Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Deuxième Partie. Influence économique, goût et mœurs françaises en Europe centrale

15. Le rayonnement français et la noblesse hongroise. L’exemple de deux magnats de Transylvanie

Marie-Françoise Vajda

Texte intégral

1De la complexité de la notion de rayonnement et de la difficulté à la définir et à la saisir, la situation des pays de la Couronne de Saint-Étienne, ou pour le dire vite, la Hongrie, témoigne particulièrement bien. Si les liens culturels sont question de géographie, ils sont aussi tissés de traditions historiques et surtout soumis aux conditions politiques, sans oublier bien évidemment les contingences liées aux personnalités qui les établissent – ou non.

2Les rayons du soleil français n’obéissent pas seulement à la géographie physique. On l’a vu, on le verra, l’influence française est relativement limitée dans la Hongrie des XVIIe et XVIIIe siècles, limitée à quelques individus, quelques cercles, et surtout perceptible à partir des années 1770. En outre, ce rayonnement de la France est limité par l’influence austro-allemande, et généralement médiatisé par Vienne. Dès lors, rechercher le rayonnement français relève-t-il de la gageure ? La collecte des indices épars d’une influence française dans la noblesse hongroise ne semble devoir conduire qu’à la conclusion, peu satisfaisante, du caractère très diffus de cette influence.

3Mais peut-être faut-il alors rechercher non pas à mesurer ni à définir les formes du rayonnement français sur la noblesse, mais plutôt à comprendre ce que la présence de la France dans la culture nobiliaire hongroise nous dit de la situation politique et culturelle de la Hongrie. Et peut-être faut-il aussi s’intéresser à une autre Hongrie. Celle qui subirait de façon plus indirecte l’influence de Vienne, pour des raisons évidentes de géographie, mais aussi pour des raisons politiques.

4La Transylvanie, partie intégrante de la Couronne de Saint-Étienne, a connu une histoire différente de celle du royaume de Hongrie au sens strict. Pendant plus de 150 ans, durant l’occupation des Turcs, la Transylvanie jouit du statut de principauté autonome soumise à la Porte. C’est seulement le diplôme de Léopold de 1690 qui rattache juridiquement la principauté aux autres pays de la Couronne, mais elle conserve une administration séparée, directement rattachée à Vienne. S’il est effectif sur le plan institutionnel, ce retour de la Transylvanie dans la Monarchie doit être accepté par les populations et notamment la noblesse transylvaine, dont une partie vit encore au XVIIIe siècle dans le souvenir de la principauté brillante et libre des princes Bethlen ou Rákóczi.

5Soucieuse de maintenir son particularisme culturel, la noblesse transylvaine fournit aussi aux pays de la Couronne de Saint-Étienne certains de ses francophiles les plus enthousiastes. Certains des magnats de Transylvanie connaissent d’ailleurs la France pour y avoir séjourné quelques semaines ou plusieurs mois.

6Les écrits du for privé, autobiographies et journaux de voyage, sont des outils incomparables pour connaître ces expériences. Deux magnats issus des plus grandes familles de Transylvanie, Miklós Bethlen (1642-1716) et József Teleki (1738-1796), nous ont laissé de tels écrits. À un siècle de distance (1661-1663 et 1759-1761), deux jeunes hommes ont parcouru l’Europe et visité Paris. Parfaitement francophones, Bethlen et Teleki ont ainsi pu compléter leur connaissance de la culture française. De retour dans leur pays, ils ont été conduits à remplir les plus hautes fonctions du gouvernement.

7Ces deux exemples sont un bon témoignage de la présence culturelle de la France dans la Transylvanie de la fin des XVIIe et XVIIIe siècles. Mais ils peuvent contribuer à apporter des éléments de réponse à la question de la signification politique de l’influence française : les relations avec la France, et notamment l’intérêt et l’adoption de la culture française en Transylvanie, relèvent-elles seulement d’un mouvement de mode à l’échelle européenne, ou constituent-elles un choix politique ?

Deux magnats de Transylvanie

8Adossée aux Carpates, couverte de vastes forêts, la Transylvanie abrite au XVIIe siècle de nombreux châteaux peuplés de princes brillants et de savants.

9Vassale de la Porte, mais jouissant du statut de principauté autonome, la Transylvanie a été gouvernée au début du XVIIe siècle par quelques grands princes qui ont assuré à la fois sa stabilité et sa puissance politique, et son développement culturel. Ces princes calvinistes ont aussi établi une certaine tolérance religieuse. Ainsi, durant près d’un siècle, la Transylvanie a pu maintenir son autonomie politique, luttant à la fois contre les entreprises de conquête des Habsbourg, qui l’auraient privée de cette précieuse liberté religieuse, et contre la pression turque.

10Dans la deuxième moitié du siècle cependant, surtout à partir des années 1660, la situation politique se dégrade. La séparation avec « l’autre Patrie hongroise » (le royaume de Hongrie) – pour reprendre l’expression du prince Apafi – devient de plus en plus lourde, tout comme la suzeraineté turque. Les opérations aventureuses du prince Rákóczi se soldent par des échecs répétés, et les Turcs occupent une partie de la principauté. Plusieurs élections établissent une succession rapide de princes à la tête de la principauté. En 1662, la Diète élit, sous contrôle étroit des Turcs, un nouveau voïvode en la personne de Mihály Apafi. Pétri de cartésianisme, le nouveau prince est un homme prudent et circonspect, qui s’apprête à jouer sur tous les registres pour éviter d’être un simple instrument de la politique turque. Apafi réactive les liens avec les puissances protestantes de l’Empire, tisse des relations avec l’Angleterre et demande l’aide de la France pour lutter contre les Turcs. Il n’hésite pas non plus à apporter à l’Empereur l’aide de la Transylvanie dans la campagne de 1664 contre les Ottomans. Mais après la paix de Vasvár, il se rapproche des hauts dignitaires du royaume de Hongrie afin de préserver la survie des États de la Couronne de Saint-Étienne. Apafi mène une habile politique d’équilibre entre les Habsbourg et la Porte, mettant aussi au service des magnats de Hongrie les ressources politiques et diplomatiques de sa principauté.

11Après l’échec et la répression de la conjuration des magnats, le prince de Transylvanie parvient néanmoins à préserver l’autonomie de la Transylvanie, qui incarne désormais seule la souveraineté hongroise et offre un refuge aux persécutés du royaume, leur donnant ainsi la possibilité de repartir se battre contre le joug des Habsbourg.

12État autonome, la Transylvanie assure, à travers ses relations avec l’étranger, les contacts hongrois à l’échelle européenne. Le prince s’entend avec les Polonais, ainsi qu’avec les voïvodes de Moldavie et de Valachie. Avec l’Angleterre, les Provinces-Unies, la Suède et les princes d’Empire, il établit de solides contacts culturels et politiques, fondés sur la proximité religieuse. Mais surtout, Apafi réactive et renforce ses liens avec la France, reprenant la stratégie traditionnelle des Hongrois à un moment où le conflit entre Louis XIV et l’Empereur reprend. S’appuyant sur les délégués français auprès de la Porte, sur les Polonais francophiles, mais aussi sur un groupe de magnats transylvains attirés par la culture française et favorables à la puissance française en Europe, Apafi apporte le soutien de la principauté à Louis XIV et les droits de la Transylvanie font d’ailleurs l’objet de l’article 31 de la paix de Nimègues. Mais le prince doit rapidement faire face à de nouvelles difficultés : les Turcs soutiennent le jeune Imre Thököly, qui obtient d’eux la reconnaissance d’une principauté en Haute-Hongrie, et ils contraignent Apafi à apporter son concours (avec, certes, une très petite armée) dans la campagne contre Vienne de 1683. Après la défaite turque, le prince cherche toujours le salut de la principauté du côté de l’Occident chrétien. Il adhère secrètement à la Sainte Ligue à partir de 1684. Le traité prévoit que la Transylvanie, en tant qu’État de la Sainte Couronne de Hongrie, reconnaît la suzeraineté du Roi de Hongrie, tandis que l’Empereur Léopold garantit la libre élection du prince, la non-ingérence dans les affaires ecclésiastiques et temporelles soumises aux anciennes lois du pays, ainsi que son autonomie politique et économique. Mais l’installation du gouverneur militaire Caraffa contraint les Ordres à renoncer à la quasi-totalité de leurs pouvoirs. C’est alors que meurt Mihály Apafi, en 1690. Les Turcs s’empressent de le remplacer par Imre Thököly, et c’est grâce à la menace qu’il représente que Miklós Bethlen peut faire accepter à l’Empereur un nouveau statut pour la Transylvanie.

13Le Diploma Léopoldinum promulgué en 1690 garantit, en dehors de la souveraineté de l’administration civile, la liberté du culte aussi bien que l’autonomie économique et culturelle. Mais neuf ans plus tard, la paix de Karlowitz – négociée en l’absence de diplomates hongrois – inclut la Transylvanie dans l’Empire des Habsbourg en la rattachant directement à son gouvernement central, et les droits des protestants, qui ont perdu leur position majoritaire suite à l’union des orthodoxes à l’Église catholique, ne sont pas mentionnés dans la paix.

14Après le départ des Turcs, la situation politique n’est pas encore stabilisée en Hongrie. En effet, après la paix, royaume et principauté se retrouvent séparés au lieu d’être unis, privés de leurs libertés constitutionnelles (armée nationale, liberté religieuse, diplomatie). La Transylvanie est particulièrement sensible à cette dégradation de sa condition dans la mesure où sa position géographique stratégique et l’héritage d’un grand dynamisme diplomatique au cours du XVIIe siècle pouvaient lui laisser espérer un rôle important sur l’échiquier politique européen.

15Ces insatisfactions aggravées par la maladresse de la politique viennoise et la brutalité du gouverneur de Transylvanie Rabutin expliquent le déclenchement en 1703 d’une guerre d’indépendance menée par le prince de Transylvanie Ferenc Rákóczi. Après huit ans de guerre, de coups de mains en batailles incertaines, les Hongrois des deux camps cherchent une voie de sortie et la paix est signée à Szatmár le 29 avril 1711.

16Le processus d’intégration de la Transylvanie connaît alors une nouvelle étape. Le gouvernement compte établir dans la province un gouvernement stable, mais l’intérêt de la Transylvanie pour le souverain est essentiellement militaire. Le Gubernium séparé du royaume est rétabli, mais les charges prévues par le diplôme léopoldinien ne le sont pas, sauf celle de gouverneur. Le Gubernium est subordonné à la Chancellerie de Transylvanie à Vienne, mais toutes les décisions sont élaborées au sein de la Conférence. En outre, en 1723, les Ordres de Transylvanie acceptent la Pragmatique Sanction.

17L’autre élément essentiel de cette période est la mise en œuvre d’une Réforme catholique de plus en plus vigoureuse, dont les unitariens sont les premières victimes. Les lois préservant la liberté religieuse en Transylvanie sont maintenues après maintes attaques, mais la remise en cause de la pluralité confessionnelle dans la principauté, plus qu’un problème religieux, représente une véritable menace pour tout l’édifice constitutionnel transylvain.

18Cette histoire agitée de la Transylvanie des XVIIe et XVIIIe siècles, de l’hésitation entre deux Empires à la défense des libertés de la principauté, avec toujours en arrière-plan la question de l’union des deux patries hongroises, est en grande partie écrite par la haute noblesse transylvaine qui élit et soutient le prince, lutte pour ou contre le souverain Habsbourg, remplit les charges de gouvernement et invente la diplomatie. Parmi ces magnats dont les noms scandent l’histoire de la principauté, on retrouve les familles Bethlen et Teleki.

  • 1 Kemén János és Bethlen Miklós művei, Budapest, Windisch E., 1980, Bethlen Miklós élete leírása mag (...)

19Miklós Bethlen consacre le premier chapitre de son autobiographie à retracer l’histoire familiale de façon sobre mais précise1. Il est « né le 1er septembre 1642 en Transylvanie dans le village et le château de Kis-Bún ». Si le premier membre connu de la famille a vécu au XIIe siècle, c’est au service du roi Matthias, à la fin du XVe siècle, que s’illustre Miklós Bethlen, le fondateur de la puissance familiale, qui réunit des très vastes domaines. À partir de là, le nom des Bethlen est attaché à maintes charges et dignités de la principauté. La famille n’est pas celle du prince Gábor Bethlen, mais c’est grâce à la protection de ce dernier que le père de Miklós, János, fait carrière. Fils d’un főispán de Küküllő, Farkas, général et héros de nombreuses batailles, et de la sœur de János Kemény, qui devient prince de Transylvanie en 1660, János est élevé par sa mère et son beau-père. Converti dans son enfance de l’unitarianisme au calvinisme, János remplit plus tard les charges prestigieuses de chancelier de la principauté, de főispán de Fejér et de capitaine d’Udvarhelyszék. János est l’un des plus puissants et des plus riches magnats de Transylvanie, et il épouse la fille d’un bourgeois de Kolozsvár, qui lui apporte une dot de 60 000 florins. Pieux et cultivé, il est l’auteur d’une histoire de Transylvanie (Rerum transylvanicarum, 1629-1663), en partie publiée à Szeben puis à Amsterdam (1665), puis à Vienne un siècle plus tard (Commentarii de rebus Transylvanicis, 1779).

20Cette brillante ascendance confère à Miklós une place de choix dans la société transylvaine. C’est néanmoins Miklós lui-même qui obtient le titre de comte de l’Empereur en 1696. Mais en ce dernier tiers du XVII e siècle, ce rejeton d’une famille aristocratique de vieille souche est le représentant d’un groupe de plus en plus restreint.

21Le groupe des magnats, s’il est marqué par les liens familiaux qui unissent nombre de ses membres, est en effet très hétérogène. Les années de guerre auxquelles la Transylvanie doit faire face au cours des XVIe et XVIIe siècles, et surtout les combats des années 1657-1663, se soldent par de lourdes pertes et la disparition d’un certain nombre d’anciennes familles de magnats. Ces pertes sont comblées par l’ascension, au cours des années suivantes, de certaines familles qui prennent rapidement une place de premier plan. József Teleki est l’héritier de l’une d’entre elles. Au début du XVIIe siècle, Mihály Teleki n’est qu’un simple porte-clé de garnison. Mais deux générations plus tard, son petit-fils Mihály (1634-1690), l’un des ennemis personnels de Miklós Bethlen, est promu comte, il devient chancelier de Transylvanie et jette les bases d’une immense fortune. La génération suivante poursuit l’ascension familiale en obtenant le titre de princes d’Empire. József Teleki est l’arrière-petit-fils du chancelier. Son père László est, entre autres, membre du gouvernement de Transylvanie. Mais l’ascendance paternelle n’est pas seule en jeu dans la personnalité et la culture du jeune homme. Sa généalogie présente encore bien d’autres personnalités de premier plan pour l’histoire politique et culturelle du royaume. Son grand-père maternel n’est autre en effet que Pál Ráday, le chancelier du prince Rákóczi et l’un de ses plus proches lieutenants. L’oncle de József, Gedeon Ráday, consacre son existence aux sciences et aux lettres, s’appliquant à constituer l’imposante bibliothèque du château de Pécel. De l’autre côté de la famille, József a pour tante Kata Bethlen, aussi connue pour ses écrits autobiographiques et ses études.

22Miklós Bethlen et József Teleki bénéficient tous d’eux de l’héritage matériel et culturel de puissantes familles. Appelés un jour à succéder à leurs pères dans la vie publique de la principauté, ils reçoivent une éducation soignée, dont on retiendra notamment l’expérience européenne. En effet, les familles de magnats transylvains des XVIIe et XVIIIe siècles envoient volontiers leurs enfants étudier dans les universités étrangères. Cette attitude, en partie expliquée par l’appartenance d’une bonne partie de l’aristocratie transylvaine au protestantisme, se manifeste par une grande ouverture vers les élites occidentales qui sont considérées comme des modèles à imiter. Depuis leurs châteaux des Carpates, les magnats transylvains ont les yeux résolument tournés vers les principautés allemandes, vers les Provinces-Unies et l’Angleterre d’abord, puis vers la France. Cet intérêt pour l’Europe de l’Ouest, concrétisé par les pérégrinations des jeunes aristocrates en Allemagne, en France et en Angleterre, font de la Transylvanie politiquement déclinante de la fin du XVIIe et de la première moitié du XVIIIe siècle, la région la plus « européenne » des pays de la Couronne de Saint-Étienne.

Les voyages de jeunes Transylvains et le séjour en France

23Très soucieux de l’éducation de son fils, János Bethlen s’applique à donner au jeune Miklós les meilleurs maîtres. La formation solide que reçoit le jeune homme durant ces années, à laquelle vient s’ajouter le bénéfice de ses études à l’étranger, consiste sans nul doute à ses yeux son bien le plus précieux. Ce n’est donc pas un hasard si le récit de sa formation occupe treize (8-20) des vingt-neuf chapitres de son autobiographie, alors qu’elle ne représente que dix-sept des soixante-deux années couvertes par l’ouvrage. Ce souci pour la culture et l’éducation, loin d’être isolé, témoigne bien des préoccupations de l’aristocratie du temps. Le prince de Transylvanie lui-même, Mihály Apafi, considère le développement des écoles et la création de cadres institutionnels modernes pour la vie scientifique comme l’une des missions essentielles du souverain. Il est en effet convaincu de l’importance de la culture dans la cohésion et le développement de la nation. À l’instar de celle du prince, les cours seigneuriales se veulent des foyers de culture, perméables aux influences occidentales et gardiennes des traditions transylvaines. C’est aussi cet esprit qui anime János, le père de Miklós Bethlen.

  • 2 Ibid., p. 520.

24Le premier maître de Miklós Bethlen est le prédicateur du château, Pál Kereszturi. S’inspirant des méthodes proposées par Comenius, Kereszturi a laissé à Miklós Bethlen le souvenir d’« un homme qui était un maître comme on en trouve peu »2. Doux et patient, Kereszturi s’attache à apprendre à son jeune élève le hongrois aussi bien que le latin ; il enseigne l’écriture en même temps que la lecture, et en toutes choses préfère les exemples et les cas concrets à l’abstraction de la théorie. C’est ainsi que Miklós Bethlen découvre, entre autres, la philosophie moderne de Descartes ou Cocceius.

  • 3 Ibid., p. 546.

25Après la mort de Kereszturi en 1655, Bethlen est placé sous l’autorité d’un maître à la personnalité peu ordinaire, qui appartient à ce que la Normandie fait de plus original. Isaac Basirius est Rouennais par la naissance, mais aussi Anglais par le cœur. Après avoir été pasteur à la cour de Charles Ier, il a parcouru la Syrie, l’Égypte, l’Asie, a vu Istanbul, avant d’être ramené au collège de Kolozsvár par Ákos Barcsai où il remplace le célèbre Bisterfeld. Il a cependant du mal à s’y faire accepter dans la mesure où, à l’époque de son arrivée, « si l’on n’est pas Allemand, et qu’on ne s’enveloppe pas dans une plundra [grand manteau large], on n’est pas considéré comme un savant »3. Basirius et quelques autres vont finir par faire changer les choses.

26À partir de 1656, Miklós Bethlen est confié à un troisième maître, celui sans doute qui le marquera le plus. Recteur au collège de Kolozsvár, János Apáczai Csere a consacré sa vie à l’amélioration du système éducatif de la principauté. Partisan d’une pédagogie progressive, rejetant toute violence ou contrainte intellectuelle, Apáczai prône aussi, tout comme Kereszturi, l’enseignement en langue hongroise. Afin de mettre à la disposition des élèves un manuel aussi complet que possible, Apáczai rédige et publie en 1655 une Magyar Encyclopedia (Encyclopédie hongroise), dont Miklós Bethlen bénéficie largement. Comme la plus grande partie des savants transylvains de l’époque, Apáczai est imprégné par le cartésianisme et il transmet à son élève une solide connaissance de la pensée du philosophe français.

27Pour lutter contre le déclin, pour contrebalancer les troubles qui agitent la Transylvanie de cette deuxième moitié du XVIIe siècle, Apáczai – et Miklós Bethlen à sa suite – ne voit qu’un remède : le développement de la culture par le renforcement de l’enseignement. Cet héritage va suivre Miklós Bethlen tout au long de sa vie et de sa carrière publique. C’est aussi cette curiosité de savoir qui va l’accompagner sur les chemins de l’Europe.

28Miklós Bethlen a reçu en Transylvanie une solide éducation, et ce – il ne faut pas l’oublier – malgré une vie parfois peu compatible avec le calme requis pour l’étude. La situation politique agitée impose en effet à la famille de János Bethlen plusieurs déplacements pour s’éloigner des zones susceptibles de se transformer en champs de bataille. En outre, le jeune Miklós doit aussi faire son éducation politique en assistant aux Diètes où il accompagne son père. Mais János Bethlen est néanmoins soucieux de pourvoir son fils d’une expérience plus vaste. C’est pourquoi il l’envoie étudier dans les universités étrangères et visiter l’Europe.

  • 4 Ibid., p. 575.
  • 5 Ibid., p. 580.

29En mai 1661, le jeune Miklós prend la route et se dirige vers Heidelberg, où il est reçu par l’Électeur et où il suit des cours à l’université, notamment auprès du jeune Puffendorf. En mai 1662, il repart, vers la Hollande cette fois, et s’installe à Utrecht. C’est là qu’il parfait son éducation, s’instruisant « de ce qu’il faut savoir pour aller en France »4 : il complète sa connaissance du français (car c’est une langue qui se doit d’être bien parlée), et apprend le clavecin ainsi que la danse. En juin 1663, il quitte Utrecht pour poursuivre ses études à Leyde. En décembre de la même année, il prend la route pour l’Angleterre. C’est alors qu’il entre pour la première fois en France, et le jeune homme, qui connaît et admire la science et la culture françaises, est alors confronté à la vie quotidienne dans un pays catholique. Profondément attaché à sa religion, Miklós Bethlen ne peut s’empêcher de se méfier des papistes, même s’il ne refuse pas tout commerce avec eux. Sa méfiance et son antipathie sont confortées par une expérience désagréable à Calais : alors qu’il se promène avec son hôte (calviniste) près du port, un marin lance : « Voyez un gueux, un huguenot » ; mais le jeune comte se fait un point d’honneur de contenir sa colère5.

  • 6 Ibid., p. 594.

30C’est néanmoins avec enthousiasme et curiosité qu’il revient en France en mars 1664, et s’installe à Paris. Même s’il dit sortir peu car il préfère économiser son argent pour le voyage du retour (la situation en Transylvanie est alors instable et les envois de fonds ne sont pas aisés), il essaie de profiter des possibilités qu’offre la capitale française. Le jeune homme, pourtant au terme d’un voyage déjà long et riche en expériences, s’émerveille de la vie parisienne. Malheureusement, le lecteur ne peut partager cet émerveillement, car Miklós Bethlen « ne peut tout écrire car le lecteur ne [le] croirait pas »6. On devra se contenter d’apprendre que Paris est la plus belle de toutes les villes qu’il a vues, bien devant Londres.

  • 7 Ibid., p. 595.

31Mais si Paris est aussi importante pour Miklós Bethlen, c’est sans doute qu’il peut à la fois en faire une étape de sa découverte de l’Europe, et une occasion de servir son pays, qui en a bien besoin. Une lettre de recommandation lui permet en effet d’être reçu par Turenne et le marquis de Ruvigny. Une armée se préparant en France pour combattre les Turcs, Miklós Bethlen en profite pour plaider la cause de la Transylvanie auprès de Turenne. L’entente avec la principauté entre tout à fait dans les vues de Louis XIV, et présent « au bon endroit au bon moment », le jeune voyageur se transforme immédiatement en acteur de la diplomatie européenne. Reçu par Lionne, il est envoyé chez Colbert, qui lui confie de la part du roi une lettre pour le prince de Transylvanie. Cette mission imprévue écourte le séjour du jeune homme à Paris, et il décide de rentrer en Transylvanie à bride abattue, « comme si le destin de l’Europe en dépendait »7. Parti de Paris le 24 avril, il rejoint le camp du prince à Fejérvár le 9 juin.

32Ce séjour en France, même écourté, a fait grande impression sur le jeune comte. C’est donc à Paris que s’ouvre sa carrière politique, par ce premier contact avec la diplomatie européenne.

  • 8 Informations données dans la Lebensbeschreibung rédigée par son fils László qui, de son propre ave (...)

33Contrairement à Miklós Bethlen, on ne sait pas grand-chose des premières années de József Teleki, ni des débuts de son éducation8. On sait qu’à partir de 1747, son père recrute à Vienne un précepteur sachant le français et l’allemand, le Strasbourgeois Charles Magdeburg. Celui-ci quittera ce poste pour concrétiser un rêve de longue date : devenir soldat en 1763. Entre-temps, le jeune garçon reçoit aussi les leçons du savant bibliothécaire de sa tante, Péter Bod : c’est lui qui lui donne de solides connaissances en philosophie, en théologie, en histoire et géographie, et qui développe chez le jeune garçon le goût des lettres.

34Mais c’est sans doute son voyage à l’étranger qui est pour le jeune homme le plus formateur. Pendant deux ans, József Teleki parcourt l’Europe d’universités en salons, et visite les plus prestigieux des maîtres et des penseurs. Le départ est cependant plus difficile que pour Miklós Bethlen un siècle plus tôt. Désormais, la Transylvanie n’est plus un État autonome et les départs de jeunes protestants désireux d’aller étudier dans les universités étrangères sont soumis à l’autorisation de Vienne. Or, les passeports sont distribués avec parcimonie. Le jeune cousin de József Teleki par exemple, Ádám, se voit refuser son passeport lors de sa première demande. Le futur traducteur du Cid en hongrois ne recevra l’autorisation de quitter le pays que lors de sa deuxième demande, effectuée en même temps que celle de József. Un autre problème se pose durant ces années-là : la guerre de Sept Ans qui secoue l’Europe depuis 1756.

  • 9 La Cour de Louis XV. Journal de voyage du comte Joseph Teleki, Paris, Tolnai G., 1943. Egy erdélyi (...)

35C’est la raison pour laquelle József ne peut se rendre en Allemagne. Quand il quitte Buda le 2 juillet 1759 c’est donc pour se rendre en Suisse. Il s’installe à Bâle, rend visite à Voltaire9, visite Genève avant de revenir à Bâle. D’août 1759 à mai 1760, József Teleki séjourne à Bâle, fréquentant l’université et les salons. Si la pensée du siècle attire peu József Teleki, en revanche, tout comme ses cousins Ádám et Samuel, son intérêt pour les sciences physiques et naturelles est comblé. En juin 1760, József Teleki part pour la Hollande où il séjourne quatre mois, surtout à Leyde où il mène une vie mondaine et scientifique bien remplie. Mais c’est véritablement Paris qui représente le but et le sens de son voyage. Le 18 octobre, il quitte Leyde et arrive à Paris le 4 novembre.

  • 10 Teleki József à son fils, Szeben, 27 février 1787.

36Curieux de tout, le jeune homme arpente sans relâche les rues de la ville muni de ses deux guides de voyage, les plans de l’abbé Crive, et les Curiosités de Paris. József Teleki applique lui-même les conseils qu’il donne plus tard à son fils à la veille de son Grand Tour : « Une chose qui me reste encore à vous recommander fortement, c’est d’être tout attentif aux principaux objets des voyageurs prudents ; je veux dire à l’état de l’agriculture, du commerce, des fabriques, des sciences, de la constitution politique et le genre des nations parmi lesquels vous voyagerez »10. Si sa curiosité conduit le jeune homme à pousser toutes les portes, son rang de prince d’Empire les lui ouvre. Il fréquente ainsi la Ville et la Cour. Il est reçu chez le duc d’Orléans, mais lui préfère le salon du prince de Conti. Il visite aussi à Paris le salon de certains banquiers comme M. de la Popelinière, mais ne cherche pas à découvrir les salons littéraires où s’exprime l’« esprit du temps », un esprit avec lequel il est en profond désaccord. À la Cour, il se rend auprès de la reine, de la dauphine, de Mme Adélaïde, et bien sûr de Starhemberg. Ses visites à la Cour ont un effet sensible sur le jeune homme et sa perception de la France. Avant de connaître Versailles, tout ce qu’il découvre à Paris est marqué du sceau de l’émerveillement permanent. Toutes les nouveautés, les surprises sont tellement « françaises »… Mais la description de Versailles fait parfois sourire : le jeune protestant, élevé dans le puritanisme et le conservatisme, tout prince d’Empire qu’il est, désapprouve la lâcheté et l’hypocrisie des conduites qu’il observe. Et surtout, il condamne le relâchement des mœurs dont le roi est, à son grand désarroi, le premier à donner l’exemple.

37Mais le séjour du jeune homme n’est pas seulement consacré à approfondir sa connaissance de la nature humaine et de la vie mondaine. Son intérêt pour les beaux-arts et en particulier pour la peinture trouve à Paris de nouvelles occasions de s’exercer et de s’approfondir. József Teleki est aussi très assidu au théâtre et à l’Opéra : on le voit à la Comédie-Française, au Théâtre des Italiens, à l’Opéra et à l’Opéra Comique. S’il admire le théâtre français, et en particulier les pièces de Voltaire et Diderot, il est avare de compliments quand il s’agit de l’opéra : le chant lui paraît faible. Enfin, József Teleki n’a pas renoncé à son intérêt pour les sciences : il assiste régulièrement aux sessions de l’Académie Française mais surtout de l’Académie des Sciences.

38Malgré cette vie parisienne bien remplie, la rencontre la plus marquante que le jeune homme fait en France ne se produit pas à Paris, mais à Montmorency, où habite Jean-Jacques Rousseau. La journée passée en compagnie du philosophe encourage le jeune homme sur la voie de l’écriture.

39Le 13 mars 1761, cependant, il doit reprendre la route pour rentrer en Hongrie. Et au fur et à mesure qu’il s’en éloigne, la beauté et l’éclat de la capitale française grandit dans son souvenir.

40Issus des plus grandes familles de Transylvanie, Miklós Bethlen et József Teleki sont tout naturellement amenés à jouer un rôle important à l’échelle de la principauté et de la Monarchie. Si leurs cultures relèvent à la fois de choix individuels et de goûts personnels, elles sont aussi étroitement liées au contexte général de la situation transylvaine. Les expériences vécues au cours des voyages de leur jeunesse, notamment leur passage par la France et leur francophilie, doivent être mises en perspective avec leur carrière et leur vie politique, ainsi que leurs activités d’écrivains et de penseurs.

La culture de l’action politique de deux magnats

41Si au XVIIe comme au XVIIIe siècle, par son éducation et ses voyages, l’aristocratie de Transylvanie connaît et admire l’Europe occidentale, elle n’en reste pas moins préoccupée de la situation de la principauté. Pour Miklós Bethlen comme pour József Teleki, l’horizon est avant tout inscrit dans les frontières de la Transylvanie. Mais l’ouverture sur l’étranger, et notamment sur la France, est le moyen de trouver des solutions pour améliorer la situation locale et de contrebalancer l’influence proche et pesante de l’Autriche germanophone.

42Miklós Bethlen fait ses premiers pas sur la scène politique à l’issue de son Grand Tour, et c’est par l’établissement des relations diplomatiques franco-transylvaines qu’est inaugurée sa carrière publique. Cette première action n’est pas sans lendemain : tout au long de sa vie, Miklós Bethlen contribue à entretenir les relations avec la France, poursuivant ainsi la tradition diplomatique de la principauté. Dès son retour en Hongrie, en 1664, et après la déception de la paix de Vasvár, il conserve l’idée de l’utilité de l’alliance française, idée partagée par celui qui incarne – brièvement – la lutte pour la survie hongroise, Miklós Zrinyi. Après la mort de Zrinyi, en novembre, Bethlen abandonne un temps les questions diplomatiques, brûlant de prendre part aux opérations militaires. Puisque la lutte contre les Turcs n’est plus à l’ordre du jour en Hongrie, il décide de se rendre à Candie. Il arrive à nouveau trop tard pour se battre, au début de l’année 1665, à peine parvenu à Venise, il apprend que la paix a été signée.

43De retour en Transylvanie, Bethlen ne peut prendre part à la vie publique, car le chancelier Teleki, jaloux de son pouvoir, le tient soigneusement à l’écart de toute charge importante. Il se retire donc sur ses terres de Bethlenszentmiklós, où, selon ses Mémoires apocryphes rédigés par l’abbé Revérend, il aurait vécu « à la française », s’efforçant d’introduire le mode de vie français dans la haute société transylvaine. Néanmoins, rien dans son autobiographie ne le laisse entendre. En outre, si l’on considère son cadre de vie, c’est-à-dire le château qu’il se fait construire au cours de ces années-là à Bethlenszentmiklós, il s’agit sans doute du meilleur exemple de Renaissance transylvaine directement inspiré de ce que Bethlen a vu lors de son passage en Italie et à Venise.

  • 11 Kemén János és Bethlen Miklós művei, Budapest, Windisch E., 1980, Bethlen Miklós élete leírása mag (...)

44Politiquement, Bethlen reste tourné vers l’Europe occidentale. S’il soutient les magnats menés par Wesselényi, c’est surtout en tenant l’Europe informée du sort misérable de la Transylvanie soumise à l’insupportable pression des Habsbourg. Ses pamphlets, publiés sous des pseudonymes, sont diffusés à l’étranger, comme par exemple l’Austriaca austeritas en 1671. Ce rôle de relais de Bethlen auprès des pays étrangers mais aussi de la Hongrie lui vaut d’être surnommé avec Gergely Bethlen et Mikes Kelemen l’un des « trois clamants » (harom clamans) par Teleki11. L’échec de la conjuration des magnats et l’emprisonnement de Teleki, ainsi que la modification des rapports avec la Porte et la reprise de l’offensive contre les Turcs, poussent Bethlen à revoir sa position envers les Habsbourg. Trouver un compromis devient d’autant plus urgent que depuis 1687, la couronne hongroise est devenue héréditaire : la Transylvanie doit donc négocier un nouveau statut dans la Monarchie, ou se résigner à disparaître. Bethlen adresse à l’Empereur un mémoire, qui servira à établir le texte du Diplôme de 1690. De façon très symbolique, Bethlen a intitulé sa réflexion Moribunda Transylvania (1688). La promulgation du Diplôme lui confère une place de premier plan, avec le poste de chancelier. Mais la Transylvanie est désormais dirigée par le gouverneur Rabutin. À la différence de nombre de ses contemporains qui vivent encore dans l’illusion d’un possible retour à l’autonomie de la principauté, Bethlen ne veut pas restaurer la Transylvanie de Gábor Bethlen. Il construit des projets pour les pays de la Couronne de Saint-Étienne réunifiés, et sa réflexion vise à donner à la grande Hongrie une place en Europe. Sa connaissance des cours européennes, et les rapports ininterrompus qu’il entretient avec l’Angleterre mais surtout avec la France, lui laissent penser qu’un tel projet est réalisable. C’est cette idée qu’il développe dans la Columba Noe publiée en 1704 et envoyée aux différentes cours européennes. Bethlen pense que l’appui des monarchies européennes pourra permettre l’émergence de cet ensemble hongrois auquel il rêve. Malheureusement, l’ouvrage est intercepté par Rabutin qui fait emprisonner son auteur.

45Entre 1704 et 1708, Miklós Bethlen est enfermé à Szeben, où il commence à rédiger ses Mémoires. Il est transféré à Vienne en 1708, et passe encore quatre années en prison. Libéré en 1712, il est alors âgé de plus de soixante-dix ans. Il ne reparaît pas sur la scène politique, ne peut même pas regagner son pays et meurt à Vienne en 1716.

46Cultivé, bon connaisseur de l’Europe occidentale et de sa culture, Miklós Bethlen se distingue par sa largeur de vue politique. Protestant puritain, pétri de cartésianisme, il souhaite voir s’ouvrir pour son pays la voie d’une modernisation culturelle et politique, qui ne peut passer que par de bonnes et étroites relations avec les monarchies européennes. Mais la Transylvanie dont il rêvait, celle qui, unie à la Hongrie en une seule et même nation, avait un rôle à jouer sur l’échiquier européen, ne verra jamais le jour.

  • 12 Mályusz E., A türelmi rendelet, Budapest, 1939.
  • 13 Bérenger J., Tolérance ou paix de religion, Paris, Honoré Champion, 2000.
  • 14 Bogner M., « Teleki József gróf verse a toleranciáról », Irodalomtrörténelmi Közlemények, 1929, p.  (...)

47Contrairement à Miklós Bethlen, József Teleki naît, grandit et vit dans une Hongrie et une Transylvanie désormais intégrées à la Monarchie Habsbourg. Marie-Thérèse verrait volontiers Teleki se placer au service de la Monarchie, mais à la différence de Bethlen, une charge publique n’intéresse guère le jeune homme : c’est surtout pour pouvoir rester au contact d’une société ouverte sur l’Europe occidentale qu’il consent d’épouser la carrière publique. En 1766, il accepte le poste d’assesseur à la table royale de Marosvásárhely, poussé par ses amis qui craignent qu’un refus n’indispose la souveraine, non seulement envers la famille Teleki mais envers les protestants de Transylvanie. La carrière politique ne l’attirant guère, Teleki démissionne dix ans plus tard, et s’installe en Hongrie. Il aurait souhaité se consacrer aux plaisirs de l’étude mais veut aussi se battre pour la défense des protestants et du protestantisme, encore très vivace en Transylvanie mais subissant – surtout en Hongrie – l’avancée d’une Réforme catholique de plus en plus vigoureuse et efficace. Dès l’avènement de Joseph II, voyant que la réunion de la Diète n’est pas à l’ordre du jour, les protestants de Hongrie décident de s’adresser directement au souverain : deux textes sont préparés, l’un par István Vay, le second par József Teleki. Ce dernier se distingue par son ampleur de vue, embrassant la situation européenne, et se référant à la tolérance prônée par les philosophes français12 : il souligne que la liberté confessionnelle est seule en accord avec le droit naturel. Teleki s’appuie là sur une tradition déjà bien installée, notamment dans la noblesse transylvaine, de réutilisation des Lumières françaises pour nourrir la défense du protestantisme. La réflexion sur la tolérance menée par Voltaire avait été particulièrement bien relayée en Transylvanie par un parent du père de József Teleki, János Lázár (1703-1772), qui traduit une partie de ses œuvres, notamment son Traité sur la tolérance à l’occasion de la mort de Jean Calas. Après la promulgation de la Patente de Tolérance13, Teleki gratifie l’Empereur d’un poème de 330 vers en français14. C’est pour poursuivre cette défense de la liberté confessionnelle que József Teleki accepte, après la publication de la Patente de Tolérance, le poste d’inspecteur de l’instruction publique pour le district de Pécs en Hongrie, qu’il occupe pendant un an et demi. Au même moment, Teleki veille à donner accès à ses concitoyens à la culture française, à l’esprit des Lumières et à la réflexion qui se poursuit sur la tolérance religieuse, non seulement directement, mais aussi à travers son action de mécène : c’est ainsi qu’il fait traduire par exemple l’ouvrage de Necker, De l’importance des opinions religieuses, par Gábor Fülep Őri. Cette action en faveur de l’éducation en général et de la transmission de la culture française en particulier, Teleki s’y adonne tout au long de sa vie. S’intéressant de près à l’enseignement dispensé dans les collèges protestants, c’est lui par exemple qui fait introduire l’enseignement du français à côté de celui de l’allemand au collège de Marosvásárhely, recrutant lui-même le professeur qui en est chargé.

48Ce n’est qu’à partir de l’avènement de Léopold II que József Teleki prend une place véritablement importante dans la vie politique hongroise et transylvaine. Il est en effet nommé főispán du comitat d’Ugocsa, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort. De là, sa préoccupation principale reste la tolérance religieuse, non seulement entre catholiques et protestants, mais à l’intérieur du protestantisme lui-même. Comme il l’écrit à son ami Karl von Zinzendorf (avec lequel il partage bien des choses, mais dont seule la religion le sépare), dans une lettre du 30 avril 1791 :

  • 15 Csanak D., Két korszak határán. Teleki József a hagyományőrző és a felvilágosult gondolkodó, Budape (...)

Je ne sais au juste ce que le bon Dieu fera un jour de toutes ces sectes […] que […] vous voulez très cavalièrement faire toutes entrer au Paradis. Mais je suis moralement persuadé que notre Père céleste voulant en faire un séjour de paix et non de discorde les Intolérants de quelque secte qu’ils puissent être n’y entreront pas ou n’y entreront qu’après être radicalement guéris de cette maladie, et très Calviniste que je suis je voudrais parier que Calvin même n’y est entré qu’après s’être bien repenti d’avoir fait brûler Servet15.

49Très actif dans les Diètes de Hongrie et de Transylvanie, József Teleki contribue largement à faire enregistrer la Patente de Tolérance comme loi du royaume. Son engagement pour la cause de la paix religieuse, si elle lui vaut l’affection et l’estime de ses coreligionnaires et de quelques autres, le rend suspect aux yeux du pouvoir. Le Palatin, l’archiduc Alexandre Léopold, écrit de lui :

  • 16 Ibid., p. 26 ; Sándor Lipot főherceg nádor iratai, Budapest, Malyusz E., 1926, p. 443.

Joseph Telecky, comte suprême du comitat d’Ugocsk, homme d’un grand talent et très lettré, extrêmement fin, fougueux et violent, il est le chef du parti protestant qui le regardent comme leur pape, fort uni avec les Vay, etc., très fanatique dans les matières de religion, assez modéré dans le reste. On devrait croire qu’il doit avoir été informé du projet des protestants avec la cour de Berlin. C’est un homme très dangereux, mais à pouvoir s’en servir16.

  • 17 Balázs E., « Sorsotok előre nézzétek », A francia felvilágosodás és a magyarkultura, Budapest, Köpe (...)

50Cette méfiance paraît néanmoins bien démesurée. S’il se montre obstiné dans sa lutte pour la tolérance, s’il est ouvert sur les mondes occidentaux, français et allemand, Teleki est bien un aristocrate de la Monarchie et n’envisage aucune action hors de ce cadre. Pour autant, il tient à défendre la place de la Hongrie au sein de l’ensemble, et c’est dans ce but qu’il mobilise ses compétences, sa culture et l’expérience acquise au cours de ses voyages. Les bonnes relations que Teleki entretient avec Vienne, et en particulier avec Kaunitz, lui valent d’être choisi par ses concitoyens en 1790 pour se faire l’interprète des revendications transylvaines qui demandent la réunion des territoires de la Couronne de Saint-Étienne. Interprète au sens plein du terme : Teleki en effet ne rédige pas sa requête en latin, langue officielle pour le droit et l’administration (donc la Diète), mais en français, et son argumentation, si elle est bien évidemment fondée sur l’histoire et la constitution de la Hongrie, fait aussi appel à l’histoire de France. Kaunitz est ainsi invité à être un « nouveau Sully », précisant que « le bonheur des peuples passe par le respect des lois »17.

51Au cours des dernières années de sa vie, il se retire de la vie publique, non sans avoir reçu encore une distinction parmi les plus enviées, celle de gardien de la Couronne en 1795.

52Si l’action politique de Teleki est limitée aux dernières années de sa vie – sa place dans la vie publique étant auparavant bridée par le fait qu’il est protestant –, sa personnalité marque profondément la vie intellectuelle du pays. Comme Bethlen, Teleki n’a pas seulement une place dans l’histoire politique mais aussi littéraire de la Hongrie.

53Bethlen et Teleki ont contribué à ouvrir la Transylvanie sur la culture occidentale, par leurs actions mais aussi par leurs écrits. Les œuvres des deux magnats sont très différentes, par leur ton et leur nature, mais ont en commun la composition d’écrits du for privé, mémoires et journaux de voyage qui, au-delà de leur valeur historique, possèdent une incontestable valeur littéraire.

54Miklós Bethlen n’a jamais eu d’ambition littéraire. Il ne commence à écrire que pour défendre la cause de son pays, porter sa situation et les projets qu’il forme pour lui à la connaissance des nations européennes. En Europe, le français gagne du terrain, mais le latin est encore universellement compris ; Bethlen choisit donc de rédiger ses pamphlets dans cette langue. Les premiers écrits en appellent à l’aide de l’Europe devant la persécution dont sont victimes les protestants hongrois : Austriaca austeritatis continuatio (1671), Epistola ad ministros exules ex Hungaria (1677), Apologia ministrorum evangelicorum Hungariae (1678). Dans le cadre de la Transylvanie intégrée dans la Monarchie, il essaie de formuler des propositions politiques pour améliorer la difficile situation de son pays : Moribunda Transylvania (1688), Penetralia Transylvaniae (1702), Columbia Noe (1704).

55Mais si Miklós Bethlen a marqué l’histoire littéraire hongroise, c’est surtout en temps que promoteur de la langue hongroise. S’il connaît et apprécie la culture européenne, c’est en hongrois que Bethlen veut l’exprimer et s’en servir. Comme un autre Transylvain, son grand-oncle par alliance, János Kemény, c’est la prison qui fait de Bethlen un écrivain, car c’est là qu’il rédige son Livre de prières et surtout ses Mémoires. Il s’agit, pour la Transylvanie, de l’une des premières œuvres d’un genre qui a rapidement un grand succès, et sans doute de l’une des plus réussies. Dans son Introduction, Bethlen dédie ses Mémoires à son fils József, et commence par une réflexion sur l’honneur, la vertu, la vieillesse. Le texte est curieusement situé au milieu du gué : la réflexion sur l’honneur est bien plus développée que dans les mémoires de ses contemporains occidentaux, mais paraît bien plus moderne que ce qu’écrivent ses contemporains de Transylvanie. Le premier Livre des Mémoires est ensuite consacré aux années 1642-1666 : il y développe la description de sa famille, de son caractère, de ses maladies et sa santé, de ses sentiments : fidèle à la philosophie de Descartes, Bethlen cherche à décrire au plus près la nature humaine et ses passions. Le deuxième Livre, affecté aux années 1667-1710, se développe non plus sur le modèle philosophique mais sur le modèle littéraire de la tragédie. Foisonnante de personnages et d’actions, la tragédie baroque que raconte Bethlen, c’est l’histoire de sa vie.

  • 18 Köpeczi B., « Bethlen Miklós francia emlékiratai », Irodalomtrörténelmi Közlemények, 1955, p. 296-3 (...)

56Mais si cette œuvre lui confère une place essentielle dans la littérature hongroise et transylvaine, le nom de Bethlen apparaît aussi dans celle de la France, comme auteur là encore de Mémoires. Ces Mémoires en français, rédigés en réalité par l’abbé Révérend, sont publiés en 1736. Grâce à cet ouvrage, Miklós Bethlen, héros de l’histoire transylvaine, a aussi une histoire française. La France de Louis XV, celle que visite József Teleki, apprend ainsi une partie de l’histoire de la Transylvanie18.

57Un siècle après Bethlen, József Teleki se fait également une place dans l’histoire littéraire hongroise. Si son œuvre est bien différente, en grande partie car elle prend forme dans un contexte culturel bien différent, elle a en commun avec celle de Bethlen quelques lignes de force, qui forment des constantes de la littérature transylvaine. Tout d’abord, comme Bethlen mais aussi comme nombre de ses contemporains européens, Teleki rédige un journal – un journal de voyage dans son cas –, même si celui-ci ne possède sans doute pas la valeur littéraire des Mémoires de Bethlen. En revanche, comme Bethlen, Teleki est un protestant très attaché à sa confession, et toute son œuvre est imprégnée de cette piété.

  • 19 Csanak D., Két korszak határán…, op. cit., p. 130 et suivantes.
  • 20 Avril 1761.

58Cependant, à la différence du chancelier de Transylvanie, si Teleki écrit souvent en hongrois (c’est la langue choisie pour son journal de voyage), sa maîtrise des langues se manifeste par son habitude de rédiger indifféremment en allemand, en français, en latin ou en italien en plus du hongrois. Le développement de l’enseignement des langues est l’un des objectifs qu’il privilégie dans sa réflexion sur l’enseignement, et pour lequel il se bat. Il s’agit pour les jeunes Hongrois de maîtriser d’abord l’allemand et le latin, indispensables, mais aussi en second lieu le français, la langue internationale19. Teleki lui-même fait preuve d’une grande maîtrise de la langue française, comme le reconnaît l’auteur de la recension de la Faiblesse des esprits forts dans le journal de Trévoux20. Sa connaissance des langues étrangères nourrit aussi sa participation au débat sur la rénovation linguistique en Hongrie. On croise dans sa correspondance des échanges passionnés avec son ami Peczéli sur des points qui pourraient paraître pour le moins secondaires. Peczéli affirme ainsi un jour que le trop grand nombre de voyelles a et e nuit aux sonorités du hongrois. Teleki récuse cette affirmation et se lance dans la comparaison entre le hongrois et le français : il compte le nombre de e et de a dans deux textes de poésie de 840 lettres, l’un de Voltaire, l’autre de Gyögyösi. Le verdict est sans appel : 221 e et a pour Voltaire, 216 pour Gyöngyösi !

  • 21 Csanak D., « Le rôle de József Teleki dans une controverse française au XVIIIe siècle », Acta Litte (...)

59La culture « française » de Teleki ne se limite évidemment pas à ses compétences linguistiques ou à des pratiques statistiques. Comme toute bibliothèque de magnat en ce dernier quart du XVIIe siècle, celle de Teleki reflète un réel intérêt pour la production française. Lettres et philosophie y côtoient bien évidemment les ouvrages politiques, mais l’intérêt de Teleki pour les sciences y est aussi bien représenté. Il se tient au courant des dernières recherches et n’hésite pas à participer aux débats en cours à Paris, comme lors de polémiques sur l’inoculation21.

  • 22 « A mely munkátskáról irtam minap Nagyságodnak azr most itten nyomatattom, némely Baseli ösmérős B (...)
  • 23 1ère édition : Bâle, 200 exemplaires. 2e édition : Paris, 1761, 1 000 exemplaires (payée par Duvoi (...)

60À côté des discours et autres textes politiques, la production littéraire de Teleki est essentiellement composée de poésie, mais sa réflexion en matière de philosophie et de religion est déjà presque entièrement contenue dans un ouvrage rédigé dans sa jeunesse et publié à Bâle lors de son séjour d’études en 1760, Essai sur la faiblesse des esprits forts. L’ouvrage, d’abord prévu en latin, est rédigé en français sur la demande expresse de ses amis suisses22. Les éditions suivantes seront toutes en français, et les corrections du texte rendent la langue toujours plus belle23.

61L’ouvrage de Teleki est intéressant en partie car il est l’œuvre d’un jeune homme de vingt ans. Celui-ci a déjà une très bonne connaissance de la littérature philosophique de l’époque et d’admirables capacités de réflexion. Avant tout dicté par la piété du jeune homme qui veut combattre ce qui lui semble perverti dans l’« esprit du temps », cet ouvrage étonne surtout par la confiance en soi qui en émane. À vingt ans, József Teleki se sent assez sûr de lui pour prendre part à l’un des débats les plus complexes et s’opposer aux personnalités les plus célèbres de l’époque : avant tout Voltaire et les Encyclopédistes. Difficile de ne pas voir là le résultat de l’enseignement de Péter Bod, qui a donné à son jeune élève une très solide formation en théologie. Le jeune József Teleki est un excellent connaisseur de la production littéraire de son siècle, mais connaît aussi la littérature « morale » du XVIIe siècle, notamment La Bruyère dont la citation est en exergue :

Les Esprits forts savent-ils qu’on les appelle ainsi par ironie ? Quelle plus grande faiblesse que d’être incertain quel est le principe de son être, de sa vie, de ses sens, de ses connaissances et quelle doit en être la fin ? [Caractères, chapitre 16]

62S’adressant d’abord aux philosophes français et en particulier à Voltaire, l’ouvrage est aussi adossé à la littérature « déiste » anglaise de la fin du XVIIe siècle (Anthony Collins, Thomas Chubb, John Tolland, Mathew Tindal). Le but de Teleki est celui maintes fois visé d’unir foi et raison. S’il est assez aisé d’identifier les cibles de Teleki, les sources de sa réflexion le sont tout autant, et la plus importante d’entre elles est Leibniz. Les œuvres du philosophe allemand sont en effet bien connues en Transylvanie, tout comme celles de Wolff, de Locke ou de Newton. Au-delà de son contenu, l’intérêt de l’ouvrage réside donc dans ce qu’il nous indique de la culture d’un jeune magnat transylvain, et plus loin de l’aristocratie transylvaine. D’une part, élevé dans un coin méconnu de l’Europe, le jeune Teleki a eu accès dans sa jeunesse aux ouvrages les plus récents publiés par les plus brillantes personnalités intellectuelles d’Europe. D’autre part, si cette aristocratie connaît et admire la production française, elle ne peut se départir d’une certaine réserve générée par les courants puritains et piétistes qui se développent en son sein.

63Bon représentant des Lumières hongroises et transylvaines, József Teleki témoigne de la complexité de ces Lumières, ouvertes sur l’Europe, sur la France, mais fidèles aux particularismes qui ont construit l’histoire des pays de la Couronne de Saint-Étienne.

64À travers leurs vies et leurs carrières bien remplies, Bethlen et Teleki témoignent à la fois de la complexité de l’histoire hongroise et transylvaine et de la complexité des relations de ces régions avec la France. Celles-ci sont en grande partie guidées par la situation confessionnelle. En effet, l’influence française est sans doute plus forte sur les Hongrois protestants qui, pour se protéger de la pression du souverain Habsbourg, recherchent des contacts politiques et diplomatiques à l’étranger. Bien évidemment, à travers ces contacts, les échanges culturels sont aussi bien présents. Néanmoins, leur appartenance confessionnelle les pousse à se tourner tout autant vers l’Angleterre et les Provinces-Unies.

65La Transylvanie, par sa situation politique et confessionnelle particulière, présente de véritables relations avec la France. Mais là comme ailleurs dans les pays de la Couronne de Saint-Étienne, l’influence française reste modérée, médiatisée et diffuse, au moins jusqu’au dernier tiers du XVIIIe siècle.

Notes

1 Kemén János és Bethlen Miklós művei, Budapest, Windisch E., 1980, Bethlen Miklós élete leírása magától, p. 488-490.

2 Ibid., p. 520.

3 Ibid., p. 546.

4 Ibid., p. 575.

5 Ibid., p. 580.

6 Ibid., p. 594.

7 Ibid., p. 595.

8 Informations données dans la Lebensbeschreibung rédigée par son fils László qui, de son propre aveu, n’a pas utilisé les archives familiales, d’où un certain nombre d’erreurs.

9 La Cour de Louis XV. Journal de voyage du comte Joseph Teleki, Paris, Tolnai G., 1943. Egy erdélyi grof a Felvilágosult Europában : Teleki József Utazásai 1759-1761, Budapest, Tolnai G., 1987. De cette visite, nous ne savons que très peu de choses, car József Teleki n’écrira jamais le récit détaillé de cette rencontre qu’il projetait. Mais il est clair que Voltaire fait partie des adversaires intellectuels les plus importants de Teleki, et c’est par la plume qu’il se lance dans la controverse avec les Esprits forts.

10 Teleki József à son fils, Szeben, 27 février 1787.

11 Kemén János és Bethlen Miklós művei, Budapest, Windisch E., 1980, Bethlen Miklós élete leírása magától, p. 667.

12 Mályusz E., A türelmi rendelet, Budapest, 1939.

13 Bérenger J., Tolérance ou paix de religion, Paris, Honoré Champion, 2000.

14 Bogner M., « Teleki József gróf verse a toleranciáról », Irodalomtrörténelmi Közlemények, 1929, p. 106-114 ; Gyulás J., « Gróf Teleki József verse a toleranciáról », Irodalomtrörténelmi Közlemények, 1930, p. 359-360.

15 Csanak D., Két korszak határán. Teleki József a hagyományőrző és a felvilágosult gondolkodó, Budapest, 2006, p. 25.

16 Ibid., p. 26 ; Sándor Lipot főherceg nádor iratai, Budapest, Malyusz E., 1926, p. 443.

17 Balázs E., « Sorsotok előre nézzétek », A francia felvilágosodás és a magyarkultura, Budapest, Köpeczi B. et Sziklay L., 1975, p. 151. Traduction hongroise par son secrétaire József Mátyási, dans lettre adressée à György Aranka, 19 avril 1793. OszK, Levelestár.

18 Köpeczi B., « Bethlen Miklós francia emlékiratai », Irodalomtrörténelmi Közlemények, 1955, p. 296-304.

19 Csanak D., Két korszak határán…, op. cit., p. 130 et suivantes.

20 Avril 1761.

21 Csanak D., « Le rôle de József Teleki dans une controverse française au XVIIIe siècle », Acta Litteraria, 1974, p. 243-246 ; Századok, 1974, p. 205-222.

22 « A mely munkátskáról irtam minap Nagyságodnak azr most itten nyomatattom, némely Baseli ösmérős Barátimra nézve Frantziául, minthogy úgyis kezdettem volt irni. Ha itten nem lehetne, Parisba Deakul ki nyomattatom és Nagyságodnak fogom dedicalni […]. Mindgyárt Deákul botsátottam volna ki, ha azon Baseli Barátim kedvekért meg nem igértem volna, hogy Frantziául irom. » Leiden, 23 septembre 1760. Les traductions sont préparées : une en latin (publiée dans une version résumée), et deux en hongrois (jamais publiées).

23 1ère édition : Bâle, 200 exemplaires. 2e édition : Paris, 1761, 1 000 exemplaires (payée par Duvoisin). 3e édition : Augsbourg, 1762.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search