Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

Le centre démocrate de 1962 à 1974 : l’impossible défi de la conquête du pouvoir ?

Muriel Montero

Texte intégral

  • 1 Cette contribution se fonde sur les résultats des recherches entreprises pour ma thèse de doctorat (...)

1De 1962 à 1974, douze ans virent le long effort du Centre démocrate pour trouver sa place et construire un tiers-parti dans un système politique marqué, depuis la réforme institutionnelle de 1962, par la bipolarisation1. S’il y a un seul mérite à reconnaître aux centristes, c’est bien la constance de leur stratégie. Tandis que toute la politique des gaullistes consista, depuis 1958, à imposer et renforcer la bipolarisation du système politique français, les centristes s’efforcèrent de démontrer qu’une troisième force était possible. Ils furent constamment confrontés à un choix : soit constituer deux blocs, l’un autour de l’alliance socialo-communiste et l’autre autour de l’alliance du centre et des modérés, soit tenter la conjonction des centres en regroupant le centre gauche et le centre droit. Lecanuet, constamment, chercha à repousser les socialistes loin des communistes, à regrouper les socialistes modérés antimarxistes, les radicaux, les démocrates-chrétiens, les plus sociaux des libéraux, également des gaullistes. Mais l’élargissement fut difficile, en particulier à cause du poids de la bipolarisation, et les centristes n’y renoncèrent qu’en 1974.

2L’élément déclencheur fut la déroute électorale de novembre 1962, qui réduisit la représentation du MRP à moins de 9 % (8,9 % des voix au premier tour, 5,3 % au second tour), celle du CNI à encore moins. Cet échec convainquit les centristes que, face à la puissance gaulliste, la seule alternative était soit de construire un large parti centriste à vocation majoritaire, soit de végéter dans une semi-opposition, sans pouvoir espérer jamais participer au pouvoir.

3La candidature de Jean Lecanuet en 1965, acte politique qui séparait les centristes du gaullisme et les éloignait de Mitterrand, après l’échec de la Fédération Defferre, souleva l’ardeur et l’enthousiasme de nombreux militants et conduisit des hommes appartenant à différentes tendances du centrisme à s’engager politiquement, dans certains cas pour la première fois. La création du Centre démocrate au début de 1966, puis la convention de Lyon en avril 1966, manifestèrent le même enthousiasme.

4Puis il y eut mars 1967 et les désillusions électorales du Centre démocrate : alors que Lecanuet espérait être assez fort pour imposer au général de Gaulle ses idées démocrates, sociales et européennes, les centristes ne recueillirent que 12,79 % au premier tour et 8 % au second tour, et seulement trente-sept élus. La convention du Centre démocrate à Nice, en novembre 1967, marqua pour certains la date ultime de leur participation possible au parti, d’autres ayant déjà préféré le retrait ; cependant, la convention compléta la Charte de Lyon, un texte trop léger et trop hâtif pour retenir toutes les énergies. Des doutes apparurent alors parmi les centristes. Jacques Duhamel, Joseph Fontanet, entourés d’autres députés PDM, contestaient la stratégie de Lecanuet, nettement à partir de l’automne 1967, et regardaient la coalition gaulliste avec un œil plus bienveillant. Ils considéraient que, puisque le fait majoritaire existait et semblait durer, inexorablement, mieux valait y adapter sa stratégie et rejoindre la majorité pour pouvoir appliquer les idées centristes.

5Les centristes attendaient des reclassements permettant la construction d’une nouvelle majorité, dépassant les actuels clivages politiques ; Mai 68 ne leur en fournit pas l’occasion. En effet, le centre pâtit de l’absence d’une forte pensée politique susceptible de répondre aux désirs de participation d’un grand nombre de Français ; ne réussissant pas à adopter des positions fermes, qui l’auraient montré comme un parti capable de rassurer les masses en désarroi, il n’eut que peu d’audience et vit le nombre de ses représentants se réduire encore.

61969 fut l’année de la division : le retrait de De Gaulle, puis l’élection présidentielle, la volonté d’ouverture manifestée par Pompidou et le gouvernement Chaban-Delmas, accentuèrent des lignes de clivage qui avaient été jusque-là minimisées ou soigneusement cachées. Ce fut la naissance du CDP, avec ses leaders, Jacques Duhamel, Joseph Fontanet, René Pleven, et le renoncement à l’idéal de la troisième force – puisque le fait majoritaire existait et semblait durer, inexorablement, mieux valait y adapter sa stratégie et rejoindre la majorité pompidolienne pour réaliser dans les faits les idées centristes. La constitution du CDP prit au Centre démocrate une partie de sa force et de sa crédibilité ; le centrisme majoritaire avait le vent en poupe.

7Lecanuet, exemplaire dans l’obstination, durcissait son opposition et défendait la citadelle centriste contre les menaces de la bipolarisation. Ce fut alors, pour le Centre démocrate, la longue attente d’un « reclassement » qui ouvrirait les portes du pouvoir, les tentatives successives de relances, les campagnes périodiques de restructuration, surtout la recherche d’une alliance permettant d’atteindre la majorité. Les centristes ne pouvaient, pour grossir en nombre, se positionner qu’en s’opposant ; c’est par cette voie qu’ils comptaient attirer, le cas échéant, les socialistes que l’alliance avec le PC rebuterait, et enrôler de nouveaux adhérents. Il y eut ainsi en 1969-1970 la brève expérience de l’Association pour une Alternative démocratique de progrès, puis en 1971 le mariage avec les radicaux de Servan-Schreiber et quelques petits partis centristes dans le Mouvement réformateur. Les centristes mirent de grands espoirs dans l’union des « réformateurs », qui tenta de donner une modernité et un dynamisme au centrisme ; les militants furent séduits, un temps. Ils crurent pouvoir renverser la majorité UDR en mars 1973, mais échouèrent, face à la résistance du bloc gaulliste et à la concurrence de la gauche unie : le Mouvement réformateur ne fit élire que 31 députés. Lecanuet refusait de rejoindre la majorité comme un rallié ; avec la même fermeté, il s’opposa constamment à la structuration du Mouvement réformateur, craignant qu’il ne lui échappât : il était d’accord pour créer une force de concertation et d’arbitrage, mais excluait de se diluer dans un parti nouveau.

8En 1974, le Centre démocrate se résolut à rejoindre l’un des deux blocs, renonçant à son ambition d’être une force majoritaire ou, pour le moins, à exercer un rôle d’arbitre. Il tira la leçon de douze ans d’inconfort dans l’opposition, de douze ans de batailles perdues contre une bipolarisation de plus en plus marquée, d’espoirs déçus d’une convergence des modérés de gauche et de droite, de rêves brisés d’une troisième force. Le Centre démocrate fut alors confronté au difficile apprentissage de la vie dans la majorité, comme l’avait fait le CDP cinq ans plus tôt.

9Si l’on considère les différentes étapes de cette évolution, de la Fédération Defferre aux presque quatre millions de voix de Lecanuet en 1965 et aux presque trois millions de voix de 1967, du pohérisme – différent du centrisme – en 1969 au Mouvement réformateur, puis au soutien au candidat de la droite libérale en 1974, le centre ne cessa de se restreindre. D’autant plus ouvert aux regroupements, aux rapprochements et aux alliances qu’il était amoindri et effrité, il chercha constamment à se défaire de son immobilisme défensif. Il ne réussit pourtant pas à séduire massivement les hommes de gauche et les modérés et à conquérir, à lui seul, le pouvoir.

10Une question jaillit alors : comment analyser cet échec continu du Centre démocrate ? Une première réponse surgit : le système politique y a sa part de responsabilité. En effet, la loi électorale privait les centristes d’un système électoral proportionnel si cher et indispensable auparavant au MRP. De plus, le système institutionnel était de plus en plus une démocratie majoritaire dominée par l’affrontement de deux grandes coalitions disciplinées, une force de droite (UNR et indépendants) et une force de gauche (communistes et socialistes). Entre les deux, il y avait peu d’électeurs et peu d’espace politique pour le Centre démocrate. L’histoire du centrisme, plutôt que celle d’un échec, n’est-elle pas celle d’une impossibilité ?

11Le problème des centristes était que leurs suffrages, décisifs au second tour, ne réussissaient pas à leur donner la possibilité de peser sur la détermination des choix politiques du pays. Car les sièges se gagnent au second tour. Le paradoxe du centrisme était qu’il ne pouvait guère nourrir d’ambitions pour lui-même, mais que par contre, grâce à son électorat, il rendait de précieux services aux autres. Il était régulièrement le grand absent des seconds tours, en tant que parti, mais ses électeurs exerçaient un rôle déterminant.

12Le centre ne disposait donc pas d’un poids suffisant pour apparaître comme une alternative plausible au gaullisme, puis au pompidolisme ; condamné aux alliances électorales par sa faiblesse, il les pratiqua en fonction des nécessités immédiates dans des directions contradictoires (« un coup à droite, un coup à gauche »). Échouant à présenter au pays une coalition nationale préalable au scrutin, suffisamment cohérente pour apparaître durable, il parut se réduire à un conglomérat de personnalités.

13Affirmer leur originalité aujourd’hui pour mieux attendre l’éventuel reclassement de demain, c’est-à-dire poursuivre le rêve impossible et irréaliste d’une troisième voie, telle était la tâche contradictoire que s’étaient fixé les hommes du Centre démocrate. Ils maintinrent, année après année, leur rejet du bipartisme pur et simple, leur refus systématique et presque viscéral de reconnaître la réalité de la bipolarisation.

14Plusieurs éléments permettent d’expliquer cet échec du Centre démocrate :

  1. sa diversité, la multiplicité des sensibilités centristes ;
  2. une fragilité due à des tiraillements internes ;
  3. une mauvaise image ;
  4. des erreurs de stratégie, des erreurs de positionnement politique.

151- Le Centre démocrate pâtit d’abord de sa diversité, de la multiplicité de ses sensibilités, au point que l’on peut mettre en doute l’existence d’une culture politique du centre. En effet, le Centre démocrate recueillit à sa naissance un héritage hétéroclite, d’une part, sur le plan des militants : des membres du MRP, très peu d’anciens membres du CNI et du Parti radical, de nouveaux adhérents ; d’autre part, sur le plan des électeurs : des électeurs centristes « authentiques », des électeurs de la droite et de l’extrême-droite antigaulliste. Une grande diversité caractérisait également les objectifs du Centre démocrate : il reçut l’héritage des espérances de regroupement du « defferrisme » de 1964-1965, mais aussi une thématique de rassemblement empruntée au gaullisme.

16C’est ainsi que le Centre démocrate ne réussit pas à constituer un grand parti, uni, soudé. Ceux qui rejetaient autant le gaullisme que la coalition socialo-communiste se divisaient sur les thèmes à défendre, la tactique à adopter, le leader à suivre. Ils restèrent éparpillés, donc trop faibles pour conquérir le pouvoir. Que de partis pour un même espace politique et, finalement, un électorat bien maigre : le Centre démocrate, le principal parti du centre autour de son leader prestigieux, le CDP, les proches de Duhamel refusant toujours de considérer les gaullistes comme des adversaires, le Parti radical, qui justifiait sa survie par son histoire et sa gloire passées, le Centre républicain, dernier avatar du radicalisme, le PSD, le regroupement des « centristes socialistes », Progrès et Liberté, la petite formation des centristes antigaullistes, il y avait aussi, plus à droite, le CNI. Alors que d’autres s’organisaient en tendances à l’intérieur d’un même parti, ils créaient des partis ou des mouvements. Le centre n’avait pas de chef, mais plusieurs leaders, c’est-à-dire trop. Jean Lecanuet était le chef du Centre démocrate, mais plusieurs centristes ne reconnaissaient pas son autorité, comme Duhamel en 1967, plus tard les « jeunes » députés réformateurs élus en 1973 hostiles au duo Lecanuet-Servan-Schreiber. À trop cultiver les différences, les centristes avaient fini par s’y complaire. Parce qu’ils voulaient unir des hommes de droite et de gauche, nonobstant le système institutionnel en place, ils étaient conduits à entretenir des compromis entre des tendances et des aspirations, sinon contradictoires, du moins différentes. Le dilemme surgissait alors : conserver son homogénéité, rester entre soi, donc être condamné à être minoritaire, ou bien préférer l’ouverture à droite et à gauche, construire un large rassemblement, donc courir le risque de l’hétérogénéité et des contradictions internes.

172- Le Centre démocrate était donc fragilisé par des tiraillements internes. Tandis que Lecanuet parlait de « démocrates sociaux » pour définir les hommes du Centre démocrate, d’autres responsables parlaient de « démocrates libéraux ». En fait, le Centre démocrate s’efforça constamment de tenir la balance égale entre droite et gauche, mais l’évolution de la situation politique ne lui laissa guère le choix : il se voulait de centre gauche, mais l’union de la gauche et son anticommunisme le repoussaient vers la droite. Le Centre démocrate était écartelé entre ses militants, qui le tiraient à gauche, ses électeurs et ses dirigeants, qui l’inclinaient plutôt vers la droite. Il était tiraillé entre la logique d’un parti démocrate-chrétien attentif aux vœux de ses militants et les habiletés nécessaires pour retenir des notables venus de la droite traditionnelle et que décontenançait l’inexpérience politique et l’enthousiasme légèrement gauchisant des nouveaux adhérents. C’était Lecanuet qui, grâce à son capital de sympathie, réalisait la synthèse de ces éléments hétérogènes et pouvait réunir les électeurs.

183- Le principal handicap du Centre démocrate fut sa mauvaise image. L’opinion publique le jugeait mou, hésitant entre l’opposition et la majorité, entre droite et gauche, prêt à s’allier avec la gauche si l’on ne pouvait faire autrement, ou bien prêt à entrer dans une majorité élargie si l’éloignement du pouvoir durait trop. On n’en finissait pas d’ironiser sur des centristes qui se glissaient à gauche de peur qu’on ne les soupçonnât d’être à droite.

19Dans l’opposition de 1962 à 1974, les centristes furent constamment soupçonnés de préparer un ralliement au gaullisme. Parce que les divergences entre les centristes et les gaullistes n’apparaissaient pas suffisamment, l’opinion ne comprenait pas le maintien des centristes dans l’opposition, elle leur reprochait de nourrir des querelles personnelles, des rancunes, un sentiment d’amour-propre mal placé. Mais, quand Lecanuet apporta un soutien à Messmer entre les deux tours de mars 1973, il se le vit reprocher et sa cote de popularité diminua. Parce que le clivage droite-gauche conditionnait, comme un a priori systématique, les raisonnements des analystes et les votes des électeurs, le centre ne pouvait apparaître comme une force politique crédible.

20Être centriste était mal vu. Le gaullisme, dans sa version gaullienne ou UDR-pompidolienne d’après 1969, rassurait ; la gauche représentait une promesse de changement et de progrès social. Le centrisme, lui, cumulait deux handicaps. Pour les Français attachés aux équipes en place, il rappelait le mauvais souvenir de la IVe République, la fin de la stabilité du régime. D’autre part, pour les Français qui voulaient « que cela change », les centristes n’incarnaient pas une rupture suffisante avec les politiques précédentes, mais seulement quelques infléchissements ici ou là, quelques modifications de ligne budgétaire, mais le même respect des structures capitalistes et du libéralisme économique.

214- Le centrisme fut aussi la victime de ses erreurs de stratégie, de ses erreurs de positionnement politique. Il fut ainsi victime d’une obsession « gauchiste ». Malgré l’expérience du MRP, qui avait été incapable de constituer une CDU ou une DCI à cause de la contradiction entre son alliance de fait avec la droite et son alliance idéologique avec la gauche, les centristes voulurent constituer simultanément un grand mouvement populaire et un parti situé à la gauche de la majorité, alors que le parti jouant un rôle dominant au sein de la majorité doit se situer en plein centre de la majorité et apparaître comme un juste milieu entre une droite et une gauche de la majorité.

22D’autre part, le Centre démocrate manifesta une incapacité à percevoir la réalité sociologique de son électorat. Son discours s’adressait à un électorat utopique et imaginaire, désincarné et intéressé, mais son électorat était composé surtout de membres des professions libérales, de travailleurs indépendants, de cadres supérieurs et moyens. Cet électorat avait des intérêts et des idées économiques de droite. Il était partisan d’une économie de marché ; il était certes pour la réforme, mais aussi fondamentalement pour la conservation des valeurs et des structures de la société libérale qu’il tenait à voir défendue face aux attaques de la gauche.

23Le centre rata une opération de séduction de la nouvelle génération. En effet, il se produisit à partir de la fin des années 1960 un changement dans l’approche de la politique par les électeurs, une répercussion de l’évolution de la société urbaine dans les mentalités et les attitudes politiques. Les centristes le perçurent dès la fin de 1962 et tentèrent de répondre à cette évolution. Le Centre démocrate, le CDP, comme le Mouvement réformateur ambitionnèrent d’appréhender l’action politique de façon nouvelle, à partir du terrain, concrètement. Cette nouvelle approche était destinée en particulier au groupe socioprofessionnel des cadres. Or, le centre échoua dans cette conquête du terrain, où il fut devancé par la gauche socialiste.

24De plus, le Centre avait un programme peu séduisant, dans la mesure où il donnait insuffisamment satisfaction au besoin de conservation et de sécurité de son électorat, troublé par les attaques de la gauche. Il n’était pas non plus assez attirant, incapable qu’il était de faire appel au mythe comme le faisaient les socialistes ; parce que les formules des centristes étaient plus nuancées, elles étaient aussi moins accessibles à la masse des électeurs. Le centre ne sut pas toujours assurer un équilibre entre l’affirmation de la réforme et du changement, et celle, qui correspondait plus au désir de l’électorat majoritaire, de la valeur du système actuel. Dans une situation de crise et devant la menace d’un changement de société que la majorité ne souhaitait pas, les citoyens étaient prêts à des réformes, mais voulaient avant tout des chefs combatifs à l’égard de l’adversaire réel et qui affirmassent la primauté et la qualité de la société à laquelle ils tenaient. D’autant que d’autres que les centristes pouvaient plus valablement tenir un langage critique.

25Enfin, les centristes pâtirent de leur inaptitude manifeste à l’organisation politique moderne, ils manquèrent de moyens financiers et matériels. Ils ne cessaient de critiquer le centralisme démocratique du PC, mais ils pratiquaient des formes de vie politique qui étaient à l’opposé d’une pratique démocratique authentique et caractérisaient les partis de notables de la IIIe République : l’auto-désignation des délégués départementaux, l’absence de pondération des votes par la représentativité et l’importance réelles de chacun, la cooptation et le plébiscite des dirigeants, l’absence de discussion des décisions… C’était une chance pour les partis centristes que la plupart des jeunes présents aux congrès fussent des permanents du parti et que la presse, blasée, n’ait pas insisté sur de telles procédures, enfin que les militants présents aient tenu compte davantage du résultat et des difficultés d’un dosage correct que des moyens utilisés. Comme d’ailleurs dans la plupart des partis français, on ne trouvait pas dans les partis centristes une réelle démocratie interne : elle fut seulement formelle, à tous les niveaux, local, régional, national. Dans les fédérations, la vie politique, que ce fût le travail doctrinal, l’action militante, la participation des adhérents, la formation, était peu intense. Il y avait enfin un manque d’hommes, de militants et de dirigeants. Le centre échoua à assurer le renouvellement et le dynamisme de ses élites, à stimuler le recrutement des adhérents. Parmi les parlementaires, un trop faible nombre se sentit réellement mobilisé pour l’action politique et accepta de prendre une part active dans l’implantation locale.

26Il y avait pourtant quelques réussites à mettre à l’actif du Centre démocrate.

27On peut reconnaître au centre un premier mérite : la constance de sa stratégie. Tandis que toute la politique des gaullistes consista, depuis 1958, à imposer et renforcer la bipolarisation du système politique français, entre une force de droite (UNR et indépendants) et une force de gauche (communistes et socialistes), les centristes s’efforcèrent de démontrer qu’une troisième force était possible. Ils étaient constamment confrontés à un choix : soit constituer deux blocs, de droite et de gauche, l’un autour de l’alliance socialo-communiste et l’autre autour de l’alliance du centre et des modérés, soit tenter la conjonction des centres en regroupant le centre gauche et le centre droit. La première voie avait été celle des élections législatives de novembre 1962, des élections partielles en 1963, de quelques élections locales (cantonales en 1964, municipales en 1965 dans la Seine). Lecanuet, constamment, voulut y échapper, préférant la deuxième voie : il chercha à repousser les socialistes loin des communistes, à attirer à lui la gauche démocrate et le centre droit, gaulliste ou libéral. Ce fut la voie du Comité des Démocrates, mais le refus socialiste ruina ses espérances. Defferre, lui aussi, chercha à réunir les centres dans sa Fédération ; Lecanuet, en décembre 1965, réussit à donner une crédibilité à cette hypothèse. Le Centre démocrate s’y engagea, puis le Mouvement réformateur. Les centristes n’y renoncèrent – temporairement ? – qu’en 1974.

28Par ailleurs, son implantation locale résista bien, mieux que son électorat, une implantation faite au hasard de la présence de personnalités et de notables influents, dans l’Ouest normand et breton, le Sud-Ouest atlantique, une partie du Sud-Est autour de Lyon, enfin l’Est alsacien. Un manque d’hommes, de militants et de dirigeants, en dehors de Jean Lecanuet, Jacques Duhamel, Joseph Fontanet et Pierre Abelin. Le Centre démocrate garda un bataillon de militants, peu nombreux, mais fidèles. Il réussit à faire émerger une génération nouvelle et conserva un personnel politique divers, entre des notables ruraux bien établis, d’anciens dirigeants du MRP, des élus locaux plus ou moins apolitiques, de jeunes cadres dynamiques.

29D’autre part, une idéologie centriste s’est progressivement dégagée : en matière institutionnelle et politique, le rôle du Parlement, un régime présidentiel, la proportionnelle, la décentralisation ; en matière que : l’association entre l’interventionnisme de l’État et la vision libérale d’une économie « désentravée », le souhait d’un système de participation ou de cogestion (à l’allemande), la notion d’« entreprise communautaire », surtout la finalité sociale de l’économie ; en matière sociale : le progressisme, l’attachement aux corps intermédiaires et la définition de nouveaux rapports sociaux, le souci de la qualité de la vie et de l’environnement, la défense de la famille ; enfin, dans le domaine international, le souhait d’une diplomatie plus adaptée aux moyens de la France et la conviction européenne – une Europe non seulement économique, mais aussi politique, sociale, fiscale, culturelle, militaire et de défense. L’idéologie centriste, une trilogie démocrate, sociale et européenne, reposait sur un fondement qui était, plus que la démocratie chrétienne, l’humanisme et le personnalisme communautaire ; on y perçoit également les influences du radicalisme et du libéralisme.

30Au total, le Centre démocrate avait le cœur plutôt à gauche, la mémoire et les réflexes plutôt à droite, la raison qui ne cessait d’osciller entre les deux. Un attachement viscéral à la démocratie, la profession de foi européenne toujours au bord des lèvres, une allergie au caractère nationaliste et autoritaire du gaullisme, mais une déception perpétuelle avec la gauche, surtout la volonté de dépasser les frontières des partis, l’ambition de la réconciliation au-delà des clivages du passé et le désir aussi de ne se priver d’aucune possibilité d’alliance.

31De pâles dirigeants à côté d’un Lecanuet omniprésent, un parti aux structures lâches et se vidant de ses adhérents déçus, mais reprenant de la vigueur avec l’accession au pouvoir en 1974, une perte de contact avec les forces vives du pays, attirées soit par une gauche en essor soit par une coalition UDR-RI tenant les leviers du pouvoir, un manque de crédibilité. S’y ajoutèrent une inaptitude manifeste à l’organisation politique moderne, un manque de moyens financiers et matériels, une incapacité à assurer le renouvellement et le dynamisme de ses élites et à stimuler le recrutement des adhérents. C’est ainsi que le Centre démocrate ne combla pas les attentes de ceux qui voyaient en lui, en 1966, le moyen d’un renouvellement du jeu politique. Il fut également incapable de faire preuve d’une double vocation, de majorité et de gouvernement ; il ressemblait davantage à une coalition transitoire de nostalgies antigaullistes et de refus de la droite et de la gauche qu’à une coalition de gouvernement. Les difficultés du Centre démocrate tenaient fondamentalement à une position stratégique difficile à tenir : comment concilier le double refus de l’alliance avec la gauche et de la collaboration avec la majorité, et l’incapacité à construire une force autonome, potentiellement majoritaire ?

32Les centristes, qui comptèrent au plus une trentaine de députés et se trouvèrent le plus souvent en position de groupe-charnière, jouèrent cependant dans la vie politique – du fait qu’ils étaient en marge – un rôle clef, disproportionné par rapport à leur effectif. De nombreux thèmes centristes furent au cœur du débat politique. Il faut également souligner le « flair » politique de Jean Lecanuet, sa passion à faire vivre son parti malgré les difficultés, à en sauvegarder l’autonomie sans cesse menacée et même parfois les meubles quand tout paraissait perdu.

Notes

1 Cette contribution se fonde sur les résultats des recherches entreprises pour ma thèse de doctorat, Le centrisme sous la Ve République, de 1962 à 1976. L’affirmation d’une force politique et la conquête du pouvoir : deux défis impossibles ?, soutenue le 4 décembre 2003. Les principales archives à consulter sur ce sujet sont celles du Centre démocrate, déposées aux Archives nationales (section des Archives privées, 541 AP I).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540