Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Première Partie. Armée et diplomatie française en Europe centrale

5. Mars Gallicus in Hungaria. Influence de la pensée militaire française en Hongrie au xviiie siècle1

Ferenc Tóth

Texte intégral

  • 1 Notre titre s’inspire de celui d’un ouvrage militaire manuscrit en latin de Pál Esterházy, Mars Hu (...)
  • 2 Nous pensons surtout aux travaux de Messieurs Árpád Markó, Kálmán Benda, Béla Köpeczi et Jean Bére (...)
  • 3 Voir à ce sujet Tóth I.G., Literacy and Written Culture in Early Modern Central Europe, Budapest, (...)

1Le sujet que nous allons présenter dans cette étude fait partie d’un vaste domaine qui a déjà été partiellement étudié par des historiens qui travaillaient sur l’histoire des relations franco-hongroises2. Dans la plupart des études, la science militaire française apparaît comme un modèle suivi ou rejeté par les Hongrois. Les rapports militaires consistent en campagnes de coopération comme dans le cas des guerres de « kouroutz » du début du XVIIIe siècle ou bien en affrontements entre Français et Hongrois comme durant les guerres franco-impériales. En faisant des recherches sur ce sujet, nous pouvons rencontrer de nombreux problèmes. À cette époque, les Hongrois sont présents dans presque toutes les armées européennes. Souvent, ils s’opposent même entre eux sur le champ de bataille. Nonobstant ce succès des armes hongroises, on ne peut parler d’une véritable école hongroise dans la théorie militaire : il manque des institutions, des personnalités formant des grandes directions théoriques et il ne faut pas oublier les problèmes de l’analphabétisme et des projets de renouvellement et de modernisation de la langue hongroise qui ne sont pas indépendants de notre sujet3.

  • 4 Parker G., La révolution militaire. La guerre et l’essor de l’Occident 1500-1800, Paris, Gallimard, (...)
  • 5 Bély L., Les relations internationales en Europe XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1992, p. 319-320

2Dans l’histoire militaire, nous avons un concept qui correspond aussi aux questions du développement militaire à l’époque moderne : c’est la théorie de la fameuse « révolution militaire » élaborée par des historiens anglo-saxons comme Michael Roberts ou Geoffrey Parker4. Cette théorie décrit schématiquement les changements dans l’organisation, dans la tactique et surtout dans la technologie militaire. Ces changements se déroulent dans les forces militaires des grandes puissances et petits et moyens États n’y arrivent que grâce à l’aide d’une autre grande puissance. L’aide peut consister en armes, en argent et surtout en envoyant des missions militaires dans les pays ciblés. Tel est le cas des envoyés militaires en Hongrie ou en Pologne au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. La révolution militaire n’a pas marqué d’une manière égale tout le territoire de l’Europe. Dans son ouvrage magistral, Lucien Bély parle des « résistances à la révolution militaire » dans les périphéries européennes. Il s’agit essentiellement de l’Europe centrale et orientale où il y avait peu de défenses bastionnées, et la cavalerie, surtout la cavalerie légère, dépasse largement l’infanterie dans la deuxième moitié du XVIIe siècle5. Cette résistance s’avère même efficace et favorise, au cours du XVIIIe siècle, le succès de la tactique de la « petite guerre » dans les armées occidentales. Néanmoins, ces quelques exceptions ne font que confirmer les règles du processus de la révolution militaire qui paraît valable pour la majorité des États européens.

3Les contacts militaires existent depuis très longtemps. Sans remonter aux temps reculés du Moyen Âge, nous trouvons de nombreux exemples de coopération militaire dès le XVe siècle. Malgré l’alliance franco-turque qui reste un des principaux éléments de la politique étrangère française de l’époque moderne, les guerres turques en Hongrie attirent un grand nombre de volontaires français qui, dans l’esprit des croisades anciennes, se distinguent dans les rangs de l’armée impériale contre les « infidèles ». Nous y trouvons par exemple le prince Henri de Guise en compagnie du comte de Bassompierre dont le fils, le maréchal de Bassompierre, donne ainsi le récit dans ses Mémoires :

  • 6 Il s’agit du siège de Szigetvár en 1566.
  • 7 Mémoire du maréchal de Bassompierre, dans Michaud J.-F. (dir.), Nouvelle collection des mémoires p (...)

[…] il alla servir en Hongrie avec cette charge, étant alors âgé de dix-sept ans. Ce fut en ce voyage que M. de Guise, Henri de Lorraine, y fut aussi envoyé, à même âge, par le cardinal de Lorraine son oncle, trouver le duc de Ferrare, son oncle maternel, qui était cette année-là général de l’armée de l’Empereur de Hongrie, lorsque Soliman, empereur des Turcs, assiégea Ziguet6, qu’il prit et y mourut, et que ledit cardinal le recommanda à mon oncle le colonel pour en avoir soin, jusqu’à ce qu’il fût auprès de M. de Ferrare ; ce qu’il fit, et de toute la noblesse qui alla avec lui, et qui était de plus de cent gentilshommes de condition qui marchèrent jusqu’à Ziguet avec le régiment de mon oncle qui s’embarqua à Ulm. Ce fut en ce voyage que cette forte amitié se fit entre M. de Guise et feu mon père, qui depuis, jusqu’à sa mort, lui a constamment gardé son cœur et son service, et que mondit sieur de Guise l’a chéri sur tous les autres serviteurs et affectionnés, l’appelant l’ami du cœur7.

  • 8 Sahin-Tóth P., « Amis ou ennemis ? Français en Hongrie pendant la guerre de Quinze Ans (1595-1606)  (...)
  • 9 Voir à ce sujet Tóth F., Saint-Gotthard 1664. Une bataille européenne, Lavauzelle, Panazol, 2007.

4Et nous connaissons les exemples de nombreux autres Français ou Wallons qui constituaient un contingent important pendant la guerre de Quinze Ans, ou autrement dit la Longue Guerre (1595-1606), en Hongrie, admirablement décrits par le regretté Péter Sahin-Tóth dans ses études consacrées à ce sujet8. L’autre période glorieuse est la deuxième moitié du XVIIe siècle, lors des guerres de reconquête de la Hongrie sur les Turcs. Dans la bataille de Szent Gotthard, le premier août 1664, 6 000 Français contribuent largement à la victoire des troupes chrétiennes.9 Les noms français des illustres chefs de la reconquête résonnent encore aujourd’hui dans les musées historiques hongrois et autrichiens : Souches, Villars, Eugène de Savoie et Charles de Lorraine, pour ne mentionner que les plus célèbres… Quelles sont les raisons de leur présence dans l’armée impériale, à une époque où les conflits franco-impériaux se montrent particulièrement virulents ? Hormis les raisons personnelles, comme dans le cas d’Eugène de Savoie, nous pouvons y voir une certaine curiosité envers la guerre turque, tactique peu connue à l’Ouest de l’Europe, qui se mélange avec le souvenir encore vivant des croisades parmi les familles nobiliaires en particulier. Participer à la guerre de reconquête signifie indubitablement un prestige militaire et les escarmouches et embuscades et toutes les opérations de « petite guerre » en particulier sont plus favorables aux jeunes Français qui veulent se distinguer par leur valeur personnelle que les grands mouvements des corps d’armée disciplinés et les guerres de sièges sur le front occidental.

  • 10 Chaline O., Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005.

5D’autre part, les champs de guerre hongrois fournissent également un terrain d’exercice pour les armes françaises, qui se contentent encore en 1664 de mener une campagne de prestige contre les infidèles. Les campagnes militaires occasionnelles contre les Turcs en Hongrie et en Candie et contre les pirates barbaresques constituent ainsi des parties intégrantes de la politique hégémonique de Louis XIV, même si les rapports franco-turcs devenaient plus complexes durant les guerres avec la Maison des Habsbourg. En tout état de cause, l’armée de Louis XIV devient un modèle européen. Comme l’a montré Olivier Chaline dans son tableau historique de la France de Louis XIV, l’armée française par ses dimensions, par son organisation et par son efficacité devient une puissance extraordinaire et jamais vue auparavant en Europe10. Cette machine militaire imposante bien combinée avec une diplomatie opérationnelle transforme les relations franco-hongroises en un élément important du système d’alliance de revers de la France en Europe orientale.

  • 11 Zsolt T., Teleki Mihály, Erdély és a kurucmozgalom 1690-ig [Teleki Mihály, la Transylvanie et le mo (...)
  • 12 Hudita J., Répertoire des documents concernant les négociations diplomatiques entre la France et la (...)

6Les luttes de la France contre l’Empire, l’Angleterre, la Prusse ou la Russie remettent en valeur la politique subversive et la création des alliances de revers sur les périphéries européennes. La diplomatie française encouragea la constitution d’un réseau d’alliances de petits et moyens États d’Europe centrale et orientale sans compter le redoutable Empire ottoman fort utile lorsque les monarques français sont en conflit militaire avec la Maison d’Autriche. Ce système d’alliances comprend essentiellement la Suède, la Pologne, la Transylvanie, les Hongrois malcontents et l’Empire ottoman. Dans la construction des liens entre les différents pays et centres de rebelles anti-Habsbourg, les agents français jouent un rôle à la fois important et efficace. La concentration des forces et la réussite des négociations multipartites sont l’œuvre des experts français. Lors de la guerre de Hollande, la diplomatie française, en particulier l’ambassadeur français de Varsovie, le marquis de Béthune, réussit à réunir en alliance les Polonais, les Hongrois révoltés (les Kouroutz) et les Transylvains. Le 27 mai 1677, on signe à Varsovie un traité de collaboration entre les alliés français, polonais, transylvains et kouroutz. L’aide française consiste en cent mille tallers (trois cent mille livres tournois environ) de pension annuelle pour les frais d’une armée de quinze mille hommes et, de plus, une aide militaire de six mille mercenaires de Pologne11. Au mois de septembre, sous la direction des colonels Boham et Forval, un corps de quatre mille hommes, composé majoritairement des cosaques recrutés en Ukraine, arrive en Hongrie12. Réunis aux forces transylvaines et rebelles, ils écrasent l’armée impériale le 10 octobre 1677 à Nyalábvár. Cette victoire montre bien l’efficacité des experts militaires français dans un territoire lointain. Elle contribue à l’élargissement de la guerre en Hongrie contre les Impériaux sous la direction d’un chef nouveau : Thököly. Le fonctionnement de l’alliance de revers s’avère impeccable dans les années qui viennent, les agents et experts militaires réactivent de concert les rebelles hongrois en cas de besoin pour faciliter la politique des réunions sur les frontières françaises. La réussite de cette coopération franco-hongroise est évoquée ainsi, un siècle après les événements, par Charles-Emmanuel de Warnery :

  • 13 De Warnery C.-E., Commentaires sur les commentaires du comte de Turpin sur Montecuculi, avec des an (...)

Avant la paix de Riswick la France avait un très puissant allié dans son bon ami le Turc, et les Hongrois de Tökeli n’étaient pas à regarder pour rien. Cette guerre d’Hongrie donnait seule assez d’occupation aux troupes de l’Empereur, le Nord n’était de même point tranquille, ainsi la France sans alliés ne faisait pas seule la guerre à toute l’Europe13.

  • 14 Brigadier-général Le Maire L., Relation abrégée de ce qui s’est passé dans la guerre de Hongrie de (...)
  • 15 Bérenger J., « Un exemple de coopération militaire franco-hongroise : la mission du brigadier génér (...)

7Pour réduire le champ d’investigation, nous avons privilégié quelques cas de figure de contacts militaires dans l’espace de temps de notre période. Premièrement, nous citons les émissaires français qui collaborent avec les révoltés hongrois au début du XVIIIe siècle. Parmi ceux qui y travaillent, il faut souligner l’importance du brigadier général Louis Lemaire dont les souvenirs viennent d’être publiés par les soins du professeur Jean Bérenger14. Il est envoyé en mission en Hongrie au cours de la guerre d’indépendance de François II Rákóczi. Il fait partie de l’entourage du comte des Alleurs, lieutenant-général choisi par Louis XIV pour diriger une mission mixte à la fois diplomatique et militaire afin de « donner forme de troupes de guerre à ces légions de Mécontents »15. Avec d’autres officiers français, il est placé comme « conseiller technique » auprès du prince François II Rákóczi. Il nous laissa une Relation assez détaillée et très critique de son séjour en Hongrie. L’État du prince François II Rákóczi est doté d’une véritable armée dont la valeur militaire n’est pas négligeable, malgré ses échecs systématiques dans les campagnes. Cependant, la vraie discipline n’existe pas dans l’armée kouroutz et les envoyés militaires français s’en plaignent souvent dans leurs rapports… Le brigadier Le Maire nous donne un témoignage sarcastique de valeur militaire d’un des principaux chefs de l’armée kouroutz :

  • 16 Brigadier-général Le Maire L., Relation abrégée…, op. cit., p. 188-189.

Forgats, n’oubliant pas la tentative de l’ambition de Bercseni, ne perdait pas un moment à le décréditer non seulement dans l’esprit du Prince, mais encore dans celui des autres généraux en lui disant et à eux, qu’il prenait un pouvoir qui obscurcissait tout autre et le Prince même et ne faisait distinguer que sa personne, soit dans les négociations, dans les projets de guerre, dans les expéditions et dans les commandements des troupes dont la direction ne lui convenait pas puisque depuis qu’il s’en mêlait il n’avait établi dans la milice ni règle, ni exercice ou discipline et que de cette manière on ne ferait jamais de bons soldats, ni de bons officiers, il parlait en guerrier consommé et de même que s’il eût été disciple de César16.

8En réalité, le but de la mission des conseillers militaires français n’est pas la réforme approfondie de l’armée des rebelles hongrois, mais plutôt de fournir un soutien ponctuel qui leur permette de temporiser les opérations hongroises contre les troupes impériales et de retenir le maximum de leurs forces en Hongrie pendant la guerre de Succession d’Espagne. Après l’échec des Hongrois dans les batailles rangées, Louis XIV, dans sa lettre du 9 août 1708, encourage toujours son représentant, le comte des Alleurs, à recommander aux Hongrois la tactique de la petite guerre où ils se distinguent particulièrement :

  • 17 Archives du ministère des Affaires étrangères, Correspondance Politique Hongrie, vol. 13, fol. 162 (...)

La derniere lettre que j’ai recue de vous est datée du 20e de juin. Elle m’informoit des dispositions que le Prince Ragotzi faisoit alors pour assembler en peu de jours une armée capable de livrer bataille a celle de l’Empereur. Ces préparatifs auront été inutiles et les Hongrois n’ont pas eu cette année a combattre des ennemis assez forts pour en venir a une action décisive. Il est meme de l’intéret du Prince Ragotzi de l’éviter. Le sort d’une bataille rangée serait plutot favorable aux Allemand qu’aux Hongrois, et de quelque maniere qu’il a se déclarer, il pourrait donner un prétexte a la nation de forcer le Prince Ragotzi a faire la paix. Le moyen de l’obtenir sur et avantageux pour lui et pour les Confédérés est de fatiguer perpétuellement l’Empereur par une guerre que les Hongrois soutiendront facilement et avec avantage pour eux, lorsqu’il ne s’agira que de faire des courses. Les sieges et les batailles ne leur conviennent point et je suis persuadé que lorsque vous les en détournerez, vos conseils feront plaisir aux principaux de leurs chefs17.

  • 18 Béla Z., « II. Rákóczi Ferenc könyvtára » [« La bibliothèque de François II Rákóczi »], Magyar Bibl (...)

9Il nous semble que l’influence de la pensée militaire française est fort restreinte durant cette période. Par ailleurs, à part l’œuvre exceptionnelle de Nicolas Zrínyi, et peut-être l’ouvrage manuscrit de Paul Esterhazy (Mars Hungaricus), la pensée militaire hongroise naissante est encore très difficile à définir dans l’époque moderne. Néanmoins, le prince François II Rákóczi s’intéresse vivement à ce sujet. Dans ses ouvrages autobiographiques, surtout dans ses Mémoires et per tangentem dans ses Confessions, il publie ses réflexions militaires. Sa bibliothèque de Rodosto témoigne de son intérêt pour l’art militaire et on y trouve entre autres les ouvrages historiques les plus populaires en cette matière : notamment l’Histoire de Polybe de Folard, les Commentaires de Monluc et les Discours de La Noue18. Les premiers échecs de la guerre d’indépendance du prince François II Rákóczi montrent bien l’incapacité des officiers de son armée à résister à la puissante armée impériale. Il se plaint dans ses Mémoires de leur ignorance de la tactique militaire, de leur négligence fatale, de leur orgueil national et de leur incompétence totale dans l’art militaire. Le long passage suivant tiré des Mémoires du prince reflète bien les idées répandues en Hongrie sur l’art de la guerre après les guerres turques. On y trouve une résistance forte aux idées militaires modernes pratiquées largement en Europe occidentale depuis au moins la fin de la guerre de Trente Ans, ou bien celles que les historiens appellent les éléments de la « révolution militaire ». Une espèce de fierté nationale se mélange ici avec la tactique de la guerre turque, également diamétralement opposée à la tactique militaire occidentale :

  • 19 Mémoires du prince François II Rákóczi sur la guerre de Hongrie depuis 1703 jusqu’à sa fin, Budape (...)

Leur idée étoit de séjourner loin de l’ennemi, de ne tenir aucune garde, de bien boire et dormir, et après un long repos des hommes et de leurs chevaux, faire une course de trois ou quatre journées, pour tomber brusquement sur l’ennemi, le poursuivre s’il fuyoit, et rebrousser s’il résistoit. Cette idée sur la guerre étoit répandue dans toute la Nation. Le peu de soldats qui se souvenoient de ce qui s’étoit passé depuis la bataille et depuis la trêve sanguinaire de Saint-Gothard, ne parloient que des avantages remportés sur les Turcs par des courses, par des surprises et par des embuscades. Ceux qui depuis les commencemens de Tököly avoient porté les armes, ne citoient que de pareilles époques. Or dans le commencement du soulèvement populaire sous mon commandement, ceux-ci primoient le plus ; ils étoient écoutés, et par-là ils étoient devenus officiers. Le service dans l’infanterie étoit de tout temps méprisé de la noblesse ; elle croyoit ce corps peu propre à de pareilles entreprises, elle tenoit à honte d’y servir ; le proverbe étoit commun que c’étoit le métier d’un chien de marcher toujours à pied, que l’homme devoit se servir des animaux pour se faire porter. On ne connoissoit presque aucun usage de l’infanterie, hors celui de leur faire garder les portes des châteaux et des palanques ; c’est ainsi que l’on nommoit les places frontières contre les Turcs. Leurs fortifications consistoient dans une enceinte de pieux, les plus longs que l’on pouvoit trouver, plantés de deux à trois pieds l’un de l’autre, clayonnés et revêtus de terre glaise mêlée de paille hachée. Des cages carrées bâties de poutres entaillées et poussées hors d’œuvre, tenoient lieu de bastion. Tous ces endroits étoient des forts, parce que selon les conditions de la trêve, on ne pouvoit se servir de canon et on s’étoit mis en tête de part et d’autre qu’on ne pouvoit pas les insulter. Ces frontières fourmilloient de noblesse qui ne pouvoit pas habiter dans les maisons de campagne. Tous étoient soldats, tous couroient sur les Turcs voisins pour faire des prisonniers et s’enrichir par leur rançon19.

  • 20 Voir Windisch Éva V., « Rákóczi Ferenc ismeretlen hadtudományi munkája » [« Un ouvrage militaire i (...)

10Comme le prince Rákóczi ne peut remplacer ses officiers par d’autres, les officiers étrangers étant isolés dans son armée, il décide de réorganiser la direction de son armée. Il fonde en 1707 un corps d’élite, la compagnie des jeunes nobles destinés aux postes d’officiers ayant une formation sous son contrôle personnel. Il accorde une importance à la formation théorique, il fait imprimer un livre de Zrínyi et consulte longuement ses officiers français sur les problèmes de la tactique militaire. Il compose également un ouvrage en hongrois dont le titre en français serait L’école d’apprentissage de l’homme de guerre et daté des années 1707-1708. Les fragments de ce manuscrit comprennent deux chapitres probablement originaux du prince et deux autres empruntés à l’ouvrage de François de La Vallière intitulé Pratique et maximes de la guerre20.

  • 21 Charles Batthyány naquit le 28 avril 1698 à Rohonc (aujourd’hui Rechnitz en Autriche), comme trois (...)

11Après l’échec de la guerre d’indépendance hongroise, l’influence de la pensée militaire française n’a pas disparu de la Hongrie, bien que les rapports franco-hongrois soient considérablement changés. L’influence des ouvrages militaires populaires français, comme ceux de Vauban et Folard, existent dans presque toutes les grandes bibliothèques hongroises. La bibliothèque de la famille Batthyány-Strattmann mérite d’être mentionnée, car elle constitue toujours une très riche collection d’ouvrages militaires francophones. Les études sur la composition de cette bibliothèque ont démontré que le gros de la collection provient des ouvrages du prince Charles Batthyány21 réunis au XVIIIe siècle. Cette collection du XVIIIe siècle, conformément aux usages linguistiques de l’époque, est composée majoritairement d’ouvrages francophones, mais nous trouvons des ouvrages en langues latine, allemande, italienne et espagnole. Quelques imprimés en langue turque de l’atelier d’Ibrahim Müteferrika constituent des pièces rares de la collection.

  • 22 Voir à ce sujet Ruzsa A., « Hadtudományi művek Batthyány Károly könyvtárában » [« Ouvrages militai (...)

12La majorité de livres français correspond à la fois aux milieux francophones de la cour impériale de Vienne et aux exigences culturelles de la famille Batthyány. Notons ici que les enfants de cette famille reçoivent une formation francophone et « à la française » et que les membres de la famille correspondent entre eux en cette langue. Ayant souvent des charges administratives ou diplomatiques, ils accordent une importance considérable au français dans leur ascension sociale. La collection la plus riche est consacrée à l’histoire. Remarquons que l’histoire comprend des ouvrages de la science militaire également. Cette dernière est particulièrement notoire puisque le prince s’y intéressait non seulement comme collectionneur bibliophile, mais également comme commandant célèbre des guerres du XVIIIe siècle. Presque tous les célèbres ouvrages d’illustres auteurs militaires francophones se trouvent dans sa bibliothèque22.

  • 23 Grassi G., Opere di Raimondo Montecuccoli, Torino, 1821, 2 vol.

13Il convient de rappeler que la diffusion de la pensée militaire française bénéficie à cette époque du succès de la francophonie. Des ouvrages militaires traduits en français connaissent alors une diffusion extraordinaire. L’exemple des Mémoires de Raimondo Montecuccoli est à bien des égards intéressant. Les écrits de cet auteur classique italien se répandent au XVIIe siècle surtout sous forme manuscrite puisqu’ils constituent des secrets d’État. Un manuscrit italien est donné par Charles de Lorraine au prince de Conti séjournant en Hongrie pendant la guerre de reconquête après le deuxième siège de Vienne ! En effet, le prince de Conti s’enfuit en 1685 avec son frère pour aller faire la guerre en Hongrie où il se distingue dans les opérations militaires, notamment durant la bataille d’Esztergom et lors du siège d’Érsekújvár. Le manuscrit de la première édition française vient donc de la bibliothèque du prince Charles de Lorraine, et le prince de Conti le confie à un traducteur et éditeur scientifique bien formé (Jacques Adam). À la différence des éditions précédentes, l’éditeur se charge également de la correction des noms propres et géographiques ainsi que de la rédaction des notes de l’ouvrage. Ces notes sont si bien réussies que même le plus célèbre éditeur italien du XIXe siècle, Giuseppe Grassi, trouve utile de les incorporer dans sa publication23. Cet exemple illustre non seulement le chemin insolite des textes du généralissime italien, mais souligne également l’existence d’un réseau d’échange d’informations militaires entre la France et la Hongrie dans les deux sens.

  • 24 Voir à ce sujet Zachar J., Idegen hadakban [Dans des armées étrangères], Budapest, 1981.

14Les relations franco-hongroises de l’époque des Lumières sont largement caractérisées par les rapports militaires à travers l’immigration militaire hongroise vers la France. Elle commence à la fin du XVIIe siècle et surtout après la guerre d’indépendance hongroise (1703-1711) qui se termine par la chute du prince François II Rákóczi. Le prince déchu trouve un refuge dans la cour de Louis XIV. De même, ses officiers et partisans le suivent dans son émigration en France. Beaucoup d’anciens combattants de la guerre d’indépendance trouvent un emploi au sein de l’armée royale française24. C’est à cette époque que la manière de combattre à la hongroise, autrement dite la tactique de la petite guerre, commence à s’épanouir en Europe. Les penseurs militaires du siècle des Lumières s’inspirent beaucoup des ouvrages des auteurs anciens (Polybe, Jules César, Salluste, etc.). Particulièrement en ce qui concerne la cavalerie, les penseurs anciens ont maintes fois souligné la supériorité de certains peuples asiatiques ou africains (Numides, Scythes, Parthes, Herules, Huns, etc.). Les qualités militaires de ces peuples guerriers sont considérées comme des caractéristiques ethniques propres à une collectivité, population ou race données. Cette vision n’est pas étrangère aux théoriciens de l’art militaire de l’époque moderne également. Au contraire, selon le comte Turpin de Crissé, les Hongrois doivent leur aptitude pour la cavalerie à leurs ancêtres, les Huns :

  • 25 Turpinde Crissé C., Essai sur l’art de la guerre, Paris, 1754, p. 149.

Il semble que les Hongrois, qui selon plusieurs historiens, sont les mêmes que les Huns, retiennent encore la façon de combattre de leurs ancêtres, lorsque sous Attila ils vinrent s’établir dans l’Italie : en effet, les meilleures Troupes légères sont formées de Hongrois, et l’on sçait quel service elles ont rendu dans les dernières Guerres : c’est sur leur modèle que les Souverains ont formé d’autres Troupes, qui n’ont été qu’utiles, mais qui sont aujourd’hui nécessaires25.

  • 26 Zachar J., Idegen hadakban, op. cit., p. 113. Voir László J., « Magyar huszárok idegen nemzetek szo (...)

15De tels stéréotypes ethniques circulent alors sur les hussards hongrois parmi les auteurs militaires contemporains. Au XVIIIe siècle, deux mots français sont utilisés : « hussard » ou « houssard ». Ce dernier, ayant une consonance plus proche du « huszár » hongrois, distingue les Hongrois parmi les hussards de différentes nationalités26. Cette nuance sémantique est probablement due à l’enrôlement massif des recrues allemandes et françaises. Au début, lorsque les premiers régiments de hussards apparaissent en Europe, les mots « hussard » et « Hongrois » étaient pratiquement des synonymes. Lorsque vers 1748 le chevalier de Chabot rédige son mémoire sur la cavalerie, le corps des hussards est encore caractérisé par la majorité des Hongrois :

  • 27 SHAT, série MR 1730, fol. 1181.

En Allemagne qui dit un hussard dit un Hongrois, homme de cheval si bien accoutumé à cet animal qu’il croit n’exister que par luy qui à ce goût pour cet Exercice joint une Science pratique pour le conduire et le Seigneur qui luy fait trouver dans cet animal des ressources presqu’inconnues à tout autre homme27

16La cavalerie légère hongroise, les hussards, apparaît dans presque toutes les armées européennes. L’armée royale française veut opposer aux hussards impériaux leurs compatriotes réfugiés en France. Après les débuts incertains de cette armée en France, le premier régiment de hussards permanent est fondé en 1720 par le comte László Bercsényi. Ensuite, le nombre de ces régiments ne cesse de croître jusqu’à la Révolution, époque à laquelle il y en a douze. Au début, grâce au recrutement parmi les réfugiés hongrois en Turquie et aux désertions massives pendant les guerres continentales de la première moitié du siècle, les effectifs sont composés en majorité de Hongrois. Plus tard, surtout après le renversement des alliances en 1756, leur place est occupée par des Alsaciens, des Lorrains et des Français. Néanmoins, l’élite d’origine hongroise garde jusqu’à la Révolution une position stable dans le corps des officiers des régiments de hussards français. Malgré le succès des Hongrois en Europe, grâce au regain de faveur de la tactique de la petite guerre et surtout grâce à leur aptitude pour la cavalerie, nous connaissons très peu de témoignages théoriques militaires issus de l’immigration hongroise en France. Le maître de camp Lancelot Turpin de Crissé suggère au ministre, en 1753, qu’une ordonnance traite de la manœuvre et de l’instruction des hussards. Le ministre en réfère alors à Berchény qui se refuse à rédiger un tel traité :

  • 28 Cité dans Boissau R., Ladislas Berchény, Magnat de Hongrie, Maréchal de France, Paris/Budapest/Sze (...)

Si j’eusse cru qu’il fût nécessaire de faire un exercice particulier aux hussards, il y a longtemps que j’aurais eu l’honneur de vous le proposer. Ils ont suivi celui de la cavalerie et faire les mêmes évolutions. […] Le corps des hussards peut être employé à toute main pourvu qu’il soit commandé par un général habile et expérimenté, surtout dans la petite guerre dont les parties sont infinies et à la connaissance desquelles on ne peut parvenir que par une longue expérience… Le métier et les manœuvres des hussards ne pouvant se régler que selon les circonstances, les lieux et les terrains, qui varient pour ainsi dire à chaque pas, c’est alors qu’un bon capitaine doit savoir mettre à profit leurs différents mouvements par la ruse, l’adresse, une vivacité brusque et hardie, qui en sont les parties essentielles28.

17La seule exception est présentée par un traité de Lajos Mihály Jeney publié en 1759 (Le Partisan, ou l’art de faire la petite guerre) qui insiste également sur le caractère national des hussards hongrois :

  • 29 de Jeney L.M., Le Partisan ou l’art de faire la petite guerre avec succès selon le génie de nos jou (...)

L’Infanterie peut se former de toutes sortes de Nations ; quoique les François et les Liégeois méritent quelque préférence, par rapport à leur bonne volonté. Mais la cavalerie requiert qu’on y reçoive, d’autant qu’il est possible, des Hongrois et des Allemans, naturellement amateurs des Chevaux ; et doués d’un talent particulier, pour les nourrir, les penser et les conduire : ce que les autres Nations de l’Europe ne pratiquent qu’après de longues habitudes29.

  • 30 Sur sa vie, voir Mansel P., Le charmeur de l’Europe, Charles-Joseph de Ligne 1735-1814, Paris, Per (...)
  • 31 Sur le séjour du comte Teleki en France, voir Gábor T. (dir.), Egy erdélyi gróf a felvilágosult Eu (...)
  • 32 Szakály O., Egy vállalkozó főnemes. Vay Miklós báró (1756-1824) [Un aristocrate entrepreneur. Le ba (...)
  • 33 Voir Traité de la tactique ou méthode artificielle pour l’ordonnance des troupes, Wien, 1769.

18Évoquons également le rôle non moins important des militaires migrants, des voyageurs européens et des diplomates dont la liste serait longue à citer dans cette étude. Notons ici simplement quelques noms des plus célèbres. Le prince de Ligne, illustre sujet francophone de l’Empire, se présente comme un personnage intermédiaire entre les deux courants de la pensée militaire européenne et par sa production individuelle et mériterait une analyse plus approfondie30. Parmi les voyageurs, soulignons l’activité de deux aristocrates bien célèbres : le comte Joseph Teleki et le baron Nicolas Vay. Tous les deux font de longs périples, des Grands Tours européens, où ils admirent les progrès de la science militaire française. Le comte Teleki ne se contente pas de rendre visite aux grands philosophes de son époque, Voltaire et Rousseau en particulier, mais regarde en 1761 les projets du bâtiment de l’École Militaire Royale de Paris et rencontre également le secrétaire d’État de guerre31. Le baron Nicolas Vay fit un voyage d’études en France en 1786, à Paris où il visita le dôme des Invalides et rencontra Gribeauval, le célèbre artilleur qui avait été auparavant au service de l’Empire. Profitant de cette rencontre, le jeune baron visite les fonderies de canons de Gribeauval dont toute l’Europe parle alors32. Parmi les diplomates éclairés, retenons l’exemple du comte Charles-Éméric Reviczky, homme cultivé et polyglotte qui occupe des postes diplomatiques importants (Varsovie, Berlin, Londres) dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Il s’intéresse vivement à la science militaire, publie une traduction française du traité de tactique d’Ibrahim Mütteferrika et collectionne des rapports et mémoires français d’importance militaire pendant son séjour à l’étranger33.

  • 34 Voir sur sa vie Kotasek E., Feldmarschall Graf Lacy. Ein Leben für Österreichs Heer, Horn, 1956.
  • 35 Kriegsarchiv (Wien), série Kriegswissenschaftliche Mémoires Abt. 22 : 4, Essay sur la Hongrie.

19Les exemples isolés ne constituent que des cas particuliers caractérisant quelques familles aristocratiques hongroises ; la réalité de la pensée militaire de la noblesse, se réservant traditionnellement la tâche de la défense du pays, était bien loin des beaux projets des patriotes modernisateurs. L’ancien système féodal défensif de la Hongrie appuyé sur une « levée en masse » nobiliaire (insurrectio en latin) empêche le développement d’une réflexion militaire moderne. Le feld-maréchal Lacy, un des chefs militaires les plus importants de la deuxième moitié du XVIIIe siècle34, analyse ce problème dans un essai manuscrit conservé aujourd’hui aux Archives de la Guerre de Vienne35. Il considère les Hongrois comme une nation naturellement propre à la guerre, qualité probablement due à l’influence du climat. Ils excellent en particulier dans la cavalerie et se distinguent dans les opérations de « petite guerre ». Leur principal défaut, conclut le grand général dans son Essaye sur la Hongrie, réside dans leur manque de formation :

  • 36 Ibid., p. 12.

Si l’on excepte les enfants des grands du royaume, le génie et les talents de ceux des autres conditions sont peu cultivés dans toute la Hongrie. L’éducation que l’on y donne ordinairement à la jeunesse de l’ordre équestre se ressent encor des tems ou les Scythes commencèrent à peupler la Pannonie, et le bas peuple à peine sorti de la barbarie, borne ses travaux à la culture des héritage de leurs pères, sans connoistre l’usage des moyens qui pouroient procurer l’augmentation de leurs facultés36.

20Ensuite, le feld-maréchal Lacy fustige le système de l’insurrection nobiliaire – qu’il compare d’ailleurs au système militaire des confédérations polonaises – comme principale entrave aux réformes royales :

  • 37 Ibid., p. 13.

Lors ce que les troubles qui dévastent aujourd’huy la Pologne commencèrent à se manifester et que la rupture entre l’empire des Russes et celuy des Ottomans sembloit ménacer les frontières de la Hongrie de quelques irruptions, le Roy ayant fait assembler les états, leurs fit proposer les moyens les plus éficaces, et dans le même tems les plus prudents auxquels l’on pouvait avoir recours dans des circonstances aussi critiques ; mais loin d’accepter les propositions salutaires du Roy, les éstats résolurent de convoquer une insurrection dans un cas de necessité ? Hela qui le croiroit l’on ignore encor aujourdy, que les insurrections hongroises et que les Confederations polonaises sont bien plus propres à ruiner un pays qu’à le défenser. D’ailleurs, une résolution semblable découvre non seulement un fond de présomption dangereux à tout égard ; mais elle prouve encor combien les préjugés sont dificiles à détruire : quoy, dans un cas de necessité, la nation hongroise prétend arester les progrès d’une armée permanente, discipliné avec soin, et exercé sans rélache dans toutes les manœuvres militaires, en luy opposant des paysans sous la conduite d’une noblesse sans expérience, mal armé, mal monté qui croupit dans l’oisiveté et que ne peut estre rasemblé que dans une espace de temps très considérable ; ne faut-il pas avouer qu’une prétention de cette nature, et aussi ridicule, qu’elle est présomptueuse ; car ce n’est pas assés que les materiaux qui sont propres a la guerre existent ; il faut encor quils soient préparés de longue main et avec art, afin de pouvoir estre employé avec succés ; et c’est précisément a quoy tendoint les propositions du Roy37.

  • 38 Thallóczy L., « Gróf Benyovszky Móricz haditengerészeti és kereskedelem-politikai tervei 1779-1781  (...)

21L’Impératrice-reine Marie-Thérèse reconnaît également la nécessité des réformes et essaie de remédier aux problèmes évoqués par le feld-maréchal Lacy par la formation d’une élite militaire hongroise. L’institution centrale de la formation militaire de la noblesse hongroise est la « Garde du corps nobiliaire hongroise », fondée en 1760 à Vienne. Les membres de la Garde délégués directement par les comitats reçoivent un traitement de cinq ans et peuvent bénéficier du rayonnement culturel de la ville de Vienne. Vienne est alors une splendide résidence impériale et une véritable ville de cour en pleine transformation. Du point de vue des idées françaises, Vienne joue un rôle d’intermédiaire formidable entre la France et la Hongrie. Ce rôle, déjà démontré dans le cas des idées des Lumières et des idées religieuses (jansénisme, richerisme, etc.), ne peut être que réaffirmé par le domaine militaire. De plus, la francophonie vivante de la capitale impériale ne fait qu’accélérer l’influence des pensées françaises sur la jeunesse hongroise. C’est une époque de fourmillement d’idées intense dont la grande quantité de mémoires rédigés par des Hongrois témoigne. Par exemple, le célèbre aventurier hongrois Maurice Auguste Benyovszky, après son séjour fantastique à Madagascar, rédige des projets détaillés concernant la marine impériale. Il voudrait la développer selon le modèle français qu’il avait connu au service de Louis XV et souhaiterait également encourager le commerce maritime hongrois en creusant un canal reliant la mer Adriatique avec le Danube38 !

  • 39 Magyar Hírmondó [Courrier Hongrois], t. IV, Wien, 1793, p. 231. Une partie de ses manuscrits sont (...)
  • 40 Voir à ce sujet Lenkefi F., Kakas a kasban. Francia hadifoglyok Magyarországon az első koalíciós h (...)

22À l’époque de la Révolution française, malgré les hostilités ouvertes après 1792, le modèle militaire français ne cesse d’attirer l’attention des Hongrois. Hormis les contacts sur les champs de bataille, la Hongrie connaît alors également une vague migratoire d’officiers français émigrés dont plusieurs sont accueillis par des familles hongroises. C’est le cas de Lancelot de Turpin de Crissé, auteur de plusieurs ouvrages militaires importants, qui est hébergé dans la famille Esterhazy à Vienne jusqu’à sa mort (survenue au début du mois d’août 1793). Le prince Esterhazy se charge de tous les frais de son séjour ainsi que de son enterrement pour récompenser les services du comte Turpin de Crissé rendus naguère aux Esterhazy implantés en France. Le vieux stratège travaille chez le prince à qui il laisse tous ses manuscrits39. Une autre influence non négligeable est due à l’arrivée de plusieurs milliers de prisonniers de guerre français envoyés dans les forteresses de Szeged et Arad où ils sont en contact avec les autorités militaires hongroises40.

  • 41 Ces mots militaires francisés seront successivement chassés du vocabulaire militaire hongrois par (...)

23La fin du XVIIIe siècle est l’âge d’or de la presse hongroise animée par les intellectuels joséphistes et patriotes. Une revue hungarophone est fondée en juillet 1789 à Vienne, dont le titre indique bien son intérêt pour les sujets militaires : Hadi és más nevezetes történetek [Histoires militaires et autres célébrités]. L’objectif de la revue consiste à donner des relations de campagne de la guerre présente avec les Turcs en langue hongroise. Les événements de la Révolution française attirent bientôt l’intérêt des lecteurs, ce qui facilite le transfert linguistique. Les auteurs et les correspondants de la revue ne sont pas pour la plupart des militaires professionnels, et les hésitations terminologiques apparaissent également dans les textes hongrois. Par exemple, les anciens noms des rangs et des unités militaires sont souvent empruntés au français. Nous assistons alors à la formation d’un nouveau vocabulaire militaire hongrois d’inspiration française sous formes différentes : d’une part, par l’utilisation des mots hongrois avec des équivalents français entre parenthèses, et d’autre part, par la formation des mots morphologiquement proches des mots français (par exemple Kapitány, « capitaine ») ou bien par l’emprunt des mots français tout court41. Les auteurs ajoutent des parties théoriques – probablement des traductions d’ouvrages français – sur les différentes armes. Des gravures détaillées sont insérées dans certains exemplaires pour faciliter la compréhension des articles militaires. Cette revue bénéficie de l’appui financier de l’aristocratie hongroise et de la tolérance de la censure sous le règne de Joseph II et de Léopold II, et devient peu à peu une porte-parole de l’élite nationale éclairée. En 1792, la revue change de nom : Magyar Hírmondó [Courrier hongrois] et continue cette tendance jusqu’au durcissement de la censure sous le règne de François Ier.

24En guise de conclusion, il paraît important de souligner que la pensée militaire hongroise n’existe pas en tant que système à l’époque des Lumières. L’influence de la pensée militaire française est limitée sur l’élite militaire hongroise, en particulier les aristocrates hongrois francophones. Cette élite est présente dans plusieurs armées européennes, et elle est par conséquent dispersée. L’art militaire hongrois est identifié à l’art de la petite guerre (tactique à la hussarde) jusqu’à la fin du siècle, mais l’école hongroise de la petite guerre ne laisse pas beaucoup d’ouvrages à la postérité. Probablement pour des raisons de secrets militaires ou bien à cause du caractère insaisissable et souvent irrationnel de cette tactique, la littérature de la soi-disant « école hongroise de la petite guerre » reste quasiment inexistante. À part l’ouvrage souvent cité de Lajos Mihály Jeney, nous ne disposons pas d’autres traités militaires imprimés et rarement de manuscrits. En revanche, nous constatons l’existence de débats entre anciens et modernes dans les milieux militaires, comme les exemples de Rákóczi et ceux des aristocrates éclairés nous le montrent bien. Les observateurs étrangers portent un regard critique sur les conceptions traditionnelles de la défense hongroise, notamment sur l’état des forces militaires hongroises, en particulier sur le système de la levée en masse nobiliaire et toujours sur l’opposition acharnée des conservateurs. Il faudra attendre les défaites des guerres révolutionnaires et napoléoniennes, surtout la bataille néfaste de Raab, pour commencer une réflexion sérieuse sur la modernisation du système de défense hongroise. Avec les débats, les réformes et la création des nouvelles institutions, comme les gardes nobiliaires du prince Rákóczi et de Marie-Thérèse, les problèmes militaires concernent les aspects divers de la société hongroise à partir de la mise en cause du système féodal jusqu’à la modernisation de la langue. De cette manière, cette problématique devient un facteur important de l’identité nationale moderne dans laquelle nous pouvons retrouver les traces d’un rayonnement français indiscutable.

Notes

1 Notre titre s’inspire de celui d’un ouvrage militaire manuscrit en latin de Pál Esterházy, Mars Hungaricus, qui raconte les événements de la guerre turque de 1661-1664. Voir Esterházy P., Mars Hungaricus, Budapest, Iványi Emma, 1989.

2 Nous pensons surtout aux travaux de Messieurs Árpád Markó, Kálmán Benda, Béla Köpeczi et Jean Bérenger.

3 Voir à ce sujet Tóth I.G., Literacy and Written Culture in Early Modern Central Europe, Budapest, Central European University Press, 2000.

4 Parker G., La révolution militaire. La guerre et l’essor de l’Occident 1500-1800, Paris, Gallimard, 1993.

5 Bély L., Les relations internationales en Europe XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1992, p. 319-320.

6 Il s’agit du siège de Szigetvár en 1566.

7 Mémoire du maréchal de Bassompierre, dans Michaud J.-F. (dir.), Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de la France, 2e série, vol. VI, Paris, 1837, p. 10.

8 Sahin-Tóth P., « Amis ou ennemis ? Français en Hongrie pendant la guerre de Quinze Ans (1595-1606) », dans Tringli Z. et Tóth F. (dir.), Mille ans de contacts, t. II, Relations franco-hongroises de l’an mil à nos jours, Szombathely, Études Françaises de Szombathely, 2004, p. 21-40.

9 Voir à ce sujet Tóth F., Saint-Gotthard 1664. Une bataille européenne, Lavauzelle, Panazol, 2007.

10 Chaline O., Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005.

11 Zsolt T., Teleki Mihály, Erdély és a kurucmozgalom 1690-ig [Teleki Mihály, la Transylvanie et le mouvement kouroutz jusqu’en 1690], Budapest, 1972, p. 187-204.

12 Hudita J., Répertoire des documents concernant les négociations diplomatiques entre la France et la Transylvanie au XVIIe siècle (1636-1683), Paris, Gamber, 1926, p. 168.

13 De Warnery C.-E., Commentaires sur les commentaires du comte de Turpin sur Montecuculi, avec des anecdotes relatives à l’histoire militaire du siècle présent et des remarques sur Guibert et autres écrivains anciens et modernes, t. I, San Marino, 1777, p. 222.

14 Brigadier-général Le Maire L., Relation abrégée de ce qui s’est passé dans la guerre de Hongrie depuis le commencement de la campagne de 1705 jusqu’au mois de mars 1708, Paris, Honoré Champion (ss. dir. Jean Bérenger), 2007.

15 Bérenger J., « Un exemple de coopération militaire franco-hongroise : la mission du brigadier général Le Maire pendant la guerre d’indépendance de François II Rákóczi », dans Tringli Z. et Tóth F. (dir.), Mille ans de contacts, t. II, op. cit., p. 41-42.

16 Brigadier-général Le Maire L., Relation abrégée…, op. cit., p. 188-189.

17 Archives du ministère des Affaires étrangères, Correspondance Politique Hongrie, vol. 13, fol. 162-163.

18 Béla Z., « II. Rákóczi Ferenc könyvtára » [« La bibliothèque de François II Rákóczi »], Magyar Bibliofil Szemle, 1925-1926, p. 15-16.

19 Mémoires du prince François II Rákóczi sur la guerre de Hongrie depuis 1703 jusqu’à sa fin, Budapest, 1978, p. 77.

20 Voir Windisch Éva V., « Rákóczi Ferenc ismeretlen hadtudományi munkája » [« Un ouvrage militaire inconnu de François Rákóczi »], Irodalomtörténeti Közlemények, Budapest, 1953, p. 29-56, et De La Vallière F., Pratique et maximes de la guerre, Den Haag, 1693.

21 Charles Batthyány naquit le 28 avril 1698 à Rohonc (aujourd’hui Rechnitz en Autriche), comme troisième enfant du mariage de Charles Adam Batthyány avec Eléonore Strattmann. Il se distingua dans plusieurs guerres de son époque. Il participa aux combats de la guerre de reconquête du district de Temesvár en 1716-1718, notamment à Peterwardein et à Belgrade. À partir de 1723, il commanda le régiment de cuirassiers de Caraffa. En 1739, il fut nommé général de cavalerie et il commanda les troupes impériales dans plusieurs pays durant la guerre de Succession d’Autriche. Entre 1742 et 1756, il fut ban de Croatie. En 1748, l’Impératrice-reine Marie-Thérèse lui confia l’éducation de ses deux fils, le futur Joseph II et Léopold II. Avec le titre de « ayo », il était un des premiers aristocrates hongrois qui jouaient un rôle important dans la cour impériale.

22 Voir à ce sujet Ruzsa A., « Hadtudományi művek Batthyány Károly könyvtárában » [« Ouvrages militaires dans la bibliothèque de Charles Batthyány »], mémoire de fin d’études ss. dir. István Monok, Université de Szeged, 2002.

23 Grassi G., Opere di Raimondo Montecuccoli, Torino, 1821, 2 vol.

24 Voir à ce sujet Zachar J., Idegen hadakban [Dans des armées étrangères], Budapest, 1981.

25 Turpinde Crissé C., Essai sur l’art de la guerre, Paris, 1754, p. 149.

26 Zachar J., Idegen hadakban, op. cit., p. 113. Voir László J., « Magyar huszárok idegen nemzetek szolgálatában » [« Hussards hongrois au service des nations étrangères »], dans Ajtay E. et Péczeky L. (dir.), A magyar huszár [Le hussard hongrois], Budapest, 1936, p. 169-170.

27 SHAT, série MR 1730, fol. 1181.

28 Cité dans Boissau R., Ladislas Berchény, Magnat de Hongrie, Maréchal de France, Paris/Budapest/Szeged, 2006, p. 138.

29 de Jeney L.M., Le Partisan ou l’art de faire la petite guerre avec succès selon le génie de nos jours, Den Haag, 1759, p. 15. Hormis cet ouvrage imprimé, nous connaissons aussi un traité de la petite guerre rédigé par le comte Esterhazy L.V., Recueil de pièces concernant les guerres les services spéciaux et l’administration de l’armée française, t. I, 1674-1784, Bibliothèque de l’Arsenal, série Ms. 4518.

30 Sur sa vie, voir Mansel P., Le charmeur de l’Europe, Charles-Joseph de Ligne 1735-1814, Paris, Perrin, 1992.

31 Sur le séjour du comte Teleki en France, voir Gábor T. (dir.), Egy erdélyi gróf a felvilágosult Európában [Un comte transylvain dans l’Europe éclairée], Budapest, 1987, p. 158-208.

32 Szakály O., Egy vállalkozó főnemes. Vay Miklós báró (1756-1824) [Un aristocrate entrepreneur. Le baron Nicolas Vay], Budapest, 2003, p. 67-68.

33 Voir Traité de la tactique ou méthode artificielle pour l’ordonnance des troupes, Wien, 1769.

34 Voir sur sa vie Kotasek E., Feldmarschall Graf Lacy. Ein Leben für Österreichs Heer, Horn, 1956.

35 Kriegsarchiv (Wien), série Kriegswissenschaftliche Mémoires Abt. 22 : 4, Essay sur la Hongrie.

36 Ibid., p. 12.

37 Ibid., p. 13.

38 Thallóczy L., « Gróf Benyovszky Móricz haditengerészeti és kereskedelem-politikai tervei 1779-1781 » [« Les projets du comte Móricz Benyovszky concernant la marine et la politique commerciale 1779-1781 »], Gazdaságtörténelmi Szemle, Budapest, 1901, p. 321-376 et 385-409.

39 Magyar Hírmondó [Courrier Hongrois], t. IV, Wien, 1793, p. 231. Une partie de ses manuscrits sont conservés aux Archives de la Guerre de Vienne (Kriegsrachiv, série Kriegswissenschaftliche Mémoires - Verlassenschaft Turpin).

40 Voir à ce sujet Lenkefi F., Kakas a kasban. Francia hadifoglyok Magyarországon az első koalíciós háború idején (1793-1797) [Le coq dans la cage. Prisonniers français en Hongrie durant la guerre de la première coalition (1793-1797)], Budapest, 2000.

41 Ces mots militaires francisés seront successivement chassés du vocabulaire militaire hongrois par les linguistes puristes du début du XIXe siècle.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search