Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Deuxième Partie. Influence économique, goût et mœurs françaises en Europe centrale

18. Les mariages entre la noblesse polonaise et française au xviiie siècle

Igor Kraszewski

Texte intégral

1L’étude des mariages et de la politique matrimoniale rend perceptibles certains aspects des relations internationales dont d’autres domaines révèlent difficilement ou nullement l’existence. La constatation d’une exogamie forte prouve la fausseté des stéréotypes xénophobes ; en revanche, l’endogamie les confirme. Jugée selon ce seul facteur, la couche des magnats polonais ne devrait pas paraître ni exclusivement oligarchique, ni encore moins xénophobe, car l’échange géographique des époux entre les différentes provinces du pays et entre la République nobiliaire et les États voisins est considérable. Les mariages entre les représentants d’États lointains (comme c’est le cas de la Pologne et de la France) indiquent une certaine réciprocité culturelle, un espace social où ces couples pourraient fonctionner et communiquer. Finalement, les détails de ce fonctionnement nous poussent à esquisser les limites de l’espace mentionné. Il s’agit notamment de définir (s’il est possible) la façon dont coexistent des traditions des deux côtés, et tout spécialement de noter le profil culturel adopté par les descendants.

  • 1 Wyczański A., Między kulturą a polityką. Sekretarze królewscy Zygmunta Starego (1506-1548), Warsza (...)

2Il y a alors ces deux moments à étudier, l’individuel qui explique les conditions de l’union conjugale contractée à une date précise et celui qui concerne plus le groupe social démontrant l’existence des milieux « mixtes ». On ne peut que répéter ici la juste remarque d’Andrzej Wyczański, faite dans sa publication sur les secrétaires royaux sous Sigismond Ier le Vieux : « La condition indispensable d’étudier un groupe humain est de posséder les biographies au moins élémentaires de ses membres »1. Ainsi, cette première démarche doit être traitée avec des sources biographiques, tandis que la seconde exige une attitude statistique, ce qui la rend encore plus difficile. Il n’existe pas d’étude statistique des mariages nobiliaires pour la totalité de la Pologne nobiliaire, prise du point de vue de l’endogamie ou de l’exogamie, sans parler des comptes des épousailles selon le pays d’origine. On peut pourtant montrer quelques cas typiques, qui permettent de creuser des pistes de recherche. Faisons déjà une remarque importante – on s’abstient d’analyser les mariages dynastiques tels que les noces de Marie Leszczyńska et de Louis XV (1725), ainsi que celles de Marie-Josèphe de Saxe-Pologne et du dauphin Louis (1747). Ces événements, primordiaux pour l’histoire politique, appartiennent à une autre optique, beaucoup plus large et compliquée, et finalement assez bien connue.

  • 2 Dworzaczek W., Genealogia, Warszawa, 1959 (cité ensuite comme Dworz.).
  • 3 Schwennicke D., Europäische Stammtafeln, Marburg (cité ensuite comme Schw.). Plusieurs volumes édi (...)

3Il faudrait pourtant essayer de saisir quelques tendances générales en retrouvant le plus de couples possible. Pour cela, notre méthode diverge selon la hiérarchisation de la noblesse. Pour les familles de magnats polonais, le moyen le plus performant est d’examiner leurs généalogies ramassées par Włodzimierz Dworzaczek, dans son recueil scientifique toujours utile2 ; les familles françaises de l’Ancien Régime les plus éminentes ont un répertoire analogue édité par Detlev Schwennicke3. Pour la noblesse, notre façon de procéder a consisté à rechercher dans les armoriaux les personnages d’origine étrangère – française dans ce cas –, plus faciles à apercevoir. Malheureusement, il a fallu opter ici pour une attitude unilatérale, c’est-à-dire seulement polonaise, et les raisons en sont doubles. D’abord, le caractère spécial des armoriaux publiés en Pologne qui les traitent depuis le XVIe siècle dans des ouvrages consacrés autant à la généalogie qu’à l’héraldique, et bien évidemment ce sont les données généalogiques qui nous intéréssent. Ensuite, ce type de publication devrait couvrir la totalité de l’État ; or, pour la France, il manque les plus récentes.

  • 4 Boniecki A., Herbarz polski, t. I-XVI, Warszawa, 1899-1913 (cité ensuite comme Bon).
  • 5 Niesiecki K., Herbarz Polski Kaspra Niesieckiego, dans Bobrowicz J.N. (éd.), t. I-X, Lipsk, 1839-18 (...)
  • 6 Uruski S., Rodzina. Herbarz szlachty polskiej, t. I-XVI, Warszawa, 1904-1932, réimpr. Poznań, Herol (...)

4En choisissant entre les armoriaux disponibles, il a alors fallu faire attention à deux facteurs ; d’abord ils devaient être des plus vastes, et puis publiés assez tard pour couvrir tout le XVIIIe siècle et pour se baser sur les données plus au moins vérifiées par le développement des sciences auxiliaires au XIXe siècle. Le meilleur armorial polonais, celui d’Adam Boniecki, bien rigoureux du point de vue scientifique, présente un désavantage considérable dans notre optique, car il est arrêté au nom « Makomaski » ; la moitié de l’alphabet échappe donc à la recherche4. Celui de Gaspard Niesiecki, réédité et complété par Jean-Népomucène Bobrowicz5, bien qu’englobant tout l’alphabet, n’est pas toujours assez détaillé, il omet certaines familles peu importantes et avec plusieurs informations utiles, il mélange des légendes nécessitant une critique particulièrement attentive. S’imposait alors comme solution l’armorial du comte Sévérin Uruski en seize volumes6 qui, sans être complet, s’arrête à la lettre « S », et se termine dans les années 1930. Il pouvait – non sans erreur – profiter des travaux critiques parus jusqu’à son époque.

  • 7 Entre autres, il faut surtout énumérer la grande série, très inégale, mais certainement trop mépri (...)
  • 8 Sękowski R., Herbarz szlachty śląskiej. Informator genealogiczno-heraldyczny, t. I-V, Katowice/Chor (...)
  • 9 Pour le Royaume de Bohême, on dispose notamment de l’ouvrage récent de Županič J., Nová šlechta ra (...)

5Les informations fournies par Sévérin Uruski et ses continuateurs constituaient alors un fondement, permettant de cibler les familles de petite noblesse ou même anoblies qui soit venaient de France, soit avaient noué les relations conjugales avec la noblesse polonaise. Ce point de départ fut ensuite vérifié par la consultation d’autres armoriaux et la littérature détaillée disponible7. Quand les exemples furent spécialement parlants ou compliqués, on a examiné également les sources, mais uniquement publiées, vu l’étendue du sujet. Voulant confirmer l’importance des « zones intermédiaires » qui auraient dû faire entrer une famille d’origine française dans la République nobiliaire par les descendants des personnages déjà établis dans les provinces voisines (les États des Habsbourg et le Royaume de Prusse), il fallait prendre en considération également les recueils nobiliaires de ces territoires, notamment de la Silésie8 et du Royaume de Bohême9. Cet immense champ de recherche permettait d’identifier des cas typiques, sans prétendre à une description statistique complète. Cette dernière doit attendre la reprise de travaux de généalogie sérieux et systématiques, qui seuls peuvent fournir le matériel nécessaire.

  • 10 Trelińska B. (éd.), Album armorum nobilium Regni Poloniae XV-XVIII saec. Herby nobilitacji i indyge (...)
  • 11 Sęczys E. (éd.), Szlachta wylegitymowana w Królestwie Polskim w latach 1836-1861, Warszawa, DiG, 20 (...)
  • 12 Borkowska M., Leksykon zakonnic polskich epoki przedrozbiorowej, t. I, Polska Zachodnia i Północna,(...)
  • 13 Machynia M. et Srzednicki C. (dir.), Oficerowie Rzeczypospolitej Obojga Narodów 1777-1794. Spisy, t (...)
  • 14 Particulièrement la loi de 1786.

6Cependant, il faut avouer que quelques travaux de ce type sont déjà parus et, bien qu’ils ne concernent que certains aspects de la vie nobiliaire, ils sont utiles pour notre propos. Le sujet choisi implique incontestablement une rigueur dans le traitement des mariages entre les Français et les Polonais au XVIIIe siècle – ce sont les alliances entre les représentants de la noblesse qui doivent être abordées. Mais au lieu de faciliter la recherche, cela pose des problèmes de classement. Il est souvent assez difficile de reconnaître s’il s’agit d’une souche noble ou non, et la mobilité des personnages au service des différentes cours européennes exige une attitude plus vigilante envers leur condition noble. Pour la Pologne, les travaux des dernières décennies ont permis de mieux s’orienter sur ce sol incertain, car nous disposons à présent de recueils complets d’indigénats et d’anoblissements du XVe siècle jusqu’à la fin de la République10, ce qui permet de savoir si on traite d’une famille d’origine noble ou d’une famille qui ne demande qu’à le devenir. Les inscriptions des registres de l’Office de Héraut d’Armes du Royaume de Pologne au XIXe siècle, éditées en forme abrégée par Elżbieta Sęczys11, bien que se référant à la période suivante, permettent de vérifier certaines données et de suivre les péripéties typiques des couples mixtes et de leurs descendances. Une valeur similaire appartient au grand lexicon des religieuses de l’ancienne Pologne, préparé par Małgorzata Borkowska12, d’une part parce que l’auteur essaie de donner des informations généalogiques en utilisant les sources parfois difficilement disponibles des monastères, et d’autre part parce que pour quelques congrégations, c’étaient les sœurs d’origine française qui arrivaient sur les rives de la Vistule ; parfois, leurs proches les accompagnaient, ce qui renforçait la présence des colonies françaises en Pologne. De plus grande valeur encore se présente la récente publication des listes des officiers de tous les détachements des armées de la Couronne et du Grand Duché de Lituanie, avec des index et des informations précises sur les carrières militaires13. Le grand intérêt de cette série découle du fait que l’armée, à côté de la cour, était le milieu le plus pénétré par les étrangers et beaucoup de lignages français peuvent s’y retrouver bien que les lois de la République, notamment à la fin du XVIIIe siècle, aient bloqué les promotions des immigrants14. Malheureusement, Les listes des officiers ne couvrent que les années 1777-1794 et les données biographiques autres que les avancements et nominations sont fort inégales.

  • 15 On dispose de quelques études sérieuses qui d’ailleurs démontrent la complexité et les pièges des (...)
  • 16 Tout comme les Français qui obtinrent l’indigénat ou l’anoblissement en Pologne, des Polonais obti (...)
  • 17 Willaume J., Generał Józef Wielhorski (1759-1817), Poznań, 1925, p. 81.
  • 18 ORPON, op. cit., t. I, pt. 1, p. 138.
  • 19 Willaume J., Generał Józef Wielhorski…, op. cit., p. 81. I. Kulesza-Woroniecka, dans son livre sur (...)
  • 20 Le Père Anselme mentionne Gaston-Jean-Baptiste Terrat, marquis de Travers, qui mourut sans descend (...)

7Tout cela démontre une sérieuse absence d’études consacrées précisément au sujet en question15. Les armoriaux et répertoires ne peuvent pas remplacer une vaste analyse des migrations franco-polonaises ; pourtant, ils le doivent. Il n’existe pas de travail général présentant le nombre, le profil social et les destins des Français venus en Pologne, et encore moins pour le courant inverse16. Deux cas particuliers permettant de mieux comprendre les difficultés des recherches sont les mariages dans la famille des Wielhorski. C’était une famille qui, dans la première moitié du XVIII e siècle, atteignit le statut des magnats. Son rejeton le plus célèbre, le comte Michel (1731-1814), grand maître de cuisine de cour de Lituanie et mari de la princesse Elisabeth Ogińska (décédée à Paris en 1771), épousa en secondes noces une demoiselle de nom français, Louise Traversier – comme l’appelle un auteur du XIXe siècle17. Pourtant, dans les ouvrages récents elle figure comme la comtesse Louise de Traversier18. De même, le fils puîné de Michel, le comte Joseph (1759-1817), prit pour épouse Anne Traversier, dont il divorça avant 180419. Dans les armoriaux et travaux généalogiques, nous n’avons pas réussi à identifier les demoiselles Traversier20 ; il est alors difficile d’attester leur noblesse, sans parler du titre qui semble être un embellissement de politesse. Faute de recherches détaillées, on ignore aussi les origines de ces deux mariages.

  • 21 Il faut encore prendre en considération les changements d’orthographe qui se produisirent soit spo (...)
  • 22 HŚ, t. V, p. 107.

8Un nouvel exemple illustre bien une autre difficulté de recherche. Pour les familles moins connues, le critère qui s’impose d’abord est le nom de famille21. Or, l’orthographe française peut être trompeuse, comme pour les origines du patronyme de la famille de Maubeuge. Le premier qui porta ce nom était Jacques de Maubeuge, un des officiers au service des Habsbourg, au temps de Léopold Ier. Ce n’était pourtant qu’un nom obtenu grâce à des lettres impériales de noblesse, accordées en 1661, tandis que le nom d’origine était Heitzelmann (et il était dit Polakh, vraisemblablement à cause de son ascendance polonaise). Le premier des Maubeuge reçut son titre de noblesse grâce aux exploits de son père, qui remporta une victoire sur le général Langeville, près de Maubeuge (Monbosche). La famille abandonna ensuite le nom de Heitzelmann et n’utilisa que l’ajout « français », bien que n’ayant rien de commun avec la France22.

  • 23 Urus., t. II, p. 154.
  • 24 Urus., t. IV, p. 32. Uruski note deux familles – les Filleborne (p. 32) et les Filiborn (p. 29) –, (...)
  • 25 Sęczys, op. cit., p. 158.
  • 26 Urus., t. IV, p. 29.
  • 27 Urus., t. IV, p. 32.

9Une situation similaire semble concerner la famille Chaudoir de Berdivan. Selon l’armorial d’Uruski, elle était issue de Bavière, d’où son représentant arriva à Varsovie au temps de Stanisław August. Les Chaudoir, bien qu’installés en Pologne, ont maintenu leurs liens avec Munich, car c’est le roi de Bavière qui leur accorda le titre de barons de Berdivan en 181423. Installés en Pologne, titrés en Bavière, ils ne portent cependant qu’un nom évidemment français. Pourtant, faut-il les considérer comme appartenant à la noblesse française, sachant que leur blason vient des mains des Wittelsbach ? Seules des recherches détaillées pourraient éclairer le statut social et les origines exactes de cette famille. On dira la même chose pour les Filleborne ; si on ne connaît pas leurs ancêtres, on peut les soupçonner d’être Français à cause de la forme du nom. Les auteurs des armoriaux pensent qu’ils viennent de Suède, et la forme « Filleborne » pourrait être soit un nom français d’expatrié d’abord au Nord puis en Pologne, soit un nom suédois ayant été francisé depuis l’avènement de la République nobiliaire24. Le plus ancien membre de cette souche, Samuel, fut fonctionnaire de la Monnaie de Varsovie, et épousa une demoiselle polonaise, Barbe Gębaszewska, qui lui donna au moins un fils, Jean-Antoine (né en 1786 à Varsovie), marié lui-même à Catherine-Ursule Lewicka (1825)25. Ce dernier fut inscrit avec ses fils sur les registres de la noblesse de Wolhynie (1842)26. Il n’est pas plus facile d’établir la source de cette noblesse, bien qu’on note un autre représentant des Filleborne, qui dut son anoblissement au service militaire dans les armées du Royaume de Pologne. Les Filleborne habitant Varsovie au temps du dernier roi, ils furent considérés bourgeois de la capitale27, et il ne reste aucune trace d’un indigénat ni d’un anoblissement en Pologne.

  • 28 Urus., t. III, p. 127. Volumina Legum. Przedruk zbioru praw staraniem XX. Pijarów, w Warszawie od (...)
  • 29 Album armorum, p. 381, n. 1049. VL, t. V, p. 307, n. 34 : « Ponieważ w napisaniu nazwiska przy ind (...)
  • 30 Bon., t. IV, p. 188.
  • 31 Urus., t. III, p. 127-128. Ils ont pourtant présenté leurs preuves de noblesse en 1854 et 1873 dan (...)

10La venue des Français en Pologne par la Suède se montre encore plus clairement dans le cas de la famille Delawal. Dans les armoriaux, elle est déclarée d’origine suédoise, bien que la forme du nom soit évidemment tirée des langues romanes. La constitution de la Diète de 1673 accorda l’indigénat à Jean et Samuel Delawal, deux officiers au service du roi de Pologne28. Pourtant, les éditeurs des indigénats parlementaires rectifient cette information suivant la constitution de la Diète de 1678, où il est précisé que l’indigénat touche Gustave-Adolphe de la Vallee de Gobe (sic), capitaine et ensuite sous-colonel du château de Słuck, en Volhynie29. Il semble cependant s’agir de deux familles distinctes, car leurs armoiries diffèrent30. Le fils de Jean, Michel Delawal, épousa Catherine Łukomska et laissa des descendants qui habitaient au XIXe siècle la région de Mińsk31.

  • 32 Album armorum, p. 550, n. 1664. Bon., t. VI, p. 27.
  • 33 Urus., t. XV, p. 208. Album armorum, p. 568, n. 1727.

11Parmi les indigénats, on retrouve des nobles français, qui n’ont pas laissé de traces dans les armoriaux, ni dans les registres des nobles au XIXe siècle. Tel est le cas de Georges Gentil de Langalerie32, ou Étienne Chardon de Rieul33, qui ont reçu l’indigénat en 1768.

  • 34 Tygielski W., « Więź », Włosi w Polsce XVI-XVII wieku. Utracona szansa na modernizację, Warszawa, 2 (...)
  • 35 Tygielski W., Włosi w Polsce…, op. cit., p. 628-629 : « Imigracja Francuzów do Polski była przede w (...)
  • 36 Tygielski W., « Więź », Włosi w Polsce…, op. cit., p. 630 : « Efektem tych silniejszych więzi nie b (...)

12Ces exemples prouvent qu’on ressent vivement le manque d’un livre traitant de l’ensemble des sujets liés aux migrations et contacts durables entre les Français et les Polonais à l’époque moderne, un livre à l’instar de celui qui a dépeint les mêmes relations entre les Italiens et les Polonais (Les Italiens en Pologne aux XVIe-XVIIe siècles)34. Ce dernier est encore unilatéral, ayant abordé plutôt la présence des Italiens dans la République des Deux Nations aux XVIe et XVIIe siècles, bien que son importance permette plusieurs remarques sur les arrivées des Polonais en Italie. L’auteur consacre aussi quelques pages aux autres régions d’Europe dont les habitants entraient en contact plus étroit avec les sujets des rois de Varsovie et, traitant de la France, il constate : « L’immigration des Français en Pologne était tout d’abord un phénomène individuel et en principe, elle n’a jamais revêtu le caractère massif. Alors, en France, il n’y avait pas de modèle d’expansion émigrationniste, du type pacifique, dirigée vers la Pologne, et l’infiltration française dans notre région convergeait avec sa chronologie à l’échelle européenne »35. Se référant au XVIIIe siècle, Wojciech Tygielski, après avoir cité l’intensification des contacts politiques et culturels, ajoute une confirmation de ses constatations précédentes : « L’effet de ces liens ne s’exprimait pas par les migrations d’une quantité mesurable »36.

  • 37 Ibid., s. 41-42.

13À l’ouvrage Les Italiens en Pologne nous devons encore quelques idées de typologie, qui pourront être utiles dans l’analyse du cas français. La première s’applique au facteur social des arrivées, et est tirée du travail riche mais controversé de F.F. de Daugnon, édité à Crema en 1906, Gli Italiani in Polonia dal IX secolo al XVIII. De Daugnon classa ses personnages en quatre groupes : ceux qui ont reçu l’indigénat, c’est-à-dire l’extension de leur condition nobiliaire à la République, ceux qui devaient être anoblis, ceux auxquels les régnants polonais ont accordé les titres honorifiques, et finalement tous les autres, groupés selon leurs métiers37. La seconde se fonde sur la construction même du travail de Wojciech Tygielski, qui proposa d’étudier le sujet en six chapitres : 1) les témoignages de la présence italienne, 2) l’arrivée, 3) le séjour, 4) les influences, 5) la réaction polonaise, 6) les conséquences et les contextes. Bien évidemment, c’est un plan pour un raisonnement beaucoup plus large que le nôtre, où on se limite au problème des mariages. Cependant, c’est le cadre qui permet de comprendre quelle méthode serait souhaitable pour bien saisir le sujet.

  • 38 D’abord, Frédéric-Maurice (1702-1723), prince de Turenne et grand chambellan de France, épousé per (...)
  • 39 C’était Marianne-Louise Jabłonowska (1700-1773), mariée le 2 octobre 1730 à Anne-Charles-Frédéric (...)
  • 40 Dunin-Borkowski J., Almanach Błękitny. Genealogia żyjących rodów polskich, Lwów, 1908, réimpr. Bydg (...)

14Le XVIIe siècle connut un agent décisif pour les mariages entre l’aristocratie française et polonaise. Les deux reines polonaises, Louise-Marie de Gonzague et Marie-Casimire de la Grange d’Arquien, encourageaient ces unions comme un outil politique ; d’ailleurs, les mariages de cette dernière avec Jean Zamoyski puis avec le futur Jean III Sobieski étaient parmi les meilleurs succès de la politique de Louise-Marie de Gonzague. Avec le départ de Marie-Casimire et les débuts du règne de la Maison de Saxe, on voit clairement que ce facteur politique diminue. Il est évident que la cour d’Auguste II n’avait aucun intérêt à encourager les liens plus étroits entre les nobles de Pologne et ceux de France. Pourtant, certains milieux dans la République perpétraient leurs consanguinités françaises, trouvant l’appui politique dans la personne de Stanislas Ier Leszczyński. Ceci dit, il faut noter que la tradition nuptiale ne dépassait jamais deux à trois générations. La petite-fille de Marie-Casimire, Marie-Caroline Sobieska (1697-1740), épousa successivement deux princes de La Tour d’Auvergne38, et la petite-nièce de la reine était mariée en 1730 à Anne-Charles-Frédéric de la Trémoille (1711-1759)39. Mais ni les enfants de ces mariages, ni les petits-enfants ne maintinrent les liens matrimoniaux avec l’autre pays. Le cas à part reste le prince Louis Jabłonowski (1784-1864) qui, après la mort de sa première femme Charlotte comtesse Woyna (1786-1840), épousa Louise-Aloise de Marin (1813-1900)40. Le sacrement eut lieu en 1841 et la demoiselle descendait d’une famille vénitienne. Il serait sans fondement de le traiter comme la continuation d’une tradition familiale quelconque.

  • 41 Michel-Adalbert Morsztyn († 1695), comte de Châteauvillain et colonel du régiment de Hainaut mort (...)
  • 42 Isabelle Morsztynówna (1671-1758), mariée le 11 mai 1693 au prince Casimir Czartoryski (1674-1741) (...)
  • 43 Dworz., tbl. 142, p. 156 ; Urus., t. I, p. 185.
  • 44 Urus., t. X, p. 7 ; Pamiętnik Feliksa hr. Łubieńskiego, ministra sprawiedliwości, Warszawa, W. Cho (...)
  • 45 Album armorum, p. 493 ; VL, t. VII, p. 165. Les Salmour possédaient des biens dans l’électorat de (...)
  • 46 La constitution en question mentionne expressis verbis que l’indigénat est accordé à cause des mér (...)
  • 47 Adam Kęmpski devait épouser Salomée de Gauthieur avant 1746. Leur fille unique fut donnée en maria (...)

15Un autre milieu qui noua encore des liens de parenté entre les nobles des deux pays au XVII e siècle était la famille de grand sous-trésorier de la Couronne, Jean-André Morsztyn († 1701). Marié à une demoiselle écossaise de la suite de Louise-Marie, Morsztyn ayant fui la Pologne face à l’accusation de haute trahison, s’installa en France où il maria son fils à la fille du duc de Luynes41. Cependant, ses deux filles étaient données à des magnats polonais, une au prince Casimir Czartoryski, et l’autre à Casimir-Louis Bieliński42. La nombreuse progéniture de ces deux mariages contracta ses propres unions au sein de la noblesse polonaise, sauf Catherine Bielińska qui, après la mort de son premier époux Jacques Potocki (1715), s’est mariée au baron Victor de Besenval, ambassadeur français en Pologne43. Une de ses nièces, Hélène-Isabelle Łubieńska, donna sa main au comte Joseph de Salmour44. Leur fils, Christian-Antoine-Louis de Salmour, obtint en 1764 l’indigénat polonais, dont le contenu implique un autre type de difficultés « de définition » pour notre sujet, car la famille y est qualifiée d’origine piémontaise, et de plus honorée par un indigénat saxon45. Les promoteurs de cet indigénat étaient François Bieliński, le grand-maréchal de la Couronne, et le primat-archevêque Ladislas Łubieński, respectivement oncle et frère de Hélène-Isabelle46. Néanmoins, le couple Łubieńska-Salmour reste l’unique mariage francophone entre les unions exogames au milieu des arrière-petits-enfants de Jean-André Morsztyn. Les autres descendants du sous-trésorier infortuné qui se marièrent à des étrangers le firent selon les actualités politiques de l’époque – avec des familles autrichiennes (les Kinsky), russes (les Galitzine), et saxonnes (les Waldstein et les Flemming). Il faut mentionner cependant encore un couple franco-polonais dans leur cercle, bien que ce ne soit pas dans la famille proprement dite. Le secrétaire du grand maréchal de la Couronne François Bieliński (lui-même fils de Casimir-Louis), Adam Kęmpski, épousa Salomée de Gauthieur47.

  • 48 Żychl., t. VIII, p. 441 et 457.
  • 49 Pułaski K., Kronika polskich rodów szlacheckich Podola, Wołynia i Ukrainy, t. II, Warszawa, 2004, p (...)
  • 50 Żychl., t. VIII, p. 457.

16C’étaient généralement ces grandes maisons qui avaient, d’une certaine manière, « hérité » une mémoire de parentèles françaises du XVIIe siècle. Il y en avait d’autres, moins importantes, qui ont entamé encore à la fin du règne de Jean III des relations conjugales avec la noblesse francophone. Parfois, elles se nouèrent en fonction des péripéties entièrement « privées » d’un individu, sans appui d’un réseau de parents à l’étranger, sans une tradition familiale. C’est le cas d’une branche de la famille des Załuski. Au début des années 1690, François Załuski, palatin de Płocko, épousa Dorothée d’Archot de la Rivière, la dernière descendante des comtes d’Archot de la Rivière et de Houmont, barons de Houffalize, et héritière des biens et titres de la famille après la mort de son frère48. C’était une famille francophone établie en Flandre belge et distinguée au service des Habsbourg (le frère de Mme Załuska était le vice-roi de Murcie). Après la mort de Dorothée, François choisit en secondes noces une dame polonaise, Théophile Wapowska († 1750)49. Le fils unique de sa première femme, Chrisostome-Henri (1695-1732), mort encore du vivant de son père, ne laissa d’une magnate polonaise, Jeanne-Françoise Daniłowiczówna, qu’un seul fils, François-Charles Załuski50. Ce dernier réussit en 1761 à régler l’affaire de l’héritage flamand de sa grand-mère et, avec les biens, reçut les titres ; cette branche qui demeura en Pologne portait le nom Załuski d’Archot de la Rivière. Malgré cela, aucun autre membre du lignage n’avait contracté d’union avec les aristocrates de la zone limitrophe entre la France et les Pays-Bas autrichiens.

  • 51 Nies., t. IX, p. 241. Il s’agit certainement de Joseph-Alexandre de Montmorency, fils de Daniel II (...)
  • 52 Les liens de parenté entre les Warszycki et les Leszczyński étaient nombreux. Leur ancêtre commun (...)
  • 53 Anselme, t. III, p. 617 D.
  • 54 Urzędnicy wileńscy, p. 197 ; Lulewicz H. et Rachuba A., Urzędnicy centralni i dostojnicy Wielkiego (...)
  • 55 Le contrat de mariage fut signé ce jour-là à Varsovie ; voir Brunel G., Les sources de l’histoire (...)
  • 56 Ibid., p. 257. Nous n’avons pas pu établir les origines de cette famille, l’orthographe du nom éta (...)

17Également séparée, reste l’union d’Agnès-Emérencienne Warszycka. En premières noces, elle épousa Louis-Constantin Pociej (1660-1730), le palatin de Vilnius et le grand-hetman de Lituanie, et en secondes noces le comte de Bours, rejeton de l’illustre famille de Montmorency51. Bien que les parents de la demoiselle ne fussent pas les membres de la stricte élite politique de leur temps, Warszycki possédait une fortune considérable et était apparenté aux plus grandes maisons de Pologne. Emérencienne était la fille unique de Stanislas Warszycki, le grand porteglaive de la Couronne, et Marianne Jordan, et arrière-petite-fille du premier sénateur du royaume, Stanislas Warszycki, le châtelain de Cracovie. Par l’alliance de ce dernier avec la princesse Wiśniowiecka, la femme du comte de Montmorency était cousine du roi Michel Ier Wiśniowiecki et parente de Jean III Sobieski, mais appartenait également à des familles consanguines avec les Leszczyński52, ce qui pouvait compter pour un aristocrate français au temps du mariage de Marie Leszczyńska avec Louis XV. Les circonstances des noces de Montmorency sont assez obscures, mais il est certain que le comte de Bours avait eu l’occasion de connaître la femme du grand-hetman, étant lui-même officier dans l’armée saxonne, sous-lieutenant des chevaliers-gardes d’Auguste II et finalement son maréchal de camp53. La cérémonie eut lieu rapidement après la mort de Pociej, car le grand-hetman mourut le 3 janvier54 et dès le 23 septembre de la même année la veuve signa le nouveau contrat55. Les recherches détaillées pourraient dévoiler plusieurs détails de cette alliance et encore plus de mariages de Polonais célébrés en France, et dont l’existence nous échappe ; en avril 1693 par exemple, un certain André Cerwieski, valet de pied de la veuve du prince de Conti et fils de nobles polonais, épousa Catherine Grenault56. L’orthographe défigurée du nom de Cerwieski n’a pas permis de le retrouver dans les registres de la noblesse polonaise, et il faudra une enquête spéciale avant de constater le caractère de ce mariage.

  • 57 Album armorum, p. 350, n. 930.
  • 58 Gmiterek H. et Szczygieł R., Urzędnicy województwa bełskiego i ziemi chełmskiej XIV-XVIII w. Spisy,(...)
  • 59 Polski Słownik Biograficzny, t. V, p. 39-41, (cité ensuite comme PSB).
  • 60 Pour les informations généalogiques sur les Deboli, voir Urus., t. III, p. 124-125, et Bon., t. IV (...)

18Il est plus facile de suivre les carrières des Français installés dans la République des Deux Nations aux XVIIe et XVIIIe siècles ; le mariage mixte y fut un des éléments importants, tant pour l’individu que pour sa progéniture. Il y avait des souches anciennes, bien établies sur les bords de la Vistule, comme les De Beaulieu, polonisés en Deboli. Henri de Beaulieu était arrivé en Pologne au XVIIe siècle, dans l’entourage de Louise-Marie de Gonzague. Il participa à la guerre polono-suédoise, s’y distingua et obtint l’indigénat en 166257. Bien que sa dignité fût fraîche, il s’intégra totalement à la société nobiliaire, reçut la starostie de Tczew et la gestion de la riche starostie de Sambor, et épousa Catherine Orchowska. En 1678, il fit marier sa fille Jeanne à Jean Plemięcki. Son fils Nicolas tenait l’office d’échanson d’Owrucz, staroste de Półtowie et sa femme était une Gostomska, descendante d’une famille de sénateurs appauvrie, mais ancienne et estimée, ce qu’atteste son entière intégration dans la société nobiliaire polonaise. Le fils de Nicolas, Antoine, arriva à des fonctions importantes dans la cour de justice nobiliaire à Grabowiec, et il accéda en 1758 à la charge de porteoriflamme de Lubaczów, ce qui prouve une certaine confiance entre les autorités locales (les Potocki) et la noblesse de province58. Cette confiance de la part des monarques concerna aussi les Deboli. La plus grande carrière fut celle du fils d’Antoine, Augustin Deboli (1747-1810)59. Stanisław II August le nomma résident polonais à Petersbourg, le décora des ordres de Saint-Stanislas et de l’Aigle Blanc, et lui conféra l’office du grand porte-oriflamme de la Couronne – titre d’honneur certes, mais prestigieux. Augustin, ses frères et neveux se sont mariés avec des filles de bonnes familles (les princes Puzyna, les Szeptyccy, les Siemieńscy), et leur position au sein de la noblesse polonaise ne fut donc pas mise en doute60.

  • 61 Album armorum, p. 471, n. 1420, et p. 505-507, n. 1520-1523.

19On retrouve un cas semblable, bien que moins spectaculaire, chez les Deskur. C’est encore un nom polonisé, de la famille française de Picardie originellement appelée Descours, dotée d’indigénat en 1764 et 176661. Leur carrière commença également dans l’armée, où Jean Pierre Descours devint le lieutenant de l’infanterie de Lituanie. Il est bien intéressant d’examiner ses deux mariages. Le premier avec Charlotte de Tourgau (Tourgautt), dont l’origine n’est pas certaine ; elle pourrait être Française germanisée. Pour sa seconde épouse, Descours choisit une noble polonaise, Charlotte Buchowiecka. Les fils des deux noces épousèrent des Polonaises et leur descendance s’est entièrement intégrée à la société nobiliaire de la Petite Pologne notamment. On peut ajouter que les Deskur, qui à la fin du XIXe siècle se sont rapprochés de la « petite aristocratie » de Galicie, vivent toujours à Cracovie et que l’un d’eux obtint le cardinalat.

  • 62 La Diète de 1726 formula la constitution d’indigénat qui ne se réalisa que pour le fils de Jacques (...)

20L’histoire de la famille des Puget est plus connue. L’ascendant de sa branche polonaise était Henri de Puget, un Aquitain, président du parlement de Toulouse sous Louis XIV. Son fils Jacques-Benoît remplit pendant trente-trois ans les fonctions de résident de la Pologne à Rome, où il se maria avec une Italienne, Gertrude Dino. Récompensé par l’indigénat polonais (1726)62, il lança ses fils dans la carrière militaire dans l’armée du Grand Duché de Lituanie. Ceux-ci accédèrent à des charges importantes – Bernard devint le général-major, Jean le staroste de Duninów et le chambellan du roi (1766). C’est également ce dernier qui choisit pour épouse la fille d’un sénateur, Alexandre Borowska, et commença à utiliser la forme polonaise de son nom de famille : Puszet. Les enfants et petits-enfants de Jean contractèrent des mariages avec les représentants des familles aisées de la noblesse, particulièrement en Galicie, et avec l’attestation du titre de baron ils réussirent à maintenir au XIXe siècle un statut social élevé, qu’on peut qualifier d’aristocratique.

  • 63 Je tiens à remercier ici M. Alexandre Białkowski pour sa gentillesse de m’avoir fourni les résulta (...)
  • 64 Urus., t. V, p. 150.
  • 65 Album armorum, p. 475-477, n. 1431-1435.
  • 66 Urus., t. V, p. 150.
  • 67 LZP, t. II, p. 156.
  • 68 Le cas similaire présente les Lamott ou Lamoth. En 1697, le couple Jean Lamott et Cathérine Remi v (...)

21Un des exemples les plus intéressants est présenté par la famille des Hiż63. Les Hiż sont des serviteurs de Marie-Casimire de la Grange venant de France, et l’ascendant de la branche polonaise, Jean Hiż, travaillait en tant que caissier ou sous-trésorier de la reine64. La famille continua de rendre les services aux rois saxons ; on voit clairement qu’ils n’ont pas opté pour le candidat « français », comme il est permis d’appeller Stanislas Leszczyński. L’analyse de leur document d’anoblissement, versé par la Diète en 1764, permet de vérifier les informations des armoriaux, car les Hiż y sont mentionnés comme provenant d’Allemagne65. Leur nom de famille ne paraît pas vraiment français, même dans sa forme d’origine, Hisch66, bien qu’on connaisse l’orthographe alternative : Hiche, confirmée par les documents de l’époque67. Il se peut alors que la famille soit venue de France via le Saint-Empire, sans qu’on puisse identifier les étapes exactes de ce parcours et établir définitivement leur ascendance68.

  • 69 LZP, t. II, p. 156, donne le nom de la femme, Catherine Coupia ; concernant le nom de famille, c’e (...)
  • 70 Bon., t. VII, p. 285.
  • 71 VL, t. VII, p. 166. La constitution de la Diète du couronnement mentionne précisément que les Hiż (...)
  • 72 Les armoriaux signalent les Mathy comme famille établie au millieu du XVIIIe siècle en Prusse, où (...)
  • 73 Bon., t. VII, p. 286.

22Ce qui rend les Hiż intéressants du point de vue de leur stratégie matrimoniale, c’est le maintien des liaisons avec les différentes familles de provenance étrangère, le plus souvent française d’habitude mais point exclusivement, qui étaient dans l’orbite de la cour de Pologne, et ceci simultanément avec les mariages « purement » polonais. Le fils de Jean, né de Marianne de Luca, Jean-Guillaume I, secrétaire d’Auguste II et d’Auguste III, épousa Françoise de Loupia69, qui lui donna cinq fils et quatre filles. Les filles ont été mariées successivement : Anne à Louis Thjoli, conseiller du roi ; Élisabeth à Charles Pöppelmann, général-major des armées de Saxe ; et Françoise à Jean Gérault, le secrétaire de l’ambassade française70. Les cinq frères Hiż obtinrent l’anoblissement par la Diète de 176471, et ce fait semble signaler la consolidation de leurs liens avec la Pologne. L’aîné, François Hiż, colonel des chevaux-gardes de la Couronne, épousa une roturière polonaise, Félicienne Królikiewicz. Joseph est devenu écclésiastique, tandis que Pierre épousa sa cousine Éléonore de Loupia, et Jean-Guillaume II une autre demoiselle d’une famille étrangère établie en Pologne, Catherine de Mathy72. Le dernier des frères, Antoine, était marié à Anne de Quintard. La génération suivante épousa généralement les représentants de la noblesse polonaise de souche, mais le fils de Jean-Guillaume II, Jean-Auguste, se maria avec Françoise de Gérault73.

  • 74 Il faut dire que les Łempiccy étaient extrêmement nombreux, et seulement quelques branches ont ama (...)
  • 75 Parfois, entre l’anoblissement ou l’indigénat s’écoulait un certain temps pour que le personnage s (...)
  • 76 LZP, t. II, p. 156.
  • 77 Nitecki P., Biskupi Kościoła w Polsce w latach 965-1999. Słownik biograficzny, Warszawa, 2000, col. (...)

23Dans l’état présent de la recherche, il est difficile de constater les raisons de la fréquence des mariages des Hiż au sein des familles immigrées, mais le facteur social y semble crucial, car les épousailles avec la noblesse polonaise (les Łempiccy74) commencèrent avec l’anoblissement de ces premiers75. Le penchant est en tout cas évident, et peut être associé avec les types de deux milieux sociaux auxquels les étrangers aspiraient le plus : l’armée et la cour. Une majorité décisive des mariages des Hiż au XVIIIe siècle est contractée avec les officiers et les familles du personnel royal. Ils entrent pourtant également dans les structures de l’Église locale, avec d’abord Marie-Augustine (v. 1715-1785), reçue chez les sœurs de la Visitation, une congrégation de provenance française à Varsovie76. Son frère Joseph Hiż, nommé successivement curé de Rzeszów (1743) puis chanoine de la cathédrale de Premyslie et de la collégiale de Varsovie, finalement curé de Słomczyn (1785), entra dans le milieu du clergé moyen vraisemblablement grâce aux influences de Louis-Joseph de Mathy (1725-1802), son parent par alliance et lui-même chanoine de Posnanie (1749), puis évêque auxiliaire de ce lieu77. Les carrières qu’ils embrassent sont aussi bien caractéristiques des membres de cette famille : la majorité entra dans l’armée polonaise, et y arriva même aux grades élevés – on y compte plus de quinze officiers, dont trois généraux.

  • 78 Bon., t. II, p. 279-280 : Cathérine Bykowska, 1° v° Ladislas Lasocki, châtelain de Zakroczym, 2° v (...)
  • 79 Urus., t. III, p. 158 ; Bon., t. IV, p. 266-267 ; PSB, t. XI, p. 590-591.

24Comme il est possible de le voir chez les Hiż, le mariage franco-polonais du XVIII e siècle le plus typique était contracté par un Français au service du roi de Pologne, et particulièrement un militaire qui, après avoir accompli sa carrière à l’armée, aspirait à un anoblissement ou un indigénat et soit lui-même, soit ses enfants entraient dans la société nobiliaire par un mariage. La Diète de 1726 accorda l’anoblissement à Jean-Baptiste Dessieur, colonel des armées de la Couronne qui se distingua par la défaite du château de Międzyboż contre les Cosaques en 1702. Il épousa en premières noces Jeanne Zielińska, et en eut une progéniture entièrement polonisée. En secondes noces, il prit pour épouse Catherine Bykowska, double veuve du châtelain de Zakroczym et de l’écuyer de table de Bracław78. Les filles Dessieur nouèrent de bons liens matrimoniaux : Marie-Lucie épousa le général Jean-Joachim Kampenhausen, et Thérèse d’abord Jean Stryjkowski, commandant des armées de la Couronne, puis le prince Valérien Woroniecki79. Le rang des familles où Dessieur s’était marié et maria ses enfants prouve qu’un étranger anobli pouvait, en jouissant de la faveur royale et de l’estime du guerrier redoutable, s’allier à la noblesse moyenne, et même avec les « cramoisis », c’est-à-dire les sénateurs mineurs, de vieille souche. Pourtant, c’est un des meilleurs exemples qui échappe au cadre de notre propos, car Dessieur n’était pas un noble français. Son anoblissement fit de lui un noble-citoyen de la République des Deux Nations. Bien qu’il convienne parfaitement à l’analyse des mariages franco-polonais, ce ne sont pas des mariages entre la noblesse française et polonaise. Et c’est la situation de la plupart des couples mixtes au XVIIIe siècle.

  • 80 André de Riaucour, né à Varsovie et distingué au service d’Auguste II et d’Auguste III, fut foncti (...)
  • 81 Nitec., col. 378-379. La carrière de Louis de Riaucour n’était pas si facile et montre les difficu (...)
  • 82 Album armorum, p. 491-493, n. 1478-1481.
  • 83 Urus., t. XV, p. 208.

25L’histoire de la famille française des Riaucour permet d’observer quelques étapes qui aboutissent à l’installation dans la société nobiliaire. La Diète de 1764 leur accorda l’indigénat, mentionnant Pierre Riaucour, son fils le comte André de Riaucour80 et les deux neveux de Pierre, Joseph et Louis. Au moment de l’inscription dans les rangs de la noblesse polonaise, ils étaient nobles et même remplissaient plusieurs fonctions importantes dans la République : Joseph était général-commandant des armées du Grand Duché de Lituanie et Louis était chanoine de la cathédrale de Gniezno, évêque de Ptolémaïde in partibus et auxiliaire du diocèse de Łuck81. Le chef de la famille n’était pourtant que le conseiller de la chambre de Saxe et c’est l’information sur leurs armoiries dans les documents d’indigénat qui indique les origines de la noblesse des Riaucour ; ils l’ont reçue des mains d’Auguste III en tant qu’électeur de Saxe et vicaire du Saint-Empire, durant l’interrègne de l’été 174582. Jacques de Riaucour, dont le nom s’est polonisé en Riokur, devint général des armées du Grand Duché et épousa Hélène Bulewska (av. 1781), qui lui donna un fils83.

  • 84 Kulesza-Woroniecka I., Rozwody…, op. cit., p. 94-100.
  • 85 LZP, t. II, p. 90.

26Un autre cas matrimonial illustre bien les circonstances où furent contractés les mariages entre les représentants des grandes familles. La comtesse Anne Cetner (1764-1814) était l’unique fille d’Ignace Cetner et de Louise née Potocka, héritière des immenses biens fonciers de ses parents et gérante des domaines de son fils né d’un premier mariage avec le prince Roman Sanguszko. Veuve et divorcée deux fois84, elle rencontra au début du XIXe siècle en Galicie le prince Charles de Lorraine, duc d’Elbeuf, lequel devint son quatrième mari à Léopol en 1803. Les causes de ce mariage ressemblent à plusieurs autres de ce type, conclus au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. C’étaient les aristocrates émigrés qui seuls ou accompagnant les Bourbons (Louis XVIII habitait à Varsovie, Louise-Adelaïde de Bourbon-Condé y devint religieuse chez les bénédictines du Saint-Sacrement85), parcouraient l’Europe, en cherchant à s’installer à Vienne ou en Russie. Les territoires polonais incorporés par les Romanov étaient assez attrayants comme lieux de stabilisation éventuelle, car mis sous la protection de la plus puissante monarchie face à Napoléon Ier, ils étaient habités par l’aristocratie polonaise catholique. Plusieurs familles françaises illustres se sont alors installées en Autriche et en Russie et certaines sont restées même après la Restauration, également grâce aux liens familiaux qui naquirent entre-temps. Tel est le cas des Choiseul-Gouffier, des Beauveau-Craon et des Rohan (ces derniers en Autriche). Leurs destins appartiennent pourtant à une autre époque.

  • 86 La sœur d’Auguste Rutowski, Marie-Aurore, épousa d’abord (vers 1724-1728) Michel Bieliński, fils d (...)
  • 87 Ibid., p. 241. La naturalisation fut accordée en juillet 1747.

27La politique matrimoniale de certains magnats polonais peut illustrer presque mot-à-mot les méandres de la grande politique, dans laquelle ils devaient définir leur position. Un bon exemple est le prince Alexande-Jacques Lubomirski, le grand porte-glaive de la Couronne (1695-1772). Quand les troupes saxonnes entrèrent à Rzeszów, il fut arrêté et envoyé à Dresde en otage pour garantir la fidélité chancelante de son père. Les relations avec la cour des Wettins nouées en Saxe ont finalement abouti au mariage du jeune prince avec une aristocrate saxonne, Charlotte-Frédérique von Vitzthum (son frère en épousa une autre, Jeanne-Marie baronne von Stein und Jettingen). Le couple eut trois filles, dont les mariages illustrent tous les choix politiques devant les magnats polonais au temps des rois saxons. Charlotte-Henriette épousa le comte Charles Flemming, ministre du roi Auguste III. Sa sœur Louise-Amélie eut un encore plus beau parti, car elle fut mariée au fils légitimé d’Auguste II, le comte Auguste Rutowski86. C’est alors la famille royale et les principaux conseillers du monarque qui sont ainsi alliés à la maison des Lubomirski. Mais parallèlement, la troisième sœur devint femme de l’ambassadeur français à Constantinople, Roland des Alleurs de Guer (1743), et après son décès elle donna sa main au marquis de Lirée. Cette configuration démontre bien comment au sein d’une famille entièrement et très étroitement liée à l’option saxonne, on pouvait également veiller à ne pas couper définitivement les liens avec le camp opposé. Lubomirski incarne d’ailleurs la politique pacificatrice entre les Wettins et les Bourbons, car il accompagna en 1747 la princesse Marie-Josèphe de Saxe et de Pologne au cours de son voyage en France, où elle devint dauphine et belle-fille de Louis XV. Ce voyage offrit au prince Lubomirski les lettres de naturalisation française87.

  • 88 Pour donner un exemple, on peut citer le mariage entre Agathe-Dorothée Krzywicka (1777-1855) qui, (...)

28Le phénomène des émigrés français dans la République des Deux Nations n’était pas nouveau à la fin de l’époque moderne. Son originalité est qu’auparavant ce n’étaient presque jamais de grands noms, parfois des nobles de petite extraction, et majoritairement des roturiers, qui cherchaient fortune sur les bords de la Vistule. Beaucoup de détails biographiques de ces personnages – les mariages inclus – nous échappent88. C’était notamment à l’armée qu’ils pouvaient espérer un avancement social, ainsi qu’au service de la cour royale. Effectivement, on compte au XVIIIe siècle soixante-trois indigénats ou anoblissements accordés par les Diètes aux Français – militaires et courtisans –, individuellement ou pour toute leur famille. La plupart des bénéficiaires de ces actes ont décidé de s’établir en Pologne et la procédure parlementaire ne fut que la fin de longues et difficiles démarches. Un des meilleurs moyens de stabilisation était bien sûr un mariage et plusieurs familles ont ainsi débuté leur carrière sociale dans la République. On comprend tout de suite qu’on ne peut pas parler d’un courant conscient dans les choix matrimoniaux entre les Français et les Polonais au XVIIIe siècle. Il semble que sans une direction politique plus volontariste et plus focalisée, les relations conjugales entre les deux pays ne restaient peut-être pas extrêmement rares, mais certainement accidentelles.

Notes

1 Wyczański A., Między kulturą a polityką. Sekretarze królewscy Zygmunta Starego (1506-1548), Warszawa, PWN, 1990, p. 7 : « Warunkiem studium grupy ludzkiej są elementarne chociażby biografie jej członków ».

2 Dworzaczek W., Genealogia, Warszawa, 1959 (cité ensuite comme Dworz.).

3 Schwennicke D., Europäische Stammtafeln, Marburg (cité ensuite comme Schw.). Plusieurs volumes édités depuis 1978. La France est traitée particulièrement dans le vol. II, Europäische Stammtafeln, t. II, Die ausserdeutschen Staaten : Die regierenden Häuser der übrigen Staaten Europas, Marburg, 1984, 206 tabl. ; vol. III (4), Europäische Stammtafeln, t. III, pt 4, Das feudale Frankreich und sein Einfluss auf die Welt des Mittelalters, Marburg, 1989, 220 tabl. ; vol. X, Europäische Stammtafeln. Stammtafeln zur Geschichte der Europäischen Staaten. Neue Folge, t. X, Pairs de France und ihre Familien, Marburg, 1986, 161 tabl. ; vol. XIII, Europäische Stammtafeln, t. XIII, Les Familles Féodales de France, I, Marburg, 1990, 165 tabl. ; et vol. XIV, Europäische Stammtafeln, t. XIV, Les Familles Féodales de France, II, Marburg, 1991, 200 tabl.

4 Boniecki A., Herbarz polski, t. I-XVI, Warszawa, 1899-1913 (cité ensuite comme Bon).

5 Niesiecki K., Herbarz Polski Kaspra Niesieckiego, dans Bobrowicz J.N. (éd.), t. I-X, Lipsk, 1839-1845, réimpr. Warszawa, 1979 (cité ensuite comme Nies.).

6 Uruski S., Rodzina. Herbarz szlachty polskiej, t. I-XVI, Warszawa, 1904-1932, réimpr. Poznań, Heroldium, 1994-2000 (cité ensuite comme Urus.).

7 Entre autres, il faut surtout énumérer la grande série, très inégale, mais certainement trop méprisée, de Żychliński T., Złota Księga Szlachty Polskiej, t. I-XXXI, Poznań, 1879-1908, (cité ensuite comme Żychl.).

8 Sękowski R., Herbarz szlachty śląskiej. Informator genealogiczno-heraldyczny, t. I-V, Katowice/Chorzów, 2002-2007 (cité ensuite comme HŚ). On peut citer plusieurs familles françaises installées en Silésie soit sous les Habsbourg, soit sous les Hohenzollern, comme par exemple la famille de Jean-Baptiste comte de Monts de Mazin, originaire du Languedoc, qui reçut en 1766 la confirmation de son titre par Frédéric II et dont la descendance s’est entièrement germanisée par les mariages. HŚ, t. V, p. 220-222.

9 Pour le Royaume de Bohême, on dispose notamment de l’ouvrage récent de Županič J., Nová šlechta rakouského císařství, Praha, 2006.

10 Trelińska B. (éd.), Album armorum nobilium Regni Poloniae XV-XVIII saec. Herby nobilitacji i indygenatów XV-XVIII w., Lublin, 2001 (cité ensuite comme Album armorum).

11 Sęczys E. (éd.), Szlachta wylegitymowana w Królestwie Polskim w latach 1836-1861, Warszawa, DiG, 2000 (cité ensuite comme Sęczys).

12 Borkowska M., Leksykon zakonnic polskich epoki przedrozbiorowej, t. I, Polska Zachodnia i Północna, Warszawa, DiG, 2004, t. II, Polska Południowa, Warszawa, DiG, 2005 (cité ensuite comme LZP).

13 Machynia M. et Srzednicki C. (dir.), Oficerowie Rzeczypospolitej Obojga Narodów 1777-1794. Spisy, t. I, Oficerowie wojska koronnego, Machynia M. et Srzednicki C. (dir.), pt. 1, Sztaby i kawaleria, Kraków, 2002 ; pt. 2, Artyleria i wojska inżynierskie, Kraków, 1999 ; pt. 3, Piechota, Kraków, 1998 ; Gdański J., Machynia M., Srzednicki C. et Stepan K. (dir.), pt. 4, Formacje Targowicy, Szkolnictwo wojskowe, Varia, Uzupełnienia, Kraków, 2003 ; Machynia M., Rakutis V. et Srzednicki C. (dir.), t. II, Oficerowie wojska Wielkiego Księstwa Litewskiego, Kraków, 1999 (cité ensuite comme ORPON).

14 Particulièrement la loi de 1786.

15 On dispose de quelques études sérieuses qui d’ailleurs démontrent la complexité et les pièges des recherches généalogiques sur les exemples bien précis. Il faut mentionner notamment les excellents ouvrages concernant la famille de Frédéric Chopin. D’abord, Ladaique G. publia Les ancêtres paternels de Frédéric François Chopin (1676-1844), Lille/Paris, 1987, completé ensuite par le livre sur la famille de la mère du compositeur de Sikorski A. et Mysłakowski P., Rodzina matki Chopina. Mity i rzeczywistość, Warszawa, 2000.

16 Tout comme les Français qui obtinrent l’indigénat ou l’anoblissement en Pologne, des Polonais obtinrent la naturalisation française, et même des descendants des plus grandes familles. Dernièrement, ce sujet fut traité d’une forme introductive par S. Górzyński dans son article sur les Polonais naturalisés en France aux XVIIe et XVIIIe siècles : Górzyński S., « Naturalizacje Polaków we Francji XVII-XVIII wieku », Świat pogranicza, Warszawa, 2003, p. 237-256. Parmi les plus notables des grandes maisons qui ont reçu la naturalisation en France, citons Alexandre-Jacques prince Lubomirski, Michel-Jean Pac, Joseph Mniszech, Joseph Miączyński, Antoine-Barnabé Jabłonowski ou finalement Joseph Potocki († 1802), ancien grand-écuyer tranchant de la Couronne de Pologne, naturalisé en septembre 1786 (20 mars 1787.) Brunel G., Les sources de l’histoire de la Pologne et des Polonais dans les Archives françaises, Paris, Direction des archives de France, 2003, p. 444 (c’était le père de Jean Potocki, l’écrivain).

17 Willaume J., Generał Józef Wielhorski (1759-1817), Poznań, 1925, p. 81.

18 ORPON, op. cit., t. I, pt. 1, p. 138.

19 Willaume J., Generał Józef Wielhorski…, op. cit., p. 81. I. Kulesza-Woroniecka, dans son livre sur les divorces chez les magnats polonais à l’époque moderne, ne mentionne pas cet exemple ; voir Kulesza-Woroniecka I., Rozwody w rodzinach magnackich w Polsce XVI-XVIII wieku, Poznań/Wrocław, Wyd. Historyczne, 2002.

20 Le Père Anselme mentionne Gaston-Jean-Baptiste Terrat, marquis de Travers, qui mourut sans descendance en 1718. Guibours P., Père Anselme, Caille du Fourny H., Raffard F. et Père Ange, Histoire généalogique et chronologique de la Maison royale de France, des Pairs, grands officiers de la Couronne et de la Maison du Roy et des anciens barons du Royaume…, 3e édition, Paris, 1726-1733, vol. I-IX (réimpr., Paris, 1967, t. IX, p. 329 B) (cité ensuite comme Anselme). Sans doute s’agit-il d’une autre famille.

21 Il faut encore prendre en considération les changements d’orthographe qui se produisirent soit spontanément, soit à l’occasion d’anoblissement ou indigénat. Le nom de la famille Cado par exemple n’est pas la version polonisée de Cadeau, mais de Kadau (Urus., t. VI, p. 141).

22 HŚ, t. V, p. 107.

23 Urus., t. II, p. 154.

24 Urus., t. IV, p. 32. Uruski note deux familles – les Filleborne (p. 32) et les Filiborn (p. 29) –, qui sont sans doute le même lignage. Un exemple de francisation de l’orthographe pourrait être le nom de Barbe Maquepharlane de Baliglass († 1788), femme d’Ignace Kamieniecki, dont le nom d’origine était sans doute MacPharlan. Lulewicz H., Rachuba A. et Romaniuk P.P., Urzędnicy Wielkiego Księstwa Litewskiego. Spisy, t. I, Województwo wileńskie. XIV-XVIII wiek, Warszawa, 2004, p. 262, n. 1676 (cité ensuite comme Urzędnicy wileńscy). Pierre Maqueparlan (sic) ou Macpharlan, docteur en médecine, Irlandais, eut son indigénat reconnu en 1768 (Album armorum, p. 554, n. 1678).

25 Sęczys, op. cit., p. 158.

26 Urus., t. IV, p. 29.

27 Urus., t. IV, p. 32.

28 Urus., t. III, p. 127. Volumina Legum. Przedruk zbioru praw staraniem XX. Pijarów, w Warszawie od roku 1732 do roku 1782 wydanego, Sankt-Peterbourg, 1859, Kraków, 1889 (cité ensuite comme VL) ; voir t. I-IX, et t. V, p. 88, n. 28 : « Przychęcaiąc do usługi Rzpltey w teraźnieyszey potrzebie y ludzi, nie tylko w tey oyczyźnie urodzonych ale y extraneos in gremium iey garnących sie z iakowążkolwiek przysługą ożywiayących, a mianowicie Urodzonych. […] Iana y Samuela Delawalow, Kapitana y Indziniera na fortecy Słuckiey, wszystkich za indigenas z potomstwem ich de lumbis eorum pochodzących Państw naszych przyimuiemy ».

29 Album armorum, p. 381, n. 1049. VL, t. V, p. 307, n. 34 : « Ponieważ w napisaniu nazwiska przy indigenacie Ur. Gustawa Adolfa dela Vallee de Gobe Oberszterleytnanta naszego na Seymie pacificationis a. 1673 stał sie mankament gdy in plurali nazwisko jego, a imiona inaksze położone : że to wzwyż pomienionemu Ur. Gustawowi Adolfowi dela Vallee de Gobe szkodzić nie będzie konstytucyą wzwyż mianowaną reassumuiąc deklaruiemy ».

30 Bon., t. IV, p. 188.

31 Urus., t. III, p. 127-128. Ils ont pourtant présenté leurs preuves de noblesse en 1854 et 1873 dans le gouvernement de Witebsk et sous le nom Delalicz de Laval (Dumin S. et Góryński S. (éd.), Spis szlachty wylegitymowanej w Guberniach grodzieńskiej, mińskiej, mohylewskiej, Smoleńskiej, i witebskiej, Warszawa, 1992, p. 19). Bon., t. IV, p. 189, informe que la première légitimation fut faite dans le gouvernement de Mińsk en 1810 et au cours de la dernière (1873), ils ont reçu la permission d’utiliser la forme de nom de famille Delalicz-Delawal.

32 Album armorum, p. 550, n. 1664. Bon., t. VI, p. 27.

33 Urus., t. XV, p. 208. Album armorum, p. 568, n. 1727.

34 Tygielski W., « Więź », Włosi w Polsce XVI-XVII wieku. Utracona szansa na modernizację, Warszawa, 2005. L’ouvrage de Kiereś Z., La noblesse et les magnats de la République face à la France dans les années 1573-1660, Wrocław, 1985, p. 94-129, ne couvre pas le XVIIIe siècle et concerne plutôt le domaine de stéréotypes, xénophobie et opinion publique s’éloignant de notre sujet. Zbigniew Kiereś s’est dispensé de donner les estimations des arrivées françaises en Pologne, et constate simplement : « Cudzoziemcy ci stanowili na gruncie polskim nieliczne grupy, a co za tym idzie, zasięg społeczny bezpośrednich kontaktów z nimi był bardzo wąski. » [« Ces étrangers sur le sol polonais ne constituaient que des groupes très minoritaires, et à cause de cela, l’extension sociale de leurs contacts directs fut fort limitée. »]. Idem, Szlachta i magnateria Rzeczypospolitej wobec Francji w latach 1573-1660, Warszawa, Ossolineum, 1985, p. 152.

35 Tygielski W., Włosi w Polsce…, op. cit., p. 628-629 : « Imigracja Francuzów do Polski była przede wszystkim zjawiskiem jednostkowym i w zasadzie nigdy nie przybrała masowych rozmiarów. We Francji nie wytworzył się więc model emigracyjnej ekspansji, o całkowicie pokojowym charakterze, skierowanej całkowicie na ziemie polskie, a oddziaływanie francuskie w naszym regionie odpowiadało chronologii tego zjawiska w skali europejskiej ».

36 Tygielski W., « Więź », Włosi w Polsce…, op. cit., p. 630 : « Efektem tych silniejszych więzi nie było zjawisko migracji na zauważalną liczbowo skalę ».

37 Ibid., s. 41-42.

38 D’abord, Frédéric-Maurice (1702-1723), prince de Turenne et grand chambellan de France, épousé per. proc. à Nysa (Neüs) en Silésie le 25 août 1723, en personne à Strasbourg le 20 septembre 1723, puis Charles-Godefroi (1703-1771), 9e duc de Bouillon et pair de France, épousé le 2 avril 1724. Anselme, t. IV, p. 542-543 ; Dworz., tbl. 14 ; Schw., t. X, p. 98.

39 C’était Marianne-Louise Jabłonowska (1700-1773), mariée le 2 octobre 1730 à Anne-Charles-Frédéric de la Trémoille (1711-1759), prince de Talmond. Schw., t. X, p. 3 ; Dworz., tbl. 154 ; Anselme, t. IV, p. 173.

40 Dunin-Borkowski J., Almanach Błękitny. Genealogia żyjących rodów polskich, Lwów, 1908, réimpr. Bydgoszcz, 1994, p. 12, (cité ensuite comme Alm. Bł.).

41 Michel-Adalbert Morsztyn († 1695), comte de Châteauvillain et colonel du régiment de Hainaut mort dans l’armée de Louis XIV pendant le siège de Namur, épousa à Dampierre le 2 avril 1693 Marie-Thérèse d’Albert (*1673), fille du duc de Luynes. Anselme, t. IV, p. 269 ; Urus., t. XI, p. 277.

42 Isabelle Morsztynówna (1671-1758), mariée le 11 mai 1693 au prince Casimir Czartoryski (1674-1741) vice-chancelier de Lituanie et châtelain de Vilna ; sa sœur Louise-Marie Morsztynówna († 1730), mariée le 29 novembre 1682 à Casimir-Louis Bieliński († 1713), grand-maréchal de la Couronne. Dworz, tbl. 156, p. 181 ; Urus., t. X, p. 7 et 277 ; Alm. Bł., p. 4 ; Sarnecki K., Pamiętniki z czasów Jana Sobieskiego, t. I, Wrocław, Janusz Woliński, 2004, p. 38-39 ; Archives Nationales de Gdańsk, APGd. 300,52/404, p. 5.

43 Dworz., tbl. 142, p. 156 ; Urus., t. I, p. 185.

44 Urus., t. X, p. 7 ; Pamiętnik Feliksa hr. Łubieńskiego, ministra sprawiedliwości, Warszawa, W. Chomętowski, 1876, p. 10.

45 Album armorum, p. 493 ; VL, t. VII, p. 165. Les Salmour possédaient des biens dans l’électorat de Saxe.

46 La constitution en question mentionne expressis verbis que l’indigénat est accordé à cause des mérites de François Bieliński et de Ladislas Łubieński (VL, t. VII, p. 165).

47 Adam Kęmpski devait épouser Salomée de Gauthieur avant 1746. Leur fille unique fut donnée en mariage (1761) à Joseph-Antoine Komierowski (Bon., t. IX, p. 389 ; Urus., t. VI, p. 284 ; Chorążyczewski W. et Roszak S., Pamięć rodu Komierowskich. Studium z dziejów rodu szlacheckiego w XVIII wieku, Toruń, 2002, p. 35). Au XVIIIe siècle, la famille du nom de Gautier fut établie à Varsovie, mais leur anoblissement date de 1837 (Urus., t. IV, p. 108). Faute d’études spécialisées, il est incertain d’identifier Salomée Gauthieur avec les Gautier ; si c’est le cas, Kęmpski, descendant d’une bonne famille noble, aurait épousé une bourgeoise. Anne Chevalier, d’une famille anoblie en 1790, fut femme d’un Gautier, mentionné dans les années 1802-1815 (Bon., t. II, p. 371).

48 Żychl., t. VIII, p. 441 et 457.

49 Pułaski K., Kronika polskich rodów szlacheckich Podola, Wołynia i Ukrainy, t. II, Warszawa, 2004, p. 279.

50 Żychl., t. VIII, p. 457.

51 Nies., t. IX, p. 241. Il s’agit certainement de Joseph-Alexandre de Montmorency, fils de Daniel II seigneur d’Acquest († 1708) et de Marie de Lescar (cf. Anselme, t. III, p. 617 D). Joseph-Alexandre descendait d’une des lignes de la branche des comtes de Bours, qui devait hériter de ce fief après la mort de Benjamin-Alexandre-César († 1702), le dernier de la ligne aînée ; bien que le Père Anselme ne note pas cette transition du comté de Bours, l’ordre de l’aînesse l’exigea.

52 Les liens de parenté entre les Warszycki et les Leszczyński étaient nombreux. Leur ancêtre commun le plus proche était Pierre Firlej († 1553), palatin de Ruthènie.

53 Anselme, t. III, p. 617 D.

54 Urzędnicy wileńscy, p. 197 ; Lulewicz H. et Rachuba A., Urzędnicy centralni i dostojnicy Wielkiego Księstwa Litewskiego XIV-XVIII wieku. Spisy, Kórnik, 1994, p. 44.

55 Le contrat de mariage fut signé ce jour-là à Varsovie ; voir Brunel G., Les sources de l’histoire de la Pologne et des Polonais…, op. cit., p. 60.

56 Ibid., p. 257. Nous n’avons pas pu établir les origines de cette famille, l’orthographe du nom étant transformée.

57 Album armorum, p. 350, n. 930.

58 Gmiterek H. et Szczygieł R., Urzędnicy województwa bełskiego i ziemi chełmskiej XIV-XVIII w. Spisy, Kórnik, 1992, p. 129 et 225.

59 Polski Słownik Biograficzny, t. V, p. 39-41, (cité ensuite comme PSB).

60 Pour les informations généalogiques sur les Deboli, voir Urus., t. III, p. 124-125, et Bon., t. IV, p. 182-183.

61 Album armorum, p. 471, n. 1420, et p. 505-507, n. 1520-1523.

62 La Diète de 1726 formula la constitution d’indigénat qui ne se réalisa que pour le fils de Jacques-Benoît, en 1767 (Album armorum, p. 507, n. 1524).

63 Je tiens à remercier ici M. Alexandre Białkowski pour sa gentillesse de m’avoir fourni les résultats de ses recherches sur la famille des Hiż.

64 Urus., t. V, p. 150.

65 Album armorum, p. 475-477, n. 1431-1435.

66 Urus., t. V, p. 150.

67 LZP, t. II, p. 156.

68 Le cas similaire présente les Lamott ou Lamoth. En 1697, le couple Jean Lamott et Cathérine Remi vendent une place à Varsovie ; leur noms suggèrent des racines françaises, l’orthographe originale paraît être Lamotte ou La Motte. Un des généraux des armées de la Couronne au temps d’Auguste II porte le nom de Lamott ou Lamoth, mais déjà avec la particule « de ». En 1715, il est très bien marié à Catherine Potocka († 1718), fille du premier sénateur laïque du royaume et châtelain de Cracovie, et double veuve des magnats polonais (comte Wielopolski et comte Denhoff). Les gens portant le nom de Lamott ou de Lamoth réapparaissent durant tout le XVIIIe siècle dans différentes unions conjugales avec les familles polonaises, sans qu’on puisse établir les liens précis entre eux (Bon., t. XIII, p. 330 ; Urus., t. VIII, p. 267 ; Dworzaczka S., 1.2.0 dla windows, Materiały historyczno-genealogiczne do dziejów szlachty wielkopolskiej XV-XX w. Polska Akademia Nauk, Biblioteka Kórnicka, Kórnik/Poznań, 1765\TEKI\REGESTY\KSIEGI\KCYNIA.X#3580 (Nr. 147) ; 1766\TEKI\REGESTY\KSIEGI\KCYNIA.X#3648 (Nr. 147).

69 LZP, t. II, p. 156, donne le nom de la femme, Catherine Coupia ; concernant le nom de famille, c’est simplement une mauvaise lecture.

70 Bon., t. VII, p. 285.

71 VL, t. VII, p. 166. La constitution de la Diète du couronnement mentionne précisément que les Hiż ont commencé leurs services en Pologne au temps de Jean III.

72 Les armoriaux signalent les Mathy comme famille établie au millieu du XVIIIe siècle en Prusse, où ils possédaient quelques domaines (Urus., t. X, p. 269), mais ils ne devraient pas être nobles, car en 1775 ils gagnent l’anoblissement – et pas l’indigénat – de la Diète (Album armorum, p. 634). Leurs origines sont obscures. En 1724, la veuve Jean Mathy et son fils envoyèrent de Gdańsk un transport de blé destiné à la France (Brunel G., Les sources de l’histoire de la Pologne et des Polonais…, op. cit., p. 43), et en 1693 on cite un Français établi à Gdańsk, sieur Maty ( !) (Ibid., p. 33). S’agit-il d’une même famille, de provenance française ?

73 Bon., t. VII, p. 286.

74 Il faut dire que les Łempiccy étaient extrêmement nombreux, et seulement quelques branches ont amassé des propriétés et des alliances considérables. Les parents des Hiż appartenaient à une ligne appauvrie qui, après avoir vendu ses petits domaines, embrassa la carrière militaire. L’époux de Marianne Hiż, Ignace-Ceslas Łempicki, fut général-adjoint du roi, né d’un colonel des armées de la Couronne et d’une demoiselle d’origine hongroise, elle-même fille d’officier ; son fils Ignace choisit le même emploi et fut le porte-oriflamme des armées de la Couronne (Bon., t. XV, p. 304).

75 Parfois, entre l’anoblissement ou l’indigénat s’écoulait un certain temps pour que le personnage se décide à contracter un mariage. Charles-Jacques de Laurans (ou du Laurans), colonel des armées de la Couronne et chambellan de Stanisław II August, reçut l’indigénat en 1768, mais c’est en 1782 qu’il obtint les documents, et en 1791 seulement qu’il épousa Anne-Victoire Żeleńska (Sroczyński Z., Żeleńscy. Rodowód, Dzieje rodu Żeleńskich z Żelanki, Warszawa, 1997, p. 83-84). Son frère François-Guillaume, également colonel des armées de la Couronne, convola avec Marianne-Elisabeth de Kahle. Leur fils Samuel-Stanislas, militaire comme son père et son oncle, épousa en 1810 Josèphe Michalczewska et laissa une descendance. La famille de Laurans était calviniste d’où, entre autres, le mariage avec les Żeleński (Bon., t. XIV, p. 46-47).

76 LZP, t. II, p. 156.

77 Nitecki P., Biskupi Kościoła w Polsce w latach 965-1999. Słownik biograficzny, Warszawa, 2000, col. 287, (cité ensuite comme Nitec.). Les Mathy avaient au XVIIIe siècle deux évêques en Pologne : Louis-Joseph (1725-1802) et Ignace-Stanislas (1765-1832). Louis-Joseph de Mathy fut admis, dans la cathédrale posnanienne, au canonicat réservé aux roturiers doctorisés en médecine (1749), et de ce fait il fut libéré de la présentation des quatre écus, obligatoire pour les candidats aux autres canonicats (Weimann R., « Receptiones seu installationes ad episcopatum, praelaturas et canonicatus Ecclesiae Cathedralis Posnaniensis ab anno 1532 usque ad annum 1800 collectae et editae a R. Weimann », Roczniki TPN Poznańskiego, t. XXXV, Poznań, 1908, Poznań, 1909, p. 145). Puis en 1760, il devint le coadjuteur du canonicat au chapitre cathédral de Gniezno – cela grâce à la présentation de son titulaire Louis de Riaucour (1700-1777), futur évêque auxiliaire de Łuck. Voir Korytkowski J., Prałaci i kanonicy katedry metropolitalnej gnieźnieńskiej od roku 1000 do dni naszych, t. II, Gniezno, 1883, p. 602. Les carrières écclésiastiques des Français en Pologne méritent une étude séparée. Parmi les évêques, on peut citer encore Michel Delamars (1668-v. 1725), ordonné à Cracovie en 1699 et sacré en 1723 évêque titulaire de Tricomia et auxiliaire de Kamieniec, puis de Chełm (Nitec., col. 71 ; Bon., t. IV, p. 188, indique les origines napolitaines de la famille, dont le nom initial devrait être Dellamare. Par la suite, l’orthographe évolua et on rencontre également les formes de Lamar, Lamer, etc.). Il y avait pourtant encore la famille française de Lamarche, établie à Vilnius au XVIIe siècle, qui via le latin changea son nom en Delamars (de la Mars ; PSB, t. V, p. 56-57). Dans le chapitre cathédral, de Posnanie fut admis, et sur le siège prestigieux de prepositus, le prince Maurice de Broglie (1798). Voir Weimann R., « Receptiones seu installationes ad episcopatum… », op. cit., p. 158.

78 Bon., t. II, p. 279-280 : Cathérine Bykowska, 1° v° Ladislas Lasocki, châtelain de Zakroczym, 2° v° Jacques ( ?) Rościszewski, écuyer de table de Bracław, 3° v° Jean Dessier (sic = Dessieur).

79 Urus., t. III, p. 158 ; Bon., t. IV, p. 266-267 ; PSB, t. XI, p. 590-591.

80 André de Riaucour, né à Varsovie et distingué au service d’Auguste II et d’Auguste III, fut fonctionnaire de l’État des Wettins formé par l’union personnelle ; ministre d’État de Saxe, décoré du ruban de l’Aigle Blanc, il reçut son titre comtal en mai 1755 des mains d’Auguste III, douze ans après sa renaturalisation en France. Voir Górzyński S., « Naturalizacje Polaków we Francji… », op. cit., p. 251-252.

81 Nitec., col. 378-379. La carrière de Louis de Riaucour n’était pas si facile et montre les difficultés qu’avaient les non-nobles au sein de la société nobiliaire. Grâce à ses influences à Rome, il reçut du pape Benoît XIII la dignité d’archidiacre de Posnanie (1729), mais cela se fit en violation des lois de la République et de l’Église de Posnanie qui, sauf les cinq canonicats de docteurs, exigeaient l’attestation des quatre écus pour n’admettre au chapitre que des nobles. Le chapitre de Posnanie protesta et, malgré les constatations de la littérature, il semble que ce fut une protestation efficace, car il n’y a pas de trace d’installation de Riaucour à l’archidiaconat. Voir Korytkowski J., Prałaci…, op. cit., t. III, p. 367-370.

82 Album armorum, p. 491-493, n. 1478-1481.

83 Urus., t. XV, p. 208.

84 Kulesza-Woroniecka I., Rozwody…, op. cit., p. 94-100.

85 LZP, t. II, p. 90.

86 La sœur d’Auguste Rutowski, Marie-Aurore, épousa d’abord (vers 1724-1728) Michel Bieliński, fils de Casimir-Louis, et en secondes noces (1737) Claude-Marie Dentremon, comte de Bellegarde, diplomate d’origine savoyarde, employé par Auguste II. Elle a passé ses dernières années en France, où elle fut naturalisée. Dworz., tbl. 156 ; Górzyński S., « Naturalizacje Polaków we Francji… », op. cit., p. 242.

87 Ibid., p. 241. La naturalisation fut accordée en juillet 1747.

88 Pour donner un exemple, on peut citer le mariage entre Agathe-Dorothée Krzywicka (1777-1855) qui, veuve d’un certain nommé Marchand, devint en 1802 novice chez les bénédictines du Saint-Sacrement à Varsovie. On ignore les circonstances de ce mariage, ainsi que la condition sociale des époux, bien que l’on puisse soupçonner assez facilement l’ascendence roturière du mari, qui pourtant pourrait être anobli. LZP, t. II, p. 90.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search