Version classiqueVersion mobile

Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe

 | 
Joan Busquets
, 
Sébastien Platon
, 
Alain Viaut

Contextes et images sociales des langues minoritaires

L’enseignement comme témoin des représentations des situations linguistiques minoritaires en Espagne : le cas de la Catalogne

Education as a Testimony of the Representations of Minority Language Situations in Spain: the Case of Catalonia

Chrystelle Burban

Résumé

À partir du concept de « langue propre » pour caractériser le catalan, cette langue est devenue la langue véhiculaire dans le système éducatif en Catalogne grâce à des stratégies mises en place en plusieurs étapes depuis les années quatre-vingt. Pourtant, le catalan reste statistiquement minoritaire dans les pratiques et les représentations des locuteurs. Cela montre les limites de ce concept : pour l’État espagnol, l’emploi de « langue propre » permet d’éviter toute représentation des autonomies espagnoles en tant que nations (à l’inverse du concept de « langue nationale »). L’expression renvoie à une langue en voie de normalisation, par conséquent inévitablement minoritaire. Quoi qu’il en soit, le concept de langue propre a avant tout une portée symbolique : il confère une légitimité aux langues minoritaires qui manquent de reconnaissance juridique.

Texte intégral

1En Catalogne, la thématique de l’enseignement, comme dans tous les aspects du dispositif de la politique de normalisation linguistique du catalan, fait immanquablement appel au concept de « langue propre » dont il est le socle. De ce fait, j’envisagerai le milieu éducatif en tant que lieu privilégié d’application du concept, ainsi que la potentialité et la valeur de cet outil juridique, dans la politique de normalisation linguistique catalane, c’est-à-dire pour un espace et une langue en position subordonnée.

Le concept de « langue propre »

2Dans le dispositif linguistique mis en place par la Catalogne, que ce soit dans ses statuts d’autonomie ou ses lois de normalisation linguistique, le concept fondamental, déterminant, dans la politique linguistique catalane est celui de « langue propre » ou « llengua pròpia ». Ce concept nouveau, totalement inédit, dont l’usage est circonscrit à l’Espagne, et dont la Catalogne a la paternité, s’ajoute à ceux plus courants dans le domaine juridique de « langue officielle » et « langue nationale » qui, eux, ont une reconnaissance internationale.

3Ce concept est en effet apparu en Catalogne, sporadiquement et subrepticement, dès la Seconde République dans le statut intérieur de la Catalogne en 1932 mais pas dans l’« Estatut de Núria », comme le fait justement remarquer Jaume Vernet (Vernet 2003 : 127). Ce concept est revenu sur le devant de la scène et de façon durable depuis le statut d’autonomie de la Catalogne en 1979 puisque, d’une part, il a été systématiquement repris dans les textes législatifs qui y ont été produits, et que, d’autre part, il a fait tache d’huile, puisque repris postérieurement dans d’autres Communautés autonomes dites « bilingues ». Par ailleurs, son usage, et donc son acceptation, se sont également étendus aux instances de gouvernement étatiques, puisque celles-ci, réfractaires dans un premier temps à son adoption, ont fini par en prendre acte et par l’utiliser. Ainsi, le Tribunal Constitutionnel a été, en quelque sorte, un pionnier et un agent de l’extension du concept de « llengua pròpia » en territoire espagnol, depuis qu’il en a introduit l’usage en 1991 dans une de ses sentences concernant la loi de normalisation linguistique de la Catalogne.

4Ce concept, définitivement adopté par la Catalogne et couramment employé a donc acquis une certaine reconnaissance juridico-linguistique, mais strictement « à usage interne », c’est-à-dire dans les limites du territoire espagnol. Alors qu’il n’a jamais été clairement défini par ses promoteurs, il faut pour en comprendre la portée, s’en remettre au Statut d’autonomie de 1979, où certains éléments propres à ce concept (qui seront repris dans celui de 2006), apparaissent sous-entendus. La rédaction de l’article 3 fait en effet apparaître, dans le cours de son développement, une hiérarchie à la fois des langues et des concepts : le statut de « langue propre » attribué exclusivement au catalan occupe le premier rang, vient ensuite celui de « langue officielle » ; par ailleurs, ce dernier statut, de moindre importance, revient en premier lieu au catalan, et de façon indirecte au castillan (« también »), puisqu’il ne le doit qu’au seul fait d’être la langue officielle de l’État espagnol. Les Statuts d’autonomie ne fournissent pas davantage de précisions sur la valeur de ces concepts et leurs conséquences juridiques.

  • 1 « Cette loi développe les concepts juridiques de langue propre et de langue officielle […] » (trad (...)
  • 2 « La langue catalane est un élément essentiel de la formation et de la personnalité nationale de l (...)

5Pour entrer dans les détails, il faut s’en référer aux deux lois traitant de la politique linguistique de la Catalogne : la Llei de normalització lingüística a Catalunya de 1983 (LNL) et la Llei de política lingüística de 1998 (LPL). Cette dernière, en particulier, énonce dans son préambule que « La llei formula els conceptes jurídics de llengua pròpia i de llengua oficial […]1 » (LPL 1998 : 6). Mais déjà auparavant, dès les premières lignes du préambule de la LNL et de la LPL, on comprend que l’expression « llengua pròpia » s’applique à la seule langue catalane, présentée comme élément caractéristique de l’identité collective catalane : « La llengua catalana és un element fonamental de la formació i personalitat nacional de Catalunya. […] Forjada originàriament en el territori de Catalunya […] la llengua catalana ha estat sempre la pròpia del pais2 » (ibid. : 7). C’est à son implantation et à son usage, qui ne s’est pas démenti quelles que soient les circonstances, qu’il doit ce statut de « langue propre ». Le castillan y apparaît en creux, puisque la référence unique au catalan l’exclut, sa présence en Catalogne n’étant que l’œuvre de la « imposició legal » (ibid.) de la part de l’État espagnol. C’est donc un concept qui donne une valeur ajoutée à la langue à laquelle il est appliqué.

  • 3 « Donc, le concept de langue propre appliqué au catalan contraint les pouvoirs publics et les inst (...)
  • 4 « Le catalan, en tant que langue propre de la Catalogne, est aussi la langue propre de la Generali (...)

6La loi de politique linguistique de 1998 clarifie les retombées pratiques d’un tel concept : « Així, el concepte de llengua pròpia aplicat a la catalana obliga els poders públics i les institucions de Catalunya a protegir-la, a usar-la de manera general i a promoure’n l’ús públic a tots els nivells3 » (ibid. : 10). Ainsi, alors que le principe de co-officialité établit l’égalité juridique des deux langues, celui de « langue propre » établirait quant à lui une sorte de discrimination positive à l’endroit de la langue concernée, une sorte de préférence nationale induisant une action de normalisation et un usage privilégié, qui n’obligerait que les administrations publiques, les citoyens restant soumis au principe de co-officialité qui établit, entre autres choses, l’égalité juridique des deux langues reconnues et le principe de non-discrimination linguistique à l’égard des citoyens. C’est bien ce que l’on peut constater dans le corps du texte des deux lois de 1983 et 1998, où chaque titre correspondant à un domaine d’usage (usage officiel, enseignement, médias) commence par l’énoncé du caractère de langue propre du catalan dans le domaine concerné, par exemple : « El catalán, como lengua propia de Cataluña, lo es también de la Generalitat y de la Administración territorial catalana, de la Administración local y de las demás corporaciones públicas dependientes de la Generalitat4 » (LNL 1989 : 6). L’énoncé de ce principe permet de décliner les domaines dans lesquels il est actif et justifie les mesures de normalisation qui y sont prises.

7Cependant, même si le caractère contraignant de ce concept ne s’exerce que sur les personnels attachés à remplir une mission de service public, les « obligeant » en quelque sorte à utiliser le catalan en toutes circonstances et par défaut (l’usage du castillan restant une option destinée à répondre à une demande ponctuelle des citoyens), il est évident qu’il y a, de façon sous-jacente, une volonté d’influencer les usages linguistiques des citoyens catalans. L’objectif affiché est ainsi de faire du catalan la langue propre non plus seulement des différentes administrations, mais celle de tous les Catalans au terme d’une hypothétique normalisation de la langue.

Le concept de « langue propre » dans l’enseignement « bilingue »

8La politique de normalisation du catalan s’est appuyée sur plusieurs domaines, dont le détail apparaît dans les lois à caractère linguistique. Bien évidemment, l’usage prescriptif du catalan en tant que « langue propre » dans les institutions, bien qu’il soit effectivement entré en application, reste en quelque sorte de l’ordre du symbolique ; son incidence sur les usages linguistiques risquait d’être limitée, de même que les chances de changement de langue de la masse castillanophone, qui elle ne subissait pas de contrainte linguistique. Ainsi, dans le cadre de la politique linguistique catalane, l’enseignement revêt une signification particulière. En effet, en tant que pourvoyeur de compétence linguistique et formateur des esprits, il était le seul à pouvoir construire chez les futurs citoyens de nouvelles fidélités tant idéologiques, territoriales que linguistiques, susceptibles de favoriser un changement de code. Lesdites fidélités correspondaient à l’idée de nation que se faisaient les législateurs d’alors de la Catalogne, dont les piliers sont un territoire, une histoire, une langue. La formation idéologico-linguistique dispensée dans les établissements visait à orienter les usages linguistiques dans le sens d’une perpétuation du catalan, élément identitaire saillant. En conséquence, le concept de « langue propre » traduit en quelque sorte un processus de (re)nationalisation du territoire par la langue, dont le vecteur principal est l’enseignement.

  • 5 « Les établissements scolaires, quel que soit leur niveau, doivent faire du catalan la langue véhi (...)
  • 6 « Le corps enseignant des établissements scolaires de Catalogne, quel que soit le niveau de l’ense (...)
  • 7 « Les établissements scolaires, quel que soit leur niveau, doivent faire du catalan la langue véhi (...)
  • 8 « Le catalan doit être utilisé normalement comme langue véhiculaire et d’apprentissage dans l’ense (...)

9Le milieu éducatif catalan représente à cet égard un microcosme dont le fonctionnement linguistique, dans une perspective de normalisation de la langue, reproduit celui de la société au sens large. Comme le laissent entendre le Titre II de la loi de normalisation linguistique et le Chapitre III de la loi de politique linguistique, le caractère de langue propre du catalan affecte pleinement tous les membres de la communauté éducative ; à la fois le personnel administratif (« Els centres d’ensenyament de qualsevol grau han de fer del català el vehicle d’expressió normal en llurs activitats […] administratives, tan les internes com les externes5 »). Les enseignants, qui sont soumis, d’une part à l’exigence de connaître les deux langues officielles : « El professorat dels centres docents de Catalunya de qualsevol nivell de l’ensenyament no universitari ha de conèixer les dues llengües oficials i ha d’estar en condicions de poder fer-ne ús en la tasca décent6 », et, d’autre part, à celle de l’usage par défaut du catalan, rappelé à plusieurs reprises (« Els centres d’ensenyament de qualsevol grau han de fer del català el vehicle d’expressió normal en llurs activitats docents7 », « El català s’ha d’utilitzar normalment com a llengua vehicular i d’aprenentatge en l’ensenyament no universtari8 »).

  • 9 Idem.

10En revanche, les élèves, à l’instar des citoyens, ne sont pas assujettis à cette contrainte, et peuvent faire jouer leur droit à ne pas être discriminés en raison de la langue qu’ils utilisent ; cela se traduit pour eux par le droit d’utiliser indifféremment le catalan ou le castillan et par celui de suivre un enseignement en castillan pour les castillanophones. Ce droit est cependant limité dans le temps, car il est restreint aux toutes premières années de scolarisation. La mesure phare est en effet que, de par son caractère de langue propre, « el català s’ha d’utilitzar normalment com a llengua vehicular i d’aprenentatge en l’ensenyament no universitari9. » En cela, le principe de préférence est respecté. Finalement, à l’instar de la société civile, le législateur a fait le pari d’une « contagion » linguistique des catalanophones sur les castillanophones, en instaurant une mesure de non-ségrégation des élèves en raison de leur langue habituelle.

11Pour résumer, le concept de langue propre dans le milieu éducatif catalan se traduit par :

  • Un usage préférentiel, voire exclusif, du catalan :
    • chez les personnels enseignants ;
    • chez les personnels administratifs ;
    • à tous les niveaux de l’enseignement non universitaire ;
    • dans tous les établissements, quel que soit leur statut juridique.
  • Un usage du castillan à la demande, qui reste optionnel ou secondaire, au regard de sa qualité de langue officielle.
  • Des mesures de normalisation linguistique, de promotion de la langue catalane.

12Cependant, au départ, le statut de « langue propre » du catalan dans l’enseignement revêtait davantage un caractère symbolique qu’effectif. Sa présence y était en effet extrêmement limitée aussi bien dans les cursus (souvent en tant que matière optionnelle grâce notamment à la LGE de 1970) que dans son usage chez les enseignants et personnels administratifs, un déficit d’alphabétisation pouvant être imputé à la longue période d’interdiction en Espagne de son usage public et de son apprentissage formalisé. Ainsi, le caractère de langue propre pour le catalan, proclamé dès 1979, était ambivalent dans le sens où il représentait alors davantage dans ses objectifs le terme d’un programme de normalisation linguistique qu’une situation de fait. En même temps, c’est aussi ce statut bien réel, qui a permis de mettre en place la politique de normalisation du catalan.

13Le statut « idéal » que dévoilent donc les deux lois de politique linguistique lié à celui de « langue propre », est donc celui d’une langue qui, dans l’enseignement en particulier, bénéficierait d’un traitement préférentiel, puisque son usage serait prescriptif, alors que celui du castillan ne le serait pas.

14Depuis 1983, la politique de « nationalisation » des élèves intégrés au cursus catalan a connu diverses étapes. Celles-ci se sont succédées dans un ordre de progression impliquant une montée en puissance du processus de « nationalisation » ; celui-ci a été à son tour contraint par les difficultés du moment, qui se sont surtout manifestées dans les premiers temps en termes de déficit de moyens. Concernant l’usage véhiculaire du catalan, l’idéal de langue propre était théoriquement applicable dès 1980, puisque le maximum légal était fixé à toutes les matières sauf les langues vivantes autres que le catalan. Cela dit, sa mise en pratique s’avère impossible à cette date, en raison d’un manque de moyens patents. Malgré tout, le maximum possible (statut idéal de « langue propre ») a été fixé dès le départ. Ce qui est donc intéressant à observer, c’est l’évolution des minima légaux qui représentent davantage la réalité de l’évolution du statut de « langue propre ».

  • 10 BUP : Bachillerato Unificado Polivalente (enseignement post-obligatoire).

15La première étape a été en 1980 de rendre obligatoire l’enseignement du catalan. Cette première étape a constitué le socle de tout le processus d’actualisation du caractère de « langue propre » du catalan dans l’enseignement, puisqu’il permettait d’alphabétiser les élèves de manière à développer par la suite son usage véhiculaire. Cet usage a pu se développer dès 1982, par l’imposition d’un enseignement minimal en catalan, concenant une ou deux matières (en plus de l’enseignement de la langue) et, le cas échéant, de la littérature catalane selon les niveaux ; les matières concernées par cet usage véhiculaire étaient les sciences sociales ou sciences naturelles pour la deuxième étape de l’enseignement général obligatoire, ces deux mêmes matières pour la troisième et dernière étape, deux matières au choix (sciences naturelles, dessin, histoire ou maths) pour le BUP10, et deux matières au choix dans le domaine technologico-pratique, dans le tronc commun ou dans les sciences appliquées pour la formation professionnelle. C’est le processus de « nationalisation linguistique » qui commençait ainsi à se mettre en place ; premièrement, par l’augmentation du quota du catalan dans les cursus, destinée à améliorer la compétence linguistique des élèves ; deuxièmement, par un travail sur les attitudes des élèves qui pouvaient désormais apprécier, à travers le choix de matières et de champs disciplinaires très divers (sciences, arts, sciences humaines), la polyvalence du catalan, à l’instar du castillan. La valorisation de ces matières pouvait dès lors se voir transférée au catalan qui en était le support. Ce choix tactique satisfaisait aux besoins d’une « nationalisation » liguistique progressive, et surtout il permettait, finalement, de compléter un processus de « nationalisation » plus général, par l’entremise de l’enseignement en catalan de l’histoire-géographie (sciences sociales) et/ou des sciences naturelles. En effet, les contenus d’enseignement en histoire permettaient et permettent toujours d’inscrire la nation catalane dans un territoire doté d’une histoire propre ; ceux de géographie et de sciences naturelles permettent d’ancrer la nation catalane dans un milieu particulier et de le rendre familier aux élèves. Qu’il s’agisse d’histoire, de géographie ou de sciences naturelles, le trait d’union de ces enseignements est la langue catalane, qui en est le support véhiculaire : les différentes composantes de ce qui constitue aux yeux des nationalistes (catalans) les traits identitaires de la Catalogne se trouvent ainsi réunis sous l’égide de la langue qui en est le symbole fort. Ce minimum légal ne subira plus aucune révision et se maintiendra en l’état tout au long des années quatre-vingt.

16Mis à part ces mesures importantes en faveur de la normalisation du catalan, les années quatre-vingt ont vu la mise en place d’un dispositif de premier ordre : celui des classes d’immersion. Le programme retenu par les autorités éducatives était celui d’une immersion précoce et totale. Il était adressé au fort contingent d’enfants dont la langue habituelle était le castillan, et pour lesquels les parents risquaient de demander, tel que le prévoyait la loi, un enseignement en castillan au cours des premières années de leur scolarisation, c’est-à-dire depuis la maternelle jusqu’au premier cycle de l’EGB. Ce dispositif législatif adopté par la Catalogne représentait cependant un risque, celui de retarder l’accès au trait principal de la catalanité, et partant son éventuelle appropriation. Ainsi, parallèlement au système traditionnel, a été proposée aux familles castillanophones une scolarisation sous le sceau du volontariat dans des classes d’immersion en catalan. L’immersion totale et précoce est probablement le système qui convenait le mieux aux objectifs de la Catalogne, car c’est vraisemblablement le type d’enseignement dit « bilingue » le plus efficace quant à l’acquisition d’un bon niveau de compétence linguistique dans la langue de scolarisation et quant à un éventuel rapprochement avec le groupe d’accueil – tout en permettant aux élèves, d’un point de vue identitaire, de conserver leur ancrage dans leur groupe de référence. C’est le modèle par excellence du bilinguisme et du biculturalisme. Rétrospectivement, on peut considérer que ce système a été une réussite, puisqu’il a permis de scolariser en catalan un contingent important d’enfants castillanophones qui s’y sont ralliés massivement car, contrairement à bon nombre de langues en situation minoritaire, le catalan était déjà perçu comme une langue prestigieuse et nécessaire. De la sorte, l’idéal du catalan comme langue propre du milieu éducatif commençait à se concrétiser pour l’ensemble de ses acteurs.

  • 11 ESO : Ensenyament Secundàri obligàtori (Enseignement Secondaire Obligatoire).

17La seconde étape a commencé en 1992 et s’est achevée en 1996. Elle a d’abord concerné tous les niveaux obligatoires de l’éducation (éducation primaire et ESO11). À partir de 1992, l’immersion en catalan, qui fonctionnait sur la base du volontariat, est devenue obligatoire pour tous. Véritable révolution en apparence, cette décision n’entraînait pas de réel bouleversement du point de vue des effectifs, puisque l’immersion s’était (pratiquement) généralisée dans les faits. Cela étant, les parents n’avaient désormais plus le choix de la langue de scolarisation de leurs enfants, puisque le castillan véhiculaire était banni des premiers niveaux. Il ne restait plus comme espace à cette langue que la matière de langue et littérature espagnole, dont le volume horaire a varié au cours des années de trois heures à deux heures. Cette évolution du statut de l’immersion s’est faite sans heurt majeur dans la société catalane du fait de l’habile préparation des années quatre-vingt.

18Cette même année 1992, le minimum légal dans les niveaux post-obligatoires a été revu à la hausse. Il s’est désormais exprimé, non plus en termes de matières mais de volumes horaires hebdomadaires minimaux en catalan (entre, au moins, cinq et six heures), en plus de l’enseignement de la langue. Cette étape transitoire n’a duré que quatre ans, puisqu’en 1996 le minimum et le maximum légaux se sont rejoints pour tous les niveaux éducatifs, le catalan étant désormais la seule langue véhiculaire du système éducatif catalan, hormis pour l’enseignement des autres langues. À partir de 1996, le catalan est véritablement devenu la langue propre de l’enseignement ; l’objectif était donc théoriquement atteint.

La « langue propre » : un concept à l’usage des minoritaires

  • 12 Estudi sociodemogràfic i lingüístic de l’alumnat de 4t d’ESO de Catalunya. Avaluació de l’educació (...)
  • 13 Selon le type de compétence, il se situe entre 80 % et 96 %.

19Bien que les objectifs inhérents au concept de langue propre pour le catalan semblent atteints, que le catalan soit devenu la langue dominante dans l’enseignement, au point de donner l’illusion d’un système éducatif construit sur le modèle de ceux des États-nations (en raison de la présence anecdotique du castillan, chiffrable à deux heures hebdomadaires, correspondant à peine à celle d’une langue étrangère), il reste cependant quelques ombres au tableau. En effet, le catalan n’est toujours pas dans les faits la langue propre du secteur éducatif, car, selon une première enquête réalisée par CSASE en 2006 (CSASE 2008)12, seize ans après la généralisation du principe de l’immersion pour l’ESO, seuls 63,6 % des enseignants utilisent constamment le catalan en classe (ibid. : 61), le matériel scolaire utilisé en catalan l’est dans des proportions variant selon la nature du support, de 65 % à 79 % (ibid. : 66). D’autre part, l’un des acteurs du milieu scolaire n’a pas encore majoritairement accueilli le catalan comme langue propre, c’est-à-dire comme langue préférentielle voire exclusive dans ses actes de communication : le public scolaire. Celui-ci, qui n’est pas contraint par la loi à utiliser le catalan, mais en a seulement le droit, ne semble pas avoir répondu dans le sens espéré des autorités éducatives. Selon diverses études réalisées en milieu scolaire, dont celle d’Ana Torrijos (Torrijos 2008), le niveau très élevé de compétence linguistique acquis par les élèves13 n’a pas eu une traduction équivalente en terme d’usages linguistiques, puisque 39,7 % des jeunes de 15 à 29 ans doivent avoir le catalan comme langue première, que 44,7 % le considèrent comme leur langue propre et que 44,4 % l’ont comme langue habituelle ; chiffres en deçà de ceux de l’ensemble de la population (respectivement 40,4 %, 48,8 % et 50,1 %). L’étude du CSASE (CSASE 2008 : 62-69) réalisée auprès d’élèves en dernière année de l’ESO (4t d’ESO) – niveau auquel le catalan est la seule langue véhiculaire depuis 1992 – confortant cette affirmation, montre que l’usage du catalan par les élèves tend à diminuer à mesure que le cadre de communication devient moins institutionnel et donc moins contraint ; ainsi, il est le plus élevé dans les échanges ayant lieu dans le cadre de la classe, lors des examens (82,3 %), avec les enseignants (56 %), mais il est moindre avec le personnel administratif (45,2 %), et il atteint son plus bas niveau dans les échanges entre amis aussi bien en dehors qu’à l’intérieur de l’enceinte de l’établissement avec une moyenne de 50 % de jeunes qui n’utilisent jamais le catalan.

  • 14 « Bien que la compétence linguistique chez les jeunes d’aujourd’hui ait augmenté, il ne s’est pas (...)
  • 15 « Il faut revoir la question de la compétence parfaite dans les deux langues des jeunes de Catalog (...)

20Par ailleurs, Ana Torrijos montre que la langue habituelle est généralement la même que la langue première. Concernant un éventuel changement de langue, elle confirme, à travers son étude, les observations faites en son temps par Emili Boix (Boix 1993) qui mettaient en évidence deux facteurs prédominants dans le changement de langue : la compétence linguistique et l’identité linguistique des locuteurs. Or, A. Torrijos, reprenant les conclusions d’Emili Boix, fait un constat d’échec global, qui remet indirectement en cause l’efficacité du milieu éducatif lorsqu’elle constate que : « tot i que ha augmentat la competència lingüística entre els joves actuals no s’ha donat una correspondència en els usos. Així doncs, […] hi ha una influència important d’aspectes identitaris en l’ús d’una légua14 » (Torrijos 2008 : 13), tout en soulignant que : « Cal revisar la qüestió sobre la plena competència en ambdues llengües dels joves a Catalunya. La competència lingüística que s’adquireix a l’escola i la competència necessària per tal d’utilitzar una llengua amb normalitat a la vida quotidiana no es corresponen15 » (ibid. : 14).

  • 16 « Les jeunes des deux groupes se montrent critiques avec les discours qui, historiquement en Catal (...)

21Les aspects identitaires traditionnels liés à la langue catalane sont par ailleurs globalement déconsidérés auprès de ces jeunes, quelle que soit leur langue habituelle : « Els joves dels dos grups són crítics amb els discursos que històricament a Catalunya han volgut vincular les llengües a qüestions d’ideologia16 » (ibid. : 12-13). Le milieu éducatif catalan, malgré une influence incontestable mais plus limitée qu’il n’y paraît, n’a donc pas tenu tous ses paris ; mais peut-il seulement les tenir, puisqu’il n’est jamais cité comme facteur de changement de code linguistique ? Peut-il les tenir face à la concurrence de la langue espagnole, qui reste la langue d’une identité forte, qui jouit d’un pouvoir d’attraction, entre autre socio-professionnel, plus important que le catalan, lui-même devancé par l’anglais ? Pour A. Torrijos rien n’est encore perdu, car :

Així doncs, contextos individuals com la competència lingüística, contextos col. lectius com l’entorn lingüístic i contextos socials com les normes o l’oferta lingüística de les indústries culturals son factors que, més enllà de les característiques d’un jove concret, influencien els usos lingüístics dels joves a Catalunya. Les possibilitats de canvi d’aquests vindràn donades pels canvis a cada factor. (ibid. : 17)

22Mais l’enseignement a-t-il encore un rôle à jouer ? En tout état de cause, le concept de « langue propre » reste un statut dont le caractère symbolique, dans des proportions variables, a toute sa place.

23Quoi qu’il en soit, et comme semblent devoir le montrer les différentes études, la normalisation du catalan via le milieu éducatif semble être à bout de souffle, et se traduit par une domination plus symbolique que réelle, qui ne parvient pas à venir à bout de la domination du castillan. À cet égard, il semblerait que le concept de « langue propre » ait du mal à libérer le catalan du stigmate de la subordination, et peut-être même pourrait-on avancer que, paradoxalement, il porte intrinsèquement la marque du minoritaire, de par son origine et son utilisation.

24En premier lieu, ce concept novateur, créé de toutes pièces par les législateurs catalans, semble devoir en concurrencer un autre : celui de langue nationale. C’est ce qui transparaît plus particulièrement dans le préambule de la loi de politique linguistique de 1998, où pour ne pas employer le substantif « nation », le législateur utilise l’expression équivalente de « personalitat nacional de Catalunya ». La langue catalane étant définie comme un élément fondamental de ladite « personnalité nationale », le rapprochement s’impose de lui-même, de telle sorte que le concept de « langue propre » semble devoir doubler celui de « langue nationale ». Bien qu’il y ait certainement des différences sémantiques entre les deux concepts, le premier apparaîtrait volontiers comme un ersatz du second, à l’instar de celui de « nationalité (historique) », vague synonyme édulcoré de « nation ». Sans doute le concept de « langue propre » a-t-il été conçu pour contourner l’obstacle de l’État espagnol qui s’oppose à la reconnaissance de ses autonomies en tant que nations, aussi bien par ce subterfuge formel que par celui de la nébuleuse sémantique qui règne autour du concept. Dans cette hypothèse, il y aurait donc, inscrites dans le concept même la domination de l’État et la subordination de la Catalogne et de sa langue. D’autre part, la domination du castillan apparaît en creux dans le concept même, puisque les concepts de langue propre et de normalisation ayant partie liée, le premier ne peut, a priori, s’appliquer qu’à une langue en voie de normalisation, c’est-à-dire en position basse dans le schéma diglossique.

25Curieusement, l’aspect minoritaire inhérent au concept de « langue propre » est aussi lié à son succès en dehors de la Catalogne. Ce succès lui a valu d’être exporté vers les autres Communautés autonomes dites bilingues de l’État espagnol, à savoir le Pays basque, la Galice, la Communauté valencienne et les Îles Baléares ; c’est-à-dire des territoires où existe une langue en position minoritaire. Bien que l’on puisse lire occasionnellement depuis la périphérie que le castillan est la langue propre de certaines Communautés autonomes (Vernet 2003 : 128), c’est un concept qui s’est enraciné dans des espaces minoritaires pour des langues minoritaires, sans aucune reconnaissance juridique extérieure.

  • 17 « Un des facteurs fondamentaux de cette récupération est la langue, car elle est le noyau vital de (...)
  • 18 « Il s’agit de reconnaître le basque comme étant le signe le plus visible et objectif d’identité d (...)

26L’usage qu’en font les Communautés autonomes citées n’est pas non plus propice à le démarquer de cet espace minoritaire dans lequel il tend à être confiné. L’indéfinition du concept qui a présidé à sa naissance, s’est traduite par un dévoiement dans l’utilisation qu’en ont fait les homologues de la Catalogne. Certes, au vu des statuts d’autonomie et des principes généraux énoncés dans les différentes lois toutes dites de « normalisation linguistique », il n’y a pas de différence majeure. Dans toutes ces lois, on retrouve le même principe de la « langue propre » comme trait identitaire fondamental, pour la Galice : « un dos factores fundamentais desa recuperacion é a lingua, por ser-lo núcleo vital da nosa identidade17 » (Lei 3/1983) ; pour le Pays basque : « se trata de reconocer el euskera como el signo más visible y objetivo de identidad de nuestra comunidad18 » (Ley básica de normalización del uso del euskera 1983 : 11), la hiérarchie entre langue propre et langues officielles, le principe de non-discrimination envers les citoyens… En revanche, dans le détail, l’usage du concept de « langue propre » est symptomatique d’approches parfois très éloignées les unes des autres et dont le milieu éducatif est le principal témoin.

27L’usage qu’en fait par exemple la Galice est significatif d’une orientation du concept aux antipodes de la Catalogne. Les autorités galiciennes ont choisi de privilégier comme ultime objectif une présence au mieux paritaire du galicien et du castillan, au pire déséquilibrée en faveur du castillan, sur la base de la primauté du principe d’officialité par rapport à celui de « langue propre », en établissant l’égalité juridique du galicien et du castillan. Cette égalité juridique s’est traduite directement par un modèle idéalement paritaire, et plus prosaïquement par un modèle qui consacre la subordination du galicien. Le seul point commun qui subsiste avec la Catalogne est la légitimation, grâce au concept de « langue propre », d’une politique de normalisation linguistique.

28Ainsi, chaque Communauté autonome s’est donnée la possibilité d’appréhender le concept de « langue propre », en tant que porteur d’un projet de société que son application en milieu éducatif explicite. Tant l’orientation du concept de « langue propre » que celle du projet de société, qui ont partie liée, sont redevables à l’idéologie politique, car on peut observer que tous deux acquièrent une valeur irrédentiste (dans le sens de Mackey), lorsqu’ils ont été promus dans des Communautés autonomes gouvernées par des nationalistes locaux (Catalogne et Pays basque) ; à l’inverse, c’est dans les Communautés autonomes gouvernées par des espagnolistes (comme en Galice jusqu’en 2004) que sa valeur première tend à se déliter. C’est donc avant tout un concept en prise avec le politique avant d’être juridique.

29Enseignement et concept de langue propre : la conjonction de ces deux objets en interaction, destinés à créer un espace où la langue catalane aurait dû se défaire de son caractère de minoritaire, n’a pas été à la hauteur des espérances. Les résultats concrets de son application dans l’enseignement témoignent des limites que le concept rencontre et de son impuissance à atteindre un idéal habité par la nostalgie de l’impossible État-nation et de l’utopique exclusivité de fait, et non de droit, du catalan. Ancré dans l’univers minoritaire, le concept de « langue propre » et le catalan dans son sillage a peu de chances d’en sortir ; de ce fait, et en marge des avancées qu’il a immanquablement permises, n’y aurait-il pas derrière ce concept en voie de construction, plus qu’un objectif à atteindre somme toute illusoire, une volonté de se donner une certaine visibilité, en se construisant une réalité (pseudo-) juridique à l’échelle minoritaire, un droit des Nations sans État ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Ley básica de normalización del uso del euskera, Gobierno vasco, 1983.

Lei 3/1983, do 15 de xuño de normalización lingüística, DOG, no 84, 14/07/1983.

Boix Emili (1993), Triar no es traïr, Barcelona, Edicions 62.

CSASE (2008), Estudi sociodemogràfic i lingüístic de l’alumnat de 4t d’ESO de Catalunya. Avaluació de l’educació secundària obligatòria, Generalitat de Catalunya, 2008.

Generalitat de Catalunya (1998), Llei 1/1998, de 7 de gener, de política lingüística.

---- (1989), Ley de Normalización Lingüística en Cataluña.

Torrijos Ana (2008), «Caracterització sociolingüística dels joves de Catalunya: un model explicatiu dels usos lingüístics», Noves, Revista de sociolingüística.

Vernet Jaume (coord.) (2003), Dret lingüístic, Cossetània edicions, Universitat Rovira i Virgili.

Notes

1 « Cette loi développe les concepts juridiques de langue propre et de langue officielle […] » (traduction personnelle).

2 « La langue catalane est un élément essentiel de la formation et de la personnalité nationale de la Catalogne […]. Forgée originairement dans le territoire de la Catalogne […] la langue catalane a toujours été la langue propre du pays. »

3 « Donc, le concept de langue propre appliqué au catalan contraint les pouvoirs publics et les institutions de la Catalogne à le protéger, à généralement l’utiliser et à en promouvoir l’usage public à tous les niveaux. » (traduction personnelle).

4 « Le catalan, en tant que langue propre de la Catalogne, est aussi la langue propre de la Generalitat et de l’administration territoriale catalane, de l’administration locale ainsi que des autres corporations publiques dépendant de la Generalitat. » (traduction personnelle).

5 « Les établissements scolaires, quel que soit leur niveau, doivent faire du catalan la langue véhiculaire normale de leurs activités […] administratives, aussi bien internes qu’externes. » (traduction personnelle).

6 « Le corps enseignant des établissements scolaires de Catalogne, quel que soit le niveau de l’enseignement non universitaire auquel il exerce, doit connaître les deux langues officielles et doit être en condition de les utiliser dans ses activités de classe. » (traduction personnelle).

7 « Les établissements scolaires, quel que soit leur niveau, doivent faire du catalan la langue véhiculaire normale dans leurs activités de classe. » (traduction personnelle).

8 « Le catalan doit être utilisé normalement comme langue véhiculaire et d’apprentissage dans l’enseignement non universitaire. » (traduction personnelle).

9 Idem.

10 BUP : Bachillerato Unificado Polivalente (enseignement post-obligatoire).

11 ESO : Ensenyament Secundàri obligàtori (Enseignement Secondaire Obligatoire).

12 Estudi sociodemogràfic i lingüístic de l’alumnat de 4t d’ESO de Catalunya. Avaluació de l’educació secundària obligatòria, CSASE, Generalitat de Catalunya, 2008.

13 Selon le type de compétence, il se situe entre 80 % et 96 %.

14 « Bien que la compétence linguistique chez les jeunes d’aujourd’hui ait augmenté, il ne s’est pas produit la même chose au niveau des usages. Donc […] il y a une influence importante des critères identitaires dans l’usage d’une langue. » (traduction personnelle).

15 « Il faut revoir la question de la compétence parfaite dans les deux langues des jeunes de Catalogne. Il n’y a pas de correspondance entre la compétence linguistique acquise à l’école et la compétence nécessaire pour utiliser normalement une langue dans la vie quotidienne. » (traduction personnelle).

16 « Les jeunes des deux groupes se montrent critiques avec les discours qui, historiquement en Catalogne, ont fait l’amalgame entre les langues et les questions d’idéologie. » (traduction personnelle).

17 « Un des facteurs fondamentaux de cette récupération est la langue, car elle est le noyau vital de notre identité. » (traduction personnelle).

18 « Il s’agit de reconnaître le basque comme étant le signe le plus visible et objectif d’identité de notre communauté. » (traduction personnelle).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search