvent cinq fois plus chère qu’à Paris en utilisant le système de mesure polonais12. Ce dernier était désavantageux par rapport au système français : une coudée polonaise était de 59,4 cm, une aune française était égale 118,8 cm. Les dames opulentes étaient réputées plus dépensières que l’élite française – pas très économe d’ailleurs. L’engouement pour la mode française au XVIIIe siècle a été décrit par Hubert Vautrin : « Les Français n’ont pas de meilleurs imitateurs qu’à Varsovie » et les Polonaises « sont aussi esclaves des modes que les Françaises elles-mêmes »13.

  • 14 Turnau I., Odzież mieszczaństwa warszawskiego w XVIII wieku, Wrocław/Warszawa/Kraków, 1967, p. 220.
  • 15 Il s’agit du mot polonais dezabile.
  • 16 Dumanowski J., Świat rzeczy szlachty wielkopolskiejw XVIII wieku, Toruń, 2006, p. 305.

10L’influence de la mode française sur l’apparence des dames polonaises était importante. Elle fut la règle jusqu’à la fin des années 1760, avec une nuance de Dresde due aux séjours fréquents des cours de Frédéric Auguste II Wettin de Saxe et d’Auguste III Wettin dans la capitale de la Saxe14. Il est nécessaire de souligner que le facteur crucial dans l’adoption des tendances parisiennes était le climat. De là découlait le goût pour les tenues fourrées ou bien ouatées. Suivant l’exemple des Françaises, les cours polonaises du XVIIIe siècle ont connu la distinction entre les robes officielles (portées pour une occasion spéciale et pour sortir de la maison) et les robes quotidiennes15 (portées à la maison, simples, sans fort-du-corps souligné). Il est important de préciser qu’à la fin du XVIIIe siècle (à l’époque des partitions de la Pologne), suivre les tendances étrangères était vu comme négliger l’intérêt de la patrie. Les dames polonaises étaient fascinées non seulement par les tenues mais aussi par la galanterie. Les plus riches souhaitaient posséder des carrosses français pour s’y promener quotidiennement et surtout, les jours de fête, être habillées bien évidemment selon la mode parisienne. J. Dumanowski attire notre attention sur le fait que très souvent au XVIIIe siècle, la marchandise dite « française » provenait d’Allemagne, et était faite par les immigrants français. Il souligne notamment que, du coup, ces articles omniprésents et accessibles à tous, tellement exceptionnels et exclusifs au début, ont commencé à perdre leur intérêt16.

La vie mondaine

11Être dame nécessitait en France des visites fréquentes à la cour royale. L’entourage du roi aspirait à dicter les normes de la mode, obligatoires pour tous et partout. Pour celles qui souhaitaient rester dignes du titre d’« imitateur fidèle », ce qui signifiait avoir l’approbation du roi, la tâche fut financièrement difficile. La santé était un autre critère important. La maladie ainsi que la santé affaiblie par une grossesse pouvaient coûter plusieurs semaines d’exclusion du milieu. Ce sont justement ces empêchements qui ont fait que Catherine de Vivonne, autrement appelée Madame de Rambouillet, avait commencé à recevoir des invités allongée dans son lit. Sa « ruelle », connue en tant que premier salon littéraire en France, fut active entre 1608 et 1659. Ce salon a attiré des grands personnages de l’époque comme Racan, Richelieu, Malherbe, Guez de Balzac et Voiture. En revanche, Madame de Rambouillet a trouvé beaucoup d’imitatrices qui essayaient de créer la même ambiance que celle qu’elle avait su créer. Au final, son attitude est revenue dans le cercle de la « préciosité ». Ainsi, le salon en tant que forme d’une vie sociale a gagné la Pologne. Ses premières ambassadrices furent Marie-Louise de Gonzague et son « héritière », la reine Marie-Casimire d’Arquien. Le vrai caractère des salons s’est implanté au sein des élites seulement au début du XVIIIe siècle. On dit que la première dame polonaise proposant des jeux aux invités, à l’exemple des conversations parisiennes et des discussions sur la littérature et sur l’art, fut Isabelle Czartoryska. Cette aristocrate était issue d’une famille fortement liée à la France et y avait reçu son éducation. Imprégnée des traditions de l’aristocratie française, elle proposait aux invités des rencontres régulières, une fois par semaine, consacrées aux discussions et aux jeux de l’esprit.

  • 17 le Laboureur J., « Relacja z podróży królowej polskiej », dans Gintel J., Cudzoziemcy o polsce. Rel (...)
  • 18 Kitowicz J., Skoro sie nacisnęło do polski kucharzów Francuzów i rodacy wydoskonalili się w kuchars (...)

12Avec la forte pénétration de la langue française et le renforcement du contact avec la culture française, l’idée du salon a gagné la Pologne. Parmi l’élite, les dames polonaises des milieux mondains se sont mises à imiter les divertissements à l’exemple de ceux de Paris, pratiqués au XVIIIe siècle non seulement par les aristocrates mais aussi par les bourgeoises entreprenantes comme Madame Geoffrin. On peut citer également l’exemple de la duchesse Barbara Sanguszkowa, dame dynamique et ambitieuse qui cherchait à imiter les salons français. Elle a commencé son activité en tant que veuve, en rassemblant autour d’elle des élites nobles, des écrivains et des amis fidèles qui partageaient sa passion pour la littérature française et qui tâchaient de traduire cette langue difficile en polonais. Les salons, aussi bien polonais que français, ne consistaient pas uniquement en lecture ou en création d’œuvres ; il s’agissait souvent de débats tout en buvant une tasse de thé ou de café ou bien en dégustant un plat. Déjà au XVIIe siècle, la confrontation des traditions culinaires des deux pays s’est révélée fort difficile. Pour les Françaises, la cuisine polonaise était avant tout trop épicée. Malgré son apparence séduisante, les quantités excessives d’épices, de safran et de sel furent difficiles à accepter par le palais français, si délicat. Les dames partaient donc affamées, espérant trouver ailleurs des plats préparés à la française17. Au XVIIIe siècle, les dames polonaises purent approfondir la dégustation des spécialités françaises, grâce à une vague de cuisiniers français venus en Pologne. Dans les mémoires de Kitowicz, nous pouvons lire que c’était grâce aux cuisiniers français que les cuisiniers polonais s’étaient perfectionnés pour proposer des plats plus exquis18, parmi lesquels les soupes dorées et blanches, les bouillons subtils et les pâtés. La viande n’avait pas disparu mais on avait renoncé aux épices traditionnelles en faveur des arômes, des essences, des huiles, du citron (au lieu du vinaigre) et du sucre (au lieu du miel). On a découvert les câpres, les olives, les anchois, les truffes, les huîtres, le vin de bourgogne qui servait pour préparer du saumon (avant on utilisait de l’eau). Toutes ces nouveautés furent acceptées par le palais des dames. Cependant, la plus grande révolution était le fait qu’on ait commencé à déguster et, du coup, les Polonaises furent affamées. Malgré la présence des plats à la française, le service était resté à l’allemande, l’aspect esthétique était aussi important que le goût.

« Savoir-vivre »

13Les Polonaises ont adopté non seulement la mode et la langue françaises, mais aussi un style de vie différent. L’introduction des mœurs de la noblesse parisienne était plus facile grâce à la présence de domestiques d’origine française. Dorénavant, les tenues osées étaient accompagnées d’attitudes et de manières plus décontractées. Les dames sont devenues plus directes dans leurs relations avec le sexe opposé et la coquetterie a connu un grand succès à la cour de Marie-Louise de Gonzague. Le changement de mœurs évoluait selon les Français, pourtant les dames polonaises n’ont jamais atteint un degré de raffinement aussi élevé que les Françaises.

  • 19 Finkel L., « Biblioteka Warszawska », Opis Rzeczypospolitej Polskiej z roku 1574-go według relacyi (...)
  • 20 Vautrin H., La Pologne du XVIIIe siècle..., op. cit., p. 159.
  • 21 Ibid., p. 160.
  • 22 Wilder J. A., Okiem cudzoziemca…, op. cit., p. 81.
  • 23 Potocki J. A., Moralia, (1688), Kraków, 2004, p. 3 : « do konwersacji, gier, tańców, rozkoszy / Któ (...)
  • 24 Morawska T. K., Diariusz podróży 1773-1774, Wrocław, B. Rok, 2002, p. 100-101.

14Au XVIIe siècle, Louis de Gonzague, duc de Nevers, trouvait les Polonais violents, rebelles, peu polis entre eux et de caractère bizarre19. Les Françaises demeurant en Pologne devaient s’habituer au discours – du point de vue français naturellement – grossier. D’après elles, les Polonaises n’avaient pas beaucoup de charme et de grâce, car « en général les femmes n’ont pas autant de dispositions que les hommes pour les manières françaises »20. Cette constatation n’est pas des plus favorables pour les dames polonaises. Peut-être ce manque de sensibilité qui devait caractériser la femme provenait-il de ce qu’écrivait Vautrin : « Les femmes, chez les nations civilisées, font le principal intérêt des sociétés ; en Pologne elles sont comptées pour rien dans ces réunions »21. Quelques gestes déjà anciens comme baiser la main et des manifestations fines de politesse française ne pouvaient pas compenser la négligence de la part des hommes. Surtout que quotidiennement, les Polonaises vivaient dans un monde de « brutalité scythe » et de « morgue asiatique ». Selon De Tende – noble demeurant en Pologne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle –, les dames polonaises résidant en-dehors de la cour ne devaient pas adopter la coquetterie malgré plusieurs occasions qui incitaient à des conduites désinvoltes22. Pour les moralistes polonais, ceci ne fut pas si certain. Potocki, dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, critique les influences étrangères dans ses Moralia23. Les dames polonaises furent notamment critiques envers le comportement des Français, en les jugeant assez agréables et polis mais également humiliant les autres et entreprenants24.

La mentalité

  • 25 Kuklo C., Kobieta samotna w społeczeństwie miejskim u schyłku Rzeczypospolitej szlacheckiej : studi (...)
  • 26 La congrégation fut fondée en 1610 par Jeanne Françoise de Chantal et François de Sales. Après la (...)

15Le niveau actuel des recherches ne permet toujours pas de comparer la mentalité d’une demoiselle polonaise moyenne à celle d’une Française. Il est impossible notamment de définir à quel point elles pouvaient s’inspirer mutuellement. En France, les recherches sur la perception du monde par la femme et sur leur système de valeurs sont bien avancées. Tandis qu’en Pologne, les premières thèses à ce sujet apparaissent seulement25. Il semble absolument nécessaire de publier la correspondance – renfermée dans les archives –, qui reste une source inestimable d’information sur la mentalité. Les premières recherches montrent que c’est dans la perception des questions religieuses et familiales que le terrain commun apparaît. Il est clair que les valeurs chrétiennes et l’Église formaient l’être humain de l’époque moderne et dans ces deux cas-là, il s’agit de la mentalité basée sur la religion gréco-catholique. La transmission de la religiosité française et du modèle d’éducation des femmes était possible grâce aux ordres féminins implantés en Pologne au XVIIe siècle par Marie-Louise de Gonzague. Les premières sœurs de l’ordre des Filles de la Charité (autrement dit les Sœurs de Saint-Vincent de Paul, fondées en 1633) sont arrivées en Pologne en 1652. Leur préoccupation principale était le service des malades, le service corporel et spirituel des pauvres, la formation des jeunes et des orphelins. Le deuxième ordre initié en Pologne par la reine française était l’ordre de la Visitation26. Son service consistait à obtenir des pensions pour les filles mais aussi à aider des filles pauvres. La reine veillait au travail des ordres, de plus en plus peuplés (environ 90 filles par an). Les adeptes y apprenaient non seulement les prières et les chants mais aussi le ménage. La langue française y jouait un rôle très important. Cette aptitude garantissait aux filles, et ensuite aux dames, le contact avec la civilisation française.

16Le modèle de religiosité française était transmis notamment par les missionnaires, venus à Varsovie de l’initiative de la reine en 1651. Il est vrai que leur première tâche consistait à aider les compatriotes demeurant en Pologne, mais les élites polonaises participaient très souvent aux actions menées par les missionnaires. Il est important de souligner que les trois ordres étaient des organisations très jeunes et que leurs règles ne suivaient pas les normes traditionnelles et souvent austères des ordres déjà existants. Ce dynamisme a permis aux dames polonaises de découvrir l’aspect moderne de la religiosité. Les leçons de François de Sales et de Vincent de Paul, fondateurs de trois ordres, mettaient l’accent sur l’amour d’autrui, manifesté par l’aide aux pauvres et aux malades, au nom de Dieu. À part les contacts tangibles avec la religiosité française, les dames polonaises avaient l’occasion d’approfondir la littérature religieuse, provenant surtout d’Espagne et d’Italie. Le contenu de cette instruction est devenu au XVIIIe siècle encore plus accessible grâce à l’ouverture de l’enseignement de piaristes sensibles aux influences françaises. Tout ceci fut possible grâce à Stanislas Konarski – l’auteur de la réforme d’éducation en Pologne. La vague des jésuites chassés de leur pays dans les années 1760 et 1770 n’y était pas non plus pour rien. La fascination de la culture française, tellement présente parmi les dames polonaises, était incontestable.

17La différence, définie souvent comme attractive, faisait qu’on rêvait des robes, carrosses, livres et autres objets d’origine française. On s’entourait de Français car leur présence était valorisante pour le statut social. La seule barrière qui pouvait exister pour les francophiles était la capacité financière. Dans des cas extrêmes, cela conduisait à la situation où les demoiselles polonaises essayaient d’être plus françaises que les Françaises elles-mêmes. D’un autre côté, la critique sévère des influences étrangères, qu’on croyait responsables de tout le mal, favorisait – souvent de manière profonde – les traditions indigènes. Ceci fut une base pour la xénophobie et le provincialisme.

Notes

1 Qu’on appellera włoszczyzna du mot polonais Włochy désignant la patrie de la reine.

2 Tomaszkiewicz W., Z dziejów polskiego mecenatu atrystycznego w wieku XVII, Wrocław, 1952.

3 Il s’agit du mot polonais Niemka.

4 Fabiani B., Warszawski dwór Ludwiki Marii, Warszawa, 1976, p. 30-33.

5 Maciejewski J., Folklor środowiskowy. Sposób jego istnienia, cechy wyodrębniające (na przykładzie « folkloru szlacheckiego » XVII i XVIII w.), Problemy socjologji literatury. Z dziejów form artystycznych w literaturze polskiej, Wrocław, pod red. J. Sławińskiego, 1971, p. 225.

6 Rok B., Kalendarze czasów saskich, Wrocław, 1997 ; Janik M., Polskie kalendarze astrologiczne epoki saskiej, Warszawa, 2003 ; Kroczak J., « Jeśli mię wieźdżba prawdziwa uwodzi... ». Prognostyki i znaki cudowne w polskiej literaturze barokowej, Wrocław, 2006.

7 Popiołek B., Kobiecy świat w czasach Augusta II : studia nad mentalnością kobiet z kręgów szlacheckich, Kraków, 2003, p. 309.

8 Mercier G., Femmes des Lumières à la cour de Stanislas, Strasbourg, La Nuée Bleue/Éditions de l’Est, 2004.

9 Rostworowski E., Francja Ludwika XV a Polska. Polityka – język – książki, Pamiętnik XV Powszechnego Zjazdu historyków polskich w Lublinie, 8-13 września 1969, t. III, Referaty i dyskusje, Warszawa, 1971, p. 502-510.

10 En polonais : Komisja Edukacji Narodowej (KEN).

11 Polonais angażant du mot français « engageante » ; polonais bonet du français « bonnet ».

12 Wilder J. A., Okiem cudzoziemca. Ze wspomnień o dawnej Polsce, Warszawa, 1969, p. 89.

13 Vautrin H., La Pologne du XVIIIe siècle vue par un précepteur français Hubert Vautrin, présentation de Marie Cholewo-Flandrin, Paris, Calmann-Lévy, 1966, p. 160.

14 Turnau I., Odzież mieszczaństwa warszawskiego w XVIII wieku, Wrocław/Warszawa/Kraków, 1967, p. 220.

15 Il s’agit du mot polonais dezabile.

16 Dumanowski J., Świat rzeczy szlachty wielkopolskiejw XVIII wieku, Toruń, 2006, p. 305.

17 le Laboureur J., « Relacja z podróży królowej polskiej », dans Gintel J., Cudzoziemcy o polsce. Relacje i opinie, t. I, Wiek X-XVII, Kraków, 1971, p. 242.

18 Kitowicz J., Skoro sie nacisnęło do polski kucharzów Francuzów i rodacy wydoskonalili się w kucharstwie, zniknęły portawy naturalne, a nastąpiły na ich miejsce jak najwykwintniejsze, t. II, Opis obyczajów za panowania Augusta III, Wrocław, Ossolineum, 2003, p. 459.

19 Finkel L., « Biblioteka Warszawska », Opis Rzeczypospolitej Polskiej z roku 1574-go według relacyi Ludwika Gonzagi, ks. De Nevers i Rhétel, t. IV, Warszawa, 1887, p. 181-191.

20 Vautrin H., La Pologne du XVIIIe siècle..., op. cit., p. 159.

21 Ibid., p. 160.

22 Wilder J. A., Okiem cudzoziemca…, op. cit., p. 81.

23 Potocki J. A., Moralia, (1688), Kraków, 2004, p. 3 : « do konwersacji, gier, tańców, rozkoszy / Którymi zasmrodzili Francuzi i Włoszy / Polskę naszę : jakie tam kawy ! jakie brydnie ! / I żywot poczciwemu, patrząc na to brzydnie ».

24 Morawska T. K., Diariusz podróży 1773-1774, Wrocław, B. Rok, 2002, p. 100-101.

25 Kuklo C., Kobieta samotna w społeczeństwie miejskim u schyłku Rzeczypospolitej szlacheckiej : studium demograficzno-społeczne, Białystok, 1998 ; Popiołek B., Kobiecy świat w czasach Augusta II…, op. cit. ; Bogucka M., Białogłowa w dawnej Polsce, Warszawa, 1998.

26 La congrégation fut fondée en 1610 par Jeanne Françoise de Chantal et François de Sales. Après la mort de ce dernier, Vincent de Paul s’occupa des Visitandines.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search