Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Première Partie. Armée et diplomatie française en Europe centrale

2. Une nouvelle alliance de revers : La mission du marquis des Alleurs auprès du prince François II Rákóczi

Mathieu Aubert

Texte intégral

  • 1 Notons que l’agitation commença bien plus tôt, dans la lignée des troubles du XVIIe siècle.

1Nous avons choisi de traiter, dans le cadre de ce colloque sur le rayonnement français en Europe centrale, la mission diplomatique et militaire de Pierre Puchot, marquis des Alleurs, entre 1704 et 1708, auprès des Mécontents hongrois menés par le prince Rákóczi, en guerre contre la Maison d’Autriche pourtant légitimement en possession de la couronne de Saint-Étienne. Une nouvelle alliance de revers ? Ce n’est certes pas au début du XVIIIe siècle que la France tente pour la première fois de prendre ses adversaires directs par des fronts indirects. La mission du marquis des Alleurs auprès du prince François II Rákóczi en lutte ouverte entre 17031 et 1711 avec la Maison d’Autriche n’a ainsi rien d’original, comme ont pu le noter Lucien Bély ou Béla Köpeczi : « Elle se placerait plutôt dans la droite lignée de missions précédentes auprès des Kurucs et autres “Malcontents” de Hongrie ». Le terme « nouvelle » est ainsi à considérer dans sa dimension répétitive : la mission du marquis des Alleurs viserait une nouvelle fois à entretenir la flambée séditieuse à l’arrière des territoires Habsbourg ; bien que parfaitement définie dans les lettres de mission consultées, elle maintient un flou certain autour du statut des révoltés et de l’aide effective apportée par la France ; elle se solde enfin par un échec relatif.

2Conformément aux ambitions scientifiques de notre colloque, le terme de « rayonnement » nous paraît particulièrement adapté à cette idée diplomatique française : malgré un relatif succès sur le plan militaire, pourquoi cette mission apparaît-elle in fine comme le crépuscule de cette tradition, le chant du cygne des appétits français en Europe danubienne ? Le rayonnement de la France et de ses alliés régionaux semble de plus en plus obstrué par les silhouettes autrement plus présentes et agressives d’États modernes en pleine affirmation, la Prusse, la Russie et évidemment la Maison d’Autriche. Nous tâcherons ainsi de mettre en perspective cette mission particulière avec les facteurs de continuité de la diplomatie du XVIIe siècle et de percevoir, à travers l’étude de différents écrits diplomatiques français et hongrois, à quel point elle marque une inadaptation de la pensée et des pratiques diplomatiques par rapport à l’évolution des réalités géopolitiques et culturelles de l’époque.

  • 2 Voir l’ouvrage classique de Köpeczi B., La France et la Hongrie au début du XVIIIe siècle, Étude d (...)
  • 3 Bély L., L’Art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris (...)

3Cette mission a déjà fait l’objet d’études poussées et sérieuses (nous passerons donc outre la description de la dimension purement événementielle ou des éléments ayant déjà été traités, souvent méthodiquement et en profondeur), en particulier par l’historien hongrois Béla Köpeczi2, dans un contexte historiographique bien spécifique ; mais il nous a paru intéressant de renouveler les problématiques selon des considérations plus contemporaines, à une échelle européenne, en surplombant ainsi un espace plus vaste que le simple espace danubien sur lequel s’était focalisé Béla Köpeczi, et sur la période du temps long, prenant à la fois en compte la tradition diplomatique française de l’alliance de revers et l’évolution générale des pratiques, représentations et intérêts caractérisant ce que Lucien Bély a nommé la « naissance de la diplomatie moderne »3.

Une diplomatie entre légitimité et pragmatisme : les nécessités de l’État

  • 4 L’adhésion des peuples aux causes d’un État d’ailleurs mal défini dans le cas du soulèvement hongr (...)

4La mission qui nous intéresse ne relève pas uniquement d’une histoire des grands vus comme les leaders d’entités monolithiques, dialoguant entre eux du destin de leurs peuples respectifs4 ou représentant, comme l’historiographie marxiste a pu le mettre en avant, des grandes classes identifiées s’opposant pour la défense de leurs intérêts propres. C’est également une histoire culturelle, où la psychologie des intervenants doit être prise en compte, une histoire des représentations. Nous avons ainsi choisi de nous concentrer dans un premier temps sur les problèmes liés, pour l’appareil français, à la personne même du prince François II Rákóczi et à la légitimité du soulèvement de la nation nobiliaire hongroise contre la Maison d’Autriche, après tout détentrice de la Couronne de Saint-Étienne, symbole de la souveraineté des Habsbourg sur le royaume de Hongrie. Loin d’une politique purement pragmatique, une large part des prérogatives accordées à l’envoyé Des Alleurs dans sa lettre de mission concerne ces questions.

  • 5 Mémoire sur les affaires de Hongrie, Archives du ministère des Affaires étrangères, Corr. Pol. Hon (...)
  • 6 Il s’agit alors de la guerre de Succession d’Espagne.
  • 7 Ces considérations de légitimation occupèrent les esprits des deux côtés. Ainsi, les nombreuses te (...)
  • 8 Il s’agit de l’arrière-grand-père de François II, dirigeant de la principauté alors souveraine de (...)
  • 9 En particulier la clause de résistance incluse dans la bulle d’Or et sur laquelle les Habsbourg eu (...)

5En premier lieu, pour le principal symbole du pouvoir absolutiste en Europe, se pose le problème de justifier une alliance lointaine avec des révoltés, qui plus est protestants dans une proportion non négligeable. Cette alliance, rappelons-le, ne se produisit jamais concrètement, se limitant à une aide financière et à l’envoi de conseillers militaires, signe de la difficulté de la chose. Notons que ces problèmes s’étaient déjà posés à Louis XIV et ses prédécesseurs, comme le montra le traité franco-catalan de 1641 qui avait fait de Louis XIII le comte de Barcelone. La Fronde, par la suite, avait vu la dynastie Habsbourg d’Espagne soutenir le parti aristocratique contre le jeune souverain légitime et son ministre. Ce fut finalement un véritable travail de légitimation entrepris par des juristes et diplomates, afin de rendre acceptable l’intervention du Roi Soleil aux yeux de l’opinion publique mais également de sa propre conception de la souveraineté. Le Mémoire sur les Affaires de Hongrie5 s’applique d’abord à faire porter la responsabilité de cette intervention sur l’empereur lui-même, son « ambition et [ses] injustes prétentions » considérées comme « les seules causes de la sanglante guerre qui trouble aujourd’hui le repos de toute l’Europe »6, cause majeure qui permettrait différentes entorses dans ces affaires de légitimité. Le Mémoire s’oriente ensuite vers la justification de l’action des Mécontents en tant que telle. Il s’agit de définir le statut particulier de ces insurgés, afin de les intégrer au dialogue international7 et justifier ainsi une action diplomatique. Le document qualifie l’insurrection de « guerre » et multiplie les arguments, en particulier au sujet du statut électif de la monarchie hongroise, un statut menacé par la Maison d’Autriche voulant réduire la Couronne de Saint-Étienne au rang des pays héréditaires. Enfin, l’alliance contractée au siècle précédent par Louis XIII et Georges Rákóczi8 donne une épaisseur historique au bon droit du Roi Soleil. L’insurrection de la nation hongroise, pour recouvrer ses libertés traditionnelles9 et placer son chef sur le trône de la Transylvanie, apparaissait ainsi sous la forme d’une guerre juste, donc voulue par Dieu, ce dont était lui-même persuadé Rákóczi, comme le montrait son étendard arborant la devise Justam causam Deus non derelinquet. Tous ces éléments étaient inscrits dans les instructions remises en avril 1704 au marquis des Alleurs, mais preuve de l’importance de la légitimité dans les imaginaires de l’époque, ils ne débouchèrent pas directement sur une alliance de fait, plutôt sur une aide sous forme d’argent et de conseil. Nous pouvons ainsi constater que la Raison d’État et le « pragmatisme décousu » de la pensée diplomatique ne présidaient pas sans partage aux destinées de l’Europe : les éléments qui faisaient croire en cette raison d’État ou qui justifiaient les ambitions comptaient tout autant…

6Toute alliance nécessitait de fait plusieurs conditions, principalement la constitution d’un État souverain avec lequel traiter d’égal à égal, condition sine qua non d’une action diplomatique dans les formes. Cette condition fut décisive pour la déchéance de la Maison d’Autriche du trône de Hongrie, lors de la Diète d’Onod, une déchéance longuement réfléchie par le marquis lui-même, poussant progressivement les dirigeants de l’insurrection à cet acte irrémédiable. L’accession de Rákóczi au titre de prince de Transylvanie et à celui de dux de l’insurrection de la nation hongroise suivirent des mécanismes et des intentions proches.

  • 10 Jusqu’à acquérir une dimension tragique voire romantique avant l’heure à la suite des malheurs qui (...)
  • 11 Marquée par la violence, cette Diète permit la proclamation de déchéance de la famille Habsbourg d (...)

7La personne du prince François II Rákóczi était en effet elle aussi essentielle dans l’adhésion de la diplomatie française au projet hongrois. Héritier d’une des plus grandes familles transylvaines, lié aux Báthory et à Nicolas Zrinyi, héros de la lutte contre les Turcs prétendument trahi par les Habsbourg, François II était une personnalité éminemment charismatique10. Il montrait aussi une piété sincère. Ces éléments plaidaient en faveur de sa bonne intégration dans la société des Princes, sous la protection du plus puissant souverain de ce temps. L’incarnation du mouvement de rébellion par l’entremise d’une telle personne était primordiale à l’intégration de ce mouvement dans le champ diplomatique européen. Cependant, Rákóczi présentait également une autre face, celle d’un noble hongrois à la tête d’une insurrection contre ses maîtres légitimes, un facteur limitant son poids sur la scène géopolitique. La diplomatie en formation nécessitait en effet des gouvernements constitués avec une tête afin de pouvoir instaurer un dialogue. Nous avons constaté qu’une grande part de l’action du marquis des Alleurs, définie dans les instructions fournies avant sa mission, visait à la normalisation du mouvement et de l’image de son chef. Cette normalisation fut d’ailleurs retardée par certains espoirs placés par Rákóczi dans l’acquisition de la couronne de Pologne. Paradoxalement, c’est une fois cette normalisation effectuée lors de la Diète d’Onod11 que les liens se distendirent sensiblement entre l’appareil diplomatique français et le mouvement rebelle, en particulier après les difficultés militaires françaises à l’ouest. Les rapports consultés laissent ainsi entrevoir une défiance de plus en plus prononcée entre les différents acteurs français et hongrois. Ceci incita le prince à rechercher d’autres alliances plus proches et efficaces et à tenter de s’imposer comme médiateur dans le cadre d’une alliance franco-russe. Cette alliance potentielle n’était pas désirée par la France et le marquis des Alleurs prit un rôle actif dans son rejet, un rôle qui solda en partie les doutes que le prince avait envers le marquis et accéléra la fin de la mission de ce dernier.

  • 12 Les mémoires de l’ingénieur militaire Lemaire sont éloquents à ce sujet, voir Histoire intéressant (...)

8Il existait en effet un décalage entre les aspirations découlant de la tradition diplomatique française, les intérêts du moment de plusieurs de ses alliés et les réalités du terrain. L’inadéquation entre la nature de la mission et les attentes des principaux acteurs de l’éventuel accord placèrent les problèmes de représentation et d’identité au cœur du processus qui en précipita l’échec. Comme l’a noté Thierry Sarmant lors de son intervention sur La France triomphante dans le colloque d’avril 2003 sur les « Identités, les appartenances et les revendications identitaires », les représentations des militaires et des agents de la diplomatie française restèrent longtemps engoncées dans un carcan de préjugés et d’idées reçues au sujet de leurs adversaires, mais également des alliés éventuels, vus par les uns avec mépris, par les autres avec condescendance. Persuadés de la supériorité de l’appareil français, il leur était souvent difficile de s’adapter aux conditions locales, a fortiori dans le cadre de missions éloignées. La correspondance du marquis des Alleurs avec Paris se fit l’écho de ces perceptions, exprimant un certain dédain à l’endroit des positions autrichiennes au début de la mission, ainsi qu’une admiration réelle pour la personne du prince Rákóczi, beaucoup moins pour son entourage, à commencer par Bercsényi. Les jugements se durcirent par la suite, en accord avec l’accumulation de déconvenues militaires et diplomatiques, dans un processus qui tint aussi du dédouanement12. À mesure que l’échec de la mission se précisait, l’image même des Autrichiens se révélait fort différente ; celle de la nation hongroise n’était plus une image de nation guerrière combattant pour sa liberté, héritée de la campagne de 1664 et de la paix de Vasvár. Ces représentations très prégnantes n’évoluèrent finalement que lentement ; notons cependant que les représentations du marquis, isolé à plusieurs milliers de kilomètres de Versailles, prirent un chemin proche de celles de l’appareil diplomatique et militaire français à la fin du règne de Louis XIV. C’est en effet toute la diplomatie française qui se vit contrainte à une baisse de ses prétentions et à un désintérêt progressif pour l’espace danubien, avant tout à cause de l’effondrement de son potentiel d’intervention dans la région, un effondrement dû en grande partie à la faillite de sa conception politique et géopolitique appliquée aux marges de l’Europe.

Une représentation de l’action diplomatique européenne vouée à l’échec

  • 13 De fait, le concept d’équilibre européen, précoce en France, constituait un des éléments de justif (...)
  • 14 Notons de même que les Mémoires pour l’instruction du Dauphin ne font finalement que peu de cas de (...)
  • 15 Et motivée selon lui par des considérations de classe, une optique intéressante mais parfois sclér (...)

9Les buts et méthodes de la politique étrangère de Louis XIV furent théoriquement fixés par Richelieu : la raison d’État imposait à la France une volonté d’hégémonie en Europe. Mais à cette hégémonie se mêlait par moments la notion d’équilibre, surtout à la fin du règne, quand les prétentions de la monarchie universelle se révèlérent impossibles à concrétiser13. Elle prit souvent, nous l’avons souligné, la forme symbolique d’un sentiment de supériorité, une forme symbolique peut-être édictée par Louis XIV lui-même14. Le contenu objectif de cette politique, caractérisée avant tout par son pragmatisme, prête à discussion, entre la volonté de se défaire de l’encerclement Habsbourg et l’établissement de frontières stables. Béla Köpeczi la décrit comme « une politique de circonstances, assez décousue, en tout cas empirique »15. Si ce dernier emploie également le terme d’« hégémonie », les nouveaux contextes et équilibres de la fin du XVIIe siècle le poussent progressivement à opter pour celui de « prépondérance ». Dans une analyse plus pondérée, et à notre avis pertinente, il note que les interventions en Europe médiane n’étaient plus une marque d’impérialisme mais relevaient plutôt de la volonté de maintenir ce qui pouvait l’être d’une position d’exception, dominante, héritée des règnes antérieurs et du début de celui de Louis XIV. C’est ainsi que ces interventions françaises en Europe médiane nous apparaissent comme des actes géopolitiques visant plus sûrement un équilibre afin de contrebalancer le pouvoir Habsbourg, plutôt que des actes d’agression pure visant à conquérir ou à détruire la position adverse, signe de l’évolution des conceptions politiques du temps.

  • 16 Malgré la campagne de 1664 pour la Porte. Cette campagne était avant tout une occasion pour la Fra (...)

10Cet équilibre se retrouvait dans le système mis en place par l’appareil d’État, le réseau diplomatique sur lequel se reposait la France dans la région de l’Europe médiane, limitant autant que possible l’influence de la Maison d’Autriche. Outre les alliés historiques comme la Pologne et l’Empire ottoman16 ou la Suède depuis la guerre de Trente Ans, un rôle charnière était accordé à la Transylvanie qui avait longtemps joui d’une politique extérieure plus ou moins autonome, ainsi que l’avait montré l’alliance de 1643 avec la Suède, soutenue par la France. Cet État avait tenu un rôle particulier au XVIIe siècle en soutien des Kurucz avec la protection de la Porte. La Hongrie était un élément supplémentaire de ce réseau. Il serait d’ailleurs plus juste de parler d’espace hongrois tant il était délicat d’évoquer un État constitué et indépendant lorsque intervint le marquis des Alleurs. La hausse du mécontentement face à la pression Habsbourg à partir du milieu du XVIIe siècle, sa position géographique et le système d’alliances est-européen de la France faisaient de la nation révoltée un allié potentiel, objectif, quasiment naturel. Mais les difficultés à légitimer le mouvement insurrectionnel hongrois et l’éloignement du théâtre des opérations rendaient impossible un simple accord bilatéral et impliquaient dans les faits les États évoqués précédemment.

  • 17 Mais c’est aussi le cas, physiquement, de la mission du marquis des Alleurs.

11Nous pouvons ainsi représenter la pensée diplomatique et militaire française de l’époque comme une volonté de prise en tenaille des possessions Habsbourg au début du XVIIIe siècle, une tenaille dont l’axe d’articulation serait soit la Pologne, soit la Porte, selon les disponibilités de ces États ou la forme concrète prise par l’alliance. À l’époque qui nous intéresse, quand les Mécontents entreprirent des actions militaires concertées contre la Maison d’Autriche, dépassant la simple diversion, l’aide française, y compris financière17, employa logistiquement ce chemin détourné pour atteindre Rákóczi, tandis que l’aide militaire, avec les Bavarois, agissait comme la deuxième pince de la tenaille qui aurait pour but la capitale viennoise. Cependant, cette modélisation résista mal à l’épreuve des faits et à la chronologie des événements, puisque si l’aide française, modique, existait déjà en 1703, les actions militaires ne purent être coordonnées, entre les diverses frilosités et les manœuvres de temporisation des deux côtés.

  • 18 L’affaire de la Couronne de Pologne, à laquelle prétendit un temps Rákóczi, avec le soutien du Tza (...)

12De fait, ce furent toutes les pièces de cette tenaille qui se grippèrent progressivement. La défaite franco-bavaroise de Blenheim en 1704 annihila les espoirs de jonction au cœur de l’Empire Habsbourg. Cette faillite entraîna un essoufflement progressif de la « pince ouest » du dispositif et amoindrit l’intérêt de l’action hongroise aux yeux d’une France mise peu à peu en difficulté de son côté. Les autres alliés régionaux ne purent pour leur part porter secours : dans un incessant balancier entre l’Orient et l’Occident, la Porte vivait une période de retrait dans la péninsule balkanique après les coups portés par la Maison d’Autriche après 1683. L’Empire ottoman avait même perdu de sa crédibilité aux yeux des Malcontents qui ne souhaitaient pas le voir intervenir dans leurs affaires afin de préserver une marge de liberté en cas de victoire sur les Habsbourg. Il ne servit qu’avec difficulté, durant l’hiver 1704, à l’acheminement de la mission diplomatique française qui dut affronter la défiance des Pachas des Balkans. Des Alleurs ne parvint ainsi à Éger que le 28 février 1705. La Pologne, en proie aux luttes intestines depuis la fin de Sobieski et limitée dans ses interventions par les menaces suédoises et russes, ne représentait plus quant à elle qu’un axe d’approvisionnement financier. La Suède, puissance plus lointaine mais recours potentiel auquel avait réfléchi la diplomatie française, était occupée à guerroyer contre la Russie, nouvelle puissance régionale intervenant de plus en plus activement et qui aurait pu constituer un allié auquel Rákóczi lui-même avait pensé bien avant les diplomates français, dès septembre 170718. Mais l’appareil des Affaires étrangères français, aveuglé par ses certitudes quant à la victoire de la puissance suédoise et influencé par Des Alleurs, très hostile au rôle de médiateur du prince hongrois entre la France et la Russie, n’anticipa pas et refusa de bousculer les habitudes diplomatiques qui auraient remis en cause un système pourtant en pleine déliquescence. Cette incapacité de la diplomatie française à imaginer le monde dans des espaces trop lointains et à se projeter plus loin que les décisions arrêtées ne le lui permettaient, constitua finalement la lacune majeure de la pensée géopolitique de la fin du règne de Louis XIV, une lacune à laquelle le marquis n’échappa pas.

13Les rapports nous montrent pourtant que tous ces éléments avaient été finement observés, y compris en Hongrie même, mais le défaut d’analyse fut trop criant pour tirer parti de ces observations : entre l’appareil d’État empreint d’une vision européenne et l’envoyé extraordinaire Des Alleurs assujetti sur le terrain à une vision plus strictement nationale, il manquait vraisemblablement à la diplomatie française une analyse à l’échelle régionale ainsi qu’une capacité à se défaire de ses préjugés et fixations. Dans ses rapports, en particulier à la fin de sa mission, Des Alleurs décrivit consciencieusement ces éléments sans parvenir à en tirer les conclusions trop éloignées du carcan traditionnel de la pensée diplomatique française ; les instructions en retour, bien frileuses, n’apportèrent rien. La modélisation d’une tenaille fit ainsi place à un isolement de plus en plus net de la nation hongroise sans recours pour Rákóczi, un modèle peu porteur d’espoir et que nous pourrions qualifier d’insulaire. La faillite de la mission française tenait ainsi autant aux hommes en place qu’au système lui-même.

L’échec des hommes et des pratiques

14Les problèmes concernèrent en premier lieu le missionné. Il est à ce sujet malheureux que le marquis des Alleurs n’ait pas laissé d’écrits du for privé. Les documents officiels, en particulier ses lettres de mission, nous permettent cependant de discerner clairement les buts et prérogatives de l’envoyé français. Mais le statut évolutif de la mission, déjà évoqué, entraîna un certain flou autour des marges de manœuvre dont disposait celui-ci, le contraignant à négocier « le pied à l’étrier », en fonction des évolutions du contexte. Ses pouvoirs, ses analyses et sa possible prise d’initiative étaient certes entravés par divers éléments.

  • 19 Bély L., « La naissance de la diplomatie moderne », op. cit., p. 283.

15La situation générale politique, fluctuante, prit rapidement une mauvaise tournure pour les intérêts français. La complexité des intérêts en question et du jeu politique en perpétuelle évolution mirent souvent à rude épreuve les capacités du négociateur à informer, proposer puis influencer le cours des événements, pour reprendre les mots de Lucien Bély19.

  • 20 Ce fut moins le cas de la petite noblesse.
  • 21 En particulier Bercsényi, cible de nombreuses rancœurs. Les Mémoires de Lemaire au sujet de la gue (...)
  • 22 Suivant des critères d’éloignement tant géographiques que culturels, une étude prosopographique de (...)

16Sa situation personnelle fut souvent difficile, dans un pays lointain dont il ne maîtrisait pas la langue ni les habitudes culturelles et politiques, malgré le bon accueil que lui réservèrent les aristocrates hongrois qui le reçurent20 et l’étude sérieuse des mémoires ayant préparé la mission. Le temps nécessaire à se créer son propre réseau d’information et le climat qui entourait la déliquescence progressive du mouvement hongrois n’aidèrent pas, bien entendu, à la pertinence des analyses. Par moments, alors que les informations envoyées en France auraient pu et dû se concentrer sur des considérations plus pragmatiques, elles se perdirent en notes acides sur certains des chefs hongrois21 ou en tentatives de dédouanement quant à son propre rôle. L’histoire de cette sensation d’isolement et des tensions psychologiques afférentes souvent très lourdes reste à produire, intégrée à celle de leur identité22. Il ressort en effet des correspondances officielles du marquis un fort sentiment d’isolement se transformant peu à peu en perte des repères à mesure que la situation se faisait plus compliquée et que la communication et les liens de confiance entre le marquis et le prince devenaient plus difficiles.

  • 23 Les missives partaient à la fréquence d’un envoi tous les trois à cinq jours. L’ensemble de nos ob (...)
  • 24 L’échec partiel de celle-ci n’empêcha pas le marquis, à l’issue de son séjour hongrois, d’être nom (...)

17Ainsi, certains espacements suspects dans les envois, en règle générale très réguliers23, du missionné français semblent dénoter une forme d’hésitation bien marquée lors des périodes les plus difficiles de la guerre d’indépendance ou lorsqu’il s’agissait de donner des renseignements au sujet des tractations de Rákóczi concernant la Couronne de Pologne ou l’alliance russe. « Chargé de responsabilités et irresponsable », le marquis des Alleurs n’en demeurait pas moins, dans le cadre d’une culture du service en pleine affirmation, soumis à une forme de morale professionnelle et aux peurs liées à sa carrière et à l’éventuel échec de sa mission24, affecté par les tensions psychologiques inévitables à la vue des enjeux de cette dernière.

18Tous ces éléments n’aidèrent pas à la réalisation de la mission, liée aussi à l’acheminement du courrier, élément décisif pour le bon fonctionnement des prérogatives de l’envoyé : les délais furent souvent supérieurs à cinq semaines, et les missives du marquis arrivèrent parfois auprès des services du secrétaire d’État de manière regroupée. Cette temporalité particulière due aux réseaux de communication parfois peu sûrs, surtout en ces périodes de conflit et d’effondrement du réseau diplomatique français, amoindrissait considérablement la capacité d’action du diplomate et touchait ainsi à son rôle, à son essence même : comment assurer le rôle de courroie dans le dialogue entre les puissants dans ces conditions ? Les agents assumaient ces difficultés mais étaient souvent incapables de les surmonter effectivement. L’acte diplomatique se résumait alors à un dialogue haché, discontinu et parfois peu cohérent, où la prise d’initiative du missionné devait permettre d’apporter du liant, de pallier cette inefficacité mais était dans la réalité trop souvent limitée par les éléments déjà exposés.

19Ces problèmes dilatoires généraux s’ajoutèrent aux différentes temporisations et au manque d’opportunisme qui caractérisa la politique française lors de la guerre d’indépendance. Ainsi, aux injonctions et avertissements enjoignant Rákóczi de refuser tout compromis avec les Habsbourg lorsque ceux-ci semblaient prêts à lui accorder la principauté de Transylvanie, succédèrent les hésitations du prince à se faire remettre celle-ci par les Ordres alors que la Couronne de Pologne lui était peut-être accessible, et son souci de patienter lors de la période de succession à la tête de la Maison d’Autriche en 1705. Cette période autour de 1705 aurait pu être une période charnière décisive, mais elle fut surtout celle du délai.

  • 25 Minutieusement décrites dans l’ouvrage de Bérenger J. et Kecskeméti K., Parlement et vie parlement (...)

20Ces dysfonctionnements, le manque de concrétisation des pratiques diplomatiques et d’imagination des hommes qui ne surent les renouveler constituent à notre sens le véritable échec global des ambitions françaises dans la région, symbolisé par le résultat particulier de la mission du marquis des Alleurs. Le différend culturel avec les structures d’expression de la nation nobiliaire hongroise25 était par ailleurs trop important, malgré les études entreprises avant la mission. Soulignons à ce sujet que la forme de confédération prise par la résistance hongroise était originale et s’apparentait plutôt aux habitudes de la noblesse polonaise, marquant la scission entre différents partis de la noblesse hongroise. Ce fait constitua une nouvelle difficulté quant à l’action du marquis, renforçant le flou et la complexité autour du mouvement des insurgés qui manquait déjà de cohérence du fait de la défense en son sein d’intérêts particuliers et souffrait de l’insuffisance de capacités de nombreux généraux entourant le prince. Les rapports ainsi que les écrits ultérieurs se firent l’écho de ce sentiment, et désignèrent une forme d’obsolescence du système politique national face aux agissements d’un État Habsbourg autrement mieux organisé.

21En un sens, ce constat rejoint l’affirmation des États modernes mieux structurés et organisés supplantant et intégrant les anciennes monarchies électives en Europe médiane. Il est cependant à relativiser : s’il semble valable dans le cadre des conflits et des situations d’urgence, c’est aussi ce système qui permit à la monarchie hongroise de perdurer avec un statut particulier au sein des possessions Habsbourg, aboutissant sur le tard aux événements de 1848 où cette nation nobiliaire, politisée par essence, remplaça partiellement une bourgeoisie quasi-inexistante dans le processus révolutionnaire.

Vers un nouvel ordre géopolitique, la fin des prétentions françaises en Europe danubienne

  • 26 L’exemple de la montée en puissance russe, mal perçue par les agents sur place et totalement inopi (...)
  • 27 Malettke K., « L’“équilibre” européen face à la monarchia universalis : les réactions européennes a (...)
  • 28 Même si l’action du marquis des Alleurs put être considérée comme positive d’un point de vue milit (...)
  • 29 Malettke K., « L’“équilibre” européen… », art. cit., p. 56 : l’historien allemand estime alors que (...)
  • 30 « Ne pouvoir bouger un membre par excès de puissance. » L’aphorisme musilien paraît particulièreme (...)

22Ces États plus modernes et structurés verticalement, à l’administration plus efficace et aux appétits plus agressifs, surent prendre le pas sur les États à la tradition parlementaire ancienne et s’imposer rapidement en Europe médiane comme des acteurs équivalents, dans la balance géopolitique, aux puissances occidentales les plus importantes. L’affirmation de ces puissances, impossible à prendre en compte par un appareil diplomatique absent à l’échelle régionale26, déstabilisa l’ordre géopolitique régional et expliqua en grande partie l’échec global de la mission du marquis des Alleurs. Notons tout de même que plusieurs de ses objectifs, telle la déchéance de la Maison d’Autriche du trône hongrois, furent remplis, et que la dynamique du mouvement hongrois, entretenue peu ou prou par la mission du marquis, fut d’une utilité militaire certaine pour la monarchie française. Mais la mission symbolisa surtout la fin des appétits français en Europe danubienne et une réorientation de sa politique extérieure dans la région, incapable d’assurer une situation d’hégémonie qui s’était par le passé manifestée par un solide réseau d’alliances et de protections. À partir du XVIIIe siècle, Paris fut plutôt à la recherche d’un équilibre adapté à la nouvelle donne géopolitique. Cet éloignement et cette recherche d’équilibre amenèrent par la suite la France à s’intéresser plutôt aux affaires de Pologne qu’à une Hongrie détachée de son orbite, au moins jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Nous rejoignons par ce biais les conclusions de Klaus Malettke sur l’« équilibre » européen face à la Monarchie universelle27. L’échec de la mission proprement dite28 révélait et accompagnait in fine une évolution de la diplomatie française en formation, et infléchit le cours des pratiques de cette diplomatie. Il accompagnait également la restructuration d’un espace autour des puissances d’Europe centrale et orientale, à la dimension plus brutale et agressive que par le passé, débouchant paradoxalement sur une forme de stabilité et d’équilibre29, ou peut-être d’une nouvelle rigidité imposée par ces puissances et obstruant le rayonnement diplomatique français30.

Notes

1 Notons que l’agitation commença bien plus tôt, dans la lignée des troubles du XVIIe siècle.

2 Voir l’ouvrage classique de Köpeczi B., La France et la Hongrie au début du XVIIIe siècle, Étude d’histoire des relations diplomatiques et d’histoire des idées, Budapest, 1971.

3 Bély L., L’Art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 2007. L’essentiel des orientations historiographiques en question est résumé dans l’article de Bély L., « La naissance de la diplomatie moderne », Revue d’histoire diplomatique, no 3, 2007, p. 271-294.

4 L’adhésion des peuples aux causes d’un État d’ailleurs mal défini dans le cas du soulèvement hongrois serait très précisément à discuter. De plus, la personnalité aux multiples facettes de François II Rákóczi cadre mal avec un mouvement de contestation unifié.

5 Mémoire sur les affaires de Hongrie, Archives du ministère des Affaires étrangères, Corr. Pol. Hongrie, t. 9, fol. 142-7.

6 Il s’agit alors de la guerre de Succession d’Espagne.

7 Ces considérations de légitimation occupèrent les esprits des deux côtés. Ainsi, les nombreuses tentatives de Rákóczi pour jouer un rôle international, y compris en dehors de l’alliance française : par exemple, sur le tard, en tant que médiateur dans le cadre d’une éventuelle alliance entre la France et la Russie. Cette action devait lui permettre de trouver une place « normalisée » au sein de la société des Princes. Voir au sujet de Louis XIV et des bases juridiques de la guerre d’indépendance hongroise : Köpeczi B., La France et la Hongrie…, op. cit., p. 52-57.

8 Il s’agit de l’arrière-grand-père de François II, dirigeant de la principauté alors souveraine de Transylvanie. Ce titre de prince fut ainsi légitimement revendiqué par François II.

9 En particulier la clause de résistance incluse dans la bulle d’Or et sur laquelle les Habsbourg eux-mêmes avaient prêté serment.

10 Jusqu’à acquérir une dimension tragique voire romantique avant l’heure à la suite des malheurs qui l’avaient accablé.

11 Marquée par la violence, cette Diète permit la proclamation de déchéance de la famille Habsbourg du trône de Hongrie ; Rákóczi fut proclamé prince de Transylvanie et dux du mouvement, qui avait pris la forme d’une confédération. Voir à ce sujet l’ouvrage de Bérenger J. et Kecskeméti K., Parlement et vie parlementaire en Hongrie, 1608-1918, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 164-170.

12 Les mémoires de l’ingénieur militaire Lemaire sont éloquents à ce sujet, voir Histoire intéressante, Archives du ministère des Affaires étrangères, Corr. Pol. Hongrie, t. 9, fol. 147-152.

13 De fait, le concept d’équilibre européen, précoce en France, constituait un des éléments de justification de cette raison d’État dont découlait par la suite la volonté hégémonique. Sur cette contradiction et sur les rapports entre la guerre et la souveraineté, ainsi que sur les « nécessités d’État », voir l’ouvrage classique de Cornette J., Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, 2000, en particulier les pages 120-123 et 134-141 concernant les outils de légitimation des actions « justes » entraînées par cette souveraineté.

14 Notons de même que les Mémoires pour l’instruction du Dauphin ne font finalement que peu de cas de la politique étrangère…

15 Et motivée selon lui par des considérations de classe, une optique intéressante mais parfois sclérosante, qu’il est nécessaire à notre avis de relativiser : l’historien hongrois cherche plutôt l’explication dans une vision marxiste de la chose, « dans les grandes tendances intérieures et extérieures du développement historique ». Il est à ce sujet étonnant de constater que ce grand historien se conforme, comme contraint, au schéma marxiste, mais note la pertinence des autres explications possibles, tout en se refusant, au moins théoriquement, à les intégrer à ses conclusions. Il s’attache ainsi à mettre en avant « la monarchie absolue, en tant qu’État féodal », qui devait « assurer la subsistance d’une noblesse plus ou moins ruinée qui avait monopolisé le métier des armes », problème social résolu par la lutte française pour l’hégémonie en Europe, appuyée par la bourgeoisie française en formation dans son combat pour la conquête des marchés comme l’ont montré les guerres contre la Hollande et l’Angleterre. Ce constat s’appliquerait cependant mal à d’autres échelles et d’autres espaces : les motivations françaises en Europe médiane ne peuvent être les mêmes qu’en Occident comme l’ont révélé des mémoires sur le commerce préservés aux archives du ministère des Affaires étrangères… Les perspectives économiques dans cette région sont alors bien minces, à vrai dire de simples ébauches depuis Trieste.

16 Malgré la campagne de 1664 pour la Porte. Cette campagne était avant tout une occasion pour la France, en tant que membre de la Ligue du Rhin, d’intervenir en Allemagne, un théâtre d’opérations privilégié ; l’opération peut être aussi vue comme un acte de propagande à l’échelle de la chrétienté et une démonstration de force pour les États de la région, alliés ou adversaires… Cette intervention induisait cependant dès cette époque des contradictions de long terme dans la politique est-européenne de la France, décrite avec minutie dans l’ouvrage de Poumarède G., Pour en finir avec la Croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, PUF, 2004.

17 Mais c’est aussi le cas, physiquement, de la mission du marquis des Alleurs.

18 L’affaire de la Couronne de Pologne, à laquelle prétendit un temps Rákóczi, avec le soutien du Tzar, entrait de plus en ligne de compte. Voir Köpeczi B., La France et la Hongrie…, op. cit., p. 203-208.

19 Bély L., « La naissance de la diplomatie moderne », op. cit., p. 283.

20 Ce fut moins le cas de la petite noblesse.

21 En particulier Bercsényi, cible de nombreuses rancœurs. Les Mémoires de Lemaire au sujet de la guerre d’indépendance montrent d’ailleurs que ces considérations étaient largement partagées par l’ensemble de la délégation française.

22 Suivant des critères d’éloignement tant géographiques que culturels, une étude prosopographique des documents officiels mais aussi des écrits du for privé, pour ambitieuse qu’elle soit, permettrait d’intégrer cette histoire psychologique à celle de l’identité de ces agents diplomatiques.

23 Les missives partaient à la fréquence d’un envoi tous les trois à cinq jours. L’ensemble de nos observations sur les sources proprement dites provient de notre analyse des documents consultables aux archives du ministère des Affaires étrangères, Correspondances Politiques de Hongrie. Les lettres du marquis sont regroupées dans les volumes 11 à 13. Nous tenons à ce sujet à remercier Olivier Maurin pour son aide et espérons que le travail de Doctorat (sous la direction du professeur François Cadilhon) qui devrait suivre le mémoire de Master sur la mission du marquis, sera couronné de succès.

24 L’échec partiel de celle-ci n’empêcha pas le marquis, à l’issue de son séjour hongrois, d’être nommé ambassadeur de la France auprès de la Sublime Porte.

25 Minutieusement décrites dans l’ouvrage de Bérenger J. et Kecskeméti K., Parlement et vie parlementaire en Hongrie…, op. cit., note 3.

26 L’exemple de la montée en puissance russe, mal perçue par les agents sur place et totalement inopinée pour l’appareil diplomatique français, est à ce titre particulièrement révélateur. Même par la suite, les relations diplomatiques avec une personnalité aussi énergique et originale que Pierre le Grand n’allèrent pas sans poser étonnement et incompréhension. Voir Mieck I., « La diplomatie classique à l’épreuve : les rencontres princières avec Pierre Ier de Russie », dans Bély L. (dir.), L’invention de la diplomatie, Paris, PUF, 1998, p. 319-332.

27 Malettke K., « L’“équilibre” européen face à la monarchia universalis : les réactions européennes aux ambitions hégémoniques à l’époque moderne », dans Bély L. (dir.), L’invention de la diplomatie, op. cit., p. 47-58.

28 Même si l’action du marquis des Alleurs put être considérée comme positive d’un point de vue militaire.

29 Malettke K., « L’“équilibre” européen… », art. cit., p. 56 : l’historien allemand estime alors que « ce concept d’équilibre européen en tant que programme politique général avait été largement accepté par le monde politique et la diplomatie internationale ».

30 « Ne pouvoir bouger un membre par excès de puissance. » L’aphorisme musilien paraît particulièrement adapté à cette situation.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search