Versión clásicaVersión móvil

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

L’échec de la grande fédération démocrate et socialiste

Joan Taris

Texto completo

  • 1 « Entre les communistes et nous, il n’y a rien ».

1Cas d’école de l’incapacité du centrisme à se constituer en force politique autonome à vocation majoritaire, le projet avorté, en 1965, de grande fédération démocrate et socialiste avait pour objet de regrouper en une organisation commune les partis du centre et de la gauche non communiste, ce fameux « rien » qu’André Malraux, dans un jugement resté célèbre1, se plaisait à déceler entre un gaullisme et un communisme alors au faîte de leur puissance.

  • 2 A. Cellard, La fédération de la gauche démocrate et socialiste, thèse de doctorat de sciences poli (...)

2Les principales formations concernées sont la section française de l’internationale ouvrière (SFIO), le mouvement républicain populaire (MRP), le parti radical et l’union démocratique et socialiste de la résistance (UDSR), ces deux dernières formations étant réunies dans le rassemblement démocratique. S’y adjoignent divers clubs (convention des institutions républicaines, assises de la démocratie et comité horizon 80). Pour l’essentiel, à l’exception notable du centre national des indépendants et paysans (CNIP), exclu de la démarche pour son positionnement droitier, il s’agit là des partis de la troisième force qui, ayant eu leur heure de gloire sous la IVe République, se retrouvent marginalisés par le nouveau régime2.

  • 3 Guy Mollet, Gaston Defferre, Roger Quilliot, René Schmitt (SFIO) ; Jean Lecanuet, Joseph Fontanet, (...)

3Leur projet de rapprochement, dont l’originalité est d’aller au-delà d’un simple accord électoral et de déboucher sur une véritable organisation commune, est porté par Gaston Defferre parallèlement à sa candidature pour les élections présidentielles de 1965. Celle-ci est officiellement annoncée par l’intéressé devant le comité directeur de la SFIO le 18 décembre 1966, dans la foulée de l’opération « Monsieur X » initiée par l’hebdomadaire l’Express. Le maire de Marseille lance alors l’idée d’une grande fédération du centre et de la gauche non communiste, à laquelle les congrès du MRP et de la SFIO, réunis respectivement du 27 au 29 mai 1965 à Vichy et du 3 au 5 juin 1965 à Clichy, donnent formellement, bien que non sans arrière-pensées, leur feu vert. Les 15 et 17 juin 1965, dix-sept représentants3 des partis et clubs constitutifs de la grande fédération se réunissent au domicile de Jacques Duhamel pour entériner et formaliser leur rapprochement. La deuxième de ces rencontres, qui se termine à 4 h du matin, se solde par la lecture par Gaston Defferre d’un communiqué final selon lequel « les représentants des partis politiques ont dû constater qu’ils n’avaient pu parvenir à un accord assez large pour réaliser une formation politique unitaire ». C’est l’échec du projet de grande fédération. Le maire de Marseille en tire les conséquences le 25 juin 1965 en retirant sa candidature à la présidence de la République. La gauche non communiste et le centre démocrate-chrétien se présenteront séparément à cette échéance et, dans les années qui suivent, feront des choix idéologiques et stratégiques résolument opposés.

4Ce résultat était-il inéluctable ? Était-il écrit d’emblée dans les tréfonds du système politique français ? Ou bien n’est-il que le simple avatar d’un contexte défavorable ? En d’autres termes, une entreprise, sinon de négation, au moins de dépassement, du grand clivage entre l’ordre et le mouvement, héritée de la Révolution française et reformulée lors de la Révolution industrielle, pouvait-elle avoir sa chance ? Y avait-il, dans la société française de 1965, la place pour un projet de type centriste ?

5L’analyse des raisons, tant explicites qu’implicites, qui sont à l’origine de cet échec amène à voir avant tout en celui-ci le produit d’un moment. Elle ne doit pas conduire pour autant à invalider l’ensemble des postulats et intuitions, dont plusieurs ne manquent pas de pertinence, ayant présidé au projet de grande fédération. On s’intéressera ainsi successivement aux éléments qui fondent sa légitimité, puis à la conjonction des forces hostiles qui l’empêche de voir le jour.

Une tentative cohérente de modernisation politique

6Malgré son incapacité à se concrétiser, le projet de grande fédération ne saurait être négligé dans ses fondements historiques, idéologiques et stratégiques, qui lui confèrent une véritable cohérence, autour d’une idée-force : la recherche d’une modernisation politique.

Un regroupement légitimé par un héritage et des intérêts communs

7Loin d’être nouvelle, l’idée d’un grand regroupement central s’appuie sur des réalités historiques et électorales solidement ancrées dans la vie politique française.

  • 4 Il en est ainsi des listes dites « centristes » à Paris, regroupant le MRP et des personnalités tr (...)

8En premier lieu, la coopération gouvernementale entre radicaux, socialistes et démocrates-chrétiens (ces derniers pouvant être en partie considérés comme les héritiers des modérés de la IIIe République) au-delà du clivage traditionnel gauche-droite, participe pleinement de la tradition républicaine. Sous la IIIe République, et plus particulièrement dans l’entre-deux-guerres, les gouvernements de concentration (regroupant radicaux et modérés) et, dans une moindre mesure, de Cartel des gauches (réunissant socialistes et radicaux) sont monnaie courante, les radicaux formant le trait d’union entre des courants et des personnalités parfois fort opposés. Sous la IVe République, de 1947 à 1951, c’est la Troisième Force qui gouverne, avec le MRP, la SFIO, le parti radical et le CNIP qui prennent part simultanément aux mêmes gouvernements. Enfin, à l’aube de la Ve République, ces formations sont unies par leur soutien du retour au pouvoir du général de Gaulle (en 1958), leur participation puis leur départ du gouvernement Debré (en deux temps, 1959 et 1962) et leur engagement au sein du cartel des non lors du referendum sur la réforme constitutionnelle de 1962 établissant l’élection du président de la République au suffrage universel direct4.

  • 5 L’expression est du journaliste Raymond Barillon dans Le Monde, 29 mars 1965.

9Au-delà de cet héritage historique, les alliances locales représentent un ciment puissant entre la SFIO, le MRP et les radicaux. À cet égard, les élections municipales des 14 et 21 mars 1965, qui ont vu la formation de coalitions centristes, à géométrie variable selon les cas, dans de nombreuses villes de plus de 30 000 habitants, sont un élément déterminant du rapprochement. Avec plus de 35 % des voix, ces ententes centristes enregistrent un net succès. C’est le cas, à Marseille, de la liste conduite par Gaston Defferre qui, avec le soutien du MRP, des radicaux et du CNIP, était pourtant confrontée à la concurrence de celle regroupant les communistes et des dissidents SFIO autour du député Daniel Matalon. Ces résultats doivent cependant être nuancés car les regroupements municipaux sont souvent très hétéroclites et n’ont pour perspective que la simple gestion des affaires municipales. En outre, on observe, en 1965, un développement d’alliances SFIO-PCF dans un nombre croissant de municipalités, notamment en région parisienne. Plus que de « trouée centriste », il serait donc plus approprié de parler de « centrisme introuvable. »5

  • 6 A. Poher, Trois fois président, Paris, 1992.

10Cet apparent succès se prolonge d’ailleurs au Sénat, traditionnelle caisse de résonance des municipales : le renouvellement sénatorial de 1965 voit la création d’un « intergroupe centriste » qui, présidé par Camille Laurens et allant des socialistes aux indépendants, en passant par le MRP et les radicaux, n’est pas sans rappeler les contours de la grande fédération6. Temple du consensus et sanctuaire des traditions républicaines, la haute assemblée est le lieu propice à de tels rapprochements.

Un regroupement fondé sur un socle doctrinal largement consensuel

11Une réelle convergence doctrinale tend à rapprocher socialistes, radicaux et démocrates-chrétiens mais elle s’opère moins sur des valeurs positives qu’en creux, c’est-à-dire par le jeu d’une double opposition au communisme et au gaullisme. Pour l’essentiel, elle se structure autour de trois domaines : institutionnel, international et socio-économique.

  • 7 On se souvient de la phrase de Guy Mollet sur les communistes français qui « ne sont pas à gauche, (...)

12Dans le domaine des conceptions institutionnelles, on note un attachement commun aux grandes traditions républicaines : la démocratie représentative, la défense des corps intermédiaires, le parlementarisme, les libertés individuelles, la dénonciation – selon la formule consacrée – du « pouvoir personnel », c’est-à-dire du mode d’exercice gaullien du pouvoir, mais aussi – et naturellement sans que les choses puissent être mises sur le même plan – de la dimension totalitaire du communisme soviétique et de son tenant en France, le PCF7.

  • 8 Il s’agit du gouvernement d’Aldo Moro qui, pour la première fois depuis 1947, intègre des socialis (...)

13Les questions internationales représentent un deuxième marqueur idéologique, différenciant lui aussi de leurs adversaires gaullistes et communistes les partis de la grande fédération. Ces derniers se retrouvent dans le même consensus européen et dans la même logique fédéraliste. Socialistes et démocrates-chrétiens ne sont-ils pas, depuis les débuts de l’aventure communautaire, les forces politiques motrices de l’Europe ? En outre, les alliances gouvernementales formées entre ces deux partis dans certains pays européens, tels que l’Italie à partir de 19638, sont une incitation supplémentaire pour leurs cousins français. Dans la même perspective, une foi atlantiste vivace les réunit, y compris la SFIO, dans laquelle on retrouve un anticommunisme et un antigaullisme symétriques.

14Enfin, ces formations se retrouvent dans un réformisme économique et social de fait, à défaut d’être toujours assumé dans le discours, la SFIO restant attachée, au moins pour la forme, à une certaine phraséologie révolutionnaire d’inspiration marxiste, qui ne l’a pas empêché lors de ses passages au pouvoir de mener une politique authentiquement réformiste, et même souvent audacieuse. Le MRP, quant à lui, demeure marqué par une forte sensibilité sociale puisant à la fois dans la doctrine sociale de l’Église et dans l’héritage de la résistance. La synthèse entre les deux, avec l’appoint d’un radicalisme doctrinalement peu structuré et assez opportuniste, apparaît donc aisée malgré quelques nuances, portant par exemple sur les nationalisations. Là encore, on notera que la SFIO et le MRP se retrouvent avant tout dans une définition en creux marquée par un double refus du « capitalisme sauvage » et du « collectivisme totalitaire ».

Un regroupement qui se projète dans une vision modernisatrice

15On retrouve, dans la démarche qui préside au projet de grande fédération, une volonté constamment réaffirmée de modernisation et d’anticipation d’évolutions politiques et sociales perçues, souvent à juste titre, comme inéluctables.

  • 9 Il a alors 74 ans.

16Parmi ces tendances historiques lourdes, on distingue au premier rang sinon la fin, au moins l’atténuation des idéologies, et notamment le remplacement progressif du marxisme orthodoxe par une social-démocratie modernisée ou un travaillisme à la française, devenant compatible avec une démocratie chrétienne ou un radicalisme non dénués de préoccupation sociales. La préparation de l’après-gaullisme, l’âge du général étant ce qu’il est en 19659, constitue également un motif de convergence entre socialistes, radicaux et démocrates-chrétiens. Marginalisées dans la Ve République naissante, ces forces entrevoient une redistribution des cartes à leur profit lorsque le fondateur de celle-ci n’exercera plus la magistrature suprême. Elles font le pari d’un gaullisme qui ne survivrait pas à de Gaulle.

  • 10 D. Dulong, Moderniser la politique, aux origines de la Ve République, Paris, 1997.
  • 11 « En face du communisme, le gaullisme en tant que mouvement représente la seule force réelle dans (...)
  • 12 S. Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, 1999.
  • 13 Votées respectivement en 1951 et 1959, ces lois sont réputées favorables aux écoles catholiques.

17Une autre évolution majeure, pleinement intégrée par les acteurs de la grande fédération, a trait aux méthodes et techniques de l’action politique, marquées dans ces années soixante par une personnalisation et une médiatisation croissantes et l’entrée dans la culture toute-puissante de l’image. Ainsi, l’influence du modèle d’homme politique incarné par la figure de Kennedy est omniprésente sur des personnalités telles que Jean-Jacques Servan-Schreiber, Jean Lecanuet ou Gaston Defferre lui-même. Cette sorte de « rêve américain » appliqué à la politique a également sa résonance en termes d’organisation partisane : c’est l’idée d’un grand « parti démocrate à l’américaine » ouvertement formulée par Jean Lecanuet, dans une logique de simplification de la vie politique en grands courants.10111213

18Enfin, le projet de grande fédération s’est accompagné d’un souci permanent d’associer à cette démarche de modernisation politique les « forces vives » n’appartenant pas à l’origine au monde politique, tous ceux qu’on n’appelle pas encore la société civile. Il convient de mentionner le rôle non négligeable des clubs, alors en plein bouillonnement, tout particulièrement au sein de la gauche non communiste (le club Jean Moulin, le club des Jacobins, le cercle Tocqueville…), mais aussi au centre droit (avec le comité d’études et de liaisons démocrates, créé en avril 1963 et regroupant, sous la présidence du responsable syndical et mutualiste alsacien Théo Braun, des dirigeants et élus MRP, radicaux et indépendants). Gaston Defferre lui-même, dans le cadre de sa candidature présidentielle, crée d’ailleurs un comité baptisé « Horizon 80 », chargé de regrouper les responsables socioprofessionnels, syndicaux, associatifs soutenant sa candidature, souvent situés dans la mouvance des « planificateurs ». La démarche dénote une volonté de renouveler le discours et l’action politique en mettant la compétence socio-économique en représentation.

Une entreprise broyée par des pesanteurs politiques hostiles

19Le jeu croisé des institutions, des cultures politiques et des appareils partisans finit par avoir raison de la volonté unitaire des socialistes, des radicaux et des démocrates-chrétiens.

L’implacable logique des institutions

20Les pesanteurs institutionnelles sont un des principaux facteurs qui ont entravé le projet de grande fédération. Tout, dans la lettre et l’esprit de la constitution de 1958, concourt à éradiquer du système politique un centrisme qui, selon l’image habituelle, se retrouve « broyé entre deux meules », entre une gauche et une droite symétriquement polarisées autour du PCF pour la première et du gaullisme pour la deuxième.

21À cet égard, le choix des modes de scrutin se révèle décisif. En premier lieu, celui des élections législatives, majoritaire à deux tours, en vigueur dès 1958, a un effet structurant sur le système partisan, amplifié par la réforme constitutionnelle de 1962 portant élection du président de la République au suffrage universel, laquelle s’opère selon des modalités qui, à la différence des législatives, prévoient la présence au second tour des deux seuls candidats arrivés en tête au premier. L’approche de l’échéance des élections présidentielle de 1965 et l’intériorisation des nouvelles règles du jeu par les acteurs politiques renforcent encore ce phénomène, ouvertement souhaité et organisé par le pouvoir gaulliste. C’est le cas lors de l’adoption du nouveau mode de scrutin pour les élections municipales de 1965, qui prévoit, dans les communes de plus de 30 000 habitants, l’existence de listes bloquées et non fusionnables d’un tour à l’autre. Cette disposition, censée amplifier le fait bipolaire en empêchant socialistes, radicaux, MRP et indépendants de se présenter seuls au premier tour et de se regrouper au second, sera certes contournée par la constitution dès le premier tour des listes « centristes » déjà évoquées plus haut. Mais cette fiction centriste sera de courte durée, la logique bipolaire dictée par les élections majeures – législatives et présidentielles – reprenant le dessus.

22Une cause profonde de l’échec de la tentative de grande fédération réside donc dans son complet décalage avec ces nouvelles réalités institutionnelles qui ne laissent quasiment aucun espace pour une troisième force située entre les deux blocs.

Des cultures politiques inconciliables

23On trouve dans la notion de culture politique une cause essentielle de l’échec de la grande fédération. Rappelons la définition qu’en donne Serge Berstein : elle est « un ensemble des représentations porteuses de normes et de valeurs qui constituent l’identité des grandes familles politiques ». C’est précisément sur ce terrain identitaire que se cristallise une incompatibilité frontale entre la SFIO et le MRP, les radicaux formant une sorte d’hinterland mal défini entre ces deux traditions antagonistes.

24En premier lieu, la question scolaire, fondatrice de l’identité des deux partis, oppose directement le MRP à la SFIO. La controverse porte tout particulièrement autour des lois Barangé et Debré, qui organisent le financement de l’enseignement privé sous contrat : le MRP, dans sa logique de parti démocrate-chrétien, souhaite l’extension et l’amplification de ces dispositions, tandis que la SFIO, qui a dès cette époque repris le flambeau laïc au parti radical, en réclame l’abrogation pure et simple. Gaston Defferre tente de régler cet insoluble problème par l’esquive, en proposant de le placer « hors compétence » de la fédération, ce que refuseront dans un même élan la SFIO et le MRP, soumis à l’influence de leur base électorale, enseignante, fonctionnaire, souvent syndiquée voire franc-maçonne pour les premiers ; catholique, conservatrice et souvent issue des bastions de l’Ouest chouan pour les seconds. Tant du côté des socialistes que des démocrates-chrétiens, il importe cependant de faire la part entre l’attachement sincère à une cause et son instrumentalisation pour servir de prétexte commode à l’échec du projet.

25Le deuxième élément bloquant réside dans la contradiction intrinsèque entre le positionnement de la fédération, qui se veut au-delà du clivage gauche/droite, et le sentiment d’appartenance, avoué ou non, de chacune des forces politiques qui la composent sur ce même axe. Concrètement, quels contours convient-il de donner à la fédération ? Et surtout quelles alliances pour celles-ci ? En creux, la question cruciale qui se profile est celle de l’adversaire prioritaire. De la défense de la société libérale ou de la lutte contre le pouvoir personnel, quel est le réflexe prépondérant ? Le MRP se focalise sur les communistes tandis que la SFIO vise prioritairement les gaullistes. Là encore, le caractère binaire des choix possibles place le rapprochement de ces partis dans une impasse stratégique totale.

26Enfin, aspect essentiel de toute culture politique, la question du vocabulaire est l’ultime point d’achoppement. Le désaccord se cristallise sur l’intitulé de la fédération, et plus précisément sur le mot de « socialisme » : son inclusion est une condition sine qua non pour la SFIO alors qu’elle suscite un rejet automatique au MRP. Un échange sur ce point entre Jean Lecanuet et Guy Mollet, lors de la première « réunion des 17 » tenue le 15 juin 1965, est particulièrement éclairant. À Jean Lecanuet qui lui lance :

« si vous me demandez de me transformer en socialiste, d’entrer dans une fédération socialiste, d’être demain candidat sous un drapeau socialiste, avec un programme d’essence socialiste, alors ne nous mentons pas les uns les autres. C’est totalement exclu et impossible. »

27Guy Mollet répond :

  • 14 A. Cellard, op. cit.

« La déclaration de Lecanuet a le mérite de la franchise. Il est possible que cette thèse soit chez nous défendue d’une Fédération démocrate non socialiste, mais il est formellement exclu qu’il y ait sur ce point unanimité […] Ce serait le congrès de Tours à l’envers. À cette thèse, je m’opposerai de toutes mes forces et il y aura toujours chez nous des hommes présents pour poursuivre le combat pour le socialisme »14.

28On peut donc parler d’une véritable fracture identitaire, rendant inconcevable la cohabitation de ces cultures politiques dans une organisation commune.

La force d’inertie des appareils partisans et des personnalités

29Au-delà des raisons officiellement invoquées par les acteurs en présence, de banales logiques de pouvoir sont à l’œuvre dans l’impossibilité de la grande fédération à se concrétiser.

30Les congrès, qui se déroulent successivement, des deux principaux partis initiateurs du rapprochement, celui du MRP réuni à Vichy du 27 au 29 mai 1965 et celui de la SFIO réuni du 3 au 5 juin 1965 à Clichy, sont l’occasion de manifester la réticence profonde des appareils à se sacrifier sur l’autel d’une modernisation politique perçue comme aventureuse pour leur propre survie. Ainsi, la SFIO est marquée par la résistance de Guy Mollet, jaloux de ses prérogatives et son contrôle absolu sur la machine du parti, à un projet qui ne manquerait pas de marquer la fin de ceux-ci. Quant au MRP, s’il apparaît certes moins marqué dans son fonctionnement par des logiques bureaucratiques, il n’en est pas moins tiraillé entre des militants de centre gauche, une base électorale de droite traditionnelle et des élus avant tout pragmatiques.

31Au-delà de ces « querelles de boutique », on trouve des conceptions divergentes de l’organisation partisane. On peut appliquer sans difficulté la distinction de Maurice Duverger entre parti de masse et parti de cadres, la SFIO ressortissant de la première catégorie, le MRP et le parti radical du second. Ces deux logiques, aisément conciliables dans de simples alliances électorales, deviennent incompatibles lorsqu’il s’agit d’un projet de regroupement organique. D’où le débat – et le désaccord entre tenants de lignes « maximalistes » et « minimalistes » – sur le degré de fédéralisme du regroupement : les partis constitutifs doivent-ils disparaître ? S’agit-il d’une simple juxtaposition ou d’une quasi-fusion ?

  • 15 Muriel Montero, Le centrisme sous la Ve République, de 1962 à 1976, l’affirmation d’une force poli (...)

32Enfin, les simples et prosaïques questions de personnes ne sauraient être évacuées du scénario explicatif de l’échec. Il en est ainsi des rapports difficiles, et empreints de méfiance, entre Guy Mollet et Gaston Defferre. Ces rivalités entre ambitions concurrentes se trouvent d’autant plus exacerbées qu’elles s’expriment à l’approche des élections présidentielles, pour lesquelles beaucoup se refusent, via la grande fédération, à faire la courte échelle à Gaston Defferre. Il est à cet égard significatif que François Mitterrand, présent aux deux « réunions des 17 » et y défendant des positions ayant pour conséquence objective l’échec du projet, ne mette que quelques semaines, une fois celui-ci scellé, à annoncer sa propre candidature à la magistrature suprême. Ainsi, l’échéance de décembre 1965 apparaît davantage comme un blocage que comme un accélérateur du regroupement15.

33Au total, l’échec de la grande fédération s’explique par le décalage entre le projet en lui-même – qui ne manque ni de logique, ni de légitimité – et le moment – inopportun – où il voit le jour. La France et le monde de 1965, marqués par le gaullisme et la guerre froide, forment un terrain profondément défavorable à une tentative de dépassement du clivage gauche/droite.

34La recomposition politique, dont les initiateurs de la grande fédération pressentaient à juste titre le caractère inéluctable, s’opérera certes mais d’une façon toute différente. Elle s’organisera à partir de quatre grandes familles – communiste, socialiste, centro-libérale, gaulliste – structurées entre elles par un système d’alliances fondées sur la bipolarité, soit l’exact contraire du projet Defferre dont la vocation était de bâtir une union des centres contre les extrêmes.

35Tel est le sens profond des recompositions des années 1970 qui voient se regrouper de façon symétrique et opposée la gauche socialiste et le centre démocrate-chrétien. La première se rassemble au sein de la fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS), version a minima de l’idée initiale de grande fédération, prélude au futur parti socialiste mitterrandien qui fait le choix d’une stratégie d’union de la gauche concrétisée par la signature, en 1972, d’un programme commun avec les communistes. Quant au second, dispersé dans une kyrielle d’organisations, il achève de se rallier intégralement à la majorité giscardienne en 1974 avant d’entamer un rapprochement avec la droite libérale qui aboutira en 1978 à la création de l’union pour la démocratie française (UDF). Les radicaux, pour leur part, se divisent en deux branches antagonistes, l’une acceptant et l’autre refusant l’union avec le PCF.

36Se met ainsi progressivement en place, selon l’expression de Maurice Duverger, le « quadrille bipolaire » qui, tout en signant l’échec du centrisme dans sa volonté d’autonomie, donne aux socialistes et aux démocrates-chrétiens une influence décisive dans leur camp respectif. Encore un des – nombreux – paradoxes centristes.

Notas

1 « Entre les communistes et nous, il n’y a rien ».

2 A. Cellard, La fédération de la gauche démocrate et socialiste, thèse de doctorat de sciences politiques, 1990, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la dir. de Michel-Henry Fabre.

3 Guy Mollet, Gaston Defferre, Roger Quilliot, René Schmitt (SFIO) ; Jean Lecanuet, Joseph Fontanet, Pierre Abelin, André Colin (MRP) ; Maurice Faure, René Billières, François Mitterrand, Jacques Duhamel (rassemblement démocratique) ; Charles Hernu (convention des institutions républicaines) ; Georges Lavau (assises de la démocratie) ; Jean-Jacques Servan-Schreiber, Olivier Chevrillon (comité Horizon 80) et le doyen Georges Lavau en sa qualité de juriste.

4 Il en est ainsi des listes dites « centristes » à Paris, regroupant le MRP et des personnalités très marquées à droite telles que le député Édouard Frédéric-Dupont.

5 L’expression est du journaliste Raymond Barillon dans Le Monde, 29 mars 1965.

6 A. Poher, Trois fois président, Paris, 1992.

7 On se souvient de la phrase de Guy Mollet sur les communistes français qui « ne sont pas à gauche, mais à l’Est ».

8 Il s’agit du gouvernement d’Aldo Moro qui, pour la première fois depuis 1947, intègre des socialistes.

9 Il a alors 74 ans.

10 D. Dulong, Moderniser la politique, aux origines de la Ve République, Paris, 1997.

11 « En face du communisme, le gaullisme en tant que mouvement représente la seule force réelle dans le pays » déclare Georges Pompidou le 24 mars 1965, Le Monde, 25 mars 1965.

12 S. Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, 1999.

13 Votées respectivement en 1951 et 1959, ces lois sont réputées favorables aux écoles catholiques.

14 A. Cellard, op. cit.

15 Muriel Montero, Le centrisme sous la Ve République, de 1962 à 1976, l’affirmation d’une force politique et la conquête du pouvoir : deux défis impossibles ? thèse de doctorat d’histoire, Université Paris IV Sorbonne, sous la dir. de Jean-Paul Brunet.

Autor

Université Michel de Montaigne Bordeaux 3

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search