Version classiqueVersion mobile

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

La cohabitation, moteur du centrisme

Serge Berstein

Texte intégral

1Dans la multiplicité des définitions possibles du centrisme, la plus intéressante, mais peut-être aussi la plus délicate à analyser est celle de la pratique centriste du pouvoir politique. À la différence du centrisme idéologique, elle ne repose pas sur un socle d’idées ou sur une éventuelle culture politique de juste milieu entre gauche et droite à un moment donné de l’histoire. Elle se distingue aussi de la seule volonté de trouver une voie de conciliation entre positions extrêmes, susceptible sinon de satisfaire, du moins d’apparaître comme acceptable, aux yeux des tenants de visions du monde antagonistes. En fait, on pourrait définir la pratique centriste du pouvoir comme celle résultant de la volonté de mettre en œuvre, dans un souci pragmatique, des arbitrages destinés à tenir compte dans toute la mesure du possible, des intérêts et des aspirations parfois contradictoires des divers groupes de la société française. Or, cette pratique centriste du pouvoir est antithétique des traditions politiques de la France et aux anti-podes de la logique de la Ve République.

Une pratique politique indicible

Un comportement étranger à la tradition politique française

  • 1 S. Berstein, « L’affrontement simulé des années trente » dans Vingtième siècle, Revue d’histoire, (...)

2Parce que la vie politique française trouve ses origines et sa légitimité dans les clivages nés de la Révolution française, la culture du compromis ne fait pas partie de son héritage. La France révolutionnaire n’a pas su trouver de moyen terme entre les principes fondamentaux de la monarchie de droit divin et de la souveraineté nationale et n’a conçu la solution de l’affrontement qu’en termes d’élimination et d’écrasement de l’adversaire, la guillotine constituant le moyen privilégié de solution des conflits. Or, durant tout le XIXe et une grande partie du XXe siècle, ce mode d’affrontement perdure, avec, il est vrai, un apaisement dans les pratiques. Les grands débats politiques se font autour de la question de la nature du régime, opposant de manière frontale des principes entre lesquels toute conciliation est impossible, puisqu’elle revêtirait les traits de la compromission, c’est-à-dire de la trahison des idéaux. Sans doute n’est-il plus question de guillotiner l’adversaire (l’adoucissement des mœurs est passé par là), mais d’obtenir sa mort politique par les processus d’élimination symbolique que sont l’exil ou, à partir de la IIIe République, la défaite électorale faisant disparaître le vaincu du champ politique où s’exerçait son action. Dans ces conditions, la vie politique française revêt, au moins au niveau du verbe, l’allure d’une guerre sans merci, simulacre et catharsis d’une violence qui exclut toute possibilité de conciliation1.

  • 2 Pour l’après-Seconde Guerre mondiale, on se référera à S. Guillaume, Le consensus à la française, (...)

3Sans doute, si l’on passe des principes à la pratique, les choses sont-elles moins tranchées. La proclamation des vues théoriques est tenue de s’accommoder de la réalité sociale et aucun gouvernement ne peut se permettre, fût-ce par l’autorité et la répression, de conduire un État en situation de guerre civile larvée. Dès la Restauration s’institue ainsi une dichotomie entre la réaffirmation intransigeante des fondements de la légitimité et des actes beaucoup plus modérés et conciliants dans la mise en œuvre de la pratique. La Charte en offre un bon exemple qui juxtapose un préambule gommant tous les apports de la période révolutionnaire pour « renouer la chaîne des temps » en l’ancrant sur la période de la monarchie de droit divin et un contenu qui fait sa place à un quart de siècle de mise en pratique de la souveraineté nationale. Derrière l’affrontement inexpiable des principes, la pratique tente ainsi de réaliser, dans toute la mesure du possible, une approche plus consensuelle des faits, calée sur la réalité des structures de la société et sur ses aspirations. Le consensus politique fait ainsi une entrée discrète sur la scène politique française qu’elle ne quittera guère au cours des XIXe et XXe siècles. « Juste milieu » de la Monarchie de Juillet, Empire libéral évoluant vers le parlementarisme, opportunisme des débuts de la IIIe République, « esprit nouveau » de la fin du XIXe siècle, Fédération des gauches avant la Première Guerre mondiale, gouvernements de concentration dans l’entre-deux-guerres, etc., les formes qu’il revêt sont multiples, en fonction de l’état de la société ou des enjeux politiques majeurs du moment2. Mais toutes ont en commun de présenter une approche conciliatrice de ces enjeux, témoignant du refus des solutions extrêmes et d’une recherche du compromis entre elles. Toutefois, la prégnance des grands principes dans le débat politique français interdit, sauf à prendre le risque de l’élimination politique, d’admettre ouvertement ces pratiques centristes. Appréciées de la société en ce qu’elles permettent une solution apaisée des problèmes, elles sont indicibles puisqu’elles ne peuvent se présenter sous la forme tranchée des proclamations théoriques qui ont seules droit de cité. La vie politique française depuis le XIXe siècle est ainsi faite d’un étrange mélange de grandes références idéologiques et d’actes concrets pragmatiques permettant, au-delà des épisodes électoraux, le maintien de la cohésion sociale. Depuis la fin du XIXe siècle, les radicaux sont passés maîtres dans l’art du maniement de cette dialectique et cette observation n’est pas mineure dans l’explication de leur succès durable dans la vie politique française.

4Or, cette situation s’est trouvée en quelque sorte amplifiée par le système politique de la Ve République.

L’affrontement des projets de société antagonistes sous la Ve République

5La Ve République, sauf peut-être en ses premiers mois où une très large majorité de l’opinion porte le nouveau régime et son chef au point qu’il est légitime de parler qu’un quasi-consensus, s’inscrit, par sa nature même comme par son évolution aux antipodes de la recherche du consensus. Instaurant d’emblée un système majoritaire qui exclut la possibilité d’un centrisme, elle vise de manière tendancielle à mettre en place une bipolarisation transformant les tendances centristes en auxiliaires forcés des formations dominantes de la gauche et de la droite. La révision constitutionnelle de 1962 instituant l’élection du Président de la République au suffrage universel concourt puissamment à cette simplification du paysage politique. Moins en plaçant à la tête de l’État un homme au-dessus des partis désigné par un raz-de-marée plébiscitaire comme l’avait espéré le général de Gaulle qu’en contraignant les forces politiques à se rassembler pour se choisir un champion capable de rassembler autour de lui une majorité de Français en gommant les attitudes nuancées ou les positions de compromis, c’est-à-dire en laminant un éventuel candidat centriste. En 1962 se met ainsi en place un système politique qui va, avec quelques nuances, prévaloir jusqu’en 1986 et qui, après une crise de seize années sur laquelle nous reviendrons, a peut-être trouvé une nouvelle jeunesse en 2002.

  • 3 Voir sur ce point, S. Berstein et M. Winock (dir.), La république recommencée (1914-2002), Paris, (...)

6Ce système est en effet fondé sur ce que l’on peut appeler le triangle vertueux de la Ve République, un Président-monarque incarnant pendant la durée de son mandat la souveraineté de la nation conférée par son élection au suffrage universel et déterminant la ligne politique du pays, un gouvernement conduit par un Premier ministre-chef d’état-major voué à la mise en œuvre des décisions présidentielles et un Parlement chargé de voter les lois et le budget, mais dont la fonction de contrôle se trouve neutralisée par la présence d’un parti présidentiel majoritaire ayant vocation à soutenir en tout le gouvernement et à faire échouer toute motion de censure. Peut-être pourrait-on ajouter à ce dispositif un Conseil Constitutionnel garant de la régularité des élections et de la constitutionnalité des lois qui, au moins à l’époque du général de Gaulle, apparaît comme un organe supplémentaire de pouvoir dont la docilité est la vertu la plus éminente3. Le propre d’un tel système est d’éliminer pratiquement tout contre-pouvoir, au nom de l’efficacité, et de faire ainsi l’économie des nécessaires compromis rendus indispensables par l’existence d’une seconde Chambre dotée de réels pouvoirs comme c’est le cas sous la IIIe République ou par l’alliance de partis différents au sein de la majorité comme sous la IVe République. Et, du même coup, rien dans le système institutionnel ne conduit aux comportements centristes qui étaient la règle des pratiques gouvernementales sous les Républiques parlementaires.

  • 4 Ibid, chapitre 8.
  • 5 S. Berstein, Histoire du gaullisme, Paris, Perrin, 2001.
  • 6 S. Berstein, R. Rémond, J.-F. Sirinelli (dir.), Les années Giscard, Institutions et pratiques poli (...)
  • 7 R. Rémond, Le siècle dernier 1918-2002, Paris, Fayard, 2003, en particulier les chapitres XXXV et (...)

7Est-ce à dire que, dans les années 1962-1986, la Ve République a délibérément tourné le dos au centrisme au profit d’une politique majoritairement dominée par les conceptions de la droite jusqu’en 1981, puis par la gauche jusqu’en 1986 ? Ce serait ignorer qu’en l’absence de contre-pouvoirs institutionnels, il existe d’autres canaux par lesquels l’opinion publique peut manifester ses vues, ses choix ou ses réprobations entre deux scrutins nationaux : les sondages, les élections partielles ou les manifestations de rues font connaître au pouvoir l’état de la société et le contraignent parfois à infléchir ses décisions dans un sens de compromis centriste. Les exemples ne sont pas rares qui conduisent des pouvoirs publics apparemment majoritaires à mettre en œuvre des pratiques centristes pour répondre aux aspirations de l’opinion, telles qu’ils les décryptent. C’est particulièrement vrai au lendemain de la crise de 1968 qui a révélé la rupture brutale entre les attentes mal formulées de l’opinion et les structures sociales, politiques et culturelles de la France4. On voit ainsi Jacques Chaban-Delmas, Premier ministre en 1969, infléchir notablement la politique conduite en définissant une ligne réformiste et sociale dans laquelle se reconnaissent d’ailleurs une bonne partie des centristes5. Il en ira de même de Valéry Giscard d’Estaing en 1974-1976 qui met en œuvre une réponse qui se veut « libérale, centriste et européenne » aux revendications formulées par la population depuis 19686. Mais la logique de la Ve République étant ce qu’elle est, ces tentatives centristes font long feu et le centre de gravité du pouvoir se relocalise à droite dans les deux cas, respectivement en 1972 et 1976, c’est-à-dire là où se situe la clientèle électorale de la majorité. À gauche, on constate le même phénomène de correction centriste de la ligne du pouvoir, après l’expérience socialiste des années 1981-1984, avec le gouvernement Fabius de 1984-1986 et le gouvernement Rocard de 1988-19917. Si la première tentative s’achève par une victoire électorale de la droite et la première cohabitation, la seconde a pour issue, devant les surenchères des militants de gauche, un réalignement du pouvoir destiné à les satisfaire.

8En fait, la logique de la Ve République exclut par définition tout compromis centriste, au profit d’un antagonisme frontal entre les projets de société de la droite et de la gauche. Les rares expériences conciliatrices sont rapidement abandonnées sous l’effet des pesanteurs idéologiques de chacun des deux pôles majeurs de l’échiquier politique.

9C’est cette logique qui se trouve remise en question par le phénomène de la cohabitation.

La cohabitation et ses effets sur une pratique centriste du pouvoir

Signification des cohabitations

10Le système institutionnel de la Ve République est fondé, on l’a vu, sur l’absence ou la neutralisation des contre-pouvoirs et celle-ci, à son tour, exclut dans les faits la possibilité d’une pratique centriste du pouvoir. Durant vingt-huit ans, de 1958 à 1986, la permanence de majorités monocolores lors des scrutins présidentiels et législatifs maintient cet état de fait, en confirmant, lors des élections législatives, le pouvoir attribué au président de la République. Or, pour la première fois, en 1986, on constate une rupture dans cette permanence puisque les élections législatives envoient à l’Assemblée nationale une majorité de droite, alors que le président de la République élu en 1981 est socialiste. S’inclinant devant le verdict du suffrage universel, le président François Mitterrand nomme en la personne de Jacques Chirac un Premier ministre de droite. Ainsi débute la première cohabitation qui va durer jusqu’à l’élection présidentielle de 1988.

  • 8 Pour une étude détaillée des expériences de cohabitation, Ibid., chapitres XXXVI, XXXIX et XLII.

11Le même délai de deux ans et la même configuration caractérisent la seconde expérience de cohabitation entre le président socialiste François Mitterrand et le Premier ministre de droite Édouard Balladur, de 1993 à 1995, et qui prendra fin, elle aussi avec l’élection présidentielle de 19958.

12Dans ces deux cas, la cohabitation est considérée comme un expédient provisoire en attendant que la situation revienne à la normale de la Ve République, c’est-à-dire à la coïncidence entre majorité présidentielle et majorité législative.

13Toutefois, avec la troisième cohabitation qui se déroule au lendemain de la dissolution de l’Assemblée nationale d’avril 1997 par le président Chirac, on ne saurait valablement parler d’expédient, puisque cette expérience qui impose à un président de droite un Premier ministre de gauche s’étend sur les cinq années de la durée d’une législature, jusqu’en 2002. D’autre part, sur les seize années 1986-2002, les cohabitations occupent une période de neuf années, ce qui en fait tout autre chose qu’une simple pratique palliative.

14Ces trois cohabitations successives ont, sans doute, des caractères très différents. La première, qui doit fixer les règles du jeu d’un processus inédit et contradictoire avec la logique de la Ve République peut être considérée comme conflictuelle, chacune des têtes de l’Exécutif se considérant comme investie de l’autorité souveraine par le suffrage universel. Le modus vivendi sera difficile à trouver et perpétuellement instable. La seconde bénéficie à la fois de la délimitation des attributions fixée par la première et de la fin de la carrière politique du président Mitterrand qui achève son second mandat dans un état de santé qui lui interdit d’envisager tout avenir politique et on peut parler à son propos de cohabitation apaisée. La troisième enfin qu’on peut qualifier d’institutionnalisée se déroule dans une atmosphère d’apaisement, voire de collaboration cordiale entre les deux têtes de l’Exécutif et se termine par une phase de conflictualité aiguë due à la rivalité des deux protagonistes à l’élection présidentielle de 2002.

15Il reste à comprendre pourquoi les Français qui semblaient avoir parfaitement intégré les règles du jeu de la Ve République en donnant durant près de trois décennies des majorités solides aux présidents de la République successifs, permettant ainsi à la droite, puis à la gauche, de gouverner sans obstacle, modifient tout à coup leur comportement politique. Sans doute peut-on invoquer la crise économique et ses effets sociaux qui s’installent au milieu des années soixante-dix et se pérennisent dans les années quatre-vingt, la mutation drastique des conditions de travail, la montée du chômage et de la précarité, la fin de la stabilité et de la sécurité de l’emploi d’autant plus mal vécus qu’ils frappent une population dont les années de croissance ont considérablement élevé le standard de vie. Il faudrait y ajouter les multiples revendications catégorielles, souvent mal articulées, d’une société de plus en plus complexe dont il est malaisé de déchiffrer les aspirations réelles. Quoi qu’il en soit, à partir du milieu des années quatre-vingt, on peut noter un état de malaise et d’insatisfaction latents de la population qui considère que ni la droite, ni la gauche ne trouvent de solution à ses problèmes et réagit à cette constatation en désavouant systématiquement à chaque scrutin les formations qui détiennent la réalité du pouvoir. D’une certaine manière, le corps électoral réintroduit, au sein du pouvoir exécutif, par la cohabitation, ce contre-pouvoir que la logique de la Ve République s’était efforcée de neutraliser.

16Et du même coup, la cohabitation rend quasi-nécessaires les pratiques centristes que bipolarisation et système majoritaire tendaient à éliminer et révèle des consensus inattendus entre les grandes forces politiques de la gauche et de la droite.

Les révélations de la cohabitation : consensus et retour au centrisme

  • 9 . La perspective a été clairement envisagée par Raymond Barre, ibid., p. 887.

17La coexistence entre deux têtes de l’Exécutif provenant de partis opposés sur tous les points aurait pu déboucher dès la première cohabitation sur une crise profonde du régime de la Ve République, conduisant en particulier à contraindre à la démission le chef de l’État désavoué lors des législatives par le corps électoral9. Or, il n’en a rien été et on constate que les alternances de coïncidence entre majorité présidentielle et majorité législative et de cohabitation ont fait de la Ve République un régime à géométrie variable. Dans le premier cas de figure, le président est l’héritier de Charles de Gaulle, dans le second, il est celui de Jules Grévy.

  • 10 S. Berstein et M. Winock (dir.), La République recommencée, op. cit., chap. 9.

18Ce qui signifie néanmoins que droite et gauche acceptent implicitement cette plasticité des institutions de la Ve République et que le premier élément du consensus révélé par leur coexistence au pouvoir tient à l’adhésion au régime institué en 195810. Or le fait mérite d’autant plus d’être noté qu’il est inédit dans l’histoire française depuis la Révolution. Jusque-là, tous les régimes avaient dû affronter des adversaires irréconciliables. Pour la première fois, le système institutionnel est très largement accepté dans ses principes essentiels par la quasi-totalité des forces politiques représentatives.

19Pour les mêmes raisons, droite et gauche dont les chefs de file les ont tour à tour revendiqués, s’accordent sur les pouvoirs réservés au Chef de l’État que la cohabitation elle-même ne remet pas en cause et qui tiennent à sa fonction d’incarnation de la souveraineté nationale qui conduit à lui réserver la direction de la politique étrangère et la maîtrise de la politique de défense. Du même coup, se trouvent fixés, par différence, les pouvoirs du Premier ministre, bénéficiant de la confiance de la majorité de l’Assemblée nationale qui exerce à son profit les fonctions de soutien de la politique gouvernementale et de neutralisation des pouvoirs de contrôle des députés. Ils concernent l’ensemble des domaines qui ne relèvent pas des pouvoirs présidentiels. C’est-à-dire que ce n’est qu’en période de cohabitation que le Premier ministre « détermine et conduit la politique de la nation » comme le stipule la Constitution.

  • 11 Ibid.
  • 12 Cité in S. Berstein et P. Milza, Histoire de la France au XXe siècle, tome V, De 1974 à nos jours, (...)
  • 13 S. Berstein, Histoire du gaullisme, op. cit., chap. 10.

20Il reste que cet exécutif à deux têtes implique, pour la plupart des décisions un accord minimum entre les protagonistes du pouvoir. Sans doute, le Premier ministre conduit-il la politique de ses vœux et l’argument, souvent invoqué, de la paralysie du pouvoir politique du fait de cohabitation est totalement fallacieux. Ni Jacques Chirac en 1986-1988, ni Édouard Balladur en 1993-1995, ni Lionel Jospin en 1997-2002 n’ont rencontré de la part du Chef de l’État d’obstacle à la politique qu’ils entendaient mener cohabita-dès lors que les Premiers ministres pouvaient s’appuyer sur des décisions parlementaires. Sans doute François Mitterrand a-t-il refusé de signer les ordonnances réclamées par Jacques Chirac pour mettre en application des mesures qu’il désapprouvait, telles que l’abrogation de l’autorisation administrative de licenciement, les privatisations, l’aménagement du temps de travail ou le découpage des circonscriptions électorales11. Mais il a promulgué les mêmes textes après leur adoption par l’Assemblée nationale. C’est moins du fait de la cohabitation institutionnelle que du tribunal de l’opinion, prise à témoin par le Chef de l’État du caractère nocif à ses yeux de certaines mesures, que le Premier ministre est tenu à une relative prudence. Car ce qu’il perd en pouvoir effectif, transféré au Premier ministre, le Président, désormais à l’abri de l’usure du pouvoir, le gagne en autorité morale. François Mitterrand inaugure ainsi cette magistrature d’influence qui en fait le porte-parole du mécontentement des Français, prompt à critiquer le gouvernement au nom de tous ceux « qui pourraient souffrir d’un manque de justice »12. De fait, le Président ne se prive pas de faire connaître publiquement ses réserves face à des mesures symboliques comme la suppression de l’Impôt sur les grandes fortunes, le recours systématique au vote bloqué ou à la procédure de l’article 49-3 de la Constitution pour faire adopter des lois sans débat, voire sur la constitutionnalité de certains textes. Pour avoir ignoré ce pouvoir tribunitien exercé par le Chef de l’État, Jacques Chirac qui inaugure les pratiques de la cohabitation, va rapidement voir son audience dans l’opinion s’effondrer et préparer son échec à la présidentielle de 198813.

  • 14 S. Berstein et M. Winock (dir.), La République recommencée, op. cit., chap. 9.

21Instruit par l’expérience, Édouard Balladur se gardera bien de tout affrontement avec le Président et mettra en œuvre une cohabitation courtoise et harmonieuse, dans laquelle le compromis, négocié de part et d’autre, permettra de gommer les divergences d’analyse et de rendre acceptables pour le Chef de l’État les mesures prises par le gouvernement14. L’exemple de la loi réglementant de manière restrictive le séjour des étrangers en France adoptée, en dépit des réserves présidentielles, à la demande du ministre de l’Intérieur Charles Pasqua, mais censurée par le Conseil constitutionnel en offre un bon exemple. Une révision constitutionnelle étant indispensable pour sortir de l’impasse, les termes en sont négociés entre Matignon et l’Élysée, pour aboutir à une solution acceptable. C’est le même type de cohabitation qui prévaudra entre Lionel Jospin et Jacques Chirac entre 1997 et 2001 pour laisser place à partir de cette date à une nouvelle cohabitation conflictuelle expliquée par la rivalité qui oppose les deux têtes de l’Exécutif pour la présidentielle de 2002.

22Or, les cohabitations successives mettent en évidence un fait dissimulé jusqu’en 1986 par les affrontements verbaux autour des projets antagonistes de société défendus respectivement par les blocs de gauche et de droite, à savoir l’accord de l’un et de l’autre sur les aspects fondamentaux des politiques suivies et sur les structures de la société. On a déjà vu que les grandes lignes de la politique étrangère ou de la politique de défense, qui font partie des prérogatives présidentielles, ne font guère l’objet de controverses fondamentales. Mais les choses vont plus loin. Depuis 1984, il n’est plus guère dans les partis de gouvernement de rejet de l’économie de marché, pas plus que des corrections nécessaires de celle-ci par le contrôle ou l’intervention ponctuelle de l’État. De même, nul ne remet véritablement en cause un modèle de protection sociale garantissant les citoyens contre les aléas de l’existence, pas plus que la responsabilité de l’État dans le système éducatif ou la mise en œuvre du système de santé.

23Ce qui ne signifie évidemment pas que la cohabitation a établi une relation d’équivalence entre droite et gauche. Les différences demeurent importantes au niveau de la gestion des problèmes nationaux, mais ils consistent à mettre davantage l’accent sur certains leviers de commande (l’allègement des charges ou du contrôle des entreprises pour la droite, des mesures en faveur des plus défavorisés pour la gauche) sans que, pour autant, l’objectif poursuivi (le retour de la croissance, la sauvegarde du système de protection sociale) soit radicalement différent. Du même coup, droite et gauche tendent à ramener vers des pratiques centristes, acceptables pour l’ensemble de la société, les traits majeurs de leurs programmes respectifs, avec pour résultat de mécontenter leurs partisans les plus militants et de démobiliser une opinion qui ne parvient guère à identifier clairement les différences entre l’action des majorités successives associées dans la cohabitation. Avec comme retombées la montée de l’abstention ou le vote protestataire en faveur des extrêmes puisque l’alternance au sein des partis de gouvernement n’apparaît plus porteuse de changements politiques majeurs.

Le paradoxe de la fin (provisoire ?) des cohabitations

24Ces conséquences successives de la cohabitation institutionnalisée (pratique centriste et conciliatrice du pouvoir, mais brouillage des clivages politiques) rendent compte de l’évolution de l’opinion publique à son égard. Dans un premier temps, la pratique apaisée du pouvoir, la recherche de solutions consensuelles, les efforts de ménagement et de respect mutuel des deux têtes de l’exécutif, entraînent une assez forte adhésion dans la masse de l’opinion qui contraste avec l’insatisfaction des militants qui souhaitent l’adoption de mesures plus radicales de la part du gouvernement ou une attitude d’opposition plus nette du Chef de l’État. C’est que, comme on l’a vu, la conciliation est naturellement étrangère aux cultures politiques militantes. Avec le temps, l’argumentation de ces dernières, appuyées par les médias, qui jugent, sans le démontrer véritablement, que le système de cohabitation constitue un frein à la mise en œuvre du programme de la majorité et un obstacle à l’expression franche des vues de l’opposition, finit par convaincre l’opinion de la nocivité du système. L’évolution des enquêtes d’opinion sur la question révèle cette évolution dont on peut se demander si elle est spontanée ou provoquée.

25Quoi qu’il en soit, un consensus s’opère en 2000 entre droite et gauche pour provoquer une modification institutionnelle destinée à mettre fin aux cohabitations en réduisant la durée du mandat présidentiel, ramenée à cinq années au lieu de sept, afin de faire coïncider élection présidentielle et scrutin législatif. L’effet attendu de la réforme est d’obtenir une coïncidence entre majorité présidentielle et majorité législative avec l’idée que les Français ne sauraient désavouer à quelques semaines d’intervalle le Président qu’ils viennent d’élire en lui donnant une Assemblée nationale opposée à ses vues. Jugée fondamentale par le monde politique, cette transformation suscite l’indifférence de la masse de l’opinion puisque le référendum qui l’institue enregistre un taux spectaculaire d’abstentions de 70 % des inscrits.

26Il reste que la coïncidence chronologique entre les deux scrutins que le hasard des calendriers électoraux situe en 2002 (la réforme adoptée ne devant s’appliquer qu’en 2007) paraît donner les résultats escomptés. Jacques Chirac, réélu président, dispose avec la majorité absolue remportée par l’UMP, parti qui lui est dévoué, d’un pouvoir total puisqu’il reconstitue le triptyque gaullien d’un président-monarque, d’un gouvernement chargé de l’exécution de ses directives et d’un Parlement voué à adopter les textes législatifs et budgétaires souhaités par le pouvoir et neutralisant le droit de contrôle de l’Assemblée nationale. Et, de fait, depuis 2002, c’est bien la ligne politique défendue par la nouvelle majorité qui s’applique dans tous les domaines sans entrave et sans volonté de conciliation dans les actes. Il est d’ailleurs caractéristique que le dernier avatar du parti centriste qu’est l’UDF, tout en se déclarant membre de la majorité, adresse au gouvernement issu de celle-ci des critiques qui dépassent parfois en virulence celle de l’opposition de gauche elle-même. Faut-il donc considérer qu’avec la fin (peut-être provisoire) des cohabitations, la pratique centriste du pouvoir se trouve pour longtemps mise à l’écart ?

27Deux observations conduisent à nuancer cette conclusion abrupte. La première est ce phénomène difficile à prévoir que sont les réactions de l’opinion publique qui échappe de plus en plus aux structures d’encadrement politiques, syndicales et associatives, pour exprimer spontanément ses réactions face aux initiatives du pouvoir. Bien que le paramètre soit difficile à prendre en compte a priori, il serait imprudent pour le gouvernement, même disposant de tous les leviers de commande, d’en faire abstraction, et le souvenir des crises de 1968 ou de 1995 est là pour le rappeler.

28La seconde observation, qui n’est pas sans rapport avec la première, tient au discours politique récent des partis de gouvernement de gauche et de droite. Quelle que soit la réalité des politiques suivies, celui-ci se veut consensuel, présentant les mesures les plus drastiques comme inspirées par le bien commun et non par l’esprit de parti. Autrement dit, on assiste à un retournement par rapport à la tradition politique française. Jadis, c’était le discours centriste qui était indicible, quand bien même les pratiques pouvaient être centristes ; aujourd’hui, c’est le discours partisan qui est indicible, quand bien même les actes politiques peuvent être fortement marqués par les conceptions partisanes. Or, on ne saurait considérer comme dénuée de signification concrète la teneur des discours. La signification de l’évolution signalée, dans laquelle la cohabitation a joué un rôle essentiel, réside dans la reconnaissance de la modification des structures, des comportements, des attentes de la société française des débuts du XXIe siècle. La cohabitation a répondu à des aspirations consensuelles, à une volonté de gestion conciliatrice et centriste de cette société. Sa disparition laisse entière ces aspirations, même s’il est nécessaire de trouver d’autres moyens de les satisfaire.

Notes

1 S. Berstein, « L’affrontement simulé des années trente » dans Vingtième siècle, Revue d’histoire, janvier-mars 1985, numéro spécial « Les guerres franco-françaises ».

2 Pour l’après-Seconde Guerre mondiale, on se référera à S. Guillaume, Le consensus à la française, Paris, Belin, 2002.

3 Voir sur ce point, S. Berstein et M. Winock (dir.), La république recommencée (1914-2002), Paris, Le Seuil, 2004 (tome 4 de l’Histoire de la France politique, sous la direction de S. Berstein, Ph. Contamine, M. Winock), en particulier le chapitre 7 « Le système politique gaullien ».

4 Ibid, chapitre 8.

5 S. Berstein, Histoire du gaullisme, Paris, Perrin, 2001.

6 S. Berstein, R. Rémond, J.-F. Sirinelli (dir.), Les années Giscard, Institutions et pratiques politiques, Paris, Fayard, 2003.

7 R. Rémond, Le siècle dernier 1918-2002, Paris, Fayard, 2003, en particulier les chapitres XXXV et XXXVII.

8 Pour une étude détaillée des expériences de cohabitation, Ibid., chapitres XXXVI, XXXIX et XLII.

9 . La perspective a été clairement envisagée par Raymond Barre, ibid., p. 887.

10 S. Berstein et M. Winock (dir.), La République recommencée, op. cit., chap. 9.

11 Ibid.

12 Cité in S. Berstein et P. Milza, Histoire de la France au XXe siècle, tome V, De 1974 à nos jours, Bruxelles, Édition Complexe, 1994.

13 S. Berstein, Histoire du gaullisme, op. cit., chap. 10.

14 S. Berstein et M. Winock (dir.), La République recommencée, op. cit., chap. 9.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search