Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Avant-propos

Michel Figeac

Texte intégral

1Accueillir aujourd’hui à Bordeaux ce colloque en tant que directeur du Centre d’Études des Mondes Moderne et Contemporain est pour moi une grande joie, car c’est le résultat d’une dizaine d’années d’efforts pour tisser des rapports scientifiques très denses avec l’Europe centrale, alors qu’auparavant rien n’existait dans cette direction à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3. Au fil des programmes Balaton et Polonium, au fil des échanges Erasmus, nous avons su établir des rapports d’amitié et de confiance qui débouchent aujourd’hui sur ce colloque, « Le rayonnement français en Europe centrale du XVIIIe siècle à nos jours ». Cette rencontre, nous en avions en réalité eu l’idée à l’occasion d’une précédente aventure en 2004, quand l’Université Nicolas Copernic de Toruń nous avait accueillis pour colloquer sur le thème « Noblesse française et noblesse polonaise : mémoire, identité, culture XVIe-XXe siècles » qui fut publié en 2006 par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. À l’époque, nous avions promis à nos amis polonais d’organiser le match retour à Bordeaux en élargissant la thématique et en envisageant cette fois l’ensemble des pays d’Europe centrale. Il aura donc fallu quatre ans pour regrouper les forces et les ressources.

2Mais ce colloque est aussi l’histoire de plusieurs amitiés sans lesquelles il ne pourrait se tenir. Amitié tout d’abord de Jarosław Dumanowski, complice de l’histoire matérielle, et tous ceux qui participèrent à la rencontre de 2004 se souviennent de la qualité de son organisation et de la chaleur de son accueil. Je voudrais d’ailleurs lui associer Stanisław Roszak tant dans mon esprit les deux amis sont indissociables. Amitié d’Olivier Chaline qui a contribué à me faire aimer l’Europe centrale tant sa connaissance de la région est inépuisable, qui m’a fait découvrir la Bohême de Prague à Romzberk et qui, aujourd’hui, nous aide avec générosité au travers de la participation du Centre de l’Europe centrale de Paris IV-Sorbonne. Amitié aussi de Marie-Louise Pelus-Kaplan et son centre Gepeco, rencontrée un soir à Toruń alors qu’elle venait de Gdańsk après des heures de train et d’aventure. Amitié enfin de Sylvie Guillaume, aujourd’hui vice-présidente à la recherche qui nous a passé le flambeau à la tête du CEMMC, mais qui n’a cessé de nous encourager chaleureusement quand elle dirigeait elle-même notre équipe de recherches.

3Puisque nous en sommes à remercier tous ceux sans lesquels ce colloque n’aurait pas pu se tenir, nous pensons à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 tout d’abord, bien sûr, dont le président, le professeur Singaravelou, nous honora de sa présence. La Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et son directeur Christophe Bouneau qui nous a accueilli et nous a permis de déboucher sur une magnifique publication dans la lignée du précédent colloque. Le château Beychevelle et son directeur Aymar de Baillenx, la société anonyme d’Abzac dirigée par Jean-Louis d’Anglade, sans lesquels la partie festive et culturelle de ce colloque n’aurait pu être assurée. Nous avons affaire à deux entreprises qui ont investi en Europe centrale et ce lien avec des partenaires venus de l’économie nous semble aujourd’hui plus que jamais nécessaire. C’est aussi pour cela que c’est un plaisir de remercier la Banque Populaire du Sud-Ouest, fondation partenariat, le ministère des Affaires étrangères (programme Égide), l’Ambassade de Pologne en France et notamment Madame Elzbieta Sayegh, l’Ambassade de France en Pologne et plus particulièrement Monsieur Jean-Jack Cegarra, le Conseil Régional d’Aquitaine, le Conseil Général de la Gironde et enfin la Mairie de Bordeaux. Sans eux, jamais vingt chercheurs étrangers, douze chercheurs français extérieurs à Bordeaux 3 et onze chercheurs du CEMMC n’auraient pu se retrouver pour mesurer la force réelle du rayonnement de la France en Europe centrale. Cela a nécessité une organisation sans faille et je tiens ici à remercier Marie Boisson qui a veillé à la parfaite organisation matérielle de ce colloque.

  • 1 Beaurepaire P.-Y., Le mythe de l’Europe française au XVIIIe siècle. Diplomatie, culture et sociabil (...)

4Pour finir, il me semble indispensable de poser quelques jalons. A priori, on pourrait croire que notre démarche s’inscrit dans les traces de Louis Réau qui, se situant dans une perspective avant tout artistique et littéraire, posa l’influence française comme une évidence dans son livre paru en 1938. C’est justement ce postulat que notre ami Pierre-Yves Beaurepaire a eu l’occasion de remettre en cause dans son stimulant essai Le mythe de l’Europe française au XVIIIe siècle, où il propose de « revisiter le mythe »1. En réalité, le terme de rayonnement que nous avons choisi avec Olivier Chaline et Jarosław Dumanowski recherche un moyen terme, car il a l’avantage, comme expression métaphorique, de ne pas trop préciser les domaines dans lesquels la France se projette vers d’autres contrées. Les rayons ne vont pas nécessairement tout droit, il y a des obstacles, des phénomènes de réfraction, des jeux de miroirs. On pensera dans la monarchie d’Autriche-Hongrie au prisme viennois, capitale par laquelle tout était censé passer. Dans cette thématique du rayonnement, il est certain que la Pologne pouvait avoir une place privilégiée en raison du rôle qu’eurent dès le XVIIe siècle les deux reines Marie-Louise de Gonzague puis Marie-Casimire de Lagrange d’Arquien. Il est donc évident qu’il faudra distinguer des intensités du rayonnement selon les États, les régions, les périodes et bien sûr les catégories sociales. Pour ne considérer que la période moderne, il est évident que la France rayonne surtout dans les sphères de l’État, dans la haute aristocratie qui parle français, alors que le sarmatisme, l’attachement au costume traditionnel et aux coutumes sont en Pologne la marque de la petite noblesse. De même en Hongrie, pendant que Joseph Teleki s’enthousiasmait à Paris pour la science française et fréquentait Cléraut ou La Condamine, le comte Fekete voyait dans l’habit traditionnel l’affirmation du peuple hongrois. Néanmoins, comme à chaque fois que l’on étudie la culture matérielle, il faut se garder de tous les schématismes et l’on est surpris avec le minéralogiste François-Sulpice Beudant de découvrir, dans un château transylvain, un petit noble totalement imprégné de culture française.

  • 2 Potocka A., Mémoires (1794-1820), Paris, L’Harmattan, 2005, p. 27.
  • 3 Michel B., Prague Belle Époque, Paris, Aubier (Coll. Historique), 2008, p. 116-117.

5Certes, la langue française, langue véhiculaire des élites, est l’indice d’une parfaite connaissance des pratiques culturelles françaises, comme le confiait la comtesse Anna Potocka dans ses Mémoires : « Élevée au milieu de ces Français, je saisis instinctivement l’esprit de leur langue, et m’adonnai de préférence à leur littérature »2. Un siècle plus tard, Bernard Michel, dans son très beau livre Prague Belle Époque, nous narre la passion flaubertienne de Kafka et Brod3. Il ne faudra pas nous enfermer dans une approche uniquement culturelle, même au sens large. Le rayonnement de la France peut passer, bien sûr, par sa langue, par ses modes de Paris ou par les produits souvent de luxe, mais aussi par ce qui a pu être reconnu comme un exemple d’efficacité dans les domaines économique, technologique, militaire ou administratif. Il convient d’ailleurs de mesurer les liens qu’il a pu y avoir entre la sphère culturelle et les relations internationales. Pour prendre un exemple concret, la sublimation culinaire d’aliments « français » issus de la richesse des terroirs participe de la glorification de la France et concourt à l’édification contemporaine de la grandeur de la nation française. D’un point de vue politique et culturel, il est tentant d’y voir une illustration de la volonté d’affirmer, au sein de l’Europe, l’existence d’une culture française, d’un modèle indépendant. En effet, la période 1550-1660 est marquée par un anti-italianisme aulique latent et par un duel entre les Valois puis les Bourbons et les Habsbourg de Madrid. À la même époque, la cuisine italienne apprécie viandes et poissons accommodés d’une sauce douce, incorporant du sucre ou du miel ce qui tombe sous les critiques d’un Nicolas de Bonnefond ou d’un Charles de Saint-Évremond stigmatisant une cuisine « contre-nature », dévirilisante à l’image des prétendues mœurs ultramontaines. En effet, à toutes les époques, plusieurs modèles ont pu coexister et la France se trouve concurrencée en Europe centrale par d’autres pays. Le rayonnement de la France ne peut être étudié isolément. Comment a-t-il pu s’imposer à certains moments ? Surtout, comment s’est-il combiné avec d’autres ?

6Il nous appartiendra de répondre à ces questions tout au long de ces 562 pages, en évitant les lieux communs sur notre culture que tout le monde est censé nous envier, mais aussi en esquivant le piège de vouloir tout dire, car notre objectif primordial est bien avant tout d’ouvrir des pistes, d’impulser de nouvelles recherches et de rapprocher encore un peu plus nos universités.

Notes

1 Beaurepaire P.-Y., Le mythe de l’Europe française au XVIIIe siècle. Diplomatie, culture et sociabilités au temps des Lumières, Paris, Autrement (Coll. Mémoires), 2007.

2 Potocka A., Mémoires (1794-1820), Paris, L’Harmattan, 2005, p. 27.

3 Michel B., Prague Belle Époque, Paris, Aubier (Coll. Historique), 2008, p. 116-117.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search