Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Deuxième Partie. Influence économique, goût et mœurs françaises en Europe centrale

11. Gdańsk (Danzig) et le rayonnement français en Pologne à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles)

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Texte intégral

  • 1 Rostworowski E., « La France de Louis XV et la Pologne. Politique, langue, livres », Acta Poloniae (...)

1La notion de rayonnement renvoie d’abord aux concepts de lumière et de chaleur. Il n’est donc pas étonnant de constater – les conférences de ce colloque concernant l’histoire moderne en témoignent – que l’époque du plus grand rayonnement de la France en Europe centrale coïncide avec le Siècle des Lumières, mais que ce rayonnement prend véritablement son essor plus tôt, au temps du Roi Soleil. Il n’en va pas autrement pour la Pologne que pour le reste de l’Europe centrale : c’est surtout à partir du milieu du XVIIe siècle que les modes françaises et la culture française commencent à s’imposer véritablement en Pologne, non seulement à la cour des rois, mais aussi dans celles des magnats, ainsi que plus largement dans les milieux de la moyenne et petite noblesse et de la riche bourgeoisie1.

  • 2 Cieslak E. et Biernat C., History of Gdańsk, Gdańsk, 1995, p. 101-130 ; Bogucka M., Das alte Danzig (...)
  • 3 Cieslak E., « Ostatini memorial rezydenta francuskiego w Gdańskuz 1796 r. », Zapiski Historyczne, X (...)

2Mais on peut donner aussi au mot rayonnement un autre sens, plus spatial : ce terme peut alors évoquer un réseau, un faisceau de lignes ou de routes reliant un centre à des espaces lointains. Pris dans cette acception, le terme de rayonnement ne peut plus être conçu comme une influence, politique, économique ou culturelle, qui partirait du royaume de France pour submerger la « république » polonaise. L’histoire du commerce européen à l’époque moderne fait ressortir un phénomène exactement inverse : le rayonnement de Gdańsk (Danzig) sur l’économie occidentale au sens large, notamment en direction du royaume de France. Il se trouve d’ailleurs que la grande époque du commerce de Gdańsk correspond à une période antérieure à celle du Roi Soleil et des Lumières : c’est en effet entre le milieu du XVIe siècle et celui du XVIIe que se place l’apogée économique et démographique du grand port situé sur la Baltique au débouché de la Vistule2. À partir du milieu du XVIIe siècle en revanche, le grand port polonais subit, de façon particulièrement aiguë, les difficultés liées à la conjoncture économique européenne (notamment du fait de la baisse globale de la demande céréalière liée, entre autres, à la stagnation démographique en Europe occidentale), et plus directement encore à la conjoncture politique internationale (guerre polono-suédoise dans les années 1650, appelée en Pologne « le déluge », « Grande Guerre du Nord » dans les vingt premières années du XVIIIe siècle, guerre de Succession de Pologne dans les années 1730 au cours de laquelle la ville prend fait et cause pour le perdant Stanislas Leszczyński, guerre de Sept Ans au milieu du XVIIIe siècle), une cascade d’événements qui mènent finalement aux partages de la Pologne à partir de 1772 ; ceux-ci entraînent l’annexion de Danzig par le royaume de Prusse (1793), qui préparait activement l’opération en favorisant aux dépens de Danzig, depuis les années 1770, les ports de Stettin et de Königsberg3.

3Observer à partir de Gdańsk l’histoire du rayonnement français en Pologne à l’époque moderne nous conduit donc à nous pencher sur deux phases très différentes, et inégalement étudiées, des relations entre la France et la Pologne. Nous les traiterons séparément en commençant, au rebours de la chronologie et pour mieux répondre à la thématique du colloque, par la mieux connue, c’est-à-dire par l’époque du grand rayonnement français en Pologne au temps du Roi Soleil et des Lumières.

  • 4 Cieslak E. et Biernat C., History of Gdańsk, op. cit., p. 185.
  • 5 Voir Pelus-Kaplan M.-L., « Gdańsk dans les échanges commerciaux et culturels de la Pologne avec l’ (...)
  • 6 Cieslak E. et Ruminski J. (éd.), Les rapports des résidents français à Gdańsk au XVIIIe siècle, vol (...)
  • 7 Cieslak E. et Ruminski J., Le commerce du Nord…, op. cit., vol. I, p. 49 et 77-79.
  • 8 Pourchasse P., op. cit., p. 187.

4Ce phénomène a déjà été largement étudié, et il est clair que dans ce rayonnement français en Pologne, Danzig joue un rôle de premier plan. La plus grande, car la plus peuplée, des anciennes villes de la Hanse, comptait aux alentours de 80 000 habitants vers le milieu du XVIIe siècle ; elle connaît ensuite un net déclin, à la fois économique et démographique : en 1705, la ville ne compte plus qu’environ 50 000 habitants, 46 000 en 1750, et en 1793 seulement 36 000, déclin que l’on peut attribuer aux causes déjà évoquées plus haut4. En dépit de cela, le grand port, qui draine la production de tout le bassin de la Vistule et de ses affluents, soit environ 200 000 km2, garde jusqu’aux partages de la Pologne sa fonction de « porte d’or » entre la république et le reste du monde, une fonction célébrée à l’envi par les écrivains et les artistes5. Une source très facile d’accès, car publiée par les soins d’Edmund Cieslak et Jozef Ruminski, nous renseigne sur cette période : il s’agit des rapports des résidents français à Gdańsk au XVIIIe siècle (1715-1796), publiés pour les périodes 1715-1721 et 1787-1790. Rappelons que c’est Henri IV qui, dès 1610, avait nommé De la Blanque au poste de consul de France à Danzig, nomination renouvelée en 1612 ; De la Blanque resta en poste jusqu’en 1626. Par la suite, avec quelques interruptions, et de façon plus continue à partir de 1661, la France entretint régulièrement dans le grand port baltique des « consuls », appelés parfois « commissaires », même si les autorités danzigoises rechignent à leur accorder des prérogatives consulaires, si bien qu’il est préférable d’employer le terme de « résidents » pour désigner ces représentants aux attributions mal définies6. Certains de ces résidents, tel Claude Mathy, sont des Français d’origine, devenus bourgeois de la ville où ils se sont installés pour y faire du commerce, avec la France notamment. Louis, fils de Claude, lui succède en 1706 au poste de « Commissaire du roi de France en Pologne, Prusse et dans les pays voisins », puis se voit attribuer en 1715 le titre de « Commissaire de la Marine française », qui ne lui fut d’ailleurs jamais reconnu par les autorités danzigoises. D’abord simplement remboursés de leurs frais d’envoi de courrier par les autorités françaises, les résidents tentent de se payer en percevant une taxe sur les navires français mouillant à Danzig. Cette taxe ne devait pas leur rapporter beaucoup si l’on en croit leurs rapports, qui mettent le doigt sur le faible nombre des navires français présents à l’embouchure de la Vistule, et sur le rôle, excessif à leurs yeux, du fret hollandais. Cette constatation les pousse d’ailleurs à suggérer la promulgation par la France d’une sorte d’acte de navigation obligeant le transport des marchandises sur les vaisseaux des pays producteurs, afin de réduire ainsi la dépendance française vis-à-vis des marines hollandaise et anglaise7. Au XVIIIe siècle, les consuls perçoivent une autre rétribution sur les certificats d’acquits à caution8.

  • 9 Le résident français signale que d’autres contrées comme la Suède, la Livonie, la Finlande et l’In (...)
  • 10 Pourchasse P., op. cit., p. 101.
  • 11 Les rapports des résidents français au XVIIIe siècle mentionnent, entre autres denrées méditerrané (...)
  • 12 Jusque vers 1770 à Danzig, les productions viticoles représentent 15,6 % de la valeur totale des i (...)
  • 13 Cieslak E. et Ruminski J., Les rapports des résidents français…, op. cit., vol. I, p. 173. L’analys (...)
  • 14 Kowecka E., « A Polish Lord’s Table », Studies on everyday life. Acta Poloniae Historica, LXXXV, 20 (...)
  • 15 Bogucka M., Das alte Danzig, op. cit., p. 152.
  • 16 Au XVIIIe siècle, la France a un quasi-monopole pour l’importation à Danzig des produits coloniaux (...)
  • 17 À Danzig au XVIIIe siècle arrivent des produits de la métallurgie normande (op. cit., p. 261).
  • 18 Le rapport du résident Ponsa en 1796 parle des « draps, étoffes de soye, modes, broderies, galons (...)
  • 19 Danzig est une des principales sources d’approvisionnement en bois du Nord pour le marché français (...)
  • 20 Ibid., p. 44.

5Même si les navires français ne viennent que très peu à Danzig, depuis longtemps, et c’est encore vrai jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, c’est par Danzig que les marchandises françaises pénètrent dans la Pologne profonde. Même si le sel français de l’Atlantique, très prisé en Pologne comme en Prusse9, tend à cette date à céder le pas à ceux d’Angleterre ou de Prusse10, les vins, eaux-de-vie et vinaigres français continuent de faire en Pologne l’objet d’une importante consommation, de même que les fruits aquitains (prunes et pruneaux), ainsi que les fruits et les huiles du monde méditerranéen ; la Provence fournit ses figues, ses amandes, ainsi que de l’huile d’olive11. Les vins de France très fortement exportés en Pologne sont en majeure partie des vins blancs légers du bordelais12 ; ceux-ci ne constituent qu’une qualité moyenne, et même relativement courante, face aux vins hongrois plus chers et plus liquoreux, les plus prisés en Pologne à cette époque13 ; toutefois, les rapports des résidents français montrent que les vins rouges, et plus encore les muscats de Frontignan et de Béziers, dont les prix sont le triple, voire le quadruple de ceux des vins blancs les moins chers, font partie des consommations des milieux favorisés. Le magnat Jan Clemens Branicki, pour son palais situé près de Bialystok qui fut surnommé « le Versailles polonais », ou encore « le Versailles de la Podlachie », fait acheter ses vins français principalement à Danzig et à Königsberg ; il a d’ailleurs à Danzig des fournisseurs attitrés. Si la majeure partie des vins servis à sa table viennent de Hongrie, les vins de Bourgogne qu’il a l’occasion de déguster chez l’abbé d’Oliva lui paraissent excellents, et il cherche à s’en procurer14. Les eaux-de-vie françaises font également partie des exportations traditionnelles vers la Pologne ; c’est à partir d’elles qu’on fabrique à Danzig la fameuse « eau d’or » (Danziger Goldwasser) qui fait l’étonnement des voyageurs15, peut-être un ancêtre de la Vodka aux copeaux d’or que l’on peut déguster aujourd’hui en Pologne. Mais depuis la fin du XVIIe siècle, la faveur croissante des nouvelles boissons d’origine exotique fait désormais l’essentiel, en valeur, des produits français importés en Pologne : ce sont en effet, outre le sucre, de plus en plus le café ainsi que le thé que Bordeaux expédie vers Danzig d’où ils partent agrémenter les tables des magnats ; ces deux produits coloniaux sont considérés en France comme les principaux atouts du commerce français en Pologne16. S’y ajoutent, depuis longtemps, quelques produits fabriqués comme le papier et le verre, plus récemment s’y sont ajoutés des produits métallurgiques17, mais aussi des soieries et de plus en plus des articles de mode18, vite imités d’ailleurs par les artisans locaux. En retour, la France reçoit de Danzig des produits bruts et massifs, surtout des grains et du bois19. Au total, la balance du commerce français avec la Pologne via Danzig a pour originalité d’être excédentaire en valeur : tandis que les autres pays occidentaux, tels les Provinces-Unies ou l’Angleterre, importent par Danzig des volumes très importants de bois et autres fournitures navales qui, à cette époque, tendent à supplanter les céréales, sans être à même d’expédier en Pologne des volumes de marchandises suffisants pour compenser ces importations, d’où l’envoi, à partir des ports anglais ou hollandais, de nombreux navires sur lest ; de France en revanche, et plus particulièrement de Bordeaux, partent vers Danzig des navires remplis à ras bord de denrées de toutes sortes. On voit des navires danzigois arriver à vide d’Espagne ou d’Angleterre pour charger des cargaisons dans les ports français avant de repartir vers Danzig20.

  • 21 Rapport de Ponsa en 1796 : Cieslak E., Ostatni Memorial…, op. cit., p. 122-131.
  • 22 Pourchasse P., op. cit., p. 44.
  • 23 Ibid.

6Les missives que les résidents français à Danzig adressent à leur gouvernement au cours du XVIIIe siècle, et même après le dernier partage de la Pologne21, ne manquent pas de souligner ce caractère traditionnellement excédentaire en valeur et fortement lucratif pour le négoce français du commerce de Danzig, qui représente alors 25 % des échanges de la France avec le Nord22. À partir du milieu du XVIIIe siècle, le nombre de navires venant des ports français a beau se réduire encore davantage, la valeur des importations françaises, elle, ne baisse pas ; les échanges avec la France restent donc de première importance23.

  • 24 Au XVIIIe siècle, 38,4 % des importations françaises venant de Gdańsk et 55,6 % des exportations f (...)

7Les rapports des résidents français pointent toutefois du doigt au même moment, nous l’avons vu, la faiblesse structurelle du commerce français dans le Nord et plus particulièrement à Danzig : c’est en effet pour l’essentiel sur des navires étrangers, danzigois et hollandais surtout, que les produits français parviennent à l’embouchure de la Vistule, ce qu’ils déplorent24.

  • 25 Ibid ;, p. 201 ; Olenska A., « Im Herzen des südlichen Ostseeraums : Danzig als Kunstzentrum und Ve (...)
  • 26 Ibid., p. 95.
  • 27 Manikowska E., « Der Erwerb von Kunst und Luxusgütern für Stanislaw August Poniatowski und das Danz (...)
  • 28 Pourchasse P., Le commerce du Nord…, op. cit., p. 201.
  • 29 Ibid., p. 117.
  • 30 Ibid., p. 117, 201 et 237.
  • 31 Olenska A., « Im Herzen… », op. cit., p. 94 et 95.

8Les résidents n’insistent pas, en revanche, sur le faible nombre des maisons françaises présentes dans les ports baltiques et en particulier à Danzig. On connaît, par d’autres sources, quelques-unes de ces maisons. Les Matthy sont les descendants probables de l’ancien consul français déjà nommé plus haut25 ; ils sont à la fois les fournisseurs et les banquiers attitrés de Branicki, ce magnat célèbre évoqué précédemment26 ; Jean-François Matthy est également le premier fournisseur de la cour de Stanislas Auguste Poniatowski en objets d’art et de mode d’origine française27 ; en 1774, Antoine Matthy est chargé par Dujardin de Ruzé d’une commission d’achat de bois de construction pour la marine royale28. L’entreprise Schultz est le correspondant local de la Compagnie française des Indes Orientales29 ; Jean-Philippe Schultz, quant à lui, figure au nombre des armateurs danzigois30. On peut encore citer les Quade, autres Danzigois d’origine française, qui font venir de Paris pour le compte de Branicki des meubles, des montres et horloges, des consoles de cheminées en marbre, des calèches31 … Au total, un nombre bien limité de familles françaises ou d’origine française sont installées à Danzig pour y faire du commerce. La thèse de Pierrick Pourchasse a récemment pris pour objet d’étude cette faiblesse de la navigation et de la présence françaises en Europe du Nord au XVIIIe siècle, et l’explique pour l’essentiel par le manque d’intérêt du négoce français, focalisé sur le commerce atlantique, pour le grand cabotage européen.

  • 32 « Celle [la colonie] que nous y avons originairement s’est naturalisée, et fondue depuis longtemps (...)
  • 33 Penners-Ellwart H., Die Danziger Bürgerschaft nach Herkunft und Beruf, 1536-1709, Diss., Marburg an (...)
  • 34 Rostworowski E., op. cit., p. 78 ; en 1711, « une Française » est couchée sur le testament de la ve (...)
  • 35 Ibid., p. 174.
  • 36 Les rapports des résidents français évoquent occasionnellement ces Français de passage à Danzig, s (...)

9Il est donc clair que ce n’est pas du grand nombre des marchands français établis à Danzig que résulte la vigueur du rayonnement français en Pologne au temps du Roi Soleil et des Lumières. Pourtant, la présence de Français à Danzig à l’époque moderne est ancienne32, et semble avoir été plus que simplement symbolique33. Qui étaient donc ces Français fixés dans le grand port polonais ? Des huguenots réfugiés ? Des artisans spécialisés ? Des gens instruits cherchant un poste de précepteur ou de dame de compagnie dans les familles de la noblesse polonaise ou de la bourgeoisie danzigoise34 ? Des professeurs employés dans les écoles de la ville, où l’étude du français était dès la fin du XVIe siècle très prisée de la bourgeoisie locale35 ? Beaucoup, marins ou commerçants, étaient sans doute arrivés avec les navires marchands, d’autres ont résidé brièvement dans la ville au cours d’un voyage36. Nous aurions besoin d’études ciblées sur cette présence française dans la ville, elles permettraient sans doute de mieux éclairer les formes de pénétration de l’influence culturelle française dans la République.

  • 37 Schnakenbourg E., La France, le Nord et l’Europe au début du XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, (...)
  • 38 Ibid., p. 81 et 260 ; Besenval a notamment soutenu les efforts des Wettin, les rois d’origine saxo (...)
  • 39 Olenska A., « Im Herzen… », op. cit., p. 96.

10Pour l’instant, les mieux connus sont les diplomates que les rois de France envoyaient dans cette ville où, presque autant qu’à Varsovie, se nouaient les contacts diplomatiques. Ainsi, au début du XVIIIe siècle, Louis XIV y envoie Bonnac, chargé de le représenter tant auprès de la République qu’auprès de Charles XII, le roi de Suède37. Un autre envoyé du Grand Roi auprès de Charles XII puis auprès de la Cour de Pologne, Besenval, y séjourne également à plusieurs reprises38. De retour en France, la baronne de Besenval se charge de procurer à ses amis magnats polonais les articles de luxe français dont ceux-ci ont besoin39.

  • 40 Cieslak E. et Ruminski J., Les rapports des résidents français…, op. cit., t. I, p. 109.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid., t. I, p. 109-112 et 129.

11On peut se demander pourquoi la monarchie française tenait à avoir ainsi une représentation officielle dans cette ville qui n’était pas une capitale politique. L’argument économique est bien évidemment mis en avant. Au début du XVIIIe siècle, les résidents justifient la nécessité de maintenir à Danzig la présence d’un consul français par le fait que Danzig est la porte ouverte au commerce français sur toute l’Europe centrale et orientale : « Il est à remarquer qu’en temps de paix le commerce de France y est bien plus considérable […] et la consommation de toutes choses y est bien plus forte que dans aucun autre port de la mer Baltique, vu que Danzig seul pourvoit la Pologne, et en partie la Hongrie, la Tartarie et la Turquie, par la Pologne, des marchandises nécessaires, comme la plus propre pour cela, aussi par contre ladite ville reçoit-elle les denrées et marchandises desdits païs préférablement à toute autre ville par le moyen de la Vistule40. » Et de répéter à l’envi que « Danzig seul peut véritablement estre appellé le magazin de bled de toute l’Europe », ce qui, en 1718, est un argument certes peu nouveau, mais toujours d’actualité41, le but de la démonstration étant de pousser le gouvernement français à faire le choix de Danzig plutôt que de Saint-Pétersbourg comme principal débouché du commerce français dans le monde baltique42.

  • 43 Manikowska E., « Der Erwerb… »,op. cit., p. 110-111.
  • 44 Rostworowski E., op. cit., p. 74-75 ; Gierowski J., op. cit.

12Toutefois, la correspondance des résidents français au XVIIIe siècle témoigne d’un autre fait tout aussi évident : la défense des intérêts commerciaux de la France à Danzig semble être en même temps un paravent destiné à abriter des actions d’ordre plus politique, consistant d’ailleurs surtout en une collecte de renseignements de tous ordres. Informer le gouvernement français de tout ce qui se passe en Europe du Nord, tant au niveau militaire que diplomatique et politique, sans oublier les potins locaux, semble être leur mission principale. La présence à Danzig des agents du roi de Pologne, chargés de s’y procurer les articles de luxe réclamés par la vie de cour43, ne pouvait manquer de favoriser indirectement la circulation des informations et les occasions de contacts politiques. D’où l’intérêt proprement politique de la ville pour la monarchie française. Sous Louis XV, Danzig est de fait, à côté de Varsovie, un des centres où s’affairent le plus les hommes du « secret du Roi » chargés de s’occuper de ce que le monarque considère comme sa « grande affaire secrète », à savoir la succession au trône polonais44.

  • 45 Maksymowicz M., « Der Danziger Markt für Kunst und Kunsthandwerk im Spiegel der “Wöchentlichen Danz (...)
  • 46 Manikowska E., « Der Erwerb… », op. cit., p. 116.

13Même si ni Louis XIV ni Louis XV ne sont parvenus à faire se maintenir leurs candidats successifs, c’est un fait néanmoins que le rayonnement culturel français en Pologne ne cesse de se renforcer au cours du XVIIIe siècle, et que Danzig joue dans ce contexte un rôle de premier plan. L’étude des Danziger Anzeigen, une feuille d’annonces particulièrement importante pour le marché de l’art, montre que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le marché polonais est largement dominé par les productions françaises et anglaises qui jouissent d’un égal succès, tant dans le domaine des arts plastiques (peinture, gravure) que dans ceux de l’horlogerie ou des instruments de musique45. Notons ici que le rayonnement culturel et artistique de la France, étroitement mêlé comme on vient de le voir à celui de l’Angleterre, n’entraîne pas pour autant la disparition du rayonnement, plus ancien, des Pays-Bas : du temps du roi Stanislas Auguste Poniatowski, les peintures achetées sont toujours, dans leur grande majorité, des œuvres flamandes ou hollandaises, tandis que celles des peintres français ne représentent pas plus de 9 % des collections royales46.

  • 47 Ibid., p. 111, s. q.
  • 48 Olenska A., « Im Herzen… », op. cit., p. 95.
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid., p. 99-101.
  • 51 Ibid., p. 103.

14Il ressort des études centrées sur le marché de l’art et du luxe en Pologne au XVIIIe siècle que le rayonnement français, si important soit-il, n’est ni écrasant au point de faire disparaître les autres influences culturelles (celle des Pays-Bas et des Provinces-Unies surtout), ni à sens unique. Car le roi de Pologne et les magnats polonais ont leurs propres agents en France47, par l’intermédiaire desquels ils achètent certes des produits français, ce qui ne les empêche pas de vendre eux aussi en France des produits polonais, voire hongrois, tels ces vins de Hongrie réexportés en France pour le compte de Branicki par l’entremise des Matthy48. Bien que d’origine française, ces derniers ne sont d’ailleurs nullement cantonnés dans la fourniture de denrées françaises aux magnats polonais : c’est des Provinces Unies, via Hambourg, qu’ils font venir dans les années 1750 les plantes destinées à l’orangerie de Branicki49. Au plus fort du rayonnement français en Pologne, il apparaît donc que ce rayonnement n’est nullement exclusif d’autres influences occidentales, et qu’il ne se conçoit que dans le cadre d’échanges multilatéraux : apportés par des navires hollandais, allemands ou danzigois, souvent via Amsterdam ou Hambourg, les produits et les modèles français sont, dès la fin du XVIIe siècle, imités aux Pays-Bas, et à Danzig même sont fabriquées des imitations achetées par les riches collectionneurs polonais, tel le roi Jean Sobieski pour son château de Wilanow50. L’étude de l’intermédiaire danzigois montre donc que le rayonnement de la culture et des modes françaises n’est pas seulement, et même pourrait-on dire pas majoritairement direct ; ce rayonnement ressemble davantage à une réfraction lumineuse, qui passe par des canaux multiples. Au XVIIIe siècle, la grande cité cosmopolite qu’est Danzig fit moins apparaître un rayonnement français sans partage que le cosmopolitisme culturel des magnats polonais de la cour polonaise51, sans oublier celui de la bourgeoisie de Danzig.

  • 52 Voir Pelus-Kaplan M.-L., « Navigation et commerce français en mer Baltique aux XVIe et XVIIe siècl (...)
  • 53 Voir notamment Brunel G., Guide des sources de l’histoire de la Pologne et des Polonais dans les a (...)
  • 54 Jeannin P., « Les marchés du Nord… », op. cit., p. 109-124.

15Ce phénomène est encore bien plus net si l’on remonte jusqu’à la première moitié de l’époque moderne, notamment au siècle qui va de 1550 à 1650, et qui correspond à l’apogée de l’économie et de la puissance de Gdańsk. À propos des relations commerciales entre la France et Danzig, il n’est pas question de répéter une nouvelle fois des choses déjà largement connues et publiées. Si les marchandises françaises – les sels, les vins, les huiles, les fruits et autres produits méditerranéens – représentent déjà, à cette époque, un des atouts principaux du commerce français en Baltique, il est clair que ce commerce « du Nord » est en temps « normal » l’apanage d’un petit nombre de marchands et de maîtres de navires issus des ports français de l’Ouest. C’est à la faveur des très graves crises frumentaires de la seconde moitié du XVIe siècle que la navigation française en Baltique, notamment vers Gdańsk, prend soudain une ampleur inégalée, et que la notoriété internationale du port de la Vistule grandit, dépassant au sein du royaume de France les cercles étroits de la politique et du grand commerce maritime5252 L’importance de Danzig dans les préoccupations des autorités françaises soucieuses du ravitaillement en grains du royaume apparaît de façon éclatante dans les répertoires de sources consacrés aux relations franco-polonaises à l’époque moderne53. Le souci permanent de sécuriser les relations avec Danzig est d’abord lié à cette exigence première de se prémunir contre la famine, si bien que le thème des « blés de Danzig » y revient sans cesse, de façon quasi-obsessionnelle ; ensuite, il importe aussi d’assurer le ravitaillement de la France en denrées propres à la construction navale. En ceci, la France ne diffère guère des autres États d’Europe occidentale, et ce qui ressort des sources tant diplomatiques que douanières est bien le rayonnement sans rival du grand port polonais sur le marché international des subsistances et des naval stores. Pour les exportations françaises en revanche, Danzig n’avait pas plus d’importance que Hambourg, Amsterdam ou Londres, qui étaient les autres grands centres de redistribution des marchandises françaises en Europe du Nord, par lesquels d’ailleurs une partie des marchandises d’origine française était réexpédiée vers Danzig54.

16L’approche économique des relations entre la France et Danzig de 1550 à 1650 nous amène donc à renverser le sens du « rayonnement », la France n’étant alors qu’une des multiples directions du pôle commercial danzigois, avec cette nuance notable que le transport des marchandises entre Danzig et la France, à cette époque déjà, n’était l’apanage ni des navires français ni des navires danzigois, mais relevait plutôt de la navigation internationale dans laquelle les Hollandais se taillaient très nettement la part du lion.

  • 55 Tomkiewicz W., « Le mécénat artistique en Pologne à l’époque de la Renaissance et du début du Baroq (...)

17Si l’on s’intéresse maintenant aux relations culturelles franco-polonaises de cette première modernité, les documents provenant de Gdańsk font ressortir à quel point, dans le domaine culturel également, les échanges se présentaient alors sous un jour à la fois multilatéral et réversible. Il est bien connu que les influences artistiques occidentales en Pologne au début de l’époque moderne venaient très peu de France, mais surtout d’Italie et des Pays-Bas55.

  • 56 Archives d’État de Gdańsk, série 300 R Vv 279 et 280. Ces deux registres en recoupent d’autres qui (...)

18L’étude que j’ai pu réaliser sur les inventaires après décès des étrangers morts à Danzig au cours des années 1619 à 163856 m’a amenée à constater que la culture française pénétrait néanmoins en Pologne à cette époque par l’intermédiaire de Danzig, sous une forme principalement livresque, et de façon totalement médiate puisque ce sont majoritairement des marchands étrangers – au premier rang desquels figurent les Hollandais – qui fournissent la Pologne en livres de toutes sortes, ainsi qu’en cartes géographiques, tableaux et autres objets d’art, en provenance de toute l’Europe occidentale et moyenne, Italie comprise. Le riche inventaire du marchand de Haarlem, Daniel Hiol, daté de 1622, est de ce point de vue riche en enseignements : l’important catalogue de livres imprimés qu’il laisse à son domicile danzigois fait penser davantage au stock d’un libraire qu’à une bibliothèque personnelle, d’autant qu’il contient de nombreux doublons ainsi qu’un nombre non spécifié d’ouvrages religieux de toutes sortes (allerhant kleine bucherchen und Cantional), outre des cartes géographiques et des tableaux non encadrés. La culture française, parmi de multiples ouvrages en diverses langues, y est présente de manière multiforme : à travers des textes religieux, antiques ou littéraires en traduction française (par exemple Plinius en françois, Biblia sacra Französisch, Histoire des Martyrs, Les triomphes de messire François Pétrarque, Les epistres d’Anthoine de Guevara, Le Decameron de Boccace), par des ouvrages scientifiques ou utilitaires (Œuvres d’Ambroise Paré, Maison Rustique), par des ouvrages religieux relevant de diverses confessions (Remèdes contre la mort, Les cautèles de la Messe, Le Nouveau Testament, Joan Calvini Institution, La Somme de théologie Philippi Melanchtonis, Le catéchisme des Jésuites), par des ouvrages historiques ou littéraires d’auteurs français (œuvres de Pierre de Ronsard, Philippe des Portes, Philippe de Commines, Clément Marot, La Noue, De Thou, Montaigne ou François Rabelais ; ou encore Les Contes facétieux, Inventaire des Histoires de France in 4 theill, Estat de France, Histoires admirables Simonis Goulart in 2 theill, Theatrum Naturae Bodini, Methodus Historiarum Bodini, Les œuvres du sieur du Vair, Premier président du Parlement de Provence, La « Gaule Françoyse ») ; on trouve aussi dans le lot d’ouvrages en langue française des guides de bonnes mœurs, de civilité ou de beau style (Le vray point d’Honneur, Fleurs de bien dire, Avis de Cour), voire des guides touristiques (Epitome du Thresor des Antiquités). Un tel document atteste du fait que la culture française de la Renaissance et de l’âge classique pénètre largement à Danzig par l’intermédiaire des marchands étrangers, notamment hollandais ; la présence fréquente de tels ouvrages dans les inventaires des défunts nés à Danzig, ou de nobles polonais décédés lors d’un séjour dans la ville, nous incite à penser que tel était bien le cas. Les nombreux voyages à l’étranger, et notamment en France, de la noblesse polonaise à l’époque moderne ont évidemment joué eux aussi leur rôle, mais insistons une fois encore sur le caractère totalement cosmopolite de cette culture nobiliaire, un cosmopolitisme qui caractérise également les inventaires de la bourgeoisie danzigoise dans le même corpus.

  • 57 « Ein schwartzer federbüsch in ein silber uberguldet kleinot gefasst mit demanten versetzet […] ei (...)
  • 58 Czaplinski W. (éd.), trad. Edwin Jedrkiewicz, Karola Ogiera dziennik podrozy do Polski 1635-1636, I(...)
  • 59 Bogucka M., Das alte Danzig, op. cit., p. 62.

19Bien plus, l’analyse en profondeur de ce même corpus d’inventaires révèle qu’en fait, les échanges culturels étaient totalement multilatéraux, en ce sens que les Occidentaux présents à Danzig manifestaient sans aucune ambiguïté leur fascination pour l’histoire de la Pologne et plus encore pour la culture sarmate de la noblesse polonaise. Le Parisien Claude Garlet, décédé à Danzig en 1620 dans la maison de Francisco Dias, possède entre autres effets l’attirail quelque peu tapageur du parfait sarmate57, que ne dédaignent pas non plus un graveur d’origine suisse très renommé, ni les marchands hollandais ou frisons venus à Danzig pour affaires… En conclusion, si l’on regarde à travers le prisme danzigois les relations franco-polonaises, et notamment les échanges tant économiques que culturels, il semble donc qu’au temps de la première modernité, ces échanges se présentent sous un jour totalement multilatéral. Il est difficile de parler à cette époque de rayonnement français en Pologne sans évoquer en même temps le rayonnement hollandais, l’influence italienne, la forte présence des Anglais et plus encore des Écossais… Il serait bon de rechercher aussi jusqu’à quel point l’Europe occidentale a été à cette époque fascinée par le modèle sarmate, tout en insistant sur le très vif rayonnement commercial et artistique de la ville de Danzig. Le récit de voyage du diplomate français Charles Ogier, qui accompagne en 1635-1636 le comte d’Avaux aux négociations de la trêve de Stuhmsdorf, témoigne de l’étonnement mêlé d’admiration du voyageur face aux splendeurs de la ville de Danzig58. En 1572 déjà, l’ambassadeur français Jean Balagny admirait la maison du bourgmestre Ferber, ses meubles, ses tableaux, sa bibliothèque, sa vaisselle d’or et d’argent59

20À l’époque où le rayonnement français en Pologne est indéniable, c’est-à-dire au temps du Roi Soleil puis au temps des Lumières, le prisme danzigois nous mène une fois encore à relativiser le rayonnement de la culture française, aussi bien matérielle qu’artistique et intellectuelle : ce que Danzig transmet à la Pologne, c’est une culture européenne, certes davantage influencée par la France, mais une culture qui reste marquée par le très fort cosmopolitisme de la place de Danzig, et par la très forte présence hollandaise. Les années 1690 et l’année 1709, du fait des famines, voient renaître l’obsession des « blés de Danzig » dans les correspondances des autorités françaises. La France du « Roi Soleil » continue donc de regarder vers le pôle commercial danzigois comme vers l’unique planche de salut en période de pénurie alimentaire. L’exemple cité plus haut des activités commerciales d’un magnat polonais comme Branicki qui, en plein XVIIIe siècle, exporte vers la France du vin hongrois et autres délicatesses d’Europe centrale, montre bien qu’à l’époque des Lumières encore le rayonnement de la Pologne en France, et notamment de Danzig, son grand port, est loin d’être éteint ; l’intérêt marqué des philosophes et des physiocrates français pour les expériences polonaises au temps de Stanislas Auguste Poniatowski en témoigne également de manière éclatante. À la lumière de cet exemple, il semble évident que la notion de rayonnement est sans doute moins simple qu’il n’y paraît, et doit être conçue plutôt comme la résultante d’un très complexe jeu de miroirs.

Notes

1 Rostworowski E., « La France de Louis XV et la Pologne. Politique, langue, livres », Acta Poloniae Historica, XXII, 1970, p. 73-89.

2 Cieslak E. et Biernat C., History of Gdańsk, Gdańsk, 1995, p. 101-130 ; Bogucka M., Das alte Danzig, Leipzig, 1980, p. 7-16.

3 Cieslak E., « Ostatini memorial rezydenta francuskiego w Gdańskuz 1796 r. », Zapiski Historyczne, XXXVI, 1971, Zeszyt 4, p. 117-131 ; Pelus-Kaplan M.-L., « Les Européens et la Baltique (1690-1790) », Bulletin de la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1997, p. 99-129. Après 1772, les échanges avec la France chutent de plus de 50 % du fait que Danzig est désormais coupée du bassin de la Vistule. Voir Pourchasse P., Le commerce du Nord. Les échanges commerciaux entre la France et l’Europe septentrionale au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2006, p. 44.

4 Cieslak E. et Biernat C., History of Gdańsk, op. cit., p. 185.

5 Voir Pelus-Kaplan M.-L., « Gdańsk dans les échanges commerciaux et culturels de la Pologne avec l’Europe occidentale aux XVIe et XVIIe siècles », dans Pelus-Kaplan M.-L. et Tollet D. (dir.), La Pologne et l’Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours, Poznań, 2004, p. 49-62.

6 Cieslak E. et Ruminski J. (éd.), Les rapports des résidents français à Gdańsk au XVIIIe siècle, vol. I, Gdańsk, 1964, Introduction, p. xxi-xxii. Voir également Cieslak E., Les résidents français à Gdańsk au XVIIIe siècle. Leur rôle dans les relations franco-polonaises, Warszawa, 1969.

7 Cieslak E. et Ruminski J., Le commerce du Nord…, op. cit., vol. I, p. 49 et 77-79.

8 Pourchasse P., op. cit., p. 187.

9 Le résident français signale que d’autres contrées comme la Suède, la Livonie, la Finlande et l’Ingrie, lui préfèrent le sel ibérique (Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., vol. I, p. 127).

10 Pourchasse P., op. cit., p. 101.

11 Les rapports des résidents français au XVIIIe siècle mentionnent, entre autres denrées méditerranéennes ou aquitaines, le safran, les prunelles, les raisins frais, les « chorintes » (raisins secs), l’huile, les amandes et les figues de Provence, les écorces d’orange, les prunes, le riz ; ils évoquent également la poix-résine et la térébentine. Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., vol. I, p. 40-41 et 93-106.

12 Jusque vers 1770 à Danzig, les productions viticoles représentent 15,6 % de la valeur totale des importations (Pourchasse P., op. cit., p. 104), et plus de 80 % des vins importés dans le port de Gdańsk proviennent de France (Ibid., p. 44) ; les résidents français mentionnent dans leurs rapports, outre le « vin blanc et rouge » sans autre précision, qui vient du bordelais, des importations de muscat de Frontignan et de Béziers (Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., vol. I, p. 40, 75-76 et 90).

13 Cieslak E. et Ruminski J., Les rapports des résidents français…, op. cit., vol. I, p. 173. L’analyse des lois somptuaires de Danzig montre également que les vins français sont considérés comme bon marché, et servis au personnel subalterne lors des diverses fêtes ou cérémonies familiales. Voir Kizik E., Die reglementierte Feier. Hochzeiten, Taufen und Begräbnisse in der frühneuzeitlichen Hansestadt, Osnabrück, 2008, p. 122-123, 124, 194, 292-293, 303 et 399.

14 Kowecka E., « A Polish Lord’s Table », Studies on everyday life. Acta Poloniae Historica, LXXXV, 2002, p. 73-75.

15 Bogucka M., Das alte Danzig, op. cit., p. 152.

16 Au XVIIIe siècle, la France a un quasi-monopole pour l’importation à Danzig des produits coloniaux, particulièrement du café ; entre 1775 et 1791, le café et le thé représentent en valeur de 17,5 à 25,6 % du total des importations françaises à Danzig (Pourchasse P., Le commerce du Nord…, op. cit., p. 44 et 110).

17 À Danzig au XVIIIe siècle arrivent des produits de la métallurgie normande (op. cit., p. 261).

18 Le rapport du résident Ponsa en 1796 parle des « draps, étoffes de soye, modes, broderies, galons d’or et autres objets manufacturés de notre cru » (Cieslak E., Ostatni Memorial…, op. cit.), p. 123 ; les coiffures appelées « fontanges » ainsi que les perruques à la française font à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle dans la ville de Danzig l’objet des critiques des moralistes, qui raillent « Monsieur Alamode », et de discriminations par des lois somptuaires dans les villes hanséatiques, à Danzig notamment (Kizik E., op. cit., p. 200, 243, 391, 394-396 et 415). Il n’est pas dit toutefois que toutes ces coiffures venaient de France, il s’agissait sans doute plutôt de fabrications locales inspirées de la mode française. Notons aussi que les articles de luxe français arrivaient beaucoup par voie de terre, via Francfort/Main et Leipzig. Voir Jeannin P., « Les marchés du Nord dans le commerce français du XVIIIe siècle », dans Jeannin P., Marchands d’Europe. Pratiques et savoirs à l’époque moderne, Paris, Rue d’Ulm, 2002, p. 113-114.

19 Danzig est une des principales sources d’approvisionnement en bois du Nord pour le marché français (Pourchasse P., Le commerce du Nord…, op. cit., p. 117).

20 Ibid., p. 44.

21 Rapport de Ponsa en 1796 : Cieslak E., Ostatni Memorial…, op. cit., p. 122-131.

22 Pourchasse P., op. cit., p. 44.

23 Ibid.

24 Au XVIIIe siècle, 38,4 % des importations françaises venant de Gdańsk et 55,6 % des exportations françaises vers Gdańsk se font sur des navires polonais (danzigois en l’occurrence), et respectivement 45 % et 32 % sur des navires hollandais (Ibid.).

25 Ibid ;, p. 201 ; Olenska A., « Im Herzen des südlichen Ostseeraums : Danzig als Kunstzentrum und Vermittler fremder Einflüsse in Polen im Zeitalter des Barock », dans Krieger M. et North M. (éd.), Land und Meer. Kultureller Austausch zwischen Westeuropa und dem Ostseeraum in der frühen Neuzeit, Köln, 2004, p. 94 : les Matthy sont devenus entre-temps bourgeois de la ville de Danzig.

26 Ibid., p. 95.

27 Manikowska E., « Der Erwerb von Kunst und Luxusgütern für Stanislaw August Poniatowski und das Danziger Netzwerk », dans Krieger M. et North M. (éd.), Land und Meer..., op. cit., p. 111.

28 Pourchasse P., Le commerce du Nord…, op. cit., p. 201.

29 Ibid., p. 117.

30 Ibid., p. 117, 201 et 237.

31 Olenska A., « Im Herzen… », op. cit., p. 94 et 95.

32 « Celle [la colonie] que nous y avons originairement s’est naturalisée, et fondue depuis longtemps dans la masse des citoyens », écrit Ponsa en 1796 (Cieslak E., Ostatni Memorial…, op. cit, p. 124) ; voir également Bogucka M., Das amte Danzig…, op. cit., p. 234.

33 Penners-Ellwart H., Die Danziger Bürgerschaft nach Herkunft und Beruf, 1536-1709, Diss., Marburg an der Lahn, 1954 (ex. dactyl., Bibliothèque de l’Académie des Sciences de Gdańsk), p. 159-163. L’auteur pense que la place des Français, parmi les nombreux étrangers présents dans la ville, est très faible. Elle recense seulement 42 nouveaux bourgeois d’origine française, soit moins de 1 % des nouveaux bourgeois. Toutefois, la présence française ne saurait se limiter aux nouveaux bourgeois ; la plupart des Français présents à Danzig y ont probablement résidé de façon temporaire, de quelques mois à quelques années, avant d’en repartir ; ils font partie des très nombreux « résidents » ou « manants » de la ville, sur lesquels on ne sait en fait pas grand-chose.

34 Rostworowski E., op. cit., p. 78 ; en 1711, « une Française » est couchée sur le testament de la veuve du bourgmestre Heinrich Schwarzwald (Bogucka M., op. cit., p. 129).

35 Ibid., p. 174.

36 Les rapports des résidents français évoquent occasionnellement ces Français de passage à Danzig, soit qu’ils se soient rendus coupables d’écarts de conduite notoires, soit qu’ils fassent partie des contingents d’ouvriers spécialisés attirés par les rois de Prusse ou les tsars, en route vers Königsberg ou vers Saint-Pétersbourg (Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., t. I, p. 67, 93 et 107, et t. II, p. 181).

37 Schnakenbourg E., La France, le Nord et l’Europe au début du XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 77.

38 Ibid., p. 81 et 260 ; Besenval a notamment soutenu les efforts des Wettin, les rois d’origine saxonne, pour le renforcement du pouvoir royal en Pologne et l’évolution vers une monarchie héréditaire. Voir Gierowski J., « La France et les tendances absolutistes du roi de Pologne Auguste II », Acta Poloniae Historica, XVII, 1968, p. 57-58 et 66-67.

39 Olenska A., « Im Herzen… », op. cit., p. 96.

40 Cieslak E. et Ruminski J., Les rapports des résidents français…, op. cit., t. I, p. 109.

41 Ibid.

42 Ibid., t. I, p. 109-112 et 129.

43 Manikowska E., « Der Erwerb… »,op. cit., p. 110-111.

44 Rostworowski E., op. cit., p. 74-75 ; Gierowski J., op. cit.

45 Maksymowicz M., « Der Danziger Markt für Kunst und Kunsthandwerk im Spiegel der “Wöchentlichen Danziger Anzeigen” in der zweiten Hälfte des XVIII. Jahrhunderts », dans Krieger M. et North M. (éd.), op. cit., p. 155-160. Les peintres et graveurs français cités sont notamment Lebrun, Lesage et Coypel.

46 Manikowska E., « Der Erwerb… », op. cit., p. 116.

47 Ibid., p. 111, s. q.

48 Olenska A., « Im Herzen… », op. cit., p. 95.

49 Ibid.

50 Ibid., p. 99-101.

51 Ibid., p. 103.

52 Voir Pelus-Kaplan M.-L., « Navigation et commerce français en mer Baltique aux XVIe et XVIIe siècles (1562-1715) : l’enseignement des registres originaux du péage du Sund », dans Lottin A., Hocquet J.-C. et Lebecq S., Les Hommes et la Mer dans l’Europe du Nord-Ouest de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque de Boulogne-sur-Mer, Revue du Nord, no spécial hors série, 1986, p. 323-342 ; Pelus-Kaplan M.-L., « Le commerce du Nord et l’économie française dans la seconde moitié du XVIe siècle », dans Curveiller S. et Clauzel D. (dir.), Les champs relationnels en Europe du Nord et du Nord-Ouest des origines à la fin du Premier Empire, Actes du premier colloque européen de Calais, Calais, 1994, p. 233-245 ; Pelus-Kaplan M.-L., « Crises de subsistances et “commerce du Nord” dans la seconde moitié du XVIe siècle », dans Balard M., Hervé J.-C. et Lemaître N. (dir.), Paris et ses campagnes sous l’Ancien Régime. Mélanges offerts à Jean Jacquart, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 241-250.

53 Voir notamment Brunel G., Guide des sources de l’histoire de la Pologne et des Polonais dans les archives françaises, Paris, Direction des archives de France, 2003.

54 Jeannin P., « Les marchés du Nord… », op. cit., p. 109-124.

55 Tomkiewicz W., « Le mécénat artistique en Pologne à l’époque de la Renaissance et du début du Baroque », Acta Poloniae Historica, XVI, 1967, p. 91-108.

56 Archives d’État de Gdańsk, série 300 R Vv 279 et 280. Ces deux registres en recoupent d’autres qui ont apparemment servi de brouillons (300 R Vv 117c et Vv 190). Voir Pelus-Kaplan M.-L., « Gdańsk dans les échanges… », art. cit. ; Pelus-Kaplan M.-L., « Les marchands étrangers à Danzig dans la première moitié du XVIIe siècle », dans Burkardt A. (dir.), Commerce, voyage et expérience religieuse, XVIe-XVIIIe siècles, Actes du colloque de Lyon, Rennes, 2007, p. 359-370.

57 « Ein schwartzer federbüsch in ein silber uberguldet kleinot gefasst mit demanten versetzet […] ein silbern uberguldet kleinot zum federpusch mit roten steinen versetzt […] 1 aschgraw polisch suppen, 1 grun want suppen… ». Il est ici question des plumets garnis de bijoux d’argent doré et de pierres précieuses (diamants, pierres rouges qui sont peut-être des rubis), et du pourpoint aux couleurs chatoyantes appelé « zupan », que portaient les hommes de la noblesse polonaise (suppen en allemand).

58 Czaplinski W. (éd.), trad. Edwin Jedrkiewicz, Karola Ogiera dziennik podrozy do Polski 1635-1636, Ière partie, Gdańsk, 1950 ; IIe partie : Pelczar M. et Fabiani-Madeyska I. (éd.), Gdańsk, 1953. Bogucka M. (op. cit.) a traduit en allemand de nombreux passages de ce journal.

59 Bogucka M., Das alte Danzig, op. cit., p. 62.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search