Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Première Partie. Armée et diplomatie française en Europe centrale

4. Les migrants militaires francophones au service de l’Empereur (fin xvie-moitié xixe siècle)

Olivier Chaline

Texte intégral

  • 1 Pour les Italiens, voir l’étude de Hanlon G., The Twilight of a Military Tradition. Italian Aristoc (...)

1Pendant des siècles, l’armée de l’Empereur s’est montrée très accueillante envers ceux qui venaient se mettre au service des Habsbourg, par conviction religieuse ou politique comme par volonté de se pousser dans le monde ou d’acquérir une formation militaire. Les Italiens et les Allemands, originaires de terres d’Empire mais pas directement sous l’autorité de Vienne, vinrent en nombre1. Les Irlandais eurent aussi leur heure de gloire. Il y eut également un courant plus durable et non-négligeable de francophones : Français mais aussi Lorrains et habitants du Cercle de Bourgogne (Comtois et Wallons). Il est important de ne pas se limiter aux seuls Français, car ce serait manquer une dimension majeure de ce phénomène migratoire. La langue et la culture comptent ici davantage que l’origine et il serait étrange de ne prendre en compte les Lorrains que lorsqu’ils deviennent sujets de Stanislas puis de Louis XV. Ce serait oublier que la Lorraine était terre d’Empire, que ses ducs ont trouvé refuge à la Cour de Vienne et que l’un d’eux a épousé l’héritière autrichienne, fondant la dynastie des Habsbourg-Lorraine.

2De la guerre de Rodolphe II contre les Turcs (1593-1606) aux luttes armées nées des révolutions de 1848, ces francophones ont servi un maître qui, pour les uns, était leur suzerain ou leur souverain, et pour les autres, l’allié de leur prince ou l’ennemi de leurs ennemis, ceux-ci étant parfois leurs compatriotes. Précisons qu’il n’existe aucune synthèse sur cette forme de migration militaire dont bien des aspects restent encore tout simplement à étudier. La fréquente hostilité entre les Habsbourg et la France comme les nationalismes des deux derniers siècles n’ont pas incité à envisager ce que la monarchie autrichienne pouvait devoir à ces hommes. Ajoutons-y la difficulté propre à l’étude des migrations de tenir ensemble point de départ, filières et lieux d’arrivée. Quelques grandes figures, telles celle du prince Eugène, un Franco-italien, ou celle du prince de Ligne, un francophone cosmopolite des Pays-Bas, masquent la diversité et la complexité d’une foule de professionnels ou d’intermittents de la guerre qui compte davantage d’obscurs et de sans grade que de célébrités. Par conséquent, mon propos sera de dresser une esquisse sur une longue durée à partir de l’état actuel de nos connaissances. Il faut commencer par se demander pourquoi ces hommes ont choisi de servir l’Empereur, ce qui conduit à examiner qui ils étaient pour enfin évaluer quel fut leur apport à la Monarchie.

Pourquoi l’Empereur ?

  • 2 Le Lorrain émigré Georges de Raigecourt est ainsi fusillé en 1794 par les troupes révolutionnaires (...)

3Servir dans l’armée de l’Empereur quand on est francophone renvoie à des motivations très diverses, selon qu’on a ou non, au départ, un lien avec la Maison d’Autriche. La situation n’est pas la même si on vient d’un territoire francophone d’Empire (et qu’on est, au XVIIe siècle, sujet wallon ou comtois du monarque espagnol ou encore lorrain, fidèle à la dynastie ducale et attaché au Saint-Empire, si on est au XVIIIe siècle natif des Pays-Bas devenus autrichiens ou originaire de Lorraine pas encore intégrée à la France), que si on est Français. Dans ce cas, il faut distinguer les périodes de rivalité et de guerre de celles, plus rares, d’alliance. Mais il est important, pour notre sujet, de rappeler que ce fut quand même le cas de 1756 à 1792. Certains départs sont une modalité normale et honorable du service du prince, d’autres sont prohibés par le pouvoir en place et doivent se faire clandestinement, aux risques et périls du migrant, voire de sa famille restée au pays2. Les migrations militaires francophones sont faites de ces multiples ruisseaux qui, à un moment et depuis un endroit donnés, peuvent s’enfler rapidement mais aussi retomber très vite. Elles relèvent de trois grandes séries de motivations qui peuvent se superposer.

Le service du prince

  • 3 On trouvera plusieurs exemples dans les notices rédigées par Englebert G., Wallonen in kaiserlichen (...)
  • 4 Sahin-Tóth P., La France et les Français face à la « longue guerre de Hongrie » (15911606), thèse m (...)
  • 5 Ibid., p. 198-199 et 203. Voir aussi en annexe p. 619-627, sur la liste des troupes « françaises » (...)

4Pour mener ses guerres, la Monarchie a recruté des soldats professionnels sur le marché européen des mercenaires. Certains d’entre eux se sont trouvés être des francophones, Français ou non. Servir son prince est le fait des sujets francophones des Habsbourg au premier rang desquels se situent les Wallons aux XVIIe et XVIIIe siècles3. L’Empereur est soit un employeur appartenant à l’autre branche de la Maison d’Autriche, soit le souverain naturel à partir des traités de 1713-1714. Les premières troupes dites wallonnes à servir dans la Monarchie autrichienne sont celles venues en 1595 pour la guerre turque de Rodolphe II sous le commandement du comte de Mansfeld4. Elles ouvrent la voie à un courant durable et important fait de soldats, mais aussi d’ingénieurs et d’artilleurs. Encore convient-il de remarquer, à la suite de Péter Sahin-Tóth, que la nationalité d’une unité au tournant des XVIe et XVIIe siècles est davantage une question d’équipement et de caractéristiques tactiques que de communauté d’origine ou de langue. Aussi ne doit-on pas s’étonner qu’en 1600 un document émanant du Conseil de Guerre puisse parler de « franczösische Italiani »5.

  • 6 Blanchard A., Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691-1791, Montpellier, Centre d’histoire mili (...)
  • 7 Nardin M., Gribeauval, lieutenant général des armées du roi (1715-1789), Paris, Fondation pour les (...)
  • 8 Cocula A.-M. (éd.), Mémoires de M. de La Colonie, « Le temps retrouvé », Paris, Mercure de France, (...)

5Dans certaines circonstances, on rencontre des Français envoyés officiellement par le Roi de France, allié de l’Autriche. En 1664, Louis XIV envoie, via la Ligue du Rhin, le corps de M. de Coligny qui s’est illustré à Szent Gotthard contre les Turcs. Cet épisode spectaculaire mais limité dans le temps diffère de l’envoi d’officiers et d’ingénieurs militaires après le renversement des alliances de 1756. C’est alors une véritable mission militaire qui est dirigée par M. de Riverson entre 1757 et 17596. Ses membres ont contribué à diffuser l’art de la fortification selon Vauban. Mais inversement, c’est en Autriche que Gribeauval s’est formé7. Signalons aussi le cas exceptionnel de M. de la Colonie, passé du temps de Louis XIV au service de l’Électeur de Bavière, allié du Roi. Lorsque Maximilien-Emmanuel de Bavière envoya des troupes pour lutter contre les Turcs aux côtés de son suzerain (et ancien ennemi) l’Empereur Charles VI, M. de la Colonie prit part au siège de Belgrade en 17178. Il illustre à sa manière les chances que peuvent saisir en Europe centrale des francophones avisés : rien n’avait semblé prédestiner ce petit noble périgourdin à devenir maréchal de camp des armées de l’Électeur de Bavière et à s’illustrer contre les Turcs.

Un monde encore ouvert

  • 9 Voir les Mémoires du comte Gaspard de Chavagnac, d’après l’édition originale de 1699 éditée par J. (...)
  • 10 On se reportera à la notice qui lui a été consacrée sur le site du Kriegsarchiv (http://www.kukwehr (...)

6Le service de l’Empereur offre de réelles possibilités de promotion. Il y a des places à occuper, mais aussi des rivalités à endurer. À Gaspard de Chavagnac qui a quitté la France de la Fronde, la Cour impériale offre une nouvelle chance9. Mais il serait vain de penser compter nécessairement sur les compatriotes déjà présents sur place : l’animosité de Jean-Louis Raduit de Souches ne tarde pas à se manifester. Certains parviennent à de belles réussites, devenant membres voire présidents du Hofkriegsrat. Le comte Florimond Claudius de Mercy (1666-1734), d’origine lorraine, reçoit de Charles VI le gouvernement du Banat conquis sur les Turcs et qu’il doit désormais coloniser. La faveur impériale lui permet d’être élevé au rang de baron du Saint-Empire10.

7Mais tout le monde n’entend pas partir définitivement. La tradition du voyage aristocratique est bien ancrée et elle permet d’aller apprendre le métier des armes en s’illustrant au service de l’Empereur. Il est instructif mais aussi valorisant de faire la guerre contre le Turc, voire le protestant au début de la guerre de Trente Ans. Le futur maréchal de Villars est ainsi allé compléter sa formation en Hongrie, tout en surveillant l’Électeur de Bavière.

  • 11 Taveneaux R., « La Lorraine, les Habsbourg et l’Europe », dans Bled J.-P., Faucher E. et Taveneaux (...)
  • 12 Roy P., Louis XIV et le second siège de Vienne, Paris, Honoré Champion, 1999.
  • 13 Sahin-Toth P., La France et les Français…, op. cit., p. 287-310.

8La défense de la chrétienté est une motivation tout à fait honorable pour un jeune homme bien né, aussi bien au début du XVIIe siècle qu’en 1664, ou encore à partir de 168311. Mais l’idéal de croisade, qui n’est pas encore mort dans la noblesse française, peut entrer en conflit avec la politique royale qui conserve le Turc comme allié12. Il y a du côté de la monarchie autrichienne une frontière encore ouverte pour tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ne veulent se plier ni à l’ordre monarchique tel qu’il triomphe en France avec les Bourbons, ni aux choix de politique étrangère du Très Chrétien. Certains partent avec l’approbation tacite du monarque, trop heureux de se défaire de leur encombrante présence : tel est le cas du duc de Mercœur (1558-1602) de la Maison de Lorraine, l’ultime adversaire d’Henri IV en Bretagne dont il fut le gouverneur13. D’autres enfreignent résolument les ordres du roi. Tous les chemins ne mènent pas à l’Empereur mais bien des motivations peuvent y conduire, dont l’impossibilité de rester plus longtemps dans sa patrie sans risquer d’y laisser son honneur ou tout simplement sa vie.

L’exil et le refuge

  • 14 Englebert G., « Les Lorrains dans les armées impériales (XVIIIe et XIXe siècles) », dans Bled J.-P. (...)

9Il y a d’abord des francophones chassés par les Français, ainsi les Lorrains au XVIIe lorsque le duché est dépecé et occupé14. Charles IV doit quitter ses États en 1634 et l’autorité ducale n’est vraiment rétablie sur ce qui reste des duchés lorrains qu’en 1687. Les Wallons connaissent une expérience comparable lors des guerres de la Révolution et de l’Empire, avec cette différence que François Ier ne retrouva pas ses territoires des Pays-Bas lors du Congrès de Vienne. Il semble avoir éprouvé du regret de perdre des sujets qu’il tenait pour fidèles. Certains des officiers à son service rentrèrent au pays à partir de 1809 pour y sauver leurs biens du séquestre et de l’aliénation. Pour d’autres, l’installation en Autriche fut définitive.

  • 15 Son destin étant illustre, je me contenterai d’indiquer sa biographie la plus complète due à Brauba (...)
  • 16 Sur ce personnage, voir la communication de Klapka P., Jean-Louis Ratuit de Souches. Un Rochelais a (...)
  • 17 Baury R., La maison de Bonneval. Destin et fortune d’un lignage de la « noblesse seconde » des guer (...)
  • 18 Blanchard A., Dictionnaire des ingénieurs militaires…, op. cit., p. 18-19.

10Mais des Français mécontents estimant ne plus avoir d’avenir en France ont pensé qu’un autre les attendait au service du Habsbourg. Il suffisait d’être mal vu du roi, en mauvais termes avec un ministre ou un grand chef militaire. Petit abbé et docteur de Sorbonne à la personnalité peu prometteuse, le prince Eugène de Savoie fut le plus fameux de tous ces transfuges15. Pour certains, l’idéal nobiliaire s’avérait incompatible avec la raison d’État. Pour d’autres, des péripéties individuelles les acculaient au départ. Il en résulta des trajectoires inattendues. Jean-Louis Raduit de Souches, huguenot de La Rochelle, quittant sa ville après le grand siège de 1627-1628, alla se mettre au service de la Suède, puis s’y fit des ennemis et n’eut d’autre choix que de passer à l’Empereur pour qui il défendit avec succès la ville de Brno en 1645. Il mena les troupes impériales contre les Français en 1674 aux Pays-Bas et en revint avec la dévotion à Notre-Dame de Foy dont il répandit l’image sur ses seigneuries moraves16. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, le destin du comte de Bonneval n’est pas moins étonnant : quittant l’armée de Louis XIV pour celle de Léopold, il y fait campagne auprès du prince Eugène de Savoie pour ensuite se fâcher avec celui-ci et passer aux Turcs qu’il avait combattus. Bonneval Pacha fut l’artisan du renouveau militaire ottoman des années 173017. Plus modeste et moins fameux, l’ingénieur Jean d’Arnal (1729-1793) était issu d’une famille cévenole protestante qui avait abjuré sous Louis XIV. À cause d’un mariage jugé peu convenable, il fut obligé de se retirer de l’armée en 1766. Mais le service de Marie-Thérèse lui offrit une occasion d’aller vers des sommets qu’il n’aurait jamais pu atteindre en France. Il se distingua pendant la guerre austro-turque, contribuant à la prise de Belgrade. Très apprécié du prince de Ligne, il reçut l’ordre de Marie-Thérèse en 1790, fut nommé directeur des fortifications des Pays-Bas, puis fut chargé de former l’archiduc Charles. Il mourut en 1793 baron du Saint-Empire18.

  • 19 Le prince Louis de Rohan-Guémenée (1766-1846) semble avoir émigré en 1789. Nommé colonel en 1794, i (...)
  • 20 Voir la notice qui lui est consacrée dans l’Österreichisches biographisches Lexikon 1815-1850, t. I (...)
  • 21 Figeac M., Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ou (...)
  • 22 Voir Bled J.-P., François-Joseph, Paris, Fayard, 1987, p. 14-21.
  • 23 De Pimodan G., Souvenirs des campagnes d’Italie et de Hongrie, Paris, Dentu, 1861 (introduction par (...)

11À cette date, arrivaient de France des émigrés hostiles à la Révolution. Ils avaient été précédés par une des branches des Rohan quelques années plus tôt19. Pas très bien vus au départ, les émigrés prirent du service dans les armées impériales contre leurs compatriotes. Tel fut le cas en 1793 d’un officier des vaisseaux qui avait derrière lui quinze années de service dans la Marine, Louis-Charles Folliot de Crenneville (1763-1840). En 1814, il fut décoré pour son rôle lors de la prise de Paris20. Certains des émigrés firent souche. J’eus ainsi la surprise d’avoir un jour pour voisin dans un train autrichien un officier en tenue dont le nom était Ségur-Cabanac. Ses ancêtres avaient vécu en Guyenne jusqu’à la Révolution21. Parfois, la postérité des émigrés se partagea entre la France et la nouvelle patrie22. Après la chute des Bourbons en 1830, la Monarchie vit arriver des serviteurs sans maître qui refusaient l’Orléans tenu pour usurpateur. Quelques-uns servirent la dynastie contre Italiens et Hongrois en 1848-1849, tel le marquis de Pimodan23. L’Autriche apparaissait comme le bastion ultime de la légitimité.

Qui migre ?

12Le dénombrement est encore impossible. Les jeunes nobles volontaires sont parfois difficiles à repérer, justement parce que nous avons affaire à des « auditeurs libres » rejoignant l’armée impériale pour une campagne ou moins. Bien perceptible à l’époque de la guerre de Trente Ans, ce phénomène a certainement duré plus longtemps. Lors du siège de Vienne en 1683, l’envoyé français dresse des listes de ceux qui sont venus au secours de l’Empereur. Il est davantage possible d’énumérer ceux qui servent dans un corps, même s’ils y restent plus ou moins longtemps. Pourtant, les hommes du rang n’apparaissent que de manière indirecte et fugitive pour les unités wallonnes du XVIIe siècle. Il faut attendre le siècle suivant pour un meilleur enregistrement des soldats et aussi des unités plus durables.

  • 24 On se reportera à la thèse déjà citée du regretté Sahin-Tóth P. ainsi qu’à son article « Expier sa (...)
  • 25 Tapié V.-L., La politique étrangère française et le début de la guerre de Trente Ans (1616-1621), P (...)

13S’il n’est guère possible de donner des chiffres, on peut du moins indiquer des périodes d’afflux. Des volontaires et des recrues sont venus pour la guerre de Hongrie de Rodolphe II : la paix revient alors en France après les guerres de religion et Henri IV n’est pas fâché de voir partir d’anciens Ligueurs24. Le début de la guerre de Bohême en 1618-1619 correspond aussi à une conjoncture politique favorable : il y a d’une part la trêve de 1609 aux Pays-Bas qui ne doit expirer qu’en 1621, et d’autre part l’orientation de la politique française de Louis XIII et du duc de Luynes favorable à la branche impériale des Habsbourg25. Mais à partir du début des années 1630, la Lorraine puis le Cercle de Bourgogne se trouvent aux prises avec les Français. De nouvelles arrivées de francophones ont lieu en 1664 avec l’envoi d’un corps français contre les Turcs. Le siège de Vienne de 1683 puis la reconquête de la Hongrie créent un nouvel afflux. Une fois l’autorité impériale établie à Bruxelles par les traités de 1713-1714, les Wallons servent la dynastie au moins jusqu’à la révolution de Brabant, voire bien plus longtemps. La Révolution française jette sur les routes en direction de Vienne certains des émigrés français. Enfin, l’ultime vague est le fait des légitimistes après 1830.

  • 26 Encore faut-il noter que certains nobles ont pu servir comme simples soldats, au moins au début de (...)

14La diversité sociale est grande, nourrie aussi bien par le mercenariat que par le voyage aristocratique ou encore l’exil. Il y a d’abord les soldats qui s’engagent dans les régiments levés aux Pays-Bas ou en Lorraine. Leurs origines exactes, tant géographiques que sociales, nous échappent dans la plupart des cas, mais elles sont vraisemblablement modestes26. On peut aussi leur ajouter des Savoyards francophones.

  • 27 On peut en donner deux exemples, le Normand Nicolas de Prunelé, baron d’Esneval (voir Bouchez G. et (...)
  • 28 Voir Roujon J., Conti, l’ennemi de Louis XIV, Paris, Fayard, 1941, p. 67-90. Ils n’osèrent pas alle (...)

15Il y a ensuite la noblesse provinciale, comme dans le cas des volontaires français qui partent en Bohême en 1619 et 162027. Il en va de même pour des familles des Pays-Bas au XVIIIe siècle, telles que les d’Harnoncourt ou les Baillet de Latour, issues on l’a vu de Lorraine belge. La principauté de Liège a pu aussi donner des serviteurs aux Habsbourg ; ainsi les comtes d’Argenteau. À un niveau plus élevé, on remarque les grands seigneurs des Pays-Bas, dans l’armée du Roi catholique au XVIIe siècle, dans celle de l’Empereur ensuite. Ils y possèdent des régiments qu’ils commandent parfois eux-mêmes. Les princes de Mérode et ceux de Ligne, les ducs d’Ursel et d’Arenberg appartiennent à cette internationale bien née qui se déploie ici à l’articulation de l’Espagne, de la France et de la Monarchie autrichienne. Elle compte aussi plusieurs membres de familles régnantes. Parents des ducs de Lorraine, les Guise sont représentés par le duc de Mercœur au tout début du XVIIe siècle. D’une autre branche de la Maison de Lorraine, il y eut dans la seconde moitié du siècle le prince de Commercy. La Maison de Savoie a donné le prince Eugène. Dans les deux cas, il s’agit de familles princières d’Empire. Mais il y a aussi des proches de Louis XIV qui sont partis pour rejoindre l’armée impériale au mépris de la volonté du roi. En 1685, des neveux de Condé, les princes de Conti et de La Roche-sur-Yon, demandent en même temps que le prince de Turenne la permission d’aller servir dans l’armée de Jean Sobieski. Louis XIV est mécontent mais il leur accorde l’autorisation demandée, leur enjoignant seulement de ne pas rejoindre le prince Eugène et le prince de Commercy. Mais cet exemple menace d’être imité par d’autres jeunes courtisans, si bien que le roi, à son coucher, énonce bientôt une interdiction générale. Le trio s’enfuit en hâte et gagne Vienne puis l’armée impériale de Charles de Lorraine28.

  • 29 Nouzille J., « Charles V de Lorraine, les Habsbourg et la guerre contre les Turcs de 1683 à 1697 », (...)

16Au sommet de l’échelle sociale des francophones au service de l’Empereur se trouvait un prince régnant, mais en exil, le duc de Lorraine. Charles IV (1624-1675) puis Charles V (1675-1690) furent des « entrepreneurs de guerre », selon la terminologie de Fritz Redlich. Moins fameux que le prince Eugène de Savoie dans les décennies suivantes, Charles V rendit pourtant de très grands services aux Habsbourg. C’est lui qui défendit Vienne en 1683 et prit Buda en 1686. Il épousa l’archiduchesse Éléonore Marie, sœur de Léopold Ier et veuve du roi de Pologne Michel Wisniowiecki29. Avec lui, on put parler d’une véritable filière lorraine conduisant à l’armée de l’Empereur.

Filières

  • 30 La chancellerie militaire de Buquoy nous est largement parvenue, dans le fonds familial Buquoy à Tř (...)
  • 31 À certaines époques, les troupes « françaises » n’eurent pas du tout bonne réputation. Ce fut le ca (...)

17Bien des chemins conduisent au service de l’Empereur. Une lettre de recommandation peut s’avérer la meilleure introduction pour un jeune homme avide de gloire. Ainsi, au début de la guerre de Trente Ans, la correspondance militaire du comte de Buquoy comporte de telles missives signées aussi bien par Anne d’Autriche, la reine de France, que par les archiducs régnant à Bruxelles, au profit de nobles français ou wallons30. Du côté des compatriotes déjà présents sur place, on peut s’attendre au meilleur comme au pire. Voir arriver d’autres francophones risque d’apparaître davantage comme une menace que comme une aide. Les liens de parenté peuvent jouer en faveur des nouveaux venus. Ceux-ci doivent toutefois se faire une place dans un univers traversé de rivalités, non seulement entre gens de même provenance géographique ou linguistique mais encore entre groupes rivaux. Il leur faut aussi compter avec l’hostilité des Allemands ou des Italiens31.

  • 32 Le comte d’Herbeville, qui fut commandant en chef en Hongrie en 1705, appartenait à l’entourage du (...)
  • 33 Blanchard A., Dictionnaire des ingénieurs militaires…, op. cit., p. 417-418 et 381-382.

18Quelques filières peuvent être mises en évidence. La première tient à la notion de légitimité et de fidélité envers celui qu’on tient pour son seul véritable suzerain. On ira ainsi partager l’exil du prince. Tel est le cas des Lorrains qui gagnent Vienne dans la seconde moitié du XVIIe siècle32. Au siècle suivant, sans même attendre le renversement des Alliances de 1756, certains lignages se répartissent entre Versailles et Vienne. Bien plus tard, le même souci de fidélité envers les « lys en exil » (selon la formule de Jean-Paul Bled) put conduire jusqu’au Château de Prague, et parfois vers une place d’officier dans l’armée impériale. Une autre filière, bien moins institutionnelle, tient tout simplement au prestige de certains grands nobles qui attiraient à leur suite des jeunes gens bien nés. Le prince de Conti entraîna plusieurs courtisans avec lui. Sous Louis XIV encore, un tel phénomène échappait, pour une part, au contrôle du roi lui-même. Ces départs de volontaires vers l’étranger pour telle ou telle cause furent fréquents dans l’histoire de la France moderne, jusqu’à l’époque de Lafayette. La présence de ces intermittents de la guerre, avides de prouesses mais peu enclins à l’obéissance, devenait aisément une source de problèmes pour les généraux impériaux et pas seulement pour le roi de France. À ces deux filières de longue durée, même si elles étaient parfois intermittentes, il faut en ajouter une plus circonscrite dans le temps, la coopération militaire avec l’allié autrichien pendant la guerre de Sept Ans et après. C’est dans ce cadre très officiel que partirent quelques ingénieurs militaires tels que Louis Mathieu de Lambert (1709-1772) et Louis François Jamin d’Auteville (1726-1764), qu’on retrouve au siège d’Olomouc pour le premier, à celui de Schweidnitz, ou encore à la bataille de Breslau33.

  • 34 Hennequin de Villermont A.C., Tilly ou la guerre de Trente Ans de 1618 à 1632, t. I, Paris/Tournai, (...)

19De telles filières s’ajoutaient aux circuits qui étaient ceux du mercenariat international34. Le recrutement de la main-d’œuvre militaire s’effectuait selon les lois de l’offre et de la demande. Concernant des francophones, Français, Wallons, Lorrains ou Comtois, il était mené dans un vaste espace « lotharingien » qui s’étendait de la Franche-Comté à la mer du Nord d’une part, et à la moyenne vallée du Rhin de l’autre. Les levées de troupes, réalisées par des capitaines, ne se faisaient pas que dans les territoires des seules puissances rivales. Les zones neutres s’avéraient propices au recrutement, telles la principauté de Liège ou les domaines de l’évêque de Strasbourg. C’est donc, sur plusieurs siècles, un flux continu de soldats et d’officiers francophones qui prit du service chez l’Empereur, lui apportant une aide précieuse, souvent encore sous-évaluée par l’historiographie.

Quel apport ?

  • 35 Leur irruption en armes à la Hofburg n’était pas la conséquence d’un ordre de l’Empereur. Elle n’en (...)
  • 36 Dampierre attend encore son historien. On ne dispose sur lui que du travail ancien d’Edler von Jank (...)

20C’est largement à des gens de guerre francophones et catholiques que la dynastie dut son salut en 1618-1621 face aux ordres protestants révoltés. Il faut tout d’abord rappeler l’existence d’un Français méconnu : le comte Henri de Dampierre, Champenois mort pour l’Empereur. Né en 1580 au château de Hans (à l’ouest de Sainte-Menehould), il entra dès 1602 au service de l’Empereur, combattant en Transylvanie sous les ordres du général Basta. En 1605, il fut gouverneur d’Esztergom, qu’il dut remettre aux Turcs à cause de la mutinerie de ses troupes. Mais on ne lui en tint pas rigueur et il entra au Conseil de Guerre en 1613 tout en étant colonel. Il reprend du service en 1616-1617 à la tête d’un régiment de Rasciens (Serbes orthodoxes) lors de la guerre de Gradisca contre Venise. Mais c’est surtout lors de la guerre de Bohême qu’il accède à des commandements de premier plan, même s’il est rapidement subordonné au comte de Buquoy. Ce sont ses cuirassiers qui, le 5 juin 1619, conduits par le capitaine comte de Saint-Hilaire, entrent dans Vienne pour dégager Ferdinand II en pourparlers difficiles avec les États de Basse-Autriche qui tentaient de lui arracher la reconnaissance du protestantisme35. Il connut une alternance de succès et de revers en Bohême du Sud et en Moravie, mais sans jamais être anéanti. À l’automne 1620, il opérait contre Gabriel Bethlen dans les parages immédiats de Presbourg lorsqu’il fut tué devant les murs de la ville le 9 octobre. Sa dépouille fut remise à l’envoyé du roi de France à Vienne36.

  • 37 En attendant la biographie que je prépare sur lui, on peut se reporter aux travaux suivants : Rahle (...)

21Un autre général, un peu moins oublié, joua un rôle de premier plan : Charles Bonaventure de Longueval, comte de Buquoy (1571-1621)37. Né à Arras, orphelin à dix ans d’un père tué dans l’armée espagnole de Flandre au siège de Tournai, il fit ses débuts à la guerre sous la protection d’Alexandre Farnèse. Il bénéficia ensuite de la faveur de l’archiduc Albert et du général génois Ambrogio Spinola. Lorsque survint aux Pays-Bas la trêve de Douze Ans en 1609, Buquoy était un général d’artillerie renommé et bien en cour auprès des Archiducs. Il inspirait aussi confiance aux Espagnols. Albert l’envoya en mission diplomatique auprès de son frère l’Empereur Mathias en 1614. Celui-ci, souhaitant s’attacher le général artésien, lui délivra une commission d’Obristfeldmarchall en prévision d’une campagne contre la Transylvanie qui n’eut jamais lieu. Mais avec le consentement de Madrid et de Bruxelles, Buquoy demeura en lien avec Mathias. Ce qui ne tirait pas encore à conséquence prit une tout autre signification quand, à l’été 1618, l’Empereur fit appel au général pour lui confier les maigres troupes qu’il pouvait aligner grâce à l’ambassadeur espagnol contre les rebelles de Bohême. En septembre, il était déjà trop tard pour venir à bout de ceux-ci. Mais Buquoy put du moins sauver la place forte de Budweis en Bohême du Sud. L’année suivante, Ferdinand II le nomma Generaloberstleutnant. Bien conscient de disposer de forces irremplaçables et capables de s’adapter à un terrain complètement différent des Pays-Bas, Buquoy sut éviter la catastrophe. Il ne subit aucun échec irréparable et fit face, tant bien que mal, à l’élargissement de la rébellion devenue une véritable confédération des ordres protestants rassemblant Bohême, Silésie, Moravie, Haute-Autriche et Hongrie. Pour le récompenser et le dédommager des dépenses faites pour lui, Ferdinand II lui accorda en février 1620 des domaines de Bohême du Sud, confisqués à des nobles rebelles. À partir de l’été 1620, Buquoy fut obligé de faire campagne conjointement avec les forces de la Ligue catholique conduites par Maximilien de Bavière et Tilly, avec qui les relations furent rapidement tendues. Partisan de la prudence et soucieux d’épargner la vie de ses hommes, Buquoy était hostile à l’idée de livrer bataille devant Prague. Il eût préféré attendre la mutinerie de l’armée adverse, mais le Bavarois fut à même d’imposer la bataille décisive qui lui permettrait de réclamer la dignité électorale de son cousin et rival palatin. Aussi bien auréolé du prestige de la victoire qu’en butte aux attaques des polémistes bavarois, Buquoy apparut comme le champion de la cause impériale. Il mourut dans des circonstances obscures, le 10 juillet 1621, devant Neuhäusel, en Haute-Hongrie.

22Buquoy ne fut pas seul. Il fut peu à peu rejoint en Bohême par des compatriotes qui formèrent des unités wallonnes soldées par l’Espagne et mises à la disposition de la branche impériale de la Maison d’Autriche. Les quelques troupes disponibles à l’automne 1618 furent substantiellement accrues par la levée de 5 000 hommes effectuée aux Pays-Bas au printemps suivant. Il y eut au total environ 8 000 Wallons combattant en Bohême et en Autriche. Il n’est pas exagéré de dire qu’ils formèrent l’armature des forces impériales dont ils composèrent une bonne moitié en 1619. Sans eux, les Habsbourg eussent été balayés. Buquoy put compter sur eux en toute circonstance. Leurs opérations furent suivies avec beaucoup de soin aux Pays-Bas mais aussi en France. L’annonce de la Montagne Blanche suscita une véritable liesse à Bruxelles et à Anvers.

23Ainsi, des francophones avaient sauvé la Monarchie. En la personne du duc de Lorraine, ils eurent encore part au dégagement de Vienne en 1683. Notons enfin que c’est ce même Charles V qui propulsa auprès de l’Empereur le capucin italien Marco d’Aviano qui fit tant pour pousser Léopold Ier à reconquérir la Hongrie.

  • 38 Braubach M., Prinz Eugen von Savoyen…, op. cit., t. V, p. 173-180. Voir aussi Chaline O., « La gloi (...)

24L’apport des gens de guerre francophones se mesure encore dans un autre domaine. Ils ont contribué d’une manière décisive à l’implantation de la culture française à Vienne au cours du XVIIIe siècle. Le prince Eugène, ce Franco-italien qui signait « Eugenio von Savoye », tint au palais du Belvédère une cour qui contribua à acclimater le français dans une capitale où cette langue était connue mais peu goûtée de la dynastie. Il protégea notamment le poète Jean-Baptiste Rousseau (1670-1741). Celui-ci, banni de France en 1710 à cause de vers satiriques qu’on lui attribuait, trouva refuge dans les cantons suisses. L’ambassadeur de Louis XIV, le comte du Luc, le prit sous sa protection et l’emmena avec lui à Vienne en 1715 quand il y fut envoyé pour explorer les voies d’un possible rapprochement franco-impérial. C’est alors que Rousseau fit la connaissance du prince Eugène dont il célébra bientôt en vers « la vertu, la sagesse et l’amour des beaux arts [qui] firent les fondements de sa gloire suprême »38.

  • 39 Urbanski H., « Le prince Charles de Lorraine », dans Bled J.-P., Faucher E. et Taveneaux R. (éds.),(...)

25Au moment où s’éteignit Eugène de Savoie en 1736, les princes de Lorraine étaient sur le point de reprendre le flambeau de la culture française. La même année vit disparaître ce transfuge de la Cour de Louis XIV et s’unir le duc François-Étienne et l’archiduchesse Marie-Thérèse. À ce premier mariage s’en ajouta un second en 1744, celui du frère cadet de François-Étienne, Charles-Alexandre, avec la sœur cadette de Marie-Thérèse, l’archiduchesse Marie-Anne. Avec les frères Lorraine, la culture française eut véritablement droit de cité à la Cour de Vienne. Le français était désormais une des langues des pays de la dynastie et bientôt celle du nouvel allié continental de la Monarchie. Une fois clos l’épisode fâcheux de la Succession d’Autriche, il y eut de 1745 à 1765 avec François-Étienne un francophone Empereur39. Ni lui-même, ni son frère cadet ne furent de grands capitaines. Mais grâce à François-Étienne, la perpétuation de la Maison d’Autriche, devenue celle de Habsbourg-Lorraine, ne fut plus jamais une source d’inquiétude. Avec une abondante progéniture, l’avenir était assuré. Charles-Alexandre, envoyé gouverner les Pays-Bas, s’acquitta fort honorablement de sa tâche et contribua à affermir les liens entre les provinces belges et Vienne.

  • 40 Mansel P., Le Prince de Ligne, le charmeur de l’Europe (1735-1814), traduction française, 1992, voi (...)

26Les deux Cours de Vienne et de Versailles ne furent pas liées que par le traité de 1756 et par le mariage de l’archiduchesse Marie-Antoinette en 1770. Volontairement ou non, plusieurs grands nobles contribuèrent à les rapprocher. Le plus fameux de tous fut le prince Charles-Joseph de Ligne (1735-1814), archétype de l’aristocrate cosmopolite du XVIIIe siècle40. On connaît moins sa carrière militaire. Fils d’un feld-maréchal, il prit une part active à la guerre de Sept Ans. Major en 1757, il est colonel en 1759, feld-maréchal lieutenant en 1771, feld-maréchal en 1808. Ayant ses terres aux Pays-Bas, non loin de la France, il est assidu à la Cour de France. Ses mots d’esprit font le tour de l’Europe d’avant la Révolution. Il jette ses derniers feux avec un talent de société consommé lors du Congrès de Vienne. Moins fameux, Charles-Eugène de Lorraine (1751-1825), duc d’Elbeuf et prince de Lambesc, n’est passé à la postérité que pour la charge de ses cavaliers du Royal-Allemand contre la foule parisienne, le 12 juillet 1789. Mais on oublie à quelle famille appartenait ce grand écuyer de France, qui émigra rapidement à Vienne, y prit du service dans l’armée impériale, devint capitaine de la Garde des Archers et fut enterré dans la cathédrale Saint-Étienne.

  • 41 Ils apparaissent dans le dictionnaire biographique dû à Heckenast G., Ki kicsoda a Rákócziszabadság (...)

27Les francophones ont fourni, au cours d’un long XVIIIe siècle, la moins étudiée des pépinières de gens de guerre de l’Empereur. Il y eut d’abord des Français pour combattre Rákóczi. En Hongrie et en Transylvanie s’affrontèrent agents de Louis XIV et transfuges français41. Ayant dû quitter la France pour s’être intéressé de trop près à la femme du Grand Condé, Jean-Louis comte de Bussy-Rabutin (1642-1716) fit une très belle carrière au service des Habsbourg. Il fut nommé feld-maréchal en 1704 et s’avéra un adversaire particulièrement tenace pour les Hongrois partisans de Rákóczi. Il combattit aux côtés de Lorrains, tels que les comtes d’Herbeville ou de Steinville.

  • 42 En plus du catalogue d’exposition déjà signalé, on peut désormais recourir aux précieuses notices b (...)
  • 43 Blanchard A., Dictionnaire des ingénieurs militaires…, op. cit., p. 52-53, et Kupka V., Stavitelé, (...)
  • 44 Blanchard A., op. cit., p. 246, et Kup k a V., op. cit., p. 289-292.

28Pour défendre ses possessions, Marie-Thérèse put compter sur les régiments wallons, notamment sur les cavaliers qui s’illustrèrent à Kolin le 18 juin 1757, sur le dévouement enthousiaste du prince de Ligne, mais aussi d’autres jeunes officiers qui, devenus généraux, combattirent ensuite la Révolution42. L’Impératrice-reine eut également à son service des ingénieurs militaires d’origine française après 1756, mais aussi lorraine ou wallonne. Le cas de Pierre-Philippe Béchade de Rochepine (1694-1776) présente une trajectoire qui commence par un véritable passage à une puissance étrangère à un moment où il n’est pas vraiment prévisible que celle-ci devienne un jour une alliée. Il a d’abord fait carrière dans le corps des ingénieurs militaires français, de 1711 à 1730. À cette date, pour des raisons demeurées inconnues, il entre au service de l’Empereur. Il devient major puis lieutenant-colonel et ne tarde pas à exercer ses talents contre les Français et les Turcs lors des guerres de Succession de Pologne et austro-turque. Il combat à nouveau ses anciens compatriotes aux Pays-Bas lors de la guerre de Succession d’Autriche, puis les Prussiens en Moravie. Désormais, toute la suite de sa carrière est liée à ce territoire de la Monarchie et à sa protection contre l’armée de Frédéric II. En 1743, il épouse en secondes noces la fille du défunt commandant de la place d’Olmütz, Maria Anna von Falaize. Il contribue à la défense de cette forteresse en 1758 puis à la reconstruction de ses fortifications. Très bien en Cour, il est fait baron du Saint-Empire en 176243. À la génération suivante, dans des conditions moins étonnantes, Claude Benoît Duhamel de Querlonde (1721-1808) passe en 1768 du service de Louis XV à celui de son alliée Marie-Thérèse. On lui doit le projet de la place forte de Josefstadt en Bohême, destinée comme celle de Theresienstadt à barrer aux Prussiens la route du Sud. Il fut élevé au rang de feld-maréchal en 178944. Aux Pays-Bas autrichiens, le Hainaut fut la patrie de deux ingénieurs très actifs dans la Monarchie, d’une part de M. de Spinette, dont une fille, Elisabeth, épousa Duhamel de Querlonde, d’autre part du marquis Jean Gabriel de Chasteller de Courcelles (1763-1825), qui travailla à l’édification de Theresienstadt et servit contre les Turcs puis contre les Français en Italie du Nord.

  • 45 Sondhaus L., The Habsburg Empire and the Sea. Austrian Naval Policy 1797-1866, West Lafayette, Indi (...)

29Mais là ne s’arrête pas la contribution des francophones à la défense de la Monarchie. L’épisode sans doute le plus ignoré est celui de cet éphémère surgeon de la marine de Louis XVI que l’archiduc Charles fit un temps advenir sur les rives de l’Adriatique45. À partir de 1802, il réforma la petite marine autrichienne en s’appuyant sur les dépouilles de Venise mais aussi sur un noyau actif d’émigrés français qu’il avait pris sous sa protection. L’un d’eux, le chevalier de l’Espine, s’était illustré en 1799 en récupérant, au nez et à la barbe des Russes, plusieurs navires français bloqués dans Ancône. À la tête du Conseil de la Guerre, mais ignorant tout des réalités maritimes, l’archiduc eut recours aux conseils avisés du comte de Folliot de Crenneville. L’Espine, comme Marine-Kommandant, et Crenneville, à la tête du Marine Büro à Vienne, firent leur affaire de la réorganisation de la marine autrichienne destinée à tenir en échec les entreprises des corsaires français dans l’Adriatique. Cette force navale, si elle était commandée en italien, n’en était pas moins dirigée pour une part par des Français, puisque en 1802 le corps des officiers comptait 60 % d’Italiens, 18 % de Slaves du Sud, 12 % de Français et 7 % d’Allemands. Trois ans plus tard, les proportions avaient changé : les Italiens représentaient toujours 53 % de l’effectif, mais les Français venaient en seconde position avec 21 % des officiers. C’était la formation mathématique sur le modèle français qui avait été adoptée. Il en allait de même pour les instructions navales simplement traduites en italien. Pendant quelques années, les Français eurent la préférence, car à Vienne on les jugeait plus fiables que les anciens officiers vénitiens et plus compétents que ceux qui avaient jadis encadré la petite marine autrichienne de Trieste. Ils avaient aussi l’avantage de parler allemand, langue qu’ignoraient la plupart des Vénitiens. Pourtant, cette période ne dura qu’un temps. Dès 1805, le recul de l’influence exercée par l’archiduc Charles, la reprise de la lutte contre la France et les défaites qui en résultèrent en 1805 puis 1809 réduisirent le rôle des anciens officiers des vaisseaux de Louis XVI. La Grande-Bretagne ne tenait pas à les voir former une marine Habsbourg. Surtout, l’Empereur se trouva en 1809 privé de tout accès à la mer. La marine autrichienne du XIXe siècle fut l’héritière de Venise, pas de la France.

30En conclusion, plusieurs points essentiels méritent d’être soulignés. D’abord, il n’y a pas que les mécontents de la monarchie danubienne venus en France, même si les premiers hussards hongrois ou les légionnaires tchèques et slovaques de la Première Guerre mondiale nous sont davantage familiers. Remarquons le décalage chronologique : une période allant de la fin du XVIe siècle jusqu’aux années 1850 pour les migrations vers la Monarchie, une autre commençant au début du XVIIIe et s’achevant avec la fin de la Première Guerre mondiale pour celles vers la France. Il y a, avec les premières, tout un versant de l’histoire militaire de la Monarchie qui reste à explorer. Ce ne sont pas les sources qui manquent pour le faire.

31La plupart de ces migrants militaires sont issus d’une zone qu’on peut qualifier de « lotharingienne », comprenant la Lorraine, les anciens pays bourguignons, soit des régions voisines du royaume de France et dont les habitants eurent souvent à souffrir de cette proximité. Mais sous l’angle d’approche qui est le nôtre, il s’avère impossible de les séparer des provinces françaises frontalières, en particulier de la Champagne et du duché de Bourgogne. Encore faut-il constater aussi que certains de nos migrants sont originaires de parties de la France très éloignées, que ce soit le Limousin (Bonneval) ou la Bretagne (Rohan). La part des destinées individuelles est alors essentielle.

32Pourquoi la fin de ces migrations se situe-t-elle après 1830 ? L’entrée au service de l’Empereur est liée au refus de servir un monarque usurpateur, assorti toutefois d’une clause qu’on ne sera pas engagé contre la France. La défense de la légitimité n’implique pas la rupture avec la patrie. D’ailleurs, personne n’est contraint à l’exil par la Monarchie de Juillet. On est ici davantage dans les affinités électives que dans l’émigration à proprement parler, pour ce qui est une des modalités du sabordage politique de la noblesse légitimiste. L’affirmation du sentiment national remodèle l’idéal nobiliaire. La rupture survient dans les années 1850 et est scellée par la guerre franco-autrichienne de 1859. Il y a désormais transfert de fidélité vers une autre figure de l’universel que celles de l’Empereur et du pape. Les zouaves pontificaux prennent, pour un temps, le relais des combattants de la légitimité. La trajectoire de Pimodan pourrait bien être à cet égard exemplaire. Lorsque la restauration des Bourbons devint définitivement impossible avec le comte de Chambord, l’humiliation de la défaite face à la Prusse et la force du sentiment national rendirent peu concevable l’exil volontaire dans une autre armée que celle de la France.

33Enfin, pour se placer dans une perspective comparative, il convient de noter que parmi les migrations militaires francophones, celles vers la Monarchie ont été plus fournies que celles vers le Brandebourg/Prusse, la Pologne ou la Russie. Vers ces pays, se sont surtout dirigés des individus et non pas des groupes. À l’échelle des migrations militaires dans l’Europe moderne, celle des francophones vers l’armée de l’Empereur a ceci de spécifique qu’elle n’a pas eu sur les pays de départ le même impact que celle des wild geese en Irlande. Elle a eu sur la monarchie d’arrivée des conséquences qui ne sont pas moindres que celles de l’émigration italienne qui, militairement, a introduit la fortification bastionnée. Sans ces francophones, la Monarchie autrichienne n’aurait certainement pas duré plusieurs siècles.

Notes

1 Pour les Italiens, voir l’étude de Hanlon G., The Twilight of a Military Tradition. Italian Aristocrats and European Conflicts, 1560-1800, London, UCL Press, 1998, p. 81-86 et 202-219. Sur les Irlandais et les Écossais, voir la thèse soutenue en 1971 à l’Université de Vienne de Schmidhofer E., Das irische, schottische und englische Element im kaiserlichen Heer, Wien, 1971. Une synthèse récente sur l’armée a été réalisée par Hochedlinger M., Austria’s War of Emergence 1683-1797, Londres, Longman, 2003.

2 Le Lorrain émigré Georges de Raigecourt est ainsi fusillé en 1794 par les troupes révolutionnaires qui l’ont capturé. À partir de l’invasion des Pays-Bas autrichiens, rester fidèle à la dynastie signifie pour les officiers wallons être inscrit sur la liste des émigrés et être spolié par les autorités d’occupation françaises.

3 On trouvera plusieurs exemples dans les notices rédigées par Englebert G., Wallonen in kaiserlichen Diensten, catalogue d’exposition, Wien, Heeresgeschichtliches Museum, 1978.

4 Sahin-Tóth P., La France et les Français face à la « longue guerre de Hongrie » (15911606), thèse multigraphiée, Lille, s.d., p. 200.

5 Ibid., p. 198-199 et 203. Voir aussi en annexe p. 619-627, sur la liste des troupes « françaises » et « wallonnes » dans l’armée impériale pendant la guerre de Quinze Ans.

6 Blanchard A., Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691-1791, Montpellier, Centre d’histoire militaire de l’Université Paul Valéry, 1981, p. 641-642 pour la notice sur Charles-Alexandre de Riverson (1699-1773), qui commanda les ingénieurs envoyés à Marie-Thérèse en 1757. Il fit la campagne de Silésie et le siège de Schweidnitz.

7 Nardin M., Gribeauval, lieutenant général des armées du roi (1715-1789), Paris, Fondation pour les Études de Défense Nationale, 1982, p. 59-89, sur son séjour autrichien et le siège de Schweidnitz.

8 Cocula A.-M. (éd.), Mémoires de M. de La Colonie, « Le temps retrouvé », Paris, Mercure de France, 1992, p. 517-580 sur le siège de Belgrade.

9 Voir les Mémoires du comte Gaspard de Chavagnac, d’après l’édition originale de 1699 éditée par J. de Villeurs (rééd. Paris, Flammarion, 1900).

10 On se reportera à la notice qui lui a été consacrée sur le site du Kriegsarchiv (http://www.kukwehrmacht.de/biograph/f0028mercy.html).

11 Taveneaux R., « La Lorraine, les Habsbourg et l’Europe », dans Bled J.-P., Faucher E. et Taveneaux R. (éds.), Les Habsbourg et la Lorraine, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1988, p. 13-16.

12 Roy P., Louis XIV et le second siège de Vienne, Paris, Honoré Champion, 1999.

13 Sahin-Toth P., La France et les Français…, op. cit., p. 287-310.

14 Englebert G., « Les Lorrains dans les armées impériales (XVIIIe et XIXe siècles) », dans Bled J.-P., Faucher E. et Taveneaux R. (éds.), Les Habsbourg et la Lorraine, op. cit., p. 123-127 ; Jacob M., « Lorraine belge et Habsbourg », dans ibid., p. 183-188, à propos des La Fontaine d’Harnoncourt et des Baillet-Latour. Sur l’histoire du duché au temps de Charles IV, on se reportera à l’étude de Babel R., Aussenpolitik und europäische Stellung Herzog Karls IV. von Lothringen und Bar vom Regierungsantritt bis zum Exil (1624-1634), Sigmaringen, 1989.

15 Son destin étant illustre, je me contenterai d’indiquer sa biographie la plus complète due à Braubach M., Prinz Eugen von Savoyen : eine Biographie, München/Wien, 1963-1965, 5 vol.

16 Sur ce personnage, voir la communication de Klapka P., Jean-Louis Ratuit de Souches. Un Rochelais au service des Habsbourg. Contribution à l’étude de la noblesse francophone dans les Pays tchèques aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse en cours, Université Paris IV-Sorbonne.

17 Baury R., La maison de Bonneval. Destin et fortune d’un lignage de la « noblesse seconde » des guerres de religion au début de la IIIe République, thèse multigraphiée, Lille, 1994.

18 Blanchard A., Dictionnaire des ingénieurs militaires…, op. cit., p. 18-19.

19 Le prince Louis de Rohan-Guémenée (1766-1846) semble avoir émigré en 1789. Nommé colonel en 1794, il prit part aux campagnes menées contre la France par les coalitions successives jusqu’à la bataille de Wagram à la fin de laquelle il fut blessé. Il avait atteint le grade de Feldmarschall-Leutnant. Il se retira sur son domaine de Sychrov en Bohême du Nord, qui devint le siège de cette branche de la famille. Notons que, lors de sa reconstruction au cours du XIXe siècle, le château fut pourvu de deux tours baptisées l’une Bretagne et l’autre Normandie. Les archives familiales comportent de nombreux renseignements sur le régiment d’émigrés recruté par le prince et dont les survivants finirent leurs jours sur ses terres bohêmes.

20 Voir la notice qui lui est consacrée dans l’Österreichisches biographisches Lexikon 1815-1850, t. I, Graz/Köln, 1957, p. 335.

21 Figeac M., Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest, 1996, p. 246, 320-321 et 522.

22 Voir Bled J.-P., François-Joseph, Paris, Fayard, 1987, p. 14-21.

23 De Pimodan G., Souvenirs des campagnes d’Italie et de Hongrie, Paris, Dentu, 1861 (introduction par De Crécy A.). Georges de Rarécourt de la Vallée, marquis de Pimodan (1822-1860), issu d’une famille noble de l’Argonne, est le fils d’un gentilhomme de la chambre de Charles X et d’une demoiselle de Frénilly. Ses parents se fixent en Autriche après 1830. Il étudie tour à tour au collège de Fribourg (jésuites), à la Sorbonne, puis à Wiener Neustadt pour devenir officier de cavalerie. C’est donc dans l’armée de l’Empereur qu’il prend du service. En 1847, il est lieutenant aux chevau-légers, dans le corps d’armée du général d’Aspre occupant Vérone. À Venise, lors de la révolution de 1848, il parvient à s’en échapper. Devenu capitaine et officier d’ordonnance de Radetzky, il est ensuite attaché à l’état-major du ban de Croatie Jellachich lors de la guerre d’indépendance hongroise. Fait prisonnier, il échappe de peu au peloton d’exécution. Promu major, il quitte l’Autriche en 1855 pour rentrer en France. Il s’y marie puis visite la Russie au lendemain de la guerre de Crimée. Mais en 1860, il vient se mettre au service de Pie IX et tombe à Castelfidardo, le 18 septembre.

24 On se reportera à la thèse déjà citée du regretté Sahin-Tóth P. ainsi qu’à son article « Expier sa faute en Hongrie. Réminiscences de croisade et pacification politique sous Henri IV », dans Maillard B. (éd.), Foi, fidélité, amitié en Europe à l’époque moderne. Mélanges offerts à Robert Sauzet, Tours, MSV, 1995, p. 429-439, texte republié récemment dans Oborni T. (éd.), Sic itur ad astra. Sahin-Tóth Péter tanulmányai. Études de Péter Sahin Tóth, Budapest, 2006, p. 53-63.

25 Tapié V.-L., La politique étrangère française et le début de la guerre de Trente Ans (1616-1621), Paris, PUF, 1934, p. 496-497.

26 Encore faut-il noter que certains nobles ont pu servir comme simples soldats, au moins au début de leur présence dans l’armée de l’Empereur. Tel fut le cas des princes de Conti et de La Roche-sur-Yon.

27 On peut en donner deux exemples, le Normand Nicolas de Prunelé, baron d’Esneval (voir Bouchez G. et Quesnay P., Histoire de Pavilly, Pavilly, Imprimerie Yvetot, 1900, p. 93-94), et le Champenois Claude d’Eltouf qui servit alors comme capitaine (voir Bourquin L., Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Belin, 1994, p. 175). Sa famille était liée aux Guise.

28 Voir Roujon J., Conti, l’ennemi de Louis XIV, Paris, Fayard, 1941, p. 67-90. Ils n’osèrent pas aller voir Léopold Ier, mais s’illustrèrent devant Neuhäusel puis Esztergom, s’attirant à la fois une nette popularité à la Cour et le vif mécontentement de Louis XIV qui les châtia à leur retour.

29 Nouzille J., « Charles V de Lorraine, les Habsbourg et la guerre contre les Turcs de 1683 à 1697 », dans Bled J.-P., Faucher E. et Taveneaux R. (éds.), Les Habsbourg et la Lorraine, op. cit., p. 109-121.

30 La chancellerie militaire de Buquoy nous est largement parvenue, dans le fonds familial Buquoy à Třeboň en Bohême du Sud, Statní okresní archiv, Rodiny archiv.

31 À certaines époques, les troupes « françaises » n’eurent pas du tout bonne réputation. Ce fut le cas, tout particulièrement, après la mutinerie survenue en 1600 de l’unité qui livra aux Turcs la ville de Pápa en Hongrie. Sur cet épisode, voir Sahin-Tóth P., « Autour de la guerre de Hongrie (1593-1606). De la croisade au service du sultan », dans Bennassar B. et Sauzet R. (éd.), Chrétiens et musulmans à la Renaissance, Actes du 37e colloque international du CESR (1994), Paris, 1998, p. 467-485.

32 Le comte d’Herbeville, qui fut commandant en chef en Hongrie en 1705, appartenait à l’entourage du duc Charles V. Voir Bérenger J. (éd.), Brigadier général Louis Le Maire. Relation abrégée de ce qui s’est passé dans la guerre de Hongrie depuis le commencement de la campagne de 1705 jusqu’au mois de mars 1708, Paris, 2007, p. 73, note 5.

33 Blanchard A., Dictionnaire des ingénieurs militaires…, op. cit., p. 417-418 et 381-382.

34 Hennequin de Villermont A.C., Tilly ou la guerre de Trente Ans de 1618 à 1632, t. I, Paris/Tournai, Casterman, 1860, p. 64-67. Fidèle à Rodolphe II qui le nomma Feldmarechal, Tilly se rendit en 1608 aux Pays-Bas lever 5 000 vétérans wallons et revint avec eux en Bohême où il était trop tard pour sauver l’autorité impériale contestée par Mathias et les ordres de Moravie et de Hongrie. En 1610, il passa au service de Maximilien de Bavière.

35 Leur irruption en armes à la Hofburg n’était pas la conséquence d’un ordre de l’Empereur. Elle n’en fut que plus décisive. M. de Saint-Hilaire commandait l’arsenal de la petite flotte du Danube. C’est pour cette raison qu’il avait pu acheminer des cavaliers rapidement depuis Krems où ils étaient stationnés.

36 Dampierre attend encore son historien. On ne dispose sur lui que du travail ancien d’Edler von Janko W., « Heinrich Du Val Graf von Dampierre, Freiherr von Mandrovilla. Ein Beitrag zur Geschichte der ersten Periode des dreissigjährigen Krieges », Österreichische militärische Zeitschrift, t. IV, 1876, p. 73-96. Sinon, il faut se reporter aux récits des premières années de la guerre de Trente Ans, en Bohême, en Moravie et en Haute-Hongrie. Voir par exemple Gindely A., Geschichte des Dreissigjährigen Krieges, Praha, 1869-1884, 4 vol., passim, ou encore Matějek F., Morava za třicetileté války, Praha, 1992, p. 9-12. Une feuille volante datée du 10 octobre 1620 comporte une gravure montrant la dépouille du général impérial, le visage marqué de plusieurs blessures. On pourrait aussi signaler le rôle joué par un officier Lorrain, le colonel Maurice de Créange, appelé aussi Kriechingen, qui leva en Alsace un régiment soldé par l’Espagne.

37 En attendant la biographie que je prépare sur lui, on peut se reporter aux travaux suivants : Rahlenbeck C., Les Belges en Bohême, Bruxelles, 1850 ; notice « Longueval » dans la Biographie nationale de Belgique, t. XII, Bruxelles, 1893, col. 359-368 ; baron Muuls, « Les Longueval comtes de Buquoy, au service des Habsbourg dans les Pays-Bas catholiques », Revue belge d’histoire militaire, no 16, 1965-1966, p. 273-295 ; Broucek P., « Feldmarschall Bucquoy als Armeekommandant 1618-1620 », dans Der Dreissigjährigekrieg. Beiträge zu seiner Geschichte, Wien, Schriftenreihe des Heeresgeschichtliches Museums in Wien, 1976, p. 25-57 et Kampf um Landeshoheit und Herrschaft im Osten Österreichs 1618 bis 1621, Wien, Militärhistorische Schriftenreihe, 65, 1992 ; Malingre C., Histoire générale de la rébellion de Bohême contenant la vie et exploicts de guerre du comte de Buquoy, général des armées impériales, jusques au jour de sa mort déplorable…, Paris, Jean Petit Pas, 1623, en particulier les p. 797-800. Voir aussi Chaline O., « La mort du comte de Buquoy (1621) », dans Radimska J. (éd.), Vita morsque et librorum historia, Opera romanica, 9, 2006, p. 45-52.

38 Braubach M., Prinz Eugen von Savoyen…, op. cit., t. V, p. 173-180. Voir aussi Chaline O., « La gloire du Prince Eugène », dans Tollet D. (éd.), Guerres et paix en Europe centrale aux époques moderne et contemporaine. Mélanges Jean Bérenger, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2003, p. 259-275.

39 Urbanski H., « Le prince Charles de Lorraine », dans Bled J.-P., Faucher E. et Taveneaux R. (éds.), Les Habsbourg et la Lorraine, op. cit., p. 101-108.

40 Mansel P., Le Prince de Ligne, le charmeur de l’Europe (1735-1814), traduction française, 1992, voir p. 31-42 sur la guerre de Sept Ans, p. 119-132 sur la guerre austro-turque de Joseph II, et enfin p. 153 sur la mort au champ d’honneur de son fils Charles face aux Français. Les écrits militaires du prince de Ligne ont été rassemblés dans les volumes 3 et 4 de Gilbert E., Œuvres, Paris, Général-baron Heusch, 1914. Voir aussi ses Fragments de l’histoire de ma vie, Paris, 1928, 2 vol.

41 Ils apparaissent dans le dictionnaire biographique dû à Heckenast G., Ki kicsoda a Rákócziszabadságharcban ? Eletrajzi adattár, Budapest, 2005 ; ainsi, p. 188 pour le comte Louis d’Herbeville, p. 350 pour le comte Jean-Louis de Rabutin ou encore p. 392-393 pour le comte Étienne de Steinville. Voir aussi l’édition citée supra de la Relation du brigadier général Le Maire par Bérenger J., p. 73, note 137, et p. 144, note 71 sur Jean-Louis, comte de Bussy Rabutin.

42 En plus du catalogue d’exposition déjà signalé, on peut désormais recourir aux précieuses notices biographiques mises en ligne par le Kriegsarchiv de Vienne : http://www.kuk-wehrmacht.de/bio-18jhoe.htm, ainsi que le lien vers celles dues à Jens Florian Ebert, « Die österreichischen Generäle 1792-1815 », http://www.napoleon-online.de/AU_Generale/, souvent plus fournies. On trouvera une mise en perspective grâce à l’ouvrage de Duff y C., The Army of Maria Theresa : The Armed Forces of Imperial Austria 1740-1780, Vancouver, Hippocrene Books, 1977.

43 Blanchard A., Dictionnaire des ingénieurs militaires…, op. cit., p. 52-53, et Kupka V., Stavitelé, obránci a dobyvatelé pevností, Praha, 2005, p. 33-36.

44 Blanchard A., op. cit., p. 246, et Kup k a V., op. cit., p. 289-292.

45 Sondhaus L., The Habsburg Empire and the Sea. Austrian Naval Policy 1797-1866, West Lafayette, Indiana, Purdue UP, 1989, p. 8-23.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search