Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Deuxième Partie. Influence économique, goût et mœurs françaises en Europe centrale

17. Les écrits du for privé, reflets de l’influence française. L’exemple d’un noble courlandais, le baron von Heyking

Michel Figeac

Texte intégral

  • 1 Zablocki F., « Fircyk w zalotach » [« Petit-maître en amourettes »], Teatr Franciszka Zablockiego [(...)

Nos jeunes choisissent l’habit à la française. Ce style est maintenant tellement courant, que – une fois – quand j’étais député à Varsovie, pendant un dîner, il n’y eut qu’une seule chevelure parmi quarante perruques, et ce fut la mienne. Ce fut drôle de se sentir étranger parmi les Polonais. […] Le vêtement ne témoigne pas – selon moi – des vertus intérieures. Cependant, je trouve qu’il serait mieux pour nous de garder nos propres traditions. […] Je ne peux pas dire que le vêtement français soit privé de charme, mais le nôtre est sans doute plus sérieux et plus confortable1.

  • 2 Kostkiewiczowa T., « Image de la noblesse polonaise dans la littérature du XVIIIe siècle entre le c (...)

1Le personnage de Monsieur Sous-Panetier qui animait la comédie de Franciszek Zablocki, Petit-Maître en amourettes, résume parfaitement la vogue de la mode française. Certes, la nature littéraire du témoignage induit la prudence, mais Teresa Kostkiewiczowa a souligné sa représentativité en indiquant d’ailleurs que l’auteur était issu du milieu nobiliaire2. Un regard extérieur comme celui de Caraccioli disait exactement la même chose, à la même époque :

  • 3 Caraccioli L.A., La Pologne telle qu’elle a été, telle qu’elle est, telle qu’elle sera, Warszawa, M (...)

La Pologne vit insensiblement dans son sein de jeunes gentilshommes qui, en quittant l’habit du pays, se dépouillèrent de la candeur et de la simplicité. […] Bientôt, on eut honte de passer pour Sarmate et l’on affecta de paraître Parisien3.

  • 4 Réau L., L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1938, rééd. 1971.
  • 5 Brunot F., Histoire de la langue française, vol. VIII, livre X, Le Français en Pologne, Paris, 1934 (...)
  • 6 Fumaroli M., Quand l’Europe parlait français, Paris, Éditions de Fallois, 2001.
  • 7 Mandrou R., La raison du Prince, l’Europe absolutiste 1649-1775, Paris, Marabout, 1980, p. 186.
  • 8 Beaurepaire P.-Y., Le mythe de l’Europe française au XVIIIe siècle, Paris, Autrement, 2007.
  • 9 Pour la France, voir Figeac M., L’automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse frança (...)
  • 10 Baron Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires de C [harles-Henri] B [aron] d’Heyking écrits p (...)
  • 11 Hetman Wielki en polonais (ou grand Hetman ou grand Général) était commandant de l’armée. Il était (...)

2On est donc bien ici dans la droite ligne du modèle décrit dès 1938 par Louis Réau4 : les modes et le goût français s’étaient imposés dans l’Europe entière à l’époque des Lumières. Si l’on suit les travaux surannés de Ferdinand Brunot, la progression de la langue française à travers les cours européennes en était le meilleur symbole5 et Marc Fumaroli lui emboîte le pas à l’orée du XXIe siècle dans Quand l’Europe parlait français6. Ce schéma d’une culture française recouvrant le continent a pourtant été vigoureusement contesté par plusieurs historiens. Sarcastique, Robert Mandrou parlait déjà à propos de l’ouvrage de Louis Réau « d’un inventaire laborieux des entreprises françaises à travers le continent »7. Partant d’une analyse de la culture et des sociabilités au temps des Lumières, Pierre-Yves Beaurepaire a achevé de mettre en doute « le mythe de l’Europe française », si flatteur pour l’ego national8. Il n’en reste pas moins que parmi des dizaines d’autres, les témoignages de Zablocki et de Caraccioli demeurent, ce qui doit conduire à un réexamen très attentif de la question. Ne faut-il pas les contextualiser, car l’influence française peut très bien être faite de flux et de reflux. Et surtout, n’est-il pas nécessaire de se mettre d’accord sur la nature même des témoignages ? Cette culture aristocratique faite de mondanité et de goût du luxe pouvait-elle, en effet, être partagée par la totalité d’une noblesse dont on a aujourd’hui démontré le caractère éminemment pluriel9 ? L’influence française n’était-elle pas justement l’une des grandes lignes de clivage de l’aristocratie européenne ? L’intérêt porté actuellement aux écrits du for privé nous invite à revisiter le dossier, car ils nous permettent de cerner des évolutions individuelles, de mesurer la réceptivité du goût et de la culture. Comme observatoire privilégié, nous avons choisi d’analyser les Mémoires du Baron Karl-Heinrich von Heyking (1751-1809)10, noble courlandais qui fut l’aide de camp du Grand Hetman de Lituanie, le comte Oginski11. Tout au long d’un million de pages, il narre son parcours dans les cours européennes entre Dresde et Varsovie et apparaît comme un acteur de premier plan des sociabilités maçonniques et ésotériques en Europe centrale. Intégralement rédigé en Français, le manuscrit nous permet d’apprécier sa maîtrise de la langue, et d’aller beaucoup plus en profondeur, en essayant de comprendre la place de cette langue dans les structures de sa pensée. Son admiration de la France était-elle immuable au point de résister à une conjoncture française de plus en plus hostile aux aristocraties européennes ?

Le baron Heyking : un modèle de formation aristocratique de la francophonie à la francophilie

  • 12 Cité par Réau L., L’europe française…, op. cit., rééd. 1971, p. 56.
  • 13 Fabre J., Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières, Paris, Ophrys, 1952.
  • 14 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. I, p. 67.

3Évoquant la propagation du français dans les cours européennes, Louis Réau insistait, pour la Pologne, sur l’influence des reines Marie Louise de Gonzague et Marie Casimire d’Arquien et il rappelait que Jean Le Laboureur notait déjà, pour le milieu du Grand Siècle, que « dans les cours du Nord, la langue française est naturalisée et que tous les Princes et toute la noblesse la parlent plus souvent et plus volontiers que la leur »12. Il est indéniable qu’au siècle des Lumières, cette francophonie se renforça, car la cour de Stanislas Leszczyński constitua un véritable pont culturel et l’apogée du français coïncida avec le règne de Stanislas-Auguste Poniatowski qui avait séjourné à Paris13. C’est cette société varsovienne que fréquentait Heyking, ce qui nous fait comprendre la qualité de la langue qu’il nous a laissée sur le papier. Si le français était pour lui et ses semblables de la noblesse de cour une seconde langue maternelle, c’est avant tout parce qu’une cohorte de précepteurs et de gouvernantes avait été embauchée dans toute l’Europe pour assurer l’éducation à la française de la jeunesse aristocratique. Ainsi, une fois la première formation achevée, nous voyons le père de Heyking congédier les maîtres de la langue française, allemande et polonaise ainsi que celui chargé de la danse14. Cette méthode s’avère très efficace car elle est confortée par le Grand Tour au cours duquel le jeune noble améliorait ses talents linguistiques. Mais ce que nous suivons remarquablement bien chez Heyking, c’est sa pratique quotidienne et son souci de se perfectionner sans cesse auprès des nombreux Français qui fréquentaient les sociabilités curiales et aristocratiques. Le rôle des nombreux militaires faisant carrière en Europe centrale et des Français engagés par la monarchie dans des actions diplomatiques était ici déterminant :

  • 15 Ibid., p. 62.

Un des meilleurs acteurs français s’était chargé de nous enseigner nos rôles, et un vieux capitaine retiré du service de France, M. du Fourniel, dirigeait notre petite troupe. Il me consola de ma disgrâce, d’être mauvais acteur, me prit en amitié et m’enseigna les règles de la poésie française. […] Un jour, il amena Monsieur de Maisonneuve. […] Le prince Adam, chef du corps des cadets, que le roi venait de créer, avait fait venir cet officier avec plusieurs autres de sa nation pour les placer auprès des bons élèves. Maisonneuve avait de l’esprit et de l’instruction, il affectait le modeste et le romanesque et c’en était plus qu’il en fallait pour avoir du succès. À Varsovie dans un temps où la qualité des Français tenait lieu de tout15.

  • 16 Ibid., p. 133.

4La langue française n’était pas la simple langue véhiculaire de l’aristocratie, elle était un signe même de la supériorité de cette aristocratie sur les autres milieux nobiliaires, ce qui explique la passion qu’elle suscitait à tout bout de champ chez Heyking : « Que les Français me pardonnent si je ne me servis pas de leur langue que j’idolâtre »16. Et il insistait sans cesse sur la qualité littéraire de la langue pratiquée :

  • 17 Ibid., t. II, p. 33.

C’était la littérature française qui régnait alors en Pologne et j’ose le dire, que les personnes de qualité parlaient à Varsovie le plus purement qu’on ne le parlait dans plusieurs provinces de la France17

  • 18 Lequel écrivait tout de même dans ses Mémoires : « Cette langue française même que tout jeune homm (...)
  • 19 Michaud Cl., « Lumières, franc-maçonnerie et politique dans les États des Habsbourg : les correspon (...)
  • 20 Figeac M., « Les réseaux de correspondance de la noblesse hongroise au XVIIIe siècle », dans Beaure (...)

5Cependant, il est difficile d’expliquer uniquement ce phénomène par l’attrait particulier de la culture française au siècle des Lumières ou par la gallomanie exceptionnelle du dernier roi de Pologne18 et de son entourage. Le français permettait bien aux élites européennes de communiquer entre elles, mais il y avait en Pologne une place spécifique qui résultait de liens diplomatiques anciens et d’échanges très denses entre les deux États. L’exploration de quelques fonds de l’aristocratie hongroise est par exemple tout à fait signifiante, car elle révèle un plurilinguisme nettement plus marqué. Selon l’étude de Claude Michaud, les 763 lettres reçues par Fekete se répartissent en 264 lettres en allemand (34,60 %), 174 en hongrois (22,80 %), 152 en français (19,92 %), 100 en italien (13,11 %) et 73 en latin (9,57 %)19. La même impression se dégage de notre travail sur le fonds Teleki20 ; parler d’une Europe française sans différencier des niveaux de pénétration est donc une illusion.

Une réflexion sur les qualités de la langue française

6Les Mémoires de l’aristocrate courlandais véhiculent en effet une véritable réflexion sur les qualités et les limites de la langue qu’il utilisait au quotidien :

  • 21 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. I, p. 133.

Que les Français […] se contentent de la clarté, de la grâce, de la noblesse et de la précision, mais qu’ils laissent aux Anglais, aux Allemands et aux Italiens l’avantage de peindre avec plus de vérité le site agreste d’un beau paysage et les honneurs du tombeau. Ce n’est pas que le génie aux Français, ce sont les mots et comment le peintre le plus habile rendra-t-il les dégradations et les nuances si sa palette manque de couleurs21 ?

7La rigueur, la précision, l’élégance de la prose étaient autant de qualités que beaucoup d’Européens reconnaissaient alors à la langue française. On note ainsi sous la plume de la comtesse Potocka, contemporaine de Heyking, qui apprit le français dans les milieux de l’émigration, à peu près les mêmes annotations quand elle loue le style de son ami, le comte de Flahaut :

  • 22 Ibid., t. I, p. 359. Pour son affirmation sur l’Encyclopédie, voir dans ce volume l’étude de Macie (...)

Ses réponses furent du meilleur goût, sans aucune jactance ; il passant d’un sujet à l’autre sans brusquerie comme sans lenteur22.

8Chez l’un comme chez l’autre, la maîtrise du français était l’atout majeur pour la conversation, pour ces entretiens de salons qui meublaient la vie intellectuelle des élites éclairées. Heyking ressentait d’ailleurs une admiration sans limite pour la prose du Grand Siècle qui, selon lui, provoqua la rénovation de la littérature allemande :

Je ne parle de ceci que pour indiquer la date de la révolution qui s’est faite dans la littérature allemande. Tous les esprits furent électrisés. Pour épurer le goût, on prit pour modèle les célèbres écrivains François Fénelon, Bourdaloue, Fléchier […] Corneille, Racine et le théâtre de Voltaire s’introduisirent partout et bientôt Helvétius, les autres ouvrages de Voltaire, ceux de J.J. Rousseau et l’Encyclopédie se trouvèrent dans les bibliothèques particulières. Les esprits justes, sages et modérés tirèrent un grand parti de ces ouvrages, ils adoptèrent la clarté, la méthode et la précision de ces excellents modèles.

  • 23 Beaurepaire P.-Y., La plume et la toile…, op. cit., p. 215.

9Cette opinion sans réserve était émise à une époque où le français commençait à être remis en cause en Allemagne au profit de la langue nationale comme affirmation d’une identité23. En revanche, sa francophilie ne l’empêchait pas de garder sa lucidité, puisqu’il reprochait à la langue française un manque de flexibilité et un vocabulaire parfois trop pauvre pour traduire la polysémie du langage poétique. Pour nourrir ses affirmations, il évoquait longuement les difficultés rencontrées quand il avait voulu traduire des textes poétiques anglais ou allemands. Citant Voltaire, il regrettait une langue encombrée d’articles, dépourvue d’inversions, peu productive de tournures audacieuses. Son admiration n’était donc pas sans limite et même un gallomane comme lui pouvait estimer que d’autres langues étaient mieux adaptées à certains usages, ce qui limite là encore une prétendue « Europe française ».

Le français et les autres langues européennes

  • 24 Ibid., p. 7.

10Dans le Mythe de l’Europe française, Pierre-Yves Beaurepaire reconnaît que le modèle culturel aristocratique est bien reçu, mais qu’il est discuté, enrichi, réapproprié2424 or, il est certain, quand on lit les Mémoires de Heyking, que les influences s’entrecroisaient comme l’exprime la figure du prince Adam Czartoryski :

  • 25 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. I, p. 58.

La nature a répandu sur lui ses plus rares faveurs, en lui accordant une figure agréable, un esprit vif, un caractère doux et sensible, une mémoire étonnante. Il possède le français, l’allemand, le polonais, l’italien, l’anglais, le grec et le turc, versé dans presque toutes les sciences25.

11Nombreux étaient ainsi les aristocrates polyglottes qui, en effectuant la fusion d’influences diverses, étaient porteurs d’une culture européenne faite de bon goût, de savoir-vivre et de mondanité. En suivant les écrits du baron courlandais, on a véritablement l’impression qu’il gardait des différents modèles nationaux tout ce qui pouvait satisfaire son inépuisable curiosité et son amour des arts. Passionné de musique, il courait les concerts et les théâtres, et l’on sent que l’opéra s’identifiait pour lui à la langue et aux chanteurs italiens :

  • 26 Ibid., p. 238.

Avant que d’y arriver, nous rencontrâmes il signor maestro avec le soprano : je leur parlais italien et musique ce qui nous mit fort bien ensemble26.

12C’est ainsi que nous croisons plusieurs nobles polyglottes allant de l’une à l’autre langue en fonction des circonstances et des nécessités :

  • 27 Ibid., p. 392.

Le jeune comte Wielkovski, neveu du grand général Comte Oginski […] avait entre autres une figure charmante. […] À tous ces avantages, il joignait le don de savoir parfaitement le français, le latin, l’allemand, le polonais et l’italien. Il faisait en français des vers charmants et cette langue était devenue sa langue maternelle27.

13Chez les Polonais, la langue de Molière avait très souvent une sorte de primat et l’on pourrait même en faire un critère de hiérarchisation interne au monde nobiliaire. Dans ces conditions, elle ne pouvait que faciliter la diffusion d’un goût français.

Forces et limites des vecteurs d’un goût français

Le prestige de Paris, capitale européenne

  • 28 Van Damme S., Paris, capitale philosophique de la Fronde à la Révolution, Paris, Odile Jacob, 2005.
  • 29 Roche D., Humeurs vagabondes de la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayar (...)
  • 30 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. II, p. 180.
  • 31 Ibid., p. 202.
  • 32 Figeac M., « Les réseaux de la correspondance… », art. cit., p. 147.

14Pour reprendre la problématique développée dans un ouvrage récent de Stéphane Van Damme28, il est certain qu’un processus de centralisation des savoirs attirait dans la capitale intellectuels des Lumières et aristocrates en train de parfaire leur formation. Dans le voyage des jeunes nobles, le séjour parisien les retenait souvent six mois, tandis qu’ils demeuraient de deux à quatre mois à Rome et quelques semaines ailleurs29. Ces séjours prolongés contribuaient largement au cosmopolitisme, à la cohésion du groupe, mais ils construisaient aussi une distance avec le reste de la société qui ne partageait pas la même expérience. Heyking présente Paris comme « le centre de toutes les lumières et de toutes les connaissances »30 et il proclame qu’« un homme qui revient de Paris dans le Nord, fait événement comme s’il avait pu acquérir des dons surnaturels »31. Dans l’énorme cité qu’il qualifie de « capitale du monde », il se déplace, la carte et l’almanach des voyageurs à la main, parcourant méthodiquement chaque quartier afin de ne rien manquer des édifices les plus marquants. Les rencontres avec les dignitaires de la maçonnerie s’accumulent, il profite de la présence de Messmer et rend une visite pleine de respect à Savalette de Langes, fondateur de l’Ordre mystique de Philalèthes qui touchait à toutes les formes de l’occultisme, tendance très caractéristique de la maçonnerie polonaise. Ses soirées sont consacrées à assouvir sa passion pour le théâtre et la musique, et comme il a parfaitement saisi la complémentarité entre la ville et la campagne proche, on le retrouve dans les petites maisons de Passy ou dans les châteaux de Chantilly, Meudon ou Marly. Autant de lieux où il apprécie les nouvelles normes en matière de confort et de luxe qu’il cherchera à se procurer une fois revenu dans son pays. En réalité, chaque voyage avait une tonalité et si quelqu’un comme Heyking nous fait cheminer dans les mystères de l’ésotérisme, le comte hongrois Teleki, venu vingt ans plus tôt à la cour de Louis XV, préférait les cercles scientifiques32. Parmi les savants français amis de Teleki, figurait le grand mathématicien newtonien Alexis-Claude Clairaut, qui mit à sa disposition sa bibliothèque et ses instruments. C’est notamment grâce à Clairaut qu’il fit la connaissance de l’astronome Lacaille chez lequel il observa les étoiles, du mathématicien Montucla qui lui offrit un exemplaire de son Histoire des Mathématiques, du physicien suédois Ferner, du grand naturaliste Daubenton et du chirurgien Tennon. Le savant et explorateur La Condamine, Bougainville et d’Alembert faisaient également partie de ses relations régulières. Dans un cas comme dans l’autre, Paris fonctionne bien comme une plaque tournante de la circulation des idées, ce qui dépasse d’ailleurs le cadre strictement français et se situe dans une dimension européenne.

15L’adhésion enthousiaste de Heyking au mode de vie parisien ne lui retirait pas tout esprit critique, et nous le voyons par exemple très sévère devant le spectacle de la Cour de Louis XVI en train de jeter ses derniers feux :

  • 33 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. III, p. 190.

Nous assistâmes à la messe du Roi. Ce que j’y vis de plus attrayant fut la jolie duchesse de Guiche née de Polignac. […] Nous vîmes ensuite le dîner du Roi et de la Reine. J’ai pu comparer ces repas publics avec ceux de l’Impératrice et j’ai vu l’entrée de la Reine à Paris à l’occasion de ses relevailles. L’on y déploya tout le faste et les plus beaux équipages de la cour et cependant même dans ce rapport, Versailles était encore inférieur à Pétersbourg33.

  • 34 Plusieurs allusions nous révèlent en effet sa méthode d’écriture : « J’ai toujours fait un journal (...)

16Il est ici évident que ses appréciations sur le couple royal pouvaient être orientées par une rédaction a posteriori qui eut lieu alors que Louis XVI offrait le spectacle de son indécision et de sa faiblesse34. Ceci dit, son excellente connaissance de plusieurs cours européennes lui permettait aussi de judicieuses comparaisons. En effet, la principale caractéristique de cette très haute noblesse était sa mobilité et si beaucoup de Polonais se rendaient à Paris, beaucoup de Français parcouraient l’Europe centrale.

L’influence française dans les cercles de sociabilité

  • 35 Ibid., t. I, p. 101-103.

17En feuilletant le récit de Heyking, on rencontre en effet de nombreux Français dans les salons et les loges maçonniques où ils contribuaient à faire connaître les idées et les nouvelles modes venues de France. À la cour de Dresde, il se prend par exemple « d’une affection aussi prompte que vive et profonde »35 pour un Monsieur de Chabannes qu’il retrouvera quelques années plus tard à Paris. Leurs échanges sur le théâtre, la littérature ou le chant correspondent en réalité à une culture européenne qui se forme sous leurs yeux :

Je lui servais donc d’interprète et lorsqu’une pièce allemande lui plaisait, je la traduisais, il la corrigeait et me faisait faire ainsi une espèce de cours de style dont je sentis toute l’utilité.

  • 36 Ibid., t. III, p. 126.
  • 37 Beaurepaire P.-Y., L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, (...)

18Ce court passage est très symptomatique de la conception que l’on avait à l’époque de la traduction puisque le texte n’était pas traduit mot à mot, on saisissait le sens global puis on réécrivait, on adaptait la pièce. Aux Provinces-Unies, sa route croise celle de Monsieur de Vivetières, conseiller au Parlement de Paris, venu cacher la blessure de la mort de sa mère et les stigmates de la petite vérole qu’il avait contractée en la soignant. Là encore, la sympathie puis l’amitié sont la base de ces relations entre ces médiateurs culturels qui parcourent l’Europe, et nous avons de très beaux passages consacrés à la description de ce sentiment qui leur pénétrait le cœur et dont les manifestations n’avaient pas beaucoup changé depuis Montaigne et La Boétie : « Je ne sais par quelle attraction secrète nos âmes s’entendirent dans l’instant et au bout d’une heure la confiance la plus entière s’établit entre nous »36. Sur cette base se développent des relations très fortes autour de l’écriture de pièces fugitives, de spectacles partagés en commun ou de participation à ces sociabilités maçonniques qui tissaient une toile liant les élites européennes37. Dans ces rapports faits d’estime réciproque, du plaisir d’être ensemble et d’échanges culturels, la langue française jouait un rôle essentiel, comme en témoigne l’épisode du comte Lamberg que Heyking recruta à Landshut en Bavière alors qu’il se rendait à Dresde, pour qu’il développe une filiale de l’ordre :

  • 38 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. I, chapitre 6.

Parmi les gens de qualité retirés dans cette ville, le comte Lamberg était le plus marquant. Il avait joui dans sa jeunesse d’une très grande fortune qu’il avait dissipée dans ses voyages ; mais il avait conservé de l’amabilité et cette philosophie douce qui nous apprend à être heureux sans le secours des richesses. Notre connaissance se fit très promptement, et nous ne nous quittions pas. Il était en correspondance avec plusieurs encyclopédistes ; il avait tous les ouvrages nouveaux de la littérature française : c’était un lien de plus qui m’attachait à lui38.

19Passion pour les lettres françaises et empathie entre les âmes, nous avons là les deux ressorts qui rapprochaient les êtres au sein de cette communauté intellectuelle.

La place des modes venues de France

  • 39 Ibid., t. I, p. 147.

20La connaissance des usages et des modes venues de France était synonyme de civilisation urbaine et la vie du baron Heyking se déroule la plupart du temps dans les grandes capitales, en dehors bien sûr de périodes de délassement dans des folies ou des châteaux qui permettaient de goûter au retour à la nature. Pour ces hommes des Lumières, l’urbanité était synonyme de connaissance et quand Heyking rencontre à Teschen, en Silésie, une jeune comtesse, il est surpris de l’entendre parler français : « Elle s’aperçut de mon étonnement et me dit en souriant : Nous n’avons pas été élevés dans ces tristes montagnes et ce n’est que depuis un an que mes parents ont quitté Vienne »39. La ville était le lieu où s’apprenaient les nouveaux usages et c’est justement là que circulaient les nouveautés venues de France, comme la fureur des boissons exotiques qui éclipsaient les alcools polonais, synonymes de rusticité et de tradition populaire :

  • 40 Ibid., t. II, p. 44.

Mgr, repris-je, le café conserve la raison, et l’eau-de-vie la fait perdre et si nous achetons de l’étranger du café et des épiceries, l’étranger achète nos grains et nos productions. C’est ainsi que la nature compense tout et qu’elle rétablit ces relations d’industrie et d’échange qui servent à unir les hommes de divers climats et de nations différentes40.

  • 41 Cieslak E., « Résidents français à Gdańsk au XVIIIe siècle. Leur rôle dans les relations franco-pol (...)
  • 42 Voir par exemple Gayot G., « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig : e (...)

21D’après les calculs faits en 1772 par le résident français Gérard de Rayneval, la moyenne annuelle des marchandises françaises importées en Pologne par Gdańsk représentait, entre 1760 et 1771, la valeur de 3 884 000 livres, alors que la valeur des marchandises exportées vers la France ne dépassait pas 1 470 000 livres. Ce n’était pas seulement la balance d’échanges commerciaux qui était favorable à la France, mais on peut dire la même chose de la structure de l’importation de marchandises françaises à Gdańsk. Les marchandises de valeur y dominaient, le vin et le café représentaient plus de 80 % des produits français importés dans le grand port de la Baltique. Durant la période 1760-1791, pratiquement la totalité du café provenait de la France, qui restait aussi le plus grand fournisseur de vin41. Les courants par lesquels ces produits irriguaient l’Europe centrale sont aujourd’hui bien connus42, mais le témoignage du baron Heyking est ici peu productif, car il apporte fort peu d’attention à l’alimentation, au vêtement et globalement à la vie matérielle, tout au long de son récit.

La Révolution ou l’image brisée d’un modèle français aristocratique et mondain

Une rupture au sein des élites

  • 43 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. II, p. 189.

22C’est certainement pour les passages des Réminiscences qu’un regard critique s’impose le plus, car la rédaction a posteriori offre au narrateur une lucidité dont il n’était pas forcément doté dans l’instant. Selon lui, qui eut la chance de visiter Paris quelques mois avant la Révolution, le principal responsable de la crise était bien le « philosophisme » qui orienta l’opinion. À la différence de la première génération des Lumières, la seconde lui apparaît aussi médiocre que virulente et il prend pour exemple Marmontel qui, « avec toute la prétention au génie, lut ensuite son discours sur les langues, dont on applaudit vivement quelques phrases hardies contre le gouvernement ce que l’on appelait ouvrage philosophique »43. En réalité, Heyking dénonçait la deuxième génération, celle des Morellet, des La Harpe ou des Raynal, celle qui avait inventé massivement les Académies et accaparé les pensions royales, mais il semble ignorer la troisième, bohême littéraire de journalistes et de libellistes, encore plus dangereuse pour le pouvoir.

  • 44 Ibid., t. III, p. 191.

23Le noble courlandais stigmatise par ailleurs l’action d’une partie des élites nobiliaires dont il a parfaitement compris le rôle dans le déclenchement des événements. C’est ainsi qu’il désigne le duc d’Orléans, futur régicide qui « avait l’air d’un palefrenier de Saint-James » et qui fut finalement « guillotiné, juste récompense de tant de scélératesse »44. Il ne faut pas oublier qu’il réprouvait ici l’action du Grand Maître du Grand Orient de France alors qu’il était lui-même un fervent adepte de l’Art Royal. Le lien entre ésotérisme et contestation peut d’ailleurs être souvent fait, par exemple quand il évoque Duval d’Eprémesnil, l’un des chefs les plus vigoureux de l’opposition parlementaire au pouvoir royal. En 1787, il s’était opposé avec la plus grande énergie aux édits créant l’impôt du timbre et la subvention territoriale, et il avait été exilé à Troyes avec le Parlement. Le portrait qu’en dresse Heyking résume les contradictions et le malaise d’une partie du second ordre :

  • 45 Ibid., p. 192.

La fureur de déclamer contre le gouvernement commençait à se manifester et je fus très étonné chez Messmer d’entendre d’Eprémesnil me féliciter sur le bonheur qu’avaient les Polonais et les Courlandais d’être républicains. Ah ! Monsieur, lui dis-je, la liberté républicaine paraît plus belle de loin que de près. C’est, expliqua-t-il que vous n’en jouissez pas dans toute sa plénitude ; c’est que vous avez encore des esclaves. […] Ce d’Eprémesnil avait infiniment d’esprit mais sans justesse et son éloquence était plus brillante que solide45.

  • 46 Darnton R., La fin des Lumières. Le messmérisme et la Révolution, Paris, Perrin, 1984, p. 180-181.

24On perçoit nettement dans ce passage toute l’équivoque sur les termes. Comme Rousseau bien avant lui, d’Eprémesnil s’enthousiasme pour un mot, pour une notion sans voir que les Polonais étaient républicains au sens polonais de ce terme, c’est-à-dire qu’ils voyaient dans le roi le chef symbolique de la République. Dans l’ancienne Pologne, la nation était identifiée avec la noblesse et la Diète représentait cette « nation », dont les membres jouissaient de l’égalité formelle et du droit de suffrage universel. Enfin, la scène se déroule au moment d’une expérience de magnétisme animal chez le médecin autrichien Messmer, ce qui peut surprendre étant donnée la nature des propos échangés. En réalité, Duval d’Eprémesnil comme Duport ou La Fayette, autres adeptes célèbres du messmérisme, étaient convaincus de défendre une science qui allait recréer l’homme naturel de Rousseau. La santé obtenue par les expériences du baquet engendrait la vertu décrite par Rousseau et créait l’harmonie tant au sein du corps politique que du corps de l’individu. « Il remédiera aux effets pernicieux des arts […] en rétablissant une “société naturelle” dans laquelle les lois physico-morales de la nature noieront les privilèges nobiliaires et le despotisme dans une mer de fluide magnétique46. » Fallait-il vraiment s’étonner de rencontrer plusieurs messméristes parmi les acteurs de la première Révolution de 1789 ? Les réticences exprimées par Heyking devant les choix effectués par plusieurs membres éminents de la noblesse française fournissent en tout cas une preuve supplémentaire de la diversité des positions de la maçonnerie européenne face à la montée de la Révolution française.

Du cosmopolitisme mondain au cosmopolitisme jacobin

  • 47 Beauvois D., La Pologne, histoire, société, culture, Paris, La Martinière, 2004, p. 186-187.
  • 48 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. III, chapitre 2, p. 63.
  • 49 Beauvois D., op. cit., p. 189.

25Comme l’a bien montré D. Beauvois, les esprits réformateurs s’étaient échauffés en Pologne au diapason de la France, même si le contexte intérieur et diplomatique des deux États était fondamentalement différent47. La décision des états généraux, le 9 juillet, de se transformer en assemblée constituante fit, par exemple, cheminer cette idée du côté polonais : le 7 septembre, la Diète de Pologne créa en son sein une députation pour l’amélioration de la forme du gouvernement et une première réflexion fut mise en route. L’épisode du 17 juillet 1789, au cours duquel Louis XVI se rendit à la mairie de Paris, a sa réplique en mai 1791 : « Le Maréchal-Comte Malachowski entraîné par Kolataj et une vingtaine de personnes de distinction se firent bourgeois de Varsovie et prêtèrent le serment civique à l’hôtel de ville »48. Le carrosse dételé de ce dignitaire de la noblesse fut traîné par la foule et cette « fraternisation » des élites constitua un puissant encouragement pour les réformateurs49. Ce parallélisme est permanent et il est d’ailleurs indéniable que la rupture entre la France et ses anciens alliés russes et autrichiens contribua au rapprochement avec la Pologne. Pour mettre en œuvre cette stratégie, un nouveau représentant de la diplomatie française, le colonel Desarches, marquis de Sainte-Croix et chevalier de Saint-Louis, parfait représentant de la noblesse ralliée à la Révolution, débarqua à Varsovie en 1789.

26Le récit de Heyking est ici une véritable merveille, car il permet de comprendre comment tout se trouble, comment l’on passe d’un système de valeurs à l’autre :

  • 50 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. III, p. 79.

Il affectait un air modeste et comme il ne manquait ni d’amabilité ni d’instruction, que son cuisinier était excellent, sa cave délicieuse et sa bibliothèque fournie, on courut chez lui comme à la foire. […] Au bout de quelques semaines, Monsieur le Marquis de Sainte-Croix ne mit plus sur ses billets de visite que Descouches tout court, sa femme ne parla que d’égalité, de droits de l’homme, de philanthropie, de liberté. Il me témoigna son étonnement de ce qu’avec mes lumières, je pouvais m’opposer aux réclamations de nos bourgeois. C’en était trop et je lui parlais de manière à ne lui laisser aucun doute sur ma façon de penser. J’appris un jour qu’il avait invité le tapissier français du roi, le dentiste, un joaillier et quelques gens de cette classe. Dès ce moment, je résolus de ne plus mettre les pieds chez lui et de refuser ses invitations de peur de me trouver en trop bonne compagnie50.

27Nous passons ainsi de ce qui définissait le Français de la bonne société avant 1789, aux valeurs qui le caractérisaient désormais. La liberté et les droits de l’homme se sont substitués au bon goût et au savoir-vivre et en même temps, c’est tout un système de sociabilité élitiste qui s’effondre. Le retrait du baron courlandais est le symbole d’un cosmopolitisme qui se délite pour laisser la place au cosmopolitisme jacobin et là encore, l’auteur se plaît à souligner l’influence directe de la capitale française :

  • 51 Ibid., chapitre 2, p. 17.

Le délire des nouvelles opinions sur la liberté avait déjà passé de France en Pologne et la bourgeoisie de Varsovie joua les parodies les plus ridicules pour s’assimiler aux sans-culottes parisiens51.

  • 52 Ibid., p. 63.

28Heyking parle par ailleurs d’« imitation dégoûtante des scènes qui se jouaient à Paris »52 et il insiste sur le rôle de la presse comme canal de diffusion prioritaire. « Saillies de démence », « hydre du jacobinisme », il accumule les expressions toutes plus violentes et dépréciatives les unes que les autres. Image inversée de la société d’Ancien Régime, Paris entraîne cette fois chez ce franc-maçon épris des Lumières et d’ésotérisme un profond sentiment de terreur et de répulsion, une véritable psychose du jacobinisme. Dans les deux cas, la France apparaît comme un épicentre parmi d’autres, d’où rayonnent, dans une sorte de mimétisme socio-politique, nouvelles idées et nouvelles modes.

  • 53 Beaurepaire P.-Y., L’Europe des Lumières, Paris, PUF, 2004, p. 109.

29Une fois les derniers feuillets refermés, les Mémoires du Baron Heyking apparaissent comme le journal intime d’un médiateur culturel, tant il est vrai que le thème du transfert de la France vers la Pologne est l’un des fils conducteurs qui guide la réflexion du narrateur. Faut-il vraiment s’en étonner avec un membre de cette très haute noblesse européenne qui, à l’instar des Potocki, avait fait du français une deuxième langue maternelle ? Une vraie passion pour la culture française est à plusieurs reprises proclamée mais peut-on pour autant parler d’une « Europe française », sauf à réduire l’Europe à une infime minorité de ses habitants ? Le français, « langue vernaculaire du royaume européen du goût »53, était en effet clairement affiché comme un signe de supériorité sociale et ce n’est pas le hasard si le sarmatisme, qui prétendait revenir aux traditions nationales, était le refuge de la moyenne et de la petite noblesse. De même, le rayonnement français n’est pas le seul à briller au sein de la haute société européenne ; les influences sont diverses et variées, elles s’entrecroisent avec d’autres pôles, comme le pôle italien si souvent évoqué par Heyking dans les domaines artistiques et musicaux ; le prince Adam Czartoryski dont il vantait la langue française maîtrisait aussi bien l’allemand, l’italien, l’anglais, le grec et même le turc. C’est cette figure-là du noble lettré et polyglotte que le cosmopolitisme jacobin va engloutir, si bien que Sénac de Meilhan semble vouloir la fixer définitivement sur le papier dans l’Émigré :

  • 54 Sénac de Meilhan, L’Émigré, dans Romanciers du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard (Coll. La Pléiade), (...)

J’ai été charmé de la figure, des manières et de l’esprit du Baron, on ne peut pas dire qu’il a l’air Français, et il n’a pas l’air Allemand ; la fréquentation de diverses nations, celle des Cours et des camps lui ont donné une manière d’être à lui, qui n’est d’aucun pays, et il semble avoir pris ce que chacun a de bien54.

Notes

1 Zablocki F., « Fircyk w zalotach » [« Petit-maître en amourettes »], Teatr Franciszka Zablockiego [Le théâtre de Franciszek Zablocki], vol. 3, Wrocław, J. Pawlowiczowa, 1995, p. 14-15.

2 Kostkiewiczowa T., « Image de la noblesse polonaise dans la littérature du XVIIIe siècle entre le cosmopolitisme et la tradition nationale », dans Dumanowski J. et Figeac M. (dir.), Noblesse française et noblesse polonaise. Mémoire, identité, culture, XVIe-XXe siècles, Pessac, MSHA, 2006, p. 287-298.

3 Caraccioli L.A., La Pologne telle qu’elle a été, telle qu’elle est, telle qu’elle sera, Warszawa, MDCCLXXV, p. 8.

4 Réau L., L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1938, rééd. 1971.

5 Brunot F., Histoire de la langue française, vol. VIII, livre X, Le Français en Pologne, Paris, 1934, p. 445-487.

6 Fumaroli M., Quand l’Europe parlait français, Paris, Éditions de Fallois, 2001.

7 Mandrou R., La raison du Prince, l’Europe absolutiste 1649-1775, Paris, Marabout, 1980, p. 186.

8 Beaurepaire P.-Y., Le mythe de l’Europe française au XVIIIe siècle, Paris, Autrement, 2007.

9 Pour la France, voir Figeac M., L’automne des gentilshommes. Noblesse d’Aquitaine, noblesse française au siècle des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2002.

10 Baron Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires de C [harles-Henri] B [aron] d’Heyking écrits par lui-même avec les portraits de plusieurs hommes du Nord, tracés d’après nature, 3 vol. manuscrits. Nous profitons de l’occasion pour remercier notre collègue et ami Pierre-Yves Beaurepaire, Professeur à l’Université de Nice, qui nous a communiqué les microfilms du manuscrit original. Sans lui, cette communication n’aurait jamais vu le jour.

11 Hetman Wielki en polonais (ou grand Hetman ou grand Général) était commandant de l’armée. Il était nommé par le Roi mais le monarque ne pouvait pas le révoquer. Il était également ministre de la Guerre. Après l’avènement de Stanislas-Auguste en 1764, on a limité le pouvoir des grands généraux par la création des Commissions Militaires.

12 Cité par Réau L., L’europe française…, op. cit., rééd. 1971, p. 56.

13 Fabre J., Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières, Paris, Ophrys, 1952.

14 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. I, p. 67.

15 Ibid., p. 62.

16 Ibid., p. 133.

17 Ibid., t. II, p. 33.

18 Lequel écrivait tout de même dans ses Mémoires : « Cette langue française même que tout jeune homme apprend aujourd’hui en Europe, comme une preuve d’éducation policée, inspire, sans qu’on s’en aperçoive, une certaine opinion de supériorité en faveur de la nation qui en est le propriétaire. De plus, une certaine analogie dans les bonnes et les mauvaises qualités a établi entre les nations française et polonaise une sympathie, remarquée depuis longtemps et qui est aussi vraie que l’antipathie que cette dernière a pour ses voisins ; cela faisait pour moi une raison de plus. » Mémoires du Roi Stanislas-Auguste Poniatowski, Sankt-Peterbourg, Impr. de l’Académie impériale des sciences de Russie, 2 vol., 1914-1924, p. 93.

19 Michaud Cl., « Lumières, franc-maçonnerie et politique dans les États des Habsbourg : les correspondants du comte Fekete », Dix-huitième siècle, no 12, 1980, p. 327-379.

20 Figeac M., « Les réseaux de correspondance de la noblesse hongroise au XVIIIe siècle », dans Beaurepaire P.-Y., La plume et la toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 145-158 ; A.N. Hongrie, Teleki Csalad, 8. D. 31, no 64.

21 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. I, p. 133.

22 Ibid., t. I, p. 359. Pour son affirmation sur l’Encyclopédie, voir dans ce volume l’étude de Maciej Forycki, « La diffusion de l’Encyclopédie en Europe centrale ».

23 Beaurepaire P.-Y., La plume et la toile…, op. cit., p. 215.

24 Ibid., p. 7.

25 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. I, p. 58.

26 Ibid., p. 238.

27 Ibid., p. 392.

28 Van Damme S., Paris, capitale philosophique de la Fronde à la Révolution, Paris, Odile Jacob, 2005.

29 Roche D., Humeurs vagabondes de la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, p. 684.

30 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. II, p. 180.

31 Ibid., p. 202.

32 Figeac M., « Les réseaux de la correspondance… », art. cit., p. 147.

33 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. III, p. 190.

34 Plusieurs allusions nous révèlent en effet sa méthode d’écriture : « J’ai toujours fait un journal exact de mes voyages et ce sont ces notes qui me servent de guide dans ces Mémoires. » Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. I, p. 394.

35 Ibid., t. I, p. 101-103.

36 Ibid., t. III, p. 126.

37 Beaurepaire P.-Y., L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2003.

38 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. I, chapitre 6.

39 Ibid., t. I, p. 147.

40 Ibid., t. II, p. 44.

41 Cieslak E., « Résidents français à Gdańsk au XVIIIe siècle. Leur rôle dans les relations franco-polonaises », Warszawa, Académie polonaise des Sciences/Panstwowe Wydawnictwo Naukowe Warszawa, 1969, p. 6.

42 Voir par exemple Gayot G., « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig : enquête sur un haut lieu de la réalisation des bénéfices, 1750-1830 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 48, no 2-3, avril-septembre 2001, p. 72-103.

43 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. II, p. 189.

44 Ibid., t. III, p. 191.

45 Ibid., p. 192.

46 Darnton R., La fin des Lumières. Le messmérisme et la Révolution, Paris, Perrin, 1984, p. 180-181.

47 Beauvois D., La Pologne, histoire, société, culture, Paris, La Martinière, 2004, p. 186-187.

48 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. III, chapitre 2, p. 63.

49 Beauvois D., op. cit., p. 189.

50 Heyking K.-H., Mes réminiscences ou mémoires…, op. cit., t. III, p. 79.

51 Ibid., chapitre 2, p. 17.

52 Ibid., p. 63.

53 Beaurepaire P.-Y., L’Europe des Lumières, Paris, PUF, 2004, p. 109.

54 Sénac de Meilhan, L’Émigré, dans Romanciers du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard (Coll. La Pléiade), 1965, p. 1894.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search