Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Deuxième Partie. Influence économique, goût et mœurs françaises en Europe centrale

16. Un Rochelais au service des Habsbourg : Jean Louis Ratuit de Souches (1608-1682). Contribution à l’étude de la noblesse francophone dans les Pays tchèques aux xviie et xviiie siècles

Petr Klapka

Texte intégral

  • 1 À ce sujet, voir Polišenský J. et Snider F., « Změny ve složení české šlechty v 16. a 17. Století  (...)
  • 2 Sur cette question, voir Bílek T.V., Dějiny konfiskací v Čechách po roce 1618 [L’histoire des conf (...)
  • 3 Chaline O., La reconquête catholique de l’Europe centrale, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions du (...)
  • 4 Leurs textes furent publiés dans Jireček H. (éd.), Obnovené právo a Zřízení zemské dědičného králo (...)
  • 5 Au sujet de l’incolat, voir Baxa B., Inkolát (a indigenát) v zemích koruny české od roku 1749-1848(...)
  • 6 Le terme de « la nouvelle noblesse » pour désigner les familles dont l’ascension commence après 16 (...)

1Les événements de la guerre de Trente Ans marquèrent sensiblement la composition de la noblesse dans les pays de la Couronne de Bohême et surtout influencèrent d’une manière remarquable la structure de la propriété nobiliaire1. La victoire des armes impériales sur les États tchèques insurgés le 8 novembre 1620 lors de la bataille de la Montagne Blanche, l’assassinat du général Wallenstein en 1634 et la signature de la paix à Münster et Osnabrück en 1648, provoquèrent plusieurs vagues de confiscations et redistributions des terres2. À partir de 1627, l’Empereur Ferdinand II mit en œuvre une politique de recatholicisation forcée3 et modifia la répartition du pouvoir à son profit, grâce aux constitutions rénovées, celle de 1627 pour la Bohême et celle de 1628 pour la Moravie4. Ces dernières lui permirent d’intervenir personnellement dans le processus d’attribution de l’incolat, ce qui représente l’autorisation officielle de siéger à la Diète, d’accéder aux grands offices et de posséder des terres dans les pays en question, décision réservée auparavant à la Diète5. L’ensemble de tous ces changements eut pour conséquence l’apparition de la « nouvelle noblesse » et son installation dans les pays de la Couronne de Bohême6.

  • 7 .Les destins des familles d’origine française établies dans les Pays tchèques aux XVIIe et XVIIIe s (...)
  • 8 Les archives familiales, conservant les correspondances personnelles, politiques et militaires, le (...)

2Certaines de ces familles ne font que passer en s’éteignant ou en vendant leurs terres ; d’autres en revanche s’installent plus ou moins durablement et lient leurs destins au service des Habsbourg. Tel fut également le cas de la famille de Souches7. Originaires de la Saintonge, les Raduit de Souches s’établissent au milieu des années 1640 en Moravie du Sud et demeurent en possession directe de leurs domaines jusqu’en 1792, où leurs biens familiaux passent par l’héritage à la famille Ugarte, cette dernière d’origine espagnole. Les archives familiales, jusque-là pratiquement inexploitées malgré leur intérêt, permettent une approche détaillée de l’histoire de cette famille française8.

  • 9 Mémoires du comte Gaspard de Chavagnac, maréchal de camps ès armées du roy, général de l’artilleri (...)
  • 10 Ibid., p. 246.

3En 1699 furent publiés les Mémoires du comte Gaspard de Chavagnac (1638-1695), dans lesquels leur auteur décrit notamment de façon très critique la vie à la cour impériale de Vienne dans les années 1666-16719. Dans le chapitre consacré aux ministres et aux généraux au service de Léopold I10, on apprend que parmi les hommes les plus influents et très puissants se trouvait un certain comte de Souches. Gaspard de Chavagnac nous informe :

Le comte de Souches, feld-maréchal [ce qui est comme maréchal de France], était Français de nation, de la Rochelle, et de basse extraction. Il serait difficile de savoir comment il était parvenu à ce haut degré de fortune, car il n’était pas bon général10.

4Peut-on sans hésitation accepter les conclusions proposées par Chavagnac, ou alors faudrait-il les rectifier ? Qui était ce comte de Souches dont il est question dans le texte cité ? Quel fut son destin et celui de sa famille ?

Origines familiales

  • 11 Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, 5 Mi 1075/4, Actes de baptême du te (...)
  • 12 Pour les informations de base, on peut recourir à Arcère L.-E., Histoire de la ville de La Rochell (...)
  • 13 Hivert M.E., « Ratuit, comte de Souches… », op. cit., p. 356.
  • 14 Par exemple, Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, no 18, 1890, p. 329 (le 13 avril (...)
  • 15 de Ruble A. (éd.), Histoire universelle par Agrippa d’Aubigné, t. VI, 1579-1585, Paris, 1892, p. 79 (...)
  • 16 Beauchet-Filleau J. (éd.), « De Bourdigale », Dictionnaire historique et généalogique des familles (...)
  • 17 Meschinet de Richemond M. (éd.), Inventaire sommaire des Archives départementales, antérieures à 17 (...)

5Né le 16 août 1608 à La Rochelle11, Jean Louis Ratuit de Souches était le fils de Jean Ratuit, sieur de Baar (des Barrès) et de Marguerite de Bourdigale, tous les deux issus de la petite noblesse huguenote locale12. Au nom de la famille, il ajouta le titre de la seigneurie, située dans la paroisse d’Ars dans l’île de Ré, sieur des Ouches, d’où un vice de prononciation a fait le nom de Souches13. Du côté de son père, on rencontre plusieurs sieurs Ratuit cités parmi les pairs à divers moments de l’histoire de la ville de la Rochelle14 et c’est probablement d’un membre de la même famille dont parle Agrippa d’Aubigné sous le nom des Ouches, dans son Histoire universelle en évoquant les vaillants officiers protestants qui combattaient au siège de Montaigu (en 1580) et à Maubraguet (en 1586)15. On connaît également la grand-mère paternelle de Jean Louis Ratuit de Souches, Françoise de Nis. Quant à la mère de Jean Louis Ratuit de Souches, Marguerite de Bourdigale, elle venait d’une famille originaire du village de Bourdigale, situé dans la paroisse d’Olonne, près des Sables (Les Sables-d’Olonne actuels)16. Ses ancêtres exerçaient diverses fonctions militaires et étaient actifs dans l’administration de la ville de la Rochelle, notamment Louis de Bourdigale, procureur du roi au présidial de la Rochelle, grand-père maternel de Jean Louis17.

  • 18 Arcère L.-E., Histoire de la ville de La Rochelle…, op. cit., p. 390.
  • 19 Cette hypothèse semble être confirmée par la mention, au XVIIIe siècle, de deux « sieurs des Ouche (...)

6Si les sources connues nous donnent les informations plus ou moins fragmentaires sur les ancêtres familiaux, la situation s’avère encore plus compliquée quant aux frères et sœurs de Jean Louis Ratuit de Souches. On connaît de nom une sœur de Jean Louis, Marguerite, mariée à Élie Savarit, lieutenant-général de la sénéchaussée de Castillon en Guyenne, qui apparaît en 1654 dans un acte de partage des biens familiaux18, et on suppose l’existence d’au moins un frère qui, après le départ de Jean Louis à l’étranger, a dû rester en France19.

  • 20 Hivert M.E., op. cit., p. 356.
  • 21 Jourdan J.-B.-E., La Rochelle historique et monumentale, La Rochelle, 1884, p. 27-28 et 85 ; « Les (...)

7La fortune familiale des Ratuit de Souches reposait sur la possession des seigneuries des Ouches et des Baires, la première située dans la paroisse d’Ars, la deuxième dans la paroisse de la Flotte, toutes les deux dans l’île de Ré20. Ils possédaient également deux grandes maisons dans le centre de la Rochelle dans la rue Chef-de-Ville actuelle, dont une – appelée « Trois Marchands » selon l’enseigne placée sur sa façade – était le principal hôtel de la ville21.

8Exception faite de sa date de sa naissance, on ignore tout de l’enfance de Jean Louis Ratuit de Souches ainsi que de l’éducation qu’il dut recevoir. Il ne réapparaît que vingt ans plus tard, en 1628, cette fois-ci dans une atmosphère profondément différente de celle qui régnait au moment de sa venue au monde.

Les années incertaines

  • 22 Villemain P. (éd.), Journal des assiégés de La Rochelle 1627-1628, Paris, Éditions de Paris, 1958 ; (...)
  • 23 Callot P.S., Jean Guiton, La Rochelle, 1848 ; Blanchon P., Jean Guiton et le siège de La Rochelle, (...)
  • 24 Voir note 12.

9Le 28 octobre 1628, après plus d’un an de siège, sa ville natale capitule et ouvre ses portes aux soldats du cardinal de Richelieu. Le 1er novembre, le roi en personne entre dans une ville ruinée, dépeuplée par la famine et l’épidémie22. La défaite entraîna la destruction des fortifications, le désarmement des habitants, la suppression des privilèges de la ville et l’interdiction des assemblées protestantes, sauf autorisation expresse du roi. Tous ces événements ont dû ardemment marquer le jeune Jean Louis qui a vraisemblablement participé à la défense de la ville et a pu ainsi admirer l’énergie, la tactique et le comportement héroïque de Jean Guiton, nommé auparavant à la tête de la commune23. Il s’agit là sans aucun doute de leçons dont il se servira plus tard. En 1628, Jean Louis Ratuit de Souches se voit devoir choisir entre la conversion et la vie tranquille d’un propriétaire terrien d’une part, et ses ambitions personnelles d’autre part. Il opte pour celles-ci et quitte la France pour la Suède24.

  • 25 Arcère L.-E., Histoire de la ville de La Rochelle…, op. cit., p. 390.
  • 26 Trmač M., Maršál Jean Louis Raduit de Souches a Znojemsko [Le maréchal J. L. Raduit de Souches et l (...)
  • 27 Bretholz B. (éd.), « Anhang, Einige auf Ludwig de Souches bezügliche Urkunden », Urkunden, Briefe u (...)

10Le royaume de la Suède semblait alors dans les yeux des réformés de l’Europe entière comme le seul pays capable de défendre la cause du protestantisme et nombreux furent ceux qui y cherchèrent refuge. Ratuit de Souches s’y présenta en calviniste fuyant la colère du cardinal de Richelieu et désireux de servir une nouvelle patrie. Dès ses premiers pas à la cour de Suède, il fut remarqué et protégé par un Français, le comte Gabriel de la Gardie. Ce dernier, originaire du village de Gardie près de Carcassonne, était sénateur du royaume de Suède et petit-fils d’un grand-maréchal des armées du roi Charles IX25. À l’aide de cette puissante protection, Ratuit de Souches devint d’abord en 1635 officier dans un régiment suédois recruté en Poméranie, puis en 1639, il obtint le commandement d’un régiment de dragons, puis d’une autre d’infanterie. Avec ses hommes, il servit dans la seconde armée suédoise opérant en Silésie, ce qui lui permit de rentrer en contact et mieux connaître le futur général Charles-Gustave Wrangel26. Mais les vives critiques qu’il exprima sur l’armée suédoise, notamment dans une lettre envoyée au chancelier Oxenstierna27, lui valurent d’entrer en conflit avec son supérieur hiérarchique, le général Stalhandske. Pour échapper à la cour martiale, Ratuit de Souches fut obligé en 1642 de quitter la Suède et de tenter sa chance ailleurs.

11Son chemin le conduisit à Vienne où il fut présenté à l’archiduc Léopold-Guillaume, frère de l’Empereur Ferdinand III. Il accepta ses propositions d’entrer au service des Habsbourg, auxquels il restera fidèle jusqu’à la fin de sa vie en créant ainsi une nouvelle tradition familiale.

La consécration : au service des Habsbourg

  • 28 Voir le rapport de Piccolomini de 1644 sur l’état de l’armée impériale, « Discorso sopra lo stato (...)
  • 29 Biographie manuscrite du maréchal Louis Ratuit de Souches, MZA Brno, G 140, RA Dietrichštejnů, no  (...)

12Depuis le début des années 1640, l’armée impériale traversait une crise profonde. Elle manquait cruellement d’habiles commandants et officiers capables de faire face à l’ennemi aussi bien que d’argent28. Dans cette pénurie, la question confessionnelle était devenue négligeable pour Ferdinand III et son état-major. C’est ainsi que Ratuit de Souches fut nommé, le 1er octobre 1642, commandant d’un régiment de dragons et envoyé en Silésie. L’année suivante, il mena les opérations en Poméranie contre les Suédois afin de retarder leur progression vers la Bohême et l’Autriche29. Fort de sa connaissance de la tactique de l’adversaire, de Souches passait à la cour de Vienne pour un candidat idéal pour ce genre d’opération, mais cette fois-ci, contre toute attente, son action échoua. L’occasion de rétablir sa réputation se présenta en 1645.

  • 30 Toegel M., « Bitva u Jankova – rozklad císařské armády a politiky » [« La bataille de Jankau – désa (...)
  • 31 La littérature sur la défense de la ville de Brno contre l’armée suédoise est plus qu’abondante. C (...)

13Après la défaite catastrophique de l’armée impériale contre les Suédois, le 6 mars 1645 près de Jankau en Bohême centrale30, rien ne semblait plus devoir empêcher le général Torstensson, en concertation avec le duc de Transylvanie Georges Rakóczi, d’achever son triomphe militaire par la prise de Vienne. Conscient de l’imminence du danger, l’état-major impérial opta pour un plan très risqué et selon certains voué d’avance à l’échec. Il consistait à défendre à tout prix le dernier point stratégique encore en possession des impériaux, la ville morave de Brünn (Brno). L’exécution en fut confiée à Jean Louis Ratuit de Souches31.

14Bien qu’il ne lui restât que six semaines, Ratuit de Souches sut mettre la ville en état de résister et, lorsque commença le siège, le 5 mai 1645, tout était prêt pour faire face à l’ennemi. La garnison de Brünn était formée de 1 476 hommes dont seulement 426 soldats de l’armée impériale, les civils représentant le reste. Cette poignée de défenseurs hardis se trouvait face à l’armée suédoise qui comptait, selon les estimations, environ 28 000 soldats. L’encerclement de Brünn dura plus de cent jours (du 5 mai au 23 août 1645) mais déboucha sur un succès impérial inouï, puisque le 16 août, les Suédois demandèrent l’armistice, et le 23, Torstensson quitta définitivement les alentours de la ville. Il paraît plus que probable que lors du siège, Ratuit de Souches profita de ses expériences d’ancien défenseur de la Rochelle de 1628.

  • 32 Sur ses promotions et faveurs impériales, voir MZA Brno, G 155, RA Ugartů, no 556-560 et 562, cart (...)

15Après l’effort arriva le réconfort et la défense réussie de Brünn marqua un moment décisif dans la carrière de Ratuit de Souches. Promu général par l’archiduc Léopold Guillaume, le 27 octobre 1645, il reçut de Ferdinand III l’incolat pour la Bohême et la Moravie le 29 mars 1646. Pour compenser ses frais personnels, l’Empereur lui accorda « une prime » de trente mille florins et après la ratification de la paix de Westphalie, il fut promu maréchal et commandant en Moravie. Le 5 mars 1663, il obtint le titre de comte. Sa carrière politique et militaire culmina en 1665 quand il fut nommé membre du Conseil privé (Geheimer Rat) à la cour de Léopold Ier et trois ans plus tard, en 1668, il devint commandant de la garnison de la ville de Vienne32.

  • 33 Biographie manuscrite du maréchal Louis Ratuit de Souches, MZA Brno, G 140, RA Dietrichštejnů, no  (...)
  • 34 Détails sur cette campagne militaire dans MZA Brno, G 155, RA Ugartů, no 603, carton 32.
  • 35 Une liste contenant les noms des personnes concernées se trouve toujours parmi les papiers du maré (...)

16La guerre de Trente Ans s’arrêta mais il n’en alla pas pour autant des exploits militaires de Jean Louis Ratuit de Souches. Ferdinand III le nomma commissaire impérial chargé de veiller au retrait des soldats suédois du territoire des pays de la Couronne de Bohême, une mission qui ne s’acheva qu’en 165033. Peu après, en 1655, un nouveau conflit éclata : la guerre entre la Suède et la Pologne. Les Habsbourg s’y engagèrent aux côtés des Polonais et le maréchal de Souches fut envoyé pour faire face à l’ennemi, sous le commandement de Raimondo Montecuccoli, le commandant en chef de l’armée impériale34. En 1659, lors des négociations précédant la signature du traité de la paix conclue à Oliva l’année suivante, Ratuit de Souches se vit confier par Léopold Ier une tâche délicate : il devait assurer l’échange des prisonniers suédois contre les prisonniers impériaux35.

  • 36 Les rapports des opérations adressés aux différents destinataires se trouvent à MZA Brno, G 155, R (...)
  • 37 À ce sujet, le rapport sur la bataille (Schlachtbericht) rédigé en français par Souches même, le 2 (...)
  • 38 Tóth F., Saint-Gotthard 1664 : une bataille européenne, Panazol, Lavauzelle, 2007.

17Les années 1660-1664 furent marquées par la guerre contre les Turcs en Hongrie, lutte pour laquelle l’Empereur mobilisa un grand nombre de ses forces disponibles. Souches commanda alors ses troupes dans de nombreuses batailles et affrontements en Haute-Hongrie (Slovaquie actuelle)36, mais la victoire la plus brillante fut remportée le 19 juillet 1664 à Lewenz (Levice)37. Simultanément, l’armée impériale, aidée également par quelques milliers de soldats français envoyés par Louis XIV et commandée par Montecuccoli, écrasa le 1er août l’armée turque à Saint-Gotthard38. Une part du triomphe doit être attribuée à de Souches, qui fut nommé quelques années plus tard, en 1671, commandant d’une partie de la frontière sud entre le royaume de la Hongrie et l’Empire ottoman.

  • 39 Les rapports personnels de Jean Louis Ratuit de Souches adressés à Ferdinand de Dietrichstein rela (...)
  • 40 Sur sa disgrâce, voir MZA Brno, G 140, RA Dietrichštejnů, no 93, cote 54, carton 28.

18Ce ne fut qu’en 1674 que Jean Louis Ratuit de Souches apparut pour la dernière fois à la tête d’une armée, cette fois-ci obligé de mener les opérations contre son pays natal. La France était engagée depuis 1672 dans une guerre contre les Provinces-Unies. L’Empereur, conscient du danger que représentait la politique expansionniste de Louis XIV, dépêcha son armée sous le commandement de Montecuccoli à la rescousse de Guillaume d’Orange, mais les différends entre Orange et Montecuccoli entravèrent la réussite de la campagne. Il décida alors de confier le commandement de ses troupes à Jean Louis Ratuit de Souches39. Celui-ci, à cause de son franc-parler et de son caractère opiniâtre, fut dès le début de sa mission en butte à l’hostilité de la plupart des généraux, impériaux et espagnols, ainsi qu’à de vives critiques de la part de Montecuccoli et de Guillaume d’Orange. Après la bataille de Seneffe en 1674, à laquelle son fils Charles participa à ses côtés, de Souches fut accusé d’avoir refusé d’engager les Impériaux et provoqué ainsi la défaite des coalisés. Léopold Ier le destitua de son poste de commandant et créa même une commission d’enquête chargée d’examiner son rôle dans cette bataille. Il dut alors quitter l’armée et demeurer dorénavant sur ses terres40.

Un seigneur en Moravie et son héritage

  • 41 L’acquisition fut confirmée le 26 juin 1649. MZA Brno, A 3, Stavovské rukopisy 369, folio 18-19.
  • 42 Le domaine dispose de ses propres archives à MZA Brno, F 54, Velkostatek Jevišovice. On peut y tro (...)
  • 43 Trmač M., « Španělský a belgický původ Ugartů » [« L’origine espagnole et belge des Ugarte »], Gene (...)

19Jean Louis Ratuit de Souches s’établit alors en seigneur en Moravie du Sud, où il possédait le domaine de Jayspitz (Jevišovice), acheté à Ferdinand III en 1649 pour la somme importante de 92 200 florins41. Sur le domaine se trouvaient le château et la ville du même nom, et il comportait également neuf villages, cinq hameaux, une brasserie, cinq moulins, trois presbytères, douze étangs. En somme, il s’agissait d’une propriété de taille moyenne mais suffisamment importante pour mettre en valeur le statut social de son acquéreur42. C’est sur ces biens que fut fondée la fortune familiale dont les descendants de Souches restèrent en possession directe jusqu’en 1792, date à laquelle elle passa en héritage à la famille Ugarte, d’origine basque, qui s’éteignit à son tour en 191643.

  • 44 On peut s’appuyer sur Peřinka F.V., « Jevišovice », Znojemský okres [La région de Znojmo], t. II, (...)

20Le château de Jayspitz demeure jusqu’à nos jours une des marques grâce auxquelles perdure dans la mémoire collective de la région de la Moravie du Sud l’existence de Jean Louis Ratuit de Souches. L’ancien château renaissance du XVIe siècle, composé de quatre ailes avec au milieu une cour d’honneur décorée par les arcades, fut modernisé par Souches dans le style propre aux premiers temps du Baroque. Dès son rachat en 1649, le général de Souches ordonna d’y commencer des travaux qui, confiés à l’architecte italien Ronio, se poursuivirent jusqu’en 1668. À l’intérieur, il fit édifier une chapelle consacrée à saint Louis, une attribution très rare dans un pays gouverné par les Habsbourg44.

  • 45 Bauer Z., Poutní místo Hluboké Mašůvky. Historický vývoj a popis [Le lieu de pèlerinage de Hluboké (...)
  • 46 À ce sujet, le recueil de textes de Stuchlá P. (éd.), 300 let poutního kostela Jména Panny Marie n (...)

21Le deuxième témoignage est de nature spirituelle. En 1674, au retour de sa dernière campagne militaire, le maréchal de Souches s’intéressa à la source qui jaillissait de la terre sur son domaine non loin du village de Hluboké Mašůvky. La source, connue des gens depuis longtemps et tenue pour miraculeuse, l’attira à tel point qu’il fit faire en 1676 son analyse et demanda la permission de construire à l’endroit même une chapelle et des bains. Le lieu devint très populaire et attira bientôt les pèlerins venant de tous les coins du pays. Cependant, il doit sa célébrité non seulement à la source mais aussi – ou peut-être d’abord – à une toute autre chose. Jean Louis Raduit de Souches dota la chapelle locale d’une statuette de la Vierge Marie de Foi, ramenée par lui-même des Pays-Bas espagnols. Ce fut grâce à ce don et à la piété mariale de l’époque que le maréchal de Souches laissa une empreinte durable dans l’histoire morave45. Cela rappelle une situation analogue en Bohême du Sud, où fut également érigée une chapelle consacrée à la même patronne, témoignage laissé à la postérité par une autre famille francophone, les Buquoy46.

  • 47 Voir par exemple les articles de Walter F., « Der 15. August. Historischer Rückblick während der E (...)

22Enfin, la défense victorieuse de Brünn constitue le troisième élément fort de l’héritage que le comte de Souches laissa en Moravie. Durant les XVIIe et XVIIIe siècles et jusqu’à la fin du XIXe, le 15 août (date de la dernière attaque suédoise contre la ville) était célébré chaque année dans la région par des processions, des messes et des fêtes populaires, soutenues sans doute par les autorités locales. Le rapprochement était fait entre la victoire militaire et la fête de l’Assomption, la Vierge Marie étant considérée comme protectrice de la ville47. De plus, depuis quelques années, des reconstitutions du siège sont jouées devant des milliers de spectateurs.

23Jean Louis Ratuit de Souches meurt à Brünn en 1682. Même si plusieurs témoignages rapportent son manque de respect envers les autorités, ce qui représentait dans le milieu militaire un handicap important et qui pourrait expliquer en partie les critiques qu’il s’attira, il fait partie de ces familles nobles étrangères qui ont su tirer profit de leurs capacités et se sont entièrement intégrées dans leur nouveau milieu. Ses exploits contrastent alors nettement avec le jugement porté sur lui par le comte de Chavagnac.

Notes

1 À ce sujet, voir Polišenský J. et Snider F., « Změny ve složení české šlechty v 16. a 17. Století » [« Les changements de la composition de la noblesse tchèque aux XVIe et XVIIe siècles »], Československý časopis historický (cité ensuite comme ČsČH), no 20, 1972, p. 515-525 ; Matějek F., « Bílá hora a moravská feudální společnost » [« La Montagne Blanche et la société féodale morave »], ČsČH, no 22, 1974, p. 81-104 ; Míka A., « Knárodnostním poměrům v Čechách po třicetileté válce » [« Au sujet des nationalités en Bohême après la guerre de Trente Ans »], ČsČH, no 24, 1976, p. 535-563. Voir également dans un ouvrage collectif Petráň J. (dir.), Proměny feudální třídy v Čechách [Les transformations de la classe féodale en Bohême], Acta Universitatis Carolinae, Philosophica et historica 1, Studia historica, 14, Praha, 1976 ; le texte de Čornej P., « Vliv pobělohorských konfiskací na skladbu feudální třídy » [« Le rôle des confiscations après la Montagne Blanche dans la composition de la classe féodale »], p. 165-194, et celui de Felcman O., « Majetkové poměry feudální třídy v druhé polovině 17. Století » [« La possession des biens de la classe féodale dans la deuxième moitié du XVIIe siècle »], p. 195-228. S’y ajoutent Vál k a J., Česká společnost v 15. -18. století. Bělohorská doba. Společnost a kultura « manýrismu » [La société tchèque aux XVe-XVIIIe siècles. L’époque de la Montagne Blanche. La société et culture du « maniérisme »], Praha, 1983, p. 67-74 ; du même auteur, Dějiny Moravy. Morava reformace, renesance a baroka [L’histoire de la Moravie. La Moravie de la réforme, de la Renaissance et du Baroque], Brno, 1996, p. 138-144 ; Evans R.J.W., Vznik habsburské monarchie 1550-1700 [La création de la monarchie des Habsbourg], Praha, 2003, p. 232-247 (traduction tchèque d’après l’édition de 1998). Plus récemment, Bůžek V. et MaŤa P., « Wandlungen des Adels in Böhmen und Mähren in Zeitalter des “Absolutismus” (1620-1740) », dans Asch R.G. (éd.), Der europäische Adel im Ancien Régime. Von der Krise der ständischen Monarchien bis zur Revolution (ca 1600-1789), Köln/Weimar/Wien, 2001, p. 287-321. À comparer avec les deux dernières synthèses sur la noblesse des pays de la Couronne de Bohême : Bůžek V., Hrdlička J., Král P. et Vybíral Z., Věk urozených. Šlechta v českých zemích na prahu novověku [L’ère des nobles. La noblesse dans les Pays tchèques au début de l’époque moderne], Praha/Litomyšl, 2002, p. 160-168 ; MaŤa P., Svět české aristokracie (1500-1700) [Le monde de l’aristocratie tchèque], Praha, 2004, p. 148-156.

2 Sur cette question, voir Bílek T.V., Dějiny konfiskací v Čechách po roce 1618 [L’histoire des confiscations en Bohême après l’an 1618], t. I et II, Praha, 1882-1883, qui reste toujours une étude riche en informations. Cependant, il faut désormais se reporter à l’étude de référence de Knoz T., Pobělohorské konfiskace. Moravský průběh, středoevropské souvislosti, obecné aspekty [Les confiscations après la Montagne Blanche. Déroulement morave, contexte européen, aspects généraux], Brno, 2006.

3 Chaline O., La reconquête catholique de l’Europe centrale, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions du Cerf, 1998, et surtout Mikulec J., 31.7. 1627. Rekatolizace šlechty v Čechách. Čí je země, toho je i náboženství [La recatholicisation de la noblesse en Bohême. Celui à qui appartient le pays, à lui d’imposer sa religion], Praha, 2005, avec une bibliographie exhaustive à ce sujet. Le changement du climat confessionnel dans les pays des Habsbourg provoqua à son tour une émigration nobiliaire importante suivie d’une autre vague de confiscations.

4 Leurs textes furent publiés dans Jireček H. (éd.), Obnovené právo a Zřízení zemské dědičného království Českého 1627. Verneuerte Landes-Ordnung des Erb-Königreichs Böhmen 1627, Praha, 1888 ; Jireček H. (éd.), Constitutiones Margraviatus Moraviae anno 1628 reformatae, Praha/Wien/Leipzig, 1890.

5 Au sujet de l’incolat, voir Baxa B., Inkolát (a indigenát) v zemích koruny české od roku 1749-1848 [L’incolat dans les pays de la Couronne de Bohême 1749-1848], Praha, 1908 ; Klecanda V., « Přijímání do rytířského stavu v zemích českých a rakouských na počátku novověku » [« L’accès à l’état des chevaliers dans les Pays tchèques et en Autriche au début de l’ère moderne »], Časopis Archivní školy, no 6, 1928, p. 1-125 (paru également séparément sous le même titre, Praha, 1928) ; du même auteur, « Přijímání cizozemců na sněmu do Čech za obyvatele. Příspěvek k dějinám inkolátu před obnoveným zřízením zemským » [« L’acceptation des étrangers comme habitants de la Bohême lors des Diètes du pays. Contribution à l’histoire de l’incolat avant la Constitution rénovée »], Sborník prací věnovaných G. Friedrichovi k šedesátým narozeninám, Praha, 1931, p. 456-467 ; Elznic V., « Inkolát v českém státním právu » [« L’incolat dans le droit tchèque »], Listy genealogické a heraldické společnosti v Praze, cahiers 1-6, Praha, 1976-1977, p. 53-59 ; Malý K. et Sivák F., Dějiny státu a práva v českých zemích a na Slovensku do roku 1918 [Histoire de l’État et du droit dans les Pays tchèques et en Slovaquie jusqu’en 1918], Praha, 1992, p. 118-119 et 257.

6 Le terme de « la nouvelle noblesse » pour désigner les familles dont l’ascension commence après 1620, n’est pas tout à fait précis car la composition du groupe de ces « nouveaux venus » est très hétérogène tant du point de vue de leurs origines sociales que géographiques. Compte tenu de la situation géopolitique de l’époque, il n’est pas étonnant de constater la prédominance des hommes de guerre : généraux ou commandants de l’armée impériale. Les hommes politiques, les officiers royaux ainsi que les bureaucrates d’origine bourgeoise représentèrent eux aussi une partie importante. Certes, pour ce qui est de la provenance géographique, les plus nombreux furent les nobles venant des pays allemands, de la Haute et Basse-Autriche, suivis par les membres de familles italiennes, francophones – pour la plupart lorraines –, espagnoles et originaires des Pays-Bas espagnols. Mais il ne faut pas oublier de signaler un groupe non négligeable d’« hommes nouveaux », fraîchement anoblis ou nommés à divers postes militaires ou administratifs, originaires de la Bohême, de la Moravie, de la Silésie et des Lusaces. Parmi les différents bénéficiaires des changements, l’exemple de Wallenstein (qui appartenait à l’ancienne noblesse de Bohême) est fameux. À son sujet, on peut consulter par exemple Janáček J., Valdštejn a jeho doba [Wallenstein et son temps], Praha, 1978, ou Polišenský J. et Kollmann J., Valdštejn. Ani císař, ani král [Wallenstein. Ni Empereur, ni roi], Praha, 1995. Voir également la note 1 du présent texte.

7 .Les destins des familles d’origine française établies dans les Pays tchèques aux XVIIe et XVIIIe siècles font partie de mes recherches dans le cadre des études doctorales.

8 Les archives familiales, conservant les correspondances personnelles, politiques et militaires, les documents généalogiques, les papiers liés à l’administration des seigneuries, les testaments, les inventaires des châteaux et autres, sont déposés à Moravský zemský archiv (cité ensuite comme MZA), Brno [Archives du pays morave], G 155, Rodinný archiv (cité ensuite comme RA) Ugartů [Archives de la famille], faisant ainsi partie de celles de leurs héritiers. Le fond contient 48 cartons de documents dont 19 sur la famille de Souches. Tout est inventorié. Pour les détails, voir MZA Brno, Průvodce po archivních fondech a sbírkách [Le guide des fonds], Praha, 1966, t. 3, p. 122-125 ; Smutný B., « Rodinný archiv Raduitů de Souches a písemnosti maršála Ludvíka Raduita de Souches v Moravském zemském archivu v Brně » [« Les archives familiales des Raduit de Souches et les papiers du maréchal Louis Raduit de Souches à MZA à Brno »], dans Skutil J. (dir.), Morava a Brno na sklonku třicetileté války, Brno/Praha, 1995, p. 45-48 ; du même auteur, Rodinný archiv Ugartů (1480) 1644-1843. Inventář [Inventaire], Inventáře a katalogy fondů MZA v Brně, no 28, Brno, 1996.

9 Mémoires du comte Gaspard de Chavagnac, maréchal de camps ès armées du roy, général de l’artillerie, sergent de bataille de celles de sa Majesté catholique, lieutenant-général des troupes de l’Empereur et son ambassadeur en Pologne, Paris, De Villeurs J., 1900.

10 Ibid., p. 246.

11 Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, 5 Mi 1075/4, Actes de baptême du temple Saint-Yon à La Rochelle.

12 Pour les informations de base, on peut recourir à Arcère L.-E., Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d’Aulnis, La Rochelle, 1756-1757, Marseille, 1975, t. I, p. 390-395, t. II, p. 445-448 ; « Ratuit, Louis, comte de Souches, baron de Jayspitz, comte du Saint-Empire, né à La Rochelle », Biographie du département, La Charente-Inférieure, journal administratif, 2e année, no 10, 4 février 1836 ; Hivert M.E., « Ratuit, comte de Souches, né à La Rochelle », Revue de l’Aunis, vol. 2, 15 avril 1865, p. 353-366 ; Feuilleret H. et de Richemond L. (éd.), « Ratuit », Biographie de la Charente-Inférieure, Aunis et Saintonge, t. II, Niort/La Rochelle, 1877, p. 638-641 ; Broucek P., « Louis Raduit de Souches, kaiserlicher Feldmarschall », Jahrbuch der Heraldisch-genealogischen Gesellschaft Adler, Jahrgang, 1971-1973, 3. Folge, Band 8, Wien, 1973, p. 123-136 ; Trmač M., Maršál Jean Louis Raduit de Souches a Znojemsko [Le maréchal J.L. Raduit de Souches et la région de Znojmo], Znojmo, 1992 ; Trmač M., « Jean Louis Raduit de Souches, úspěšný obhájce Brna proti Švédům, jeho původ, potomci a dědicové na Moravě » [« J.L. Raduit de Souches, défenseur de la ville de Brno contre les Suédois, ses origines, ses descendants et héritiers en Moravie »], Listy Genealogické a heraldické společnosti v Praze, 4, no 2, 1976, p. 33-44. Il faut noter la différence de l’écriture du nom des Ratuit de Souches qui dans les sources de provenance française figure avec un « t » alors que dans le milieu allemand, voire tchèque, ce dernier fut transformé en « d ».

13 Hivert M.E., « Ratuit, comte de Souches… », op. cit., p. 356.

14 Par exemple, Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, no 18, 1890, p. 329 (le 13 avril 1522, « Jacques de Barres, escuyer, sieur de la Fribauldière ») ; Meschinet de Richemond M. (éd.), « Diaire de Joseph Guillaudeau, sieur de Beaupréau, avocat au siège présidial de La Rochelle », Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, no 38, 1908, p. 78 (le 2 octobre 1614, décès de « Jehan Ratuit, un des pairs de cette ville » ; s’agit-il du père de Jean-Louis ?) ; Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, B 1346 (en 1629, « Jean Ratuit, avocat au Présidial de la ville »).

15 de Ruble A. (éd.), Histoire universelle par Agrippa d’Aubigné, t. VI, 1579-1585, Paris, 1892, p. 79 ; ibid., t. VII, 1585-1588, Paris, 1893, p. 34.

16 Beauchet-Filleau J. (éd.), « De Bourdigale », Dictionnaire historique et généalogique des familles de Poitou, Poitiers, 1905.

17 Meschinet de Richemond M. (éd.), Inventaire sommaire des Archives départementales, antérieures à 1790, Charente-Inférieure, série B, articles 1006-1828, La Rochelle, 1903, p. 117-119 ; Dangibeaud C. (éd.), « Diaire de Jacques Merlin ou Recueil des choses [les] plus mémorables qui se sont passées en ceste ville de La Rochelle de 1589 à 1620 », Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, V, 1878, p. 63-384.

18 Arcère L.-E., Histoire de la ville de La Rochelle…, op. cit., p. 390.

19 Cette hypothèse semble être confirmée par la mention, au XVIIIe siècle, de deux « sieurs des Ouches ». Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, G 244 (le 4 mai 1736, « Ilies des Ouches, maître d’hôtel du sieur baron de Châtelaillon ») ; Ibid., B 434 (1776, « Pierre-Paul des Ouches, ancien capitaine d’infanterie »).

20 Hivert M.E., op. cit., p. 356.

21 Jourdan J.-B.-E., La Rochelle historique et monumentale, La Rochelle, 1884, p. 27-28 et 85 ; « Les Cahiers » du Père B. Coutant. La Rochelle. Les grands hôtels particuliers, le port, le secteur piétonnier, La Rochelle, 1979, p. 195-196 et 210-214.

22 Villemain P. (éd.), Journal des assiégés de La Rochelle 1627-1628, Paris, Éditions de Paris, 1958 ; Crété L., La vie quotidienne à La Rochelle au temps du grand siège 1627-1628, Paris, Hachette, 1987 ; Delafosse M. (dir.), Histoire de La Rochelle, Toulouse, 2002.

23 Callot P.S., Jean Guiton, La Rochelle, 1848 ; Blanchon P., Jean Guiton et le siège de La Rochelle, La Rochelle, 1911.

24 Voir note 12.

25 Arcère L.-E., Histoire de la ville de La Rochelle…, op. cit., p. 390.

26 Trmač M., Maršál Jean Louis Raduit de Souches a Znojemsko [Le maréchal J. L. Raduit de Souches et la région de Znojmo], Znojmo, 1992, p. 7.

27 Bretholz B. (éd.), « Anhang, Einige auf Ludwig de Souches bezügliche Urkunden », Urkunden, Briefe und Actenstücke zur Geschichte der Belagerung der Stadt Brünn durch die Schweden in den Jahre 1643 und 1645, Brno, 1895, p. 139-140 (lettre du 8 mars 1640).

28 Voir le rapport de Piccolomini de 1644 sur l’état de l’armée impériale, « Discorso sopra lo stato delle cose di Alemagna », Státní oblastní archiv (cité ensuite comme SOA) Zámrsk, RA Piccolominiové, no 23449. Une grande partie du texte est citée dans Fukala R., Sen o odplatě. Dramata třicetileté války [Le rêve de la revanche. Les drames de la guerre de Trente Ans], Praha, 2005, p. 306-310.

29 Biographie manuscrite du maréchal Louis Ratuit de Souches, MZA Brno, G 140, RA Dietrichštejnů, no 343, cote 182, carton 123, folio 2.

30 Toegel M., « Bitva u Jankova – rozklad císařské armády a politiky » [« La bataille de Jankau – désagrégation de l’armée et de la politique impériale »], Folia historica bohemica, no 2, 1980, p. 283-309 ; Šustr V., Bitva u Jankova 1645 [La bataille de Jankau], Votice, 1994.

31 La littérature sur la défense de la ville de Brno contre l’armée suédoise est plus qu’abondante. Cependant, la plupart des titres ne font référence qu’à trois textes : Archiv města (cité ensuite comme AM) Brna, A 1/3, Archiv města Brna – Sbírka rukopisů a úředních knih, manuscrit no 7279 « Diarium Brunense » [recueil jour par jour des événements lors du siège] ; ibid., manuscrit no 7286 « Schwedische Belagerung » [description détaillée des combats complétant le précédent] ; Relatione Dell’assedio di Bruna e della fortezza di Spilberg, Attaccata Da Torstenson Generale dell’armi di Suezia del 1645 e difesa Da Ludovico Raduigo di Souches, gouernatore di Bruna, Wien, 1672. Il s’agit là d’un texte anonyme dédié à Jean Louis Ratuit de Souches, revu et complété par ce dernier. À comparer avec d’Elvert C., Die Schweden vor Brünn. Ein Abschnitt des dreissigjährigen Krieges, Brünn, 1845 ; Dudík B., Schweden in Böhmen und Mähren 1640-1650, Wien, 1879. De nombreux titres furent publiés à l’occasion du 250e anniversaire du siège. Ce fut le cas de l’édition de Bretholz B. (éd.), Urkunden, Briefe und Actenstücke zur Geschichte der Belagerung der Stadt Brünn durch die Schweden in den Jahren 1643 und 1645, Brünn, 1895, notamment p. 125-143 (« Einige auf Ludwig de Souches bezügliche Urkunden ») ; Bretholz B., Der Vertheidigungskampf der Stadt Brünn gegen die Schweden 1645, Brünn, 1895. Voir également Šujan F., Švédové u Brna roku 1645 [Les Suédois près de Brno en 1645 ], Brno, 1898 ; Šujan F., Dějepis Brna [Histoire de Brno], Brno, 1928, p. 276-286 ; Dějiny města Brna [Histoire de la ville de Brno], t. I, Brno, 1969, p. 155-157 ; Adámek J., « Obraz švédského obležení v archiváliích města Brna » [« L’image du siège par les Suédois dans les documents d’archives de la ville de Brno »], Brno mezi městy střední Evropy, Brno, 1983, p. 204-208 ; Matějek F., « Švédové na Moravě za třicetileté války » [« Les Suédois en Moravie au temps de la guerre de Trente Ans »], Časopis Moravského muzea, no 73, 1988, p. 127-161, et no 75, 1990, p. 141-172 ; Matějek F., Morava za třicetileté války [Moravie au temps de la guerre de Trente Ans], Práce Historického ústavu ČAV, Opera Instituti Historici Pragae, Monographia A-6, Praha, 1992, p. 319-330 ; Balcárek P., Brno versus Olomouc. Pod Špilberkem proti Švédům [Brno contre Olomouc. Sous le Spilberk contre les Suédois], Brno, 1993 ; Erhartová O., Když Brno dobývali Švédové [Quand les Suédois assiégeaient Brno], Bibliograficko-informační text, Brno, 1995, p. 23-40 ; Skutil J. (dir.), Morava a Brno na sklonku třicetileté války [La Moravie et Brno à la fin de la guerre de Trente Ans], Praha/Brno, 1995 ; Válka J., Dějiny Moravy. Morava reformace, renesance a baroka [Histoire de la Moravie. Moravie de la Réforme, de la Renaissance et du Baroque], Brno, 1995, p. 107-114.

32 Sur ses promotions et faveurs impériales, voir MZA Brno, G 155, RA Ugartů, no 556-560 et 562, carton 30.

33 Biographie manuscrite du maréchal Louis Ratuit de Souches, MZA Brno, G 140, RA Dietrichštejnů, no 343, cote 182, carton 123, folio 4.

34 Détails sur cette campagne militaire dans MZA Brno, G 155, RA Ugartů, no 603, carton 32.

35 Une liste contenant les noms des personnes concernées se trouve toujours parmi les papiers du maréchal conservés dans les archives familiales. MZA Brno, G 155, RA Ugartů, no 601, carton 32.

36 Les rapports des opérations adressés aux différents destinataires se trouvent à MZA Brno, G 155, RA Ugartů, no 604-673, carton 32, no 674-690, carton 33 ; ibid., G 140, RA Dietrichštejnů, no 604, carton 206 ; ibid., G 361, RA Vrbnů, no 59, carton 8 ; ibid., G 140, RA Dietrichštejnů, no 343, cote 182, carton 123, biographie manuscrite du maréchal Louis Ratuit de Souches, folio 6-12. Voir également Broucek P., « Biographie des Louis Raduit de Souches », dans Skutil J. (dir.), Morava a Brno na sklonku třicetileté války [La Moravie et Brno à la fin de la guerre de Trente Ans], Praha/Brno, 1995, p. 62-69, ici p. 66.

37 À ce sujet, le rapport sur la bataille (Schlachtbericht) rédigé en français par Souches même, le 20 juillet 1664 et adressé à Ferdinand de Dietrichstein est très intéressant. MZA Brno, G 140, RA Dietrichštejnů, no 604, carton 206.

38 Tóth F., Saint-Gotthard 1664 : une bataille européenne, Panazol, Lavauzelle, 2007.

39 Les rapports personnels de Jean Louis Ratuit de Souches adressés à Ferdinand de Dietrichstein relatent les détails des opérations. MZA Brno, G 140, RA Dietrichštejnů, no 13, cote 2, cartons 3-4 ; ibid., no 29, cote 15, carton 12 (correspondance de Ferdinand Bonaventure, comte Harrach, ambassadeur à Madrid, avec le duc Ferdinand de Dietrichstein qui contient les informations sur la conduite de Souches lors des combats contre Condé).

40 Sur sa disgrâce, voir MZA Brno, G 140, RA Dietrichštejnů, no 93, cote 54, carton 28.

41 L’acquisition fut confirmée le 26 juin 1649. MZA Brno, A 3, Stavovské rukopisy 369, folio 18-19.

42 Le domaine dispose de ses propres archives à MZA Brno, F 54, Velkostatek Jevišovice. On peut y trouver par exemple des registres des sujets, des livres des différentes corporations du domaine, des cadastres, des descriptions des limites du domaine, des actes de la comptabilité et de beaucoup d’autres, tous d’une importance primordiale pour l’étude démographique, économique et sociale du domaine. À comparer avec Smutný B. (éd.), MZA Brno, F 54, Velkostatek Jevišovice, 1582-1944. Inventář [Inventaire], Brno 1994. Pour la description citée en haut, voir ibid., p. 6. Voir également Hos á k L., « Jevišovice », Historický místopis země Moravskoslezské [Géographie historique de la Moravie et de la Silésie], Praha, 2004, p. 100-103.

43 Trmač M., « Španělský a belgický původ Ugartů » [« L’origine espagnole et belge des Ugarte »], Genealogické a heraldické informace, Praha, 1985, p. 349-353.

44 On peut s’appuyer sur Peřinka F.V., « Jevišovice », Znojemský okres [La région de Znojmo], t. II, Brno, Vlastivěda moravská, 1904, p. 246-277 ; « Jevišovice », Hrady, zámky a tvrze v Čechách, na Moravě a ve Slezsku [Châteaux forts, châteaux et lieux fortifiés en Bohême, en Moravie et en Silésie], t. I, Praha, 1981, p. 119. L’histoire de la ville et de ses alentours dans Audy L., Jevišovice a okolí. Geografický a historický přehled pro návštěvníky Jevišovic [Jevišovice et ses alentours. Guide géographique et historique pour les visiteurs de Jevišovice], Znojmo, 1965 ; Brodesser S. et Krejčík T., « Erb Ludvíka Raduita de Souches ve starém zámku v Jevišovicích » [« Le blason de Louis Ratuit de Souches au château de Jevišovice »], Vlastivědný věstník moravský, no 41, 1989, p. 352-354 ; Samek B., « Jevišovice », Umělecké památky Moravy a Slezska [Les monuments en Moravie et en Silésie], t. II, Praha, 1999 ; Plaček M., « Jevišovice », Ilustrovaná encyklopedie moravských hradů, hrádků a tvrzí [Encyclopédie illustrée des châteaux forts, hameaux et lieux fortifiés moraves], Praha, 2001.

45 Bauer Z., Poutní místo Hluboké Mašůvky. Historický vývoj a popis [Le lieu de pèlerinage de Hluboké Mašůvky. Histoire et description], Hluboké Mašůvky, 1940 ; Trmač M., Mariánské poutní místo Hluboké Mašůvky u Znojma [Le lieu du pèlerinage marial à Hluboké Mašůvky près de Znojmo], Brno, 1991 ; Černý J., Poutní místa jihozápadní Moravy, milostné obrazy, sochy a místa zvláštní zbožnosti [Les lieux de pèlerinage de la Moravie du Sud-Ouest], Pelhřimov, 2005, p. 101-107.

46 À ce sujet, le recueil de textes de Stuchlá P. (éd.), 300 let poutního kostela Jména Panny Marie na Lomci. Sborník příspěvků z odborného semináře, konaného dne 14. září 2004 v Městské galerii ve Vodňanech u příležitosti kulatého výročí vysvěcení chrámu [ 300 ans de l’église de la Vierge Marie à Lomec], Vodňany, 2005 ; Chaline O., « Les églises des Buquoy en Bohême du Sud », dans Chaline O. (éd.), Familles nobles, châteaux et seigneuries en Bohême, XVIe-XIXe siècles, Histoire, économie et société, no 3, 2007, p. 127-143.

47 Voir par exemple les articles de Walter F., « Der 15. August. Historischer Rückblick während der Erinnerungsfeier an Brünn’s Rettung im Jahre 1645 », Moravia, no 2, 1839, p. 609-611 ; « Die Erinnerungsfeier an die Aufhebung der schwedischen Belagerung Brünns », Moravia, no 7, 1844, p. 348 ; Donneh F.V., « Die zweite Säkularfeier der Belagerung Brünns durch die Schweden im Jahre 1645 », Moravia, no 3, 1845, p. 389-390, 393-394 et 397-398 ; Ströer M., Religiose Erinnerung der zweihundertjährigen Feierlichkeit der Belagerung Brünns von den Schweden im Jahre 1645. Zum Andenken der Treue und Tapferkeit der Bürgerschaft gewidmet, Brünn, 1845.

Auteur

Centre d’histoire de l’Europe Centrale Université Paris IV-Sorbonne

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search