Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Première Partie. Armée et diplomatie française en Europe centrale

9. Le voyage de François Mitterrand en Tchécoslovaquie (13-14 septembre 1990)

Rayonnement de la personnalité de François Mitterrand en Tchécoslovaquie

Gabriela Ziakova

Texte intégral

1Dans une atmosphère de tension générale, de la dissolution du bloc communiste, en passant par la réunification de l’Allemagne jusqu’au conflit au Koweït, François Mitterrand – Président socialiste – véhicule une conception de l’organisation mondiale restant incontestablement dans la ligne gaullienne, mais qui, de sa position avancée en Europe de l’Est au début de son deuxième septennat, se transforme en une attitude transcendée quelques années plus tard. Toutefois, le voyage de François Mitterrand en Tchécoslovaquie en septembre 1990 représente la période culminante de la diplomatie mitterrandienne en terme de rayonnement français au cœur de l’Europe avant l’échec du projet de confédération européenne, l’année suivante.

2La personne de François Mitterrand et sa façon d’incarner la France en Tchécoslovaquie après les premières élections démocratiques, ainsi que la façon d’orienter sa diplomatie au centre de l’Europe, seront le fondement de cette étude. Quels rayons sont émis par François Mitterrand à Prague et à Bratislava au nom de la France ?

  • 1 Šedivý J., Velvyslancem u Eiffelovy věže [Ambassadeur sous la tour Eiffel], Praha, Mladá Fronta, 20 (...)

3Beaucoup de travaux, selon des schémas divers, ont déjà analysé la diplomatie mitterrandienne de la fin de la guerre froide. À ce sujet, la lumière fut portée sur les relations avec l’URSS, la Grande-Bretagne et surtout avec l’Allemagne. Parmi les travaux les plus récents, c’est le livre de Frédéric Bozo, Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande, et l’ouvrage allemand de Tilo Schabert, Mitterrand et la réunification allemande, qui méritent d’être retenus. Moins nombreux sont ceux qui traitent les rapports de la France mitterrandienne avec l’ancienne Europe de l’Est. Encore moins évoquées sont les relations avec la Tchécoslovaquie si ce n’est de manière très « survolée » à travers l’axe Paris/Moscou. L’ouvrage collectif dirigé par Samy Cohen, Mitterrand et la sortie de la guerre froide, publié il y a dix ans ou la très récente publication tchèque de l’ancien ambassadeur Šedivý, Ambassadeur sous la tour Eiffel1, font partie des exceptions.

4L’objet de cette communication est d’essayer de capter la dimension personnalisée de la visite d’État du Président français à la mi-septembre 1990, en raison de l’appropriation des relations franco-tchécoslovaques par François Mitterrand. Sans prétendre vouloir entrer dans les pensées de notre protagoniste principal, le rayonnement de la personnalité de François Mitterrand en Tchécoslovaquie sera étudié au cœur des relations bilatérales normalisées. D’une part, par la reprise de contact dont il est l’initiateur et la réconciliation dont il est l’auteur. D’autre part, par le rôle de messager des Droits de l’Homme avec lesquels il veut bâtir les fondements d’une Europe unie et conditionner l’unité tchécoslovaque. Enfin, à travers une relation jusque-là harmonieuse avec le leader moral Havel qui résulterait de la jonction de deux esprits, l’un rationnel et l’autre romantique, pour le prestige de Prague, de la Tchécoslovaquie, de la France et de l’Europe.

5Le travail de recherche, dont cette communication est un aboutissement, a profité du dépouillement des fonds d’archives, et d’abord de celles de la Présidence de la République déposées aux Archives nationales avec une autorisation de les consulter par dérogation. Il s’agit des dossiers de la cellule diplomatique, du service du protocole et ceux des deux collaboratrices de Mitterrand, Élisabeth Guigou et Caroline de Margerie. Ensuite, ce sont quelques dossiers des Archives du Bureau de Président Havel à Prague, puis des discours, des journaux télévisés, des livres ou des articles de presse tchèque, slovaque et française. Enfin, à cela s’ajoute un peu d’histoire orale par les souvenirs de quelques témoins directs de ce voyage.

Une attitude nouvelle, positive, normalisée

  • 2 Archives de l’Institut François Mitterrand, Réf. 01368, Fichier 881208D, Interview/Presse étrangère (...)
  • 3 Ibid., Fichier 881130B, Interview à France Inter du mercredi 30 novembre 1988.

6C’est lors de nombreux discours et interviews en 1988 que François Mitterrand, héritier de la politique étrangère gaullienne contre Yalta, exprime sa volonté d’ouverture à l’Est. La visite officielle du Président français en Tchécoslovaquie en décembre de la même année le confirme. Parmi les principales attentes de la diplomatie française au cœur de l’Europe, Mitterrand évoque « une relance du dialogue et de la coopération entre la France et la Tchécoslovaquie dans l’intérêt [des] deux pays et dans la perspective du rapprochement des deux parties de l’Europe dont il [Mitterrand] a fait un objectif de [sa] diplomatie »2. Le voyage en Tchécoslovaquie reflète le caractère nouveau que François Mitterrand, pour son deuxième septennat, tâche de donner à la politique extérieure de la France en intégrant le terme de Gorbatchev, « la maison commune européenne ». Plusieurs phraséologismes, tel « l’autre Europe », l’expriment et soulignent la préoccupation capitale de François Mitterrand : « Je ne veux pas que la France soit coupée de ce mouvement »3.

  • 4 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée F (...)
  • 5 Ibid.

7François Mitterrand exporte progressivement sa « force tranquille » à l’Est. Après la Révolution de velours, « la France fait partie des relations de priorité pour la Tchécoslovaquie »4. C’est ainsi que durant l’année 1990, les services diplomatiques tchécoslovaques de Paris désignent les rapports entre les deux États et commentent l’attitude de la France envers leur pays comme « nouvelle et positive »5.

  • 6 Ibid.
  • 7 39e assemblée générale de l’Institut International de Presse (IPI). Voir Sud Ouest du 8 mai 1990, p (...)
  • 8 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée F (...)

8De nombreuses visites de représentants tchécoslovaques et français ont été réalisées avant le voyage officiel de François Mitterrand en Tchécoslovaquie programmé pour le mois de septembre 1990. D’ailleurs, la diplomatie tchécoslovaque observe que « la fréquence de rencontres a rattrapé le temps perdu depuis quarante ans »6. La détermination française à approfondir les relations diplomatiques s’exprima par des invitations officielles qui furent adressées, entre autres, au Président V. Havel, au Président de l’Assemblée fédérale A. Dubček, au Premier ministre fédéral Čalfa ou au ministre des Affaires étrangères J. Dienstbier. Mais avant tout, à cette attitude « nouvelle et positive » de la France envers la Tchécoslovaquie s’ajoute un autre attribut. C’est à Bordeaux que F. Mitterrand et J. Dienstbier l’expriment, lors d’une courte entrevue dans l’un des salons du Grand Théâtre de Bordeaux le 7 mai 19907, en caractérisant « les relations entre la France et la Tchécoslovaquie comme normalisées »8.

  • 9 AN, AG 4 (5)/CD 384, Note pour le Président de la République, Visite d’État en Tchécoslovaquie (13- (...)
  • 10 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée F (...)

9Toutefois, l’ambassadeur de France en Tchécoslovaquie, Jean Guéguinou, affine le profil des relations bilatérales quelques jours avant la visite officielle et les qualifie de « brillantes dans le domaine politique, intenses sur le plan culturel, mais insuffisantes en matière de commerce et de coopération économique »9. Le tableau de la réalité franco-tchécoslovaque fut peint par l’ambassadeur français à bon escient. À travers le télégramme10 de son homologue tchécoslovaque à Paris adressé à Prague, nous apprenons que la partie française soupçonnait le gouvernement fédéral d’être responsable de la carence des sociétés françaises sur le marché tchécoslovaque. Dans ce même télégramme apparaît également la volonté de la diplomatie tchécoslovaque d’apaiser ce sentiment en demandant un soutien au gouvernement tchécoslovaque afin d’améliorer la coopération économique entre les deux pays.

  • 11 Mauriac J., L’après de Gaulle, notes confidentielles 1969-1989, Paris, Fayard, 2006, p. 365 : « Mit (...)
  • 12 AG/5 (4)/CD 384, Courrier manuscrit de Jean Musitelli du 4 novembre 1988 adressé à M. le Président (...)

10Néanmoins, la réalité des relations bilatérales de l’époque, telle que l’avait exprimée Jean Guéguinou, est à l’image de François Mitterrand. D’une part, dès le premier septennat François Mitterrand s’approprie très vite la vision gaullienne de la fonction de chef d’État et par conséquent, la diplomatie : « Le chef de l’État, élu au suffrage universel, se doit d’être l’incarnation même du pays ». D’autre part, comme le confie Michel Jobert à Jean Mauriac11, la réputation des voyages de François Mitterrand avait plutôt un caractère philosophique. Et cela s’affirme dès le début de son second mandat à tel point que même les arguments économiques lourds12 de ses collaborateurs ne pesaient guère contre la décision du Président. De ce fait, le rayonnement économique lors du voyage en Tchécoslovaquie postcommuniste ne sera pas traité dans cette étude.

Initiateur

  • 13 Bosseno C.-M., Du temps au temps, l’inventaire historique du premier septennat de François Mitterra (...)
  • 14 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée F (...)
  • 15 Interview d’Hubert Védrine/Hubert Védrine, Frédéric Clavert, prise de vue : Alexandre Germain, Pari (...)

11L’incarnation de la France et de sa diplomatie en la personne de François Mitterrand n’est ici point exagérée. D’ailleurs, Christian-Marc Bosséno13 évoque un aveu très explicite qui échappe à François Mitterrand lors d’une émission littéraire : « La France, pour moi, c’est moi… ». Lorsque les services diplomatiques de l’ambassadeur Šedivý indiquent dans la note préparatoire14 à la visite du Président français que la politique étrangère de la France est un domaine d’influence strictement mitterrandien, ils précisent qu’aucune décision ne peut être prise sans avoir consulté le Président. Les fiches des collaborateurs du Président, toujours annotées par François Mitterrand, le confirment. Le leadership de Mitterrand est, à juste titre, fortement ressenti dans cette première moitié du second septennat. Car, après une cohabitation dure avec Jacques Chirac et son gouvernement, il est appuyé par une symbiose générale entre l’Élysée et le Quai d’Orsay. Selon les souvenirs d’Hubert Védrine15 : « Entre Mitterrand et Dumas, ça marche très bien. Il n’y a aucun désaccord notable. Mais, c’est évidemment Mitterrand qui est le patron, sur tous les plans. Et entre les équipes, c’est pareil ».

  • 16 Le premier voyage à l’Est de son premier septennat fut consacré à la Hongrie en juillet 1982.
  • 17 Les membres de la Charte 77 furent déjà reçus au déjeuner organisé à l’Ambassade d’Autriche à Pragu (...)
  • 18 Mauriac J., L’après de Gaulle…, op. cit., p. 345.
  • 19 Archives de l’Institut François Mitterrand, Discours – Services presse, Fichier 881130B, Interview (...)

12C’est dans cet esprit que François Mitterrand est l’initiateur d’une reprise de contact officielle avec la Tchécoslovaquie. Sa première visite à l’Est16, les 8 et 9 décembre 1988, au début de son second mandat, fut la première visite officielle d’un chef d’État français depuis la naissance de la Tchécoslovaquie en 1918. De même, François Mitterrand devint le premier chef d’État17 à avoir rencontré les opposants au régime communiste tchécoslovaque de l’époque. La passion des voyages est encore plus grande chez François Mitterrand, surtout lorsqu’elle est accompagnée d’un palmarès de titres de primauté qui le distinguent tant bien que mal de ses prédécesseurs. Hubert Védrine rappelle les paroles de Mitterrand avant son premier voyage en Israël en tant que premier Président français à s’y rendre en visite officielle : « Ne pas y aller, c’était faire comme Giscard »18. Et en septembre 1990, François Mitterrand, « fidèle à lui-même »19, marque l’histoire pour l’image de la France et ajoute un nouveau trophée à son palmarès une fois de plus en Tchécoslovaquie, devant l’Assemblée fédérale le jeudi 13 septembre 1990. À travers les mots adressés aux députés tchèques et slovaques, il s’adresse à tout le peuple « tchécoslovaque » et devient le premier chef d’État étranger venu s’exprimer sur le sol du parlement fédéral tchécoslovaque.

  • 20 Labbé D., Le vocabulaire de François Mitterrand, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Scien (...)
  • 21 Allocution de François Mitterrand, Président de la République, sur la construction de l’Europe, les (...)

13En ce sens, le voyage du Président français en Tchécoslovaquie en septembre 1990 est l’accomplissement de l’incarnation de la France par François Mitterrand. Habile en images, en métaphores et en personnifications, Mitterrand arrive en Europe centrale sur une scène déjà connue depuis deux ans. Depuis son premier voyage en Tchécoslovaquie, François Mitterrand veut incarner la France aux yeux de l’élite politique de ce pays comme aux yeux de l’opinion publique tchécoslovaque. Dominique Labbé20 observe chez Mitterrand « une association presque physique du pays avec sa propre personne ». Dans une allocution à Bratislava21, Mitterrand dit : « Vous avez parlé de vin, de fromage, de parfum.

14Je n’ai pas apporté de vin avec moi, ni de fromage. Mais vous avez raison, c’est un peu une caractéristique de la réputation française. Vous auriez pu ajouter le cognac et la mode. Après tout, moi je suis né à côté de Cognac, alors cela ne me gêne pas ». Alors, il s’incorpore verbalement à l’image de la France perçue à l’étranger, et même, s’insère dans la définition du terroir français et en détermine les frontières.

15François Mitterrand marque les esprits des Slaves occidentaux et les interpelle. Avant la visite d’État en septembre 1990, les services diplomatiques tchécoslovaques de Paris proposent une fiche sur François Mitterrand se basant, entre autres, sur le livre de Franz-Olivier Giesbert, Le Président. Ils décrivent le personnage du Président en rapport avec son rôle sur la scène politique dans l’histoire française :

  • 22 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée F (...)

Florentin en raison de ses méthodes que ses ennemis désignent comme machiavéliques. Autocrate qui délègue le pouvoir, mais pas à une seule personne, car il préfère la concurrence entre ses subordonnés. Ambiguë, car le matin il croit une chose et le soir il est convaincu de son contraire. Réaliste en prenant en compte les réalités existantes… Il est son ambition de rester gravé dans l’histoire, non seulement comme homme politique, mais aussi en tant qu’écrivain22.

  • 23 AN, AG 5 (4)/CD 384, Note pour le Président de la République d’Elisabeth Guigou sur les Actions men (...)
  • 24 L’émission d’Antenne 2 intitulée Bouillon de culture du 11 avril 1997, http://www.ina.fr.
  • 25 AN, AG 5 (4)/EG 205, Note pour le Président de la République d’Elisabeth Guigou, Compte-rendu de sa (...)
  • 26 Allocution de Dubček devant l’Assemblée fédérale le 13 septembre 1990. Le texte est consultable en (...)
  • 27 AN, AG 5 (4)/12 978, Service du protocole, TD Prague 2332 de Guéguinou sur la visite du Président d (...)
  • 28 AG 5 (4)/CD 384, Note pour le Président de la République, Votre petit-déjeuner vendredi à Prague de (...)
  • 29 Suk J., Labyrintem revoluce. Aktéři, zápletky a křižovatky jedné politické krize [À travers le laby (...)
  • 30 Žatkuliak J. et alii., November 1989 a Slovensko, Chronológia a dokumenty (1985-1990) [Novembre 198 (...)
  • 31 L’objectif de la nouvelle direction du Parti est de discréditer la personne de Dubček. La Sécurité (...)
  • 32 AN, AG 5 (4)/12 978, Service du protocole, Note à l’attention de Jean-Louis Bianco, Proposition de (...)

16En effet, l’image de la France que François Mitterrand veut incarner touche à son histoire personnelle. Le personnage suscite le respect et la nouvelle relève politique attache une immense considération aux avis de Mitterrand dans la construction de l’État de droit23 selon les paroles de Robert Badinter, ami de longue date du Président. D’ailleurs, cet ami et ministre de la Justice de Mitterrand, présent en Tchécoslovaquie pour de nombreuses missions, confie à Bernard Pivot24 que « Mitterrand représentait à leurs yeux une sorte de sage dû à son expérience et à sa capacité de ruse ». En guise d’illustration, il est intéressant d’évoquer la demande de Karel von Swarzenberg, chef de l’Office du Président Havel, qui, quelques jours avant le voyage de Mitterrand, souhaitait avoir l’avis de la France au sujet des relations entre le gouvernement fédéral et les républiques, ainsi cité dans les notes d’Elisabeth Guigou25. Le grand moment d’estime est consacré à Mitterrand dans le discours d’accueil de Dubček devant l’Assemblée fédérale le premier jour de la visite officielle. La venue de Mitterrand devant les députés allège l’atmosphère pesante de la matinée suscitée par l’annonce du décès tragique de Slavomír Stračár, ministre fédéral de Commerce extérieur, ainsi que par le débat autour des questions de compétence des deux républiques. Dans son allocution, Dubček souligne les moments forts du passé de Président français et constate que « la vie de François Mitterrand est à l’image de la France de notre époque »26. Par ailleurs, la venue de Mitterrand à l’Assemblée (qui était située rue Wilson au début de la place Venceslas) est précédée d’un court entretien demandé par le président du parlement Dubček27. Dans un programme très chargé, l’espace temporel attribué à la rencontre de deux hommes symbolisa l’hommage qu’exprimait François Mitterrand au personnage de Dubček. Dans le programme officiel de la visite de l’Assemblée fédérale, le protocole français accorda quinze minutes à la réception donnée par son président Alexander Dubček. François Mitterrand y assista en présence de son épouse ainsi que des membres du gouvernement qui l’accompagnaient en Tchécoslovaquie. À travers les notes de Danielle Mitterrand, nous apprenons que Madame Dubček n’a pas participé à la réception car elle était hospitalisée. Les inquiétudes de Danielle Mitterrand se confirmèrent. Anna Dubčeková mourut quinze jours plus tard, le 29 septembre 1990. En plus, Mitterrand répondit « oui » à la présence de Dubček au petit-déjeuner commémoratif, le 14 septembre 199028. Ainsi, l’acte du Président Français rattrape non seulement le rendez-vous manqué entre Dubček et Mitterrand lors du petit-déjeuner avec les dissidents en décembre 1988, mais il répond à toutes les polémiques existantes et perpétuées dans l’historiographie tchèque29 et slovaque30 autour de la « réalité politique »31 de Dubček face à V. Havel à cette époque. Comme petite cerise sur le gâteau, François Mitterrand choisit d’offrir au président du parlement tchécoslovaque un cadeau portant une symbolique dans l’air de l’époque : la sculpture en bronze portant le nom « Liberté » de Haïm Kern32.

17En réponse à l’hommage reçu, toujours devant l’Assemblée fédérale, Dubček relève l’humanisme du Président français. Il remercie Mitterrand au nom du dissident défunt et ancien président de l’Assemblée nationale tchécoslovaque Josef Smrkovský, à qui le Président français, en tant que représentant du Parti Socialiste de l’époque, avait proposé de venir en France en 1972 soigner sa grave maladie. Même si l’obstruction du régime totalitaire n’avait pas autorisé le séjour de Josef Smrkovský en France, le geste resta néanmoins apprécié.

Réconciliateur

  • 33 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée F (...)

18L’esprit qui dominait également l’orientation de Mitterrand vers la Tchécoslovaquie peut être résumé à travers les souvenirs de son ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas, prononcés devant le micro de Radio Prague en octobre 2004 : « J’ai toujours considéré que la France avait une dette envers les Tchèques depuis longtemps, avant la guerre, et cela m’a obligé moralement à m’investir un peu plus, comme ministre ». Bien sûr, aller en Tchécoslovaquie n’était pas comme aller à Canossa. Cependant, la dette et le devoir poussent François Mitterrand à se positionner en réconciliateur. À travers ce voyage, il souhaite mettre un « point symbolique à la fin d’un chapitre d’histoire »33.

  • 34 Archives de l’Institut François Mitterrand, réf. 01366, Fichier 881207, Interview TV étrangère, TV (...)
  • 35 Allocution de François Mitterrand devant l’Assemblée fédérale à Prague, le jeudi 13 septembre 1990. (...)
  • 36 Idem.
  • 37 Débat Valéry Giscard d’Estaing – François Mitterrand sur RTF le 10 mai 1974. http://www.ina.fr/arch (...)
  • 38 Interview d’Hubert Védrine en février 2008 sur le cinquième élargissement. Hubert Védrine, Frédéric (...)

19Comme dit l’ancien porte-parole du Président, Hubert Védrine, François Mitterrand « pensait l’avenir à la lumière du passé ». Avant la chute du Mur de Berlin, le Président français rappelait aux dirigeants communistes tchécoslovaques34 que « le devoir envers l’histoire est de renouer les fils de cette histoire ». Dans le but de la réconciliation, il veut incarner l’histoire de la France, ou même son avenir, à travers son passé personnel. En Tchécoslovaquie, à l’image de la France, il aborde les sujets délicats comme celui de Munich ou celui du printemps tchécoslovaque par son histoire personnelle. En 1990, Mitterrand appose un ton amical. Il choisit de reprendre les mêmes thèmes que deux ans auparavant et de les redire en ajoutant quelques détails et en soulignant l’existence de « l’autre France ». « J’étais étudiant et soldat. […] Je rappelais avoir commencé d’écrire pour la première fois dans un journal avec la vanité d’être publié, pour dire ce que je pensais de cette offense, de ce crime contre le droit qu’était la série d’actions commises dans cette région du monde jusqu’à Munich et la suite qui s’est inscrite dans la logique de l’histoire »35. Il n’hésite pas à mettre en avant « ses attentions intellectuelles et sentimentales ». Et toujours en s’appropriant les relations franco-tchécoslovaques, devant les médias, il dévoile des raisons personnelles ou des relations affectueuses : « Je me souviens que mes parents avaient hébergé pendant la guerre de 14-18 dans leur petite ville de l’Ouest de la France des soldats tchécoslovaques. Il en était resté des relations affectueuses qui se sont perpétuées à travers le temps. Je me souviendrai un peu de mon père – qui aimait tant votre pays – lorsque je mettrai le pied sur votre sol ». C’est avec la même méthode qu’il présente son projet de confédération européenne aux députés tchèques et slovaques : « Je me souviens d’avoir pris part en 1948, alors que j’étais un jeune parlementaire, au premier congrès européen de l’histoire. Il était présidé par Churchill, il avait lieu à La Haye »36. Christian-Marc Bosséno observe chez François Mitterrand « l’instrumentalisation de l’histoire dans le versant publique » dès le premier septennat sur la scène nationale. La méthode d’utilisation des références historiques pour justifier les actes de sa politique à l’Est récolte en 1988 un grand succès en Tchécoslovaquie. En revanche, deux ans plus tard dans le même pays, dont le peuple est tourné plus que jamais vers le futur, les mêmes procédés du discours de François Mitterrand ne sont plus un gage de succès et portent de plus en plus à la confusion. Cette situation nous renvoie à la remarque prononcée en 1974 par Giscard d’Estaing envers Mitterrand, lorsque ce dernier tâche de parler d’un grand changement qui permettrait aux Français de construire autre chose : « C’est un débat de contentieux sur le passé. Vous êtes un homme qui est lié au passé par toutes vos fibres »37. En effet, trois pages sur cinq de l’allocution de François Mitterrand devant la nouvelle relève politique portent sur une rétrospective de l’histoire. Au-delà des différences culturelles d’allocution, analytiques chez les uns, expressives chez les autres, il convient de ne pas perdre de vue l’ambition des nouvelles démocraties. Les députés tchèques et slovaques, tous issus des élections démocratiques de juin 1990, tournaient toute priorité vers le futur et se précipitaient d’assurer le retour de la Tchécoslovaquie dans l’Europe, accompagnée d’une volonté de transformation à tous les niveaux de la société. Après la réconciliation, lorsque François Mitterrand aborde le sujet « des perspectives neuves », il relève « les retards à combler ». Au sujet de la CEE et aux demandes d’intégration, il évoque des accords d’associations, invite les députés tchèques et slovaques à être patients et à « étudier les choses avec raison, sagesse et expérience ». L’idée de Mitterrand d’améliorer en amont le fonctionnement des institutions d’un côté, et d’améliorer les situations internes des anciens pays communistes par rapport aux acquis communautaires et aux « négociations de régate » de l’autre, donna sujet à une bataille d’interprétation. Dans une atmosphère d’ivresse de liberté, comme le résume Hubert Védrine, « un malentendu s’installe »38.

Que l’Europe reste unie et la Tchécoslovaquie aussi !

20Le démarrage de la dernière décennie, trop mouvementée par l’unification allemande et la décomposition appréhendée de l’URSS et de tous les peuples « libérés » du communisme, inquiète François Mitterrand. Le souvenir de 1913 et de l’éclatement de l’Europe hante la pensée du Président.

21De ce fait, en 1990, un autre mot d’ordre domine le rayonnement de Mitterrand en Tchécoslovaquie. Il s’agit de la sauvegarde de l’unité de la République fédérative tchèque et slovaque. Par conséquent, il se veut être le porteur de l’idée d’une Europe unie, « il attend de la Tchécoslovaquie qu’elle avance sur la scène de l’histoire en respectant ses diversités, en préservant son unité ». François Mitterrand essaie de responsabiliser les autorités tchécoslovaques par rapport à la situation géopolitique de leur pays, les place de facto devant le devoir de garder le prestige de la Tchécoslovaquie et l’espoir d’un retour dans l’Europe à travers la force de l’unité. Cependant, nous observons que la diplomatie française de l’époque ne comprend pas à son juste titre la distance entre le terme et le modus vivendi de la fédération tchécoslovaque.

  • 39 AN, AG 4 (5)/CD 384, Note pour le Président de la République, Entretiens avec les responsables tchè (...)

22En effet, à travers les notes de ses conseillers, il est frappant de constater combien le sujet préoccupe et combien, par le biais de cette visite, la diplomatie française veut respecter les principes de la fédération. Ainsi, l’équipe de la Présidence tente d’étudier la question de fédération avec attention. Dans cet objectif, le conseiller diplomatique de François Mitterrand, Loïc Hennekine39, informe le Président qu’il « sera amené à accorder des audiences au Président du gouvernement fédéral ». Et par la suite, il explique « que pour des raisons de strict équilibre entre les deux “nations” composant la fédération, le Président recevra les deux Présidents des deux gouvernements et des deux parlements locaux ».

  • 40 AN, AG 4 (5)/SP 12 978 (extrait), TD Prague 2196 de Humann, 14 août 1990.
  • 41 Viliam Šalgovič, président du Conseil national slovaque et Ivan Knotek, chef du gouvernement slovaq (...)
  • 42 AN, AG 4 (5)/12 978, Service du protocole, TD 2303 de Gueguinou sur le Programme de la visite prési (...)
  • 43 Verejnosť proti násiliu, 1989-1991, svedectvá a dokumenty [Le Public contre la violence, 1989-1991, (...)
  • 44 Idem, p. 116-117 : « J. Budaj : Je lui ai demandé des bagatelles, par exemple, qu’il ne s’installe (...)

23La préoccupation du Président portant sur la sauvegarde de l’unité fédérale se fait ressentir dans le cadre protocolaire, à travers les lieux sur lesquels François Mitterrand devait se rendre. À la base, le voyage fut construit de la même manière que celui de 1988. La visite d’État, deux ans auparavant, respectait déjà le double déplacement : dans les capitales respectives de la fédération tchécoslovaque, à Prague et à Bratislava. Toutefois, la diplomatie mitterrandienne est soucieuse des principes de la fédération, c’est-à-dire du respect de chacune de ses composantes. En août 1990, l’ambassadeur français à Prague, Humann40, souligne que « l’étape de Bratislava est indispensable compte tenu du dualisme tchèque et slovaque ». Malgré le mot d’ordre, un changement survint par rapport à la visite en 1988 et à l’encontre des règles protocolaires, dans le programme de la seconde journée dont la plus grande partie fut consacrée à la capitale slovaque. Le Château de Bratislava ne figurait plus sur le programme de la visite. Deux ans auparavant, François Mitterrand fut reçu dans la salle de la « Loi qui établit la République tchèque et slovaque de 1968 » par les deux plus hautes autorités slovaques41. Le nouvel ambassadeur français Gueguinou42 informe le Président français sur les problèmes relevés par les interlocuteurs slovaques dans le programme de la visite à Bratislava. « Le président du Conseil national slovaque M. Mikloško qui recevra le Président de la République à Bratislava et le ministre Kňažko, m’ont demandé avec insistance que la rencontre du chef de l’État et des deux plus hautes autorités slovaques (Mikloško lui-même et le Premier ministre M. Mečiar) ait lieu non à l’Hôtel Bôrik, mais au Château. Cette rencontre, m’ont-ils dit, la première après la chute du régime communiste, aura une grande valeur symbolique et politique et doit revêtir une certaine solennité. Il sera difficile d’expliquer à l’opinion pourquoi elle ne se déroule pas dans le lieu de Bratislava le plus chargé d’histoire. » Toutefois, il est intéressant d’observer que le Premier ministre Mečiar, a contrario de sa réputation43, lors de sa rencontre avec l’ambassadeur français, « n’avait pas soulevé le problème ». Le malentendu venait de l’attitude ambiguë des services protocolaires pragois envers la partie slovaque. Le protocole fédéral n’était pas sensible ou ne saisissait pas l’importance du Château de Bratislava dans le programme d’une visite officielle. En guise d’exemple, citons la visite de Václav Havel44 dans la capitale slovaque en janvier 1990. Le Président Havel s’installa à l’Hôtel Bôrik sans que la symbolique de ce lieu, en lien direct avec la nomenklatura communiste, gêne ses conseillers. Il est évident que Havel avait pour mission de préserver l’unité nationale.

24Ainsi, pour rester « fidèle à lui-même » et soutenir l’idée de l’unité fédérale, François Mitterrand garde une certaine distance avec toute revendication de respect de la symbolique infranationale. Face aux problèmes protocolaires, la consigne de la politique mitterrandienne est claire : il faut maintenir le déjeuner avec le président du parlement slovaque tout en laissant aux autorités locales la gestion du choix du lieu et du déroulement. En effet, certaines tensions ressurgissaient entre Prague et Bratislava au sujet d’une nouvelle répartition des compétences à l’intérieur de la fédération. La création d’un ministère slovaque des Relations internationales en fit l’objet. En gardant une distance, la politique mitterrandienne s’approprie l’embarras protocolaire et résout la polémique autour du Château de manière la plus fidèle à l’image du Président – par la réalité politique existante, « les infrastructures locales ne permettant pas d’organiser le déjeuner au Château ».

Messager des Droits de l’Homme

25Hormis le rayonnement du Président français sur le thème d’une Europe unie, au cœur de l’Europe, François Mitterrand fait rejaillir la lumière sur les fondements d’un tel projet.

  • 45 Voir à ce sujet les archives de samizdat INFOCH (Informace o Charte 77 [Les informations sur la Cha (...)

26À juste titre, car François Mitterrand laisse une empreinte profonde et positive de la France aux yeux de la population tchécoslovaque et de la nouvelle relève politique. Non seulement par le biais des voyages en tant que chef d’État, mais aussi comme chef du Parti Socialiste à qui la Charte 77 adressa quelques demandes de solidarité et d’intervention45. Ainsi, François Mitterrand participa au maintien de l’espoir du « peuple emprisonné » et le fit rêver. L’essor de l’apprentissage de la langue française à ce moment en témoigne.

27Toutefois, lorsque François Mitterrand, à l’image de la France, se positionne sur place en messager des Droits de l’Homme et exprime l’importance qu’il leur accorde, nous observons qu’en Tchécoslovaquie l’enthousiasme se mélange à la confusion et à la critique.

  • 46 Archives de l’Institut François Mitterrand, Présidence de la République, Vidéothèque, u431 bis, Mon (...)

28Il en fut ainsi lors du premier voyage du Président en 1988. Jiří Hájek, ancien ministre des Affaires étrangères de Dubček et membre de la Charte 77, déclara pour FR346 en français et avec enthousiasme que l’initiative de la diplomatie mitterrandienne fut un grand soutien au combat des dissidents pour les Droits de l’Homme et pour la démocratie. Cependant, malgré le thème des Droits de l’Homme abordé par François Mitterrand devant son homologue communiste Gustáv Husák, un autre dissident présent à la rencontre, Petr Uhl, le critique. À ce sujet, devant la caméra de la 5, Petr Uhl jugea la diplomatie mitterrandienne insuffisante, très timide et très secrète. Il souligna que la France avait des devoirs dans le domaine des Droits de l’Homme, car ils représentaient les fondements de la maison européenne commune.

  • 47 AN, AG 4 (5)/EG 205, carton Elisabeth Guigou, Discours prononcé par François Mitterrand à l’Assembl (...)

29Il en est de même en septembre 1990. Le voyage de François Mitterrand en Tchécoslovaquie laissera une empreinte d’ambiguïté mitterrandienne quant au thème de la révolution, des Droits de l’Homme et de la démocratisation de l’Europe centrale. Trois mots resteront gravés dans la mémoire des députés tchèques et slovaques, étant prononcés par François Mitterrand, à bon ou à mauvais escient, devant eux à l’Assemblée fédérale : « deux siècles après ». Comme l’explique Jacques Rupnik, invité à ce voyage par François Mitterrand et à qui ce dernier a soumis son discours47, le bicentenaire de la Révolution française était dans l’air du temps. Ainsi, d’un point de vue historique, François Mitterrand voulut rendre hommage à la « Révolution de velours » et dans le contexte européen, la placer au niveau d’égale importance que la Révolution française. « Vous les peuples qui ont réalisé au centre, à l’Est de l’Europe la plus grande révolution populaire que l’on eût connue depuis la Révolution française de 1789, deux siècles après ». La traduction en tchèque et en slovaque qui était apportée accentua encore plus le sens ambigu observé par les députés de l’époque, le sens d’un retard : « C’est-à-dire deux siècles après [la Révolution française] ». Toutefois, ces quelques mots résonnent encore dans leurs souvenirs. Or, selon Jacques Rupnik, l’année 1989 et la « Révolution de velours » que François Mitterrand évoqua dans son discours, symbolisaient « les temps nouveaux », la fin de l’époque de violence que représentait la Révolution française.

Ami de Havel

30Néanmoins, au cœur de l’Europe, Havel semble connaître l’essence du message de la Révolution française et devient un allié spirituel de François Mitterrand. Le rayonnement des deux hommes est très fort pendant l’année 1990 en Europe et les deux Présidents s’illuminent mutuellement. En tant que maître du domaine diplomatique, où « l’esprit français combine traditionnellement avec le rationalisme »48, François Mitterrand se permet d’offrir de manière harmonieuse « un peu de romantisme » quant à la relation avec Havel. Mais il reste « fidèle à lui-même » et s’approprie la rencontre avec l’ancien dissident en décembre 1988. En souvenir de Havel, lors de la rencontre au petit-déjeuner de 1988, François Mitterrand rappelle pendant son voyage en Tchécoslovaquie en septembre 1990 « le rayonnement des personnalités [qu’il a] rencontrées en cette circonstance ». À ce sujet, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas, se souvient49, par le biais d’une anecdote, des moments forts que les deux hommes vécurent ensemble en 1988 :

Havel est entré dans la salle à manger de l’ambassade, il s’est assis à table, à la gauche du Président François Mitterrand. Il a posé son petit baluchon, et s’est excusé auprès de lui en disant : “Monsieur le Président, je m’excuse beaucoup, mais j’ai pris avec moi mes affaires de toilette parce que, on ne sait jamais, mais il est possible qu’en sortant d’ici, j’aille tout droit en prison”.

  • 50 Conférence de presse conjointe à Bratislava le 14 septembre 1990.
  • 51 Discours à l’Assemblée fédérale du 13 septembre 1990. Le texte est consultable en français sur le s (...)
  • 52 AG/5 (4)/CD38, Note pour le Président de la République de Laure Adler.

31Václav Havel l’affirme50 : « Les rencontres personnelles nous permettent, nous aident, à mieux voir la manière de penser de notre partenaire ». Même si dans le cadre européen les changements de l’automne 1989 sont jugés par François Mitterrand un peu trop rapides, le chef d’État français se réjouit d’accueillir à Paris quelques mois plus tard Václav Havel – le nouveau Président tchécoslovaque. L’hommage inattendu que François Mitterrand exprime en mars 1990 envers cet ancien dissident par un accueil personnel à l’aéroport de Paris marqua tous les esprits. La presse tchèque et slovaque souligna que même Mikhaïl Gorbatchev ne reçut pas un tel honneur. Aux yeux du chef d’État français, Václav Havel représente une autorité morale et une garantie de la démocratie. Le Président français voit en lui la descendance du Président-philosophe Masaryk, pour qui « la politique ne pouvait reposer que sur des bases morales »51. D’ailleurs, dans une note adressée au Président, Laure Adler signale, après avoir lu Les lettres à Olga, que Havel « avoue dans ce texte avoir un dialogue direct avec son propre Dieu qui demeure son partenaire moral »52. Pour François Mitterrand, Václav Havel devient un allié et un messager de la politique européenne. Leurs relations personnelles l’attestent. D’ailleurs, avant sa visite officielle à Paris le 14 mars 1990, Václav Havel décide de décerner à François Mitterrand la décoration la plus élevée de la Tchécoslovaquie, l’Ordre du Lion blanc de première classe accompagné d’une chaîne de cou en or, pour la veille continue de la justice sociale, du respect des Droits de l’Homme dans le monde et pour les efforts politiques de création d’une communauté démocratique et pacifique des États et peuples européens. Cette distinction est conférée à nouveau à François Mitterrand à titre posthume par Havel. Elle est remise à Danielle Mitterrand à l’occasion du dixième anniversaire de la « Révolution de velours ». Comme Mitterrand, cinq autres chefs d’État se voient décerner la même décoration pour avoir contribué à la chute du rideau de fer : Mikhaïl Gorbatchev, Lech Walesa, Helmut Kohl, Margaret Thatcher et George Bush.

  • 53 AN, AG/5 (4)/CD384, Note pour le Président de la République, Visite d’État en Tchécoslovaquie (13-1 (...)

32En plus de la relation personnelle avec Havel, en 1990 le contexte international se montre optimal pour que la politique mitterrandienne retrouve sa place au cœur de l’Europe. Le contexte tchécoslovaque, après les premières élections démocratiques de juin 1990 et la réélection du Président Havel en juillet, confirme à nouveau à François Mitterrand la justesse de son intuition rationnelle. Dans une note53 de présentation avant le voyage du Président français en septembre 1990, Loïc Hennekine constate :

La Tchécoslovaquie offre une image de la transition à la démocratie la mieux réussie de toute l’Europe centrale et orientale. Lors de la visite à Paris, en mars 1990, on pouvait encore éprouver de légers doutes sur les motivations du Président Havel, amateur en politique qui cultivait une certaine naïveté. Il n’y a désormais plus d’équivoque : réélu en juillet pour deux ans, V. Havel a pris goût au pouvoir et il entend mener à bien la deuxième étape de la démocratisation qui permettra d’élaborer une nouvelle Constitution et d’organiser en 1992 des élections présidentielles et législatives pour une période de 5 ans. Pour ce qui est de l’opinion publique, Havel y jouit d’une confiance presque totale. Il n’existe pas d’alternative à l’équipe dirigeante.

33La politique intérieure du Président Havel rejoint les visions de François Mitterrand sur la démocratisation de l’autre Europe. Loïc Hennekine indique dans sa note à François Mitterrand que la mise en place d’un État de droit devient le premier objectif de Havel.

  • 54 Ibid. Loïc Hennekine résume les actions effectuées dans ce domaine par le Président Havel : « Un ra (...)

34Après la période de réconciliation, le rayonnement mitterrandien au cœur de l’Europe espère ainsi entrer dans sa phase d’activité avec la visite d’État de septembre 1990. La volonté du Président Havel d’adopter une orientation claire pour la politique étrangère de la Tchécoslovaquie se trouve à ce moment en harmonie avec la vision mitterrandienne de l’Europe après Yalta et joue en faveur de la mise en route de la construction européenne par François Mitterrand. À ce sujet, Loïc Hennekine54 souligne que le Président Havel a fait du « retour à l’Europe » un objectif prioritaire. Les notes préparatoires, qui ont été conçues par le collectif diplomatique tchécoslovaque de Paris en amont de la visite de François Mitterrand, témoignent de la concordance des visions tchécoslovaque et française sur des sujets de la plus haute priorité mitterrandienne telle la défense collective européenne ou la crise au Koweït.

Un rêve commun (une Europe), un lieu (Prague)

35Sur le plan européen, avec un allié comme Havel, le déplacement de François Mitterrand en Tchécoslovaquie les 13 et 14 septembre 1990 représente donc le moment culminant du rayonnement français au cœur de l’Europe, qui est marquée par un retrait de la présence soviétique, une présence allemande par la proximité et celle des Britanniques et Américains relative aux changements d’un monde bipolaire.

  • 55 AN, AG 4 (5)/CD 384, Note pour le Président de la République de Caroline de Margerie du 24 juillet (...)
  • 56 AN, AG 4 (5)/12 978, Service du protocole, TD 2145, Humann, 27 juillet 1990.

36Sur le plan historique, les voyages de François Mitterrand et de Margaret Thatcher, en visite quelques jours plus tard en Tchécoslovaquie, devaient définitivement tourner la page sur une histoire longue de 52 ans. C’est ainsi que V. Havel exprima son idée de faire table rase avec cette partie de l’histoire commune. À l’origine, comme le note en juillet 1990 Caroline de Margerie, V. Havel formula une invitation à ses homologues dans l’idée de les réunir à Prague en vue d’un anniversaire des accords de Munich les 28 et 29 septembre 1990. N’étant pas enchantée par une idée de célébration, Madame Thatcher choisit les dates du 16 au 18 septembre pour sa visite à Prague. Mais V. Havel souhaite faire coïncider en partie la visite de François Mitterrand afin d’organiser « une rencontre à trois au Château de Prague ». Toutefois, François Mitterrand « trouve ennuyeux55 d’aller en Tchécoslovaquie après Madame Thatcher ». Ainsi, occuper le terrain avant la « Dame de fer » lui semble être une évidence. Les dates du 13 au 14 septembre 1990 seront finalement adoptées par les protocoles56 respectifs. La fidélité de Mitterrand aux leçons de l’histoire se traduit en 1990 par une volonté d’encadrer l’avenir européen et d’en faire part le plus rapidement possible à la partie tchécoslovaque avant la visite de Madame Thatcher. D’ailleurs, à son adresse, F. Mitterrand ne manque pas d’avouer « qu’il ne peut pas dire à l’avance qu’elle suivra ses conseils [européens] ».

  • 57 AN, AG 4 (5)/CD 384, Note pour le Président de la République, Votre discours à Prague devant le Par (...)
  • 58 Ibid., dans Note pour le Président de la République, Visite d’État en Tchécoslovaquie (13-14 septem (...)

37Cependant, la primauté temporelle (d’être le premier), ou relationnelle, peut se montrer insuffisante en terme de rayonnement de François Mitterrand en Europe centrale. De ce fait, E. Guigou57 s’interroge sur les moyens de rendre plus visible la politique de François Mitterrand à l’Est et cela à travers son discours à Prague devant le parlement. Elle estime que malgré le dynamisme et le fait que François Mitterrand soit personnellement à l’origine de la plupart des opérations de coopération internationale, sa politique n’est pas assez connue de l’opinion publique. « Ce qui manque le plus n’est pas l’ordre économique et financier, puis, sur le plan politique, vous avez proposé la Confédération », commente E. Guigou. « Il manque un lieu, où année après année, pendant les 10 ou 15 ans qui viennent, s’élaborerait une réflexion sur tous les sujets concernant l’Europe de l’Est et de l’Ouest. » La même suggestion vient de Loïc Hennekine58 qui « ajoute que Jack Lang suggère que vous lanciez l’idée d’une Fondation européenne pour la culture fondée sur le mécénat et les contributions gouvernementales créant une banque de données culturelles et constituant un patrimoine culturel européen ».

  • 59 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée F (...)
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid.
  • 62 François Mitterrand accueille la réunion de la CSCE à Paris les 19-21 novembre 1990 en présence des (...)

38Au final, cela aboutit à la proposition de François Mitterrand de la tenue à Prague des assises de la confédération européenne, d’une part au-delà des mesures commerciales et au sens d’une construction commune entre Européens, et d’autre part en terme de prestige que la Tchécoslovaquie devait y retrouver et de soutien au dynamisme de la politique étrangère de Havel. D’autant plus qu’à ce moment de l’histoire, Havel soutient59 encore l’idée de la confédération de Mitterrand et en fait la promotion. « Cette idée pourrait représenter des garanties de sécurité pour l’Europe, un barrage contre le déséquilibre et la remise en question des frontières. Elle pourrait éliminer les risques par rapport l’unification de l’Allemagne60. » Ainsi, devant le parlement fédéral, F. Mitterrand emprunte le terme de « carrefour spirituel de l’Europe » et lance à Havel et à tous les députés de la Tchécoslovaquie un défi fidèle à son ambition européenne en désignant la ville de Prague pour les futures assises solennelles. « Pourquoi ne pas s’imaginer, dès l’année prochaine, un vaste débat entre Européens […] et en raison de sa situation historique et géographique [et de son aspect culturel], je vois assez bien Prague centre d’accueil pour ces conversations. » Le succès est immédiat. Les titres soulignant « le prestige de Prague » défilent dans la presse tchèque, slovaque et française. Or, François Mitterrand tente de répondre, par cette légère allusion, aux attentes de V. Havel qui, après la candidature de Prague au siège de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD)61, désire, selon son conseiller et porte-parole Michael Žantovský, accueillir à Prague le secrétariat de la Conférence pour la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE)62 ou une autre organisation européenne. Nous observons ainsi que le Président français se replace au-dessus des attentes de V. Havel et lui offre un instant de rêve commun d’un traité européen, un « traité de Prague ».

  • 63 En décembre 1993, François Mitterrand se rend en République tchèque indépendante.

39Le rayonnement de la personnalité de François Mitterrand en Tchécoslovaquie atteint des sommets lors de la visite d’État à Prague et à Bratislava les 13 et 14 septembre 1990. Ce fut la première et la dernière visite63 du Président français en Tchécoslovaquie démocratique. Le passage du Président français en Tchécoslovaquie peut être aussi évalué au nombre de sites culturels ouverts à Prague ou à Bratislava ou encore à l’inauguration d’une rue pragoise portant le nom de De Gaulle ou bien aux quatre accords gouvernementaux signés à cette occasion. L’ampleur du rayonnement de François Mitterrand est à la fois historique et idéologique. Même si pour l’historiographie tchèque, slovaque ou française la visite de Mitterrand en Tchécoslovaquie post-communiste tomba aux oubliettes, elle représente l’un des moments les plus forts de l’histoire franco-tchéco-slovaque en Europe centrale. Outre la page tournée des 52 ans qui ont suivi les Accords de Munich et des quatre décennies du pouvoir d’un seul parti-État, François Mitterrand symbolise la victoire de la liberté et des Droits de l’Homme et du citoyen. Ce fut un combat auquel il a participé non seulement comme Président de la République, mais aussi comme leader du Parti Socialiste ou encore en tant qu’étudiant. En 1990, le contexte international et tchécoslovaque se montre optimal pour que le rayonnement mitterrandien aux couleurs gaulliennes d’une confédération européenne touche les cœurs et les esprits à Prague et à Bratislava. L’impact des messages portés sur le fondement d’une Europe unie reste indiscutable au cœur de l’Europe, d’autant plus qu’il vise le prestige de Prague. Toutefois, emporté par l’atmosphère lyrique de la Vieille Ville ou par le passage au vieux cimetière juif ou au couvent de Strahov, François Mitterrand sous-estima l’attitude de la politique étrangère tchécoslovaque envers l’URSS et l’orientation outre-atlantique de Havel dans la vision d’un unique bloc de défense, celui de l’OTAN. La confédération européenne dans sa dimension temporelle a échoué aux Assises de Prague en juin 1991. La Tchécoslovaquie a connu un divorce de velours. Néanmoins, l’idée mitterrandienne d’une Europe unie s’est matérialisée dans ce que le terme exprime si bien, l’Union Européenne. Malgré de nombreuses contestations présentées à l’époque par la nouvelle élite démocratique, l’estimation de François Mitterrand d’un délai d’intégration d’une quinzaine d’années des anciens pays communistes dans l’Europe s’est avérée exacte.

Notes

1 Šedivý J., Velvyslancem u Eiffelovy věže [Ambassadeur sous la tour Eiffel], Praha, Mladá Fronta, 2008.

2 Archives de l’Institut François Mitterrand, Réf. 01368, Fichier 881208D, Interview/Presse étrangère, Rudé Právo du jeudi 8 décembre 1988.

3 Ibid., Fichier 881130B, Interview à France Inter du mercredi 30 novembre 1988.

4 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée Francie, Politická zpráva č. 7/90 [France, Rapport politique no 7/90].

5 Ibid.

6 Ibid.

7 39e assemblée générale de l’Institut International de Presse (IPI). Voir Sud Ouest du 8 mai 1990, page 3 G.

8 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée Francie, 4e partie : Čs-francouzské vztahy. Politická oblasť [Les relations franco-tchécoslovaques. La sphère politique], p. 1.

9 AN, AG 4 (5)/CD 384, Note pour le Président de la République, Visite d’État en Tchécoslovaquie (13-14 septembre 1990), Note de présentation de Loïc Hennekine du 11 septembre 1990.

10 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée Francie, Télégramme de l’Ambassadeur Šedivý du 16 août 1990 adressé au chef de la Présidence, Vondra, au vice-président du gouvernement fédéral, Valeš, et au ministre fédéral de l’Économie, Dlouhý. Šedivý souligne qu’il avait déjà rappelé plusieurs fois que l’activité d’un État était impossible dans le domaine du commerce extérieur sans la considération de la stratégie politique externe.

11 Mauriac J., L’après de Gaulle, notes confidentielles 1969-1989, Paris, Fayard, 2006, p. 365 : « Mitterrand adore les voyages. Aucun ne le rebute. Aucun ne le fatigue. Il est manifestement enchanté et touché par les fastes, les honneurs, le décorum, le protocole. Le soir, on a peine à lui faire quitter les réceptions : il parle, il n’en finit pas de parler. […] Ah ! ce voyage… Les Japonais ont dit : “Nos conversations avec M. Mitterrand ont été intéressantes… sur le plan philosophique.” Bien entendu, sur le plan commercial, il était stupide d’en attendre quelque chose ! ».

12 AG/5 (4)/CD 384, Courrier manuscrit de Jean Musitelli du 4 novembre 1988 adressé à M. le Président de la République. Nous apprenons qu’à un mois de la visite, François Mitterrand voulait changer la première destination et commencer sa tournée à l’Est par la Bulgarie, si les dirigeants communistes tchécoslovaques ne cédaient pas à la demande française de rencontrer l’opposition. Dans ce courrier, Jean Musitelli écrit que Jacques Attali l’avait informé de la décision (de F. Mitterrand) de ne pas consacrer à la Tchécoslovaquie le premier voyage à l’Est (8-9 décembre 1988). Il revient sur le fait que visiter la Bulgarie aux mêmes dates « reviendrait à leur infliger un camouflet de première grandeur ». Il souligne que la France a des intérêts économiques à préserver : 3 milliards de contrat à maturité dont un accord Citroën-Skoda de 1,5 milliards. Jean Musitelli suggère la solution suivante : « 1. annoncer à Prague que les dates en décembre 1988 n’étant pas possibles – proposition pour le mars 1989. 2. un ministre économique (M. Fauroux) serait envoyé “occuper le terrain en décembre”. 3. prendre une date avec les Bulgares (qui accepteront immédiatement) pour une visite en janvier 1989 qui serait la première à l’Est ».

13 Bosseno C.-M., Du temps au temps, l’inventaire historique du premier septennat de François Mitterrand (1981-1988), http://histoire-sociale.univ-paris1.fr/Collo/Bosseno.pdf.

14 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée Francie, Politická zpráva č. 7/90 [Rapport politique no 7/90], p. 2.

15 Interview d’Hubert Védrine/Hubert Védrine, Frédéric Clavert, prise de vue : Alexandre Germain, Paris : CVCE [Prod.], 2 juillet 2008. CVCE, Sanem. VIDEO (00 :04 :03, Couleur, Son original). Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe, Château de Sanem, L-4992 Sanem (Luxembourg). Voir www.cvce.lu., consultable également sur le site Internet http://www.ena.lu/.

16 Le premier voyage à l’Est de son premier septennat fut consacré à la Hongrie en juillet 1982.

17 Les membres de la Charte 77 furent déjà reçus au déjeuner organisé à l’Ambassade d’Autriche à Prague lors de la visite du chancelier Vranitzky le 28 juin 1988. Voir le samizdat INFOCH no 14 de 1988. http://www.vons.cz.

18 Mauriac J., L’après de Gaulle…, op. cit., p. 345.

19 Archives de l’Institut François Mitterrand, Discours – Services presse, Fichier 881130B, Interview à France Inter le 30 novembre 1988, sur les grandes lignes de la politique étrangère. « Si je vais en Tchécoslovaquie, c’est aussi pour rester fidèle à moi-même. Je souhaite de meilleures relations avec ce pays en raison de l’histoire. […] Moi je gère un patrimoine historique merveilleux et je veux que rien ne soit perdu. »

20 Labbé D., Le vocabulaire de François Mitterrand, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1990, p. 13.

21 Allocution de François Mitterrand, Président de la République, sur la construction de l’Europe, les relations culturelles franco-tchécoslovaques, Bratislava, vendredi 9 décembre 1988, http://discours.vie-publique.fr/notices/897000800.html.

22 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée Francie, Politická zpráva č. 7/90 [Rapport politique no 7/90], p. 1.

23 AN, AG 5 (4)/CD 384, Note pour le Président de la République d’Elisabeth Guigou sur les Actions menées en Tchécoslovaquie par la mission interministérielle pour l’Europe centrale et orientale du 12 septembre 1990.

24 L’émission d’Antenne 2 intitulée Bouillon de culture du 11 avril 1997, http://www.ina.fr.

25 AN, AG 5 (4)/EG 205, Note pour le Président de la République d’Elisabeth Guigou, Compte-rendu de sa visite à Prague (5-6 septembre 1990) datant du 10 septembre 1990.

26 Allocution de Dubček devant l’Assemblée fédérale le 13 septembre 1990. Le texte est consultable en slovaque dans les archives numériques du Conseil national slovaque, 6e séance de l’Assemblée fédérale, http://www.nrsr.sk/nrdk/Download.aspx?MasterID=82868.

27 AN, AG 5 (4)/12 978, Service du protocole, TD Prague 2332 de Guéguinou sur la visite du Président de la République à Prague 1990 ; Idem. Programme particulier de Mme Mitterrand. Dans les Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée Francie, Brochure officielle du Programme de la Visite d’État en Tchécoslovaquie de Monsieur le Président de la République et de Madame François Mitterrand, 13-14 septembre 1990.

28 AG 5 (4)/CD 384, Note pour le Président de la République, Votre petit-déjeuner vendredi à Prague de Loïc Hennekine, le 12 septembre 1990. Loïc Hennekine informe le Président que l’ambassadeur français indique que Alexander Dubček « aimerait beaucoup se joindre au petit-déjeuner où François Mitterrand retrouvera les dissidents reçus en décembre 1988. Il n’avait pas pu être invité, car il était en résidence surveillée à Bratislava ». Loïc Hennekine demande au Président l’accord pour cet ajout « qui ne pose pas de problème à la partie tchécoslovaque ». François Mitterrand ajoute un « oui » manuscrit sur la lettre avec ses initiales F.M. Au même titre que Dubček, le nom de son ministre des Affaires étrangères, Jiří Hájek, qui était en déplacement hors du pays en décembre 1988, fut ajouté au petit-déjeuner commémoratif.

29 Suk J., Labyrintem revoluce. Aktéři, zápletky a křižovatky jedné politické krize [À travers le labyrinthe de la révolution. Acteurs, intrigues et carrefours d’une crise politique], Praha, Prostor, 2003, p. 192 : « [Le Comité Central du Parti Communiste Tchécoslovaque (CC PCT)] était satisfait, car les représentants du gouvernement et du parlement italien n’avaient pas rencontré Dubček. CC PCT avait interprété que les hommes politiques occidentaux ne prenaient pas Dubček pour une autorité importante. Telle explication fut confirmée [selon Suk] par François Mitterrand qui visita la Tchécoslovaquie les 8-9 décembre 1988. Les représentants du Parti et de l’État ont pris connaissance du projet de Mitterrand de déjeuner avec Havel et avec les autres dissidents et lui demandèrent de ne pas recevoir Dubček. Le Président français répondit qu’il n’avait pas envisagé de le rencontrer – selon ses paroles, Dubček jouissait d’une popularité importante, mais il ne représentait aucune “réalité politique” ».

30 Žatkuliak J. et alii., November 1989 a Slovensko, Chronológia a dokumenty (1985-1990) [Novembre 1989 et la Slovaquie. Chronologie et documents], Bratislava, Nadácia M. Šimečku, Historický ústav SAV, 1999, p. 40 : « Le Président français François Mitterrand a rencontré les dirigeants de l’État tchécoslovaque et du Parti Communiste Tchécoslovaque et sur la question qui porte sur les Droits de l’Homme il s’exprima qu’il allait respecter leur souhait de ne pas rencontrer A. Dubček qui, selon lui, ne représente en France aucune “réalité politique” ».

31 L’objectif de la nouvelle direction du Parti est de discréditer la personne de Dubček. La Sécurité d’État le surveille à partir de 1970. Dubček est officiellement dans le collimateur de la Sécurité d’État depuis le 9 mars 1973 lorsque le dossier de contrôle « BREZA », puis « MODERATOR » est créé sous le numéro de registre 5097. Les comptes-rendus de la Sécurité d’État notent au premier trimestre 1988 l’augmentation des activités d’A. Dubček portant le nom de code « ESER ». La Sécurité d’État met en place l’opération KLIN dans le but de créer et d’approfondir les différends entre ex-communistes et autres groupements à l’intérieur de l’opposition. Les interprétations de la réalité politique de Dubček lancées par le Comité central du Parti le confirment. Cependant, selon les notes de la Sécurité d’État, Dubček est surveillé comme « représentant principal de l’opportunisme de droite » en Tchécoslovaquie. Voir Žáček P., ŠtB na Slovensku za normalizácie [La Sécurité d’État en Slovaquie pendant la normalisation], Bratislava, Oddelenie dokumentácie zločinov komunizmu Ministerstva spravodlivosti SR, 2002.

32 AN, AG 5 (4)/12 978, Service du protocole, Note à l’attention de Jean-Louis Bianco, Proposition de cadeaux d’Évelyne Landau du 7 septembre 1990.

33 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée Francie, Revue de presse, « Point symbolique à la fin d’un chapitre d’histoire » est le titre d’un article « Symbolická tečka za minulostí » paru dans le quotidien tchèque Mladá fronta, du 14 septembre 1990, p. 1-2.

34 Archives de l’Institut François Mitterrand, réf. 01366, Fichier 881207, Interview TV étrangère, TV tchécoslovaque, 7 décembre 1988.

35 Allocution de François Mitterrand devant l’Assemblée fédérale à Prague, le jeudi 13 septembre 1990. Le même thème fut abordé en 1988 : « J’avais 21 ans, j’étais étudiant et soldat, […] c’est sur ces événements dramatiques que pour la première fois, je me suis exprimé par la plume dans la presse de mon pays, […] cet abandon je le porte encore comme une blessure ».

36 Idem.

37 Débat Valéry Giscard d’Estaing – François Mitterrand sur RTF le 10 mai 1974. http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=dossier_theme&id=171.

38 Interview d’Hubert Védrine en février 2008 sur le cinquième élargissement. Hubert Védrine, Frédéric Clavert, prise de vue : Alexandre Germain, Paris : CVCE [Prod.], 2 juillet 2008. CVCE, Sanem. VIDEO (00 :07 :26, Couleur, Son original). Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe, Château de Sanem, L-4992 Sanem (Luxembourg). www.cvce.lu.

39 AN, AG 4 (5)/CD 384, Note pour le Président de la République, Entretiens avec les responsables tchèques et slovaques de Loïc Hennekine, 12 septembre 1990.

40 AN, AG 4 (5)/SP 12 978 (extrait), TD Prague 2196 de Humann, 14 août 1990.

41 Viliam Šalgovič, président du Conseil national slovaque et Ivan Knotek, chef du gouvernement slovaque.

42 AN, AG 4 (5)/12 978, Service du protocole, TD 2303 de Gueguinou sur le Programme de la visite présidentielle du 7 septembre 1990.

43 Verejnosť proti násiliu, 1989-1991, svedectvá a dokumenty [Le Public contre la violence, 1989-1991, les témoignages et les documents], Bratislava, Nadácia M. Šimečku, 1998, p. 221 : « Milan Šimečka junior : En septembre 1990, j’étais avec mon père dans notre maison de campagne. C’était au début du mois quand Mitterrand devait se rendre en Tchécoslovaquie et ne voulait pas venir à Bratislava. Mečiar s’entêta alors et dit que si Mitterrand ne venait pas à Bratislava, lui, ne venait pas à Prague. […] Mon père avait dit à ce moment-là : “Cet homme est fou”. Et il le dit avec une frayeur spontanée, car il prenait conscience qu’il était responsable du fait que Mečiar occupait le siège de Premier ministre ».

44 Idem, p. 116-117 : « J. Budaj : Je lui ai demandé des bagatelles, par exemple, qu’il ne s’installe pas à Bôrik (lors de son voyage à Bratislava). Je sais qu’aujourd’hui cela sonne différemment, mais dans le contexte slovaque de l’époque, Bôrik fut le symbole de la nomenklatura communiste. En République tchèque, il était acceptable que quelqu’un occupe le Château de Prague, mais personne ne s’étonne qu’il occupe un hôtel communiste ? ».

45 Voir à ce sujet les archives de samizdat INFOCH (Informace o Charte 77 [Les informations sur la Charte 77]) sur le site Internet http://www.vons.cz ; entre autres, le communiqué sur la lettre de F. Mitterrand au Président tchécoslovaque Gustáv Husák du 12 décembre 1978 demandant la libération de Jaroslav Šabata in INFOCH, no 2, 1979, p. 22.

46 Archives de l’Institut François Mitterrand, Présidence de la République, Vidéothèque, u431 bis, Montage des journaux TV sur le voyage de François Mitterrand en Tchécoslovaquie.

47 AN, AG 4 (5)/EG 205, carton Elisabeth Guigou, Discours prononcé par François Mitterrand à l’Assemblée fédérale tchécoslovaque (Prague) jeudi 13 septembre 1990. Une note manuscrite figure dans le texte : « L’a-t-on envoyé à M. Rupnik ? ».

48 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée Francie, Politická zpráva č. 7/90 [Rapport politique no 7/90], p. 1.

49 http://www.radio.cz/fr/article/111113.

50 Conférence de presse conjointe à Bratislava le 14 septembre 1990.

51 Discours à l’Assemblée fédérale du 13 septembre 1990. Le texte est consultable en français sur le site Internet http://discours.vie-publique.fr/notices/907019800.html. La version tchèque se trouve sur le site Internet http://www.snemovna.czeknih/1990fs/slsn/stenprot/006schuz/s006004.htm.

52 AG/5 (4)/CD38, Note pour le Président de la République de Laure Adler.

53 AN, AG/5 (4)/CD384, Note pour le Président de la République, Visite d’État en Tchécoslovaquie (13-14 septembre 1990), Note de présentation, Loïc Hennekine, 11 septembre 1990.

54 Ibid. Loïc Hennekine résume les actions effectuées dans ce domaine par le Président Havel : « Un rapprochement immédiat avec l’Allemagne, une normalisation des relations avec l’URSS (accord sur le retrait des troupes soviétiques d’ici le 30 juin 1991 ; une proposition de transformation du Pacte de Varsovie en organe de concertation politique), une tentative de développement d’une coopération régionale avec la Pologne et la Hongrie, puis l’adhésion à la “Quadrangulaire” devenue “Pentagonale” ; une participation à la nouvelle architecture européenne (proposition d’une “commission européenne de sécurité” ; une aspiration à un renforcement des liens avec la CEE avec l’arrière-pensée d’une adhésion ».

55 AN, AG 4 (5)/CD 384, Note pour le Président de la République de Caroline de Margerie du 24 juillet 1990.

56 AN, AG 4 (5)/12 978, Service du protocole, TD 2145, Humann, 27 juillet 1990.

57 AN, AG 4 (5)/CD 384, Note pour le Président de la République, Votre discours à Prague devant le Parlement d’Elisabeth Guigou du 10 septembre 1990.

58 Ibid., dans Note pour le Président de la République, Visite d’État en Tchécoslovaquie (13-14 septembre 1990), Note de présentation, Loïc Hennekine, 11 septembre 1990.

59 Archives du Bureau du Président de la République (Château de Prague), chemise en carton intitulée Francie, Notes préparatoires sur les sujets de discussion.

60 Ibid.

61 Ibid.

62 François Mitterrand accueille la réunion de la CSCE à Paris les 19-21 novembre 1990 en présence des chefs d’États et de gouvernements des pays suivants : Allemagne, États-Unis d’Amérique, Autriche, Belgique, Bulgarie, Canada, Chypre, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Communauté Européenne, Liechtenstein, Luxembourg, Malte, Monaco, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Saint-Marin, Saint-Siège, Suède, Suisse, République fédérative tchèque et slovaque, Turquie, Union des Républiques Socialistes Soviétiques, Yougoslavie.

63 En décembre 1993, François Mitterrand se rend en République tchèque indépendante.

Auteur

CEMMC/Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search