Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Première Partie. Armée et diplomatie française en Europe centrale

1. Médiations diplomatiques françaises en Pologne au xviie siècle

Maciej Serwański

Texte intégral

1Dans cette contribution, nous souhaitons présenter les médiations diplomatiques françaises qui furent menées en Pologne au cours du XVIIe siècle. À cette fin, il nous semble utile de dégager brièvement les objectifs politiques que la France cherchait à réaliser durant la période en question, de procéder ensuite à une description synthétique du déroulement de quelques missions diplomatiques françaises bien concrètes, et en particulier des méthodes qui étaient alors appliquées, pour terminer, bien entendu, par un bilan sommaire des démarches que la diplomatie française avait entreprises tout au long de la période historique considérée, le tout accompagné d’un essai d’évaluation critique, notamment pour ce qui est de leur efficacité.

2En parlant des objectifs poursuivis par la France au XVIIe siècle sur la scène politique européenne en général, et en Pologne en particulier, il faut sans doute remonter au siècle précédent (XVIe), dans la mesure où il est avant tout nécessaire de rappeler que c’est justement de cette époque-là que date la tradition de la présence politique et diplomatique française en Pologne. Sous le règne de la dynastie des Jagellons, deuxième puissance sur le vieux continent après la Russie, la France apparaissait comme un partenaire stratégique essentiel aux yeux des différents rois de ce pays. La dynastie des Valois, comme celle des Bourbons, se trouvait en rivalité avec la Maison de Habsbourg.

3En effet, la Pologne devait être pour la France une tête de pont anti-Habsbourg située à l’est de l’Empire et au nord des pays héréditaires de la Maison d’Autriche. Cette importance de la Pologne en tant qu’alliée stratégique des intérêts politiques européens de la France se manifesta très clairement en 1519, et plus exactement lors de l’élection dans le Saint-Empire. La diplomatie française chercha en effet, même si ce fut en vain, à s’assurer le soutien du roi de Pologne, en essayant de le convaincre d’accorder sa voix à la candidature française de François Ier. Ensuite, il convient d’évoquer le premier traité d’alliance entre la France et la Pologne, signé en 1524 à Paris, et appelé « traité de Jérôme Łaski ». Celui-ci échoua dès l’année suivante, à la suite de la défaite française à Pavie, tout comme quelques tentatives de mariages dynastiques franco-polonais, entre autres en 1547.

4Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, la France s’intéressa à la mer Baltique, ce qui était lié notamment au grand conflit de dominium Maris Baltici, opposant à l’époque plusieurs rivaux de la région qui luttaient âprement pour la prédominance dans le bassin, lieu de croisement de nombreux intérêts, en particulier de ceux de la Hanse et des Habsbourg. Pourtant, si dans le cadre de cette rivalité, qui d’ailleurs allait bientôt dégénérer en une véritable guerre, les pays tels que l’Angleterre ou la Hollande étaient actifs depuis déjà très longtemps, il n’en était pas de même pour la France dont la présence politique et diplomatique n’avait été, dans un premier temps, que peu significative et ne se concrétisa réellement qu’avec l’éclatement de la guerre qui commença en 1563 et se termina par la signature d’un traité de paix en 1570. Ce dernier fut réalisé grâce, entre autres, aux grands efforts diplomatiques de l’ambassadeur de France à Copenhague, Charles Danzay, qui fut également médiateur entre le roi de Pologne et les pays concurrents de cette région de l’Europe. Pourtant, le succès de la médiation française ne fut que partiel, étant donné que le problème n’était pas définitivement résolu, surtout pour la Pologne, mécontente de la « navigation de Narva », permettant aux pays de l’Occident de continuer à commercer directement avec la Moscovie à travers le seul port russe ayant alors accès à la mer Baltique. En effet, ce commerce portait atteinte aux intérêts économiques de la République polono-lithuanienne, en la privant d’une bonne partie de ses revenus qui étaient dus au rôle d’intermédiaire que la Pologne avait précédemment pu jouer dans le commerce entre l’Occident et l’Est de l’Europe.

5Ainsi, il aura fallu attendre jusqu’en 1573 pour voir enfin un grand succès politique de la France et de sa diplomatie dans ses rapports avec la Pologne, succès s’inscrivant, une fois de plus, dans la rivalité avec la Maison d’Autriche : à la mort de Sigismond-Auguste en 1572, dernier des Jagellons, le trône de la République nobiliaire devint de iure et de facto électif et Jean de Monluc, évêque de Valence, qui était à la tête de l’ambassade extraordinaire envoyée du Louvre en Pologne afin de soutenir devant la Diète la candidature d’Henri de Valois à la couronne polonaise, parvint avec adresse à minimiser la participation du jeune prince aux événements de la Saint-Barthélemy et à convaincre la majorité de la noblesse, réunie près de Varsovie, qu’il valait mieux élire un Français plutôt qu’un Habsbourg, en l’occurrence l’archiduc Ernest, fils de l’empereur Maximilien II. Pourtant, comme on le sait, le succès de l’élection d’Henri de Valois au trône de Pologne ne s’avéra qu’un épisode et fut d’ailleurs compromis par le roi lui-même qui, à la nouvelle de la mort de son frère Charles IX, prit la décision de fuir en cachette la Pologne pour devenir roi de France sous le nom d’Henri III.

6Comme il était à prévoir, la fuite du roi sans l’autorisation de la Diète polonaise provoqua la suspension des contacts entre la Pologne et la France pendant plusieurs années et même une certaine haine des Polonais vis-à-vis de la France et du roi qui avait trahi la noblesse polonaise, si bien que force est de constater que le XVIe siècle se termina sans doute pour la France par un grand échec du point de vue diplomatique dans ses rapports avec la République nobiliaire.

7Les contacts diplomatiques franco-polonais reprirent au XVIIe siècle, notamment avec l’avènement du règne d’Henri IV dont l’objectif principal était d’aboutir à l’interruption de la guerre polono-suédoise ayant pour causes majeures d’un côté la volonté de la prépondérance dans le bassin de la mer Baltique, et de l’autre la volonté des Wasa polonais, qui étaient une branche catholique des Wasa suédois, de recouvrer la couronne de Suède, perdue quelques années auparavant. Le monarque français voulait en effet employer le potentiel militaire de la Suède, devenue à l’époque son allié principal, au profit de sa propre vision de l’ordre politique européen dont l’élément central était la suprématie de la France sur la Maison d’Autriche et dont la réalisation s’avérait impossible aussi longtemps que les forces suédoises restaient engagées dans la guerre contre la Pologne. La médiation française entre les Wasa polonais et les Wasa suédois, menée d’ailleurs avec un succès inégal, devint alors l’objectif principal de la diplomatie de Paris.

8Les premières médiations françaises entre la Suède et la Pologne au XVIIe siècle eurent lieu sous le règne de Sigismond III qui, ayant été détrôné dans son pays d’origine à la fin du XVIe siècle, commença dès 1600 une opération militaire contre le nouveau monarque scandinave, Charles III. Une mission de reconnaissance cherchant à sonder les possibilités d’une réconciliation, dont la France avait de plus en plus besoin, entre Sigismond III, pro-Habsbourg, et Charles III, pro-Français, fut donc dépêchée en Pologne en 1602. Pourtant, s’il est vrai que cette mission, dirigée par Charles de Gonzague, duc de Nevers, fils d’un conseiller qui autrefois avait été actif aux côtés d’Henri de Valois, ainsi que les autres missions poursuivies par la diplomatie française jusqu’à la fin du règne d’Henri IV, laissèrent dans un premier temps entrevoir quelque espoir quant à la possibilité de mettre fin aux hostilités polono-suédoises, il est néanmoins hors de doute qu’elles se soldèrent toutes par un échec criant dans la mesure où les hostilités, au lieu de s’arrêter ou de se calmer, reprirent au fil des années avec encore plus de vigueur.

9Cependant, tous ces échecs ne découragèrent pas les Français car dès 1610, c’est-à-dire au moment où Henri IV était assassiné, Paris nommait un consul français en Pologne, en choisissant pour lieu de résidence la ville de Gdańsk. En effet, située au bord de la mer Baltique et jouissant alors d’un statut de ville indépendante (quoique appartenant à la Couronne de Pologne), la ville de Gdańsk représentait un double intérêt pour la France : d’un côté, on y voyait une ville pouvant jouer un grand rôle dans les rapports politiques et diplomatiques entre la France et la Pologne, notamment pour ce qui était de la possibilité de défendre les intérêts français, et de l’autre, une ville où se concentrait tout le commerce polonais, spécialement du blé, qui y affluait par la Vistule. Et il faut ajouter que jusqu’à la fin de l’existence de la République nobiliaire de Pologne, c’est-à-dire jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, des consuls de France résidèrent justement à Gdańsk, permettant ainsi de maintenir les contacts politiques et diplomatiques entre les deux pays, surtout au moment où les relations officielles étaient soit suspendues soit même rompues, ce qui arriva d’ailleurs assez souvent. D’autre part, il nous paraît important de remarquer que si le choix en 1610 de la ville de Gdańsk comme lieu de résidence du consul français en Pologne était bien motivé, celui de la personne même du premier consul, Jean de la Blanque, n’était pas non plus l’œuvre du hasard, mais au contraire le fruit d’une analyse bien attentive : ayant autrefois résidé en Suède, Jean de la Blanque représentait sans doute, aux yeux du nouveau souverain français, un personnage capable de créer de nouvelles possibilités ou de nouvelles chances dans les relations polono-suédoises et pour la politique de la France vis-à-vis de la Pologne.

10La nécessité des démarches diplomatiques de la France dans ses contacts avec la Pologne s’accrut considérablement dans la période de la guerre de Trente Ans, notamment à cause des succès remportés par le camp catholico-habsbourgeois dans la première phase du conflit. En effet, le cardinal de Richelieu, qui au début ne voulait pas faire intervenir officiellement les forces françaises dans la guerre, commençait à regarder avec de plus en plus d’inquiétude le renforcement progressif de la position du Saint-Empire. Il se lança alors dans une double action diplomatique auprès de la République polono-lithuanienne, qui était pro-habsbourgeoise, et auprès de la Suède, qui était de nouveau le principal allié de la France en Europe, afin de faire cesser les hostilités réciproques entre les deux pays, des hostilités qui depuis vingt-cinq ans déjà liaient les mains de la Suède, en l’empêchant une fois de plus de s’engager militairement dans la lutte contre les troupes impériales, et cela au moment où le cardinal de Richelieu en avait le plus besoin.

11Les négociations de paix, auxquelles, pour des raisons concernant la défense de leurs intérêts économiques, participèrent également les Hollandais et, jusqu’à un certain moment, les Anglais, commencèrent en 1629. Il faut dire que c’est avec beaucoup d’habilité qu’elles furent menées par les médiateurs français, et notamment par Hercule Girard, baron de Charnacé, envoyé de Louis XIII. Malgré une certaine méfiance de la part de la noblesse polonaise qui voyait en lui un allié de la Suède, il sut très bien utiliser au profit de la France la spécificité des relations politiques en Pologne, et en particulier le conflit entre les intérêts personnels et dynastiques du roi Sigismond III Wasa. Ce dernier avait l’ambition de recouvrer la couronne de Suède et, partant, était plus que favorable à la guerre ; or, la noblesse avait une attitude plutôt pacifiste dans la mesure où, d’un côté, elle comprenait parfaitement que pour continuer la guerre il était nécessaire de grossir les effectifs de l’armée, ce qui entraînait la nécessité de nouveaux impôts, et d’un autre, elle voyait tout renforcement du roi comme une menace pour la démocratie nobiliaire, et par conséquent une dégradation potentielle de son propre rôle à l’intérieur de la « république présidée par le roi », comme on appelait parfois la Pologne.

12Toujours est-il que la trêve d’Altmark, signée le 26 septembre 1629, bien que seulement pour six ans, fut un grand succès diplomatique et politique de la France, qui parvint de cette manière à libérer la Suède des opérations militaires en Pologne et à créer une alliance franco-suédo-brandebourgeoise, ce qui donna à la Suède la possibilité de concentrer ses troupes, dirigées par Gustav-Adolphe, sur le territoire de l’Empire, et plus exactement à Peenemünde, en Poméranie, dès l’été 1630. Pourtant, s’il est incontestable que la trêve d’Altmark permit à la France et à la Suède d’ouvrir en quelque sorte un nouveau chapitre dans l’histoire de la guerre de Trente Ans et de faire pencher enfin la balance de leur côté, elle fut en même temps un échec de Sigismond III et, partant, de la Pologne qui s’en retrouvait considérablement affaiblie, notamment à cause des conditions très difficiles qui lui avaient été imposées pour une période de six ans. Bien sûr, la trêve d’Altmark fut aussi un échec des Habsbourg en Pologne. La rupture de celle-ci aurait aussi constitué un grave danger pour la République vu le risque d’une guerre l’opposant à la fois à la Moscovie, à la Turquie et à la Suède. Et c’est justement à la France – à Louis XIII, en tant que médiateur principal de la trêve polono-suédoise – qu’ils s’adressèrent en 1631 pour demander son aide. À ce moment, cela signifiait que l’objectif principal de la diplomatie française à l’égard de la Pologne était réalisé, à savoir la neutralisation de la République vis-à-vis de la guerre européenne.

13Pourtant, la trêve d’Altmark n’ayant été signée que pour six ans, en 1634 les médiateurs français durent à nouveau s’engager dans les négociations polono-suédoises en vue de chercher à la prolonger autant que possible, ou même à la transformer en une paix durable, de manière à ce que l’armée suédoise puisse rester sur le territoire de l’Empire et continuer à lutter contre les forces de la Maison des Habsbourg et de ses alliés. Encouragés par l’ouverture des Polonais à de nouveaux pourparlers, et par le fait que dès 1632 régnait sur le trône de Varsovie Ladislas IV Wasa, lui aussi plus ouvert dans sa politique étrangère que son père Sigismond III, les Français confièrent la délicate mission de poursuivre les négociations entre la Suède et la Pologne à Claude de Mesmes, comte d’Avaux, qui parvint en 1635 à faire signer à Stuhmsdorf aux parties belligérantes une trêve pour une durée de vingt-six ans. Fier de son succès, il s’adressait au roi Louis XIII en ces termes : « Je ne dis rien à Votre Majesté des conditions de cette longue trêve, puisqu’il n’importe pas à son service comment elle soit faite ». Naturellement, la signature de cette trêve avec la Suède était une victoire pour la noblesse et un échec pour le roi qui devait suspendre ses prétentions à la couronne suédoise pour vingt-six ans.

14Mais il convient de rappeler tout de suite que cette situation changea après les traités de Westphalie de 1648, qui avaient renforcé le principal allié de la France, à savoir la Suède. En effet, voulant faire de la mer Baltique son « lac intérieur » – dont la constitution était jusque-là impossible à cause du territoire de la Prusse royale, gouvernée par la Pologne –, la Suède rompit elle-même la trêve négociée par l’intermédiaire de Claude de Mesmes et commença en 1655 une nouvelle guerre contre la Pologne qui dura cinq ans, même s’il est vrai que les trois dernières années de cette guerre furent consacrées aux négociations qui se terminèrent par la signature de la paix d’Oliva en 1660, grâce à la médiation française dirigée par Antoine de Lumbres. D’ailleurs, le succès de la France fut cette fois-ci d’autant plus remarquable que la paix d’Oliva mit définitivement un terme aux guerres polono-suédoises jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

15Cependant, les médiations réalisées dans le cadre des guerres polono-suédoises que nous venons de décrire ne furent pas les seules médiations de la France dans ses contacts avec la Pologne au XVIIe siècle. En effet, à partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle, le cardinal Mazarin et ses successeurs firent de nouvelles tentatives de rapprochement polono-français qui devaient servir, elles aussi, avant tout contre les Habsbourg, mais qui se situaient dans le cadre d’une conception plus large de la politique des Bourbons en Europe centrale et orientale. Nous ne pouvons les mentionner ici que de façon concise. Il s’agissait en effet de constituer un système original de protection contre les Habsbourg, en créant aux arrières du Saint-Empire une union d’États alliés à la France, qui devaient former la « barrière orientale » (cette expression, qui remonte au XVIIe siècle, a survécu jusqu’à nos jours), une alliance dont devaient faire partie la Suède, la Pologne, la Transylvanie et la Turquie. Et comme on avait déjà pacifié les relations polono-suédoises, il était temps de régler également le problème des guerres qui, dans la deuxième moitié du XVIIe, opposaient la Pologne à l’Empire ottoman. Les premières perspectives de règlement de ces conflits par voie de médiation semblaient plutôt positives pour la France, surtout si l’on prend en considération les traités que le roi Jean III Sobieski signa avec la France à Jaworów, en 1675, d’ailleurs à l’insu de la noblesse, et par lesquels le roi de France, en échange de la suspension des opérations militaires polonaises contre la Turquie, se déclarait prêt à accorder des subventions spéciales à la Pologne. Le revirement politique de Jean III Sobieski, qui accéda à la Sainte Ligue, finit par anéantir l’entente franco-polonaise et les guerres polono-turques se poursuivirent, en dépit des intérêts de la France, et donc en faveur de Vienne, jusqu’à la fin du XVIIe siècle, c’est-à-dire jusqu’à la signature de la paix de Carlovitz en 1699.

16Nous terminerons notre contribution consacrée à l’histoire des démarches médiatrices de la France en Pologne au XVIIe siècle par un bref bilan. D’abord, quant aux succès, il convient de citer avant tout les trêves conclues entre la Pologne et la Suède, en 1629 et 1635, qui ont rendu possible, d’un côté, une neutralisation efficace de la Pologne face à la guerre de Trente Ans, et de l’autre, un engagement militaire sérieux de la Suède dans la rivalité française contre les Habsbourg. De plus, il faut reconnaître que la signature de la paix d’Oliva, après la guerre des années 1655-1660, a été aussi un succès important pour la France dans la mesure où elle a permis de résoudre définitivement le problème des guerres polono-suédoises jusqu’à la fin du XVIIe siècle et de libérer de la sorte le premier allié de la monarchie des Bourbons de son engagement sur le front polonais. En revanche, pour ce qui est des échecs, il convient surtout de souligner que les démarches françaises n’ont tout de même pas abouti à un rapprochement durable entre la France et la Pologne et n’ont pas mis fin à la guerre polono-turque. En outre, à la fin du XVIIe siècle, et plus exactement en 1697, la France essuie une défaite diplomatique et politique en Pologne, à la suite de la victoire du candidat Habsbourg qui a battu le candidat français, le prince de Conti, au cours de l’élection qui a eu lieu après la mort de Jean III Sobieski. Cet échec du candidat français est sans doute à attribuer à une mauvaise tactique de négociation adoptée alors par la France qui semblait avoir commis une « erreur de calcul », en évaluant mal la juste nature des rapports entre les grands seigneurs polonais (les magnats) et la petite et moyenne noblesse, et notamment en oubliant que dans le système de la démocratie nobiliaire polonaise la petite et moyenne noblesse comptait plus que les grands seigneurs avec leurs pensions, provenant souvent de deux côtés politiquement rivaux, à savoir Paris et Vienne. Et c’est justement là qu’il faut voir la genèse de l’échec diplomatique de la France en Pologne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, sans sous-estimer ses succès dans la première moitié de ce siècle, et même jusqu’en 1660.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search