Version classiqueVersion mobile

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

Le centrisme chez les radicaux de l’entre-deux-guerres

Jacques Puyaubert

Texte intégral

  • 1 S. Berstein, Le Parti Républicain radical et radical-socialiste en France de 1919 à 1939, Universi (...)

1Dès 1919, le radicalisme paraît attiré à la fois par l’Ordre établi et par le Mouvement chers à François Goguel. Il a, ainsi, la possibilité de transcender le clivage droite/gauche pour promouvoir un projet consensuel. Champions de la démocratie parlementaire, les radicaux vont chercher à s’identifier, comme avant-guerre, à la République. Notons que, suivant Serge Berstein, nous considérerons comme radicaux ceux qui se reconnaissent expressément dans le Parti Républicain radical et radical-socialiste1.

2Les radicaux sont issus d’une tradition républicaine ancrée à gauche. Par ailleurs, ils rejettent la révolution comme la réaction, renvoyant dos à dos les deux extrêmes ; en politique extérieure, ils se trouvent, également, dans la voie moyenne entre nationalisme sourcilleux et internationalisme prolétarien. Positionnés au centre de l’échiquier politique, ils vont chercher à jouer sur cette ambivalence, en fonction des rapports de force qui se dessinent dans l’opinion et au Parlement.

3Nous sommes a priori devant l’alternative suivante : ou bien, le radicalisme est un centrisme par défaut – il s’agirait, dans ce cas, de simples opportunités, de simples moments centristes – ou bien il comporte un véritable projet centriste avec une ambition, une stratégie, un discours et des leaders. En dépassant la conjoncture, peut-on parler d’incarnation du socle républicain central dans cette mouvance, ce qui supposerait une conception unitaire de la cité ?

4Des marqueurs idéologiques discriminants, susceptibles de dessiner les lignes de fracture qui structurent l’espace politique, devraient permettre de suivre la tentation centriste chez les radicaux.

De 1919 à 1932 : les radicaux sont à la recherche du consensus républicain

En 1919, le Parti doit redéfinir sa ligne politique et retrouver une identité

5La guerre a bouleversé la donne politique si bien que le radicalisme se trouve à la croisée des chemins ; son idéologie républicaine comme son programme, dont les principaux objectifs ont été atteints, ne semblent plus en prise avec la réalité. De plus, ses structures partisanes, privées de base militante, sont en miettes ; à cause de la concurrence socialiste, son axe sociologique est nettement plus à droite qu’avant-guerre. Au fond, les élus radicaux constituent, en 1919, la seule force vive à partir de laquelle peut s’opérer la rénovation. Enfin, son image est brouillée par l’Union sacrée puis par les hésitations de la direction dans ses négociations avec l’Alliance républicaine afin de constituer le Bloc national. Le corps électoral sanctionne les radicaux aux législatives de novembre 1919.

6Menacé de dilution dans le clémencisme, le radicalisme se doit de retrouver une identité. À sa gauche, la SFIO, qui préfère l’isolement, repousse les radicaux désunis vers le centre. Deux options sont prises : une fraction, dans laquelle se retrouvent la plupart des députés sortants, est attirée par la droite et rejoint le Bloc national au début de la législature ; a contrario, en 1919, les électeurs donnent leur chance aux radicaux qui incarnent la relève de génération, tout en étant porteurs des valeurs traditionnelles de gauche

7De surcroît, Édouard Herriot, président du parti en 1919, entame la reconstruction interne de l’appareil militant sur le versant gauche de la politique. La Ligue de la République établit un pont en direction des républicains socialistes et des socialistes. Une presse populaire quotidienne se dresse en face des grands journaux parisiens conservateurs. Le clivage droite gauche se réactive de manière progressive.

8À droite, s’offrent de nouvelles potentialités : les modérés de centre droit (comme les républicains de gauche et les radicaux indépendants) se distinguent de la droite combative.

Comment se définissent les radicaux devant les défis de l’après-guerre ? Il s’agit, tout d’abord, de gagner la paix

9Au lendemain du traité de Versailles, les radicaux se divisent sur la conduite à tenir ; de manière générale, la guerre a entraîné une révision des questions stratégiques ; si quelques-uns, isolés, émettent des critiques voilées sur la conduite solitaire de la conférence de la Paix par Clemenceau, les radicaux se rallient à la politique de fermeté vis-à-vis de l’Allemagne vaincue et envisagent une Société des nations gendarme de la paix. Les idéaux professés avant-guerre par Léon Bourgeois sur la sécurité collective semblent oubliés. En 1923, la rupture avec le Bloc national est consommée. Avec l’affaire de l’occupation de la Ruhr puis du double décime, les radicaux passent à l’opposition au gouvernement Poincaré.

10Le Parti radical de la génération du feu veut marier la paix et la sécurité, obtenir des réparations et faire prévaloir une conception apaisée des relations internationales ce qui implique la réconciliation franco-allemande et l’esprit de Genève ; les radicaux doivent pratiquer un délicat ajustement entre les grands principes du droit international, leur sensibilité pacifiste et les nécessités de l’heure d’où le soutien au briandisme d’accommodement puis de réconciliation.

11En 1924, grâce à leur succès électoral obtenu avec le Cartel des gauches incluant républicains socialistes et socialistes, les radicaux ont leur revanche et dirigent le pays. Les personnalités radicales les plus en vue comme la jeune garde investissent largement les cercles pacifistes. La diplomatie du Cartel marque une rupture très nette avec la politique de force menée par Poincaré en 1923. Ce choix fondamental consolide le centrisme de gauche. Qu’ils soient associés au pouvoir (avec le gouvernement des centres de Poincaré en 1926), à la direction même du pays (en 1924 et en 1932) ou en retrait (de 1928 à 1931), les dirigeants radicaux sont obligés d’accepter une réduction drastique du montant des réparations, afin de ne pas pénaliser la démocratie de Weimar. Cependant, leurs conversations privées indiquent qu’ils ne se font aucune illusion sur les mauvaises raisons avancées par l’Allemagne. En 1928, ils apportent un soutien nuancé mais effectif au plan Young, lors des débats menés par le gouvernement Tardieu. Ils acceptent, aussi, avec des réserves, la mise en place de la Banque des Règlements internationaux, destinée à gérer la dette financière allemande qui est transformée en dette commerciale.

12Les radicaux ont mêlé leurs aspirations idéalistes spécifiques à une Realpolitik synonyme de concessions ; cette dualité les a conduits à évoluer vers un centrisme de bon aloi.

13Toutefois, les radicaux sont prisonniers du contrat tacite passé avec l’opinion selon lequel il n’y aura pas de remboursement fait aux alliés anglo-saxons si les réparations ne sont pas effectivement versées. Malgré le succès du contrat passé en 1926 avec les États-Unis, le drame se dénoue en 1932 à la conférence de Lausanne puis au parlement. Chaque fois, les représentants radicaux doivent choisir entre le discours vertueux et la voie de la raison, plus difficile à faire entendre parce qu’elle est vécue comme un renoncement à la puissance. La démission du gouvernement Herriot, en décembre, sanctionne un échec. Les radicaux ont voulu prolonger l’illusion de la victoire dans la paix tout en préparant les concessions nécessaires. La diplomatie de l’« entre-deux » n’a pu surmonter les contradictions originelles véhiculées par cette stratégie. Le centrisme de gauche en politique étrangère aboutit à une impasse qui contribue à faire perdre leur crédibilité aux équipes radicales.

Un second marqueur idéologique peut être avancé : comment gérer les problèmes financiers engendrés par la guerre ?

14Jusque-là réservées à quelques spécialistes, les questions financières envahissent la sphère politique. Une énorme dette intérieure ainsi que le renouvellement des bons d’État à court ou à moyen terme pèse sur le Trésor. Sous le Bloc national, le camp radical émet quelques critiques contre la fuite en avant des dépenses budgétaires non financées.

15Au pouvoir en 1924-1925, les ministres et dirigeants de la Place de Valois ont eu la volonté de trouver un compromis technique raisonnable qui soit acceptable par les détenteurs de bons comme par les milieux d’affaires. Peut-on déceler un centrisme précurseur dans leurs choix politiques ? L’opinion a conservé l’image d’un échec financier et monétaire des radicaux au pouvoir avec le Cartel (l’affaire du plafond de l’émission monétaire d’avril 1925) ; eux-mêmes ont eu intérêt à entretenir le mythe du « Mur d’argent », cet épisode les classant nettement et durablement à gauche dans l’inconscient collectif.

  • 2 E. Bussière, Horace Finaly, banquier, 1871-1945, Paris, Fayard, 1986.

16Sur le plan financier, les radicaux ont opéré, en réalité, un net virage en voulant rassurer à tout prix. Les moyens employés sont au nombre de trois : la transparence de la comptabilité publique, la conversion volontaire des bons appartenant aux petits porteurs et la recherche de trésorerie par le recours à l’emprunt ainsi qu’aux avances de la Banque de France. Cette main tendue aux faiseurs d’opinion entraîne un glissement tactique vers le centre droit. On voit ainsi apparaître un premier divorce entre un discours radical qui a encore des accents progressistes et une politique libérale marquée à droite qui inspire la défiance chaque fois qu’édouard Herriot dirige le gouvernement. Notons que lorsque Caillaux est aux Finances, le propos est à la fois plus technique et beaucoup plus réaliste2 ; il n’inspire pas la même peur sociale mais ne réussit pas beaucoup mieux. En s’en remettant au verdict du marché, la Cartel a fait apparaître ses contradictions internes.

17Le Parti radical est d’autant plus rejeté au centre droit qu’il se coupe délibérément de la SFIO – et du PCF par conséquent – sur des points fondamentaux dont le poids symbolique est très fort à gauche : la conversion forcée et le contrôle des changes qu’il refuse en bloc, comme une ligne rouge infranchissable malgré la pression qu’exerce la puissante commission des Finances de l’Assemblée sur les ministres radicaux. À propos de l’impôt sur le capital, particulièrement révélateur, les radicaux, après bien des atermoiements, acceptent, en novembre 1925, le principe d’une taxe sur les revenus financiers mais non sur le capital lui-même.

La politique monétaire des radicaux doit, à son tour, être évaluée à l’aune du centrisme

18Alors que la devise française se déprécie fortement, ce sont les ministres radicaux du Cartel, Clémentel, Caillaux puis Bonnet, qui ont fait émerger, en 1924-1925, les solutions techniques qui ont permis de solder les dettes de guerre, en particulier la Caisse autonome d’Amortissement. Pour cette grande cause nationale, les appels à l’opinion utilisent volontiers un vocabulaire guerrier au nom du salut de la patrie.

19Chassés du pouvoir en avril 1925 et humiliés après le fiasco d’Herriot en juillet 1926, les radicaux n’ont pas réussi à faire payer aux Français le coût de la guerre, ils acceptent ensuite le projet porté par Poincaré qui ne comporte qu’une seule innovation formelle, l’inscription solennelle de l’engagement de l’État dans la Constitution. Paradoxalement, les radicaux ont bâti, en amont, le socle du redressement de la monnaie nationale, tout en avançant des solutions a priori inacceptables par la gauche. En arrimant à cette stabilisation une partie notable de l’électorat de gauche, les radicaux sont partie intégrante du consensus républicain qui se réalise bientôt sur le franc Poincaré, consensus laborieux mais durable.

20Ils ont confirmé leur glissement vers la droite en soutenant la politique financière de Poincaré qui correspond à leurs convictions libérales en matière économique. Notons que tous les députés radicaux n’ont pas suivi Herriot dans son ralliement à la conjonction des centres de Poincaré ; de plus, l’électorat radical penche plutôt à gauche aux législatives de 1928.

21Par la suite, les parlementaires radicaux suivent les gouvernements de droite, de Tardieu en particulier, sur les grands programmes de modernisation – Outillage et grands travaux –, ce qui accentue le divorce entre parlementaires et opinion.

Considérons un troisième marqueur idéologique dans le domaine de la politique générale à partir de deux exemples

22Ce domaine est, en effet, l’occasion d’un recentrage spectaculaire. Examinons, en premier lieu, la question, alors si controversée, de la laïcité de l’État. Arrivé à la présidence du Conseil en 1924, Édouard Herriot se proposait de revenir sur la reconnaissance diplomatique du Vatican décidée par le gouvernement Briand et d’établir la séparation de l’Église et de l’État en Alsace-Moselle. Il s’agit d’un thème des plus symboliques à gauche, Herriot reprenant ici la tradition du combat laïque mené par Émile Combes. Très vite, devant la levée de boucliers provoquée par ce discours militant, il doit temporiser ; entre identité et stabilité, les radicaux ont choisi la deuxième voie : rejeter la fracture religieuse, éviter tout divorce intérieur. Après le retrait de ce premier gouvernement du Cartel (en avril 1925), c’est encore un radical, Georges Bonnet, qui suggère un compromis consensuel au chef du gouvernement, Paul Painlevé. Ce sera le statu quo en Alsace et le rétablissement discret des contacts avec la papauté dans un premier temps. Le renoncement se fait sur un point clé de l’héritage idéologique. La laïcité militante constitue ainsi une nouvelle ligne de clivage à gauche qui déporte, à leur corps défendant, les radicaux au centre droit.

23Considérons, en deuxième lieu, la question de la réforme de l’État et des institutions. La nécessité de moderniser le fonctionnement de l’appareil d’État ainsi que les institutions est largement partagée par l’ensemble de la classe politique, de Léon Blum à Louis Marin. Les fonctions régaliennes doivent passer au second plan derrière les nécessités du moment liées à la reconstruction du pays ; de plus, le souci commun est de rendre le pouvoir exécutif plus efficace. Les radicaux, traditionnels défenseurs du parlementarisme, sentent bien qu’il faudra opérer une mutation douce. Ainsi, la première pierre est posée en 1925 avec la rationalisation des services de la présidence du Conseil, opérée sous le gouvernement Painlevé par un radical, Georges Bonnet. De la même façon, la création d’un ministère du Budget autonome en 1925 semble susceptible de clarifier les fonctions. La réforme de l’État et de l’administration devient l’un des thèmes favoris des Jeunes Turcs radicaux qui veulent rénover la pratique politique à la fin des années 1920. Ils avancent l’idée d’un pouvoir exécutif renforcé, de réformes économiques et sociales audacieuses.

Pendant cette période 1919-1932, peut-on individualiser des moments centristes chez les radicaux ?

24Pour former une majorité de coalition, compte tenu de l’émiettement des partis, les radicaux peuvent trouver des alliés sur leur gauche, ce sont les républicains socialistes, les plus proches certainement, puis les socialistes de la SFIO ; même s’ils prétendent traditionnellement « ne pas avoir d’ennemis à gauche », aucune ouverture n’est possible en direction des communistes ; sur leur droite, les modérés sont des partenaires potentiels ; cependant, les radicaux récusent par avance tout lien avec ceux qu’ils baptisent de « réactionnaires », comme, par exemple, la droite dure de l’URD.

25Si l’on exclut ici l’ouverture à gauche, c’est-à-dire la formule du Cartel de 1924 et 1932, pilotée par les valoisiens, restent deux cas de figure. Dans le premier cas, il s’agit d’ouvertures au centre limitées dans le temps où les radicaux ont l’initiative et occupent les postes clés. Cette configuration est propice à la définition de nouveaux projets politiques porteurs du centrisme radical. Ainsi, la majorité ponctuelle du 12 juillet 1925, réunie autour de la loi de Finances, marque, alors, le grand retour de Joseph Caillaux sur la scène politique ; cette majorité est beaucoup plus conservatrice que la majorité parlementaire du Cartel. Faute de véritable projet commun scellé avec ces modérés, l’initiative de Caillaux est condamnée ; de plus, elle doit subir l’assaut d’Herriot au congrès de Nice. Caillaux récidive, sans plus de succès, lorsqu’il est associé au ministère Briand quelques mois plus tard. En l’occurrence, le ministre des Finances a une attitude cohérente dans sa quête d’une politique du centre. Les éphémères ministères de concentration des radicaux Chautemps et Steeg, en 1930-1931, vite fragilisés par la compétition avec les modérés de l’Alliance républicaine, entrent également dans cette catégorie.

26Dans un deuxième cas de figure, les radicaux, en situation d’échec, n’ont pas le leadership ; ils sont centristes par défaut, renonçant à mener une politique de gauche. C’est ainsi qu’ils soutiennent partiellement le Bloc national de 1919 à 1922, puis, du bout des lèvres les ministères Briand de 1925-1926 ; c’est ainsi qu’ils participent, là aussi dans la division, au gouvernement des centres de Poincaré de 1926 à 1928.

27Malgré la variété de ces options, une permanence des options radicales est perceptible ; les radicaux recherchent la voie moyenne du compromis que l’Union nationale a fait aboutir. De manière générale, les ministères de coalition dominés par les radicaux ont une base politique étroite et leurs majorités souffrent de fragilités internes, d’autant plus qu’ils sont l’objet d’attaques convergentes, souvent très rudes. Le bilan médiocre de ces alliances alimente la désillusion.

  • 3 S. Berstein, Édouard Herriot ou la République en personne, Paris, FNSP, 1985.

28Lors des tentatives centristes, le parti est placé, la plupart du temps, en position de faiblesse. Sont en cause, tout d’abord, les structures très lâches de la mouvance radicale dans laquelle les comités électoraux sont très indépendants. Seul le groupe parlementaire détient le pouvoir de décision mais les scrutins importants le trouvent souvent en décalage avec son électorat. De plus, la tradition comme les rivalités de personnes ou de clans font qu’il n’y a pas de discipline de vote. À cela se surajoute la tactique d’un Édouard Herriot assez imprévisible3.

29D’autre part, le rapport de forces est également défavorable aux radicaux qui ne peuvent former un grand parti ; les voilà pris en étau. Avec les socialistes, même sous le Cartel, ils entretiennent des relations conflictuelles. La gauche extrême – communistes et aile gauche de la SFIO – prononce des exclusives contre tout soutien à une entreprise radicale. Par son activisme religieux et diplomatique, la droite « dure » se trouve aux antipodes.

  • 4 J. Montigny, La République réaliste, Paris, Éditions de la Renaissance, 1927.

30Une ligne de fracture droite gauche commence à se dessiner à l’intérieur des nouvelles équipes radicales. Au sein des Jeunes Turcs, Jean Montigny devient le chef de file des « réalistes », sensibilité que l’on retrouve au sein de l’Alliance démocratique. Ses réflexions sur la compétence et les propositions technocratiques sont propres à éloigner les radicaux de leur parlementarisme traditionnel. Cette aile montante allergique aux « dogmes » prépare un reclassement au centre droit, aussi éloigné de « la démocratie communiste » que de la « bourgeoisie stupide et égo»4. Édouard Daladier s’emploie à fédérer ces énergies pour les utiliser comme un levier dans sa conquête du pouvoir interne.

Traçons un bilan de cette première époque des années 1920 au regard du tropisme du centrisme

31En 1932, il est patent que les radicaux, contraints à un jeu de bascule, n’ont pas réussi à transcender le clivage bipolaire. Leurs électeurs suivent plutôt ceux d’entre eux qui ont le cœur à gauche, du moins en verbe. En effet, malgré son parcours de plus en plus conservateur, le radicalisme reste, grâce à sa culture politique, marqué par le sceau progressiste dans l’inconscient collectif. Pourtant, il est difficile pour lui, désormais, d’incarner le Mouvement. Les radicaux procèdent plus par renoncements successifs dès qu’ils doivent chercher des soutiens à droite et parmi des couches socio-professionnelles plutôt rétives à leur endroit. Leur base de petits notables de province reste très attachée à la propriété individuelle.

32Cependant, il faut reconnaître aux radicaux un sens aigu du pragmatisme au service du plus grand nombre. L’identité radicale, troublée par la guerre, a eu du mal à être restaurée. L’épisode du Cartel a pesé lourd en privilégiant un radicalisme de gestion. Convaincus de la priorité à accorder à la défense du franc, les radicaux portent la paternité d’une expérience centriste, celle de Poincaré, sans en assumer le leadership.

33En suivant les marqueurs idéologiques proposés, on se rend compte que le radicalisme est porteur de valeurs de gauche (laïcité, sécurité collective), de valeurs de droite (confiance dans les détenteurs de capitaux, dans le libre marché) et de valeurs plus consensuelles (modernisation de l’État, restauration de la monnaie). Le Parti radical a vocation pour redevenir un parti de gouvernement ; il n’en a pas encore les moyens en 1919, c’est chose faite en 1924. Une fois au pouvoir, les solutions finalement choisies et mises en œuvre sont tantôt progressistes et tantôt freinées, voire annihilées, par les réalités du terrain, provoquant un lent glissement du parti de la gauche vers le centre, ce qui nuit à sa crédibilité.

34Au lendemain de la guerre, les radicaux avaient la potentialité nécessaire pour incarner un grand parti central. Voilà une occasion gâchée. Les principaux leaders ont, en réalité, des orientations divergentes. Ainsi, un véritable projet centriste commence à émerger dans les jeunes équipes, dans la mouvance de Caillaux qui a compris que la route du sommet lui serait barrée par ses « amis » du Parti comme par ses ennemis intimes de l’Alliance républicaine. La dichotomie entre la droite et la gauche tend à s’insérer à l’intérieur des cercles radicaux dirigeants. L’ambition de Joseph Caillaux, situé à l’aile droite, est de démarquer le Parti radical de l’influence socialiste et de proposer une alternative de gouvernement en s’alliant à une fraction des modérés. S’il ne peut contrôler le parti, il peut, depuis le Sénat qu’il transforme en citadelle, travailler pour faire émerger un pôle plus conservateur, un centrisme de droite. Proches de lui, Jean Montigny et Georges Bonnet veulent redonner toute son indépendance à la Rue de Valois et faire du Parti radical l’animateur d’une majorité élargie. Seul le premier a théorisé sa stratégie. Le second préfère, pour l’heure, soigner sa carrière ministérielle. Édouard Herriot, dont le discours se situe dans la pure tradition oratoire de gauche, se bat pour incarner la synthèse républicaine au prix d’accommodements ou de volte-face spectaculaires ; sa quête du pouvoir l’amène, sans qu’il parvienne toujours à entraîner le groupe parlementaire derrière lui, à des alliances conjoncturelles avec les modérés. Édouard Daladier qui apparaît comme le concurrent le plus sérieux, s’est servi des Jeunes Turcs pour pousser ses pions. Il n’a pas véritablement dévoilé son jeu mais il a pris date.

Ordre ou mouvement ? De 1932 à 1939, vient le temps des conversions

  • 5 O. Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, 2002.

35Avec les années de crise, les préoccupations changent ; si les dossiers hérités sont toujours là, la pression sociale est plus forte, la contestation idéologique s’affirme et les tensions externes sont envahissantes. Pour les « nouvelles relèves »5, les radicaux incarnent le passé, et, à partir de 1934, ils symbolisent pour une majorité de Français, un régime figé, voire corrompu. Dans les années trente, le radicalisme est contraint d’opérer une profonde conversion tactique et idéologique ; il ne peut, cependant, se renier comme il ne peut se couper durablement de sa clientèle électorale. L’issue se situe-t-elle vers le centre ? Pour retrouver une légitimité, les radicaux développent des stratégies contradictoires jusqu’à l’émergence d’une nouvelle voie appuyée sur un sentiment dominant, la nécessité de placer la France devant la perspective d’un conflit européen.

Leur premier souci est de faire évoluer le régime politique

36L’affaire Stavisky qui éclate en 1934 marque une rupture brutale dans le parcours de ce parti de gouvernement ; les hommes politiques radicaux sont traumatisés par cette mise au pilori ; la suspicion pèse sur-certains d’entre eux, sur leur gestion et, plus profondément, sur le bien-fondé de leur présence au sommet de l’État. Profitant d’une fausse ouverture à droite, les radicaux, qui contrôlent la commission de Réforme de l’État, torpillent l’expérience Doumergue ; ils refusent le renforcement de l’exécutif demandé par André Tardieu. Malgré leur discours, les radicaux, placés au pied du mur, réagissent en garants du parlementarisme.

37La question institutionnelle a été de nouveau soulevée par Georges Bonnet lorsqu’il est appelé en janvier 1938 à former le gouvernement. Ce ministère de transition préparerait des élections générales anticipées pour profiter des désillusions engendrées par le Front populaire. Un oukase de la SFIO l’empêche de présenter son équipe au président de la République. Manifestement, la représentation parlementaire radicale à l’Assemblée s’est rapidement désolidarisée de Bonnet dans cette affaire. Ce dernier voulait que le président Lebrun exerce son droit de dissolution ; Lebrun refuse. Les radicaux n’ont pas voulu que l’on touche à ce tabou républicain.

38Pourtant, une profonde mutation s’opère en parallèle. Dans un premier temps (1934-1937), les parlementaires radicaux utilisent les pouvoirs spéciaux comme une arme politique majeure ; ils favorisent la droite de Laval mais ils fragilisent la gauche socialiste. Ces fameux pouvoirs spéciaux sont ensuite utilisés systématiquement ou presque par les gouvernements radicaux de juin 1937 à septembre 1939, dans le domaine financier comme dans celui de la défense nationale. Le pouvoir exécutif – gouvernement, cabinets ministériels et directions de la haute administration – affirme sa primauté.

39Ce renforcement du pouvoir central, en contradiction avec la lecture institutionnelle classique des radicaux doit être compris comme une réponse au besoin d’efficacité devant les contraintes économiques et les périls extérieurs.

Leur seconde préoccupation est de fournir une réponse à la crise multiforme qui affecte le pays

  • 6 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952, Paris, CHEF (...)

40Le premier critère concerne la question financière et, singulièrement, le sort à réserver au franc Poincaré. Les principaux spécialistes radicaux, comme Germain-Martin et Bonnet, sont des « austéro-libéraux »6 ; ils défendent et pratiquent la déflation tout en souhaitant, en principe, freiner le protectionnisme. La valeur-or du franc semble intangible. Ainsi, lors de la conférence de Londres de 1933, devant le refus de coopération monétaire de l’administration Roosevelt, la délégation française érige l’étalonor en dogme et en symbole de la stabilité retrouvée. Les gouvernements du néo-cartel, soutenus par les modérés et par la droite, sont logiques dans leur rejet de toute dévaluation ; des radicaux, et non des moindres (Herriot et Bonnet) assistent la déflation dure de 1934 pratiquée par les gouvernements franchement marqués à droite comme celui de Pierre Laval.

41Ce choix technique comporte une dimension idéologique : la déflation généralisée doit apporter la sécurité, restaurer l’ordre et la valeur du travail. Le discours officiel fait appel au sens civique et au sacrifice commun pour sauvegarder la valeur de la monnaie. Un malaise apparaît aussitôt dans les rangs radicaux, car la clientèle électorale traditionnelle est menacée par les effets dévastateurs de la déflation. La base sociologique en est ébranlée. La première réaction gouvernementale est d’octroyer des compensations (par exemple à partir de 1933 en direction de la clientèle agricole). Les radicaux se divisent alors sur l’opportunité d’une relance keynésienne, cette divergence de fond recouvrant la césure entre Ordre et Mouvement. La crise des changes les convertit à la nécessité de dévaluer, la majorité d’entre eux suit le gouvernement Blum en 1936 ; Bonnet lui-même, pourtant irréductible, doit se résoudre à supprimer toute référence à l’or en juin 1937.

42Si la majorité de l’appareil radical a adhéré au Front populaire, c’est une révision déchirante sur les conceptions monétaires pour aboutir à un abandon de l’orthodoxie, économiquement et socialement intenable du reste.

43Les radicaux doivent alors se déterminer par rapport aux avancées sociales apportées par le Front populaire. En 1936, et davantage encore en 1937, les classes moyennes indépendantes s’éloignent des radicaux. En juin 1937, les radicaux, jusque-là simples auxiliaires du gouvernement Blum, font un retour en force au pouvoir. Le gouvernement Chautemps-Bonnet – ce dernier est un adversaire déclaré du Front populaire – ne remet pas en cause sur le fond les réformes sociales, mais procède à de simples ajustements comme l’assouplissement de la loi des 40 heures ; les radicaux favorisent l’assimilation des réformes les plus avancées. Priorité est ainsi donnée au socle républicain, ce qui évite une crise sociale aiguë même si malaise et frustrations s’accumulent à gauche.

  • 7 J. Ruhlmann, Défense et identité des classes moyennes du Front populaire à la guerre, thèse de doc (...)

44Ce passage en douceur répond à un autre objectif : rassurer les classes moyennes grâce à une grande offensive de charme en 19377. Le ministère tend la main, de manière explicite, aux travailleurs indépendants et aux déçus de la gauche socialiste. Malgré leur goût de revanche, Chautemps et Bonnet font preuve de tempérance. Ce faisant, une option centriste se dessine dès lors que les radicaux veulent essayer de récupérer une partie de leur électorat et mordre sur leur droite.

  • 8 Édouard Daladier, Chef de gouvernement, sous la direction de René Rémond et Janine Bourdin, Paris, (...)

45La conjoncture semble propice. En effet, l’espace politique s’est considérablement modifié à cause de la forte poussée à gauche enregistrée en 1935-1936 et de la place considérable prise désormais par les communistes. Des pressions contradictoires venues de l’extrême droite et de la gauche de la gauche s’exercent sur les radicaux au moment où le grand patronat raidit ses positions. Elles facilitent le recentrage automatique des radicaux. En novembre 1938, le tournant est net : la conversion libérale se confirme ; elle se traduit par la répression des mouvements sociaux par Daladier, la priorité accordée à l’entreprise, la relance de la production, en particulier de matériel militaire, et par une ouverture à droite avec l’arrivée symbolique de Paul Reynaud aux Finances8.

46Ces conversions successives se sont opérées dans la douleur ; les radicaux ont pratiqué trois politiques économiques opposées dans leur essence comme dans leurs retombées. Ils ont fluctué aussi avec l’opinion, cherchant un équilibre entre la droite « dure » et la gauche militante. Leur pragmatisme ne doit pas cacher la prise en compte, de la part de la majorité regroupée derrière Daladier, des nouvelles priorités : rétablir un large consensus afin de préparer la nation à toute éventualité, en particulier, militaire.

Un dilemme leur est posé sur le plan extérieur : préparer la guerre ou défendre la paix ?

47Les radicaux au pouvoir ont, eux aussi, à choisir entre la voie de la conciliation et celle de la fermeté devant les entreprises des régimes de type fasciste, avec le risque du recours à la guerre. Au sein de la mouvance radicale, on rencontre des pacifistes de raison, plus sensibles aux aléas de la conjoncture internationale, et des pacifistes de conviction qui veulent éviter la guerre à tout prix.

  • 9 B. Lachaise, Yvon Delbos. Biographie 1885-1955, Périgueux, Éditions Fanlac, 1993.

48Les ministres radicaux ont eu, au moins, trois occasions de faire tomber les masques et de choisir une option franche. Conscients de l’isolement diplomatique de leur pays, ils diffèrent, par trois fois, la décision stratégique. La non-intervention en Espagne de Blum est conduite, dès 1936, par le ministre des Affaires étrangères radical, Yvon Delbos, et appliquée avec rigueur par Bonnet à partir d’avril 1938. L’Anschluss trouve encore des radicaux aux commandes alors que le ministère Chautemps a démissionné ! Yvon Delbos, au Quai d’Orsay, se contente d’une protestation formelle9. La conférence de Munich qui conduit à l’abandon des Sudètes à Hitler traduit l’ambivalence du triomphe radical. La chimère pacifiste est bâtie sur le non dit. L’opinion est apparemment munichoise si l’on excepte une frange socialiste, le PCF et quelques patriotes isolés à droite. Les radicaux, Daladier et Bonnet, rejoignent les peurs des Français qui ne veulent pas s’avouer que la guerre européenne se prépare activement. La grande illusion continue. Les radicaux recueillent les dividendes politiques de ce fugace moment de concorde nationale consécutif au « lâche soulagement ». Les radicaux jouent l’apaisement avec les dictatures en pratiquant la Realpolitik qui est une fin en soi pour les pacifistes et une opportunité pour les partisans du réarmement, l’unanimité qui en résulte étant purement circonstancielle. Ce faux consensus joue encore à l’automne 1938 lorsque Daladier et Bonnet relancent ensemble la coopération franco-allemande.

  • 10 E. Du Réau, Édouard Daladier, 1884-1970, Paris, Fayard, 1993.

49Le gouvernement Daladier restaure l’ordre intérieur, préalable à la mobilisation des énergies et brise avec détermination la grève générale lancée en novembre 1938. Pour répliquer à Mussolini, Daladier exploite le retournement de l’opinion française en faveur de la fermeté lors de son voyage en Tunisie pour défendre l’intégrité de l’empire. Il entame une politique graduelle de résistance à la pression hitlérienne ; le système défensif franco-anglais coordonné est étendu à l’ensemble des alliés européens. Cette clarification est obtenue grâce à un intense redéploiement diplomatique. Daladier demeure le rassembleur autour d’une ambiguïté. Conscient que la peur de la guerre taraude les consciences, il prolonge la fiction de la paix jusqu’à la dernière minute – il ne proposera pas la déclaration de guerre aux Chambres – et, en parallèle, il intensifie l’effort d’armement10. Jouant sur les deux registres, il élargit sa base politique tout en donnant une impression d’indécision qui se transformera en piège fatal pendant la drôle de guerre. Il a réussi à neutraliser Bonnet qui veut apparaître comme le dernier rempart de la paix en Europe.

Si l’on procède, pour les années trente, à l’inventaire des moments centristes chez les radicaux, on voit se dessiner un échec des tentatives de gouvernement au centre

50Après le trouble engendré par les conséquences de la crise économique, après le choc de l’Affaire Stavisky, le parti est profondément déchiré par le clivage droite/gauche. Le désaccord tactique sur les alliances à nouer cache des options idéologiques fondamentalement opposées. Les projets politiques contradictoires sont incarnés par des leaders ouvertement concurrents.

51En deux occasions, les radicaux expérimentent un centrisme par défaut. Après la crise du 6 février 1934, les voilà centristes malgré eux dans le ministère Doumergue avec un objectif, sauver la démocratie ; ce choix consensuel est fait sur la défensive. De même, en 1934-1935, alors que, Place de Valois, émerge l’ambition de constituer un Tiers Parti, Herriot entretient la fiction d’une possible double voie : il propose, avec Bonnet, une solution centriste en se rangeant derrière Laval. En 1935-1936, Daladier fait triompher la voie de gauche du Rassemblement populaire. Cependant, cette stratégie n’est pas acceptée par tous les radicaux ; l’aile droite dirigée par Bonnet, soutenue par le clan Caillaux, les Jeunes radicaux et certaines fédérations, en vient à une franche opposition interne, tout en maintenant la fiction du Front populaire.

52Ce désaccord sur la participation au mouvement populaire antifasciste recouvre une interrogation majeure : faut-il privilégier la défense des libertés en Europe ou la paix et la sécurité intérieure, garantes de la pérennité de la démocratie française ? L’aile gauche radicale met en avant la nécessité du progrès social ; elle penche vers le camp du Mouvement tandis que l’aile droite allie pacifisme actif – dès le rapprochement Laval-Mussolini – et le maintien de l’Ordre social ; le parti est en permanence au bord de la scission. Ce chassé-croisé aura désespéré les républicains et donné des armes aux détracteurs du régime parlementaire.

  • 11 J. Puyaubert, Georges Bonnet, étude biographique, 1889-1973, thèse de doctorat, Université de Bord (...)

53En deux occasions, également, les radicaux sont attirés par l’option centriste, elles se solderont par un échec et un succès. En janvier 1938, après l’échec de Chautemps, Bonnet envisage un ministère dominé par les radicaux « réalistes » auquel se rallieraient des personnalités venues de la droite modérée. Cette tentative centriste de Bonnet pour en finir avec le Front populaire avorte aussitôt. Il ne réussit pas davantage en 1939 dans son projet pacifiste11. En novembre 1938, Daladier négocie avec habileté son virage à droite ; il fait entrer Paul Reynaud dans son équipe et obtient les pleins pouvoirs financiers.

Existe-t-il un centrisme radical dans l’entre-deux-guerres ?

54À première vue, le radicalisme correspond à un centrisme d’apparence, hypothèse étayée par le difficile positionnement des radicaux sur l’échiquier politique. Des aspirations contradictoires, les résistances au changement du corps social dans un contexte tourmenté ont freiné les intentions réformatrices des années 1920 pour confiner les radicaux dans l’immobilisme. Il s’agirait d’un centrisme mou, point de convergence d’options contraires, dans la mesure où aucun des camps n’est capable de l’emporter durablement. La place prise, dès 1925, par un radicalisme de gestion accentue le tournant réaliste, à mesure que les différences de fond s’estompent. À partir de 1932, la neutralisation conjoncturelle est accentuée par la coexistence de lignes politiques divergentes au sein même du parti et des équipes radicales dirigeantes. La résultante de cette absence de ligne politique claire est un faux centrisme. Les déceptions engendrées par une république trop sclérosée ont entretenu les courants contestataires, non conformistes ou ouvertement anti-républicains

55De fait, le véritable centrisme du juste milieu a eu du mal à trouver sa voie autrement que dans des coalitions de circonstance dans lesquelles les radicaux ne comptent guère ; ils sont alors un appoint dans des majorités tenues par les modérés. On ne saurait se satisfaire de cette vision en creux qui a sa pertinence dans la mesure où cette sensibilité demeure représentative d’une France provinciale attachée à ses notables.

56Tout d’abord, un courant centriste cohérent s’est manifesté autour de fortes personnalités, comme Caillaux et Bonnet, dont l’objectif et le discours étaient de redonner au radicalisme son autonomie tactique ainsi qu’une interprétation modérée. Si cette volonté existe, elle reste minoritaire faute d’un leader charismatique : l’ascension de Caillaux est bloquée par son passé, Bonnet n’a pu conquérir la majorité dans le parti. Ils partagent deux valeurs : l’ordre intérieur et la paix extérieure. Mais refusant l’aventure, ils n’ont jamais pris le risque de franchir le Rubicon. Au fond, ce projet, pas plus que les tentatives de rénovation interne, n’ont pu rallier la majorité des radicaux parce qu’il constituait une trop grande rupture pour une formation originellement ancrée à gauche.

  • 12 A. Gourdon, « Le parti radical », dans Partis politiques et classes sociales en France, sous la di (...)

57Par ailleurs, le radicalisme est un centralisme intrinsèque chaque fois qu’il traduit les aspirations contradictoires des Français. Empirisme actif, il exalte les grands principes, magnifie les grands républicains pour mieux manier des tactiques diverses assimilatrices. Son absence de contours lui permet de se mouvoir dans un environnement complexe12. Les radicaux sont, ainsi, au cœur des interrogations sur la fonction de l’État ; attachés à la république parlementaire, ils évoluent en faveur de l’efficience. Protecteurs de la France traditionnelle menacée par la modernisation, ils sont conscients de la nécessité d’intégrer les couches populaires urbaines au consensus républicain. Une fois aux commandes du pays, la génération du feu est partagée entre la volonté de maintenir son rang de grande puissance et la tentation de se résigner à un repli raisonnable devant le déclin. Devant la montée des périls, elle se déchire à l’idée d’abandonner sa conception apaisée du monde. Parallèlement, les radicaux ont entretenu de fols espoirs sur la crise économique, prolongeant, plus que de raison, la fiction de l’étalon-or. Ils ont aussi maintenu une unité de façade sur les relations avec les dictatures de type fasciste et alimenté l’illusion de la paix. Ils ont, tout à la fois, fragilisé et affermi la République. In fine, une majorité de radicaux a opéré des révisions déchirantes pour mener avec détermination l’effort de défense tout sacrifiant la monnaie. Cette conversion implicite à la guerre a accompagné le retournement de l’opinion.

58La tentation centriste a consisté à vouloir faire coïncider l’identité radicale avec les lignes de force de l’esprit public. Sa difficulté à émerger est à l’image d’un pays qui a peiné à trouver une réponse rationnelle aux énormes défis du moment.

Notes

1 S. Berstein, Le Parti Républicain radical et radical-socialiste en France de 1919 à 1939, Université Paris X-Nanterre, 1976, 4 vol.

2 E. Bussière, Horace Finaly, banquier, 1871-1945, Paris, Fayard, 1986.

3 S. Berstein, Édouard Herriot ou la République en personne, Paris, FNSP, 1985.

4 J. Montigny, La République réaliste, Paris, Éditions de la Renaissance, 1927.

5 O. Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, 2002.

6 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952, Paris, CHEFF, 1991.

7 J. Ruhlmann, Défense et identité des classes moyennes du Front populaire à la guerre, thèse de doctorat, IEP Paris, 1995.

8 Édouard Daladier, Chef de gouvernement, sous la direction de René Rémond et Janine Bourdin, Paris, PFNSP, 1977.

9 B. Lachaise, Yvon Delbos. Biographie 1885-1955, Périgueux, Éditions Fanlac, 1993.

10 E. Du Réau, Édouard Daladier, 1884-1970, Paris, Fayard, 1993.

11 J. Puyaubert, Georges Bonnet, étude biographique, 1889-1973, thèse de doctorat, Université de Bordeaux 3, 2001, 4 vol.

12 A. Gourdon, « Le parti radical », dans Partis politiques et classes sociales en France, sous la direction de M. Duverger, Paris, A. Colin, 1955.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search