Version classiqueVersion mobile

Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe

 | 
Joan Busquets
, 
Sébastien Platon
, 
Alain Viaut

Contextes et images sociales des langues minoritaires

Le modèle écolinguistique espagnol et ses langues minoritaires

Spain as an Ecolinguistic Model and its Minority Languages

Christian Lagarde

Résumé

Après avoir donné des précisions concernant une définition de l’écologie des langues, ce texte présente le développement des Communautés autonomes de l’Espagne, comme modèle écolinguistique. La Constitution espagnole de 1978 établit trois catégories de langues : le castillan, « les autres langues espagnoles » et « les différentes modalités linguistiques ». Les langues régionales des Communautés autonomes appartiennent à la deuxième catégorie. Cette catégorisation par l’État traduit une hiérarchie en faveur du castillan. Cependant, chaque Communauté autonome a pu, par le biais de ses textes législatifs, rééquilibrer cette hiérarchie, en favorisant sa « langue propre ». Cette notion de « langue propre », à travers sa dimension identitaire, a une influence importante sur les représentations et attitudes des locuteurs, contribuant ainsi au maintien et à la survie de ces langues minoritaires. La mise en place des Communautés autonomes a favorisé la revitalisation des langues minoritaires face au castillan. Pour autant, les castillanophones, malgré les craintes d’une perte en puissance de la langue, sont toujours aussi nombreux ; alimentés par les phénomènes migratoires, la langue officielle restant la langue de communication systématique des nouveaux arrivants. Le développement des Communautés autonomes aura par ailleurs permis la montée en puissance des compétences bilingues castillan/langue propre.

Texte intégral

1Mon intervention s’inscrit de façon convenue comme introductive aux réflexions plus approfondies et ciblées qui feront suite dans cet ouvrage (c’est sa visée prospective) et dans la continuité du sous-titre de l’ouvrage collectif que nous avions co-dirigé, Henri Boyer et moi-même en 2002 : L’Espagne et ses langues : un modèle écolinguistique ? (c’est là sa visée rétrospective). Elle va donc dans le sens, d’une certaine manière, de la justification des termes d’une telle interrogation et c’est par conséquent sur la base de la conclusion que j’avais rédigée en 2001 que je voudrais asseoir les réflexions qui suivent. J’y disais en substance ceci :

Si l’on peut considérer que la Constitution de 1978 a instauré des cadres et des fonctionnements exemplaires en matière à la fois d’autogouvernement (du fait de la création des Communautés autonomes) et d’aménagements sociolinguistiques, l’État espagnol a évité de recourir à des formules rigides, uniformes. Un tel « flottement », quoique fréquemment fustigé, n’en assure pas moins sa viabilité tout en le rendant vulnérable aux extrémismes, linguistiques et/ou nationalistes de tout bord. (Lagarde 2002 : 277)

2Tout en saluant en la matière « la prééminence du pragmatisme sur le dogmatisme », j’y affirmais que « l’État y a jusqu’ici gagné sa viabilité, les régions une assez large autonomie, et la plupart des langues leur survie au sein de la diversité », en déclinant par la suite 3 situations-types : celle de la Catalogne et de Galice où les langues « régionales » sont bien diffusées et accessibles, celle du Pays basque où la langue est difficile d’accès, et celle des Communautés autonomes où les langues sont moins bien loties. Mon opinion était que, quel que soit l’état des lieux, chaque langue pouvait tirer parti du cadre juridique et politique instauré, ce qui m’amenait à conclure : « De ce point de vue, l’Espagne des Autonomies peut être regardée comme s’inscrivant dans une perspective écolinguistique, préservant la diversité des langues, au même titre que la biodiversité et la multiculturalité » (Lagarde 2002 : 277).

3Aujourd’hui, si je trouve que la « perspective écolinguistique » faisait davantage l’objet d’une évocation que d’une véritable démonstration, je n’en continue pas moins d’assumer ces propos, de même que je ratifie que « l’instauration du nouveau cadre n’a pas été sans incidences sur les mentalités » puisque « c’est à une véritable “contagion identitaire” que l’on a pu assister sur l’ensemble du territoire espagnol », comme je l’écrivais dans le même article (ibid. : 269). Mais mon intention n’est pas tant de me citer et de me gloser que d’approfondir ces deux lignes directrices, choses que je trouve, avec le recul, insuffisamment traitées dans la conclusion de L’Espagne et ses langues. Dans un premier temps, je me pencherai sur ce qu’il convient précisément d’entendre par « écologie des langues » ou « écologie linguistique » ou encore « écolinguistique », au terme de quoi j’essaierai de montrer dans quelle mesure la conception même des principales dispositions juridiques de l’État des Autonomies s’inscrit dans une pareille visée et, dans un troisième temps, en quoi un tel cadre a pu susciter une étroite corrélation avec la « contagion identitaire » et la recherche de solutions. Ces dernières adaptées, soit au cas par cas, soit répliquées dans le contexte espagnol, et de se révéler modélisable au-delà.

L’écologie des langues

4Louis-Jean Calvet (Calvet 1999 : 17) fait remonter le terme « écologie de la langue » à 1972 et en attribue la paternité à Einar Haugen, avec The Ecology of Language, qui reprochait alors aux linguistes d’être « généralement trop préoccupés de phonologie, de grammaire et de lexique » (Haugen 1972 : 325) plutôt que de ce qu’il envisage comme « l’étude des interactions entre une langue donnée et son environnement » (Haugen 1972 : 335). Or, à l’occasion du « Colloque international sur l’Écologie des langues » qui a eu lieu au Nouveau-Brunswick en août 2002, William Mackey, à qui il était ainsi rendu hommage et lui-même éditeur en 1974 de L’Écologie éducationnelle du bilinguisme, rappel avoir été sensibilisé à ces questions à partir des enseignements et des travaux de Zipf (Introduction à l’écologie humaine, 1948) et qu’il faut en rechercher les véritables origines chez le biologiste allemand, divulgateur de Darwin, Ernst Haekel, dès 1869 (Mackey 2003 a : 11). Mackey affirme dans son allocution d’ouverture que : « Dès 1964, on voit paraître le terme écologie linguistique sans savoir s’il s’agit de langue ou de langage. Et davantage après 1970 avec le terme écologie des langues sans préciser s’il s’agit de théorie, de méthode ou de métaphore » (ibid. : 12).

5Voilà sommairement pour la bataille d’experts, mais il se trouve surtout que, dans son discours de clôture dudit colloque, Mackey déclare que, malgré les brillants et louables efforts qui y ont été déployés, « il reste du chemin à faire avant de dire que nous possédons les principes, les méthodes et les données pour créer une science de l’écologie des langues » (Mackey 2003 b : 263). Il n’y a là rien qui nous incite véritablement à l’optimisme, mais au contraire bien de quoi me renvoyer une image bien présomptueuse de mes sommaires allusions de 2001…

6Heureusement pour nous, Calvet, grand divulgateur sociolinguistique s’il en est, vient à notre rescousse dans son ouvrage Pour une écologie des langues du monde de 1999. Il y annonce son propos en ces termes :

Je ne prends pas ici le terme écologie en son sens courant qui en est la traduction politique […] mais en son sens initial, « science de l’habitat ». Et si l’écologie est la science qui étudie les rapports entre les organismes et leur milieu, l’écologie linguistique étudie les rapports entre les langues et leur milieu, c’est-à-dire d’abord les rapports entre les langues elles-mêmes, puis entre ces langues et la société. (Calvet 1999 : 17)

  • 1 « Non comme un phénomène binaire mais ternaire ».

7Entre parenthèses, le sociolinguiste catalan Albert Bastardas corrobore cette relation, formulée ici consécutivement par Calvet, en tant que « no com un fenomen binari sinó ternari1 » (Bastardas 2000 : 22). Calvet se propose d’aller à la recherche d’un « modèle explicatif », étant entendu que « tout modèle [est] une métaphore ». Selon lui, les langues, en tant que pratiques, et leur environnement forment un « système écolinguistique ». Leur interrelation avec le milieu fait qu’elles ont en permanence à se réguler, et qu’en chacune d’elles s’opère une sélection de formes (Calvet 1999 : 35). Chaque langue, dit-il, « a sa niche, définie par les relations qu’elle entretient avec les autres langues et par ses fonctions dans le milieu » (ibid.). À chaque instant, chaque langue possède une certaine « “valence” […] variant sous l’effet de “facteurs limitants” […] propice[s] à sa survie, [qui] doi[ven]t se maintenir entre certaines limites » (ibid.). Ainsi, explicite-t-il :

Une langue peut être fragilisée ou renforcée par un certain nombre de facteurs : le nombre de ses locuteurs, ses fonctions sociales (in vivo), ses fonctions officielles (de jure), ses rapports avec d’autres langues, sa standardisation, etc. Il y a donc un faisceau de facteurs, l’un dominant et les autres limitant ou corrigeant ses effets. (ibid.)

8Calvet mentionne comme élément déterminant de la survie d’une langue le « taux de transmission » qu’elle présente ; il insiste aussi sur le fait que « l’idée que les locuteurs se font des langues, les représentations […], peut corriger les effets de [ce] facteur dominant » (ibid.), sachant que :

Dans un système écolinguistique donné, face à une langue centrale très parlée, les locuteurs des langues périphériques peuvent avoir des comportements de refus dictés par des considérations qui relèvent des idées toutes faites, de l’idéologie, voire de l’inconscient. (ibid. : 38)

9Autre pièce intéressante à verser à notre dossier, Calvet considère que « la taille d’un écosystème varie selon le point de vue du chercheur, allant d’une goutte d’eau à l’ensemble du monde en passant par la mare aux canards, un jardin, une forêt, une ville, un pays, etc. » (ibid.).

10Même exposés ici sommairement, nous disposons me semble-t-il à présent des éléments indispensables à l’analyse de la situation des langues dans le contexte de l’État des Autonomies espagnoles.

Le cadre légal comme système écolinguistique

11Puisque Calvet nous y autorise, il n’y a donc aucun inconvénient à considérer l’Espagne (ou l’État espagnol) comme un écosystème. Les rapports entre les langues elles-mêmes, tout comme les rapports qu’elles entretiennent avec « le milieu », sont globalement régulés par un cadre légal établi à deux niveaux : celui de l’État, qui a toute compétence sur le territoire national, par le biais de la Constitution de 1978 ; celui des différentes Communautés autonomes (dorénavant CA) qui bénéficient d’une part plus ou moins large, selon les cas, de compétences sur leur propre territoire, par le biais des différents Statuts d’autonomie, dont certains ont connu des évolutions depuis la période 1979-1982 date de leur entrée en vigueur.

12Cependant, ce cadre est constamment soumis aux pressions, d’intensité et de sens divers et variables, émanant du milieu stato-national et des milieux « régionaux », qui tous interagissent. Si, du fait que l’État des Autonomies repose sur des principes et des fonctionnements démocratiques, les différents cadres légaux sont le fruit d’une volonté populaire qui s’incarne dans les élus ; les sociétés qu’ils représentent, toujours parcourues de mouvements contradictoires, ne s’en trouvent pas moins, assez souvent, en décalage avec leurs représentants. L’opinion publique, on le sait bien, ne coïncide que par moments avec ses gouvernants.

13Par ailleurs, à côté de l’écosystème espagnol, que la structure stato-nationale considère comme englobant, existent différentes sphères régionales qu’elle considère comme englobées (ce sont alors des biotopes) parfois elles-mêmes englobantes (de populations). Ainsi, par exemple, l’écosystème Espagne englobe le biotope Catalogne qui lui-même englobe la population du Val d’Aran. Encore convient-il d’observer que la relation d’inclusion n’est pas toujours assurée de manière limpide au plan des représentations que s’en font les acteurs de la politique linguistique catalane, aussi bien parce que la CA se pense en tant qu’écosystème à part entière, en disjonction par rapport à l’entité stato-nationale, que parce que, tout en assumant sa qualité de biotope, elle s’envisage intégrant un écosystème différent et alternatif, inclus ou non à l’intérieur des frontières étatiques (comme c’est le cas pour les Catalans à l’échelle des Pays catalans ; pour les Basques de la Communauté autonome basque [CAV] à celle de l’Euskal Herria).

La configuration écosystémique de la Constitution de 1978

  • 2 Traduit littéralement en français par « pacte de l’oubli ».

14Je crois pouvoir considérer que le cadre constitutionnel de 1978 se présente tout particulièrement sous un jour écosystémique. Sans doute cela est-il dû aux modalités mêmes de son avènement, à savoir à son caractère consensuel, fruit d’un compromis entre des options antagoniques et même a priori inconciliables, obtenu à une période clé de l’histoire de l’Espagne contemporaine placée sous le signe de la non-belligérance, de l’absence de purge et donc d’une réconciliation nationale autour de la démocratie recouvrée. On sait aujourd’hui combien l’absolution « par omission » des exactions de la dictature – le fameux « pacto del olvido2 » – a pu peser depuis lors comme frustration des vaincus sur la société espagnole.

15En témoigne l’article 2 de la Constitution, qui proclame à la fois l’unité stato-nationale et la place des particularismes régionaux ; à la fois, également, la reconnaissance de spécificités régionales « historiques », les « nacionalidades », et le régime commun des « regiones », pour mieux donner du grain à moudre aux uns et aux autres, instituant donc deux types de niches régulées par l’accès à l’autonomie, par la « voie rapide » pour les « nacionalidades », et par la « voie lente » pour les « regiones ». Sans doute au nom du consensus, également, l’architecture territoriale des CA est indéterminée. Il leur appartenait, par référendum, d’en décider elles-mêmes, à partir de la base administrative provinciale. Ainsi, par exemple, la province d’Almeria a-t-elle hésité entre son rattachement à Murcie et à l’Andalousie, pour pencher vers cette dernière. Ainsi, la Navarre convoitée par la CAV, a-t-elle délibérément opté pour être une CA à part entière.

  • 3 « Café pour tous ».

16Concernant les « nacionalidades y regiones », le texte constitutionnel – nous allons y insister pour l’article 3 qui concerne plus précisément notre propos – s’abstient de dresser la liste, hormis quelques exceptions qui confirment la règle. Le texte de consensus devient par là même, à nouveau, un texte fondamentalement non verrouillé, ouvert, et par voie de conséquence propice aux repositionnements des espèces au sein de l’écosystème. Pour preuve le fait que, les territoires de la Catalogne, du Pays basque et de la Galice – qui bénéficient d’un traitement de faveur, eu égard à leur expérience autonomique « historique » au cours de la Seconde République (respectivement, de 1932 à 1939 ; de 1936 à 1937 ; en 1936) – n’étant pas nommés, l’Andalousie prétendra, avec succès, en 1981, bénéficier du même traitement, passant ainsi du régime de « voie lente » à celui de « voie » rapide, et instaurant l’« indiscrimination » connue comme « café para todos3 ».

17On peut donc considérer que, du point de vue de l’organisation juridique articulée avec le niveau géopolitique, les niches différenciées, initialement prévues par les rapporteurs (« ponentes ») de la Constitution, ont ainsi perdu de leur pertinence. L’article 3, quant à lui, instaure dès son origine trois types de niches au sein de l’écosystème espagnol. Chacune correspond à l’un des alinéas de l’article. Le premier est consacré à l’espagnol lui-même, dénommé de manière assez surprenante « castellano », sans doute pour éviter la redondance stylistique avec sa qualité de « lengua española » et ce, en dépit du marquage régional que pourrait supposer « castellano » par rapport à la dimension stato-nationale que conférerait « español ». Cela dit, ce premier alinéa, consacré à une espèce unique, la dénomme – et en cela la définit – et en précise les attributions juridiques (officialité et extension de celle-ci, droits et devoirs qui s’y rattachent).

  • 4 En tant que juriste, Olivier Dubos (Université de Bordeaux) rappelle à juste titre qu’il est consi (...)

18Il n’en va pas de même des deux alinéas suivants : le deuxième est consacré à « las demás lenguas españolas » (les autres langues espagnoles) et le troisième à « las distintas modalidades lingüísticas » (les différentes modalités linguistiques). Observons que les espèces de la deuxième catégorie, susceptibles de bénéficier d’une égalité de traitement avec l’espagnol castillan en tant que « lengua(s) española(s) » (hormis le fait que leur officialité est limitée au seul territoire de la CA concernée et que ne sont liés à elles que des droits et non pas des devoirs), ne sont pas spécifiées4. Combien sont-elles et quelles sont « las demás » ? Rien n’est dit d’une éventuelle corrélation, à la faveur d’un passage de l’article 2 à l’article 3, d’une part, entre territoires et populations des « nacionalidades » et ceux de « las demás lenguas españolas » qui supposerait qu’il s’agirait du catalan, du basque et du galicien ; d’autre part – et de manière encore plus allusive – entre territoires et populations des « regiones » et ceux de « las distintas modalidades lingüísticas ».

19Quid, par exemple, du valencien qui, a priori non prévu dans le casting initial – que ce soit parce qu’implicitement inclus sous la rubrique « catalan », en tant que variété dialectale, soit parce que susceptible d’intégrer les « distintas modalidades lingüísticas » envisagées à l’alinéa 3 –, s’est trouvé depuis lors intégré à la deuxième catégorie – avec la complicité (pour le moins objective) de Madrid et au grand dam de Barcelone ?

  • 5 À moins qu’il ne faille considérer – comme le suggère opportunément José Manuel Pérez Fernández (c (...)

20L’alinéa 3 ne précise pas davantage les espèces admises dans la catégorie des « modalités », exclues de la sphère de l’officialité et déliées de tout droit et de tout devoir, dont l’intérêt est avant tout patrimonial et à ce titre objet d’actions de conservation. Observons qu’il s’agit ici plutôt d’une catégorie par défaut5 à qui l’on dénie, là aussi par défaut, la qualité de langues à part entière. Cette troisième espèce regroupe en fait des dialectes (qu’on ne dénomme pas ainsi pour éviter les connotations péjoratives qui s’attachent à ce terme), en tant que variétés implicitement attribuées à l’espagnol/castillan. Et ce, qu’on les considère d’un point de vue diachronique, en tant que « dialectes historiques » – dénomination d’élaboration récente réservée au léonais et à l’aragonais en tant que langues s’étant figées parce que submergées par le castillan –, ou bien d’un point de vue diatopique comme peuvent l’être les « hablas meridionales » (à savoir les différentes formes andalouses, murciennes ou estrémègnes). Or, en pareille configuration, quel est le sort réservé, par exemple, à l’asturien ? Par ailleurs, est-il pertinent d’associer comme espèces relevant du même type de niche, le léonais ou l’aragonais, dont le nombre de locuteurs est, selon les statistiques, fort restreint (quelques milliers), aux « hablas meridionales », fortes de près de 10 millions de locuteurs potentiels ?

21On voit bien que les catégories juridiques instituées par les articles 2 et 3 du texte constitutionnel de 1978 sont à la fois précises et floues : précises quant au statut des différentes niches linguistiques au sein de l’écosystème linguistique stato-national espagnol ; floues quant à l’identification même des espèces linguistiques et à l’absence de formulation des critères, aussi bien distinctifs que d’association. On peut également mesurer combien le caractère flou et l’indétermination sont emblématiques à la fois d’une volonté démocratique et d’une indécision politique directement liée à l’esprit délibérément consensuel de la Magna Carta.

22Il n’en demeure pas moins que le classement des alinéas que celle-ci comporte et leur contenu induisent une hiérarchisation des langues et modalités linguistiques d’Espagne, une dissymétrie entre elles et un rapport de subordination de type diglossique. Ce rapport s’établit aussi bien entre « langues » (niveaux 1 et 2), à savoir entre le castillan et « las demás lenguas españolas » qu’entre langue et dialectes de cette langue (niveaux 1 et 3), à savoir entre le castillan et « las distintas modalidades lingüísticas », et l’on est en droit de se demander s’il fonctionne aussi entre les niveaux 2 et 3.

Les Statuts d’autonomie comme mise en cause de l’écosystème stato-national

23Dans le même esprit selon lequel elles se sont constituées, chacune des CA a pu se doter d’un statut d’autonomie particulier, dans le respect cependant du cadre constitutionnel. La niche est en principe la même, mais elle n’en est pas moins relativement modulable. Car, ainsi que je l’ai déjà suggéré, il paraît difficile de considérer que chaque langue ayant sa niche, elle va pour autant s’y maintenir, que ce soit dans le sens d’une volonté affirmée de la communauté des locuteurs traduite en conscience politique collective (en clair, régionaliste, nationaliste voire indépendantiste) de contester « vers le haut » la catégorisation hiérarchique incarnée par la succession des alinéas de l’article 3, ou bien – tout au moins théoriquement – dans le sens inverse (« vers le bas ») d’un constat du dépérissement de la langue et de son abandon dans un processus substitutif. Les locuteurs, aussi bien de « las demás lenguas españolas » que des « distintas modalidades lingüísticas », toutes « périphériques » comme le dit Calvet, se trouvent « face à une langue centrale très parlée », le castillan et, toujours selon Calvet, ils « peuvent avoir des comportements de refus dictés par des considérations » d’ordre idéologique.

24Le Statut catalan de 1979 est une bonne illustration d’un texte qui, d’emblée, « joue les bordures » par rapport aux exigences constitutionnelles, que ce soit dans l’ordre de présentation des langues, dans l’introduction de la notion de « langue propre » liant le catalan au territoire de la Catalogne, dans l’affirmation d’une visée égalitaire à terme entre langues castillane et catalane, dans la revendication, pour cette dernière, de devoirs – et non plus seulement de droits – de la part de tous les locuteurs résidant dans la CA et, enfin, dans l’omission de la non-discrimination pour des motifs linguistiques (qui s’avère de ce fait tolérée, si ce n’est admis). Il suffit de comparer, par exemple, ce texte avec celui du Statut de la Galice, qui en est apparemment un « copier-coller », pour en mesurer toute l’originalité et surtout toute l’audace.

Art. 3 du Statut catalan de 1979

Art. 5 du Statut galicien de 1981

1. La lengua propia de Cataluña es el catalán.

1. La lengua propia de Galicia es el gallego.

2. El idioma catalán es el oficial de Cataluña así como también lo es el castellano, oficial en todo el Estado Español.

2. Los idiomas gallego y castellano son oficiales en Galicia y todos tienen el derecho de conocerlos y de usarlos.

3. La Generalidad garantizará el uso normal y oficial de los dos idiomas, adoptará las medidas necesarias para asegurar su conocimiento y creará las condiciones que permitan alcanzar su plena igualdad en lo que se refiere a los derechos y los deberes de los ciudadanos de Cataluña.

3. Los poderes públicos de Galicia garantizarán el uso normal y oficial de los dos idiomas y potenciarán la utilización del gallego en todos los órdenes de la vida pública, cultural e informativa y dispondrán de los medios necesarios para facilitar su conocimiento.

4. Nadie podrá ser discriminado por razón de la lengua.

25Nous avons bien vu que l’article 3 de la Constitution instaure une dissymétrie favorable au castillan et non pas une symétrie égalitaire qui s’incarne dans la détention de devoirs par le seul espagnol, et que le caractère de « langue propre », qui finira par signifier « langue préférentielle », laisse en fait la porte ouverte à une dissymétrie de sens opposé, favorable cette fois au catalan. Ainsi, le Statut de 1979, sans crier gare, renverse juridiquement le rapport de force, bouleversant par là même l’ordonnancement écosystémique régulé par la Magna Carta.

26Se demander pourquoi le texte galicien, qui imite le catalan (les dates de promulgation, respectivement 1981 et 1979 rendent le sens de l’opération sans ambiguïté), ne le suit que partiellement, nous renvoie tout bonnement au contexte de production de ces articles. Non pas tant à la date (après tout, plus on s’éloigne de la dictature, plus on pourrait se risquer à être revendicatif), ni même aux données sociolinguistiques (même si les premières statistiques sont de 1986, elles ne sauraient différer grandement par rapport aux dates de rédaction, et celles disponibles, qui sont au bénéfice du galicien, l’auraient sans doute été davantage quelques années plus tôt), qu’au contexte sociopolitique des deux CA. Si le respect de la niche octroyée par la Constitution caractérise la version galicienne, c’est que la conscience politique et la revendication linguistique y sont historiquement et sociologiquement moindres qu’en Catalogne, qui dès le début de sa constitution en CA se trouve à l’étroit dans le moule autonomique, fût-il sous la forme privilégiée réservée aux « nacionalidades », et le conteste de manière habile quoique parfaitement perceptible.

27C’est précisément en fonction de ces paramètres, en d’autres termes du « milieu », que le texte, expression de la conception de la « langue propre » et du rapport entre les langues en contact, vient à se réguler. Il ne me semble pas nécessaire de développer cette analyse en l’appliquant au nouveau Statut de la Catalogne, que ce soit dans sa version 2005, votée par le Parlament catalan, ou bien dans celle de 2006, adoptée à Madrid par les Cortes Generales : elle vaut a fortiori ; c’est-à-dire, un quart de siècle après son prédécesseur, le texte récent s’affranchit de celui de la Constitution toujours en vigueur, en y imposant la notion de « nation catalane » en lieu et place de « nacionalidad » – terme chargé d’histoire, en l’occurrence adopté comme compromis entre « nation » (déjà revendiqué) et « région ».

28Dans la mesure où le cas particulier de la Catalogne (qui est celui que je connais le mieux) sera amplement traité par ailleurs, je ne m’y étends pas. De même, l’étude de cas concernant les Asturies permettra de mettre en lumière une certaine volonté de sortir « par le haut » de la niche correspondant aux « modalidades lingüísticas » en vue d’accéder au club de « las demás lenguas españolas » et y gagner l’officialité territoriale. D’une manière plus générale, on peut considérer les articles consacrés aux langues dans les divers statuts d’autonomie initiaux comme des socles à partir desquels ont été élaborées des politiques linguistiques aux ambitions diverses, mais qui sont toutes allées par la suite – parfois à la faveur d’éventuelles versions révisées – vers des revendications (au plan des discours) et/ou des actes (de planification) visant à faire évoluer le positionnement de la niche initiale vers davantage d’ambitions, de compétences, d’usages, de valorisation.

L’écosystème linguistique espagnol : modèle régional, modèle étatique ?

29Les deux premiers textes statutaires promulgués, chronologiquement, le basque et le catalan, en 1979, ont sans aucun doute servi de matrice aux suivants. Nous l’avons vu entre le catalan et le galicien, et il pourrait en avoir été de même entre le basque et le valencien, en raison de la prise en compte dans les deux cas de zonages à l’intérieur du territoire de ces CA. Au-delà de ces phénomènes de réplication, s’instaure dès l’abord – c’est-à-dire dès l’octroi de pré-autonomies (1976-1979) – une émulation voire même une compétition entre CA (comme ce fut le cas en 1979 entre Basques et Catalans) dans le sens d’une affirmation identitaire passant, entre autres, par la langue. L’exemple valencien d’individuation linguistique connu sous le nom de « secessionisme valencià » est un bon exemple ; la récupération identitaire prend ailleurs, alors même que la langue constitue un diacritique difficile à mettre en œuvre ou en scène, des traits culturels divers et variés.

30Ce positionnement qui se généralise dès 1982 pour affecter l’ensemble de l’écosystème, à la recherche de et par l’instrumentalisation de tout diacritique possible, et qu’Henri Boyer et moi-même avons baptisé « contagion identitaire », s’inscrit dans l’optique du « café para todos », brouillant la perspective différentielle bipartite territoriale « nacionalidades y regiones », et tripartite linguistique entre « la lengua española oficial del Estado », « las demás lenguas españolas » et « las distintas modalidades lingüísticas », tracée par les articles 2 et 3 de la Constitution. Les « modèles » autonomiques basque et catalan clairement orientés comme centrifuges, en essaimant à l’intérieur du cadre espagnol, ont donc contribué à libérer du déni de leur propre identité de nombreuses régions à tendance centripète concordante avec la conception stato-nationale de l’Espagne « una, grande y libre » du franquisme. Ce faisant, les « modèles », du fait même qu’ils se sont trouvé banalisés, y ont perdu une bonne part de leur traitement spécifique et préférentiel, sans pour autant que ces acquis soient véritablement remis en cause.

31La question est donc de savoir si la langue officielle de l’État a perdu dans l’affaire sa position dominante, en termes écosystémiques de sa « valence » (en tant que « capacité à peupler un nombre plus ou moins grand de milieux »). De ce point de vue, il convient, me semble-t-il, de distinguer les discours sociopolitiques du véritable rapport de force entre les langues de l’Espagne des Autonomies. Pour ce qui est des discours, les craintes d’un démembrement culturel, linguistique voire géopolitique de l’Espagne sont surabondants, et rarement désintéressés, instrumentalisés qu’ils sont dans l’orbite du Parti populaire et des médias que ce parti contrôle de près ou de loin (ABC, El Mundo, COPE, etc.). Il faut y adjoindre des discours sur la perte de compétence linguistique en castillan et la perte de repères stato-nationaux (Académies de la Langue et d’Histoire) ; des discours de type philosophique pacifiste et « droits-de-l’hommiste » à l’encontre des nationalismes (Foro Babel, Ciutadans, UpyD [Unión para el Progreso y la Democracia]).

32En revanche, les enquêtes sociolinguistiques font apparaître une nette montée en puissance des compétences bilingues – qui, au moins quantitativement, ne remettent pas en cause la place du castillan – et, au moins jusqu’à présent, un renforcement de cette position du fait de l’explosion du phénomène d’immigration économique, les nouveaux arrivants étant déjà pour partie locuteurs de cette langue ou s’équipant de préférence de celle-ci en tant que langue qui leur ouvre le marché du travail le plus large. Comme bilan, donc, en interne, le développement écosystémique plurilingue de l’Espagne des Autonomies ne paraît pas avoir été et être dommageable à aucune des langues existantes.

33Je réaffirmerai donc, avec quelques nuances seulement, mon texte de 2001 selon lequel :

L’État des Autonomies a offert aux différentes langues d’Espagne de réelles possibilités de survie. Lorsqu’elles se trouvaient, comme le catalan au Principat ou le galicien en Galice, dans des conditions (quoique fort différentes) relativement favorables, il leur a permis – ou est en voie de leur permettre – de sortir de l’enfermement diglossique. Lorsqu’elles présentaient à un degré élevé et quasi rédhibitoire, comme le basque, des difficultés d’accès pour les allophones, il leur a offert la possibilité de se doter d’instruments efficaces de diffusion. Lorsqu’elles apparaissaient sous forme de vestiges ou de modalités dévalorisées, la « contagion identitaire » qu’il a suscitée a ouvert la voie à des entreprises de réhabilitation et de divulgation de nature à remettre (plus ou moins) en question une disparition inéluctable. (Lagarde 2002 : 277)

34Qu’en est-il au-delà du cadre espagnol ? Constatons que l’État des Autonomies n’a pas fait jusqu’ici d’émules, que ce soit dans le contexte européen ou au-delà, et que l’écosystème linguistique qui l’a favorisé et à tout le moins maintenu en Espagne une pluralité linguistique, bien que souvent cité en exemple, aussi bien dans la littérature sociolinguistique que dans les mouvements en faveur des langues minoritaires, ne s’est pas traduit par des imitations ici ou là. Il y a, je crois, une bonne raison à cela : c’est la singularité du contexte dans lequel un tel ordonnancement politique et sociolinguistique a vu le jour. Peu d’États en effet sont passés d’une dictature à une monarchie parlementaire ; d’un régime fort et répressif à une démocratie sans une fragmentation du territoire stato-national selon des diacritiques ethnoculturels (en particulier religieux) voire ethnolinguistiques. Le cas d’espèce – et le « modèle » sans doute inimitable – de l’Espagne des autonomies tient à cela. Mais est-il pour autant l’idéal, quand on le sait sans cesse parcouru de tensions, tantôt centripètes, sous formes de nostalgies plus ou moins inavouées du franquisme, tantôt centrifuges, sous l’espèce d’indépendantismes plus ou moins affichés, et ce de manière plus ou moins violente ? Le « modèle » espagnol tient le plus souvent à un fil, rappelons-nous qu’en 1981, c’était celui de l’épée, ou pire encore…

Bibliographie

Références bibliographiques

Bastardas i Boada Albert (2000), Ecologia de les llengües. Medi, contacte i dinàmica sociolingüística, Barcelona, Proa.

Boyer Henri, Lagarde Christian (dir.) (2002), L’Espagne et ses langues. Un modèle écolinguistique ?, Paris, L’Harmattan.

Calvet Louis-Jean (1999), Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon.

Castillo Lluch Mónica, Kabatek Johannes (ed.) (2006), Las lenguas de España. Política lingüística, sociología del lenguaje e ideología desde la Transición hasta la actualidad, Madrid/Frankfurt am Main, Iberoamericana/Vervuert.

Haugen Einar (1972), The Ecology of Language, Stanford, Stanford University Press.

Lagarde Christian (2002), « L’Espagne, modèle plurilingue ? », in Boyer Henri, Lagarde Christian (dir.) (2002), L’Espagne et ses langues. Un modèle écolinguistique ?, Paris, L’Harmattan, pp. 267-278.

---- (2009), 30 ans d’art. 3. Le discours politique et médiatique sur les langues de l’État espagnol (1978-2008), Actes du colloque (CRILAUP-CRINI, Université de Perpignan, 9-11/10/2008), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan.

Mackey William F. (1994), « La ecología de las sociedades plurilingües », in Bastardas Albert, Boix Emili (ed.) (1994), ¿Un estado, una lengua? La organización política de la diversidad lingüística, Barcelona, Octaedro, pp. 25-54.

---- (2003a), « Allocution inaugurale », in Boudreau Annette, Dubois Lise, Maurais Jacques, McConnell Grant (éd.) (2003), Colloque international sur l’Écologie des langues, Paris, L’Harmattan, pp. 11-12.

---- (2003b), « Allocution de clôture », in Boudreau Annette, Dubois Lise, Maurais Jacques, McConnell Grant (éd.) (2003), Colloque international sur l’Écologie des langues, Paris, L’Harmattan, pp. 261-263.

Milian i Massana Antoni (1991), « Derechos lingüísticos y derechos fundamentales en España », Revista Vasca de administración Pública, 30, pp. 69-104.

---- (1994), « La España plurilingüe : Breves consideraciones sobre los procesos de normalizació lingüística », Informe Pi i Sunyersobre Comunidades Autónomas 1993, pp. 578-594.

Pérez Ferández José Manuel (2006), Estudios sobre el estatuto jurídico de las lenguas en España, Editorial Atelier (ouvrage électronique : http://www.atelierlibros.es).

Siguan Miquel (1992), España plurilingûe, Madrid, Alianza Universidad.

Vernet Jaume (coord.), Pons Eva, Pou Agustí, Solé Joan Ramon, Pla Anna Maria (2003), Dret lingüístic, Valls, Cossetània Edicions.

Notes

1 « Non comme un phénomène binaire mais ternaire ».

2 Traduit littéralement en français par « pacte de l’oubli ».

3 « Café pour tous ».

4 En tant que juriste, Olivier Dubos (Université de Bordeaux) rappelle à juste titre qu’il est considéré normal en droit, dans un texte de rang supérieur, le caractère général de cette imprécision des langues concernées (intervention lors du débat faisant suite à l’exposé).

5 À moins qu’il ne faille considérer – comme le suggère opportunément José Manuel Pérez Fernández (cf. Pérez Fernández 2006 ; intervention lors du même débat) – que ce caractère patrimonial ne s’applique à toutes les langues d’Espagne (y compris « las demás lenguas españolas » envisagées par l’alinéa 2, et surtout le castillan lui-même). Une telle patrimonialisation impliquerait en particulier que l’État espagnol se voit soumis au devoir de soutenir toutes les langues, qu’il ne le fasse pas uniquement pour le castillan (en tant que « langue de l’État »), qu’il ne délègue pas aux seules Communautés autonomes ce devoir vis-à-vis de toutes les autres (en d’autres termes, qu’il ne se défausse pas sur les CA) et a fortiori qu’il s’abstienne de les combattre (attitude qui est loin de pouvoir lui être déniée, tout particulièrement depuis le début des « années Aznar »). Il s’agit là du nœud de la problématique telle qu’elle peut être envisagée sous forme de bilan, 30 ans après la promulgation du texte constitutionnel espagnol (cf. Lagarde 2009).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search