Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Première Partie. Armée et diplomatie française en Europe centrale

3. Les ministres alsaciens dans le gouvernement de Vienne (xviie-xviiie siècles)

Jean Bérenger

Texte intégral

  • 1 L’équivalent viennois du secrétaire d’État à la guerre du gouvernement français. Pour les problème (...)
  • 2 Sur le prince Eugène, il existe une abondante littérature, les classiques demeurant l’ouvrage de B (...)
  • 3 Ils ont toutefois fait l’objet de brèves notices dans Kintz J.-P. et Vogler B. (dir.), Nouveau Dic (...)

1La participation de ministres d’origine française au gouvernement de Vienne a été plus importante qu’on ne l’imagine habituellement en France, où l’on pense que le conflit quasi-permanent entre les Bourbons et les Habsbourg entre 1660 et 1756 empêchait la circulation des hommes et surtout l’utilisation de capacités d’origine française dans le gouvernement impérial. Pourtant, au cours de cette période, il y eut dans les instances gouvernementales viennoises trois personnages influents d’origine française, à savoir le chancelier d’Autriche Jean-Paul Hocher, le prince Eugène de Savoie, président du Conseil de la Guerre1 et principal ministre de l’empereur Charles VI2, et le chancelier Bartenstein, qui fut aussi le mentor de Marie-Thérèse et le précepteur du jeune Joseph II. Comme le prince Eugène (l’abbé de Savoie, docteur de Sorbonne) est relativement bien connu, nous ne traiterons ici que des deux ministres autrichiens d’origine alsacienne, Hocher et Bartenstein, à peu près totalement ignorés dans leur pays d’origine3.

  • 4 Léopold Ier, né en 1640, empereur romain germanique de 1658 à 1705. Bérenger J., Léopold Ier (1640 (...)

2Il s’agit du chancelier d’Autriche Jean-Paul Hocher (1616-1683), originaire de Haute-Alsace, et d’un Strasbourgeois, le Chancelier Christophe Bartenstein (1689-1767). Tous deux étaient des roturiers (fils de professeurs d’université) et tous deux ont été poussés par les circonstances à chercher fortune à Vienne, où ils ont réussi une brillante carrière qui les a conduits dans le cercle étroit des conseillers du souverain. Hocher fut pendant huit ans (1673-1681) l’un des principaux ministres de l’Empereur Léopold Ier4. Bartenstein fut d’abord ministre de Charles VI, puis le mentor de Marie-Thérèse avant d’être le précepteur du futur Joseph II. Hocher, qui était hostile à la France et à Louis XIV, était aussi le tenant d’une politique autoritaire, anti-protestante et anti-hongroise. Bartenstein fut en revanche l’un des artisans du rapprochement entre Vienne et Versailles, et le renversement des alliances de 1756 est en partie son œuvre. Toutefois, ni l’un ni l’autre ne furent des promoteurs de la langue ou de la culture françaises à Vienne ; ce fut le rôle d’un troisième ministre d’origine française, le prince Eugène de Savoie, grand capitaine, président du Conseil de la Guerre de 1703 à 1736, qui imposa le français comme langue de communication à Vienne après 1720.

Le chancelier d’Autriche Jean-Paul Hocher (1616-1683)5

  • 5 Il n’existe aucune biographie exhaustive de Hocher. Voir l’article de l’Allgemeine Deutsche Biogra (...)
  • 6 L’actuel département du Haut-Rhin ou Haute-Alsace, élément constitutif du patrimoine rhénan des Ha (...)
  • 7 Bernard de Saxe-Weimar a d’abord signé un contrat avec Louis XIII, puis, après sa mort en 1639, se (...)
  • 8 La Diète d’Empire, qui siégera en permanence à Ratisbonne à partir de 1663, est divisée en trois c (...)
  • 9 Dépêche du 27 décembre 1665. Archivio di Stato di Venezia, Senato, Secreta, Dispacci da Germania, (...)

3Il né en 1616 à Fribourg-en-Brisgau, dans une famille catholique originaire de Masevaux en Haute-Alsace, alors possession de la Maison d’Autriche6. Son père était professeur à la Faculté de droit de l’Université de Fribourg, où le jeune Jean-Paul fit ses études. Celui-ci n’est entré qu’assez tard au service de l’Empereur. Lorsqu’en 1644 la ville fut menacée par les Weimariens au service de la France7, il quitta Fribourg et se réfugia à Innsbruck, puis au Tyrol méridional (aujourd’hui Haut-Adige) à Bozen (Bolzano), où il exerça la profession d’avocat, avant d’entrer au service de l’archiduc d’Innsbruck. Il entreprit alors une carrière administrative, où il réussit assez rapidement. En 1652, il était conseiller de gouvernement du Tyrol, qui était à l’époque complètement autonome par rapport à Vienne ; en 1655, il fut nommé vice-chancelier et en 1656 il fut relevé de ses fonctions à sa demande pour devenir chancelier du prince évêque de Brixen. Anobli en 1660, il devint en 1663 conseiller aulique à Vienne, c’est-à-dire qu’il appartenait à ce vivier de juristes où l’empereur recrutait volontiers le haut personnel du gouvernement impérial. Le véritable tournant de sa carrière fut cependant la mission que lui confia Léopold Ier à la Diète d’Empire, à Ratisbonne, où il mit en valeur sa connaissance du droit public allemand. En effet, Hocher fut nommé commissaire à la Diète de Ratisbonne (où l’Empereur, en tant qu’archiduc d’Autriche, était directeur du Collège des Princes). Directeur du Collège des Princes à la Diète (Fürstenrat)8, il remplace en 1665 le chancelier d’Autriche Jean Joachim de Sinzendorf, qui est malade ; vice-chancelier d’Autriche9, il est nommé officiellement chancelier titulaire en 1667 :

  • 10 Bibliothèque Nationale de France, Paris, ms. français 8997, fo 9., Mémoires de la Cour de l’Empere (...)

Jean Paul baron de Hoker, Chancellier, c’est-à-dire proprement Secrétaire de la Cour, qui, en cette qualité, entre au Conseil de la Conférence avec les trois autres ministres, est originaire de Fribourg en Brisgavie, fils d’un Docteur en Droit. Il a passé sa jeunesse dans l’estude de cette science qui luy a donné l’entrée dans les affaires de l’Empereur, particulièrement à la Diette de Ratisbonne où il a résidé longtemps avant que d’arriver au poste de Chancellier10.

  • 11 Les hostilités entre la Monarchie et l’Empire ottoman avaient repris en 1661 et en 1663, le Grand (...)

4Jean-Paul Hocher fut chancelier adjoint de novembre 1665 à janvier 1667. L’Empereur avait voulu soulager le chancelier de Cour en titre, Jean Joachim de Sinzendorf, en nommant le docteur Hocher, célèbre pour ses qualités et sa bonté. Le nonce à Vienne apprécie cette nomination, parce que Hocher a défendu particulièrement la religion à Ratisbonne, au moment où les protestants envisageaient la mainmise sur les biens ecclésiastiques, sous le fallacieux prétexte d’aider financièrement l’Empereur dans la guerre contre l’Empire ottoman11. En tant que commissaire impérial auprès de la Diète, il leur a répliqué qu’il faudrait aussi prendre en considération les biens ecclésiastiques que les princes protestants avaient jadis confisqués.

  • 12 Il est constitué des diplômés d’université et en l’espèce il s’agit des docteurs en droit, qui ava (...)
  • 13 Nuntiaturberichte aus Deutschland im 17 Jahrhundert, Archiv für Österreichische Geschichte, t. 103 (...)
  • 14 Billet de l’Empereur du 5 mars 1667, publié par Dvorak, Archiv für Österreichische Geschichte, t.  (...)

5Juriste bourgeois, Hocher ne manquait pas d’ennemis à la Cour, car les aristocrates prétendaient que la charge enviable de chancelier de Cour avait toujours été conférée à des personnes de qualité – ce qui était faux, puisqu’elle fut longtemps le fief des juristes bourgeois (le Gelehrtenstand)12. L’Empereur Léopold Ier a répondu aux doléances des nobles qu’il pouvait créer autant de barons et de princes qu’il voulait, mais qu’il n’avait pas tant de personnes expérimentées comme le docteur Hocher et qu’il n’avait pas voulu se priver d’un serviteur si nécessaire. Le nonce à Vienne se réjouissait de ce jugement qui indiquait, selon lui, une grande sagesse dans l’esprit de l’Empereur13. Léopold Ier renouait ainsi avec la tradition du XVIe siècle, qui plaçait des juristes dans le Conseil, à côté d’authentiques aristocrates. Pour consoler son concurrent malheureux Max Ferdinand, comte de Sprinzenstein, qui appartenait à une bonne maison de Basse-Autriche, l’Empereur promit à ce dernier l’expectative de la charge de gouverneur de Basse-Autriche dès qu’elle serait vacante14. La dépêche de l’ambassadeur vénitien Marino Zorzi du 18 septembre 1667 confirme cette impression :

  • 15 Archivio di Stato di Venezia, Dispacci da Germania, filza 131.

[Hocher] a été promu grâce à son seul mérite, bien qu’il soit de condition roturière et qu’il possède une fortune médiocre15.

  • 16 Dépêche du 27 décembre 1665. Archivio di Stato di Venezia, Dispacci di Germania, filza 128.
  • 17 Déclaration du margrave Armand de Bade au ministre de Suède Esaias Pufendorf. Pufendorf E., Berich (...)

6Le 1er janvier 1667, Hocher avait en effet été nommé chancelier d’Autriche (Österreichischer Hofkanzler) et conseiller d’État. Après avoir hésité quelque temps, l’Empereur préféra le talent à la naissance et les autres ministres ne pardonnèrent jamais à Hocher ses origines bourgeoises. En 1671, alors qu’il était déjà baron de Hohengran, le margrave de Bade, futur président du Conseil de la Guerre, lui reprochait de n’être pas un homme de qualité, mais un « pédant » qui ne menait pas le genre de vie noble, n’avait pas de vie mondaine, ne participait à aucun divertissement, n’allait pas à la chasse et passait sa vie à travailler16. Hocher était en effet un homme réputé « très laborieux, qui n’avait d’autre divertissement que le travail »17.

7C’était un excellent juriste, fort versé dans les arcanes du droit public allemand, science redoutable pour laquelle Léopold Ier manifestait un grand intérêt, de sorte que les compétences de Hocher dans ce domaine avaient séduit l’Empereur :

  • 18 Grémonville au roi, 17 mars 1667. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 23, fo 303.

M. le Chancelier Ocker s’est fait connaître si nécessaire pour les délibérations qu’on a à prendre sur les affaires de la Diète que l’Empereur s’est résolu de le retenir ici nonobstant les instances que M. l’Archevesque de Salzbourg peut faire pour son retour18.

  • 19 Miller S.J. et Spielman J.P. Jr, Cristobal Rojas y Spinola, cameralist and irenicist : 1626-1695, P (...)
  • 20 Bérenger J., « An Attempted Rapprochement between France and the Emperor », dans Hatton R. (dir.), (...)
  • 21 Grémonville au roi, 8 mars 1668. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 29, fo 242.

8Hocher était donc particulièrement compétent pour les affaires du Saint-Empire, il était favorable au renforcement de l’autorité impériale mais aussi à l’intégrité du territoire du Saint-Empire et à la défense de ses frontières contre les empiètements français. C’est pourquoi il a toujours été hostile à Louis XIV, mais il n’était pas membre du « parti espagnol »19, toujours prêt à en découdre avec la France pour sauvegarder les intérêts de la monarchie d’Espagne, alors très affaiblie. Le fait qu’il ait été mis dans la confidence du premier traité de partage de la Succession d’Espagne en 166820 suffirait à prouver le contraire. La ratification du traité secret « a été signée et scellée par le chancelier Ocher auquel on a confié le secret comme à une personne d’entière fidélité »21. En réalité, c’était un patriote allemand qui plaçait les intérêts du Saint-Empire et des pays héréditaires au-dessus des intérêts de la Couronne d’Espagne, voire de la Maison d’Autriche.

9Sa charge de chancelier d’Autriche aurait dû, en principe, l’orienter vers l’administration et les questions judiciaires concernant la Basse-Autriche, l’Autriche intérieure et le Tyrol, car ce poste ministériel avait été créé dans ce but en 1620 par Ferdinand II, mais très vite Hocher déborda ce cadre relativement limité. En 1667, il fut chargé de composer une réponse au mémoire sur les droits de la Reine Très Chrétienne, dans lequel Louis XIV faisait valoir en application du « droit de dévolution » que la reine Marie-Thérèse était l’héritière légitime de Philippe IV pour les Pays-Bas espagnols dans l’affaire du droit de succession aux Pays-Bas. Ce traité des droits de la reine justifiait donc l’intervention militaire française aux Pays-Bas et la guerre de Dévolution :

  • 22 Grémonville au roi, 2 juin 1667. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 26, fo 125-126.

Le Chancelier Oker a composé une réponse à l’escrit qu’a produit Votre Majesté. Il l’a communiquée à quelques personnes de cette Cour, mais elle ne sera point publiée très certainement22.

  • 23 Bérenger J., « La conjuration des Magnats hongrois (1664-1671) », dans Bercé Y.-V. et Fasano Guarin (...)
  • 24 Dépêche de M. Zorzi du 5 juillet 1670. Venise, ASV, Dispacci da Germania, filza 135. Pour les inte (...)
  • 25 La décision du Conseil d’État du 24 avril 1671, préparée par une réunion de la Conférence le 21 av (...)
  • 26 Pufendorf E., Bericht, op. cit.

10Hocher n’a pas laissé d’écrit théorique montrant quelle était sa conception de l’État, mais son comportement montre qu’il était très attaché à l’autorité du souverain. Il fut chargé de présider le tribunal d’exception (judicium delegatum) qui jugea sans appel les chefs de la Conjuration des Magnats hongrois de 167023. Cette procédure était contraire à toutes les règles du droit public hongrois, parce que des Magnats ne pouvaient être jugés que par leurs pairs et non par des « étrangers ». Il mena l’instruction du procès avec beaucoup de rigueur et de discrétion24. Bien qu’il n’ait pas été le seul responsable de l’exécution des sentences de mort prononcées contre le ban de Croatie Pierre Zrmyi, le Grand Juge Nadasdy (qui faisait même fonction de Palatin) et le Magnat Frangepani, il n’est pas de ceux qui ont suggéré la clémence à l’Empereur25, car il voyait dans toutes les tentatives de rébellion un crime majeur. Juriste, bourgeois, formé en Europe occidentale, disciple de Machiavel sans trop oser l’avouer et adepte de la raison d’État, Hocher n’avait pas les mêmes indulgences que des aristocrates d’Europe centrale pour les libertés traditionnelles. « Il a de tout temps conseillé à son maître d’imposer la Monarchia absoluta »26. Le juriste strasbourgeois Obrecht, qui était au service de Louis XIV, constatait dans son mémoire de 1698, que :

  • 27 Théodore Althet, comte Strattmann, fut principal ministre de l’Empereur de 1684 à 1693.
  • 28 Mémoire d’Obrecht M., concernant la Cour de Vienne, 1698. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 70, fo 1 (...)

L’Empereur s’est affermi dans les sentiments qu’il a encore aujourd’huy par les maximes que luy a suggéré le baron Hocher, qui a esté Chancelier d’Autriche avant M. Strattman27. Elles tiennent beaucoup des principes de Machiavel et l’Empereur les suit sans scavoir d’où elles ont été tirées28.

  • 29 Bérenger J., « La conférence secrète de l’Empereur Léopold Ier », Il Pensiero Politico, XIII/2, Fir (...)

11Hocher appartenait à un petit groupe d’hommes qui voulait réorganiser la monarchie autrichienne. Il était lié d’amitié avec le futur Cardinal Rojas y Spinola, tenant du mercantilisme. Il a agi à partir de 1669 dans le cadre de la Conférence secrète, innovation de Léopold Ier, qui commence à fonctionner en 1665 : quelques ministres prennent les grandes décisions avec le souverain, parce que le Conseil privé, créé dès 1527 par Ferdinand Ier, était devenu ingouvernable ; il n’était plus convoqué que rarement et pour la forme29. Si nous nous fions aux apparences, nous sommes en présence d’un modèle français où le souverain gouverne seul, avec l’aide de quelques ministres d’État. Mais la ressemblance est superficielle. En réalité, Léopold Ier s’appuyait sur la tradition hispano-bourguignonne. La Conférence secrète est à l’origine une jointe ou junta, c’est-à-dire une commission composée de conseillers d’État chargés de rapporter devant le Conseil privé. Déjà, Ferdinand II utilisait ce système pour étudier les dossiers délicats. Les gouvernements de Bruxelles et de Madrid ont fait une véritable institution de ces commissions. Pourtant, la Conférence présente une innovation capitale, qui consistait à ôter au Conseil privé tout droit de regard sur les décisions de la Conférence, désormais responsable uniquement devant l’Empereur. Une seconde innovation fut de la pourvoir d’un secrétaire d’État permanent, le baron Abele dans les années 1670. La place de secrétaire d’État était à Vienne assez modeste en apparence, plutôt comparable à ce qu’elle était en Castille au temps de Charles Quint. Elle n’avait pas l’importance qu’elle a revêtue en Angleterre avec les Cecil sous Élisabeth Ire ou après la restauration de Charles II. D’autre part, le secrétaire d’État n’était pas le chef tout-puissant d’un département ministériel comme en France, voire de la diplomatie comme le Secretary of State en Grande-Bretagne. La troisième innovation a consisté à constituer une équipe d’hommes de confiance, que le souverain écartait lorsqu’il modifiait les grandes orientations de sa politique, tel le prince Lobkowitz en 1673, lorsque Léopold Ier abandonna l’alliance française pour reprendre une politique plus traditionnelle de défense du Saint-Empire et des Pays-Bas espagnols.

  • 30 Bérenger J., « The Demise of the Minister-Favourite or a Political Model at Dusk : the Austrian Cas (...)

12Nous avons pu ainsi reconstituer une série de « ministères », où l’un des membres de la Conférence secrète dirigeait la politique sans avoir le titre de Premier ministre dont Léopold avait horreur30 :

  • le ministère Lobkowitz de 1665 à 1673 ;
  • le ministère Hocher de 1673 à 1681 ;
  • le ministère Sinelli de 1681 à 1684 ;
  • le ministère Strattmann de 1684 à 1693 ;
  • le ministère Kinsky de 1693 à 1699.

13En 1669, Hocher fut admis en effet à la Conférence secrète et devint un ministre à part entière (on aurait dit à Versailles un « ministre d’État »). Il faisait désormais partie des quatre ou cinq décideurs qui orientaient la politique générale de la Monarchie. Il traitait régulièrement des questions de politique étrangère, bien que sa formation première ne l’y ait guère préparé :

  • 31 Pufendorf E., Bericht, op. cit., p. 71.

Au moment de son entrée en fonction, il savait peu de choses des intérêts et de la puissance des princes étrangers, mais j’ai pu remarquer pendant mon séjour à la Cour, qu’il s’était peu à peu informé et amélioré, en particulier en s’entretenant avec les ministres étrangers31.

  • 32 Grémonville au roi, 29 janvier 1671. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 39, fo 94.
  • 33 Dépêche de M. Zorzi au Sénat du 14 mars 1671. Venise, ASV, Dispacci di Germania, filza 137.
  • 34 Pufendorf E., Tagebuch, Wien, HHStA, ms. 324, fo 112.
  • 35 Huomo per la sua condizione et essercitio poco capace di queste materie. Rapport du 8 avril 1673, (...)
  • 36 « Hocher gelte mehr als aile Geheimbe Räthen, auch den Fürsten von Lobkowitz selbst darvon nicht a (...)
  • 37 Bérenger J., Finances & absolutisme autrichien, Paris, 1975, p. 49-52.

14Au début de 1671, l’Empereur a commencé à se méfier du prince Wenceslas Lobkowitz, de sorte qu’il chargea Hocher de négocier avec Grémonville l’affaire de Lorraine ainsi que la garantie du traité d’Aix-la-Chapelle32. Le résident français n’était guère enchanté de ce changement33, pas plus que les autres ministres, parce qu’ils estimaient que le chancelier n’avait pas les qualités nécessaires pour exercer cet emploi. Le comte Königsegg, vice-chancelier d’Empire34, et le nonce à Vienne étaient de cet avis35. En 1672, Hocher n’en avait pas moins la confiance entière du souverain. Dorénavant, alors que le prince Lobkowitz jouit de l’apparence du pouvoir, Hocher l’a supplanté à l’intérieur de la Conférence secrète. Le 29 mai 1672, le vice-chancelier d’Empire Königsegg confiait au résident suédois Esaias Pufendorf que Hocher avait plus de poids que tous les autres ministres36. Le chancelier a conservé la faveur de l’Empereur pendant dix ans. Sa carrière a culminé en 1673 quand, après la disgrâce du prince Lobkowitz, qui a été exilé dans son château de Roudnice en Bohême, il a pris la tête de ce que l’on peut appeler le « ministère » Hocher (1673-1681)37. Même si à partir de 1674 le prince Schwarzenberg, président du Conseil aulique d’Empire, assura la présidence de la Conférence secrète, Hocher en est demeuré le véritable chef et en 1681, le résident français à Vienne, le marquis de Sébeville, constatait :

  • 38 Portrait du Gouvernement de Vienne. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 50, fo 148-150.

Le Chancelier Oker a plus de crédit que Schwarzenberg sur l’esprit de l’Empereur, qui le croyait fort désintéressé… Il est homme d’esprit et qui voit fort clair les affaires, mais qui « a toujours les sentiments d’un avocat dont il a fait la profession plus de temps qu’il ne luy en reste à vivre, étant fort vieux, accablé de goutte et de gravelle, et ne pouvant plus remuer ni bras ni jambe »38.

15Sur quarante-cinq réunions de la Conférence en 1681, Hocher n’avait assisté qu’à treize. En 1682, il participa encore à sept conférences sur dix, en dépit de ses infirmités.

16Le ministère Hocher a donc duré très longtemps par la volonté de l’Empereur, qui a imposé un homme à talent aux milieux gouvernementaux, alors que ceux-ci ne l’ont jamais adopté. Hocher, marié deux fois, a épousé en secondes noces une jeune fille de la petite noblesse, Rosina von Enzenberg zu Schlanders, en 1660. Il n’a donc pas pu profiter d’un mariage pour s’intégrer, le cas échéant, au milieu de la Cour. Hocher a introduit à Vienne un style beaucoup plus proche de celui des grands commis de la monarchie française, que de celui des aristocrates d’Europe centrale.

  • 39 Pufendorf E., Tagebuch, op. cit., fo 513.
  • 40 Bérenger J., « Ludwig XIV und Frankreichs Streben nach der Vormachtstellung in Europa », Die Türken (...)

17Au demeurant, le bilan du ministère Hocher est assez mince, puisque l’Empereur fut entraîné malgré lui dans la guerre de Hollande. En 1674, avant la disgrâce officielle du prince Lobkowitz, Esaias Pufendorf notait en français dans son diaire viennois « que M. Hocher voulait la paix et que l’ambassadeur d’Espagne en cela lui était contraire »39. Et ce désir de paix qui est confirmé par de nombreux rapports diplomatiques était un point commun entre le souverain et son ministre. Or, la guerre de Hollande se solda par un échec pour Léopold Ier et la Maison d’Autriche puisque celle-ci fut sanctionnée par la paix de Nimègue, qui fut incontestablement un succès diplomatique pour Louis XIV. En outre, la politique française des Réunions aggrava les conséquences de la paix pour le Saint-Empire40. L’œuvre entreprise en Hongrie à partir de 1670 se solda officiellement par un échec à la Diète de Sopron en 1681. Léopold Ier rétablit la Constitution hongroise qui avait été suspendue en invoquant « la théorie de la forfaiture » après la Conjuration des Magnats. Il confirma le pluralisme confessionnel, pour rallier les Hongrois modérés au moment où la France, par la politique des Réunions et l’annexion de Strasbourg en pleine paix, menaçait plus que jamais l’intégrité du Saint-Empire.

  • 41 Lettre du 4 mai aux états généraux, Weensche Gezantschapsberichten, t. I, Antal, p. 252.

18À cette date, les principaux membres de la Conférence sont Schwarzenberg, les chanceliers Königsegg et Hocher et le comte Lamberg, Grand maître de la Cour se désintéressant de la vie politique. Le rapport du résident français Sébeville est confirmé par celui du résident hollandais Hamel Bruynincx : si le crédit du baron Hocher a diminué, parce qu’il est malade et qu’il ne peut plus marcher, l’Empereur ne lui a pas retiré sa confiance41.

  • 42 Relationen der Botschafter Venedigs über Deutschland im 17 Jahrhundert, t. 27, Fiedler, Fontes Rer (...)
  • 43 Ibid., t. 29, p. 251.

19De 1681 à 1685, le ministère va se renouveler progressivement, suite à la mort des principaux membres qui avaient la confiance de l’Empereur. Il est intéressant de comparer les relations finales des ambassadeurs vénitiens Michiele et Contarini. En 1678, Michiele constatait que le cercle restreint de la Conférence s’était élargi et qu’à côté de Schwarzenberg et de Hocher, siégeaient désormais les comtes Nostitz, Königsegg et Dietrichstein, la présidence étant assurée par le Grand maître d’hôtel le comte Lamberg42. En 1685, l’ambassadeur vénitien Contarini constatait « qu’à présent Sa Majesté n’a aucun ministre ancien, sauf Königsegg ; sont morts en effet le prince Schwarzenberg, le comte Martinitz, Burgrave de Bohême, le comte Zinzendorf, Grand Maître d’Hôtel [il succéda à Dietrichstein en 1683], le comte Nostitz, chancelier de Bohême, ainsi que Hocher »43.

  • 44 Le président de la Chambre des Comptes était le ministre des Finances de la Monarchie.
  • 45 Dépêche de Hamel Bruynincx G. aux états généraux des Provinces-Unies des 4 et 18 mai 1685, Weensch (...)
  • 46 C’était une forte personnalité, dont le rôle politique n’a pas été jusqu’à présent suffisamment mi (...)
  • 47 Témoignage confirmé par la relation de l’ambassadeur vénitien Giustiniani, Relationen der Botschaf (...)

20Dès le printemps 1681, le ministère avait été profondément transformé par la mort de Montecuccoli, la disgrâce du comte de Zinzendorf, président de la Chambre44, et la retraite forcée du baron Hocher qui, cloué au lit par la goutte, ne pouvait plus ni marcher, ni participer activement aux délibérations de la Conférence45. À ce moment, le ministère reposait sur l’évêque de Vienne, le père Sinelli46, qui n’était jusque-là que le conseiller particulier de Léopold, le comte Albert de Zinzendorf, grand maréchal de la Cour, le marquis Hermann de Bade, président du Conseil de la Guerre, et le baron Abele, nouveau président de la Chambre des comptes47 ; ces trois derniers étaient dévoués à l’évêque de Vienne.

Le baron Jean-Christophe Bartenstein (1689-1767)48

  • 48 Von Arneth A., Jean Christophe Bartenstein et son temps, t. I, Wien, ADB, 1871, et t. II, Leipzig, (...)

21Né à Strasbourg dans une famille luthérienne le 23 octobre 1690, il était le fils d’un professeur d’Université et après avoir reçu une solide formation juridique et linguistique, il chercha à faire carrière à Paris dans les bureaux des Affaires étrangères au temps de la Régence, car ceux-ci employaient volontiers les Alsaciens pour leur connaissance de l’allemand et du Saint-Empire. Il gagna alors l’Autriche où, grâce à la recommandation des bénédictins de Saint-Germain-des-Prés, il fut bien accueilli par les bénédictins de Melk, qui le protégèrent.

22Bartenstein trouva facilement à employer ses multiples talents de juriste et d’historien, moyennant une opportune conversion au catholicisme. Recruté comme employé de la chancellerie d’Empire, il devint en 1728 secrétaire de la Conférence secrète et gagna la confiance de l’Empereur Charles VI, dont il fut l’un des conseillers les plus écoutés dans les dernières années de son règne ; en particulier, après la paix de Vienne de 1738, il suggéra un rapprochement avec la France. Mais c’est après la mort de Charles VI qu’il joua un rôle éminent, car, une fois la première méfiance dissipée, il devint le mentor de Marie-Thérèse, qui lui confia l’éducation politique de l’archiduc Joseph. Promu conseiller d’État, anobli, ce Strasbourgeois discret exerça sous trois souverains différents une influence occulte et contribua au « renversement des alliances » qui se produisit en 1756, et assura avec Kaunitz la direction majeure de la politique autrichienne. Il épousa en 1725 Maria Holler von Döblhoff dont il eut trois filles et deux fils. Le fils aîné Joseph Philippe Christophe (1726-1804) fit une carrière de juriste qui le mena au Conseil aulique d’Empire (Reichshofrat), dont il devint le vice-président. Le chancelier Bartenstein mourut à Vienne le 6 août 1767.

23Juriste et philosophe, Bartenstein était un pur produit du milieu intellectuel strasbourgeois ; il comptait douze professeurs parmi ses proches parents. Influencé à la faculté de droit par son oncle Boecler, disciple de Grotius, il entra en correspondance avec Leibniz et publia une Dissertatio en latin sur la décadence de la vie intellectuelle de son temps. En 1709, il publia à Strasbourg le De bello imperatori Carolo V. En 1710, il se rendit à Paris dans l’espoir d’y faire carrière dans les bureaux des Affaires étrangères puis en 1714, la paix revenue, il se rendit à Vienne avec des lettres de recommandation des bénédictins. Après sa conversion, il devint dès 1715 conseiller impérial et conseiller du gouvernement de Basse-Autriche. Baron d’Empire, il fut nommé conseiller aulique d’Empire (Reichshofrat) en 1726, il conquit l’estime et la sympathie de l’Empereur Charles VI. Il fut nommé secrétaire d’État (Geheimer Staatssekretär) en 1733 ; à ce titre, il était le secrétaire de la Conférence secrète et dirigea la politique étrangère de la Monarchie au moment où le prince Eugène de Savoie perdait son influence. Bartenstein prôna une alliance avec la France après la Guerre de Succession de Pologne, qui s’était soldée par une défaite pour la Maison d’Autriche.

24Après 1740, au début de la Guerre de Succession d’Autriche, il fut un des soutiens les plus solides de Marie-Thérèse, qui a pu dire plus tard que « sans lui, tout aurait péri ». Il fut remplacé en 1753 par le chancelier Kaunitz et employé comme directeur des archives, vice-chancelier et conseiller privé (Geheimer Rat). Chargé de missions spéciales, il se consacra davantage aux affaires intérieures de la Monarchie. Grand travailleur, fort énergique, intransigeant et brusque, il eut comme Hocher de nombreux ennemis, mais il fut un fidèle serviteur des Habsbourg.

  • 49 Bérenger J., Joseph II d’Autriche, serviteur de l’État (1741-1790), Paris, Fayard, 2007, p. 52-67.

25Marie-Thérèse lui témoigna sa confiance en lui confiant l’éducation politique de l’archiduc Joseph, le futur Joseph II49. Nommé précepteur de l’héritier du trône, il composa un Compendium en six volumes, qui s’arrêtait en 1660. C’est peut-être par là qu’il exerça l’influence la plus profonde sur le gouvernement de la Monarchie. Le rôle et les idées de Bartenstein ne devraient pas être négligés dans l’explication du Joséphisme. Le choix des précepteurs de l’héritier du trône était en soi discutable parce que Marie-Thérèse avait nommé des hommes âgés, nés au XVIIe siècle, comme son gouverneur le comte Batthyany ou le chancelier Jean-Christophe Bartenstein, et explique en partie le caractère quelque peu démodé de l’enseignement qui lui a été dispensé. C’est son frère Léopold qui bénéficia de l’enseignement du grand juriste Carl von Martini, ce qui explique peut-être la plus grande ouverture d’esprit du cadet, alors que la philosophie des Lumières ne fut jamais enseignée à Joseph.

  • 50 Beales D., Joseph II, t. I, In the Shadow of Maria Theresa 1741-1780, Cambridge, Cambridge Universi (...)

26Bartenstein fut en effet le principal responsable de l’éducation de Joseph durant son adolescence50. Il a obtenu aisément la réduction de la philosophie et de la métaphysique dans le programme d’enseignement, parce que la philosophie était, selon lui, « l’élément le plus inutile pour un prince et le plus désagréable pour les étudiants ». D’ailleurs, sur ordre de Marie-Thérèse, l’enseignement de cette matière avait déjà été réduit dans les universités autrichiennes. L’histoire domina au contraire le programme des études, car elle était considérée comme la matière la plus utile à un futur souverain. On pensait en effet qu’elle lui fournirait les informations dont il aurait besoin sur l’Allemagne, l’Empire, la Maison d’Autriche et les relations internationales, et qu’elle remplacerait avantageusement le Télémaque de Fénelon. Si Bartenstein était parfois pédant et bavard, c’était aussi un solide érudit qui avait l’esprit large. Le rôle et les idées de Bartenstein doivent donc être pris en compte dans l’explication du Joséphisme.

27Les enseignements de Christian Beck, professeur au Theresianum, révèlent une ouverture limitée sur la modernité. Il fondait son enseignement sur l’œuvre de Samuel Pufendorf, De jure naturae et gentium, libri VIII, publiée à Lund en 1673, et selon laquelle le besoin de sécurité des individus a conduit à la formation des États. Hobbes, qualifié d’hérétique et de dangereux rationaliste, est néanmoins cité : les pouvoirs du souverain dérivent de la loi naturelle. L’idée du contrat entre gouvernants et gouvernés, qui fut développée par Locke, est considérée comme contraire à l’histoire. Beck décrit les différentes formes de gouvernement et il conclut que la monarchie est finalement la meilleure. Le monarque peut ne pas être contrôlé et il doit imposer lui-même sa règle. Mais cette règle n’est pas qualifiée de « despotisme » si l’on gouverne des hommes libres dont on respecte le droit de propriété. Le but du souverain doit être « la prospérité de l’État et le bonheur de ses sujets ». Le souverain doit respecter les constitutions des différentes provinces de la Monarchie. Il doit faire son possible pour maintenir la vraie religion, mais il doit tolérer les autres par raison d’État. La torture est une question controversée : pour les uns, elle est pernicieuse, pour les autres, elle ne doit être utilisée qu’avec discernement. Beck constate que son époque est plus éclairée, parce qu’elle a rejeté les notions de machiavélisme et de révolution. Beck ne cite pas l’Encyclopédie, il ne retient de Voltaire que le Siècle de Louis XIV, les physiocrates sont naturellement absents de son enseignement puisqu’ils n’apparaissent qu’à la fin de la décennie. L’ouvrage le plus subversif qu’il ait utilisé est encore De l’esprit des lois, qui est autorisé par la censure autrichienne depuis 1753, mais les nombreux passages que cite Beck ne sont pas ceux qui glorifient le gouvernement représentatif. Il fait aussi de nombreuses références à des auteurs anglais (Bacon, Hobbes, Pope) et à l’histoire d’Angleterre, en particulier à Cromwell. Parmi les Allemands, Leibniz est oublié et l’Anti-Machiavel de Frédéric II fréquemment cité, mais la base demeurait l’œuvre de Samuel Pufendorf, un auteur du siècle précédent, et les classiques latins (Cicéron, Horace et Tacite). Beck présente la loi naturelle comme une grande découverte du XVIIe siècle ; son manuel ne ressemble pas à celui que Martini aurait pu rédiger et après l’exposé des généralités, il s’attache aux détails du droit du Saint-Empire.

28L’archiduc Joseph étudia en 1759-1760 des documents qu’on lui avait préparés sur les constitutions des différentes provinces. Bartenstein présenta et commenta ces traités : il fallait comparer ces Constitutions, critiquer les avantages et les inconvénients qu’elles représentaient pour la Monarchie depuis un demi-siècle. En conclusion, Bartenstein se déclarait opposé à un despotisme absolu et illimité. Les Diètes devaient être autorisées pour présenter des propositions à la Cour et « le gouvernement de la Maison d’Autriche qui a toujours été modéré ne peut pas les en blâmer ». Il faut que le pouvoir monarchique se réconcilie avec les privilèges des Ordres. La Cour ne doit arbitrer que dans les cas exceptionnels. Tel fut l’esprit de l’enseignement dispensé à Joseph en matière de droit d’État.

29En matière de religion, les leçons de Christian Beck témoignaient une indiscutable ouverture par rapport à l’idéologie de la Pietas Austriaca. « La bigoterie, la superstition, l’astrologie, la chiromancie et la sorcellerie sont contraires à l’honneur de Dieu, tout comme l’athéisme et la libre-pensée. » Joseph II a lu les œuvres de Muratori : Della carità cristiana de 1723, dédiée à Charles VI, Della regolata divozione de’cristiani de 1747 et Della publica felicità de 1749, où il plaidait pour une piété simple, l’abandon des innovations liturgiques et la limitation du nombre des réguliers. Souvent confondu avec le jansénisme, le catholicisme réformateur donnait au souverain le droit de réformer l’Église sur ses domaines. Les œuvres de Muratori qui avaient été approuvées par le cardinal Migazzi ont donné le ton au catholicisme éclairé de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

30L’archiduc Joseph apprit du compendium (manuel) rédigé par Beck que nul pouvoir ne pouvait régner sur la conscience et qu’il ne pouvait donc prescrire à ses sujets ce qu’ils devaient croire. Le souverain devait pourtant protéger l’État contre les faux dogmes, soutenir sa propre religion et arrêter les querelles confessionnelles en utilisant non la force mais la persuasion. Beck s’inspirait d’un autre ouvrage de Pufendorf, qui avait exposé en 1687 son opinion sur les relations entre l’État et l’Église dans le traité De habitu religionis christianae ad vitam civilem. Le luthérien Pufendorf, qui était fils d’un pasteur saxon, estimait que les intérêts de l’État dictaient au souverain sa politique confessionnelle et qu’en cas de besoin, il lui fallait tolérer des minorités. Il établissait toutefois une nette distinction entre les confessions historiques qu’il fallait tolérer et les sectes qu’il convenait de bannir sans autre forme de procès. Il pensait qu’au-dessus de toutes les religions révélées, il y avait une religion naturelle, une morale générale, qui obligeait les sujets à accomplir leurs devoirs envers l’État. La liberté personnelle, celle de la foi, pouvait s’affirmer dans la sphère privée, située en dehors de la religion naturelle ; elle assurait la paix et le développement du sentiment religieux. Malgré ses limites, la conception de Samuel Pufendorf avait le mérite de mettre fin au mythe de l’unité religieuse nécessaire pour sauvegarder la pérennité d’un État. Cette conception d’un protestant mettait fin à la théorie de Juste Lipse de l’unité confessionnelle, qui était depuis le début du XVIIe siècle un des fondements de la Pietas Austriaca.

31Beck insistait sur le concept d’« Église nationale » (française, espagnole, sicilienne ou vénitienne), qui existait à l’intérieur de l’Église romaine. Les évêques et le souverain devaient discuter des mesures à prendre pour le bien de ces Églises. Beck tenait compte de l’histoire particulière de chaque pays de la Monarchie – par exemple, la brutale reconquête catholique en Bohême après 1620. Il condamnait les persécutions de l’archevêque de Salzbourg au début du XVIIIe siècle, dont le résultat avait été l’émigration massive des sujets protestants. En cas de nécessité, il conseillait de déporter les hérétiques dans des contrées protestantes de la Monarchie.

32Bartenstein était dans ce domaine moins libéral que Beck. Il était hostile à l’instauration d’une tolérance générale, même dans l’intérêt du commerce et de l’industrie. Ses remèdes contre l’hérésie étaient la fourniture de livres orthodoxes, la création de paroisses et d’écoles en plus grand nombre et une meilleure formation du clergé. Il insistait sur l’inégalité flagrante des contributions payées par le clergé selon les provinces. Il opposait les pays héréditaires, où le clergé payait une part raisonnable des charges, et la Hongrie, où les évêques fort riches ne payaient rien du tout.

33Les conceptions du droit naturel ont tellement influencé Joseph II pendant sa jeunesse qu’il se montra par la suite peu réceptif aux autres théories. Joseph II a affirmé clairement ses conceptions dès 1765 : pour ce qui est de la foi, la persécution et la force ne peuvent convertir personne. En 1777, il affirmait que les différences religieuses n’étaient dangereuses pour l’État que si elles menaient au fanatisme, ce qu’on pouvait prévenir en assurant des conditions égales à toutes les confessions. Contrairement à ce que l’on a souvent affirmé, Joseph II n’était pourtant pas indifférent ; il était pratiquant et convaincu de la supériorité du dogme catholique, au point qu’il était prêt à convaincre ses sujets protestants de se convertir au catholicisme. Dans la Monarchie en 1765, il n’y avait selon lui que deux possibilités : ou bien chasser ceux qui confessaient une autre foi, ce qui conduirait à la perte de sujets de valeur, ou bien assurer la liberté confessionnelle. La tolérance religieuse signifiait à ses yeux la liberté pour tous les citoyens utiles d’occuper des fonctions, d’acheter des terres ou d’exercer des professions, quelle que fût leur appartenance confessionnelle. Il était persuadé que tous ses sujets sans distinction avaient droit à la protection de l’État et que l’intervention de l’Église dans les affaires de l’État avait des conséquences néfastes. Il était convaincu que toute tentative d’ingérence dans les affaires de conscience était une immixtion impardonnable dans les affaires de Dieu. Sa conception des relations de l’Église et de l’État était donc profondément religieuse.

  • 51 Fazakas I., « Origine de la conception de tolérance chez Joseph II et élaboration de l’Édit de 1781 (...)

34La conception de la tolérance chez Joseph II ne s’explique donc pas seulement par une différence de génération avec sa mère ou par l’influence plus approfondie de la philosophie des Lumières, mais par la conception du droit naturel qui lui a été enseignée par Bartenstein et par Beck. L’origine du joséphisme ne réside donc pas dans un modèle français, dans l’œuvre de Voltaire, dans les théories du gallicanisme ou dans celles du jansénisme, mais dans le droit naturel allemand de la fin du XVIIe siècle. La tolérance de Joseph II ne tire pas son origine de son indifférence religieuse ou de sa prétendue conception déiste51. Le droit naturel influença tellement Joseph II pendant sa jeunesse qu’il en devint l’adepte inconditionnel et qu’il rejeta aussi bien les idées de Montesquieu que celles de Martini.

35Enfin, Joseph était convaincu que s’il devait gouverner par lui-même pour le bien-être de ses sujets, il n’était responsable de sa conduite que devant Dieu. Il devrait s’impliquer dans une réforme de l’Église dans ses États. Il devrait être moins gêné dans ses réformes constitutionnelles que ses prédécesseurs par d’antiques lois, en particulier dans le Saint-Empire ou en Hongrie. Il était persuadé que les assemblées représentatives étaient moins aptes à promouvoir le bien public qu’un monarque absolu.

36L’enseignement qu’il a reçu était très relativement « philosophique ». Joseph II était fort peu redevable aux philosophes français, soit que leur œuvre fût encore inédite (Rousseau), soit qu’ils fussent systématiquement ignorés (Voltaire, Montesquieu). Même De l’esprit des lois fut abordé sous un angle particulier. Les citations de Hobbes, de Locke et de Pope étaient encore moins représentatives de la pensée profonde de leurs auteurs. L’influence principale fut donc celle de Samuel Pufendorf, qui était un écrivain démodé dans l’Allemagne de 1750, alors que Christian Wolf, qui avait vulgarisé Leibniz et qui était appelé « le père des Lumières », était ignoré. Wolf acceptait la théorie du contrat et accordait même le droit de résistance contre un monarque qui violait la Constitution. Les œuvres de Wolf, qui avaient joué un rôle dans l’éducation de Frédéric II, ont été en revanche utilisées par Martini dans la formation de l’archiduc Léopold. L’autre auteur éclairé qui joua un rôle chez Joseph II fut Muratori, un prêtre bienveillant, tolérant et éclairé, qui souhaitait faire des réformes à l’intérieur de l’Église sans en rejeter les doctrines fondamentales.

37Ainsi, deux bourgeois alsaciens qui avaient reçu une solide formation dans les universités rhénanes, la catholique Fribourg-en-Brisgau et la luthérienne Strasbourg, ont exercé une solide influence sur le gouvernement de la Monarchie autrichienne.

  • 52 Bérenger J., Les « Gravamina ». Remontrances des diètes de Hongrie de 1655 à 1681. Recherches sur l (...)

38Hocher souhaitait renforcer l’autorité monarchique, mettre fin au particularisme hongrois et imposer l’unité religieuse de la Monarchie. Il n’a pu imposer la Contre-Réforme et il fut obligé d’accepter le compromis confessionnel imposé par la Diète de Sopron en 1681, auquel le père Sinelli était favorable52. De même, le luthérien converti Bartenstein a enseigné à Joseph II une conception étroite de la tolérance et l’on comprend mieux pourquoi Joseph avait une conception si originale des Lumières, qui ne devait rien à Voltaire, Montesquieu ou Rousseau. Son maître Bartenstein lui a enseigné les « idées nouvelles » de la fin du XVIIe siècle.

39L’influence française s’est donc exercée à Vienne dans le domaine politique mais pas de la manière évoquée habituellement. En ce qui concerne les relations d’État à État, Hocher s’est opposé moins à la France qu’à la politique impérialiste de Louis XIV des années 1670, et Bartenstein a quant à lui réussi à imposer le renversement des alliances de 1756, dans la conduite des affaires comme dans le comportement de son élève. Pour un demi-siècle, la France abandonne l’alliance prussienne pour se réconcilier avec la Maison d’Autriche et demeurer, tout au moins en apparence, son alliée jusqu’à la Révolution de 1789.

40Enfin, les deux hommes sont peu connus de la postérité parce qu’ils n’ont pu ni l’un ni l’autre faire souche dans le milieu ministériel viennois. Hocher n’a eu que des filles, le fils de Bartenstein n’a pas su s’imposer dans la sphère ministérielle et il est demeuré jusqu’à sa mort un haut fonctionnaire. Les carrières des deux chanceliers montrent cependant que les Habsbourg appréciaient les gens à talent, qu’ils n’hésitaient pas à employer des ministres bourgeois provenant des marges occidentales du Saint-Empire et qu’ils les anoblissaient volontiers.

Notes

1 L’équivalent viennois du secrétaire d’État à la guerre du gouvernement français. Pour les problèmes d’institution, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage : Bérenger J., Lexique historique de l’Europe danubienne, XVIe-XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1976.

2 Sur le prince Eugène, il existe une abondante littérature, les classiques demeurant l’ouvrage de Braubach M., Prinz Eugen von Savoyen, Bonn, 1962-1965, 5 vol., et la biographie en anglais de Mac Kay D., Prince Eugene of Savoy, London, 1977.

3 Ils ont toutefois fait l’objet de brèves notices dans Kintz J.-P. et Vogler B. (dir.), Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne, Strasbourg, SHAA 1982.

4 Léopold Ier, né en 1640, empereur romain germanique de 1658 à 1705. Bérenger J., Léopold Ier (1640-1705), fondateur de la puissance autrichienne, Paris, PUF, 2004.

5 Il n’existe aucune biographie exhaustive de Hocher. Voir l’article de l’Allgemeine Deutsche Biographie, t. XII, p. 520-521, ainsi que la notice de Schwarz H.F., The Imperial Privy Council in the 17th Century, Cambridge/Mass., 1943, p. 247. Nous n’avons pu jusqu’ici retrouver dans les archives de Vienne ni « fonds Hocher », ni testament.

6 L’actuel département du Haut-Rhin ou Haute-Alsace, élément constitutif du patrimoine rhénan des Habsbourg, a fait partie de l’Autriche antérieure jusqu’en 1648, où il fut cédé à la France par le traité de Munster. Le chef-lieu de la Haute-Alsace était alors à Ensisheim (Régence d’Ensisheim) dans la banlieue de Mulhouse et la capitale de l’Autriche antérieure (Vorderösterreich), qui jouissait d’une autonomie complète par rapport à Vienne, était à Innsbruck. Bérenger J., Histoire de l’Empire des Habsbourg, 1273-1918, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1990.

7 Bernard de Saxe-Weimar a d’abord signé un contrat avec Louis XIII, puis, après sa mort en 1639, ses troupes passèrent au service du Roi de France. Placées sous le commandement de Turenne, ces régiments constituaient le noyau de l’armée française opérant en Allemagne durant la dernière période de la guerre de Trente Ans. Bérenger J., Turenne, Paris, Fayard, 1987, p. 191-266.

8 La Diète d’Empire, qui siégera en permanence à Ratisbonne à partir de 1663, est divisée en trois collèges : le Collège des Électeurs, le Collège des Princes (lui-même subdivisé en trois bancs) et le Collège des Villes.

9 Dépêche du 27 décembre 1665. Archivio di Stato di Venezia, Senato, Secreta, Dispacci da Germania, filza 128.

10 Bibliothèque Nationale de France, Paris, ms. français 8997, fo 9., Mémoires de la Cour de l’Empereur, 1671.

11 Les hostilités entre la Monarchie et l’Empire ottoman avaient repris en 1661 et en 1663, le Grand Vizir mena une armée en Hongrie, menaçant Vienne. C’est pourquoi l’Empereur demanda l’aide des princes allemands et convoqua la Diète à Ratisbonne. Bérenger J., « La défense de l’Europe contre les Ottomans », La défense de l’Europe : une perspective historique, Publications du Centre d’histoire de la défense, ADDIM, Saint-Maixent, 1997, p. 75-97.

12 Il est constitué des diplômés d’université et en l’espèce il s’agit des docteurs en droit, qui avaient ès qualités leur place au Conseil privé dès sa création en 1527.

13 Nuntiaturberichte aus Deutschland im 17 Jahrhundert, Archiv für Österreichische Geschichte, t. 103, Wien, janvier 1665, p. 791.

14 Billet de l’Empereur du 5 mars 1667, publié par Dvorak, Archiv für Österreichische Geschichte, t. 80, Wien, mars 1667, p. 479.

15 Archivio di Stato di Venezia, Dispacci da Germania, filza 131.

16 Dépêche du 27 décembre 1665. Archivio di Stato di Venezia, Dispacci di Germania, filza 128.

17 Déclaration du margrave Armand de Bade au ministre de Suède Esaias Pufendorf. Pufendorf E., Bericht, Leipzig, Helbig, 1864, p. 70-71.

18 Grémonville au roi, 17 mars 1667. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 23, fo 303.

19 Miller S.J. et Spielman J.P. Jr, Cristobal Rojas y Spinola, cameralist and irenicist : 1626-1695, Philadelphia, American Philosophical Society, 1962, p. 25.

20 Bérenger J., « An Attempted Rapprochement between France and the Emperor », dans Hatton R. (dir.), Louis XIV and Europe, London, Macmillan, 1976, p. 133-152.

21 Grémonville au roi, 8 mars 1668. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 29, fo 242.

22 Grémonville au roi, 2 juin 1667. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 26, fo 125-126.

23 Bérenger J., « La conjuration des Magnats hongrois (1664-1671) », dans Bercé Y.-V. et Fasano Guarini E. (éds.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, Rome, Collection de l’École française de Rome, 220, 1996, p. 317-345.

24 Dépêche de M. Zorzi du 5 juillet 1670. Venise, ASV, Dispacci da Germania, filza 135. Pour les interrogatoires, voir la publication de Bogisic V., Acta conjurationem Petro Zrinio… IIlustrantia, Zagreb, 1888.

25 La décision du Conseil d’État du 24 avril 1671, préparée par une réunion de la Conférence le 21 avril. Citée par Wolf A., Wenzel Fiirst Lobkowitz, Wien, 1873, p. 310-312. À rapprocher de la dépêche de M. Zorzi du 2 mai 1671. Venise, ASV, Dispacci di Germania, filza 137.

26 Pufendorf E., Bericht, op. cit.

27 Théodore Althet, comte Strattmann, fut principal ministre de l’Empereur de 1684 à 1693.

28 Mémoire d’Obrecht M., concernant la Cour de Vienne, 1698. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 70, fo 113.

29 Bérenger J., « La conférence secrète de l’Empereur Léopold Ier », Il Pensiero Politico, XIII/2, Firenze, 1980, p. 233-239.

30 Bérenger J., « The Demise of the Minister-Favourite or a Political Model at Dusk : the Austrian Case », dans Elliott J.H. et Brockliss L.W.B. (ed.), The World of the Favourite, London, Yale UP, 1999, p. 256-268.

31 Pufendorf E., Bericht, op. cit., p. 71.

32 Grémonville au roi, 29 janvier 1671. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 39, fo 94.

33 Dépêche de M. Zorzi au Sénat du 14 mars 1671. Venise, ASV, Dispacci di Germania, filza 137.

34 Pufendorf E., Tagebuch, Wien, HHStA, ms. 324, fo 112.

35 Huomo per la sua condizione et essercitio poco capace di queste materie. Rapport du 8 avril 1673, Levinson, A.Ö.G. 106, p. 640.

36 « Hocher gelte mehr als aile Geheimbe Räthen, auch den Fürsten von Lobkowitz selbst darvon nicht ausgeschlossen. » Pufendorf E., Tagebuch, op. cit., fo 278.

37 Bérenger J., Finances & absolutisme autrichien, Paris, 1975, p. 49-52.

38 Portrait du Gouvernement de Vienne. A.E. Paris, C.P. Autriche, vol. 50, fo 148-150.

39 Pufendorf E., Tagebuch, op. cit., fo 513.

40 Bérenger J., « Ludwig XIV und Frankreichs Streben nach der Vormachtstellung in Europa », Die Türken vor Wien 1683, Wien/Salzbourg, Waissenberger R., 1982, p. 37-46.

41 Lettre du 4 mai aux états généraux, Weensche Gezantschapsberichten, t. I, Antal, p. 252.

42 Relationen der Botschafter Venedigs über Deutschland im 17 Jahrhundert, t. 27, Fiedler, Fontes Rerum Austriacarum II, p. 181.

43 Ibid., t. 29, p. 251.

44 Le président de la Chambre des Comptes était le ministre des Finances de la Monarchie.

45 Dépêche de Hamel Bruynincx G. aux états généraux des Provinces-Unies des 4 et 18 mai 1685, Weensche Gezantschapsberichten, t. I, La Haye, Van Antal G., 1927, p. 248-252.

46 C’était une forte personnalité, dont le rôle politique n’a pas été jusqu’à présent suffisamment mis en valeur. Emeric Sinelli était le fils d’un boucher de Komarom (Hongrie), il fit ses études au collège d’Ingolstadt en Bavière, chez les jésuites, mais il entra en religion chez les capucins, et à ce titre participa à des missions en Basse-Autriche, où il obtint de nombreuses conversions.

47 Témoignage confirmé par la relation de l’ambassadeur vénitien Giustiniani, Relationen der Botschafter Venedigs…, op. cit., p. 216.

48 Von Arneth A., Jean Christophe Bartenstein et son temps, t. I, Wien, ADB, 1871, et t. II, Leipzig, 1875, p. 87-93 ; Walter F., Die Männer um Maria-Theresia, Wien, 1951 ; Neue Deutsche Biographie, t. I, Berlin, 1953, p. 599 ; Hrazky J., Bartenstein, der Staatsmann und Erzieher, 1958 ; Braubach M., « J. Chr Bartenstein Herkunft und Anfänge », Diplomatie und geistiges Leben im 17 und 18. Jahrhundert, 1969 ; Marcel Thomann, notice dans NDBA.

49 Bérenger J., Joseph II d’Autriche, serviteur de l’État (1741-1790), Paris, Fayard, 2007, p. 52-67.

50 Beales D., Joseph II, t. I, In the Shadow of Maria Theresa 1741-1780, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 57.

51 Fazakas I., « Origine de la conception de tolérance chez Joseph II et élaboration de l’Édit de 1781 », Tranylvanian Review, vol. V, no 3, 1996, p. 97-103.

52 Bérenger J., Les « Gravamina ». Remontrances des diètes de Hongrie de 1655 à 1681. Recherches sur les fondements du droit d’État au XVIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne (Coll. Série Documents, no 23), Paris, PUF, 1973, « la Diète de Sopron 1681 », p. 269-317.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search