Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Deuxième Partie. Influence économique, goût et mœurs françaises en Europe centrale

12. Les produits français dans l’offre des commerçants varsoviens de la seconde moitié du xviiie siècle

Dariusz Główka

Texte intégral

1L’un des aspects de l’influence exercée par la civilisation française aux XVIIe et XVIIIe siècles était la formation des modèles de vie, adaptés ensuite en Europe, y compris la Res Publica nobiliaire. Je me propose d’établir ici quels produits, cités dans les sources comme « français », figuraient dans l’offre des commerçants varsoviens du temps du règne de Stanislas II Auguste Poniatowski. La noblesse polonaise dans son train de vie, à l’opposé de la cour royale cosmopolite, prisait ce qui était indigène, mais en même temps parmi les biens consommés, achetés ou possédés se trouvaient des objets étrangers : français, anglais, allemands et orientaux. Plus d’une fois dans les ouvrages concernant ce sujet on signalait la présence, paradoxale en quelque sorte, des produits venant de l’étranger parmi les biens meubles de la noblesse. Répondre à la question « comment s’étaient-ils trouvés en possession des nobles et des bourgeois ? », voilà le projet de notre recherche.

2L’assimilation des modèles de consommation et de la mode créée en France par les milieux de la noblesse et d’une partie des bourgeois de la Res Publica s’opérait par l’intermédiaire de trois centres. Le plus haut, tant dans le sens de sa situation dans la hiérarchie sociale que du niveau des comportements culturels qu’il transmettait, était très certainement la cour royale, aussi bien sous les règnes d’Auguste II et d’Auguste III, électeurs de Saxe, que de Stanislas Auguste Poniatowski. Des palais et des manoirs de la haute noblesse, situés aussi bien dans la capitale qu’en province, constituaient un autre chaînon, plus épars. Dans les deux centres, la formation du modèle de la réception de la culture française procédait des contacts directs avec Versailles, Paris et leurs artistes et artisans. On prisait ici des choses uniques, particulières, raffinées et qui changeaient bien vite, suivant l’évolution des modèles de culture, des choses qui soulignaient l’appartenance à l’élite. Les produits d’alimentation et les différents articles de mode y arrivaient directement de France, achetés par l’intermédiaire des agents ou bien à l’occasion d’un voyage à Paris. Ils parvenaient également par Gdańsk, à l’époque centre important du commerce européen. Des commerçants qui offraient des objets et des articles recommandés comme « français » jouaient un rôle important dans l’adaptation du train de vie étranger. C’est par ces intermédiaires que les attributs matériels de la « francisation » trouvaient le chemin des demeures moins aisées, des presbytères et des maisons bourgeoises dans toute la Res Publica. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Varsovie, la capitale, grâce à son développement dynamique dans cette période, disposait du marché le plus important de ces produits et devint le troisième centre. Gdańsk, jusqu’ici lieu traditionnel des achats des biens d’importation, a perdu son rang à cause de la politique commerciale de Frédéric II. C’est dans la capitale qu’un cercle plus large d’acheteurs pouvait s’approvisionner en produits français.

3Antoni Magier, l’un des premiers auteurs de l’histoire de Varsovie et, en même temps, témoin oculaire des événements de la fin du XVIIIe siècle, a constaté un peu plus tard dans ses observations écrites qu’à Varsovie sous le règne de Stanislas II Auguste, les commerçants les plus importants étaient les Italiens et les Arméniens, mais il nomme aussi quelques Français. Jean Gautier était propriétaire d’un dépôt de draps rue Świętojańska, Jacques Perrosier était confiseur, Denoyer tenait un commerce de soieries et de tissus, Jean Baptiste Nazon vendait de la moutarde, des parures de plumes pour dames et des parfums. Les dépôts, c’est-à-dire les premiers grands magasins, appartenaient aux Français : Jacques et Jean Rousseau, André, Jean Joseph Chaudoirre, Richard, Toussain. Les libraires varsoviens renommés, Pierre Dufour et les frères Gay, sont également venus de France. Le nombre des commerçants qui offraient des articles d’importation était considérable, on en a la preuve avec l’information que, en 1781, les marchandises commandées par 181 marchands n’étaient pas contrôlées à la frontière, mais seulement au bureau de douane à Varsovie. Nous ne disposons pas, hélas, de sources qui auraient documenté leur activité commerciale.

4Je tâcherai néanmoins de reconstruire, ne serait-ce que partiellement, l’offre commerciale, me fondant sur les inventaires de biens après décès, notés dans les registres du tribunal de l’ancienne Varsovie des années 1758-1795. Parmi un nombre indéterminé de marchands qui tenaient, selon l’appellation de l’époque, un commerce d’épices, il y en avait onze qui vendaient du vin défini généralement comme « français » ou bien décrit par son nom de genre. Chez sept d’entre eux, divers vins dits « français » l’emportaient – tant par la quantité que par la valeur – sur les vins hongrois, rhénans et espagnols. Les vins dits « français » n’étaient pas chers, un zloty la bouteille, mais les vins de Bourgogne valaient plus, de deux à six zlotys, de même que les vins de Champagne, de quatre à six zlotys. Ne sont mentionnés que rarement les vins de Corse et de Loupiac et des bouteilles du Médoc et Pontac (respectivement quatorze et seize bouteilles). On citait aussi une boisson nommée « vodka française » qui pouvait être du cognac. Les mentions concernant des prix bas correspondent aux opinions des chercheurs quant à la basse qualité du vin « français » vendu le plus souvent. Il serait difficile d’évaluer le niveau de consommation des vins de France à partir des listes de marchandises des inventaires après décès. Il semble toutefois que des provisions importantes signalées dans certains de ces documents laissent penser que les propriétaires des magasins devaient être sûrs de pouvoir les écouler en grande quantité. Ces prévisions ne se sont pas avérées toujours justes, car par exemple en 1785, après la mort de Jean Charles Frantz, on a compté 260 bouteilles de bourgogne gâté. Les vins « français » n’étaient pas très appréciés, ce que confirme la liste des dépenses faites pour le déjeuner offert aux indigents à l’occasion des funérailles de Wojciech Pietraszewski en 1786 : à part l’achat du gruau, des légumes et du poisson, de la bière et de l’eau-de-vie, on a dépensé trois zlotys pour du vin « français ».

5C’est certainement de France que provenait l’huile « de Provence », dont 29 bouteilles à un zloty cinquante la pièce sont notées en 1784 chez Grünheiss. De France probablement provenait aussi le vinaigre de vin, mentionné chez quelques commerçants.

6Les listes des marchandises dont nous disposons aujourd’hui citent bien rarement, contrairement aux inventaires après décès, des tissus « français ». Ce n’est que chez Jan Zieliński, qui vendait « des marchandises de soie et brabançonnes », qualifiées comme « françaises », qu’il y avait en 1758 une bonne dizaine de coudées de taffetas (kitajka) à fleurs et à peu près autant du même tissu en quatre couleurs ainsi qu’une « plume blanche, parisienne ». Trente ans plus tard, Józef Celdner avait quelques dizaines de coudées de gaze « française », blanche et de couleur, dont les prix variaient de un zloty sept grosz à deux zlotys. Une « étoffe française », sans plus de précisions sur sa nature, dont une coudée, suivant la qualité, coûtait de deux à quatre zlotys, est citée une fois seulement chez Józef Jański, en 1792. Des ceintures « parisiennes », vendues jusqu’en 1784 par Stanisław Jędrzejowicz, Porte de Cracovie, près du Château Royal, étaient beaucoup plus chères. Fabriquées en soie brochée d’or et d’argent, elles coûtaient, suivant la qualité, de 54 à 252 zlotys, et leur stock comptait 221 pièces.

7Des cartes à jouer qualifiées de « françaises » figuraient dans l’offre de quelques magasins. On vendait aussi des cartes dites « polonaises », ce qui permet de supposer qu’il ne s’agissait pas forcément de produits importés de France, mais plutôt du type des cartes à jouer dont la mode est venue de France. Sebastian Sonenberg proposait en 1788 quarante douzaines de cartes de bonne qualité, « de qualité supérieure, hambourgeoises françaises », cédées six zlotys. Les cartes polonaises aussi bien que « françaises » se repéraient également dans l’offre de Maciej Gutowski en 1788, et dans celle de Franciszek Mikulski en 1786. La douzaine de cartes « françaises » coûtait vingt zlotys. Elles étaient donc de cinq zlotys plus chères que les « polonaises, de qualité supérieure » et de vingt zlotys plus chères que les « polonaises ordinaires ».

8Le qualificatif « français » désignait aussi les menus produits en métal, en particulier des cadenas « français » dont 54 pièces à la ferronnerie d’Augustyn Lewicki en 1787, et 75 pièces chez Jakub Połtarzewski en 1789. Il ne faut pas oublier les ciseaux « français » proposés en 1784 par la boutique de Bötemanowa.

9Le choix le plus vaste des marchandises dites « françaises » se trouvait chez Jean Rousseau, mort en 1784, l’un des trente-huit marchands pour lesquels j’ai découvert des relevés de marchandises dans les inventaires après décès. Outre une provision importante des vins, y compris de haute qualité, il avait à vendre quatre harnais complets pour l’attelage à deux chevaux et un harnachement pour l’attelage à six chevaux, confectionnés en cuir jaune ou noir, doublé de soie, ornés d’éléments en bronze dorés ou argentés, pour davantage de brillance. Les autres marchandises n’étaient pas désignées comme « françaises » ou « parisiennes », mais on peut très probablement les considérer comme telles. Une commode « en bois rose, plaquée, avec deux petites armoires à l’angle », avec un dessus de marbre valant 700 zlotys, était l’objet le plus précieux du magasin. Une autre commode, également à dessus de marbre, valait 300 zlotys. Le marbre blanc ornait aussi l’une des petites tables. L’inventaire énumère aussi plusieurs objets de moindre valeur, mais néanmoins dignes d’être cités ici, et parmi lesquels des plumes pour orner les chapeaux (dont cinq pour enfants), des couteaux à poignée de bois, une boîte et un réchaud en « argent haché », des chandeliers en fer blanc avec des fleurs en porcelaine, un petit plateau pour des verres à boire, un encrier à socle, une garniture en toile et 39 volants. Remarquons que parmi les créanciers de ce marchand figure un certain Chevalier de Bordeaux. D’après nos constatations, l’offre des magasins était sensiblement moins riche que ce que l’on pourrait déduire des recherches sur l’état des biens de la noblesse de la Grande Pologne ou du clergé paroissial. Cependant, cette réflexion se fonde sur les données qui ne prennent pas en compte des relevés de marchandises des grands établissements de commerce appartenant, entre autres, à Tepper ou Hampel, qui disposaient d’importants stocks de tissus et de vêtements. Ces relevés ne nous sont pas parvenus.

10Je dois signaler ici que je ne m’intéresserai pas au commerce des livres, qui fleurissait à l’époque à Varsovie.

11Je suis certain que le qualificatif « français », employé assez souvent, et que Jarosław Dumanowski a étudié de plus près, était censé relever la valeur de ces objets. Il s’agissait non seulement de la valeur exprimée par le prix, mais aussi de la valeur du signe, du communiqué : voilà ce qui est le dernier cri de la mode parisienne, voilà ce qui correspond à la situation sociale de l’acheteur et à ses ambitions, un objet recherché qui distingue son propriétaire des autres. À Varsovie, dont le marché disposait probablement de plus d’objets considérés comme « français », même s’ils n’étaient pas nombreux, on en parlait avec plus de précision. À mon avis, ceux qui dressaient les inventaires après décès, y compris les relevés des marchandises, profitaient de l’aide d’autres marchands ou artisans, et – puisqu’ils s’y connaissaient en la matière – ils concédaient moins souvent à accorder cette appellation. Citons ici comme preuve l’emploi très rare de ce qualificatif par rapport aux tissus. Les commerçants varsoviens qui vendaient des tissus d’importation étaient présentés comme marchands de « brabançonne ». En revanche, les inventaires des biens de la noblesse et du clergé notaient assez souvent des vêtements en drap « français » par exemple. On peut se demander si cet emploi modéré du qualificatif « français » à Varsovie ne provient pas du fait que l’on en a pris l’habitude et que l’on avait souvent affaire à de la marchandise d’importation ou bien que cette réserve résultait d’une meilleure orientation des marchands de la capitale par rapport à leurs confrères de province moins bien orientés, pour lesquels l’étiquette « français », avec toutes ses connotations, était plus éloquente, plus valorisante.

12Puisque l’examen des registres des tribunaux varsoviens ne m’a pas satisfait, j’ai alors tâché de trouver des traces matérielles du rayonnement de la culture française dans les colonnes de la Gazeta Warszawska (Gazette Varsovienne) qui paraissait durant toutes ces années, et dans le périodique Annonces et Avis divers de Varsovie dont la vie fut bien plus courte. J’ai repéré, dans ces deux titres, 99 mentions concernant des marchandises ou des services offerts par les Français. Et bien que le titre de mon intervention annonce des objets seulement, il ne faut pas oublier que selon F. Braudel « la culture matérielle ce sont les hommes et les choses, les choses et les hommes ». C’est pourquoi il est intéressant de mentionner ici les Français qui venaient à Varsovie ainsi que leurs aptitudes et talents. Ils pouvaient garantir à leurs clients, chose importante, d’être servis conformément aux tendances alors en vogue à Paris. Les Français tenaient à Varsovie des restaurants, appelés en polonais de l’époque traktiernia, où l’on proposait probablement aussi des mets de la cuisine française. On annonçait l’ouverture de quatre établissements de ce genre dans les années 1781-1784. Dans l’un d’eux, on pouvait se régaler « des terrines de pâté froid à la parisienne, en entier ou en morceaux ». Une des redoutes populaires à l’époque, pour lesquelles on vendait des billets, se vantait des repas préparés par le cuisinier français. On pouvait souligner l’élégance et le raffinement de son foyer grâce aux services du stucateur qui, en plâtre mais aussi en plomb et en cuivre, fabriquait « des figures en goût français », ou bien de cet Antoine Robert, arrivé en Pologne en 1784, qui savait « arranger des miroirs avec des fleurs, des lanternes, des Théâtres et des autels ». Les robes en vogue sortaient à Varsovie des mains de Mademoiselle Fabre, citée en 1788, et de Madame Morris, à Varsovie également, mais cinq ans plus tard. Le nom de cette dernière, de sonorité peu française, fut accompagné de la mention « venue de Paris ». Les dames à la page pouvaient se faire coiffer par des spécialistes, comme « Reynal, Français d’origine, et qui coiffe les dames selon le dernier goût français », ou bien Badouin, qui se présentait comme coiffeur « parisien breveté ». Les amateurs varsoviens des inventions scientifiques récentes pouvaient devenir d’éventuels clients du mécanicien Gafour, apparu en Pologne en 1778, qui « à côté des arts physiques […] a des Baromètres et des Thermomètres, des fontaines, perspectives [longues-vues], lunettes ». Quatre ans plus tard, on note : « Galibert, élève du physicien Comus […], vient d’arriver de Paris ».

13Des jardiniers de Lyon et du Dauphiné qui venaient à Varsovie proposaient des semences, des semis de fleurs et des arbres fruitiers, mais aussi des collections de minéraux, comme ce fut le cas de Liolot en provenance de Lyon en 1788. Parfois, c’étaient seulement des commerçants de transit, qui essayaient de vendre dans la capitale des articles représentatifs de la production française. Ainsi, en 1766, dans le palais de la famille Pociej, où les marchands pouvaient louer des locaux commerciaux, Maréchal, négociant parisien, offrait des « chandeliers, seaux à rafraîchir du vin, épées, manchettes de plumes, cache-col de femme, boucles, carrosse ». En 1789, Ernest Debua (Dubois ?) vendait, rue Furmańska, des vins « français de genres divers ».

14Dans les deux périodiques explorés, il y avait des annonces de vente d’articles alimentaires et de marchandises « françaises ». À neuf reprises, il y est question de vin. Entre autres marchandises, il y avait des cartes à jouer et des estampes en taille-douce (dans cinq annonces), des horloges (deux annonces), ainsi que des meubles, des garnitures, des papiers peints, des produits de beauté comme « l’eau virginale de Paris », très en vogue à l’époque, ou bien une « pommade à la Sultane pour le visage inventée par Mr Dulac Parfumeur de la reine de France » ; de l’esprit de savon, du baume pour les plaies, une boule pour aiguiser les rasoirs, des clous de métal parisiens, du vinaigre de vin et du tabac (provenant de Saint-Omer et de Paris). Les nouvelles de Varsovie annoncent parfois des ventes aux enchères des affaires usagées, parmi lesquelles des objets décrits comme « français ». Le plus souvent, on essayait de vendre des carrosses luxueux (quinze annonces), mais on y trouvait aussi l’offre de deux calèches, sans parler d’une montre et de meubles (plusieurs petites tables, un bureau et une bibliothèque aux tablettes de marbre).

15Dans 36 annonces de presse, c’est-à-dire assez fréquemment, l’appellation « français » était remplacée par « parisien ». On employait parfois l’expression « goût parisien », probablement par rapport à un style imitant des produits venant de la capitale française, notamment pour des habits, des fleurs artificielles et des lampes.

16L’analyse des petites annonces varsoviennes permet de constater que les marchandises françaises rivalisaient avec les produits anglais. Les nouveaux venus s’en rendaient compte et soulignaient leur appartenance aussi bien au milieu culturel français qu’au milieu culturel anglais. Voilà deux annonces qui en sont la preuve : dans l’une d’elles, nous lisons que Badouin, dont nous avons parlé plus haut, coiffeur « parisien breveté », est « venu à Varsovie de Londres. Il frise les cheveux dans le goût le plus récent ». C’est en 1785 qu’un « Français récemment venu d’Angleterre » offrait une boule à aiguiser les rasoirs et de l’eau virginale : on peut supposer que ceci devait servir de recommandation de la haute qualité et du raffinement, unissant le bon goût inné aux tendances les plus actuelles de la mode.

17L’analyse des relevés des marchandises qui se trouvent dans les inventaires après décès des commerçants varsoviens mais aussi l’étude des annonces publicitaires confirment l’idée que Varsovie jouait un rôle important dans l’assimilation des déterminants matériels du mode de vie français. Les carrosses coûteux et les ceintures brochées d’or correspondaient au besoin de se distinguer, d’accentuer l’opulence qui n’est pas le fait de tout le monde. Un rôle semblable revenait aux papiers peints, meubles et horloges, cités moins souvent. Les accessoires vestimentaires devaient satisfaire l’envie de suivre des tendances de la mode les plus récentes. L’emploi des objets « français », attributs du train de vie élégant et de l’appartenance à l’élite, ne se voit pas confirmé sur un seul point, à savoir la consommation du vin français bon marché. De même, les prix raisonnables des menus servis dans des traktiernia – car nous savons par exemple qu’en 1767, Quelus, dans son établissement de la maison de Barszcz sur la place du Marché de la Vieille Ville, proposait « une table à huit zlotys » – pouvaient attirer même des clients moins aisés. Les produits qui, pour des raisons technologiques, pouvaient être fabriqués en masse, tels que des clous ou des cadenas, étaient moins chers et plus accessibles. Dans mon étude précédente consacrée aux biens du clergé en Pologne, j’avais rencontré, dans les inventaires après décès, des objets tels que des serrures françaises et des cadenas. Mais ce n’est qu’en parcourant les petites annonces que je suis tombé sur l’information suivante : « À Marywil, dans les deux boutiques, on a volé deux cadenas français, voulant ouvrir lesquels on doit tourner trois fois la clé ».

Auteur

Institut d’Archéologie et d’Ethnologie, Académie Polonaise des Sciences

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search