Version classiqueVersion mobile

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

Conclusion

Sylvie Guillaume

Texte intégral

1Si les communications présentées au colloque de Bordeaux concluent globalement à l’échec du centrisme, elles apportent cependant des réponses plus diversifiées quant à sa réalité et à son contenu.

2Personne ne peut nier la multiplication des échecs des partis centristes.

3Leur fragilité tient à la difficulté de trouver leur autonomie dans le paysage politique français. Ce sont souvent des formations hétérogènes, tiraillées entre la droite et la gauche comme au début de la Troisième République avec le centre gauche et le centre droit. Les hommes du National se situent entre les monarchistes devenus républicains et les républicains plus avancés. Les républicains modérés se divisent avant le gouvernement Méline entre ceux qui veulent rompre avec les radicaux proches des socialistes et ceux qui, au contraire, ne veulent pas se couper du parti républicain et qui restent attachés aux formules de « concentration ». Les années du « progressisme » sont marquées par la fin d’une expérience du centre incapable de surmonter le clivage entre la droite et la gauche et la « question religieuse ». Le briandisme en politique intérieure se solde par un échec partagé par la Fédération des gauches, qui ne correspond pas à un parti politique. Pierre-Étienne Flandin échoue à faire de l’Alliance démocratique un « parti du centre des républicains de gauche et républicains radicaux ». Le radicalisme de gestion dans l’entre-deux-guerres est un échec pendant que les références idéologiques s’estompent.

4La fragilité des partis centristes tient aussi à la relative brièveté de leur exercice du pouvoir, qui se réalise lorsqu’il s’agit de combattre un ennemi commun. C’est l’exemple de la Troisième Force, unie dans son hostilité au parti communiste et au Rassemblement du Peuple français qui représente un danger pour la IVe République.

5Sous la Ve République, les partis centristes, comme le Centre des Démocrates Sociaux, ont bien entendu pâti de la bipolarisation de la vie politique mais ils sont aussi victimes de leurs faiblesses internes. Le Centre démocrate est partagé entre la sensibilité chrétienne-démocrate de ses militants et le conservatisme plus marqué de ses électeurs et de ses dirigeants. Peut-on affirmer alors que l’échec des partis centristes est compensé par la force de leurs projets ?

6Si les projets centristes ne manquent pas de pertinence et de cohérence, ils sont souvent sacrifiés au nom d’une gestion pragmatique de la politique et des stratégies de compromissions qui se traduisent par le conservatisme ou l’immobilisme. Le radicalisme gestionnaire des radicaux dans l’entre-deux-guerres n’est pas le seul exemple de cette incapacité pour les partis centristes à appliquer un projet ambitieux et respecteux des principes et des valeurs défendus par ailleurs. Cela tient aux contraintes de l’exercice du pouvoir connues par tout parti politique mais cela est dû aussi au caractère hétérogène des partis centristes qui sont nés de la formation de coalitions et d’ententes circonstancielles.

7Le centrisme a pourtant une identité propre dans sa vision de la société, et dans ses références culturelles et idéologiques. Il s’identifie souvent aux valeurs libérales qui ont été le fondement des démocraties occidentales mais la culture politique libérale ne domine pas en France ce qui explique la faiblesse du centrisme.

8Les moments centristes sont souvent l’expression d’un réflexe de défense républicaine. L’attachement à la république parlementaire et la méfiance vis-à-vis de toute dérive vers le pouvoir personnel sont communes aux centristes. Mais si l’idée républicaine rassemble aujourd’hui un véritable consensus, sa banalisation peut être source de fragilisation. Enfin le centrisme a une identité sociologique forte. Il est souvent très représentatif des classes moyennes attachées aux valeurs de la propriété, du travail, de l’instruction. Gambetta les a popularisées avec l’expression « couches nouvelles ». Le XXe siècle est celui des classes moyennes, certes difficiles à définir à cause de leur hétérogénéité, niées pendant longtemps au nom d’une conception classiste de la société, mais qui s’imposent avec l’extension du salariat (plus de 80 % des actifs) et qui représentent un potentiel électoral important. Ainsi les facteurs d’identification du centrisme, valeurs libérales et républicaines, importance du support sociologique, sont en eux-mêmes masqués.

9Le centrisme exerce de réels pouvoirs de séduction. Nombreuses sont les personnalités politiques qui, de Gambetta à Valéry Giscard d’Estaing en passant par Aristide Briand, Henri Queuille, Jean Lecanuet, Jean-Jacques Servan Schreiber ont été séduits par le centre et y ont vu le moyen d’apaiser les conflits franco-français. L’image consensuelle d’un acteur politique se construit au centre. Les centristes déclarés n’ont pas donné du centre l’image négative faite de compromissions et de conservatisme. Le centrisme peut être porteur de modernité. La Troisième Force sous la IVe République et la tentative Defferre sous la Ve République ont été vécues aussi par leurs protagonistes comme le moyen de surmonter les pesanteurs culturelles et idéologiques, le moyen de rassembler chrétiens et socialistes dans un vaste mouvement travailliste à la française. Le septennat de Valéry Giscard d’Estaing, qui disait vouloir décrisper la vie politique, a débuté par une vague de réformes en profondeur conformément à son expression « le libéralisme avancé » avant que la crise et ses conséquences sociales ne viennent raidir à nouveau les positions et ne fassent dire à ce président centriste à Verdun sur le Doubs de faire le bon choix entre la droite et la gauche, ce qui était un aveu d’impuissance du centrisme prôné antérieurement.

10Le centrisme séduit aussi l’électorat et tous les candidats savent que les élections se gagnent au centre. La cohabitation, conflictuelle et considérée comme une parenthèse en 1986, s’enracine dans les esprits. Les Français renouvellent l’expérience en 1993 et en 1997. les cohabitations deviennent alors plus apaisées et sont bien l’expression d’une « culture politique gestionnaire ». Le recentrage, conscient ou obligé des partis politiques, s’explique de nos jours par la nécessité de gérer des dossiers communs et sensibles comme la sécurité, l’emploi ou l’immigration. L’électorat demande en priorité à ces partis plus d’efficacité. Le centrisme profite dès lors de cette politique volontairement consensuelle qui favorise une véritable porosité entre les politiques qu’elles soient nationales ou européennes. Les marges de manœuvre en matière budgétaire et économiques sont de plus en plus étroites pour les gouvernements nationaux qu’ils soient de gauche ou de droite dans un espace européen puis mondial. On peut alors se demander si les pays à plus forte tradition centriste que la France sont mieux adaptés à cette homogénéisation des cultures politiques ? Les réponses sont à lire dans le prochain colloque sur le « Centre et le centrisme » qui réunira les contributions des principaux pays européens.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search