Version classiqueVersion mobile

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

Les centristes pendant le « moment giscardien » : du Centre des démocrates sociaux à l’Union pour la démocratie française (1974-1978)

Gilles Richard

Texte intégral

1Le centrisme, pour exister, doit être à la fois un projet politique explicite, présenté dans un contexte favorable et porté par une structure partisane forte. Le septennat giscardien a été marqué par l’affirmation répétée d’une volonté de mettre en œuvre une politique centriste – volonté énoncée dès avant mai 1974. Il fut en même temps marqué par l’existence d’un contexte particulièrement défavorable au centrisme, la « bipolarisation » entre les droites et les gauches atteignant alors son intensité maximum, et par des difficultés évidentes à s’incarner dans une force politique d’envergure. La tension entre ces trois éléments – projet affiché, contexte hostile, absence initiale de parti vraiment adéquat – et l’impossibilité de les accorder pleinement caractérisèrent le « moment giscardien » et contribuèrent à la défaite électorale de Valéry Giscard d’Estaing en 1981.

  • 1 Le plus neuf est la thèse de M. Montero Le centrisme sous la VeRépublique, de 1962 à 1976. L’affir (...)
  • 2 Fonds enregistré aux AD sous la cote 142 J. Déposé en septembre 2002, il comporte les archives de (...)
  • 3 Fonds déposé aux AD sous la cote 52 J. Le dépôt s’est fait en onze versements échelonnés de 1978 à (...)

2Le Centre des démocrates sociaux offre un bon poste d’observation du système partisan pendant le « moment giscardien » : il représenta en effet la tentative la plus poussée de relance d’un parti centriste crédible afin de briser l’étau de la bipolarisation. Il échoua cependant, et son intégration dans l’Union pour la démocratie française au début de l’année 1978 aboutit d’abord à renforcer la droite libérale modérée, démontrant la difficulté du centrisme à orienter le cours de la vie politique française dans les années soixante-dix. Cette étude du CDS s’appuie sur la lecture de différents ouvrages1 et sur le dépouillement – à ce jour partiel – de deux fonds d’archives privées d’une grande richesse, déposés aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine : le fonds de la fédération d’Ille-et-Vilaine du CDS2 et les papiers personnels d’Henri Fréville, député puis sénateur-maire de Rennes pendant trente années et grande figure de la démocratie-chrétienne bretonne3.

Le giscardisme, un nouveau centrisme ?

  • 4 Conférence de presse du 22 avril 1976.
  • 5 Titre du livre de réflexions politiques publié par l’ancien président chez Flammarion en 1984. L’i (...)

3À peine élu, Valéry Giscard d’Estaing annonça l’entrée du pays dans « une ère nouvelle ». L’objectif avait été énoncé publiquement un an et demi plus tôt, lors d’un discours, désormais célèbre, prononcé à Charenton le 8 octobre 1972 et qu’une phrase, abondamment commentée, résumait : « la France souhaite être gouvernée au centre ». Cette affirmation renvoyait à une longue tradition politique, remontant au moins à François Guizot, et reposait sur une réflexion très élaborée à propos de la société française. Les mutations économiques et sociales profondes que le pays avait connues depuis une génération avaient, selon Valéry Giscard d’Estaing, donné naissance à une vaste classe moyenne, très largement urbanisée, salariée et éduquée, aspirant à des relations politiques décrispées, à « une démocratie paisible et réfléchie »4, cela afin de jouir tranquillement du bien-être désormais offert au plus grand nombre. Il était donc souhaitable et en même temps possible de modifier la vie politique, de faire rentrer la France dans le rang des puissances industrialisées « modernes » où majorité et opposition s’affrontaient sans menace de bouleversement social complet, grâce à un large consensus rassemblant au moins « deux Français sur trois »5.

  • 6 Sur la création du Centre démocratie et progrès autour de Jacques Duhamel, voir la communication d (...)

4Cependant le contexte ne portait pas du tout dans le sens souhaité. L’élection présidentielle de mai 1974 s’était déroulée dans un cadre bipolaire presque absolu, le candidat de toutes les droites, des anciens de l’Algérie française à Jean-Jacques Servan-Schreiber, avait affronté le candidat de toutes les gauches, François Mitterrand, dirigeant du PS depuis 1971, étroitement associé au PCF depuis la signature d’un « Programme commun de gouvernement » en juin 1972, et soutenu au second tour par des forces allant des gaullistes de gauche aux trotskistes. Cette bipolarisation était le résultat d’un processus entamé depuis 1962 qui avait vu progresser l’union des gauches tandis que les centres, après le réel succès de la candidature de Jean Lecanuet à l’élection présidentielle de décembre 1965, suivi de la création du Centre démocrate en janvier 1966, avaient connu un effritement constant et une scission en 19696. Il avait bientôt fallu que le CD s’associât aux radicaux en 1971 dans le Mouvement des réformateurs pour conserver un groupe parlementaire autonome aux élections de 1973. En 1974, les centristes n’avaient même pas présenté de candidat. Ils s’étaient divisés au premier tour entre libéraux et gaullistes. Après la victoire acquise d’extrême justesse par Valéry Giscard d’Estaing, la montée rapide du chômage qui poussait chaque jour davantage de Français du côté des gauches unies, laissait présager le succès de celles-ci aux prochaines élections générales. Sauf à mettre en œuvre une stratégie qui renversât le rapport des forces.

  • 7 Jean Lecanuet à l’hebdomadaire Le Point, le 24 août 1974 : « nous vidons la gauche de tout son pro (...)

5C’était précisément le but du nouveau président. Il s’agissait d’abord de redonner à court terme au pouvoir une marge de manœuvre électorale en privant l’opposition du soutien d’une partie des classes moyennes. Pour cela, le chef de l’État se proposait d’impulser toute une série de réformes – à forte charge symbolique mais soigneusement sélectionnées – afin de démontrer que les droites pouvaient satisfaire bien des aspirations prises en charge par les gauches. Parmi ces réformes, celles portant sur la condition féminine, l’école et les plus-values furent, de 1974 à 1976, les plus marquantes7. À plus long terme, il s’agissait, à travers le renforcement de l’intégration européenne, de dégager un terrain d’accord entre les droites et les gauches – au moins une partie d’entre elles – pour favoriser l’émergence d’un consensus durable entre majorité et opposition qui éviterait tout risque de changement majeur.

6Volonté politique forte et mûrement réfléchie mais contexte difficile et système partisan inadapté au projet : tels étaient donc les éléments d’une situation politique tout sauf stabilisée au milieu de 1974. Comment le président de la République et son entourage agirent-ils pour la modifier ?

1974-1976 : naissance du CDS. Comment élargir la majorité au centre gauche ?

7Dès les premières semaines qui suivirent l’élection présidentielle, la stratégie giscardienne commença à se déployer : gestes symboliques, lancement des premières réformes et remodelage partiel du système partisan. Voici, résumé, le plan de bataille concernant ce dernier aspect.

  • 8 Le groupe de l’Union des démocrates de progrès, présidé par Roger Frey, comptait le 2 avril 1974 ((...)
  • 9 Lire le témoignage de l’ancien président dans S. Berstein, R. Rémond et J.-F. Sirinelli (s. dir.) (...)
  • 10 Sur le MRG, voir F. Fogacci « Depuis 1972, les radicaux de gauche » dans S. Berstein et M. Ruby (d (...)
  • 11 Sur l’éphémère ministère des Réformes de J.-J. Servan-Schreiber lire le deuxième volume de ses Mém (...)

8Plutôt que de refondre l’ensemble du système, avec tous les risques de fragilisation de la majorité présidentielle, déjà très étroite, que cela aurait entraîné, il s’agissait de réaménager les rapports de force en douceur ou par petites touches. L’UDR, pièce maîtresse du dispositif8, fut confiée à Jacques Chirac, à charge pour le Premier ministre d’en prendre le contrôle afin d’en faire un outil au service des réformes souhaitées par le Président. La Fédération nationale des républicains indépendants, parti du Président, devait de son côté se renforcer grâce à une fusion avec le CD de Jean Lecanuet : Roger Chinaud, promu secrétaire général de la FNRI à la place de Michel d’Ornano devenu ministre, exposa ce projet devant le comité directeur du 25 juin 1974. Cela concrétiserait publiquement les liens tissés depuis l’automne 1972 entre les deux formations9. Le 19 octobre 1974, un comité de liaison permanent entre les deux partis fut créé. Enfin, le parti radical présidé par Jean-Jacques Servan-Schreiber devait jouer le rôle de poisson-pilote et permettre un élargissement de la majorité au centre gauche : le 1 er octobre, il annonça la transformation prochaine du parti en « parti radical socialiste et réformateur ». Cibles privilégiées : le Mouvement des radicaux de gauche de Robert Fabre, considéré comme le maillon faible de l’union des gauches (les sénateurs du MRG votèrent le 3 octobre 1974 pour la réélection d’Alain Poher à la présidence du Sénat) et les gaullistes contestataires, en rupture de parti depuis la défaite électorale d’avril 1974 et sa « chiraquisation »10. Ce plan, cohérent sur le papier, ne fut toutefois que très inégalement réalisé. Si la transformation de l’UDR fut menée tambour battant, l’alliance entre FNRI et CD restait lâche et la mission impartie aux radicaux, non réalisée11. D’où les initiatives de janvier 1975.

  • 12 Congrès du 31 janvier au 2 février 1975. Jacques Dominati remplaça Roger Chinaud.

9Face à la montée des prétentions de l’UDR restructurée, Michel Poniatowski fut porté à la présidence de la FNRI12 pour accroître son poids politique et la mission d’ouverture au centre gauche fut confiée aux deux ministres Michel Durafour et André Rossi, figures du Centre républicain, un petit parti de notables de centre gauche né de la scission du parti radical à l’automne 1956 dans le contexte de la guerre d’Algérie et présidé par André Morice, sénateur-maire de Nantes. Le 21 janvier 1975, les deux hommes annoncèrent – avec force moyens, signe évident d’un soutien élyséen – le lancement du Mouvement de la gauche réformatrice. Le but : regrouper tous les « réformateurs » favorables au chef de l’État en transcendant les querelles de clochers qui avaient largement paralysé les projets centristes successifs depuis 1962. L’enthousiasme des 800 délégués réunis aux assises des 8 et 9 mars 1975 à Paris augurait plutôt bien de l’avenir. Mais c’était sans compter avec les capacités de riposte des chefs historiques des réformateurs, furieux d’avoir été totalement court-circuités par le président de la République.

  • 13 Le petit parti de Jacques Soustelle, élu député de Lyon en mars 1973.

10Dès le 29 janvier 1975, Jean Lecanuet et Jean-Jacques Servan-Schreiber, avec le soutien de Max Lejeune, président du groupe parlementaire réformateur, relancèrent le Mouvement des réformateurs, en sommeil depuis 1973, sous la forme élargie d’une Fédération des réformateurs : CD, radicaux, CR, MDSF, Progrès et Liberté13, des membres du CDP et du CNIP ainsi que divers notables sans étiquette. Une délégation provisoire fut mise en place quelques jours avant les assises du MGR et les assises constitutives de la FR se tinrent les 14 et 15 juin 1975. Le projet élyséen misant sur Michel Durafour et André Rossi se trouvait subitement enlisé dans les sables des jeux d’appareils.

  • 14 La direction collégiale comptait 32 membres.
  • 15 En juillet 1975, Gabriel Péronnet, secrétaire d’État à la Fonction publique, assura l’intérim et f (...)
  • 16 Sans succès : les 8 et 9 janvier 1976, ces socialistes dissidents se regroupèrent dans le Parti de (...)
  • 17 Dès juillet 1974, les deux groupes centristes avaient fusionné dans le groupe des Réformateurs dém (...)
  • 18 Membre du CDP, âgé de 37 ans, brillamment élu député en 1973, il avait, contrairement aux dirigean (...)

11La FR, aux allures d’armée mexicaine14, créée d’abord en riposte aux initiatives élyséennes, n’eut jamais de réalité politique nationale mais elle fournit un cadre de négociations entre ses composantes, chacune cherchant à devenir un pôle suffisamment attractif pour prendre le contrôle de l’ensemble. Jean-Jacques Servan-Schreiber, en acceptant de quitter la présidence du parti radical de façon anticipée15, permit la relance des tractations en vue de réconcilier « valoisiens » et « moriciens », séparés depuis 1956, tandis que Robert Fabre était reçu à l’Élysée le 30 septembre 1975. Le MDSF s’activait de son côté pour attirer les dissidents socialistes qui avaient refusé l’union avec le PCF sans rejoindre pour autant les réformateurs16. Mais ce fut le CD, poids lourd de la Fédération, tant par le nombre de ses militants que par la solidité de son enracinement politique, qui profita le mieux de ces grandes manœuvres centristes, précipitées – involontairement – par les initiatives élyséennes. Prégnance de la culture démocrate-chrétienne, légitimité de Jean Lecanuet depuis 1965, travail en commun entre jeunes députés centristes du CD et du CDP à l’Assemblée nationale17, tensions entre CD et RI, et notamment entre Michel Poniatowski et Jean Lecanuet (échanges vifs sur le « laxisme » des juges), crise du CDP depuis l’élection présidentielle, forte aspiration des militants à l’union : tout cela permit au CD d’entamer le processus de réunification de la famille démocrate-chrétienne. L’Élysée, se rendant à l’évidence, soutint la réunification : le deuxième remaniement ministériel de janvier 1976 vit la promotion de Jean Lecanuet au rang de ministre d’État et l’entrée de Pierre Méhaignerie au secrétariat d’État à l’Agriculture18. En sachant faire des concessions – au moins formelles – au CDP, le CD facilita les choses. Divisés depuis l’élection présidentielle de 1969, les centristes fusionnèrent en mai 1976 lors du congrès de Rennes. Le CDS était né.

  • 19 Lire l’hebdomadaire du CDS, Démocratie nouvelle, no 3 de la nouvelle série inaugurée avec la réuni (...)
  • 20 « On en aura fini avec ce scrutin de barricades, de gladiateurs qui coupe la France en deux et qui (...)
  • 21 Lire J.-L. Pouthier « Émergences et ambiguïtés de la culture démocrate-chrétienne » dans S. Berste (...)

12Comment caractériser ce nouveau parti ? Malgré des dénégations nombreuses, le CDS était à bien des égards un nouveau MRP, certes très réduit en surface, mais démocrate-chrétien avant tout. L’étude des discours prononcés à Rennes par les rapporteurs et divers délégués donne une idée assez précise de la doctrine du CDS19. La construction européenne, le retour partiel à la proportionnelle20, une large décentralisation de l’État, un appel constant à une plus grande justice sociale et par-dessus tout, le refus du conflit, base de la doctrine sociale de l’Église : autant de thèmes classiques de la démocratie-chrétienne depuis des décennies21. Le vocabulaire des discours manifestait bien cette imprégnation culturelle : on insistait sur le « personnalisme » et la nécessité des « communautés » intermédiaires pour le plein épanouissement des individus – famille, collectivités locales, associations, entreprise. Des mots revenaient souvent : « âme », « message », « incarner », « vocation », « vérité », « morale », « foi », « espoir », « étoile », « transcender », « conscience ». Parmi les personnalités élues au Conseil national par les délégués du congrès, on retrouvait nombre de figures du MRP : Pierre-Henri Teitgen, Pierre Pflimlin, Alfred Coste-Floret, Georges Delfosse, etc. Le choix de Rennes comme lieu du congrès enfin était significatif : c’était la ville qui avait vu naître le journal Ouest-Éclair en pleine Affaire Dreyfus et où s’imprimait depuis la Libération Ouest-France.

  • 22 A. Diligent : « vouloir gouverner au centre, c’est bien, encore faut-il qu’il y ait un centre ».

13Le projet du CDS se voulait centriste, renouant avec la « Troisième Force », explicitement évoquée par Max Lejeune dans son message de soutien aux congressistes. Le CDS se posait en principal artisan de la volonté giscardienne de gouverner la France au centre22, alors que les radicaux piétinaient sur le chemin de la réunification.

L’absence d’espace politique pour le CDS

14Le CDS en se définissant ainsi cherchait à s’inscrire pleinement dans le projet giscardien pour mieux faire triompher son programme : décentralisation, Europe, réforme de l’entreprise. Mais ce choix, dans un contexte où les gauches rassemblaient plus de 50 % des électeurs, réduisait à peu de chose sa marge de manœuvre et le plaçait sous l’influence des initiatives élyséennes. Or, la seconde moitié de l’année 1976 fut marquée par une nette inflexion de la stratégie giscardienne qui tua dans l’œuf les velléités d’autonomie des militants du CDS.

  • 23 Le chef de l’État, sur les ondes de RTL le 25 octobre 1976, retrouva des accents dignes d’Antoine (...)
  • 24 RPR Propositions pour la France (présentées par Jérôme Monod), Paris, Stock, 1977.

15Sans entrer dans le détail des péripéties, notons qu’après les élections cantonales de mars 1976, incontestablement perdues par les droites, la tension s’accrut nettement entre le Président et son Premier ministre. Si la différence des personnalités joua son rôle, l’essentiel tenait dans les oppositions stratégiques entre les deux forces politiques qu’ils représentaient. Jacques Chirac insistait pour vider l’abcès, affronter les gauches dans des élections générales anticipées où les militants de l’UDR seraient le fer de lance d’une majorité ressoudée derrière le Premier ministre, lui-même concentré sur la défense de l’électorat de droite sans chercher à séduire les électeurs de gauche. D’où l’opposition farouche des députés gaullistes au projet de loi sur la taxation des plus-values en juin 1976. Pour Valéry Giscard d’Estaing au contraire, la poursuite d’un réformisme sélectif mais actif restait la clef du succès, permettant d’accroître les divisions au sein de l’union des gauches. Le changement de gouvernement le 25 août 1976 lui donna les moyens de préciser ses objectifs et ses méthodes. L’arrivée de Raymond Barre à Matignon se traduisit en effet par l’annonce d’un plan de « rigueur » économique et sociale qui faisait porter l’effort principal de lutte contre « la crise » sur les classes populaires, renouait avec un discours cher aux classes moyennes propriétaires23 et plaçait désormais clairement les « réformes » dans le cadre européen. Depuis l’adoption du rapport de Léo Tindemans en janvier 1976 sur l’élection du Parlement européen au suffrage universel, le processus d’unification européenne entrait en effet dans une nouvelle phase et la nomination de Raymond Barre, ancien vice-président de la Commission européenne, montrait publiquement la volonté du président d’avancer sur ce terrain : l’Europe comme signe de l’entrée dans le XXIe siècle ; l’Europe comme justification de la « rigueur » ; l’Europe comme principal coin enfoncé dans l’union des gauches. Cette redéfinition de la politique impulsée par l’Élysée fut mise en scène de façon cohérente : ouverture au centre gauche réaffirmée (entrée au gouvernement de Pierre Brousse, ancien membre du MRG, et nomination de Françoise Giroud au ministère de la Culture), préparation fébrile des élections municipales à Paris et sortie le 11 octobre 1976 du livre Démocratie française, exposé de sa vision du monde par le président en exercice – une première dans l’histoire de la République. Cela cristallisa sur-le-champ les oppositions entre giscardiens et gaullistes : création du RPR le 5 décembre 1976 sur un programme à la fois nationaliste et travailliste24 puis annonce de la candidature de Jacques Chirac à la mairie de Paris face à la « candidature officielle » de Michel d’Ornano. Le président était en difficulté. Les dirigeants du CD décidèrent de le soutenir de façon inconditionnelle. Au début de novembre 1976, Jean Lecanuet et Jacques Barrot entreprirent un « tour de France » des régions qui absorba l’essentiel des énergies du nouveau parti : tout en essayant d’accélérer la mise sur pied des fédérations départementales qui tardait, ils justifièrent la politique du nouveau gouvernement qui n’enthousiasmait pas toujours les militants. Raymond Barre assista personnellement au comité directeur du CDS et, les 4et 5 décembre 1976, furent organisées à Strasbourg des « Journées européennes » en présence des autres partis démocrates-chrétiens de la CEE.

  • 25 Voir AD 35, 142 J 23 (Comités directeurs départementaux).

16Mais cette nouvelle politique giscardienne, à laquelle le CDS adhérait totalement, échoua en bonne partie, au moins dans un premier temps. Les gaullistes restructurés dans le RPR résistèrent bien à l’offensive élyséenne – le président le reconnut publiquement dans son discours du 17 janvier 1977, évoquant le « pluralisme » de la majorité – et les élections municipales de mars 1977 se soldèrent par un nouvel et cuisant échec pour les droites, leurs divisions à Paris aggravant encore la situation. Le CDS fut le plus frappé : sur les vingt villes de plus de 30 000 habitants qu’il dirigeait jusque-là, il en perdit onze. Parmi elles, la ville de Rennes, passée au socialiste Edmond Hervé. Perte emblématique, même si des causes locales jouèrent en partie, qu’un échange de notes manuscrites entre responsables fédéraux permet d’éclairer25 : la fraction la plus jeune et la plus urbanisée de l’électorat démocrate-chrétien traditionnel, anticommuniste mais sensible à la montée du chômage, n’avait pas été convaincue des bienfaits annoncés de la « rigueur » et s’était reportée sur la liste menée par le PS.

  • 26 Outre les rapports présentés au congrès de Rennes, déjà évoqués, lire le programme du CDS pour les (...)
  • 27 « Les Français ont peur – du moins le soir, dans les villes – et peur de l’avenir » : ainsi commen (...)
  • 28 Dessinée par Gabriel Szapiro, au départ pour les JDS, la main avait l’aspect d’une colombe (la pai (...)
  • 29 Voir L’Année politique 1978, Paris, Éditions du grand siècle, 1979, p. 45.

17Le CDS avait été perçu par une partie de ses électeurs comme s’alignant sur les positions d’un parti libéral modéré. Le discours public du Centre était en effet dans l’ensemble d’allure fort libérale, insistant sur les contraintes incontournables, la rigueur nécessaire, l’impossibilité de changer les grands équilibres26. Le discours social s’articulait autour de la réforme de l’entreprise dont les aspects les plus précis, lorsqu’ils étaient clairement exposés, ressemblaient aux réflexions développées au même moment par le CNPF sur les équipes autonomes et l’automatisation. Bernard Stasi, chargé du rapport de synthèse à Rennes, lorsqu’il aborda la réforme de l’entreprise, après un hommage obligé à Marc Sangnier qui imaginait les salariés « citoyens » sur les lieux de travail, refusa très nettement « l’autogestion », « fausse réponse parce qu’elle aboutirait au corporatisme ». Et d’enchaîner : « donner plus de responsabilités aux travailleurs, ce n’est pas nécessairement commencer en procédant à des réformes profondes du statut de l’entreprise ». Le CDS revenait avec insistance sur la régionalisation, l’Europe et la famille, bien sûr, mais aussi sur la sécurité27. Au fond, le CDS peinait à apparaître comme un parti distinct des modérés comme il le soulignait d’ailleurs involontairement lui-même à travers son logo, la main droite ouverte28. L’écart était grand entre une sociologie rêvée – « nous proclamons notre volonté d’être le parti sociologiquement le plus riche de la majorité, largement ouvert à toutes les catégories sociales et offrant sa voix à tous ceux qui n’ont pas de voix » (Jacques Barrot) – et la réalité d’un parti de notables. Le profil sociologique des candidats du CDS aux élections législatives de 1978 ressemblait à s’y méprendre à celui du Parti républicain ou du RPR : aucun ouvrier, très peu de paysans ou de commerçants, un nombre considérable de hauts-fonctionnaires, industriels et membres des professions libérales29.

  • 30 Négociations dites « du Pavillon de musique ». Lire les Mémoires de « JJSS » déjà cités, p. 205-20 (...)

18Une fois passées les élections municipales, le scrutin de mars 1978 devint l’échéance obsédante. Comment le préparer ? Ce fut à nouveau l’Élysée qui pilota la manœuvre et le CDS ne fut qu’un élément dans un ensemble au sein duquel il n’avait qu’une autonomie très relative. Le dispositif comporta trois volets principaux. Il y eut d’abord la formation du deuxième gouvernement de Raymond Barre. On assista aussi à la restructuration accélérée et de grande ampleur de la FNRI. Sa transformation en Parti républicain, lors du congrès de Fréjus, en mai 1977, devait en faire, sous la conduite du nouveau secrétaire général Jean-Pierre Soisson, le pôle principal de regroupement des non gaullistes. Des négociations en vue de présenter des candidatures communes face aux gauches furent enfin entamées mais selon un dispositif à double fond assez machiavélique : tandis que les tractations entre RPR, PR, CDS et CNIP, mais sans les radicaux, se déroulaient publiquement, comme Jacques Chirac l’avait demandé, des discussions beaucoup plus discrètes avaient lieu à la demande du Président, pilotées par Jean-Jacques Servan-Schreiber et sous l’arbitrage du Premier ministre30.

  • 31 Michel Jobert dénonça le 8 mars 1978 dans un article du Monde la « bande des quatre ».

19Dans ces grandes manœuvres, la direction du CDS parvint à jouer un rôle spécifique, profitant de sa position intermédiaire entre radicaux et gaullistes. Face à un président de la République hésitant jusqu’au bout à affronter ouvertement le RPR, par peur des conséquences électorales, le CDS soutint Jean-Jacques Servan-Schreiber qui voulait, lui, dépasser la simple désignation de candidats uniques non gaullistes pour lancer, avant même le scrutin, une véritable force politique rééquilibrant la majorité. Cela déboucha sur la création, de fait sinon encore de droit, de l’Union pour la démocratie française le 1 er février 1978, puis sur une campagne électorale intense qui réussit à donner une vraie crédibilité aux tenants des « réformes ». L’échec des négociations entre PCF, PS et MRG en vue d’actualiser le Programme commun (septembre 1977), en affaiblissant un peu la bipolarisation politique, aida l’UDF à rendre acceptable le « pluralisme organisé » à droite31 et à se distinguer du RPR, qui n’avait cessé de réclamer l’union à droite dès le premier tour puis de regretter qu’elle eût été impossible.

20Le résultat des élections législatives des 12 et 19 mars 1978 fut nettement moins favorable au CDS qu’au PR. Le CDS passa de 28 députés à 31 (7 sortants battus, surtout par les gauches, 10 nouveaux élus sur des sièges le plus souvent pris au RPR). C’était moins bien que le PR qui gagnait une petite quinzaine de sièges, un peu mieux que les radicaux qui perdaient un siège, celui de « JJSS », invalidé puis battu dans l’élection partielle de l’automne 1978. Mais le succès des giscardiens qui faisaient globalement presque jeu égal avec les gaullistes, conforta l’UDF lancée moins de deux mois plus tôt. Jean Lecanuet prit bientôt la présidence d’une structure fédérale qui offrait une bonne base d’accord entre ses composantes dans le contexte du moment et renouait avec une longue tradition de recomposition des droites par la fédération de forces diverses. Chacun était toutefois bien conscient que seul un second mandat présidentiel de Valéry Giscard d’Estaing – qu’il escomptait bien accomplir – pérenniserait cette toute nouvelle formation.

Conclusion

  • 32 Neuf pour les auteurs de l’ouvrage déjà cité, Les cultures politiques en France. On pourrait peut- (...)

21Il existe en France depuis la Révolution une dizaine de familles politiques repérables sur la longue durée32 : aucune n’est a priori de droite, de gauche ou du centre, et chacune n’a d’existence durable que par sa capacité à répondre aux aspirations de la société et à s’insérer dans le système partisan global. Au XXe siècle, le jeu complexe des alliances et des oppositions a dessiné deux grands ensembles de forces qui se sont affrontés sur la question de l’organisation socio-économique de la République. Deux logiques, différentes mais convergentes, ont guidé ce processus de bipolarisation : les nécessités du fonctionnement de la démocratie d’une part, renforcées par les modes de scrutin, le plus souvent de type majoritaire, et d’autre part, la polarisation croissante de la société entre un monde salarial en expansion et un monde patronal de plus en plus concentré. Dès lors, qualifier un parti de « centriste » ne semble possible qu’à deux conditions : considérer que le clivage droite/gauche préexiste au centre et en est même la condition sine qua non de possibilité, et introduire la notion de stratégie.

  • 33 Les radicaux entre les deux guerres, les socialistes pendant les Trente Glorieuses, etc.

22Analyser la stratégie d’une force politique, c’est comprendre l’articulation de trois éléments à la fois distincts et totalement imbriqués : une structure partisane durable, faite d’individus associés et hiérarchisés, au profil sociologique spécifique et unis par une culture politique ; un programme d’action, interface entre une vision du monde ancrée dans les caractéristiques socio-culturelles du parti, et la conjoncture du moment telle qu’il l’appréhende ; un système d’alliances permettant l’accès ou le maintien au pouvoir, compte tenu qu’en France, aucun parti n’a jamais détenu seul la majorité absolue. Un parti n’est donc pas en soi centriste mais il peut mettre en œuvre une stratégie centriste. Toutes les forces n’ont pas une égale capacité à développer ce type de stratégie de façon crédible. Gaullistes et communistes par exemple en sont pratiquement incapables tandis que la démocratie-chrétienne semble la mieux placée, sans être la seule cependant. Un même parti peut, au long de son histoire, mettre en œuvre successivement plusieurs stratégies différentes, voire opposées33. Une stratégie centriste suppose un parti capable d’élaborer un programme qui autorise des alliances transcendant le clivage droite/gauche, et un contexte favorable qui offre une atténuation ou un brouillage de ce clivage, seul moyen pour que l’association d’une fraction des droites et d’une fraction des gauches soit raisonnablement envisageable.

  • 34 Voir la communication de S. Guillaume, p. 121.

23Le CDS peut-il être qualifié de centriste ? Quoi qu’il en ait dit, une réponse négative s’impose. Le projet affiché du CDS – briser la bipolarisation – se heurtait en effet à deux obstacles probablement insurmontables. Le contexte poussait à l’opposition frontale entre partisans et adversaires du système socio-économique, le chômage de masse dramatisant l’affrontement, et le CDS ne faisait pas le poids pour peser sur le rapport des forces. Ni son enracinement militant et électoral, ni le rayonnement de sa culture politique n’étaient suffisants pour imposer un système d’alliances qui renouât avec le temps de la Troisième Force34. Vidé d’une partie importante de son électorat par un PS conquérant, il était obligé de s’allier aux libéraux, maîtres de la présidence de la République. Bien des choses rapprochaient d’ailleurs les deux forces : aspirations communes à l’unification européenne et à la régionalisation, combats passés contre le gaullisme, liens personnels entre dirigeants. Mais ce rapprochement – inévitable – risquait de transformer le CDS en simple rouage d’une machinerie dont l’impulsion viendrait de l’Élysée.

  • 35 « Le jour de l’élection, vous ne serez pas de simples passagers qui peuvent se contenter de critiq (...)
  • 36 L’Année politique 1978, Éditions du grand siècle, 1979, p. 50. « Changer de cap » et « Changer la (...)

24Or, Valéry Giscard d’Estaing était confronté à un problème de concordance des temps. Son projet à long terme n’était pas de supprimer le clivage droite/gauche mais de le vider de ses potentialités révolutionnaires – « le changement sans le risque » – en créant les conditions d’un consensus minimum entre droite libérale et gauche socialiste, et en marginalisant gaullistes et communistes. La vie politique avait cependant ses contraintes, son tempo, ses échéances rapprochées sur le calendrier électoral. Le discours sur le consensus rencontra vite ses limites. Le projet de gouvernement « au centre » se heurtait à l’urgence de la situation. Empêcher l’accès des gauches au pouvoir était la priorité absolue. Dans les mois qui précédèrent l’échéance décisive des 12 et 19 mars 1978, l’affrontement entre droites et gauches fut d’une intensité extrême. À Verdun-sur-le-Doubs, le 27 janvier 1978, le chef de l’État ne parla que de « deux chemins » entre lesquels les Français devaient choisir : « celui de la poursuite du redressement et celui de l’application du Programme commun »35. Quelques semaines plus tard, le Premier ministre s’exprima plus directement encore. En meeting à Meaux le 18 mars, la campagne électorale étant pourtant officiellement close, il s’exclama : « nous ne voulons pas de changement de société »36. Deux façons de penser la situation politique qui fixaient très précisément la place du CDS. Malgré qu’il en eût une, il n’était qu’une des pièces de l’UDF, ce grand parti giscardien en gestation depuis 1974 dont seule une suite d’erreurs tactiques du chef de l’État et de son entourage avaient retardé la naissance.

Notes

1 Le plus neuf est la thèse de M. Montero Le centrisme sous la Ve République, de 1962 à 1976. L’affirmation d’une force politique et la conquête du pouvoir : deux défis impossibles ? Thèse de doctorat d’histoire contemporaine réalisée sous la direction de Jean-Paul Brunet et soutenue à Paris IV en décembre 2003.

2 Fonds enregistré aux AD sous la cote 142 J. Déposé en septembre 2002, il comporte les archives de la fédération départementale de plusieurs partis qui se sont succédé : MRP (1944-1966), Centre démocrate (1966-1976), CDS (1976 1996) et Force démocrate (1996-1999). 109 cartons.

3 Fonds déposé aux AD sous la cote 52 J. Le dépôt s’est fait en onze versements échelonnés de 1978 à 1987. 172 cartons.

4 Conférence de presse du 22 avril 1976.

5 Titre du livre de réflexions politiques publié par l’ancien président chez Flammarion en 1984. L’idée était bien présente dès avant 1984 comme en témoigne le propos de Raymond Barre à L’Express, le 17 octobre 1977 : « [il faut] élargir la majorité pour obtenir un large consensus afin d’appliquer le programme majoritaire au nom des deux tiers des Français ».

6 Sur la création du Centre démocratie et progrès autour de Jacques Duhamel, voir la communication de Muriel Montero, p. 133.

7 Jean Lecanuet à l’hebdomadaire Le Point, le 24 août 1974 : « nous vidons la gauche de tout son programme, l’étatisme et le collectivisme en moins ».

8 Le groupe de l’Union des démocrates de progrès, présidé par Roger Frey, comptait le 2 avril 1974 (Feuilleton de l’Assemblée nationale, no 90), 162 membres et 21 apparentés, soit une fois et demi plus d’élus que les trois autres groupes de la majorité présidentielle additionnés (RI : 51 + 4, président : Aimé Paquet ; Réformateurs démocrates sociaux : 30 + 4, président : Michel Durafour, remplacé le 13 juin suivant par Max Lejeune ; Union centriste : 30, président : Eugène Claudius-Petit).

9 Lire le témoignage de l’ancien président dans S. Berstein, R. Rémond et J.-F. Sirinelli (s. dir.) Les années Giscard. Institutions et pratiques politiques, 1974-1978, Paris, Fayard, 2003, p. 46, (Nouvelles études contemporaines).

10 Sur le MRG, voir F. Fogacci « Depuis 1972, les radicaux de gauche » dans S. Berstein et M. Ruby (dir.) Un siècle de radicalisme, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004 (Histoire et civilisations). Sur la crise de l’UJP, lire F. Audigier, L’Union des jeunes pour le progrès, 1965-1975, une école de formation politique, thèse d’histoire contemporaine, sous la dir. de Gilles Le Béguec, Paris X-Nanterre, novembre 1999.

11 Sur l’éphémère ministère des Réformes de J.-J. Servan-Schreiber lire le deuxième volume de ses Mémoires, Les fossoyeurs, Paris, Fixot, 1993, p. 174-178. Françoise Giroud le remplaça au gouvernement comme représentante du courant de centre gauche mais son poids politique au sein du parti radical était bien moindre, malgré la grande popularité qu’elle acquît rapidement au secrétariat d’État à la Condition féminine.

12 Congrès du 31 janvier au 2 février 1975. Jacques Dominati remplaça Roger Chinaud.

13 Le petit parti de Jacques Soustelle, élu député de Lyon en mars 1973.

14 La direction collégiale comptait 32 membres.

15 En juillet 1975, Gabriel Péronnet, secrétaire d’État à la Fonction publique, assura l’intérim et fut confirmé à son poste par les délégués au congrès de novembre. Michel Durafour (déjà orateur lors des assises de la FR en juin 1975) et André Rossi adhérèrent dans la foulée au parti radical.

16 Sans succès : les 8 et 9 janvier 1976, ces socialistes dissidents se regroupèrent dans le Parti des socialistes démocrates sous la direction d’Éric Hintermann.

17 Dès juillet 1974, les deux groupes centristes avaient fusionné dans le groupe des Réformateurs démocrates sociaux : 53 membres sur les 64 députés inscrits auparavant aux deux groupes. Manquaient quelques élus du CDP.

18 Membre du CDP, âgé de 37 ans, brillamment élu député en 1973, il avait, contrairement aux dirigeants de son parti, soutenu Valéry Giscard d’Estaing dès le 1er tour en 1974.

19 Lire l’hebdomadaire du CDS, Démocratie nouvelle, no 3 de la nouvelle série inaugurée avec la réunification.

20 « On en aura fini avec ce scrutin de barricades, de gladiateurs qui coupe la France en deux et qui donne du pays une image défigurée » expliqua André Diligent, chargé du rapport sur la place du CDS dans la majorité présidentielle. Et de parler de la bipolarisation comme d’une « guerre froide », voire d’une nouvelle « guerre de religions ».

21 Lire J.-L. Pouthier « Émergences et ambiguïtés de la culture démocrate-chrétienne » dans S. Berstein (dir.) Les cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999 (L’univers historique).

22 A. Diligent : « vouloir gouverner au centre, c’est bien, encore faut-il qu’il y ait un centre ».

23 Le chef de l’État, sur les ondes de RTL le 25 octobre 1976, retrouva des accents dignes d’Antoine Pinay pour parler de la lutte prioritaire contre l’inflation.

24 RPR Propositions pour la France (présentées par Jérôme Monod), Paris, Stock, 1977.

25 Voir AD 35, 142 J 23 (Comités directeurs départementaux).

26 Outre les rapports présentés au congrès de Rennes, déjà évoqués, lire le programme du CDS pour les élections législatives publié à la fin de 1977 – L’autre solution – et les fiches de propagande électorale conservées dans le dossier consacré au Conseil national de 1978 (142 J 11). L’argumentaire contre le Programme commun se terminait par cette formule : « l’économie ne permet pas le rêve ».

27 « Les Français ont peur – du moins le soir, dans les villes – et peur de l’avenir » : ainsi commença le discours de Bernard Stasi.

28 Dessinée par Gabriel Szapiro, au départ pour les JDS, la main avait l’aspect d’une colombe (la paix) ; l’ouverture symbolisait la « tolérance » et l’« aide aux humbles » ; la droite, c’était « le sens des responsabilités, le choix volontaire dans la maîtrise de son destin ». Voir Démocratie moderne, no 3, p. 14.

29 Voir L’Année politique 1978, Paris, Éditions du grand siècle, 1979, p. 45.

30 Négociations dites « du Pavillon de musique ». Lire les Mémoires de « JJSS » déjà cités, p. 205-208, et A. Massart L’Union pour la démocratie française, Paris, L’Harmattan, 1999.

31 Michel Jobert dénonça le 8 mars 1978 dans un article du Monde la « bande des quatre ».

32 Neuf pour les auteurs de l’ouvrage déjà cité, Les cultures politiques en France. On pourrait peut-être y ajouter l’agrarisme et l’écologie politique.

33 Les radicaux entre les deux guerres, les socialistes pendant les Trente Glorieuses, etc.

34 Voir la communication de S. Guillaume, p. 121.

35 « Le jour de l’élection, vous ne serez pas de simples passagers qui peuvent se contenter de critiquer le chauffeur, mais vous serez des conducteurs qui peuvent, selon le geste qu’ils feront, envoyer la voiture dans le fossé ou la maintenir sur la ligne droite ». Texte complet du discours sur « le bon choix pour la France » en annexe du livre de souvenirs sur le septennat écrit par le Président : Le pouvoir et la vie, Compagnie 12, 1988. Dans Deux Français sur trois, déjà cité, au chapitre 12 (« La réconciliation historique des Français »), on trouve cette formule définitive : « entre le libéralisme et l’étatisme, il n’y a pas de troisième voie ».

36 L’Année politique 1978, Éditions du grand siècle, 1979, p. 50. « Changer de cap » et « Changer la vie » étaient les titres respectifs des programmes adoptés par le PCF et le PS en 1971.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search