Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Première Partie. Armée et diplomatie française en Europe centrale

8. La France et l’Europe centrale dans l’entre-deux-guerres. Une « Petite Entente » du renseignement ?

Sébastien Laurent

Texte intégral

  • 1 Bâtir une nouvelle sécurité. La coopération militaire entre la France et les États d’Europe centra (...)

1Ce volume conçu autour de la problématique du « rayonnement » me donne la possibilité d’examiner une question très contemporaine, sinon franchement actuelle, celle des coopérations internationales en matière de renseignement. Il est nécessaire au préalable de faire une observation : dans l’entre-deux-guerres, avec l’avènement de nouvelles nations en Europe centrale et la nouvelle configuration géopolitique sur le reste du continent, le rayonnement semble ne plus se poser dans les mêmes termes qu’auparavant. C’est précisément l’un des enjeux de cet ouvrage que de faire apparaître des césures dans la perception extérieure de la France. Or, ce qui apparaît très nettement en matière diplomatique, c’est que la France, après le retrait états-unien en 1920 et l’absence de garantie britannique, se retrouve seule en Europe face à l’Allemagne. Cette situation géopolitique surplombe les liens entre la France et l’Europe centrale. Dans ce contexte, si la France rayonne encore puissamment en termes culturels, elle est, sur le plan diplomatique, tout aussi demandée que demandeuse, encore qu’il soit nécessaire de nuancer selon les pays ce constat rapide. Tout le paradoxe est là : certes la France est victorieuse, elle est la première puissance militaire d’Europe, mais elle est contrainte de nouer des alliances dans un rapport de force qui ne s’exerce pas toujours en sa faveur. Le colloque Bâtir une nouvelle sécurité, publié en 2001 par le CEHD et le SHAT1, avait permis de faire le point de façon très complète sur cette dimension, mais en partant d’une prémisse hyper classique, à savoir la subordination pleine et entière de l’autorité militaire au pouvoir politique, relation traduite par l’expression de Jean Doise et de Maurice Vaïsse dans un ouvrage classique Diplomatie et outil militaire 1870-1940.

  • 2 Cité dans Charnay J.-P., Société militaire et suffrage politique en France depuis 1789, Paris, SEV (...)

2Le texte qui suit se propose précisément, au travers de l’exemple de la relation entre la France et les pays d’Europe centrale, de revisiter cette liaison séculaire entre les armes et la toge. Que signifie l’expression d’« outil militaire », expression unanimement relayée par tous les historiens français des relations internationales ? Curieusement, elle n’est pas discutée dans cet ouvrage, ni même historiquement définie. De quoi s’agit-il alors ? On peut émettre l’hypothèse qu’elle est directement tirée non d’une analyse historienne, mais de la théorie politique. En effet, dans la République cedant arma togae (« ce que l’armée cèdent à la toge »). Or, qu’est-ce que la force publique pour les conventionnels ? « Un levier passif que meut la volonté nationale » ainsi que le proclame le Comité de salut public en décembre 17932. Ce principe majeur, réaffirmé sous toutes les Républiques, a été utilisé, sans être critiqué, comme paradigme de la relation entre les militaires et le pouvoir politique. Or, la métaphore de l’outil est puissante et suggère des significations multiples : elle véhicule l’idée de subordination totale dans l’action et empêche même de concevoir une autonomie de réflexion. À l’encontre de cette vision dominante des relations entre militaires et politiques dans la République, on voudrait suggérer qu’il existe une certaine autonomie des militaires à l’égard du pouvoir politique, et même une diplomatie (militaire) des militaires, manifestée notamment par l’activité de renseignement.

  • 3 Forcade O., La République secrète. Histoire des services spéciaux français de 1918 à 1939, Paris, N (...)

3Sans vouloir compliquer artificiellement la tâche, on est contraint d’observer que la dimension renseignement dans les alliances en temps de paix aux XIXe et XXe siècles est une question qui n’a pas été travaillée, si l’on excepte la récente thèse d’habilitation d’Olivier Forcade publiée en 20083. Les travaux existants, au demeurant peu nombreux, ont abordé la question des coopérations de renseignement en vue du temps de guerre ou lors de la guerre. La différence est essentielle : dans ce dernier cas, les impératifs stratégiques et la nécessité de la victoire imposent aux puissances belligérantes de surmonter leurs réticences et de s’entendre pour échanger des renseignements sur l’ennemi commun. En temps de paix, le partage de l’information stratégique, c’est-à-dire de l’information fermée, celle qui fait l’objet de processus clandestins de collecte – en un mot, l’espionnage – se pose en des termes différents. Il s’agit d’une information coûteuse et dangereuse à collecter, portant principalement sur des enjeux soustraits à toute forme de publicité et qui sont donc, politiquement, à haute valeur ajoutée (quelle que soit leur matière : économique, scientifique, militaire ou politique). Ces renseignements constituent en théorie, pour peu qu’ils soient fiables et précis, un outil de décision important, peu susceptible d’être partagé dans le contexte d’une absence de conflit.

Aux origines des coopérations de renseignement

  • 4 Alinéa 2 de l’article 4 cité dans Mémoires du Maréchal Joffre. 1910-1917, t. I, Paris, Librairie P (...)
  • 5 Laurent S. et Sirinelli J.-F. (dir.), L’État secret, l’information et le renseignement en France au (...)
  • 6 Notes reproduites dans Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques français (1871-1 (...)

4Avant même la Grande Guerre, la France et certains de ses alliés semblent pourtant avoir pris conscience de l’importance de cette dimension de la paix et de la guerre : dans la convention militaire franco-russe du 17 août 18924, l’on trouve en effet la mention très précise d’échanges de renseignements dès le temps de paix. Malgré la destruction d’une grande partie des archives du SR français, l’on trouve pourtant trace de la mise en œuvre de ces échanges au début du XXe siècle5. Dans le cadre de l’Entente cordiale, la démarche est plus prudente, un échange de notes entre les états-majors britanniques et français en janvier et février 1906 prévoyant des échanges, mais à partir du déclenchement du conflit seulement6.

  • 7 Voir Johnson R.J., « Zagranichnaia Agentura : the Tsarist Political Police in Europe », Journal of (...)
  • 8 Bien que son but touchât principalement à la criminalité, la surveillance des communistes et des m (...)

5En matière policière, la coopération reposant sur des échanges de renseignements entre pays européens est plus ancienne et approfondie : elle est essentiellement bilatérale pour la surveillance commune des opposants politiques (socialistes et anarchistes), et là encore la relation franco-russe est exceptionnelle, l’Okhrana ayant établi à Paris dans les années 1880, avec l’assentiment du gouvernement français, un poste à vocation européenne7. Cette coopération prend une tournure européenne avec les attentats et les assassinats anarchistes en Europe à la fin du XIXe siècle. Elle est en partie à l’origine du premier congrès de police judiciaire internationale à Monaco le 18 avril 1914 qui déboucha en 1923 à Vienne sur la création d’un organisme, l’Organisation Internationale de Police Criminelle (OIPC-Interpol)8. À la sortie de la Première Guerre mondiale, la coopération en matière de renseignement en temps de paix, si elle est une pratique rare, n’est cependant pas un usage entièrement nouveau entre les États.

6L’examen de la nature des accords en matière de renseignement avec les pays de la Petite Entente ne peut être conduit en faisant abstraction des relations politiques et diplomatiques. C’est précisément un système d’alliances qui s’est mis en place dans les années 1920, donnant naissance à l’expression de Petite Entente, expression abusive car elle postule une forme de cohérence et d’unité qui lui manqua cruellement. Entre 1921 et 1927, la France signa des traités bilatéraux avec la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Roumanie et la Yougoslavie.

  • 9 Lieutenant-colonel Guelton F., « Typologie des missions militaires françaises dans l’Est européen  (...)

7La France mit en œuvre des moyens classiques pour parvenir à ces accords dont elle croyait qu’ils faisaient système. Les traités bilatéraux, aux formes et contenus divers (traité d’amitié ou, plus précis, traité d’alliance et de garantie, voire traité d’assistance mutuelle), formèrent le socle de l’ensemble. Par ailleurs, une coopération économique appuyée sur des acteurs privés et publics renforça l’aspect politique : des investissements dans des entreprises étrangères, l’implantation d’industries françaises ou la production sous licence, plus ou moins accompagnés de transferts de technologie, représentent l’essentiel de cette coopération. Enfin, un dernier volet était constitué par la coopération militaire : des missions militaires françaises s’établirent dans la foulée de la fin de la guerre en Pologne (de 1919 à 1932), Roumanie (1916-1918, puis dans les années 1920) et Tchécoslovaquie (à partir de 1919). L’effort était massif, notamment en matière de formation des nouvelles armées : il y avait en juillet 1920 deux mille officiers français en Europe9. Cette coopération militaire était complétée par la formation d’officiers étrangers dans les écoles militaires françaises et par la vente d’armements français. En fait, l’on constate que ces moyens mis au service de la coopération économique et militaire avaient déjà été déployés par la France tout au long du XIXe siècle en Europe (Serbie, Roumanie), en Orient (Perse) et en Asie (Japon). Les coopérations de renseignement ne se sont donc pas mises en place dans un environnement neutre : incontestablement, le climat diplomatique et la présence d’échanges entre les armées ont été des facteurs favorables.

La diversité des organes impliqués dans les coopérations de renseignement

8Les acteurs de la coopération en matière de renseignement ont été très divers. Il faut cependant les distinguer selon la place qu’ils occupent dans l’appareil de renseignement. Le premier acteur, le plus évident et présent, est constitué par les missions militaires qui ont formé les armées nationales polonaises, tchèques et roumaines et dont les rapports d’activité ainsi que la correspondance montrent clairement qu’une partie de leur vocation consistait à transmettre de l’information, illustration d’un premier niveau de friendly spying. Mais ces missions étaient composées d’officiers d’unités ou d’états-majors dont la spécialité n’était pas le renseignement, mais l’enseignement et la formation. En outre, ces missions militaires à vocation temporaire n’avaient généralement accès qu’à de l’information militaire ouverte. Leur nature était bien différente des authentiques organes de renseignement qu’étaient le deuxième bureau de l’état-major de l’armée – dont la fonction était la synthèse du renseignement – et le SR-SCR (désormais SR), service de renseignement et de contre-espionnage de l’armée, organisme de l’état-major mais redevenu indépendant du deuxième bureau après 1918 et qui avait pour tâche principale de collecter le renseignement à partir de sources fermées. Il faut enfin signaler la signification différente des divers niveaux de coopération : échanges de synthèses de renseignements entre les deuxièmes bureaux, transmission de renseignements bruts des SR, coopération entre SR sur la définition d’objectifs communs, formation des personnels aux techniques du SR, intégration des SR sous forme de poste commun, une grande variété de coopérations a vu le jour, de la plus générale et de la moins sensible vers la plus précise, touchant au cœur de la souveraineté, chacune traduisant des niveaux différents d’alliances.

Des coopérations de renseignement en marge des relations bilatérales

9En observant les coopérations du point de vue de l’implication des autorités politiques et militaires supérieures françaises, on peut mettre au jour deux grands types de coopérations.

  • 10 Bulhak H., « L’alliance militaire franco-polonaise. Son développement et ses crises », Bâtir une no (...)
  • 11 Ibid., p. 229.
  • 12 Forcade O., La République secrète…, op. cit., p. 270-271.

10Les coopérations en matière de renseignement avec la Pologne relèvent d’un premier cas de figure dans lequel les échanges de renseignements ont été l’aboutissement d’une alliance conçue au plus haut niveau. Les accords de Rapallo signés entre l’Allemagne et l’URSS en avril 1922 semblent avoir accéléré la volonté française de renforcer la coopération militaire. Le colonel Fournier, chef du deuxième bureau de l’état-major français de 1920 à 1926, se rendit dans plusieurs capitales d’Europe de l’Est afin d’ouvrir des discussions avec les chefs militaires étrangers. Dans le même temps, le maréchal Foch et le général Sikorski faisaient de même10. Les discussions furent longues et durèrent au total près de quatre ans. En mai 1924, une conférence eut lieu à Paris entre le général polonais Haller, le général Debeney (chef d’état-major) et des officiers des deuxième et troisième bureaux, puis se poursuivirent en septembre 1924 à Varsovie. Il faut rappeler également que plusieurs années auparavant, c’est à la demande de Pildsuski qu’un poste « SR » avait été créé au sein de la mission militaire française. Le premier signe tangible d’une coopération fut la signature par Sikorski à Paris le 6 novembre 1924 d’un protocole, contresigné par les ministres français de la Guerre et de la Marine. Sur le plan économique, militaire et naval, l’accord prévoyait une collaboration très poussée et, pour la première fois, dès le temps de paix, une collaboration entre les services de renseignement concernant les menaces allemande et soviétique11. Le volet renseignement de l’accord ne fut rendu valide qu’au terme de deux nouveaux mois de discussion en mars et avril 1926, soldés par la signature de l’accord du 13 avril 1926 : un poste d’officier de renseignement de liaison français était créé en Pologne et le principe de la définition en commun des recherches sur l’Allemagne et l’URSS était réaffirmé12. Cet accord impliquant le SR doublé d’échanges réguliers entre les deuxièmes bureaux français et polonais fonctionna immédiatement. Mais la Pologne s’avéra assez vite déçue par la teneur des envois français, puis devint méfiante après le traité franco-soviétique de 1935.

  • 13 Lacaze Y., « Simple coopération ou signature d’une convention militaire contraignante ? Le dilemme (...)
  • 14 Forcade O., La République secrète…, op. cit., p. 252.
  • 15 Puig J.-A., « La SR-SCR et la Tchécoslovaquie entre 1918 et 1937 », mémoire de Maîtrise ss. dir. G. (...)
  • 16 À partir de 1938, les Tchèques se tournèrent vers l’Intelligence Service.

11Un tout autre cas de figure est illustré par la coopération franco-tchèque. Certes, une mission militaire française était présente sur le territoire tchèque depuis 1919 et le chef d’état-major de l’armée tchèque était jusqu’en 1926 un officier général français. Malgré cela et l’implication personnelle de Foch dans les discussions, le traité d’alliance du 25 janvier 1924 ne possédait pas de volet militaire. Le ministre des Affaires étrangères, Bénès, était beaucoup moins demandeur que Sikorski. Il était plus prudent vis-à-vis de l’Allemagne et désireux de ne pas se couper de la Grande-Bretagne13. La coopération se développa donc en marge d’accords globaux. Elle fut le résultat d’accords oraux entre les officiers de renseignements. C’est ainsi que, dans un premier temps, le deuxième bureau français fournit dès les années 1920 à l’armée tchèque des renseignements sur l’Allemagne14. Peut-être y avait-il derrière cette démarche la volonté de bien disposer les esprits à une alliance avec la France, voire d’engager indirectement l’avenir. Mais c’est dans les années 1930, à rebours d’ailleurs de l’influence française en Europe centrale, qu’une coopération de renseignement très poussée fut décidée par les SR. En fait, le poste SR français à Prague créa le SR tchécoslovaque. Les rapports étaient si étroits que le 20 janvier 1934, les deux SR décidèrent la création d’un poste mixte franco-tchèque, commandé par un officier tchèque, secondé par un adjoint français, travaillant exclusivement sur l’Allemagne au bénéfice des deux états-majors15. Ce cas de figure en temps de paix est sans précédent en Europe à cette époque. Le travail commun s’acheva en juin 1936 à la demande des Tchécoslovaques pour des motifs déjà avancés par les Polonais quelques années plus tôt. Les Tchèques étaient en effet déçus de la prudence française ne communiquant pas tout ce qu’elle recueillait sur l’Allemagne. Le poste mixte fut remplacé par un simple poste de liaison à Prague entre les deux SR16.

  • 17 Forcade O., op. cit., p. 265.

12Pour ce qui est de l’origine de la coopération, le cas de la Yougoslavie est à rapprocher de la situation précédente. Dès 1919, le SR yougoslave accepta de fournir des renseignements au poste SR français de Belgrade17 sur l’Italie et sur les pays balkaniques. Les échanges fonctionnèrent bien jusqu’en 1936, malgré un pouvoir politique yougoslave et des autorités militaires supérieures moins enclines à collaborer avec la France et un traité d’amitié et d’alliance signé en 1927 qui avait évité toute dimension militaire.

  • 18 Pour une vision synthétique, voir Bloch G., « Enigma » avant « Ultra » (1930-1940), publication de (...)

13Un troisième exemple de l’autonomie des services de renseignement dans leur conduite des coopérations est illustré par la coopération technique. Ce fut le cas de façon originale entre la France et la Pologne dans les années 1930 à l’heure des désillusions entre les deux pays. Au milieu des années 1920, la Kriegsmarine (1926) et la Reichswehr (1928) allemandes avaient adopté une machine à chiffrer, appelée par la suite « Enigma » pour sécuriser leurs échanges. La section du chiffre polonais, BS 4, s’était soudainement aperçue qu’elle ne parvenait plus à casser les codes allemands. Les douanes polonaises interceptèrent la version civile de cette machine, conçue par un ingénieur hollandais mais produite et commercialisée par une société allemande. BS 4 ne pouvait pour autant l’exploiter. Quelques années plus tard, en novembre 1931, le capitaine Gustave Bertrand, officier du chiffre français, s’était fait remettre par le principal agent allemand travaillant au service de la France, Hans-Tilo Schmidt (fonctionnaire du chiffre du ministère de la Guerre), une notice d’utilisation militaire pour les machines « Enigma »18. Bertrand prit contact avec le chiffre britannique, Government Code and Cypher School, puis avec le BS 4 polonais au mois de décembre 1931. BS 4 travaillait en étroite liaison avec un mathématicien polonais, Marian Rejewski, qui parvint en dix semaines à reconstituer à partir des documents de Schmidt le fonctionnement de la machine. Ainsi, de 1933 à la fin de l’année 1938, les Polonais purent lire tous les échanges militaires allemands interceptés. Bien qu’à cette époque ils n’aient pas livré à la France le résultat de leurs découvertes, les hommes du BS 4 remirent le 24 juillet 1939 aux Britanniques et aux Français une réplique de l’« Enigma » allemande. La part française fut mineure dans cette histoire, mais c’est finalement à une coopération technique internationale que les Britanniques durent dès l’été 1940 d’avoir un avantage stratégique sur les Allemands.

14En terminant cette rapide esquisse, je voudrais suggérer un certain nombre de remarques. Il faut situer la conclusion à plusieurs niveaux. Sur un plan factuel, l’historien ne peut que prendre acte des échecs de la coopération de renseignement, tout comme de la Petite Entente dans son ensemble, sans d’ailleurs qu’il y ait un déterminisme absolu entre le diplomatique et le renseignement. En effet, on a vu que se mettaient en place des accords, des échanges parfois à rebours des relations bilatérales. La France n’a pas seulement souffert des tensions multilatérales de ses accords bilatéraux, elle n’a pas toujours su mener une diplomatie ou poser des actes rassurants : Locarno en 1925, l’adoption d’une stratégie défensive dans les années 1920, le retrait du Rhin en 1930, le traité franco-soviétique de 1935, pour ne rien dire de l’absence de réaction à la remilitarisation de la Rhénanie (1936), ont été autant d’erreurs psychologiques qui ont entamé son crédit et sa fiabilité en Europe centrale.

  • 19 Sur cette problématique nouvelle, voir les Actes du colloque « Information, renseignement et diplo (...)

15On peut observer surtout que les services, c’est-à-dire le SR du côté français, organe fortement indépendant de l’état-major, a mené indépendamment du deuxième bureau d’état-major sa propre diplomatie, nouant des accords selon ses besoins, mettant en œuvre des coopérations, souvent très imparfaites. Ces coopérations ont été uniquement bilatérales et supposaient par ailleurs une bonne entente entre ceux qui les mettaient en œuvre, suffisantes en tout cas pour définir des objectifs communs. Ainsi, la politique extérieure mise en œuvre par un pays n’est pas seulement le fait de l’appareil diplomatique : elle est la combinaison de l’activité diplomatique qui met en œuvre une politique, la plupart du temps revendiquée, et de l’action secrète de ses services spéciaux, souvent plus autonomes à l’égard du politique19. Ce faisant, les services spéciaux montrent qu’ils ne sont pas des organes neutres, mais des organes qui mènent leur propre politique.

Notes

1 Bâtir une nouvelle sécurité. La coopération militaire entre la France et les États d’Europe centrale et orientale de 1919 à 1929, Vincennes, CEHD/SHAT, 2001.

2 Cité dans Charnay J.-P., Société militaire et suffrage politique en France depuis 1789, Paris, SEVPEN, 1964, p. 43.

3 Forcade O., La République secrète. Histoire des services spéciaux français de 1918 à 1939, Paris, Nouveau Monde (Coll. Le grand jeu), 2008. Sur le renseignement français à cette époque, voir également Jackson P., France and the Nazi Menace. Intelligence and Policy Making 1933-1939, Oxford, Oxford UP, 2000.

4 Alinéa 2 de l’article 4 cité dans Mémoires du Maréchal Joffre. 1910-1917, t. I, Paris, Librairie Plon, 1932, p. 128. Voir également : SHD-AG, 1 K 666, traités franco-russes.

5 Laurent S. et Sirinelli J.-F. (dir.), L’État secret, l’information et le renseignement en France au XIXe siècle. Contribution à une histoire du politique (1815-1914), Sciences-Po, 2007, p. 582-583 (à paraître chez Fayard en 2009).

6 Notes reproduites dans Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques français (1871-1914), t. IX (16 janvier-1er mars 1906), Paris, Imprimerie Nationale, 1946, p. 59 et 258. En 1911, l’élaboration de codes communs pour le temps de guerre est décidée : ils sont réalisés en 1913.

7 Voir Johnson R.J., « Zagranichnaia Agentura : the Tsarist Political Police in Europe », Journal of Contemporary History, vol. 7, no 1-2, January-April 1972, p. 221-242 ; Fischer B.B., « Okhrana. The Paris Operations of the Russian Imperial Police », History Staff Center for the Study of Intelligence, CIA, 1997, et Zuckerman F.S., The Tsarist Secret Police Abroad. Policing Europe in a Modernising World, Houndmills, Palgrave-Macmillan, 2003.

8 Bien que son but touchât principalement à la criminalité, la surveillance des communistes et des militants du Komintern fut l’une des premières tâches d’Interpol.

9 Lieutenant-colonel Guelton F., « Typologie des missions militaires françaises dans l’Est européen », dans Bâtir une nouvelle sécurité…, op. cit., p. 57.

10 Bulhak H., « L’alliance militaire franco-polonaise. Son développement et ses crises », Bâtir une nouvelle sécurité…, op. cit., p. 225.

11 Ibid., p. 229.

12 Forcade O., La République secrète…, op. cit., p. 270-271.

13 Lacaze Y., « Simple coopération ou signature d’une convention militaire contraignante ? Le dilemme franco-tchécoslovaque des années vingt (1919-1924) », Bâtir une nouvelle sécurité…, op. cit., p. 345-371.

14 Forcade O., La République secrète…, op. cit., p. 252.

15 Puig J.-A., « La SR-SCR et la Tchécoslovaquie entre 1918 et 1937 », mémoire de Maîtrise ss. dir. G.-H. Soutou, Université de Paris IV, 2000, cité par Forcade O., op. cit., p. 255.

16 À partir de 1938, les Tchèques se tournèrent vers l’Intelligence Service.

17 Forcade O., op. cit., p. 265.

18 Pour une vision synthétique, voir Bloch G., « Enigma » avant « Ultra » (1930-1940), publication de l’auteur, 1985, et l’indispensable Kahn D., The Codebreakers. The Story of Secret Writing, New York, Macmillan Publishing, 1967 [rééd. 1996], p. 560-563.

19 Sur cette problématique nouvelle, voir les Actes du colloque « Information, renseignement et diplomatie dans la politique étrangère », programme IOIF de l’ANR, Bordeaux, 9-10 octobre 2008, à paraître aux Presses Universitaires de Bordeaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search