Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Première Partie. Armée et diplomatie française en Europe centrale

6. Les Français et les Polonais 1806-1807. Libérateurs ou occupants ? « Napoléon libérateur ! »

Andrzej Nieuważny

Texte intégral

1Malgré la défaite cuisante et humiliante subie à Iéna et Auerstaedt par l’armée prussienne et l’implosion partielle de l’État des Hohenzollern, Frédéric-Guillaume III, réfugié en Prusse-Orientale, refusa la capitulation dans l’espérance de l’arrivée des troupes alliées russes. Son refus força Napoléon à passer l’Oder et à lancer la Grande Armée à la poursuite des Prussiens et à la rencontre des Russes débouchant sur la Vistule. À cette occasion, les troupes françaises déferlèrent sur les terres polonaises occupées par la Prusse depuis 1793 et 1795, dates deux derniers partages de la Pologne.

  • 1 Cité dans Tulard J., Murat, Paris, Fayard, 1999.

Sire – écrivait Murat le 27 novembre 1806 de l’ancienne capitale polonaise – je dois parler à Votre Majesté de l’enthousiasme qui a éclaté aujourd’hui dans Varsovie à l’approche des troupes de Votre Majesté ; il m’est impossible de vous le dépeindre, je n’ai jamais vu de ma vie un esprit national aussi fortement prononcé. Je suis entré dans cette ville aux cris mille fois répétés de « Vive l’Empereur Napoléon, notre libérateur ! ». Ces mots sortaient de la bouche de toutes les classes de citoyens ; les femmes surtout, de la noblesse et du peuple indistinctivement, ne pouvaient contenir leur joie1.

2Ces scènes de liesse sont par ailleurs présentes dans tout le pays à en croire le comte de Saint-Chamans, qui y a assisté à Poznań où Napoléon avait établi son quartier général :

  • 2 de Saint-Chamans A.-A.-R., Mémoires du général comte de Saint-Chamans, ancien aide de camp du maréc (...)

Nous y restâmes dix jours, pendant lesquels on nous donna continuellement des bals et des fêtes ; les femmes y étaient jolies et élégantes, et très prévenues en notre faveur ; tout ce peuple, grands et petits, était pénétré d’admiration pour l’Empereur et l’armée française2.

3La comtesse Potocka confirme l’enthousiasme de ses compatriotes :

  • 3 Mémoires de la Comtesse Potocka (1794-1820), Paris, 1911, p. 98-99.

L’ivresse fut à son comble, toute la ville s’illumina comme par magie. Certes, ce jour-là, il ne fut pas nécessaire que les autorités s’occupassent de loger les nouveaux venus – on se les disputait, on se les arrachait –, c’était à qui les recevrait le mieux. Ceux des bourgeois qui, ne sachant pas le français, ne pouvaient se faire comprendre, empruntaient un langage muet qui est de tous pays et, par des signes d’allégresse, des poignées de main, des éclats de joie, faisant comprendre à leurs hôtes qu’ils leur offraient de grand cœur tout ce que la maison contentait, la cave inclusivement. On dressa des tables jusque dans les rues et sur les places. On porta plus d’un toast à la future indépendance, à la brave armée, au grand Napoléon !… On s’embrassa, on fraternisa, on trinqua même un peu trop, car les soldats finirent par se livrer à des excès qui refroidirent momentanément l’enthousiasme avec lequel ils avaient été reçus3.

4Cette belle image d’une libération tant attendue par la population du pays occupé et qui se répétait au fur et à mesure de l’avancée des troupes françaises nécessite d’être nuancée. D’abord, cet enthousiasme ne concernait qu’une faible partie des habitants : la majorité de la noblesse et une partie des bourgeois (Polonais ou Allemands polonisés). Les paysans (en partie serfs), qui constituaient 80 % de la population, étaient majoritairement indifférents à la cause « patriotique » et ressentaient la présence française comme une occupation de plus, sentiment renforcé par la barrière linguistique. Ensuite, ajoutons que même parmi les admirateurs de Napoléon, les motivations du ralliement n’étaient pas homogènes. Selon Benoît Roger :

  • 4 Roger B., « La création du duché de Varsovie », La Revue Napoléon, no 31, juin-septembre 2007, p. 5 (...)

Rien ne dit que cet « enthousiasme » fut motivé uniquement par un ralliement aux Français, et l’on peut citer à cette occasion d’autres motifs pouvant tout aussi bien l’expliquer : haine des Prussiens, conformisme social, et surtout opportunisme politique. Car en effet, pour la masse de la noblesse polonaise Napoléon n’était qu’un chien dans un jeu de quilles, susceptible de tout bouleverser et de provoquer la renaissance de la Pologne, en bref, un nouveau venu qu’il convenait d’entourer et de conseiller afin de se concilier ses bonnes grâces […]4.

5Cette atmosphère apparemment euphorique, mais déjà assombrie par la nécessité de nourrir et de loger la Grande Armée, durait encore quand Napoléon arriva à Varsovie dans la nuit du 19 décembre. Sa présence entraînait une question inévitable : quelle allait être la politique de l’Empereur libérateur envers ses admirateurs polonais ?

L’héritage Ambigu

  • 5 Les plans de Czartoryski ont été étudiés en polonais dans Skowronek J., Antynapoleonskie koncepcje (...)

6Avant 1806, la plupart des patriotes polonais avaient perdu, après les traités de Lunéville et de Presbourg, l’espoir de voir la France embrasser leur cause. Certains, comme Kosciuszko (chef de l’insurrection de 1794), en tirèrent la conviction que la Pologne ne devait compter que sur elle-même pour se libérer. Les autres choisirent un appui auprès du jeune tsar Alexandre Ier dont le ministre et ami, le prince Adam Czartoryski, paraissait garantir l’attitude favorable. En automne 1805, le prince proposa même au tsar d’imposer à la Prusse un droit de passage pour les troupes russes se rendant en Bohême pour y affronter Napoléon et, en cas de refus, de s’emparer des territoires polonais occupés par Berlin. La fameuse poignée de main entre Alexandre et le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III sur la tombe du Grand Frédéric à Potsdam montre les limites de cette illusion. D’ailleurs, Austerlitz brisa la carrière politique de Czartoryski et mit fin à l’espoir de voir la Russie soutenir la cause polonaise5.

7Malgré le triste sort des Légions polonaises en Italie, créées en 1797 et envoyées en 1803 pour aller combattre les noirs à Saint-Domingue, certains Polonais ne cessaient de voir dans la France le seul allié naturel. Chaque conflit opposant les Français et l’Autriche, la Prusse et la Russie, permettait toujours d’espérer l’intérêt des dirigeants pour les aspirations des Polonais. La majorité des anciens légionnaires, dont les plus gradés servaient toujours la France ou l’Italie napoléonienne, restait, malgré les déceptions, attachée à Napoléon.

8Le concours de ces vétérans devait s’avérer indispensable à l’issue de la campagne qui conduisit la Grande Armée sur le sol de l’ancienne Pologne. Ainsi, Napoléon se décida à utiliser la carte polonaise dont il disposait, ce qu’il n’aurait certainement pas fait si la Prusse avait demandé la paix au lendemain d’Iéna. L’entêtement de Frédéric-Guillaume III ne voulant pas reconnaître sa défaite conduisit l’Empereur à lui donner le coup de grâce à l’aide d’un soulèvement des provinces polonaises occupées par la Prusse. Cela ne l’empêchera pas plus tard de proposer au roi de reprendre « ses » terres polonaises à condition d’abandonner les Russes… Endossant le costume du vertueux protecteur des intérêts polonais, Napoléon convoqua en octobre 1806 à Berlin l’ancien chef des Légions, le général Dabrowski, et Jozef Wybicki, homme politique qu’il connaissait depuis 1797. Il en résulta leur proclamation du 3 novembre qui annonçait l’entrée en Pologne de Napoléon le Grand, l’invincible :

[...] Sans vouloir approfondir le mystère de ses vœux, tâchons de mériter ses magnanimités. « Je verrai, a-t-il dit – je verrai si vous méritez d’être une Nation. Je m’en vais à Posen, c’est là où mes premières idées se formeront sur votre compte.

  • 6 Cité d’après l’Historique de la formation de la force Armée Polonaise par Son Excellence Monsieur (...)

Polonais ! Il dépend donc de vous d’exister et d’avoir une Patrie. Votre vengeur, Votre créateur est là ! comme accourent les enfants éplorés à l’apparition de leur Père, approchez vos Cœurs, vos Bras ; remuez tous et prouvez lui, que vous êtes prêts de verser votre sang pour recevoir votre Patrie. Il sait que vous êtes déterminés, il vous fournira des Armes. Et vous Polonais, forcés par vos oppresseurs de combattre pour eux, et contre votre propre intérêt, ralliez vous sous les drapeaux de votre Patrie »6.

Varsoviens ou Polonais ?

9Kosciuszko, dont la proclamation promettait le concours dans la libération du pays, ne bougea pas car il se méfiait du « tyran Bonaparte », mais l’insurrection antiprussienne s’organisait de plus belle à partir du mois de décembre 1806. Le moment semblait donc propice à l’Empereur pour gagner les esprits des Polonais avec des promesses d’indépendance. Ce dernier, qui savait d’ailleurs peu de choses sur le pays (il n’avait lu que L’Histoire de l’anarchie en Pologne de Rulhière), évitait pourtant toute déclaration sur cette question épineuse. Le résultat final de la guerre étant incertain, il craignait de renforcer la coalition des trois puissances ennemies (l’Autriche n’était éliminée que temporairement) par la vision d’une Pologne indépendante.

10Le dilemme de l’Empereur, qui voulait utiliser 30 000 soldats du pays sans se prononcer sur son futur, ressortait déjà le 11 décembre 1806 à Poznań au cours de la rencontre avec les députés venus de Varsovie. Félix Lubienski fut surpris par une question inattendue :

  • 7 Pamietnik Feliksa hr. Lubienskiego, ministra sprawiedliwosci [Mémoires de Félix, comte Potocki, mi (...)

- Vous êtes des Varsoviens ? J’ai répondu : « Nous sommes des Polonais qui viennent vous rendre hommage ». Et Napoléon de répondre : « Oui, oui, vous êtes des Varsoviens ». J’avoue que mes rêves de resurrection de la Pologne ont tout de suite disparus. L’insistance avec laquelle il a répété pour la troisième fois les mêmes mots, m’ont fait comprendre qu’il ne voulait pas prononcer le mot « Pologne » ; on m’a dit plus tard qu’il le faisait pour ménager les Autrichiens qui auraient pu être contrariés s’il nous avait reçus en tant que Polonais. Et… j’ai reculé de trois pas. Si cela dépendait de moi je m’inclinerais volontiers avec le plus grand respect et sortirais de la salle, vu qu’on nous a considérés comme les députés d’une ville et non d’une nation7.

11Dans cette situation, on comprend mieux les sentiments mitigés d’une partie des élites qui, tout en saluant l’arrivée des Français, craignait un engagement qui aurait pu la compromettre au moment d’un revirement politique. Le prince Poniatowski, neveu du dernier roi de Pologne et chef du parti « francophile », exprimait son dilemme à Napoléon le 5 janvier 1807 :

  • 8 Lettre à Napoléon du 5 janvier 1807, cité d’après Correspondance du prince Joseph Poniatowski avec (...)

La position des Polonais est pleine de difficultés ; ils sont sous le joug de trois puissances et contre leur gré ils sont forcés de servir ces puissances ; en conséquence, ils ne peuvent agir spontanément que quand Votre Majesté aura prononcé sur leur sort. Moi-même, Sire, ne suis-je pas porté sur les cadres de nos envahisseurs comme général russe, autrichien et prussien ? […] Il n’y a que Votre Majesté qui puisse nous placer dans la position qui nous mettrait à même de servir les intérêts de la France et la cause de la Pologne. Nos jalousies intestines et notre hésitation disparaîtraient devant la grandeur de notre but. Nos fautes nous ont coûté trop cher pour que nous y retombions jamais ; il ne s’agit plus ici des débats orageux d’une diète turbulente ; il s’agit de nous constituer en nation, de nous constituer militairement, et de recevoir une organisation telle que Votre Majesté la comprend8.

  • 9 Cette période est étudiée par Handelsman M., Napoléon et la Pologne 1806-1807, Paris, Félix Alcan, (...)

12Soucieux d’avoir les mains libres dans une perspective de paix, l’Empereur se garda jusqu’à Tilsitt (où il proposa d’ailleurs les terres polonaises au tsar Alexandre) de tout acte diplomatique irrévocable. Ainsi, pendant plus de sept mois le pays organisait sous la protection des Français qu’il entretenait l’administration et trois légions (divisions) des généraux Poniatowski, Zajaczek et Dabrowski, sans avoir une idée fixe sur son futur. Dirigé par une commission de gouvernement provisoire, il portait le nom de « Pologne conquise sur le Roi de Prusse », l’expression inventée par Maret pour remplacer le titre de « Pologne prussienne », utilisé primitivement par Napoléon. Cette correction devait souligner que la France n’avait en fait jamais reconnu les partages de la Pologne9.

13Cherchant des alliés au sein de la population polonaise et voyant la faiblesse du tiers-état, l’Empereur s’appuya sur la grande noblesse terrienne. C’était la seule élite existante même si elle présentait certaines réticences à l’égard du modèle social français qu’elle considérait comme mal adapté à la tradition et aux besoins du pays. Comme le dit un peu plus tard le maréchal Davout, surveillant la vie politique du duché de Varsovie :

  • 10 Correspondance du Maréchal Davout, prince d’Eckmühl, ses commandements, son ministère 1801-1815, t (...)

Quant aux grandes familles qui ont leurs parents ou une partie de leurs propriétés en Galicie ou en Russie, il faut s’attendre à ne les voir jamais embrasser une conduite franche et loyale : elles chercheront à flotter entre tous les partis, pour surnager avec celui qui obtiendra l’avantage. Ces grandes familles voient d’un mauvais œil la mesure adoptée par Votre Majesté, pour créer un peuple en Pologne ; elles comprennent que du moment que ce peuple existera, leur influence devra nécessairement diminuer10.

14Le choix de Napoléon déçut le parti des radicaux pro-français venant majoritairement de la petite noblesse et convaincus qu’une modernisation du pays et de la société étaient nécessaires.

Les réalités d’une occupation militaire

  • 11 Bial P., Les carnets du Colonel Bial 1789-1814. Souvenirs des guerres de la Révolution et de l’Empi (...)

15Pendant des mois, une cohabitation difficile entre les militaires et les civils s’organisa tant bien que mal dans les petites villes habitées par les Polonais et les Juifs ou dans les campagnes. Comme nota Bial : « Attendez-vous en Pologne à trouver un bon gîte ! Il y a bien un baron dans chaque village, mais son logis est réservé ordinairement aux officiers généraux. Le reste n’était que masures habitées par des gens misérables »11.

  • 12 Bibliothèque Thiers, Fonds Masson, carton 241, ff. 54-55. À cette occasion, nous tenons à remercie (...)

16Les Français qui avaient la chance de côtoyer l’élite du pays et d’être logés chez elle gardèrent un bon souvenir de leur séjour. Comme le soulignait le général Canuel : « Au reste nous ne sommes pas très mal ici. Depuis un mois et demi nous habitons le château d’un riche Polonais. Sa société se compose d’une de ses sœurs et d’une nièce fort intéressante. Comme nous sommes ici six offciers, Mlle Honorata ne manque pas d’adorateurs […]. Elle parle le français et l’allemand comme le polonais et est très bonne musicienne »12.

17La vérité sur la population villageoise misérable et appauvrie par la guerre ressort de l’ordre du jour du maréchal Soult du 30 avril 1807 qui :

A appris avec peine que des militaires du corps d’armée se sont oubliés non seulement au point de mettre leurs chevaux en pâture dans des champs ensemencés de blé, tandis qu’ils pouvaient les placer dans les prairies, mais encore au point d’enlever aux malheureux habitants du pays, que le retour de la belle saison rappelle aux travaux de l’agriculture, leurs bestiaux, leurs chevaux et quelquefois même des grains destinés aux semences.

18La boue ou le froid, la misère et la saleté des cabanes contrastent avec la richesse des palais, et surtout la fameuse réponse polonaise Nie ma chleba (« pas de pain »), reprise par Napoléon pour expliquer à ses grognards le manque des vivres. Tels étaient les stigmates de la « guerre de Pologne » dans la mémoire des soldats.

  • 13 Pour les enjeux de cette campagne, voir Naulet F., Friedland (14 juin 1807). La campagne de Pologn (...)

19À l’issue de la bataille d’Eylau (8 février 1807), Napoléon était loin de terminer la campagne commencée en Allemagne du Sud dix-sept mois plus tôt, et ses troupes (plus de 150 000 hommes) devaient rester jusqu’à la reprise des opérations (début juin) sur les terres polonaises ainsi qu’en Poméranie et en Prusse-Orientale13.

20Cette masse de soldats qui s’était abbattue sur les populations des régions touchées par la guerre, mal ravitaillées par les services de la Grande Armée, se comportait en occupant ne distinguant pas le territoire polonais du territoire prussien.

  • 14 Nieuwazny A., Kampania 1813 r. na północnym zachodzie Księstwa Warszawskiego. Napoleońska twierdza (...)

21Prenons l’exemple de Toruń (Thorn) d’où, jusqu’en mai 1807, Pierre Daru, l’intendant de la Grande Armée, dirigeait ses services. Immédiatement après la prise de la ville en décembre 1806, les Français avaient repris toutes les fonctions de l’administration prussienne, surtout dans le domaine des impôts. Satisfaits de la coopération avec les autorités municipales (qui ne reconnaissaient que l’administration prussienne), les militaires français chassèrent les représentants du gouvernement provisoire polonais de la ville. L’intendant français n’a pas permis d’ôter les aigles prussiens des bâtiments publics, et ce malgré l’ordre précis du maréchal Ney. Ceux parmi les Toruniens qui, détestant l’État prussien et sa fiscalité vorace, saluaient volontairement les Français, allaient vite regretter leur attitude imprudente. La vague de réquisitions a touché toutes les familles, et cela indépendamment de leurs sympathies profrançaises. À en croire les centaines de documents conservés dans les archives municipales, l’armée française avait besoin aussi bien de voitures et de bois de chauffage que de linge et de meubles. Au-delà des réquisitions et confiscations de tout genre, la ville devait supporter la présence de nombreux hôpitaux militaires qui vivaient en partie aux dépens des citadins. Rappelons qu’après Eylau, cette ville de 7 000 habitants dut accueillir 4 600 blessés et malades français. Au printemps 1807, il y avait plus de militaires que de civils14.

22Les libérateurs-occupants choquaient souvent non seulement par leur comportement soldatesque (qui n’était pas propre qu’aux Français – les soldats polonais ont pillé la ville de Dirschau), mais aussi par leur manque de religion. Ce trait de l’armée française étonnait avant tout les religieux polonais.

23Le curé de Pieniazkowo (en Poméranie polonaise), Ignace Mielzynski, notait avec soulagement dans sa chronique paroissiale à la date de 21 novembre, jour de la Présentation de la Vierge Marie :

  • 15 « Zapiski Towarzystwa Naukowego w Toruniu », Nulla Fides, pietasque nulla viris, qui castra sequun (...)

Dieu soit loué, car nous avons pu survivre jusqu’au jour du départ de ces gens dont on pouvait dire facilement : Quid est Gallus ? Est animale, bestiale. Et en effet, le soldat français est un homme sans religion, sans bonasserie, sans vergogne et sans tendresse. S’il va à l’église ce n’est que pour s’en moquer ; y prier ? pourquoi faire ? S’il tue un hôte innocent il ne risque qu’une semaine de prison. Il n’aime que manger de façon raffinée, s’habiller avec recherche, et faire l’amour avec des filles ; c’est ça la vie d’un Français. Ils violaient des femmes sur les routes sans vergogne, et il y en avait même 6 ou 7 à faire des obscénités avec des femmes. Pour eux ce n’était que pour rire. C’est l’accomplissement de ce que j’avais lu : Nulla virtus, pietasque nulla viris, qui castra sequuntur15.

  • 16 « Dieu daigne allumer dans leurs cœurs le feu de son amour » !

24Beaucoup de Français sont morts dans nos villes. À Nowe, parmi un millier de mourants, deux seulement avaient demandé l’absolution : un pharmacien et un chirurgien-barbier ; le troisième, qui était officier, avait perdu deux jambes dans une bataille et ne pouvant plus supporter la douleur, s’était mal coupé la gorge. Il s’est confessé en toute humilité avant d’expirer. Les autres, questionnés sur la volonté de mourir en foi catholique, munis des derniers sacrements, ne répondaient rien ou, étonnés par cette question, mouraient dans cette obstination. Ignem sui amoris ascendat Deus in cordibus eorum16.

  • 17 Mankowski A., « Kronika OO. Bernardynow lubawskich » [« La chronique des Bernardins de Lubawa »], Z (...)

25Les relations entre les occupants et les occupés pouvaient être améliorées par la présence d’un officier plus respectueux des conditions de vie des civils. Ainsi la chronique du couvent de Lubawa (à la frontière de la Prusse-Orientale) admettait en octobre 1807 qu’après deux grands pillages survenus fin janvier et début mai « grâce aux sollicitudes du commandant français de la ville, un homme honnête, le couvent était libre des malheurs de la guerre, et cela malgré le passage de différentes troupes par Lubawa »17.

26Le séjour de la Grande Armée sur le territoire de l’ancienne Pologne a marqué les esprits aussi bien des occupés que des occupants, mais pas pour les mêmes raisons. Si les élites du duché de Varsovie, créé après la victoire de Napoléon en 1807, comprenaient que la présence et le poids d’une armée étrangère sur leur sol était le prix à payer en vue d’une éventuelle indépendance, il n’en était pas de même pour les populations villageoises et campagnardes. Le souvenir des Français pilleurs et « antichristes » perdura jusqu’au passage d’une nouvelle avalanche militaire en 1812.

  • 18 Szpotanski K., « 20 000 kilometrow w siodle » [« 20 000 kilomètres en selle »], Plomyk, no 3-5, 197 (...)

27Ce mauvais souvenir du premier contact massif dans l’histoire des relations franco-polonaises devait également se prolonger auprès du « petit peuple » français. Les chevau-légers polonais passant par la France en 1808 furent surpris, comme Kazimierz Szpotanski, par l’hostilité des habitants « et surtout de ceux qui étaient rentrés de Pologne où ils avaient connu la misère et les quartiers inconfortables chez nos paysans – sans vin, sans vodka et sans pain blanc auquel ils sont accoutumés car il ne connaissent point le pain bis ». Les tracasseries et les moqueries de la part des civils (« Polonais kleba ! Ni ma kleba ! ») pouvaient aller jusqu’aux rixes et « parfois […] plus d’un avait la gueule coupée par notre sabre. On marchait au trot pour passer plus vite devant eux »18.

Notes

1 Cité dans Tulard J., Murat, Paris, Fayard, 1999.

2 de Saint-Chamans A.-A.-R., Mémoires du général comte de Saint-Chamans, ancien aide de camp du maréchal Soult (1802-1823), Paris, 1896, p. 47.

3 Mémoires de la Comtesse Potocka (1794-1820), Paris, 1911, p. 98-99.

4 Roger B., « La création du duché de Varsovie », La Revue Napoléon, no 31, juin-septembre 2007, p. 51.

5 Les plans de Czartoryski ont été étudiés en polonais dans Skowronek J., Antynapoleonskie koncepcje Czartoryskiego [Les conceptions antinapoléoniennes de Czartoryski], Warszawa, 1969, et en anglais dans la biographie de Zawadzki W.H., A Man of Honour. Adam Czartoryski as a Statesman of Russia and Poland 1795-1831, Oxford, 1993.

6 Cité d’après l’Historique de la formation de la force Armée Polonaise par Son Excellence Monsieur le Général de division Dąbrowski dans l’année 1806, Sächsische Hauptstaatarchiv - Dresden, Geheimes Kabinett (10026), vol. 3646.

7 Pamietnik Feliksa hr. Lubienskiego, ministra sprawiedliwosci [Mémoires de Félix, comte Potocki, ministre de la justice], Warszawa, 1876, p. 175-176.

8 Lettre à Napoléon du 5 janvier 1807, cité d’après Correspondance du prince Joseph Poniatowski avec la France, t. I, Poznań, 1921, p. 3.

9 Cette période est étudiée par Handelsman M., Napoléon et la Pologne 1806-1807, Paris, Félix Alcan, 1909 ; on trouve une première approche chez Chabanne R., « Les débuts du gouvernement napoléonien à Varsovie », Revue historique du droit français et étranger, no 2, 1980.

10 Correspondance du Maréchal Davout, prince d’Eckmühl, ses commandements, son ministère 1801-1815, t. III, Paris, 1885, p. 44.

11 Bial P., Les carnets du Colonel Bial 1789-1814. Souvenirs des guerres de la Révolution et de l’Empire rédigés à Leipzig au dépôt des prisonniers, Paris, Éditions de l’Officine, 2004, p. 202.

12 Bibliothèque Thiers, Fonds Masson, carton 241, ff. 54-55. À cette occasion, nous tenons à remercier M. Benoît Roger de nous avoir communiqué ce document.

13 Pour les enjeux de cette campagne, voir Naulet F., Friedland (14 juin 1807). La campagne de Pologne, de Danzig aux rives du Niémen, Paris, Economica, 2007, p. 241.

14 Nieuwazny A., Kampania 1813 r. na północnym zachodzie Księstwa Warszawskiego. Napoleońska twierdza Toruń i jej obrona [Campagne de 1813 au Nord-Ouest du duché de Varsovie. La forteresse napoléonienne de Toruń et sa défense], Toruń, 1995, p. 87-89.

15 « Zapiski Towarzystwa Naukowego w Toruniu », Nulla Fides, pietasque nulla viris, qui castra sequuntur, Kronika Pieniazkowska (1807-1824 ; 1832-1837) [Chronique de Pieniazkowo], t. VII, no 5, 1927, p. 141.

16 « Dieu daigne allumer dans leurs cœurs le feu de son amour » !

17 Mankowski A., « Kronika OO. Bernardynow lubawskich » [« La chronique des Bernardins de Lubawa »], Zapiski Towarzystwa Naukowego w Toruniu, t. IX, no 1-2, 1932-1934, p. 29.

18 Szpotanski K., « 20 000 kilometrow w siodle » [« 20 000 kilomètres en selle »], Plomyk, no 3-5, 1975, p. 75.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search