Version classiqueVersion mobile

Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe

 | 
Joan Busquets
, 
Sébastien Platon
, 
Alain Viaut

Tendances pour un standard européen des langues minoritaires

Avant-propos

Texte intégral

1Les contributions de cette première partie ont pour objet de mettre en évidence des tendances qui se sont affirmées en Europe au cours des dernières décennies. Sans représenter un cas paradigmatique, ces tendances se réunissent en une configuration intégrée qui pourrait être placée sous le signe de l’acquis global d’un mode gestionnaire qui prévaudrait de plus en plus nettement sur un mode idéologique, plus présent auparavant. Ainsi, l’idée d’un modèle écolinguistique, à la fois explicatif, opératoire et prospectif, adopté dans un sens premier de relations des langues entre elles et avec leur environnement sociétal, est-elle appliquée pour exemple au cas de l’Espagne. Cette projection est significative d’une observation volontiers neutre du principe d’adaptabilité des schémas de prise en compte des langues minoritaires ou en situation minoritaire à des réalités qui varient selon les pays européens concernés. Nous ajouterons ici l’hypothèse selon laquelle ce qui précède se manifeste en fonction d’invariants tels que la valorisation patrimoniale, l’intérêt scientifique considéré comme tel de l’étude des phénomènes de multi et plurilinguisme et, du point de vue de l’aménagement linguistique, le principe de la cogestion de ces expressions linguistiques par l’État et des instances décentralisées. À ce titre, la place de l’enseignement est mise en exergue tant pour ses effets dans la transmission de ces langues que dans les représentations qu’il est susceptible de générer ou d’alimenter à leur égard.

2Sous l’angle de la protection juridique des langues minoritaires, une opinion couramment répandue distingue les pays situés vers l’Est de cet ensemble occidental à ceux de la partie ouest. Les premiers seraient, pour des raisons historiques et culturelles propres, plus axés sur une protection de type subjectif, ancrée dans une volonté de protection des minorités, la langue n’étant alors qu’un aspect, certes important mais pas forcément privilégié, de cette protection. Les pays de la zone ouest auraient quant à eux développé une approche plus objective, tendant à protéger la langue de façon autonome en tant qu’entité culturelle. Les contributions du second chapitre de cette partie permettent ainsi de mettre cette opinion à l’épreuve. Le cas roumain retenu ici est illustratif de l’angle principalement subjectif plutôt présent dans la zone est de cet ensemble européen. Le cas allemand relativise, quant à lui, le caractère purement objectif de la protection des langues minoritaires en Europe de l’Ouest. Le cas français, même abordé ici à partir de ses extensions ultramarines, illustre, en revanche, un ancrage côté ouest de la tendance objective en la matière.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search