Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Deuxième Partie. Influence économique, goût et mœurs françaises en Europe centrale

10. Un Français en Pologne : Gaspard de Tende à l’époque de la reine Marie-Louise de Gonzague

Caroline Le Mao

Texte intégral

  • 1 Dans le cadre de cet article, nous avons travaillé sur l’édition de 1690, que nous a très aimablem (...)
  • 2 Pour des éléments sur la biographie de Gaspard de Tende, voir Achard C.F., Dictionnaire de la Prov (...)
  • 3 Son grand-père, Annibal, était le fils naturel de Claude de Savoie, comte de Tende et gouverneur d (...)
  • 4 Annibal de Tende, par exemple, était capitaine de cavalerie ; il s’illustra durant la Ligue.
  • 5 Gaspard de Tende est l’auteur de De la traduction, ou Regles pour apprendre a traduire la langue l (...)
  • 6 Gaspard de Tende avait porté dans son ouvrage plusieurs jugements défavorables concernant les vers (...)
  • 7 Ont été conservées deux lettres à la marquise de Sablé et à son secrétaire, du 14 janvier 1667, si (...)

1C’est en 1686 que paraît la Relation historique de la Pologne1, d’un certain sieur de Hauteville, personnage très tôt identifié comme étant Gaspard de Tende (1618-1697)2. Ce gentilhomme provençal, issu d’une branche bâtarde de la maison de Savoie3, se voua tout d’abord à la carrière militaire, à l’instar de ses aïeux4. Volontaire dans le régiment d’Aumont avant d’intégrer la cavalerie, il s’illustre au siège de Landau en 1644. Mais si Gaspard de Tende reste aujourd’hui connu des chercheurs, c’est moins pour ses exploits militaires que pour ses réflexions sur la traduction latine. Ses Regles pour apprendre a traduire la langue latine en la langue françoise5 furent en son temps très commentées, notamment parce qu’elles suscitèrent une vive querelle opposant l’auteur à Michel de Marolles6, mais la qualité de l’ouvrage fut très tôt reconnue et saluée – par l’abbé Goujet notamment – dans la Bibliothèque française, ou encore par Mabillon, qui le recommandait dans son Traité des études monastiques. L’ouvrage avait été dédié à Madeleine de Souvré, marquise de Sablé, avec laquelle l’auteur entretint, semble-t-il, une correspondance7, ce qui pourrait indiquer que le sieur de Hauteville était un familier des salons de l’époque.

  • 8 Andilly, Confessions de Saint-Augustin ; Le Maistre, Office du Saint-Sacrement. Vie de Saint Bernar (...)
  • 9 Gig a s E., Choix de la correspondance inédite de Pierre Bayle (1670-1706), Paris, GEC Gad, 1890, (...)
  • 10 Lui-même précise dans l’une de ses lettres, rédigée le 14 janvier 1667, qu’il est là depuis six an (...)
  • 11 Pour une approche de cette période, on se reportera à Gieysztor A. et alii, Histoire de la Pologne (...)
  • 12 De Tende G., An Account of Poland. Containing a Geographical Description of the Country, the Manner (...)

2Membre de la petite noblesse provençale et militaire, Gaspard de Tende appartenait donc aussi au monde des Lettres et des salons, la lettre qu’il envoie à la marquise de Sablé prouvant qu’il avait intégré les codes de la préciosité. Il faut encore, pour préciser l’identité de l’auteur, ajouter la dimension janséniste du personnage, dont on a plusieurs preuves : sa familiarité avec la marquise de Sablé, le choix de traduire les sermons de saint Augustin et le recours, pour ses Regles pour apprendre à traduire…, à des œuvres de Port-Royal, qu’il s’agisse des grandes traductions de d’Andilly et de Le Maistre8, ou surtout de textes non édités au moment où lui-même publie, et qu’il a donc consultés à l’état de manuscrits, comme l’Énéide de Virgile. En outre, à la même époque (1659), Gaspard de Tende épouse Marie du Bellet, qui est alors demoiselle de Mme de Longueville (1619-1679), elle-même sympathisante janséniste. Selon l’abbé Dubos, ce fut Mme de Longueville « qui lui fit avoir la charge de trésorier de la reine Marie, qu’il suivit en Pologne »9. Avec les armes et la plume, s’ouvre alors en quelque sorte une troisième carrière pour Gaspard de Tende, celle de la Pologne, pays dans lequel il est amené à faire deux séjours. Le premier l’y mène à la suite de Marie-Louise de Gonzague et il ne revient en France qu’à la mort de celle-ci et à l’abdication de Jean Casimir. Le second l’y renvoie à l’occasion de l’ambassade de Forbin Janson pour l’élection du roi de Pologne en 1674. Il est difficile de mesurer précisément le temps passé en terre polonaise10, mais si l’on est loin des vingt-cinq ans avancés dans l’avant-propos du libraire en 1697, il n’en demeure pas moins que son séjour se compte en années et que la présence de Gaspard de Tende à la cour de Varsovie fait de lui un témoin privilégié de cette période agitée de l’histoire de la Pologne car, après le déluge des années 1650, se succèdent trois rois en un peu plus de cinq ans : Jean Casimir, qui abdique en 1668, Michel Wisniowiecki en 1669, et Jean III Sobieski, en 167411. Une telle expérience valait bien un retour à la plume et comme le souligne le Mercure historique et politique de juin 1697, « ces deux voyages lui ayant fait acquérir une connaissance exacte des Mœurs et coutumes des Polonais, il donna au public […] une Relation historique du royaume du Pologne », ouvrage qui, au moment de sa mort, en était à sa seconde édition tandis que la traduction anglaise était sur le point de paraître12. Cette œuvre importante pour la connaissance de la Pologne du second XVIIe siècle est donc l’occasion d’étudier l’approche du sujet que propose Gaspard de Tende afin de discerner dans le texte les formes de l’influence française mais aussi les limites et les obstacles que celle-ci peut rencontrer.

Un Français en Pologne : la méthode de Gaspard de Tende

Un récit entre expérience et érudition

  • 13 De Tende G., Relation historique…, op. cit., « Le libraire au lecteur », n. p.
  • 14 Goeman M., op. cit., p. 37-38. Portofolio królowej Maryi Ludwiki, czyli zbiór listów, aktów urzędow (...)
  • 15 Lettre de Marie-Louise de La Grange d’Arquien, 24 août 1660, citée par Goeman M., op. cit., p. 36.
  • 16 Lettre de Marie-Louise de La Grange d’Arquien, 22 juin 1662, citée par Goeman M., op. cit., p. 36.
  • 17 Marie Goëman a ainsi retrouvé différentes mentions relatives à Gaspard de Tende, dans la correspon (...)

3C’est bien sûr l’expérience acquise au cours de ses deux séjours en Pologne, le premier à la suite de la reine Marie-Louise de Gonzague, le second en compagnie de l’ambassadeur de France, qui justifie le récit de Gaspard de Tende. L’éditeur du texte ne dit pas autre chose : « L’auteur de cette relation historique que je vous présente était un gentilhomme français qui a demeuré plus de vingt-cinq ans en Pologne, auprès des personnes de la première qualité, qui avaient le plus de part au secret et au maniement des affaires de l’État »13. En effet, Gaspard de Tende part en Pologne à la suite de la reine Marie-Louise de Gonzague, nouvelle épouse du roi Jean Casimir, en tant que trésorier. Cela le place d’emblée dans le cercle des courtisans, mais des courtisans salariés et non des courtisans d’honneur. Plus précisément, il est ochmistrz kuchni, une place relativement modeste dans la hiérarchie des offices qui lui rapporte 1 200 zlp, à un moment où les officiers de la cour gagnaient entre 1 000 et 2 000 zlp. Mais s’y ajoutait l’hébergement et la table à la cour de la reine14. Par ailleurs, le sieur de Hauteville gravite aussi dans l’entourage de Jean Sobieski qui, dans les années 1660, n’est encore qu’un brillant officier de l’armée de la couronne. Cela en fait un témoin privilégié, mais dont on se défie puisque selon Marie-Casimire de la Grange d’Arquien, l’homme est indiscret, ce qui le rend dangereux. Ainsi met-elle en garde un ami par l’intermédiaire de Jean Sapieha, auquel elle écrit le 24 août 1660 « qu’il ne se fie point de chose au monde à ce Hauteville, car c’est un causeur »15. Deux ans plus tard, le 22 juin 166216, elle écrit à Sobieski lui-même « surtout, que Hauteville n’en soit point ; il est dangereux », confirmant par là même que Gaspard de Tende était bien introduit dans les cercles étroits du pouvoir, même si la suspicion était de mise17.

4Or, indéniablement, Gaspard de Tende s’est servi de cette expérience pour nourrir son ouvrage. Ainsi, le chapitre qu’il consacre à la cuisine polonaise, et en particulier la dizaine de pages sur les festins, doit sans doute beaucoup à sa fonction d’ochmistrz kuchni, « maître de la cour chargé de la cuisine ». De même, sa présence auprès de Jean Sobieski combinée à sa formation militaire acquise en France sont le creuset de sa réflexion sur l’armée polonaise. On rapprochera par exemple ce qu’il note dans une lettre écrite à la marquise de Sablé en 1667 de son chapitre sur l’armée :

  • 18 Bibliothèque Nationale de France, ms. Fr. 17056, fo 272 et 273, extraits des portefeuilles du Dr. (...)

Depuis six ans que nous y sommes, nous n’avons encore vu que des divisions et des guerres, tout le pays ayant été auparavant ruiné par les Suédois, par les Cosaques, par les Tartares, et les Moscovites. Ensuite, l’armée s’étant confédérée par le défaut de paiement, la nécessité de remédier à ce désordre en a fait introduire un plus grand, qui est la mauvaise monnaie qu’on a faite pour pouvoir payer l’armée… Mais pour vous décrire encore plus la misère du pays, on n’a point de quoi payer l’armée, qui est sur le point de se confédérer une troisième fois. Et pour un surcroît de misère, il est arrivé des nouvelles que les Tartares se sont joints aux cosaques révoltés, et qu’ils sont entrés en Ukraine18

  • 19 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 264.

5Ces éléments, qui l’inquiétaient en 1667, se retrouvent dans le livre publié vingt ans plus tard : « Cette confédération qui ne fut assoupie à Léopold qu’avec bien de la peine par le roi Jean Casimir l’an 1663 ne venait pas tant du défaut de paiement de l’armée que des brigues de quelques personnes qui cherchaient à faire leurs affaires dans le trouble. C’est ainsi que l’armée se confédère19… ». Et d’ajouter quelques lignes plus loin : « J’ai encore remarqué en Pologne un défaut touchant à la charge de général d’armée », prouvant ainsi qu’une partie de son ouvrage s’appuyait sur l’expérience.

  • 20 Ibid., p. 46.
  • 21 Ibid., p. 54.
  • 22 Ibid., p. 185 : Gaspard de Tende évoque la fuite du roi pour la France.

6Pour autant, la Relation historique, comme son titre l’indique, n’est pas un récit de voyage, ni même seul récit d’expériences, car au cours des chapitres, Gaspard de Tende a compilé des informations probablement acquises dans des livres ou dans les cercles curiaux. Dans son chapitre sur les Cosaques, ou dans celui sur les Tartares, l’expérience laisse place à l’érudition lorsque l’auteur nous narre leur départ du mont Imanus en 118820, l’invasion de 122621. De même, ses réflexions sur le fonctionnement politique, au lieu de se limiter aux élections de Jean Casimir ou de Michel Korybut Wisniowiecki, s’appuient par exemple sur les cas d’Henri de Valois22, et de bien d’autres souverains. Dès lors, la structure de l’œuvre est celle d’un tableau de la Pologne, présentant en vingt-neuf chapitres l’état du pays, le fonctionnement des institutions ou encore certains aspects de la vie quotidienne. Gaspard de Tende ne livre pas le récit d’un témoin des faits, il « digère » ce qu’il a appris, par érudition ou par expérience, pour construire un savoir sur la Pologne, qui peut être confronté aux autres référents culturels de l’auteur.

Un système de référence

7Il est logique, pour tout étranger en voyage, de raisonner par comparaison : ce qui est observé est semblable ou différent de ce qui est connu, et l’on part d’une réalité maîtrisée pour accéder à des modes de fonctionnement inconnus. Ce procédé est même parfois détourné pour devenir un artifice littéraire dans le cas de récits de voyage et correspondances factices, le décalage étant alors le plus sûr moyen de mettre en exergue les défauts d’une société. Les amusements sérieux et comiques d’un siamois de Dufresny, et plus tard les Lettres Persanes firent la fortune du procédé. Il est bien évident que ce n’est pas ici le propos de Gaspard de Tende, et l’on peut même remarquer que la référence au modèle initial, à savoir la France, est pour le moins discrète. Trop grande disparité entre les cas polonais ou français, qui rend vaine tout comparaison, ou réelle maîtrise de la réalité polonaise, qui permet de se passer de cette « béquille » intellectuelle, toujours est-il que les parallèles sont rares.

  • 23 Ibid., p. 330. De même, le chapitre 29, p. 333, consacré aux monnaies, donne des équivalences avec (...)
  • 24 Ibid., p. 295.
  • 25 Ibid., p. 170.
  • 26 Ibid., p. 178.
  • 27 Ibid., p. 271.

8Ils ne deviennent récurrents que lorsqu’il s’agit de donner des équivalences, qu’il s’agisse de monnaies et mesures (« cinq ou six gros, qui valent deux sols monnaie de France »23, « encore l’aune de Pologne n’est-elle que la demie aune de France »24) ou de certaines fonctions et institutions (« c’est ce qu’on appelle en Pologne la postpolite et en France l’arrière-ban »25, « un petit général qu’on appelle en France lieutenant général »26, « les généraux-majors, qui sont comme les brigadiers en France »27)… On notera d’ailleurs que c’est lorsqu’il aborde le domaine militaire que Gaspard de Tende fait plus régulièrement des parallèles, prouvant là son expérience des réalités françaises autant que polonaises.

  • 28 Ibid., p. 24.
  • 29 Ibid., p. 26.

9Par ailleurs, on remarque que la réalité française n’est pas le référent obligatoire. Gaspard de Tende fait aussi appel au binôme franco-espagnol pour éclairer le rapport de force militaire entre la Pologne et la Russie. Ainsi, « les Polonais sont à l’égard des Moscovites ce que les Français sont à l’égard des Espagnols. Car comme en pleine campagne les Français ont l’avantage sur les Espagnols, les Polonais l’ont de même sur les Moscovites… »28 ; le même duo frontalier sert aussi pour l’exposition des rapports entre Polonais et Lituaniens car, écrit-il, « ces peuples ont toujours tenu à l’égard de la Pologne la même conduite que l’histoire nous apprend que les Espagnols ont tenu à l’égard de la France »29, à savoir qu’ils n’attaquent jamais que lorsque les Polonais sont occupés ailleurs… On le voit, le parallèle est rapide, voire superficiel. Gaspard de Tende raisonne donc en opposant, tout du moins en comparant différents systèmes. Dès lors, où va sa préférence ? A-t-on affaire à un Français convaincu de la supériorité du système de son pays d’origine ? Ce serait faire peu de cas de la nuance que l’observateur est capable d’apporter.

Un point de vue nuancé

  • 30 Il ne faut pas ici se méprendre sur le terme « étranger ». Gaspard de Tende s’en explique p. 268 : (...)
  • 31 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 267.
  • 32 Ibid., p. 268 : « Pour les officiers d’infanterie, on croira bien facilement qu’ils sont à proport (...)

10De fait, Gaspard de Tende est loin d’affirmer systématiquement la supériorité du système ou du fonctionnement français sur les choix polonais. L’équilibre n’est pas le même selon les domaines considérés. Pour résumer à grands traits les positions de l’auteur, on peut dire qu’il établit implicitement l’infériorité polonaise en matière politique ou militaire, alors que son point de vue est nettement plus nuancé pour ce qui concerne certains éléments du mode de vie. Sur le plan militaire, Gaspard de Tende ne compare pas tant les cas français et polonais qu’il ne distingue, au sein de l’armée, les troupes françaises et dites « étrangères »30. Par exemple, il constate que « ceux qui quittent ainsi l’armée ou qui ne se trouvent point au rendez-vous le jour marqué, sont ordinairement des gentilshommes polonais, et non des étrangers, qui sont plus exacts… »31. Pour autant, il renvoie dos-à-dos les simples soldats français et polonais quant à la médiocrité de leur habillement et de leur mise32.

  • 33 Ibid., p. 320 et 317.
  • 34 Ibid., p. 320.

11Dans d’autres domaines en revanche, Gaspard de Tende s’incline devant la supériorité polonaise. Ainsi, on est loin d’un triomphe de la gastronomie française, à en croire le palais de l’auteur. Tout d’abord, certains produits polonais sont meilleurs que leur équivalent français : c’est le cas du blé en général et du seigle en particulier, alors que « le mouton n’est pas si bon qu’en France »33. Par ailleurs, la manière française n’emporte pas l’assentiment du scripteur, et cela sur de nombreux plans. « Ils ne font point tant bouillir leur viande que les Français : aussi leur bouilli a plus de goût. Leurs sauces sont aussi extrêmement différentes des nôtres… » ; mais c’est incontestablement, pour l’auteur, dans l’accommodement du poisson que les Polonais surclassent l’école française34.

  • 35 Ibid., p. 298.
  • 36 Vautrin H., L’observateur en Pologne, Paris, Giguet et Michaud, 1807, p. 239-240.

12Par ailleurs, Gaspard de Tende vante les soins apportés aux enfants, et en particulier l’absence de l’emmaillotage : « On n’entend point les enfants ni crier ni pleurer : c’est sans doute parce qu’on ne les emmaillote point ; et que n’étant seulement enveloppés que de langes, ils ont toute la liberté de se remuer ; au lieu qu’en France, ils sont comme garrottés »35. Sur ce point, il est intéressant de noter que Gaspard de Tende n’est pas le seul à mettre en exergue les pratiques polonaises, car un siècle plus tard, Vautrin fait exactement les mêmes remarques, soulignant qu’« on n’a point le soin meurtrier d’assujettir les enfants au maillot, on leur abandonne en naissant l’usage de leurs membres, qu’on ne contraint plus dans la suite ; ils vont librement çà et là, n’ayant ni escalier à descendre, ni pavé à heurter, ni voiture à éviter, ni précipice à craindre »36.

13Gaspard de Tende ne fait donc pas preuve d’un chauvinisme excessif, ce qui vaut au lecteur une présentation balancée, voire nuancée. Mais on retiendra surtout que par sa qualité de Français, le sieur de Hauteville se montre sensible aux signes de l’influence française dans son pays d’accueil. Il la discerne dans la mode qui gagne timidement les hommes mais totalement les femmes, dans certains produits qui circulent sur le sol polonais, mais aussi en politique, où elle n’est cependant pas toujours couronnée de succès.

Les formes de l’influence française en Pologne

La mode française à l’assaut de l’élite polonaise ? Un progrès timide chez les hommes, un triomphe chez les femmes

  • 37 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 293-94.
  • 38 Coxe W., Voyage en Pologne, Russie, Suéde, Dannemarc, &c, Paris, Barde, Manget et Cie, 1787, p. 118

14Le texte de Gaspard de Tende est extrêmement précieux pour observer la progression de l’influence française en Pologne en matière de goût vestimentaire, en particulier du côté masculin. Ainsi qu’il le constate, les hommes s’habillent majoritairement « à la polonaise », c’est-à-dire selon les codes du sarmatisme. Il décrit des seigneurs richement vêtus, « magnifiquement habillés à leur mode. La plupart portent des bottines fort propres… un bonnet fourré, et des vestes qui vont jusqu’à mi-jambe, et qui sont fourrées quand il fait froid. Les grands seigneurs les ont fourrées de martes zibelines, qu’ils font venir de Moscovie, les autres de peaux de tigre, de léopard, de panthère… »37. On retrouve les mêmes éléments chez William Coxe, lorsqu’il parcourt le pays au XVIIIe siècle : la veste jusqu’à mi-jambe, appelée Zupan, et qui fait office de gilet, une robe ornée de fourrures (Kontusz), un bonnet fourré, des bottines38… De même, l’un comme l’autre insistent sur d’autres traits caractéristiques – les moustaches, la tête rasée, à la réserve d’un cercle de cheveux laissé sur le sommet – tout en soulignant que si ces derniers éléments sont le fait de tous les Polonais, en revanche, les habits luxueux ne se rencontrent que dans la noblesse très riche, qui réserve ses plus belles fourrures pour les seules séances de la Diète.

  • 39 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 294.
  • 40 Ibid., p. 293-297.
  • 41 Dumanowski J., « Mise en scène sociale, identité et représentation : la culture matérielle de la no (...)
  • 42 Le personnage en question est Bernard Zygmunt Konarski, protestant et major de l’armée saxonne, ha (...)
  • 43 On pensera ici au passage de l’abbé Kitowicz, La description des coutumes sous le règne d’Auguste (...)

15Mais à côté de ce modèle traditionnel, Gaspard de Tende signale aussi qu’« il y en a quelques-uns qui sont habillés à la française, dont le nombre n’est pas grand »39. Et d’identifier aussitôt ce qui caractérise cette nouvelle apparence : « Ceux-là portent du linge, des dentelles, des points, des perruques et une épée. Car pour les autres qui sont vêtus à la Polonaise, ils ne portent point d’autre linge que des chemises et des caleçons et quelques-uns des chaussons »40. Ces rares manifestations, fruits de la présence des reines françaises à la cour de Varsovie, peinent encore à s’imposer. Les travaux de J. Dumanowski41 confirment l’impression de Gaspard de Tende car pour cent inventaires étudiés sur la période 1699-1719, quatre-vingt quinze font référence à des éléments du costume national, mais un seul évoque le costume occidental, et encore s’agit-il d’un cas un peu particulier42. En effet, la tenue est alors éminemment politique : le costume sarmate participe de la construction d’un sentiment national, tandis que celui de l’Occident – et non pas le costume français au sens strict43 – est fortement associé au protestantisme et à l’ennemi, à la faveur de la guerre de Suède, de la grande guerre du Nord et de la guerre civile contre le roi Auguste II de Saxe. Le cas d’un Jean Sobieski, francophile mais représenté vêtu à la polonaise, symbolise bien tout l’enjeu.

  • 44 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 295.
  • 45 Boucher F., Histoire du costume en Occident, Paris, Flammarion, 1983, chapitre iv, p. 215-256.
  • 46 Ibid., p. 238.

16Cependant, si la victoire est loin d’être gagnée côté masculin, il n’en va pas de même pour les femmes : « Quant aux femmes de qualité, elles s’habillent et se coiffent presque toutes à la française, surtout celles qui ont de l’habitude à la cour. Et quelques vieilles qu’elles soient, elles ne laissent pas de se parer et de porter du couleur de feu. Elles aiment extrêmement les beaux habits et les étoffes les plus à la mode, les dentelles, les points, les rubans, les coiffes, les gants, et les beaux souliers, et généralement tout ce qu’on leur apporte de France et qu’on leur vend bien chèrement44. » On rappellera ici que l’ouvrage de Gaspard de Tende est publié en 1687, et qu’il s’appuie sur des souvenirs datant des années 1660 voire 1670 ; le succès est donc précoce et le texte de l’auteur annonce les récits des voyageurs de la seconde moitié du XVIIIe siècle. On retrouve dans la description tous les éléments du costume féminin tel qu’il est en vogue à la cour de Louis XIV45 : les dentelles et points, qui entourent le cou puis bordent le corsage et la chemise, les rubans, appelés « galans », qui parsèment jupes et devants de corsage, ou servent à relever de chaque côté la jupe. On retrouve aussi la couleur feu, qui caractérise tant la cour française, par opposition aux modes espagnole ou hollandaise, qui font prévaloir les tons neutres ou foncés46. Quant aux beaux souliers, ils sont probablement de soie brochée ou de velours, à moins qu’il ne s’agisse de modèles en cuir décorés de broderies de soie.

  • 47 Vautrin H., L’observateur en Pologne, op. cit., p. 163.

17Le physique même des Françaises est devenu, et ce dès la fin du XVIIe siècle, une référence, puisque l’on n’hésite pas à déformer le corps des petites filles pour le rendre conforme : « Parce qu’on voit quelques fois des filles dans ce pays-là qui ont la taille gâtée, et qu’on pourrait croire que cela vient de n’avoir pas été emmaillotées étant jeunes, il faut répondre par avance que tous les hommes sont fort grands en Pologne, et fort bien faits, et que les filles des paysans ne sont point sujettes à cette incommodité. Ainsi, l’on peut croire avec raison que les filles de qualité n’ont la taille gâtée qu’à cause que leurs gouvernantes les veulent habiller trop jeunes à la française ; qu’elles les serrent trop, ou qu’elles ne les savent pas habiller. » Et Vautrin, un siècle plus tard, de reprendre le propos : « On croit en Pologne, comme ailleurs [que les filles] sont uniquement destinées à plaire, et que la nature seule ne les formerait pas telles qu’elles conviennent à l’homme… On fait venir de Paris ce funeste étui qu’on appelle corps, et au défaut d’ouvrier capable de l’ajuster au tendre enfant, on le lui applique tel qu’il est ; il faut que la taille se moule sur cette forme inflexible47. »

L’afflux des marchandises françaises

18Bien évidemment, les articles liés à cette mode affluent sur le marché polonais, mais il faut constater que Gaspard de Tende s’intéresse fort peu aux circuits d’approvisionnement. Les quelques bribes que nous avons pu relever retiennent tout de même l’intérêt. Selon Gaspard de Tende, les dames achètent « tout ce qu’on leur apporte de France et qu’on leur vend bien chèrement. Car pourvu qu’elles ne payent pas comptant, elles en donnent tout ce qu’on leur demande. Ainsi, les marchands français qui trouvent toujours bien le moyen de se faire payer, s’enrichissent facilement. Car ils vendent un écu l’aune de ruban, qui ne leur aura coûté que quinze sous à Paris : et encore l’aune de Pologne n’est-elle que la demie aune de France ». Plusieurs points sont à retenir : la forte plus-value réalisée sur le produit, vendu huit fois plus cher qu’en France ; le recours au crédit, fondamental ; l’intervention de marchands français, installés sur place et assurant le lien entre les deux pays. Cette intervention des marchands français est pour le moins intéressante quant à l’étude des vecteurs de l’influence française en Pologne, d’autant que Gaspard de Tende indique par ailleurs, au détour d’une phrase, la présence de cuisiniers français, initiant notamment la mode des potages.

  • 48 Abbé Kitowicz, op. cit., p. 252.
  • 49 Les rapports des résidents…, 1715-1719, rapport no 10, 7 octobre 1716, p. 18-19.
  • 50 Ceintures polonaises. Quand la Pologne s’habillait à Lyon…, catalogue de l’exposition du musée des (...)

19On notera par ailleurs que l’intervention des marchands français ne se limite probablement pas aux seules marchandises de style français. Ainsi, l’abbé Kitowicz, sous le règne d’Auguste III, remarque la présence de ceintures de soie, caractéristiques du costume polonais, portant la marque « fait à Paris »48. De même, la cité lyonnaise exporte-t-elle ses brocarts d’or et d’argent, comme le remarque Mathy quelques années après Gaspard de Tende, en 171649, et la magnifique exposition tenue au musée des tissus de Lyon en 200150 fut là pour le rappeler. Ajoutons enfin que les castors de la Nouvelle-France pouvaient parfois finir en couvre-chef polonais…

  • 51 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 323.
  • 52 Ibid., p. 135. Ces éléments sont à confronter à l’« État des divers[es] marchandises de France pro (...)

20D’autres marchandises sont aussi mentionnées, comme le vin, les eaux-de-vie et le sel. Néanmoins, cet afflux n’est pas à surestimer. D’une part, l’éloignement joue contre la France, en particulier en ce qui concerne le vin. « Les vins de France et du Rhin viennent en Pologne par la mer Baltique à Dantzig. Comme ils sont de leur naturel beaucoup moins forts que ceux de Hongrie, ils perdent encore beaucoup de leur force sur la mer, étant fort difficile de faire passer les vins nouveaux au mois de novembre à cause des glaces, qui font que bien souvent la mer se trouve fermée51. » De plus, à en croire l’auteur, les marchandises françaises qui arrivent à Dantzig sont pour la plupart destinées à la seule Prusse ; il en va ainsi du vin, des eaux-de-vie et du sel, dont les Polonais de toute façon ne manquent pas puisque l’eau-de-vie est faite à partir de blé, et que le sel est extrait des mines du pays52. L’influence française, sur le plan des marchandises, reste donc limitée, mais c’est surtout sur le plan politique que la France connaît ses plus gros revers.

Une influence politique ?

  • 53 Mercure historique et politique, juin 1697.

21Si la puissance ludovicienne est à l’époque réelle, il faut bien reconnaître que les rayons du soleil sont trop éloignés des terres polonaises pour y porter toute leur lumière. L’intérêt de la France pour la politique polonaise est réel, parce que s’en faire une alliée permettrait d’envisager une alliance de revers tout en évitant de renforcer la puissance autrichienne. Nombreuses ont donc été les tentatives pour asseoir sur le trône polonais un roi d’origine française, ou du moins un sympathisant. Gaspard de Tende permet de bien cerner ces éléments, tant par ses rappels historiques – on songe évidemment à Henri III, éphémère roi de Pologne, mais qui montre bien que la France avait depuis des années des vues sur la Pologne et avait les moyens de ses ambitions – que comme témoin direct des entreprises françaises dans les années 1660-1670. La période est d’autant plus intéressante que les élections ou tentatives d’élection sont nombreuses : la volonté de Jean Casimir de faire élire son successeur de son vivant (vive regente) ; l’élection effective de son successeur, Wisniowiecki, en 1669 ; la nouvelle élection après la mort précoce de ce nouveau roi, en 1674. À chaque fois, la France eut des ambitions, mais celles-ci se soldèrent le plus souvent par des échecs. Le premier survient lorsque Jean Casimir ne parvient pas à faire accepter l’élection vivente rege de son successeur, un candidat français du nom d’Eugène d’Enghien, fils du prince de Condé. Cette atteinte à la « liberté dorée » de la noblesse polonaise fut bien sûr exploitée pleinement par Vienne et Berlin, qui soutinrent les soldats confédérés mal payés et l’opposition aristocratique menée par Lubomirski. La France n’abandonna cependant pas Jean Casimir, qu’elle accueillit lors de son abdication, lui offrant même les revenus de huit abbayes, dont Saint-Germain-des-Prés. Elle essaie alors de placer à nouveau un candidat, cette fois-ci avec l’appui de l’Autriche, mais c’est un nouvel échec, puisqu’un « Piast » l’emporte finalement, l’éphémère Michel Korybut Wisniowiecki, marié à Éléonore d’Autriche. La France tente encore sa chance en 1673, à la mort du Roi Michel ; c’est d’ailleurs à cette occasion que Gaspard de Tende53, rentré en France avec Jean Casimir, reprend le chemin de la Pologne pour accompagner Toussaint de Forbin-Janson (1629-1713), évêque de Marseille, chargé des négociations pour la nouvelle élection. Il assiste ainsi à l’entrevue de Belveder, entre l’ambassadeur du prince de Neufbourg et le Chancelier Patz et explique comment, malgré les avantages proposés au chancelier et à toute sa famille, celui-ci demeura inflexible, préférant Charles de Lorraine au prince de Neufbourg.

  • 54 Elle épousa successivement les rois de Pologne Ladislas IV Vasa en 1646 et son frère Jean II Casim (...)
  • 55 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 282.
  • 56 Ibid., p. 391 : « Guenski crut voir nos espérances perdues dans la perte de cette princesse. Il ne (...)
  • 57 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 128.

22Mais on notera aussi que l’élection du roi n’est pas le seul enjeu ; car de fait, tout comme pour la mode, si l’influence française échoue côté masculin, en revanche, elle est nette du côté des femmes, et c’est largement grâce aux reines de Pologne que la France rayonne, qu’il s’agisse de Marie-Louise de Gonzague54 ou de Marie-Casimire de la Grange d’Arquien, que Gaspard de Tende connaît toutes deux. La Relation confirme le rôle politique de la reine Marie-Louise, qui serait décédée « d’une fluxion sur la poitrine, causée par un excès de contestation qu’elle avait eu avec le Chancelier Patz, sur une affaire qu’elle lui proposait, et qu’il ne voulait point faire. Car cette princesse aimait tellement à parler d’affaires, et à gouverner seule l’État, qu’elle était comme jalouse du Roi son mari, et que ce Prince n’osait parler à aucune femme en particulier, de peur de lui donner sujet de croire que quelque autre qu’elle le gouvernait »55. Cette influence de la reine est par ailleurs attestée dans les Mémoires de Pomponne, qui décrit un roi abandonnant le pouvoir à son épouse, au point d’abdiquer après sa mort56. Le cas de Marie-Louise de Gonzague est d’autant plus intéressant que, comme l’explique Gaspard de Tende, en dépit du rejet du principe d’hérédité, on accorde importance à la famille du défunt roi, au point que Marie-Louise, veuve de Ladislas VI, fut choisie comme épouse par Jean Casimir. La France essaie d’ailleurs d’utiliser cette pratique à son profit, comme le révèle Hauteville ; le 18 mai 1674, lors de la Diète d’élection, elle propose à Éléonor d’Autriche, veuve du roi Michel, d’épouser le candidat français le prince de Neufbourg ; la demande fut transmise « par quatre évêques, qui l’assurèrent que si elle voulait consentir à ce mariage, on élirait le prince de Neubourg, et que par ce moyen tous les esprits qui étaient partagés se trouveraient réunis »57. La question politique le montre bien, l’influence française est bornée tant par la concurrence que par la volonté polonaise de préserver un certain nombre de privilèges.

Les limites de l’influence

Des influences concurrentes

  • 58 Ibid., p. 175.
  • 59 Ibid., p. 252.
  • 60 Ibid., p. 124.
  • 61 Ibid., p. 130.

23En terme d’influence, la concurrence s’exerce d’abord dans le domaine de la politique, comme nous venons de l’entrevoir, car s’il existe un parti français, Gaspard de Tende identifie aussi « une faction lorraine et autrichienne »58 à l’œuvre lors de l’élection de Sobieski et même ensuite puisque le parti d’Autriche est supposé hostile à Marie-Casimire de la Grange d’Arquien, dont il souhaiterait empêcher le couronnement, « tant parce qu’elle était née Française que parce qu’elle n’était que demoiselle »59. De même, l’échec de Jean Casimir dans l’élection de son successeur vivente rege fut le fait de l’action conjuguée de l’Empereur Léopold et de l’électeur de Brandebourg60. Au fil du récit, les principaux adversaires de la France s’identifient : le Chancelier Patz, bien sûr, ainsi que la reine Éléonor, sœur de l’Empereur. Il faut en outre noter qu’il ne suffit pas d’être Français pour appartenir au parti français. Ainsi, comme l’explique Gaspard de Tende, l’épouse du Chancelier Patz, « quoi que Française de la maison de Mailly, ne voulut jamais revenir dans le parti français, quelque proposition avantageuse qu’on lui put faire. Elle était dame d’honneur de la reine Éléonore, elle lui avait donné sa parole de lui être fidèle et lui tint inviolablement »61

  • 62 C’est du moins ce que l’on retrouve chez Vautrin H., Lettre de Pologne, fo 6 : « Le vin que l’on b (...)
  • 63 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 135. On relève aussi des références au vin hongrois (...)
  • 64 Ibid., p. 311.

24De même, il ne faut pas croire que la France l’emporte unilatéralement en matière de gastronomie. Si l’on boit du vin étranger à l’époque en Pologne, c’est avant tout du vin hongrois, fait qui perdure au XVIIIe siècle62, et tout Français qu’il soit, Gaspard de Tende ne cesse cependant d’en vanter les mérites. « Les Polonais n’aiment que le vin de Hongrie »63. Évoquant les festins de noces, il déclare : « On y boit beaucoup de vin de Hongrie, qui est excellent. Et l’on peut dire que quelque cher qu’il soit, il y est cependant plus commun et moins épargné que l’eau »64. Il précise même que « celui de Hongrie surpasse en bonté et en force les vins d’Espagne ». En effet, il existe une réelle variété des approvisionnements en vins étrangers, et au sein du palmarès, les vins français ne sont guère bien placés, pour des raisons de circuits commerciaux évoquées précédemment. Non seulement le Tokay l’emporte très nettement, mais les cuvées françaises doivent encore s’effacer devant les productions italiennes ou rhénanes.

  • 65 Ibid., p. 296.

25En matière de mode, la cour française doit aussi compter avec certaines rivales, l’Espagne au début du siècle et surtout la Hollande, dont les critères s’imposent dans le second quart du siècle. Certes, après 1660, selon François Boucher, la mode française domine, mais on constate la persistance des influences espagnole et hollandaise. Comment ne pas la discerner, dans les lignes de Gaspard de Tende, lorsqu’il mentionne que « les femmes de qualité se servent souvent pour porter la queue [la traîne], de nains ou de naines… Ces dames ont toujours avec elles une vieille, qu’on appelle majordome »65, autrement dit une duègne ?

26De fait, pour les Polonais du temps, la France était un modèle influent parmi d’autres, et se trouvait mêlée dans un ensemble que l’on nommait l’« influence étrangère », car le clivage essentiel était celui qui opposait le modèle national au modèle occidental. Dès lors, l’influence de la France était aussi bornée par un certain nombre de garde-fous mis en place par la Diète.

Des Polonais jaloux de leurs prérogatives

  • 66 Ibid., p. 230.

27L’un des importants constats de Gaspard de Tende est le fait que les Polonais restent très jaloux de leurs prérogatives. Ainsi, les pacta conventa, engagements pris par le roi lors de son élection, brident totalement sa capacité d’action et veillent en particulier à limiter les privilèges accordés aux étrangers. Il est stipulé « que dans son conseil il n’aura aucun étranger de quelque condition qu’il puisse être ; et ne leur donnera ni charges, ni dignités, ni starosties »66. De même, tous les officiers devront être Polonais ou Lituaniens, le souverain ne pourra se marier qu’avec le consentement de la Diète, et la suite de la reine définie par le Sénat ; il règlera avec son conseil les troupes d’infanterie et cavalerie, en sorte que la république n’ait pas besoin de troupes étrangères.

  • 67 Ibid., chapitre 11.

28C’est en effet dans le domaine militaire que les Polonais se montrent exigeants, mais on peut aussi penser que Gaspard de Tende, militaire de formation et attaché un temps au service de Sobieski, y fut particulièrement sensible : « Pour les étrangers, quelque noble qu’ils soient dans leur pays et quelque service qu’ils aient rendu à la république dans l’armée, ils ne peuvent rien posséder ni parvenir qu’à commander seulement un régiment d’infanterie ; ou tout au plus à être général major, qui est une charge à peu près comme celle de brigadier en France, parce que les Polonais ne souffriraient jamais qu’un étranger, quelque habile qu’il fût au métier de la guerre, eut le commandement général de l’armée67. » Le seul moyen de contourner ces interdits – mais de façon très partielle – est d’obtenir l’indigénat. Tout au plus le gentilhomme peut-il alors espérer commander un régiment et posséder quelques petits biens royaux. Mais la qualité est difficile à obtenir, comme le rapporte Gaspard de Tende, et là encore, il est difficile de départager ce qui relève du récit d’un témoin des difficultés qui opposèrent Jean Casimir à la Diète au début des années 1660, à propos de l’octroi de l’indigénat, et du dépit d’un homme qui ne bénéficia jamais de ce privilège.

29Ce rapide aperçu ne suffit bien sûr pas à rendre compte de la richesse de cette Relation historique de la Pologne, un témoignage d’autant plus précieux qu’il existe pour l’époque peu de documents comparables. L’une des forces de cet écrit est de reposer sur l’expérience de son auteur, mais une expérience qui semble s’être décantée, qui s’est enrichie de savoirs annexes, probablement acquis dans les cercles du pouvoir. Familier de grands, Gaspard de Tende fut un témoin privilégié, à défaut d’être un confident fiable, et le récit qu’il livre pondère fortement l’idée d’une influence française triomphante, thèse d’autant plus recevable qu’elle émane d’un Français fréquentant les milieux les plus sensibles à l’influence française. En effet, la force des modèles concurrents, autant que l’intégration, la fusion des éléments français dans ce qui constituerait en fait à l’époque un modèle étranger ou pour mieux dire occidental, sont des données qui montrent bien que l’ascendant français ne s’exerce finalement pleinement que dans le domaine de la mode féminine. Mais à défaut de mettre en valeur l’influence française en Pologne, Gaspard de Tende a en revanche très probablement fortement influencé l’image de la Pologne en France. Il est ainsi saisissant de confronter son texte aux récits de la seconde moitié du XVIIIe siècle, et de retrouver, sous la plume de ces voyageurs français en Pologne, les mêmes remarques, les mêmes impressions, voire les mêmes expressions. La force de Gaspard de Tende est probablement là, dans l’inspiration qu’il suscita chez les voyageurs ultérieurs, et son récit résonne comme une invitation à une meilleure connaissance de ces cercles sensibles à l’influence française.

Notes

1 Dans le cadre de cet article, nous avons travaillé sur l’édition de 1690, que nous a très aimablement communiquée Jarosław Dumanowski. Qu’il en soit ici vivement remercié. De Tende G., Relation historique de la Pologne contenant le pouvoir de ses rois, leur élection et leur couronnement, les privilèges de la noblesse, la religion, la justice, les moeurs et les inclinations des Polonais, avec plusieurs actions remarquables par le sieur de Hauteville, Paris, Jacques Villery, 1697.

2 Pour des éléments sur la biographie de Gaspard de Tende, voir Achard C.F., Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, s.l., J. Mossy, 1787, et la notice dans Desplaces E.-E., Michaud J.-F. et Michaud L.-G., Biographie universelle (Michaud) ancienne et moderne, Paris, Madame Desplaces C., 1857. On trouvera aussi beaucoup d’indications dans Goëman M., « La vie et l’œuvre de Gaspard de Tende, gentilhomme français dans la France et la Pologne du XVIIe siècle », mémoire de Master 2, Bordeaux/Toruń, 2007.

3 Son grand-père, Annibal, était le fils naturel de Claude de Savoie, comte de Tende et gouverneur de Provence.

4 Annibal de Tende, par exemple, était capitaine de cavalerie ; il s’illustra durant la Ligue.

5 Gaspard de Tende est l’auteur de De la traduction, ou Regles pour apprendre a traduire la langue latine en la langue françoise : Tirées de quelques-unes des meilleures traductions du temps, Par le sr de l’Estang, Paris, Jean Le Mire, 1660, et de Sermons de Saint Augustin sur les sept Psaumes de la Penitence, traduits en françois par D. T. sieur de Lestang, Paris, Lepetit, 1661. Sur le sujet, on consultera notamment Mariotti F., « Gaspard de Tende e le Regles de la traduction », dans Teorie e pratiche della traduzione nell’ambito del movimento port-royaliste, Pisa/Ginevra, ETS/Slatkine, 1998, p. 143-157 (http://www.filologiafrancese.it/qds_paragrafi/25.pdf).

6 Gaspard de Tende avait porté dans son ouvrage plusieurs jugements défavorables concernant les versions de l’abbé de Marolles, qui lui répondit par des Observations faites en tête de sa traduction en vers des œuvres de Virgile.

7 Ont été conservées deux lettres à la marquise de Sablé et à son secrétaire, du 14 janvier 1667, signées de Varsovie.

8 Andilly, Confessions de Saint-Augustin ; Le Maistre, Office du Saint-Sacrement. Vie de Saint Bernard.

9 Gig a s E., Choix de la correspondance inédite de Pierre Bayle (1670-1706), Paris, GEC Gad, 1890, p. 301, lettre de l’abbé Dubos à Pierre Bayle, 1697.

10 Lui-même précise dans l’une de ses lettres, rédigée le 14 janvier 1667, qu’il est là depuis six ans : Lettre à Mme de Sablé, 14 janvier 1667 : « Depuis six ans que nous y sommes, nous n’avons vu que des divisions et des guerres… ». Il y retourne ensuite avec Forbin Janson.

11 Pour une approche de cette période, on se reportera à Gieysztor A. et alii, Histoire de la Pologne, Warszawa, Éditions Scientifiques de la Pologne, 1972, p. 262-281.

12 De Tende G., An Account of Poland. Containing a Geographical Description of the Country, the Manners of the Inhabitants, and the Wars they have been Engag’d in ; the Constitution of that Government ; Particularly the Manner of Electing and Crowning their King ; his Power and Prerogatives : With a Brief History of the Tartars. By Monsieur Hauteville, who Resided about 25 Years in that Kingdom. To which is Added a Chronology of the Polish Kings ; the Abdication of King John Casimir ; and the Rise and Progress of Socinianisme. Likewise a Relation of the Chief Passages during the last Interregnum ; and the Election and Coronation of the new King Frederic Augustus. The whole comprehending whatsoever is Curious and Worthy of Remark in the Former and Present State of Poland, London, T. Goodwin/H. Newman, 1698.

13 De Tende G., Relation historique…, op. cit., « Le libraire au lecteur », n. p.

14 Goeman M., op. cit., p. 37-38. Portofolio królowej Maryi Ludwiki, czyli zbiór listów, aktów urzędowych i innych dokumentów, ściągających się do pobytu téj monarchini w Polsce, Poznań, E. Raczyński, 1884, vol. 2, p. 371 : Salaires payés pour la première moitié de 1667, […] de la part de la défunte reine : […] à Madame de Tende 300 zloties […] p. 372, à M. de Tende 600 zloties. Renseignements communiqués par M. Jarosław Dumanowski.

15 Lettre de Marie-Louise de La Grange d’Arquien, 24 août 1660, citée par Goeman M., op. cit., p. 36.

16 Lettre de Marie-Louise de La Grange d’Arquien, 22 juin 1662, citée par Goeman M., op. cit., p. 36.

17 Marie Goëman a ainsi retrouvé différentes mentions relatives à Gaspard de Tende, dans la correspondance échangée entre Marie-Casimire de La Grange d’Arquien et Sobieski : 24 août 1660, 7 octobre 1660 ; mars 1661, 7 avril 1661, 2 juillet 1661, 15 juillet 1661, août 1661, 3 septembre 1661, 27 septembre 1661 ; janvier 1662, 22 juin 1662.

18 Bibliothèque Nationale de France, ms. Fr. 17056, fo 272 et 273, extraits des portefeuilles du Dr. Vallant, Lettre de Gaspard de Tende à la Marquise de Sablé, à Varsovie, le 14 janvier 1667, dans Goeman M., op. cit., p. 106.

19 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 264.

20 Ibid., p. 46.

21 Ibid., p. 54.

22 Ibid., p. 185 : Gaspard de Tende évoque la fuite du roi pour la France.

23 Ibid., p. 330. De même, le chapitre 29, p. 333, consacré aux monnaies, donne des équivalences avec les valeurs françaises. On retrouve encore certaines équivalences p. 273.

24 Ibid., p. 295.

25 Ibid., p. 170.

26 Ibid., p. 178.

27 Ibid., p. 271.

28 Ibid., p. 24.

29 Ibid., p. 26.

30 Il ne faut pas ici se méprendre sur le terme « étranger ». Gaspard de Tende s’en explique p. 268 : « On les appelle ainsi étrangères parce qu’elles sont levées sur le pied allemand, et que le commandement se fait en langue allemande, bien que la plupart des soldats et des officiers soient polonais ».

31 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 267.

32 Ibid., p. 268 : « Pour les officiers d’infanterie, on croira bien facilement qu’ils sont à proportion des soldats et ils ne sont pas mieux habillés ni mieux mis que les simples soldats en France ».

33 Ibid., p. 320 et 317.

34 Ibid., p. 320.

35 Ibid., p. 298.

36 Vautrin H., L’observateur en Pologne, Paris, Giguet et Michaud, 1807, p. 239-240.

37 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 293-94.

38 Coxe W., Voyage en Pologne, Russie, Suéde, Dannemarc, &c, Paris, Barde, Manget et Cie, 1787, p. 118.

39 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 294.

40 Ibid., p. 293-297.

41 Dumanowski J., « Mise en scène sociale, identité et représentation : la culture matérielle de la noblesse de Grande Pologne au XVIIIe siècle », dans Noblesse française et noblesse polonaise. Mémoire, identité, culture XVIe-XXe siècles, Pessac, MSHA, 2006, p. 395-403.

42 Le personnage en question est Bernard Zygmunt Konarski, protestant et major de l’armée saxonne, habitant la région de Grande Pologne, qui jouxte la Saxe électorale.

43 On pensera ici au passage de l’abbé Kitowicz, La description des coutumes sous le règne d’Auguste III, Warszawa, 1840, p. 198, sur la progression de ce qu’il nomme le « costume allemand » : « Au début du règne d’Auguste II [1697-1733], peu de grands seigneurs arboraient le costume étranger, excepté la maison des princes Czartoryski, le palatin de Cracovie Lubomirski et quelques autres nobles qui avaient opté pour le costume allemand. À l’occasion du couronnement d’Auguste III, tous les grands seigneurs avaient revêtu le costume polonais. Ils suivirent pourtant le nouveau roi qui s’orienta par la suite vers le costume allemand. Vers la fin du règne, un dixième seulement des sénateurs et des officiers de la Couronne étaient restés fidèles au costume polonais. La moitié de la nation préférait la mode allemande. »

44 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 295.

45 Boucher F., Histoire du costume en Occident, Paris, Flammarion, 1983, chapitre iv, p. 215-256.

46 Ibid., p. 238.

47 Vautrin H., L’observateur en Pologne, op. cit., p. 163.

48 Abbé Kitowicz, op. cit., p. 252.

49 Les rapports des résidents…, 1715-1719, rapport no 10, 7 octobre 1716, p. 18-19.

50 Ceintures polonaises. Quand la Pologne s’habillait à Lyon…, catalogue de l’exposition du musée des tissus de Lyon, Lyon, 2001.

51 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 323.

52 Ibid., p. 135. Ces éléments sont à confronter à l’« État des divers[es] marchandises de France propres pour Dantzig avec le prix de ce qu’elles se vendent en cette ville ce jourd’huy 13 de février 1717 » établi par Mathy, reproduit dans Guyard F., Les marchandises françaises importées en Pologne au siècle des Lumières. Une approche des représentations qu’on se fait de la France dans la Pologne du XVIIIe siècle, TER Bordeaux 3, ss. dir. M. Figeac et J. Dumanowski, Universités Bordeaux 3/Toruń, 2004, annexes, p. 131.

53 Mercure historique et politique, juin 1697.

54 Elle épousa successivement les rois de Pologne Ladislas IV Vasa en 1646 et son frère Jean II Casimir Vasa en 1649.

55 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 282.

56 Ibid., p. 391 : « Guenski crut voir nos espérances perdues dans la perte de cette princesse. Il ne douta point que le roy d’un naturel doux, facile et assez éloigné du travail et de l’application que demandent les affaires, ne fût bien aise de se décharger en d’autres mains d’un soin dont il s’était reposé absolument sur l’habileté et la conduite de la reine… et il voyait beaucoup d’apparence que l’affection du roi de Pologne pour la France, n’étant plus soutenue par la reine qui l’avait fait naître, il serait aisé à ses nouveaux ministres de le ramener à sa première inclination pour la maison d’Autriche dont elle l’avait détaché. »

57 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 128.

58 Ibid., p. 175.

59 Ibid., p. 252.

60 Ibid., p. 124.

61 Ibid., p. 130.

62 C’est du moins ce que l’on retrouve chez Vautrin H., Lettre de Pologne, fo 6 : « Le vin que l’on boit est de Hongrie ou de France soi-disant, plus ordinairement de Hongrie ».

63 De Tende G., Relation historique…, op. cit., p. 135. On relève aussi des références au vin hongrois p. 201, 270 et 293.

64 Ibid., p. 311.

65 Ibid., p. 296.

66 Ibid., p. 230.

67 Ibid., chapitre 11.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search