Version classiqueVersion mobile

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

Le centrisme dans la Troisième Force

Sylvie Guillaume

Texte intégral

  • 1 E. Duhamel, La Troisième Force dans J.-F. Sirinelli, Dictionnaire historique de la vie politique f (...)

1La Troisième Force désigne un regroupement de plusieurs partis de gouvernement de la IVe République qui unissent leurs efforts contre une double opposition, celle du parti communiste français et celle du Rassemblement du Peuple français, créé par le général de Gaulle en avril 1947. Cette continuité est de quatre années entre la rupture du Tripartisme en mai 1947 consécutive au renvoi des ministres communistes du gouvernement Ramadier et le vote de la loi Barangé en juin 1951 qui opposa les socialistes et les radicaux au MRP. Comme l’écrivit Eric Duhamel, la Troisième Force est le résultat de « deux formules », la première qui suggère le rapprochement entre la SFIO et le MRP pour constituer un mouvement dynamique de tendance centre gauche, la seconde découle de la nécessité d’un élargissement vers le centre droit avec les radicaux et le Centre national des Indépendants créé par Roger Duchet en 19481. Nous sommes bien là en présence d’une dynamique centriste qui s’oppose aux extrêmes (PCF et RPF) pour sauver la République. Ces hommes de bonne volonté qui ont une certaine idée de la République se reconnaissent dans le personnage d’Henri Queuille.

2Mais la Troisième Force a laissé une image très négative. La succession des neuf gouvernements, la méfiance contre la loi des apparentements, synonyme de tractations politiciennes expliquent qu’à travers la Troisième Force, c’est le procès de l’ensemble de la IVe République, la « mal aimée », qui est fait.

  • 2 S. Guillaume, Le consensus à la française, Paris, Belin, 2002, p. 128-129.

3Il n’en demeure pas moins qu’elle a à son actif des réformes bien oubliées, qu’elle a coïncidé avec les aspirations des classes moyennes et qu’elle fut une véritable expérience centriste comme le montre l’analyse de ce regroupement, renonçant à une stratégie de rupture et animée d’une volonté largement consensuelle2. On peut alors s’interroger sur les causes profondes de cet échec du centrisme, les conflits autour de la loi Barangé pouvant être considérés comme un épiphénomène.

Une stratégie consensuelle

Une tentative centre gauche

4À l’origine de la Troisième Force, il faut insister sur les tentatives de rapprochement entre deux partis, la SFIO et le MRP, pour favoriser un travaillisme à la française.

  • 3 E. Duhamel, L’Union Démocratique et socialiste de la résistance, 1945-1965, thèse de doctorat, Uni (...)

5Malgré la volonté de renouveau qui a animé les forces politiques après la guerre, il n’y a pas eu un grand parti de la résistance. L’UDSR constituée en mai 1945 par de petits groupes de résistants de l’Union travailliste n’occupe qu’une place modeste. Eric Duhamel l’identifie comme : « le parti du juste milieu. C’est en ce sens qu’elle (l’UDSR) fut un parti centriste »3.

6Les comités directeurs de la SFIO des années 1945-1946 sont animés par les débats sur l’impossible équilibre entre l’alliance avec les communistes et le rapprochement avec l’aile gauche du MRP mais la tentative de Daniel Mayer et d’André Philip de former un parti travailliste échoue. La question d’un rapprochement avec la SFIO après la guerre divise les membres du MRP, parti qui souffre de son hétérogénéité et de ses rapports ambigus avec le général de Gaulle.

  • 4 G. Morin, « la SFIO et la Troisième Force (octobre 1947-juillet 1948 », L’OURS, cahier et revue, n(...)
  • 5 B. Bethouart, « Le MRP, un nouveau partenaire » dans Le parti socialiste entre résistance et répub (...)

7Le départ des ministres communistes du gouvernement Ramadier, un socialiste, relance le débat autour d’une stratégie consensuelle entre chrétiens et socialistes. Gilles Morin et Yohei Nakayama4 montrent qu’il y eut même un projet de « Troisième Force organisée » qui devait s’appuyer sur des « comités Troisième Force » départementaux où fédérations socialistes et MRP s’uniraient pour défendre la République. Les attaques des communistes contre les socialistes favorisent cette attitude. Dans le monde ouvrier, les Groupes Socialistes d’Entreprise, créés après la guerre par la SFIO, peinent à concurrencer les cellules communistes. Le MRP inquiet de la force des communistes (174 sièges à l’Assemblée nationale) et du caractère qu’il juge bonapartiste du RPF, n’est pas fermé au rapprochement5. Des contacts sont pris entre Guy Mollet, Georges Brutelle et Pierre Commin, d’une part, et André Colin, Robert Lecourt et Maurice Schumann, d’autre part, pour constituer « un rassemblement républicain », le 28 octobre 1947, qui est l’expression d’une stratégie centre gauche. Mais celle-ci fut compromise par l’échec de l’investiture de Léon Blum et c’est le gouvernement présidé par un MRP, Robert Schuman, en novembre 1947, qui est constitué avec l’entrée d’un radical et non des moindres, René Mayer, aux Finances.

Vers le centre droit

8Les radicaux, affaiblis par leur identification à la IIIe République et par leur attitude en 1940, obtiennent cependant la présidence de l’Assemblée nationale avec Édouard Herriot, élu le 21 janvier 1947 en remplacement de Vincent Auriol et celle du Sénat avec Gaston Monnerville, élu en mars. Ils voient dans la constitution de la Troisième Force un moyen de sortir d’une situation fragile. Mais il existe aussi chez les radicaux une forte conviction de représenter le parti républicain par excellence, forgé dans les combats des débuts de la IIIe République. En 1947, le réflexe de défense de la République joue pleinement en faveur de l’adhésion à la Troisième Force. Les radicaux vont y occuper de fait une position centrale entre la SFIO et le MRP ce qui leur convient parfaitement et ce qui explique aussi que l’un des leurs, Henri Queuille, soit à trois reprises président du Conseil, le 11 septembre 1948, le 2 juillet 1950, le 10 mars 1951. Henri Queuille est aussi le ministre inamovible de tous les gouvernements de la Troisième Force depuis la formation du gouvernement André Marie en juillet 1948.

9Les radicaux de l’UDSR sont également très présents dans la Troisième Force grâce à leur position et à leurs convictions centristes. René Pleven est président du Conseil en juillet 1950 et en août 1951.

10Les gouvernements de la Troisième Force s’ouvrent encore aux indépendants avec Paul Reynaud et René Coty au moment où ceux-ci, sous la houlette de Roger Duchet, parviennent à se structurer en 1948 dans le Centre national des Indépendants, CNI, qui devient en février 1951 le Centre national des indépendants et paysans, CNIP. Antoine Pinay occupa ses premiers postes ministériels dans les gouvernements de la Troisième Force, d’abord comme secrétaire d’État aux Affaires économiques dans le gouvernement Queuille de septembre 1948 puis comme ministre des Travaux publics jusqu’à son investiture comme président du Conseil en mars 1952. Cette participation est là aussi le résultat d’une stratégie. L’ambition de Roger Duchet était de faire du CNI un grand parti conservateur à la britannique et dans un premier temps il devait faire l’expérience de l’exercice du pouvoir. L’affirmation de la défense de la République contre les dangers du totalitarisme communiste explique également l’intérêt que peut porter le CNI à la Troisième Force.

  • 6 J. Chapsal et A. Lancelot, La vie politique en France depuis 1940, Paris, PUF, 1966, p. 154.

11Ainsi, l’idée d’une Troisième Force est née au MRP et à la SFIO, les deux partenaires du Tripatrisme qui, après l’exclusion des ministres communistes, ont dû composer pour sortir d’une situation inquiétante. Le rapprochement est tout sauf évident à cause de la question scolaire et de la laicité mais ces deux partis qui ont porté la IVe République sur les fonds baptismaux veulent la défendre. Cependant, l’ouverture au centre droit s’impose très vite après la rupture du Tripartisme ce qui change la configuration politique. Le même réflexe de défense républicaine anime les radicaux et les modérés mais peu ou prou la survie du système se traduit par « un glissement dans les faits de la IIIe République »6.

12Cependant tous, socialistes compris, sont convaincus de la nocivité du parti communiste pour le régime en 1947. Ainsi, la stratégie consensuelle de la Troisième Force s’est bien constituée en opposition au PCF sur sa gauche, au RPF sur sa droite. Elle mérite bien son qualificatif de troisième ou d’un entre-deux qui cherche à agrandir son espace politique.

13La loi dite des apparentements en est l’expression.

14Cette loi, qualifiée par le journaliste Rémy Roure dans le journal Le Monde du 26 avril 1951 de « la moins honnête de notre histoire », souffre de son image très négative dans les mémoires gaulliste et communiste. Elle fut proposée par Henri Queuille pour servir certes les intérêts de la majorité sortante mais toujours dans un réflexe de défense républicaine contre le PCF et le RPF. Très attachés à la tradition parlementaire de la République, autre point de convergence, les partis de la Troisième Force redoutaient non sans raison qu’une conjonction des oppositions ne fragilise la IVe République. Le PCF avait en effet obtenu 28,2 % des suffrages et le RPF au moins 28 % dans les derniers scrutins.

15Le général de Gaulle, depuis sa démission en janvier 1946 ne cachait pas sa volonté de réformer les institutions qu’il avait implicitement condamnées dans les discours de Bayeux et d’Épinal. Pour les communistes, c’est la dictature du prolétariat qui restait le but ultime avec dans l’immédiat une fragilisation de la République parlementaire. La loi dite des apparentements peut donc être considérée aussi comme un réflexe de défense légitime tel qu’on a pu le pratiquer dans d’autres pays comme en Grande-Bretagne. Henri Queuille réussit à faire adopter le 8 mai 1951 cette loi qui divisait les partis de la Troisième Force sur ses modalités mais qui s’imposait parce que disait-il, « ils sont condamnés à s’entendre ». Le relativement faible taux d’abstention (19,6 %, comme en 1946), la formation de 90 apparentements dans 83 circonscriptions de la Métropole, ne vont pas dans le sens d’une totale hostilité des Français mais cette loi souffre d’un fonctionnement complexe. L’attitude intransigeante du PCF et du RPF refusant les apparentements les ont affaiblis. Sur 627 députés, 101 sont des élus communistes et 117 des élus gaullistes. C’est une déception pour le RPF qui espérait davantage après le succès aux municipales de 1947. La Troisième Force conserve sa majorité avec 52 % des suffrages et 392 élus. Mais, les résultats sont variables pour les partis politiques. Le MRP est le grand perdant avec 12,6 % de suffrages et 88 élus. La SFIO qui obtient 14,6 % des suffrages et 106 sièges décline également, le RGR perd des suffrages (10 %) mais gagne en sièges (99) et les modérés sont les grands vainqueurs avec 14,1 % des suffrages et 99 sièges. La Troisième Force est bien marquée au centre droit.

Une volonté centriste

La défense de la République parlementaire

16Elle se manifeste tout particulièrement à travers le personnage d’Henri Queuille, qui dit dans sa déclaration d’investiture du 1 er septembre 1948 :

  • 7 Cité par J.-P. Cointet dans Henri Queuille et la République sous la dir. de P. Delivet et G. Le Bé (...)

« Il s’agit dès le vote de l’investiture, d’accepter et de signer avec moi une sorte de contrat engageant ceux qui voudront bien le signer pour l’adoption des mesures indispensables. L’investiture est un engagement réciproque d’aller en commun ; c’est un contrat que je passe avec l’Assemblée. Comme tous les contrats, il devra être précis, limité, explicite. Il devra être respecté »7.

17L’affirmation d’un contrat conclu et respecté par les partis de la Troisième Force pour promouvoir des réformes témoigne du pragmatisme du « bon docteur Queuille » dans la gestion du pouvoir. Elle est aussi le reflet d’une certaine conception républicaine, celle héritée des combats du XIXe siècle, celle qui demeure fidèle à la tradition parlementaire et donc aux liens qui unissent le président du Conseil à la principale chambre des représentants du peuple, celle qui reste méfiante vis-à-vis de toute dérive présidentielle. Henri Queuille est un radical qui assume parfaitement la transmission des valeurs radicales qui sont aussi celle d’une République parlementaire. L’attachement à la tradition parlementaire est partagé par toutes les forces politiques de la Troisième Force, par tous ses représentants de Robert Schuman à Antoine Pinay en passant par Guy Mollet et ce n’est pas un hasard si ces forces vont s’opposer à la réforme du général de Gaulle en 1962 qui préconise l’élection du président de la République au suffrage universel. Le cartel des NON serait-il une résurgence de la Troisième Force ?

18Un très beau texte signé par Philippe Luc-Verbon de la Revue socialiste en 1951 mérite d’être cité. Voici ce qu’il écrit à propos des radicaux :

« On n’a pas combattu ensemble pendant trois quarts de siècle pour la laicité de l’École et de l’État, pendant vingt-cinq ans pour la sécurité collective, et constamment pour les Droits de l’Homme en tant que Citoyen et que Personne sans qu’il en reste quelque chose. Cette solidarité, cette familiarité intellectuelle, morale, idéologique, cette amitié des idéaux et des principes de la grande Révolution française, cela existe, cela dure encore, dans le pays, cela reste vrai, j’en suis convaincu au moins pour l’immense majorité des radicaux restés fidèles à eux-mêmes, comme cela demeure la loi du parti socialiste d’ensemble… ».

19mais voici ce qu’il écrit sur le MRP :

  • 8 Revue socialiste, no 45, mars 1951, p. 297, cité par J. Santa-Cruz, L’idée de révolution dans la r (...)

« Du fait du ralliement sincère et durable, chez beaucoup, de larges masses de chrétiens catholiques à l’Idée, à la Doctrine et à la Pratique républicaine, j’ose dire que cette communion spirituelle des démocrates de la Liberté et de la Justice sociale s’étend aujourd’hui à nombre d’hommes, qui pour n’y être pas venus par les mêmes chemins se sont intégrés cependant à la grande famille républicaine »8.

20Cette opinion ne fait pas l’unanimité chez les socialistes ; mais cet hommage à la grande famille républicaine qui comprend désormais des chrétiens montre une très grande perspicacité et une compréhension des mutations de la société française et de la culture politique.

Le consensus en politique étrangère

21D’autres points de convergence animent les partis de la Troisième Force. Parce qu’ils craignent la contagion communiste, tous sont partisans de l’Alliance atlantique.

22Le MRP a fait de l’acceptation de l’Alliance atlantique et de la participation aux premier pas de la construction européenne un axe prioritaire de sa politique. Robert Schuman fait ratifier le traité de l’Atlantique nord en 1949. Il présente, le 9 mai 1950, le projet sur la Communauté européenne du charbon et de l’acier qui marque un pas décisif dans la réconciliation franco-allemande et dans la construction européenne.

  • 9 Comité directeur 12 décembre 1951, archives de l’OURS cité dans S. Guillaume, Guy Mollet et l’Alle (...)

23La SFIO partage les mêmes orientations. Elle accepte le plan Marshall et elle approuve le Pacte atlantique. Guy Mollet, membre du Conseil de l’Europe, franchit un pas supplémentaire lorsqu’en décembre 1951, devant le comité directeur, il dit à Daniel Mayeur placer « le danger russe avant le danger allemand »9.

24Les modérés favorables au Pacte atlantique sont plus divisés sur l’Europe mais Roger Duchet comme Antoine Pinay sont des européens de raison. Les radicaux sont favorables à l’Alliance atlantique et tous votent la CECA. Ils se diviseront sur la CED. Tant que le problème du réarmement allemand ne se pose pas vraiment, il existe un consensus chez ces hommes de gouvernement, unis dans leur anti-communisme et ne partageant pas l’anti-américanisme commun aux communistes et aux gaullistes. C’est donc une attitude là encore très centriste.

L’intérêt pour les classes moyennes

25La Troisième Force ne peut pas se comprendre sans souligner l’articulation entre le politique, l’économique et le social. Il existe des convergences entre ces partis sur la politique sociale.

  • 10 Y. Nakayama, op. cit., p. 269.

26L’aile gauche du MRP comme la SFIO accordent une priorité au social dans le cadre d’une économie maîtrisée dans la prolongation du programme du CNR. Yohei Nakayama montre bien que l’objectif de la Troisième Force née du rapprochement de la SFIO et du MRP est de favoriser le progrès social10. Des « comités de lutte contre la vie chère » bipartites (MRP-SFIO) sont constitués dans quelques départements. Il s’agit aussi de faire prévaloir une troisième voie entre le capitalisme et le collectivisme.

  • 11 Voir S. Guillaume, Les classes moyennes au cœur du politique sous la IV eRépublique, Bordeaux, Mai (...)

27La Troisième Force est d’une certaine manière très représentative des classes moyennes en plein essor. On distingue alors communément les classes moyennes indépendantes des classes moyennes salariées du privé comme du public. Les partis politiques de la Troisième Force ont des discours nuancés sur les classes moyennes11. Le parti radical est celui qui se veut le défenseur de l’ensemble des classes moyennes, le CNIP privilégie la défense des classes moyennes indépendantes, le MRP qui se proclame parti de la famille hésite à tenir un discours fondé sur les catégories socioprofessionnelles mais il se veut proche des classes moyennes. La SFIO est plus partagée. Son discours reste globalement fidèle à une conception classiste de la société héritière du marxisme mais les socialistes au gouvernement ou au Parlement surmontent ces pudeurs et prennent la défense des classes moyennes en privilégiant toutefois la défense des fonctionnaires.

  • 12 . S. Guillaume, « La CGPME, un autre groupe patronal de Matignon à Grenelle » dans J. Garrigues, Le (...)

28Cependant, l’étude des professions de foi dans le Barodet au moment des élections de juin 1951, montre une très grande homogénéité du discours en faveur des classes moyennes. Les rapports conséquents de Jules Julien et de Raymond Boisdé au congrès radical de Deauville en 1950 ne sont en rien différents des discours de Léon Gingembre, fondateur de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises qu’il a créée en 1944 grâce à la bienveillance de Robert Lacoste, ministre socialiste de la Production industrielle. Le Comité national de Liaison et d’Action des Classes moyennes est créé en 1948 par Roger Millot qui est candidat MRP dans l’Yonne aux élections de novembre 1946. Ces différentes organisations qui se regroupent et qui se développent en réseaux sont bien des groupes de pression importants12.

  • 13 P. Birnbaum, La France imaginée, Paris, Fayard, 1998, Folio histoire, 2003, p. 162.
  • 14 Thèse développée dans le dossier d’habilitation à diriger des recherches d’O. Feiertag, La Banque (...)

29Les valeurs chères aux classes moyennes sont celles de la démocratie libérale, attachée aux libertés, à l’individualisme et à l’humanisme. Elles sont hostiles au communisme et sont partie prenante de la culture des petits comme le souligne Pierre Birnbaum dans La France imaginée13. Leur poids explique le consensus autour d’une économie d’endettement14 qui finance la reconstruction en même temps que l’État-Providence. Les classes moyennes sont bien le pilier du modèle républicain.

30L’identification de la Troisième Force aux classes moyennes confirme son caractère centriste.

Interrogations sur un échec

L’implosion autour de la laïcité

  • 15 S. Berstein, Histoire du gaullisme, Tempus, 2002, p. 164.

31La Troisième Force s’est disloquée sur le problème récurrent et spécifiquement français de la laïcité au centre duquel se pose la question scolaire. Le fait est connu. Le 21 août 1951 un projet de loi instituant une allocation par enfant scolarisé, qu’il fréquente l’enseignement public ou privé est déposé à la Chambre, le 4 septembre. Il est signé par le député MRP Barangé, le RPF Barrachin et l’Indépendant Baudry d’Asson. Comme l’écrit Serge Berstein « ainsi se dessinent les contours d’une nouvelle majorité de centre droit »15. André Marie, radical et ministre de l’Éducation nationale, fait adopter un projet de loi qui étend le bénéfice des bourses aux élèves des collèges. Le 10 septembre 1951, la loi Barangé est votée par le MRP, le RPF et le CNIP, contre la SFIO et le PCF. Les radicaux et l’UDSR se divisent. Le RPF n’a pas manqué son coup, la Troisième Force se disloque. Le gouvernement Pleven est renversé le 7 janvier 1952 à cause de l’hostilité des socialistes qui avaient déjà refusé de participer à son gouvernement au moment de son investiture le 8 août.

  • 16 J.-M. Mayeur, La question laïque, Paris, Fayard, 1997, p. 181-190.

32Jean-Marie Mayeur montre que les ponts ne sont pas rompus entre le MRP et la SFIO comme en témoigne une réunion du 27 mars 1952 associant Guy Mollet, Pierre Commin, et Maurice Deixonne et du côté MRP, Robert Lecourt, Charles Barangé et Jules Catoire. Le but est de favoriser l’idée concordataire qui fait son chemin dans le camp laïque pour permettre un compromis durable sur l’école. Ce projet consensuel et centriste ne voit pas le jour malgré les avancées de 1957 pendant le gouvernement de Guy Mollet16.

33La question de la laïcité est bien la faille de la Troisième Force parce qu’elle sépare les deux partis fondateurs, MRP et SFIO. Le RPF est parvenu à raviver une guerre franco-française. S’il a pu le faire avec une relative facilité alors que sa stratégie fondée sur l’intransigeance du général de Gaulle semblait être vouée à l’échec, c’est parce que, d’une part les oppositions à la Troisième Force ne sont pas dénuées de capacités de nuire et que, d’autre part, et surtout les partis de la Troisième Force sont tous touchés par une crise d’identité qui les empêche de dépasser les clivages idéologiques traditionnels.

  • 17 M. Lazar, Le communisme, une passion française, Paris, Perrin, 2002, p. 113.

34À côté du RPF, l’autre force d’opposition à la Troisième Force, le PCF de cette époque reste puissant ; il subit une légère érosion aux législatives de 1951 (26,9 % des suffrages) mais « la puissance communiste reflète le rapport compliqué qu’entretient une part des Français des années 1950 avec la démocratie » écrit très justement Marc Lazar17. Il entend par là que des Français s’accommodent fort bien des ambiguïtés du PCF qui participe au jeu démocratique tout en étant porteur du syndrome totalitaire de l’URSS.

Une crise d’identité

35Face au RPF et plus encore au PCF, le centrisme de la Troisième Force est fragilisé par une crise d’identité.

  • 18 Y. Nakayama, op. cit., p.. 273.

36SFIO et MRP ont appris à gouverner ensemble dans le Tripartisme par peur du tête à tête avec le parti communiste. Ils ont continué à le faire ensuite parce que tous deux subissent un déclin. Guy Mollet au comité directeur du 3 septembre 1947 s’inquiète de la désaffection des militants, La perte des effectifs au MRP entre 1947 et 1948 est forte (de 80 000 à 50 000)18. Ces partis sont marqués par une forte distanciation entre la base militante plus soucieuse du maintien des idéaux et la direction gouvernementale ou parlementaire plus pragmatique et gestionnaire. L’ouverture de la Troisième Force aux radicaux et plus encore aux modérés est fortement contestée. La culture ouvriériste reste forte dans les deux partis, SFIO et MRP, même si les origines en sont différentes, marxiste pour le premier et chrétienne avec l’héritage de Marc Sangnier pour le second. L’abbé Pierre, député MRP démissionne au 6ème Congrès MRP réuni à Nantes du 18 au 21 mai 1950 parce qu’il pense que le parti trahit ses orientations populaires. La conférence que prononce Guy Mollet, le 4 décembre 1951, sur l’invitation des Associations d’étudiants strasbourgeois et qui fut publiée sous la forme d’une brochure de référence sous le titre « Le vrai visage du socialisme » est un hymne à la lutte des classes :

  • 19 G. Mollet, « Le vrai visage du socialisme », cité dans Bulletin du Centre Guy Mollet, no 20, décem (...)

« Bien des gens se prennent pour des bourgeois parce qu’ils sont habillés comme des bourgeois ou vivent comme des bourgeois sans se rendre compte qu’ils sont des prolétaires »19.

37Cette forte connotation idéologique s’accommode mal d’un pouvoir centriste.

38Les modérés connaissent une crise d’identité qui les fait évoluer du centre droit à la droite. Roger Duchet, comme le montre Gilles Richard dans sa thèse, rencontre des difficultés à structurer son parti et son projet d’identification au parti conservateur est loin d’être acquis. Les courants s’affrontent. Certains modérés se sentent plus proches de gaullistes comme Barrachin que des républicains populaires. Les modérés et le MRP sont souvent concurrents sur le terrain électoral. Georges Bidault et Antoine Pinay se sont opposés dans la Loire en 1946 mais ils sont réunis sur une même liste grâce aux apparentements en 1951. Les modérés ne partagent pas la culture ouvriériste de l’aile gauche du MRP et défendent le libéralisme économique. Contrairement au MRP, ils voient dans toute intervention de l’État en matière économique une ingérence intolérable. Les querelles de personnes divisent les modérés ; la tendance Reynaud-Laniel s’oppose au tandem Duchet-Pinay.

39Les radicaux ne sont pas davantage unis. La double appartenance – gaulliste et radicale – pose problème. Avec la condamnation le 13 mars 1951 de la « bigamie », Bourgès-Maunoury reste radical et Chaban-Delmas gaulliste. Malgré leur poids dans les différents gouvernements et les Assemblées, les radicaux ne parviennent pas à enrayer un déclin et une sclérose de leur électorat.

40Ainsi, le centrisme de la Troisième Force n’a pas résisté à une double opposition mieux organisée et surtout mieux structurée autour de l’idéologie marxiste ou de la mystique gaulliste. Elle ne surmonte pas ses propres contradictions. Malgré un actif fort oublié en particulier en économie et en politique étrangère avec les pas décisifs de la construction européenne, la Troisième Force laisse incontestablement un sentiment d’échec parce que le centrisme a toujours été un pis-aller, un réflexe défensif et conjoncturel. Les partis étaient irrésistiblement attirés par la gauche ou par la droite. Si la configuration politique était favorable au centrisme – fin du tripartisme, loi des apparentements – le centrisme comme force de rénovation et de modernisation de la vie politique entre les extrêmes n’a pas fonctionné. On cherche en vain la troisième voie entre le libéralisme et le socialisme marxiste, entre une tradition parlementaire qui conduit aux dysfonctionnements et un régime plus personnel. Le centrisme est devenu honteux au lieu de s’affirmer comme ciment de la cohésion sociale et de la démocratie rénovée.

Notes

1 E. Duhamel, La Troisième Force dans J.-F. Sirinelli, Dictionnaire historique de la vie politique française au XXe siècle, PUF, rééd. 2003, p. 1211-1213. Voir également S. Guillaume, « La Troisième Force », dans Histoire La France et les Français, Dictionnaire, tome IV, Paris, Bordas, p. 2047-2048.

2 S. Guillaume, Le consensus à la française, Paris, Belin, 2002, p. 128-129.

3 E. Duhamel, L’Union Démocratique et socialiste de la résistance, 1945-1965, thèse de doctorat, Université de Paris IV Sorbonne, 1993, 1047p., p. 781.

4 G. Morin, « la SFIO et la Troisième Force (octobre 1947-juillet 1948 », L’OURS, cahier et revue, no 175, mai-juin 1987
Y. Nakayama, « La naissance de la Troisième Force » dans S. Berstein, F. Cépède, G. Morin, A. Prost, Le parti socialiste entre résistance et République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 269-281.

5 B. Bethouart, « Le MRP, un nouveau partenaire » dans Le parti socialiste entre résistance et république, op. cit., p. 257-268.

6 J. Chapsal et A. Lancelot, La vie politique en France depuis 1940, Paris, PUF, 1966, p. 154.

7 Cité par J.-P. Cointet dans Henri Queuille et la République sous la dir. de P. Delivet et G. Le Béguec, actes du colloque de Paris-sénat 25-26 octobre 1984, Limoges, 1987, p. 220.

8 Revue socialiste, no 45, mars 1951, p. 297, cité par J. Santa-Cruz, L’idée de révolution dans la revue socialiste (1946-1973), mémoire de maîtrise, Université de Bordeaux 3, 2003.

9 Comité directeur 12 décembre 1951, archives de l’OURS cité dans S. Guillaume, Guy Mollet et l’Allemagne, Actes du 120ème congrès national du CTHS, Paris, éd. CTHS, 1997, p. 637-649.

10 Y. Nakayama, op. cit., p. 269.

11 Voir S. Guillaume, Les classes moyennes au cœur du politique sous la IV e République, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997.

12 . S. Guillaume, « La CGPME, un autre groupe patronal de Matignon à Grenelle » dans J. Garrigues, Les groupes de pression dans la vie politique contemporaine en France et aux États-Unis de 1820 à nos jours, Rennes, PUR, 2002, p. 143-153.

13 P. Birnbaum, La France imaginée, Paris, Fayard, 1998, Folio histoire, 2003, p. 162.

14 Thèse développée dans le dossier d’habilitation à diriger des recherches d’O. Feiertag, La Banque de France, la monnaie et l’Europe au XXe siècle, Université de Paris X Nanterre, 18 décembre 2003.

15 S. Berstein, Histoire du gaullisme, Tempus, 2002, p. 164.

16 J.-M. Mayeur, La question laïque, Paris, Fayard, 1997, p. 181-190.

17 M. Lazar, Le communisme, une passion française, Paris, Perrin, 2002, p. 113.

18 Y. Nakayama, op. cit., p.. 273.

19 G. Mollet, « Le vrai visage du socialisme », cité dans Bulletin du Centre Guy Mollet, no 20, décembre 1992, p. 26.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search