Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Première Partie. Armée et diplomatie française en Europe centrale

7. La présence française en Tchécoslovaquie et en Pologne de l’entre-deux-guerres à la prise du pouvoir par les communistes (1918-1951)

Bernard Michel

Texte intégral

1En 1918, la France n’avait ni prévu ni préparé la dissolution de l’Autriche-Hongrie. Ce n’est que dans une vision rétrospective, dans les années 1920 ou 1930, que l’on crée l’illusion que l’indépendance de la Tchécoslovaquie et de la Pologne a trouvé, dès le début de la guerre, des appuis en France.

  • 1 Bernard M., « Le rôle d’Ernest Denis et du journal la Nation tchèque dans la naissance de la Tchéco (...)

2Le Comité National tchécoslovaque, installé à Paris depuis 1915 par Édouard Bénès, sous le patronage de Tomas Masaryk, n’avait qu’un rôle assez faible. Il était soutenu par la revue Nation tchèque, éditée par Ernest Denis, professeur à la Sorbonne, et par des intellectuels, surtout universitaires, comme Louis Léger, professeur au Collège de France1. Mais son influence dans les milieux politiques restait négligeable, même si le Slovaque Milan Stefanik, général de l’armée française, avait gagné la sympathie de Philippe Berthelot, directeur des affaires politiques au Quai d’Orsay. Si le Comité réclamait l’indépendance, il restait très éloigné des députés tchèques du Parlement de Vienne qui cherchaient à obtenir l’autonomie.

  • 2 Rollet H., La Pologne au XXe siècle, Paris, Pedone, 1984, p. 90-93.

3La cause polonaise ne pouvait trouver d’appui politique en France, en raison de la domination exercée par la toute puissante ambassade de Russie qui, au nom de l’alliance, interdisait depuis 1891 toute forme de soutien à une nation si proche de nous par son histoire. La Pologne russe, dite « du Congrès », était depuis 1915 sous occupation de l’Allemagne. Elle était gérée par un Conseil de Régence qui n’avait pas le droit de jouer un rôle en politique étrangère. Des Polonais, favorables à l’Entente, ne pouvaient exercer une action de propagande ni à Paris ni à Londres. C’est en Suisse, à Lausanne, que put se créer le 9 août 1917 un Comité National Polonais (KNP), dominé par Roman Dmowski et soutenu aux États-Unis par le célèbre pianiste Paderewski. Il représentait surtout une orientation politique de droite qui limitait son audience. La France, le 20 septembre 1917, le reconnut comme une organisation officielle habilitée à représenter les intérêts polonais2.

4La création en 1917 d’une armée de légionnaires tchèques et polonais en France a été provoquée, plus que par des données de politique étrangère, par la nécessité de déplacer des prisonniers de guerre hors de Russie. Organisés en légions, après février 1917, ils se trouvaient isolés dans un pays en pleine révolution et furent envoyés vers la France pour y poursuivre les combats. Les légionnaires tchèques, cantonnés à Cognac et à Jarnac, formèrent trois régiments, d’un effectif de plus de 9 000 hommes. Ils étaient placés sous l’autorité d’un commandement militaire français, mais aussi sous le contrôle du Comité National Tchécoslovaque. Le Président Poincaré remit au 21e régiment le premier drapeau tchécoslovaque, à Darney, dans les Vosges, le 12 juin 1918. Les légions polonaises qui se formèrent à Bayonne n’étaient pas placées sous le contrôle du Comité National Polonais. Elles prirent le nom de l’armée Haller, lorsqu’elles passèrent en octobre 1918 sous le commandement du général autrichien Haller qui venait de rejoindre le camp de l’Entente.

  • 3 Ibid., p. 97-99.

5Lors de la naissance de l’État tchécoslovaque, Masaryk et Bénès obtinrent l’accord de la nation et des députés tchèques, sans opposition. Au contraire, la renaissance de la Pologne se heurta à un conflit profond. Le Comité National Polonais affronta le colonel Pilsudski, socialiste de la Pologne russe, passé en Autriche où il dirigea des brigades volontaires qui participèrent aux combats contre la Russie. Emprisonné par les Allemands, il sortit de prison le 10 novembre 1918. Acclamé à Varsovie par la foule, il se fit accorder les pleins pouvoirs militaires et le pouvoir de chef de l’État. Il s’appuyait sur un gouvernement de gauche, hostile au Comité National, toujours soutenu par la France. Le 19 décembre, un compromis fut réalisé : la Comité National représenterait la Pologne à la Conférence de la Paix, mais il reconnut le pouvoir de Pilsudski. Cette division affaiblit considérablement la cause polonaise3. L’image de Pilsudski qui a combattu dans le camp austro-allemand resta défavorable en France. D’où une méfiance réciproque qui pèsera sur les relations entre les deux pays.

  • 4 Bernard M., La chute de l’Empire austro-hongrois, 1916-1918, Paris, Robert Laffont, 1991, p. 168-17 (...)
  • 5 Ibid., p. 224.

6Pour la France, la décision de rompre avec l’Autriche-Hongrie est très tardive. C’est une illusion de croire que Georges Clémenceau, président du conseil, a voulu la destruction de la Double Monarchie. Il n’a jamais été informé, lors de son arrivée au pouvoir, des négociations secrètes qui avaient échoué en 1917. Il n’en apprend l’existence que le 2 avril 1918, lorsque le comte Czernin, ministre des Affaires étrangères, le met en cause en l’accusant d’avoir demandé des négociations avec l’Autriche. Pour se défendre, il se trouve obligé de publier une lettre autographe de l’Empereur Charles du 24 mars 1917, dont il venait d’apprendre l’existence et qui déclarait légitimes les revendications françaises sur l’Alsace-Lorraine4. Cette révélation des négociations secrètes affaiblit Charles dans ses relations avec Guillaume II. L’avenir de l’Autriche-Hongrie dépend, durant l’été 1918, du sort militaire de l’Allemagne. La défaite militaire qui l’accable n’est pas celle de l’Autriche sur le front italien, mais celle de l’armée allemande après juillet 1918 sur le front français. Le 17 octobre 1918, Charles essaie, par un manifeste « À mes fidèles peuples autrichiens », de sauver l’existence de son Empire, en déclarant que l’Autriche « deviendra un État fédéral dans lequel chaque groupe ethnique, sur son propre territoire de peuplement, formera une unité étatique »5.

7Cette réforme remarquable est trop tardive pour avoir un effet favorable. Elle précipite au contraire la formation de Conseils Nationaux qui vont, par des révolutions pacifiques, proclamer l’indépendance des nouveaux États à partir du 28 octobre. La décomposition de l’Autriche-Hongrie n’a donc pas été décidée par l’Entente. La Conférence de la Paix n’a jamais eu à délibérer sur la fin de l’Autriche-Hongrie, elle a eu seulement à en constater les effets et à négocier avec les nouveaux États du tracé de leurs frontières.

  • 6 Laroche J., La Pologne de Pilsudski. Souvenirs d’une ambassade. 1926-1935, Paris, Flammarion, 1953.
  • 7 Noël L., La Tchécoslovaquie d’avant Munich, Paris, Institut d’Études Slaves/Publications de la Sorb (...)

8Il a fallu constamment improviser. La France n’avait pas de diplomates expérimentés, capables de s’imposer dans les nouveaux États. Au début, en 1920, les ministres plénipotentiaires se trouvent en position d’infériorité, face à des chefs de mission militaires qui ont le prestige d’être les vainqueurs de la guerre. Les missions s’implantent dans les deux nouveaux États. Leurs chefs n’ont aucune expérience de l’Europe centrale, car la plupart ont effectué leur carrière dans les colonies. Une exception est le général Pellé, ancien attaché militaire en Allemagne, qui a su admirablement gagner la confiance des autorités tchécoslovaques. Son autorité est telle qu’il fait passer au second plan le ministre plénipotentiaire à Prague, Clément-Simon, qui est rappelé en octobre 1920. De la même manière, le général Henrys, nommé à Varsovie, entre en conflit avec le ministre Pralon qu’il écarte en janvier 1920. C’est seulement dans la deuxième moitié des années 1920 et dans les années 1930 que des diplomates de forte personnalité occupent une position clé, comme à Varsovie Hector de Panafieu (1924-1926), puis Jules Laroche (1926-1935), un des principaux négociateurs de la Conférence de la Paix6. À Prague, ce fut François Charles-Roux, grand collaborateur de Jules Cambon et de Camille Barrère qui, de 1925 à 1932, symbolisa la politique prépondérante de la France. Ensuite, Léon Noël, « étranger à la Carrière », fut une personnalité centrale à Prague de 1932 à 1935 puis à Varsovie de 1935 à 19397.

Le développement des relations entre la France et l’Europe centrale

Les missions militaires françaises

9La première présence française organisée fut, à partir de février 1918, les missions militaires en Tchécoslovaquie et en Pologne. Les deux États devaient improviser une armée commune, au moment où il leur fallait, après une intervention militaire, assurer la sécurité des frontières qu’ils revendiquaient.

  • 8 Michel B., « Armées, institutions et traditions militaires en Pologne et en Tchécoslovaquie de 1919 (...)

10La Pologne héritait d’officiers des trois armées du Partage, Russes, Allemands et Autrichiens. En 1921, selon un tableau du ministère des Affaires militaires, le corps des officiers comprenait 31 % d’anciens Autrichiens, 26 % de Russes, 8 % d’Allemands, 7,5 % de l’armée Haller, 26 % des Légions de Pilsudski. Au sommet, les généraux étaient surtout Russes et Autrichiens, car les officiers des Légions ne dépassaient pas le grade de colonel8. L’unification de l’armée était une tâche essentielle car les traditions militaires des trois armées étaient incompatibles. Les armements étaient encore plus disparates : quinze types d’armes de poing, quarante variétés de mitrailleuses.

11En Tchécoslovaquie, rares étaient les officiers d’active avant 1918. Les légionnaires représentaient en 1933 le quart des effectifs et ils occupaient les postes dirigeants, avec des généraux des Légions de Russie qui, sans véritable formation, avaient obtenu ces postes par cooptation. Il fallait donc créer des armées nouvelles.

  • 9 Schramm T., « Les activités des missions militaires françaises en Europe centrale et orientale », L (...)

12Les missions militaires françaises en 1919 étaient encore placées sous l’autorité du maréchal Foch, commandant en chef des forces alliées. Le but de chaque mission était de former rapidement des officiers sur le modèle français. Mais très vite, les officiers durent intervenir directement dans les opérations. En Tchécoslovaquie, le chef de la Mission, le général Pellé, devait, selon l’accord du 26 janvier 1919, exercer des fonctions de chef d’État-major de l’armée tchécoslovaque. Des généraux français commandèrent les opérations en Slovaquie contre l’armée hongroise. En Pologne, ce ne fut jamais le cas, car Pilsudski exerça toujours un rôle dirigeant. Lors de la guerre de 1920 contre les Soviétiques, des officiers comme le commandant Charles de Gaulle participèrent aux opérations, dans le renseignement et les liaisons. Le général Weygand, venu dans le cadre d’une mission diplomatique franco-anglaise, ne joua aucun rôle réel dans la bataille décisive autour de Varsovie et dans le « miracle » de la victoire finale des Polonais9.

13Dans les deux pays, la Mission Militaire organisa dès 1919 une École de Guerre sur le modèle français. En Tchécoslovaquie, la Mission eut une influence considérable. Le Président Masaryk et l’opinion publique étaient très hostiles au militarisme et favorables à de simples milices. Ce fut le général Pellé qui permit en mars 1920 le vote d’une loi militaire qui créait une armée sur le modèle français de la circonscription. Jusqu’en 1926, le général Mittelhauser, qui lui succéda, garda le poste de chef d’État-major. Avec des effectifs réduits, la Mission eut un rôle efficace sous la direction du général Faucher, de 1931 à 1939.

14En Pologne, après la prise du pouvoir par Pilsudski avec le coup d’État de 1926, la Mission n’eut plus qu’un rôle symbolique. Les instructeurs français maintinrent leur présence jusqu’en 1928 à l’École de Guerre et au Centre des Hautes Études Militaires jusqu’en 1932. Cette date marqua la fin de la Mission en Pologne.

  • 10 Michel B., « La coopération militaire entre la France et la Tchécoslovaquie. 1918-1938 », Sécurité (...)

15La formation d’officiers des pays alliés se prolongeait aussi en France. Chaque année, certains suivaient l’enseignement de Saint-Cyr. La promotion Croix de Guerre de 1919-1920 comptait dix-neuf Tchécoslovaques dans ses rangs. Il en était de même pour la prestigieuse École de Guerre de Paris qui comptait durant l’entre-deux-guerres trois Tchèques et trois Polonais, par exemple dans la 49e session de 1927-1929, celle du futur maréchal de Lattre10.

  • 11 L’ouvrage de base reste le livre remarquable de Wandycz P., France and her Eastern Allies. 1919-19 (...)

16Les traités d’alliance avec les deux pays eurent pour but de donner une reconnaissance internationale à une coopération militaire qui existait déjà sur le terrain. L’alliance avec la Pologne, le 19 février 1921, organisait avant tout une action commune contre l’Allemagne. C’était une alliance de revers qui cherchait à remplacer l’alliance franco-russe d’avant-guerre. En cas de conflit avec la Russie, la France s’engageait « à agir, tant sur terre que sur mer pour contribuer à assurer à la Pologne la sécurité vis-à-vis de l’Allemagne… comme aussi à l’aider dans sa défense contre l’armée des Soviets ». Dans tous les cas, « l’aide directe que la France s’engage à porter en Pologne pourra consister en l’envoi de matériel de guerre et de chemins de fer, ainsi que de personnel technique, mais non dans l’envoi de troupes combattant en renfort de l’armée polonaise »11.

17La Tchécoslovaquie devait son influence à la remarquable politique étrangère d’Édouard Bénès, ministre des Affaires étrangères de 1918 à 1935. Bénès, élu dans le Conseil de la Société des Nations en 1923, y joua durant les années 1920 un rôle de premier plan en faveur d’une Sécurité Collective. Il eut des relations sans conflit avec l’Allemagne jusqu’en 1935. Il se montrait réticent à une alliance militaire. Le traité d’alliance et d’amitié, signé à la demande pressante de la France, n’avait rien à voir avec l’alliance polonaise. Il ne désignait pas l’Allemagne comme ennemie. Il imposait aux deux États de se concerter « sur les questions extérieures de nature à mettre en danger leur sécurité ». Il rappelait l’article 88 du traité de Saint-Germain, qui interdisait toute forme d’annexion de l’Autriche par l’Allemagne. Quelques jours après, les deux pays échangèrent des lettres sur la coopération entre leurs États-majors.

  • 12 Davion I., « La recherche d’une alliance franco-tchécoslovaque par la France. Le rôle des missions (...)

18La France souhaitait établir une coopération étroite entre la Pologne et la Tchécoslovaquie. Le maréchal Foch avait vu très clairement que ces liens entre nos deux alliés étaient indispensables pour l’établissement d’un pacte de sécurité français avec l’Europe centrale. Des querelles entre les deux pays sur leurs frontières entretinrent des tensions permanentes. La Tchécoslovaquie avait, sur la région de Tesin/Ciezyn appartenant au bassin minier de la Silésie tchèque, des droits historiques, même si la population polonaise était par endroits prédominante. En juillet 1920, la Conférence des Ambassadeurs procéda au partage de la région, donnant la partie nord à la Pologne, mais en laissant aux Tchèques le bassin houiller de Karvin. Ainsi, 139 000 Polonais se retrouvaient sous le contrôle tchèque. Cela constitua durant tout l’entre-deux-guerres un point essentiel de désaccord. Plus profondément, aucun des deux pays ne croyait à la solidité de l’autre. Bénès était convaincu que l’Allemagne ne pouvait tolérer le corridor de Dantzig ; Pilsudski était persuadé que la Tchécoslovaquie ne pouvait survivre, en raison des minorités dont les trois millions d’Allemands, et parce qu’elle n’avait pas de tradition militaire pour se défendre12.

19La Tchécoslovaquie avait des relations sans conflit avec l’Allemagne de Weimar. Sa véritable inquiétude était, au Sud, ses relations avec la Hongrie. En janvier 1920, Alexandre Millerand, successeur de Clémenceau au poste de président du conseil, appuyé par un nouveau secrétaire général du Quai d’Orsay, Maurice Paléologue, souhaita imposer une politique nouvelle en Europe centrale. Il voulait assurer la sécurité par la formation d’une fédération danubienne qui rétablirait une union économique de tous les pays de la région, vainqueurs ou vaincus. La Hongrie retrouvait donc une place dans la diplomatie française, alors que son sort n’était pas encore décidé. Le traité de Trianon était toujours en discussion.

20Les trois pays riverains de la Hongrie s’étaient inquiétés de la menace d’une restauration de l’Empereur Charles de Habsbourg en Hongrie. Des négociations menées par la France en Hongrie pour des investissements dans les chemins de fer par Schneider-le-Creusot ne purent aboutir car les Hongrois réclamaient des concessions territoriales inacceptables pour la France. Elles suscitèrent une profonde inquiétude dans les pays voisins. Le 14 août, Bénès et le Serbe Nincic signèrent un traité pour lutter contre une agression hongroise. Le 17 août, Bénès obtint à Bucarest une déclaration commune avec Take Ionesco pour une aide mutuelle. La naissance de ce qui fut appelé la « Petite Entente » était dirigée contre la politique de Paléologue. Le 24 août, un télégramme fut envoyé par Millerand aux ambassadeurs dans les pays voisins les priant « de signaler au gouvernement […] les inconvénients d’une politique qui risquait de solidariser les intérêts hongrois avec les intérêts allemands ». En octobre 1920, Paléologue fut remplacé au poste de secrétaire général du Quai d’Orsay par Philippe Berthelot qui représentait au contraire une attitude favorable aux Tchèques et aux Roumains. La Petite Entente continua à se renforcer après une tentative de restauration de Charles en mars 1921. La Roumanie et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, jusque-là séparés par leur rivalité sur le Banat, signèrent le 7 juin 1921 un traité d’alliance contre la Hongrie et la Bulgarie. La Petite Entente se présentait donc comme un moyen de pression sur les grandes puissances pour les mettre en garde contre toute révision possible des traités de paix. Elle fut prise, à tort, comme une création de la France pour la défense de sa politique, ce qu’elle n’était pas. La Pologne n’avait aucune raison d’adhérer à la Petite Entente car elle avait des relations très amicales avec les Hongrois.

Les traités de paix et le tracé des frontières

  • 13 Wandycz P., France and her Eastern Allies…, op. cit., p. 225-237.

21Si je ne les place pas au premier plan, c’est parce que ce fut un processus qui s’étendit sur plusieurs années. L’idée simpliste que Clémenceau a tout décidé rapidement à la Conférence ne semble pas soutenable. Membre d’une coalition, soumis aux pressions de Lloyd George et de Wilson qui ne connaissaient pas du tout l’Europe, il n’a jamais eu le pouvoir de décider seul des nouvelles frontières. Les traités constatent presque toujours des positions acquises depuis octobre et novembre 1918, lorsque les Conseils Nationaux déclarèrent leur indépendance. Les frontières définitives furent souvent lentes à se mettre en place en raison des plébiscites institués par les traités. Le plébiscite sur la Haute-Silésie n’eut lieu que le 20 mars 1921, avec une majorité de 56 % pour l’Allemagne, due artificiellement aux 16 % d’électeurs allemands qui ne résidaient pas dans la région du vote. Le partage, décidé par la Conférence des Ambassadeurs à l’initiative de la France, malgré l’opposition de Lloyd George et de l’Italie, ne fut accepté par la Société des Nations puis par la Conférence des Ambassadeurs que le 20 octobre 192113.

22Il faut rappeler également que les traités ne fixèrent pas les frontières avec la Russie. La victoire polonaise contre la Russie soviétique amena, par le traité de Riga du 12 mars 1921, l’extension de la frontière bien au-delà de la ligne de Curzon. Lloyd George avait constamment manifesté sa haine, infondée et incompréhensible, contre la Pologne.

  • 14 Michel B., « Les conséquences économiques des traités de paix en Europe centrale », Guerres mondial (...)

23L’idée fausse serait de croire que tout vient de Paris qui impose ses propres décisions. J’ai montré, dans un article récent, qu’il existait à Vienne une Commission de Liquidation qui réunissait les ambassadeurs de tous les États successeurs, depuis le 14 novembre 1918. Elle était chargée de régler tous les problèmes pratiques de la séparation : le partage de la dette d’Autriche-Hongrie antérieure à 1914, la liquidation de la Banque d’Autriche-Hongrie. Comme le déclarait le ministre plénipotentiaire tchécoslovaque Tusar lors d’une réunion du 21 janvier 1919 : « Serons-nous capables de régler ces questions par un accord entre nous ou pas ? Peut-être là aussi, la Conférence devra décider. Mais les détails devront, dans tous les cas, faire l’objet d’un accord entre nous »14.

24N’était-ce pas un signe évident que ces États auraient pu régler, entre eux, une grande partie de leurs conflits ? C’était d’ailleurs très clairement ce que souhaitait la France, dans le domaine de l’économie. Certains articles des deux traités, Saint-Germain avec l’Autriche, Trianon avec la Hongrie, allaient tout à fait dans ce sens. Or, chacun des États préférait négocier séparément avec Paris ou Londres, avec l’illusion d’obtenir ainsi une plus grande liberté de manœuvre.

L’intervention économique de la France

25L’attitude de la France était très nette. Elle souhaitait maintenir les deux unions qui avaient fait la grandeur de l’Autriche-Hongrie : l’union douanière et l’union monétaire. Elle a voulu rétablir un équilibre en Europe, en créant des conditions normales d’expansion pour l’ensemble des partenaires économiques, Allemagne exceptée. Elle a procédé à l’internationalisation des voies navigables. De même que le Rhin, le Danube dans son ensemble devenait une voie d’eau internationale. Il en était de même pour l’Elbe et la Vltava, à partir de Prague.

26La France cherchait à sauver l’unité économique de l’Europe centrale. C’était un des objectifs de la mission de l’ambassadeur Allizé en Autriche de mars 1919 à août 1920. Son but était d’obtenir « une reconstruction économique, comme une preuve de la volonté des Puissances, et principalement de la France, d’assurer l’existence d’une Autriche viable et indépendante ». La négociation en Hongrie en 1920, dirigée par Paléologue, allait dans le même sens. Mais cette vision d’une Fédération danubienne s’est heurtée à l’hostilité des États de la région. La Tchécoslovaquie craignait que cela reconstituât la prédominance de Vienne dans toute l’Europe centrale. La Roumanie et le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes allaient dans le même sens. L’Autriche, qui aurait dû appuyer ce projet, était alors gouvernée par les sociaux-démocrates dont l’aile gauche avait inventé le programme de l’Anschluss. Ils menaient alors une politique du pire : la situation devait être catastrophique pour démontrer que le rattachement à l’Allemagne était la seule solution.

27L’unité monétaire était impossible à maintenir. Tous les pays de l’Europe centrale étaient condamnés à une hyper inflation. Seule la Tchécoslovaquie avait une monnaie parfaitement saine en raison de sa puissance industrielle. En avril 1919, elle procéda, par estampillage des billets, à une réforme pour la création d’une monnaie, la couronne tchécoslovaque. La Pologne, de son côté, accablée par l’effondrement des trois monnaies qui avaient cours sur son territoire et par la guerre avec la Russie, avait une monnaie faible, le zloty.

28Ce n’est pas la France qui a demandé à investir en Europe centrale. Elle était à la fois accablée par les dépenses de guerre et obligée de reconstruire tout le Nord-Est du pays. Surtout, la perte totale des investissements en Russie, 13 milliards de francs, rendait désormais impossible le lancement d’emprunts étrangers sur le marché français. Les seuls groupes financiers capables d’investir étaient la Banque de Paris et des Pays-Bas et le groupe Schneider, avec sa Banque de l’Union Européenne.

  • 15 Jisa V. et Vanek A., Skodovy zavody, 1918-1938 [Les usines Skoda], Praha, 1962. Et aussi Teichova A (...)

29Bénès a tout de suite fait appel au capital français. Les sociétés industrielles tchèques étaient très modernes et bien gérées. Mais la plupart avaient travaillé pour la défense nationale de l’Autriche-Hongrie qui était désormais incapable de payer ses dettes. Elles avaient désormais un besoin urgent de capitaux courants pour éviter la faillite. Le groupe Schneider négocia dès 1919 son entrée dans le capital des usines Skoda de Plzen dont il racheta 61 %. C’était la grande usine d’armement de la Double Monarchie. Elle devint l’arsenal des pays de la Petite Entente. La France contrôlait donc dans les années 1920 les deux seules usines d’armement en Europe. Skoda était aussi une grande usine produisant des machines-outils, des voitures et même des avions15. En juillet 1920, Schneider s’empara d’une grande société de mines et de métallurgie, Banska à Hutni.

  • 16 Michel B., « Von der K K privilegierten Osterreichisches Länderbank zur » [« Banque des Pays de l’E (...)

30La politique de « nostrification » menée alors était de morceler les réseaux de banques et d’entreprises dirigées de Vienne, en leur imposant d’avoir leur siège à Prague, avec dans les conseils d’administration des citoyens tchécoslovaques, qu’ils soient de nationalité tchèque ou allemande. La filiale de la Länderbank à Prague devint en 1920 la Banque du Commerce et de l’Industrie, sous la présidence de Jules Cambon. Elle était une filiale de la Banque des pays de l’Europe centrale, création de Paribas. La banque nouvelle remplaçait la Länderbank. Elle était une société de droit français, domiciliée à Paris, opérant à partir de Vienne. Elle exerçait son influence dans tous les pays de l’Europe centrale et du Sud-Est européen16.

31La France était en 1937 le deuxième investisseur étranger en Tchécoslovaquie, après l’Angleterre. Elle y avait trouvé des conditions favorables, car le capitalisme privé avait triomphé en Autriche-Hongrie.

32Il n’en était pas de même en Pologne. La Galicie autrichienne n’avait que faiblement développé son industrie. Dans la Pologne russe, le capital privé tenait peu de place. Pilsudski, socialiste formé dans la Russie tsariste, voulait une économie contrôlée par l’État et après 1926, se montra hostile aux capitaux privés, polonais ou étrangers.

  • 17 Soutou G.H., « La politique économique de la France en Pologne (1920-1924) », Revue historique, jan (...)

33Avant 1918, la France possédait déjà quelques sociétés en Pologne russe, les mines et métallurgies d’Huta Bankowa, des investissements de sociétés du Nord de la France dans l’industrie textile de Lodz et la Compagnie d’électricité de Varsovie. En 1920-1921, des industriels français cherchèrent à investir dans les industries minières et houillères de la Silésie, en espérant racheter à bas prix des sociétés allemandes de haute valeur. Les désaccords entre les groupes français, soutenus par le gouvernement français sans véritable continuité, empêchèrent une réalisation rapide des projets17. Après le plébiscite de mars 1921 et le partage de la Silésie, une convention polono-allemande, imposée par la Société des Nations le 15 mais 1922, interdit toute confiscation des sociétés allemandes dans la région polonaise. Ce fut la fin des grandes espérances françaises.

  • 18 Voir l’ouvrage fondamental de Landau Z. et Tomaszewski J., Gospodarka Polski miedzywojennej, 1918- (...)

34Des capitaux furent investis dans la société Skarboferm, mines de l’État prussien transférées à l’État polonais, sans résultat de premier plan. La grande réalisation de la France fut la construction du chemin de fer entre la Silésie et la Baltique, pour l’exportation vers la France du charbon silésien. Puisque le port de Dantzig (Gdańsk) était une ville allemande libre, gérée par la Société des Nations, la Pologne eut pour débouché le port de Gdynia, totalement artificiel. Les deux projets furent l’œuvre d’un consortium franco-polonais, avec Schneider et la société des Batignolles. En 1933, Gdynia dépassait en tonnage le port de Dantzig18.

Les émigrations polonaise et tchèque en France

35Au lendemain de la guerre, la France manquait considérablement de main d’œuvre en raison des pertes qu’elle avait subi. Elle devait faire appel à l’immigration de travailleurs étrangers. Elle se tourna donc vers ses deux alliés.

  • 19 Ponty J., Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux guerres (...)
  • 20 La thèse extrêmement neuve de mon doctorant Namont J.-P. sera soutenue en décembre 2009 à Paris I, (...)
  • 21 Ponty J., Polonais méconnus…, op. cit., p. 425.

36L’émigration polonaise fut remarquablement organisée. Les nouveaux venus partaient avec des contrats précisant leur travail et leur salaire. Ils passaient par le centre de Toul, créé en octobre 1919. À partir de 1924, la Société centrale d’immigration, filiale des Houillères, mit en place une Société générale d’immigration. De 1919 à 1926, 232 000 Polonais entrèrent en France. En 1931, le chiffre atteignit 507 00019. Parallèlement, une immigration tchécoslovaque apparut : 5 000 en 1921, 33 000 en 1926 et 47 000 en 193120. Les deux immigrations connurent un net repli au début de la crise, de 1930 à 1932. Pour les Tchèques, 14 000 arrivent pendant cette période, 39 000 quittent la France. Les rapatriements polonais montent à 24 000 puis 37 000 durant les deux années. Ce ne sont pas des départs forcés, mais le résultat des suppressions d’emplois21. De 1937 à 1939, il y a même un solde favorable de l’immigration. Ces deux migrations se sont établies surtout dans le Nord, dans les régions de mines et de métallurgie, dans l’Est, puis dans la région parisienne. Là où les Polonais sont nombreux, ils se regroupent en communauté, autour d’un clergé catholique de leur nationalité. Le cas est plus rare pour les Tchèques, malgré quelques exceptions en Lorraine et dans la région parisienne. Des écoles en langue nationale, soutenues par les deux États, s’établirent. Mais dans la plupart des régions, les immigrés envoient leurs enfants à l’école française. Dans les deux cas, les émigrés sont intégrés, mais sans être vraiment assimilés. Pour la France, la multiplication des relations personnelles entre ces émigrés et la réalité française renforce ses liens avec l’Europe centrale. Ils restent socialement à un niveau modeste, surtout les ouvriers, mais avec une volonté d’ascension sociale qui permet des résultats très favorables après 1945.

La force de la culture française

37Dans les deux cas, l’expansion de la culture française est bien antérieure à 1918. En Pologne, même si la France de la fin du siècle se laisse influencer par l’alliance franco-russe, c’est une tradition de la société aristocratique et des valeurs que la noblesse impose aux nouvelles élites venues de la bourgeoisie ou du peuple. L’héritage de l’écrivain Mickiewicz et la place de la Bibliothèque polonaise de l’Île Saint-Louis font de Paris un centre clé de la culture polonaise.

38En Bohême-Moravie se développa dès les années 1880 l’Alliance française et la bourgeoisie tchèque (mais aussi allemande) avait de plus en plus une connaissance directe de la langue et de la culture françaises. Après 1918, c’est à Prague que la France implanta un Institut Français dont le but était de former des élites modernes de la langue française. Ce fut l’œuvre de Louis Eisenmann, professeur à la Sorbonne et directeur de l’Institut, avec ses collaborateurs, de Beuve-Méry au philosophe Jankélévitch. Le lycée français de Prague, de très haute qualité, inaugura en 1936 un bâtiment d’une très grande modernité. Des revues françaises furent éditées à Prague, soutenues par des industriels français dont Schneider, la Revue de l’Institut français et, plus générale, ouverte à la politique et à l’économie, la revue Europe centrale de 1926 à 1939. L’influence littéraire, déjà très forte, s’accrut encore après 1918. La célébrité d’Apollinaire, qui avait visité Prague en 1902, a marqué toute la littérature tchèque, surtout sa poésie. Le groupe d’avant-garde Devetsil, né en 1920, avait deux sources d’inspiration qui peuvent sembler antagonistes : Moscou et la révolution soviétique à Paris. « À Paris, on est plus près du ciel », écrivait le poète Jaroslav Seifert. Le mouvement appelait son orientation littéraire le « poétisme ». Il y avait aussi un mouvement artistique, proche de Paris, l’artificialisme de Styrsky et de sa femme Toyen. Après 1935, les artistes de Devetsil, surtout le poète Nezval, adhérèrent au surréalisme. Le voyage d’André Breton à Prague reste un des grands moments de son mouvement.

  • 22 Iwaszkiewicz J., Le livre de mes souvenirs, Kraków, 1969, cité dans le livre de Nieuważny A. et Laf (...)
  • 23 Lechoń J., Cramoisi, argent et noir, Paris, La différence, 1992 (traduction).
  • 24 Gombrowicz W., Souvenirs de Pologne, Paris, 10-18, 1984, p. 105.

39En Pologne, la France n’eut pas d’institution culturelle aussi organisée qu’à Prague. Sans doute était-ce dû à la prédominance incontestée de sa culture dans la société polonaise. Comme l’écrit le romancier Jarosław Iwaszkiewicz : « Paris était alors La Mecque de toute la jeune génération d’écrivains, de musiciens et politiciens. Presque tous les Polonais aspiraient à un autre air, une autre atmosphère que celle de Varsovie, avaient les yeux tournés vers lui. L’attirance colossale de cette ville avait agi sur nous déjà avant la guerre. De tous les côtés, on m’envoyait à Paris »22. Tadeusz Boy-Żleński, de 1915 à sa mort en 1941, traduisit une centaine de livres français, de Molière à Proust et Gide. Parmi les groupes d’avant-garde, il faut citer celui de la revue Skamander qui réunit beaucoup d’écrivains célèbres, comme Tuwim, Słonimski, Iwaszkiewicz. Un de ses membres, le poète Jan Lechoń, fut attaché culturel à l’ambassade à Paris, de 1930 à 193923. Witold Gombrowicz, écrivain qui revendiquait ses ruptures avec toutes les traditions polonaises, fut étudiant à Paris en 1928, auprès de l’Institut des Hautes Études Internationales dont il ne suivit pas les cours. Il se montra, en apparence, étranger à l’esprit français : « Paris, la France ? Je m’en tirais avec des pirouettes et des plaisanteries, je ne trahissais rien de ma liaison de plus en plus intense avec l’Europe, avec l’esprit européen »24. En 1937, il s’imposa par son roman Ferdydurke, d’une originalité totale. Il devait, après 1945, prendre une place considérable dans les contacts culturels avec la France.

La crise des relations avec l’Europe centrale

40L’effondrement de la présence dominante de la France prend un caractère dramatique après 1935, avec une brusque accélération jusqu’en 1939. Il a des causes multiples. En France même, le déclin de la politique de la IIIe République est lié aux affrontements de politique intérieure, fait passer au second plan sa politique extérieure. Le manque de continuité de gouvernements instables rend impossible une ligne permanente de la diplomatie. La politique de Briand met au premier plan l’illusion du pacifisme et le culte des accords diplomatiques, vides de toute substance. Avec la disparition de la génération des hommes politiques qui ont eu un rôle dirigeant dans la guerre, l’idée d’une solidarité des partis autour de la défense des intérêts français s’affaiblit. Aucune politique des alliances n’est possible si la France, puissance dominante, exprime elle-même des doutes sur la réalité de ses engagements militaires.

Les premiers doutes sur l’engagement français

  • 25 Voir le texte de garantie mutuelle dans Wandycz P., France and her Eastern Allies…, op. cit., p. 4 (...)

41Dès 1925 et les traités de Locarno, ces doutes prennent forme. Assurer la sécurité des frontières occidentales de l’Allemagne ne devrait être possible que si des engagements semblables assuraient la sécurité des frontières orientales. Le refus de l’Angleterre de prendre le moindre engagement à l’Est a été un obstacle permanent à la politique française de 1925 à 1938. Les réactions de la Tchécoslovaquie et de la Pologne, immédiates, ont été hostiles à Locarno. Exclus de la Conférence, Bénès et Skrzynski y furent admis tardivement, le 15 octobre 1925, alors que Briand avait déjà cédé sur le traité de garantie mutuelle à l’Ouest. Il proposa alors de signer avec eux deux traités de garantie mutuelle, le 16 octobre 1925, qui confirmaient qu’« en cas de manquement aux engagements intervenus en date de ce jour entre [la France] et l’Allemagne », les deux pays se prêteraient « immédiatement aide et assistance »25. Mais ces deux traités ne firent pas partie de l’ensemble des textes signés à Locarno et n’eurent donc qu’un rôle de second plan.

42Afin de ne pouvoir être accusé d’un échec, Bénès se déclara satisfait. Skrzynski fut accusé de trahison par Pilsudski et par une grande partie de l’opinion polonaise. Pilsudski décida alors de prendre le pouvoir contre la droite, ce qui entraîna le coup d’État de mai 1926. Ses relations avec la France, jusqu’à sa mort en 1935, furent fondées sur la méfiance. Après avoir confié les Affaires étrangères à August Zaleski, remarquable homme de compromis et de négociations, il choisit comme successeur en 1932 le colonel Beck, qui représentait au contraire la volonté de jouer le rôle d’une grande puissance dont l’indépendance ne devait pas être limitée par l’alliance avec la France.

43La crise réapparut en 1933 lorsque Herriot négocia la signature d’un Pacte à Quatre qui ouvrirait la voie à une révision des traités de la Conférence de la Paix. Le 25 mars 1933, la Petite Entente réagit en protestant avec vigueur contre le Pacte. La Pologne manifesta avec plus de violence encore sa condamnation. Paul Boncour, ministre des Affaires étrangères, adressa le 7 juin 1933 – jour de la signature du Pacte – une lettre à la Petite Entente et à la Pologne qui précisait la volonté française de n’accepter aucune révision des frontières. Là aussi, comme en 1925, le Pologne ne modifia en rien son hostilité profonde à la politique française.

La crise économique

  • 26 Wandycz P., The twilight of French Eastern Alliances, 1926-1936, Princeton, Princeton UP, 1988, p.  (...)

44La crise mondiale, venue des États-Unis, toucha l’Europe en 1931, avec l’effondrement du Credit Anstalt de Vienne, puis de nombreuses banques allemandes. Les banques françaises n’entrèrent en crise qu’en 1932. Pendant cette année 1932, la France avait encore les moyens d’agir. André Tardieu, président du conseil, présenta un plan créant une zone de libre-échange entre tous les pays de l’espace danubien et une aide des grandes puissances pour qu’ils résistent à la crise. Le projet échoua en avril 1932 à Londres. Les Anglais s’opposèrent à la limitation de la clause de la nation la plus favorisée et agirent contre l’initiative française, avec l’appui de l’Italie et de l’Allemagne26. Ce fut la dernière possibilité pour la France de sauver l’Europe centrale de la débâcle. Elle-même entra dans la crise et n’en sortit, après les erreurs du Front Populaire, qu’en novembre 1938, après Munich.

45La Tchécoslovaquie, pays industriel exportateur, fut fortement touchée. L’industrie lourde des mines de houille et de la métallurgie dut réduire sa production. Skoda fut frappée par l’impossibilité de la Roumanie de payer ses livraisons d’armement. La seule solution était d’augmenter le capital de la société. À partir de 1931, Schneider n’a plus les moyens d’augmenter ses investissements et laisse le gouvernement tchèque souscrire, avec des banques qu’il contrôle, aux hausses de capital de 1931 et 1934. Mais Bénès ne remet pas en cause la direction française de l’entreprise.

  • 27 Banque Nationale de Tchécoslovaquie, La première période décennale de l’activité de la Banque Nati (...)

46Le ministre des Finances Karel Englis, économiste de grande renommée internationale, procéda en février 1934 à une dévaluation d’un sixième de la monnaie tchèque. Il compensait ainsi la différence entre les prix tchèques et les prix mondiaux. Cela permit aux exportations tchèques de repartir. Dès 1935, la crise fut surmontée. Le commerce extérieur était libre alors que la plupart des pays de l’Europe centrale étaient incapables de faire face aux échanges internationaux et devaient s’isoler par des zones de clearing27. L’aide aux chômeurs en Tchécoslovaquie fut importante et elle profita très fortement aux ouvriers allemands du Nord de la Bohême et de la Moravie.

  • 28 Rollet H., op. cit., p. 274, et Laroche J., op. cit., p. 174-178.

47En Pologne, la situation prit un tour dramatique. L’économie nationale, pauvre et mal gérée, souffrit fortement de la crise. La France fut critiquée, accusée de manque d’ouverture de son marché aux produits polonais. Sous l’influence du colonel Beck, des entreprises françaises furent violemment attaquées. En 1934, Marcel Boussac, qui avait racheté une usine textile à Żirardów, fut donné comme exemple du rôle néfaste des industriels français. Deux des administrateurs furent arrêtés, ce qui suscita l’indignation de l’ambassadeur Laroche et du ministre des Affaires étrangères Barthou28. La situation ne s’améliora qu’en 1936, lorsque le gouvernement du Front Populaire décida d’accorder à la Pologne un emprunt de deux milliards de francs pour relever son économie et renforcer son réarmement.

La crise diplomatique

48Je ne souhaite pas l’étudier dans les détails car ce sont des épisodes bien connus. Après la prise du pouvoir par Hitler en 1933, l’affaiblissement de l’influence française ne cessa de s’accélérer. La Petite Entente qui s’était renforcée en 1933 par un réaménagement de son organisation interne fut paralysée dès 1935 par l’attitude pro-allemande du président du Conseil yougoslave, Stojadinovic.

  • 29 Michel B., « Le rejet du traité des minorités par la Pologne, 13 septembre 1934 », dans Davion E., (...)

49Les tentatives françaises pour chercher un nouvel élan dans l’appel du Pacte Oriental avec l’Union Soviétique et la signature d’une alliance en 1935 se révélèrent totalement illusoires. Cela eut pour seul effet de provoquer les inquiétudes, totalement justifiées, de la Pologne et de la Roumanie, menacées par l’expansionnisme soviétique. Le voyage officiel de Barthou en 1934 rencontra un réel succès auprès des opinions publiques de ces pays, mais ne modifia pas l’attitude des politiques. Beck annonça, pour protester contre les critiques sur le traitement des minorités en Pologne, que son pays quittait la Société des Nations le 13 septembre 193429. Il avait, dès le 26 janvier 1932, signé une déclaration polono-allemande de non-agression, ce qui suscita la désapprobation de la France. Il semble que la Pologne, dans les années 1930, a cessé d’être la première cible de l’Allemagne. À partir de 1935 apparut au contraire une mise en accusation systématique de la Tchécoslovaquie, appuyée sur le mouvement allemand des Sudètes organisé par Hitler, sous la direction de Konrad Henlein.

50La réalisation de l’Anschluss, le 11 mars 1938, fut une agression contre le gouvernement de droite de Schuschnigg et contre l’Église catholique. Elle eut des effets catastrophiques. L’Allemagne s’empara des centres de décision économique, en faisant disparaître la Banque des Pays de l’Europe centrale, reprise par la Dresdner Bank. La ligne fortifiée de défense de la Tchécoslovaquie, inspirée de la ligne Maginot, se trouvait désormais tournée en Moravie du Sud.

  • 30 L’étude essentielle sur Munich reste le colloque « Munich 1938. Mythes et réalités », Revue des Ét (...)

51Je ne reviendrai pas sur le drame de la capitulation de Munich, due à l’aveuglement de Chamberlain et à la lâcheté de Daladier. La France a alors commis le crime de ne pas respecter les traités de 1924 et 1925 qui l’engageaient totalement à la défense de son allié démocratique. Bénès est resté obstinément persuadé qu’il pouvait compter sur la France. Il a eu, pour la résistance, l’appui de la majorité de l’opinion publique tchèque mais il n’a pas eu l’appui des politiques, hostiles à des combats voués à l’échec. Le 15 mars 1939 reste une date catastrophique dans l’histoire européenne. C’était, par l’entrée des Allemands à Prague, la preuve évidente que la guerre mondiale était inévitable30.

52Elle fut déclenchée après l’accord entre Staline et Hitler, le 1er septembre 1939. La Pologne se lança dans la guerre sans attendre les décisions timides de l’Angleterre et de la France qui n’eurent lieu que le 3 septembre. Mais face à l’offensive éclair de l’Allemagne, puis de l’Union Soviétique, la Pologne, la France et l’Angleterre se bornèrent à une apathie totale, en contradiction avec tous leurs engagements antérieurs.

  • 31 Voir la brochure Aimé Lepercq 1889-1944, publiée par ses amis en 1944.

53En conclusion, je souhaiterais dire que, durant la guerre, les Français qui avaient vécu en Tchécoslovaquie ont joué un rôle très actif dans la résistance, auprès du gouvernement tchèque de Londres. Les officiers tchèques avaient souvent des épouses françaises, les politiques également (par exemple Hubert Ripka, ministre des Affaires étrangères à Londres). Ces Français ont aussi participé à la résistance en France, comme le directeur de Skoda, Aimé Lepercq, un des dirigeants de l’OCM qui fut ministre des Finances à la Libération31. Le général Faucher fut le chef de la Résistance dans les Deux-Sèvres. Les Tchèques, formés en France, ont également joué un rôle dans leur résistance intérieure.

54Lorsqu’on lit des livres sur la guerre, on a l’impression que la France n’a plus eu de rôle en Europe centrale après Munich. C’est une erreur. Les jeunes diplômés des écoles françaises, les officiers les plus brillants de Londres, représentaient une force potentielle pour la reconstruction de ces États. Mais c’est l’Union Soviétique qui a écrasé cette génération, en les exécutant ou en les emprisonnant après 1945 en Pologne, après 1948 en Tchécoslovaquie, au milieu de l’indifférence de la population française. En 1951, la fermeture de l’Institut français de Prague fut la dernière étape de l’expulsion programmée par les communistes de l’influence française en Europe centrale.

Notes

1 Bernard M., « Le rôle d’Ernest Denis et du journal la Nation tchèque dans la naissance de la Tchécoslovaquie », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 169, janvier 1993, p. 17-25.

2 Rollet H., La Pologne au XXe siècle, Paris, Pedone, 1984, p. 90-93.

3 Ibid., p. 97-99.

4 Bernard M., La chute de l’Empire austro-hongrois, 1916-1918, Paris, Robert Laffont, 1991, p. 168-176.

5 Ibid., p. 224.

6 Laroche J., La Pologne de Pilsudski. Souvenirs d’une ambassade. 1926-1935, Paris, Flammarion, 1953.

7 Noël L., La Tchécoslovaquie d’avant Munich, Paris, Institut d’Études Slaves/Publications de la Sorbonne, 1982 ; Idem, L’agression allemande contre la Pologne, Paris, Flammarion, 1946.

8 Michel B., « Armées, institutions et traditions militaires en Pologne et en Tchécoslovaquie de 1919 à 1929 », Les conséquences des Traités de paix de 1919-1920 en Europe centrale et orientale, Colloque de Strasbourg, Publications des Universités de Strasbourg, 1987, p. 343-352.

9 Schramm T., « Les activités des missions militaires françaises en Europe centrale et orientale », Les conséquences des Traités de paix de 1919-1920…, op. cit., p. 333-342.

10 Michel B., « La coopération militaire entre la France et la Tchécoslovaquie. 1918-1938 », Sécurité et coopération militaire en Europe. 1919-1955, Cahiers d’histoire de Saint Cyr-Coëtquidan, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 101-105. Dans le livre de Nieuważny A. et Laforest C., De tout temps amis. Cinq siècles de relations franco-polonaises, Paris, Nouveau Monde, 2004, on trouvera le témoignage du général Stanisław Kopanski : « Un Polonais à l’École Supérieure de Guerre », p. 359-366.

11 L’ouvrage de base reste le livre remarquable de Wandycz P., France and her Eastern Allies. 1919-1925. French-Czechoslovak-Polish Relations from the Paris Peace Conference to Locarno, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1962.

12 Davion I., « La recherche d’une alliance franco-tchécoslovaque par la France. Le rôle des missions militaires (1919-1938) », Sécurité et coopération militaire en Europe, op. cit., p. 107-121. En 1920, le désaccord était total entre le général Pellé à Prague et le général Henrys à Varsovie.

13 Wandycz P., France and her Eastern Allies…, op. cit., p. 225-237.

14 Michel B., « Les conséquences économiques des traités de paix en Europe centrale », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 266, avril 2007, p. 97-108.

15 Jisa V. et Vanek A., Skodovy zavody, 1918-1938 [Les usines Skoda], Praha, 1962. Et aussi Teichova A., An Economic Background to Munich. International Business and Czechoslovakia, 1918-1938, Cambridge, UP, 1974.

16 Michel B., « Von der K K privilegierten Osterreichisches Länderbank zur » [« Banque des Pays de l’Europe centrale, 1880-1938 »], dans Rathkolb O., Venus T. et Zimmerl U., Bank Austria Creditansalt. 150 Jahre österreichische Bankengeschichte im Zentrum Europas, Wien, Paul Zsolnay/Verlag, 2005, p. 73-90.

17 Soutou G.H., « La politique économique de la France en Pologne (1920-1924) », Revue historique, janvier-mars 1974, et idem, « L’impérialisme du pauvre ; la politique économique du gouvernement français en Europe centrale et orientale de 1918 à 1929 », Relations Internationales, 1976, p. 214-239. La thèse de Laforest C., De tout temps amis…, op. cit., apporte une très riche documentation polonaise et française.

18 Voir l’ouvrage fondamental de Landau Z. et Tomaszewski J., Gospodarka Polski miedzywojennej, 1918-1939 [L’économie de la Pologne de l’entre-deux-guerres], t. 1 et 2, 1967-1971.

19 Ponty J., Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988, p. 80-81 et 268.

20 La thèse extrêmement neuve de mon doctorant Namont J.-P. sera soutenue en décembre 2009 à Paris I, sur La colonie tchécoslovaque en France, 1914-1940.

21 Ponty J., Polonais méconnus…, op. cit., p. 425.

22 Iwaszkiewicz J., Le livre de mes souvenirs, Kraków, 1969, cité dans le livre de Nieuważny A. et Laforest C., De tout temps amis…, op. cit., p. 335.

23 Lechoń J., Cramoisi, argent et noir, Paris, La différence, 1992 (traduction).

24 Gombrowicz W., Souvenirs de Pologne, Paris, 10-18, 1984, p. 105.

25 Voir le texte de garantie mutuelle dans Wandycz P., France and her Eastern Allies…, op. cit., p. 401.

26 Wandycz P., The twilight of French Eastern Alliances, 1926-1936, Princeton, Princeton UP, 1988, p. 222-229.

27 Banque Nationale de Tchécoslovaquie, La première période décennale de l’activité de la Banque Nationale de Tchécoslovaquie 1926-1936, Praha, 1937.

28 Rollet H., op. cit., p. 274, et Laroche J., op. cit., p. 174-178.

29 Michel B., « Le rejet du traité des minorités par la Pologne, 13 septembre 1934 », dans Davion E., Kłoczowski J. et Soutou G.-H. (dir.), La Pologne et l’Europe du partage à l’élargissement, XVIIIe-XXIe siècles, Paris, PUPS, 2007, p. 167-176.

30 L’étude essentielle sur Munich reste le colloque « Munich 1938. Mythes et réalités », Revue des Études Slaves, Paris, 1989.

31 Voir la brochure Aimé Lepercq 1889-1944, publiée par ses amis en 1944.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search