Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

Le centrisme dans l’Alliance démocratique

Rosemonde Sanson

Texte intégral

1Les pères fondateurs de l’Alliance démocratique, puis les instances dirigeantes, à tout le moins dans leur majorité, de 1901 à 1939 ont ambitionné de situer leur formation en position centrale sur l’échiquier politique, de créer un mouvement de centre ou du centre, encore que les termes soient usités, au vrai, sans anachronisme seulement dans les années vingt et trente.

2Au début du XXe siècle, l’Alliance républicaine démocratique correspond à un moment centriste, au point que l’on peut proposer quelques approches définitionnelles du centre à partir de ce paradigme. Après la Grande Guerre, les alliancistes et les radicaux s’efforcent de reconstituer un grand parti républicain entre les extrêmes, mais l’expérience tourne court. Puis, au début des années 1930, l’idée est relancée d’organiser un parti centriste. Elle se concrétise lorsque Pierre-Étienne Flandin prend officiellement la présidence de l’Alliance au congrès extraordinaire de mars 1933. Il donne à voir sa formation comme « le parti du centre ». Las, la conjoncture s’avère peu favorable.

3Pourquoi une réussite ? Pourquoi deux échecs ? D’une part, la confrontation entre les projets ou les volontés et les stratégies adoptées, et d’autre part l’attention portée à la composition socio-professionnelle des alliancistes ainsi qu’au contexte doivent permettre de dégager des explications.

Un « moment centriste » au temps d’Adolphe Carnot

4Le 1er mai 1901 – soit un mois avant la constitution du parti radical er mai 1901 – soit un mois avant la constitution du parti radical er et radical-socialiste –, les quatre pères fondateurs de l’Alliance, Charles Pallu de la Barrière, publiciste et homme d’appareil, cheville ouvrière et futur secrétaire général du mouvement, Adolphe Carnot, héritier d’une dynastie républicaine et premier président de l’Alliance, Henry Blanc, député de Haute-Loire, et Edmond Halphen, conseiller général de Gironde, très associé au monde des affaires, posent la première pierre de l’Alliance. Ils avouent son objet :

  • 1 La Correspondance agricole et politique, hebdomadaire dirigé par Pallu de la Barrière, 14 mai 1901

« L’Alliance républicaine démocratique a pour objet de grouper les républicains qui, soit dans la majorité parlementaire, soit dans le pays, repoussent les utopies collectivistes, ne sont ni radicaux, ni radicaux-socialistes, dans le sens étroit ordinairement donné à ces mots, mais qui profondément républicains et démocrates sont bien décidés à entreprendre les réformes économiques et sociales dont plusieurs ont été exposées par le président du Conseil [Waldeck-Rousseau] à Toulouse, et d’autres encore. »1.

5Deux mois plus tard, avant même la naissance officielle de l’Alliance le 23 octobre, ils exposent les finalités poursuivies :

  • 2 Ibid., 26 juillet 1901.

« D’abord, et c’est le but le plus lointain, la constitution d’un parti républicain démocratique, sagement et profondément réformateur, repoussant les utopies, mais ne redoutant aucun progrès, aucune réforme. […] Ensuite, et c’est notre but prochain, l’Alliance, tout en faisant campagne électorale avec tous les républicains sans se laisser absorber par aucun, sans rien retrancher de son idéal politique et social, entamera avec la coalition nationaliste, […], avec les exploiteurs de la panique […] une lutte sans merci »2.

6Quatre objectifs se dégagent donc de ces déclarations.

7Tout d’abord, les pères fondateurs tentent de créer une formation – ce sera une association – qui se démarque du parti radical et radical-socialiste, afin de lui faire contrepoids au sein de la défense républicaine emmenée par Waldeck-Rousseau à la suite des dissensions suscitées par l’Affaire Dreyfus au sein du républicanisme modéré. Pour l’heure, ils désirent sauver la défense républicaine face à la coalition réactionnaire en gagnant les élections à gauche. Puis ils entendent regrouper autour de l’Alliance un grand parti républicain et prémunir celui-ci contre les utopies collectivistes et les dérives réactionnaires, bref recréer le monisme républicain. Il s’agit donc de réconcilier les « deux fractions du parti républicain » en une grande formation de juste-milieu, dont l’Alliance serait la clé de voûte. Sans forcer les textes, même si l’affirmation reste en abyme, dès le départ les fondateurs de l’Alliance envisagent une tripartition des forces politiques, préoccupés d’éviter l’affrontement entre deux blocs antagonistes.

8Le programme initial énoncé corrélativement à leurs intentions porte tout à la fois la marque d’un héritage culturel et s’avère dicté par la conjoncture. Il peut se résumer, d’une part, en un double diptyque : Ordre et Liberté, en droite ligne d’un Guizot, d’un Gambetta, et Ordre et Progrès, et d’autre part, en un double antonyme : anticléricalisme mais respect de la liberté religieuse, puissance de la patrie mais antinationalisme.

  • 3 Pour plus amples informations concernant cette première partie, se reporter à R. Sanson, L’Allianc (...)

9Les premiers alliancistes émanent d’un entrelacs de réseaux qui rend l’ambition plausible et le programme crédible : réseau de la Ligue des Droits de l’Homme (Trarieux, Havet, Lyon-Caen), réseau de la Ligue de l’enseignement (Duvand, Robelin, A. Carnot lui-même), réseaux gambettistes et ferryistes (Magnin, J. Reinach, Robiquet), réseau du Parlement avec le rôle important tenu par l’Union républicaine du Sénat, réseau du monde des affaires (Mascuraud, J. Hayem, Hattat, Koechlin), auxquels il convient d’ajouter un certain nombre d’intellectuels (Marc-Sée de l’Académie de Médecine, Paul Meyer, directeur de l’École des Chartes, Paul Stapfer, doyen de la faculté des lettres de Bordeaux). Tous sont d’anciens dreyfusards, se situant dans la mouvance du républicanisme modéré ou radicalisant. La prégnance des partisans d’une laïcité vigilante s’avère évidente. Une étude socio professionnelle des membres des instances dirigeantes, parlementaires ou non, et quelques sondages opérés à partir des alliancistes de base permettent de conclure que l’Alliance est le parti de l’élite ouverte dans une démocratie où l’on maintient « la barrière et le niveau », mais où existe une circulation des élites, donc des notables, mais aussi des Français issus des « nouvelles couches »3. On peut donc parler d’une adéquation entre la sociologie des alliancistes et la définition d’un centrisme qui, habituellement, s’étaye sur les classes moyennes. En d’autres termes, l’Alliance prétend traduire les désirs réels ou supposés des diverses catégories de la classe moyenne, réformistes mais attachés à la propriété privée et à la liberté d’entreprendre. On comprend mieux, dès lors, leurs stratégies politiques.

10De 1901 à 1907, les alliancistes, ou tout au moins la grande majorité d’entre eux, sont partie prenante du Bloc des gauches. À preuve. Lors des élections de 1902, de 1906 et même de 1910, le désistement au second tour s’y opère dans la majorité des cas en faveur du « ministériel ». Hier waldeckistes, les « républicains de gauche », entraînés en particulier par Louis Barthou, vice-président de l’Alliance, estiment que le ministère Combes « répond à l’attente du parti républicain » : la politique anti-congréganiste de Combes a été adoptée grâce à la stratégie d’union à gauche. Un peu plus tard, la séparation des Églises et de l’État a été en partie acquise grâce au vote des parlementaires affiliés à l’Alliance. Ceux-ci ont incontestablement contribué à ce que la loi soit libérale et respecte les croyances religieuses.

  • 4 L’Alliance républicaine démocratique (ou ARD), 18 août 1907.

11La loi votée, les alliancistes pensent à réaliser la concentration républicaine, ramenant dans le giron du pur républicanisme des progressistes un temps fourvoyés avec la réaction. Les dirigeants de l’Alliance tentent alors de mettre au point un « bloc des démocrates ». Le député d’Indre et Loire, Alphonse Chautemps, parle même d’un « bloc du centre », « bloc nouveau, ajoute-t-il, ouvert à tous les républicains de bonne volonté qui voudront collaborer avec nous à l’œuvre des réformes »4.

12Le projet tourne court. Alors les alliancistes vont soutenir le ministère Clemenceau, le Clemenceau « briseur de grève », la question sociale tenant désormais le devant de la scène politique. Ils se rallient ensuite à la politique d’« apaisement » de Briand. L’Alliance connaît une apogée au temps des ministères Poincaré et Barthou, deux de ses vice-présidents. Certes, aux élections de 1914, les alliancistes, chantres de la loi de trois ans, se coupent du parti valoisien, mais plusieurs de leurs parlementaires fondent avec Briand la Fédération des gauches, pont entre les radicaux et une Alliance qui se droitise. C’est une façon de se recentrer. Bref, les alliancistes savent redresser la barre à chaque fois qu’ils auraient tendance à pencher ou trop à gauche, ou trop à droite. Cette politique de recentrage leur a permis de jouer un rôle clé dans la formation des majorités parlementaires. Ils ont assumé le rôle de parti de gouvernement au point de se demander s’il ne faut pas remettre en question la période qu’habituellement on désigne comme la république radicale, d’autant que l’Alliance passe de 39 députés en 1902 à 125 en 1910 et compte une cinquantaine de sénateurs. Selon Léon Jacques, analyste de la vie politique en 1913, l’Alliance républicaine démocratique

  • 5 L. Jacques, Les partis politiques sous la IIIe République, Paris, Sirey, 1913, p. 52.

« représente la formation politique [….] qui se rapproche le plus de la tendance juste-milieu, tel le fléau de la balance qui malgré ses oscillations vers la droite ou vers la gauche tend constamment à revenir vers les centres de gravité qui agissent sur chacun des plateaux »5.

13L’Alliance, de fait, a profité de facteurs conjoncturels favorables : système de la double appartenance possible entre elle et le parti valoisien, puis volonté de réinsertion des progressistes parmi les républicains de gouvernement, thèmes unificateurs autour de la laïcité, puis du réformisme, antidote au collectivisme.

14C’est pourquoi il est tentant d’esquisser une typologie du comportement centriste, voire d’une culture centriste, notion au vrai contestée. Ils seraient définis pas l’entrelacs d’idéaux de gauche (la référence à 1789, aux libertés, au réformisme, l’attachement aussi à la république parlementaire) et d’idéaux plus conservateurs (le goût de l’ordre, la défense du libéralisme, la haine de l’étatisme, a fortiori du collectivisme). Ils se caractérisent aussi par le rejet de tout dogmatisme, de tout extrémisme (ni révolution, ni réaction), par le sens du pragmatisme, par un réformisme sage (la réforme… oui mais). Opposés à la bipolarisation, les hommes de centre se réclament d’une volonté médiatrice, souvent unificatrice par-delà les clivages habituels. Ils entendent jouer un rôle déterminant dans la composition de majorités gouvernementales, s’affirmant thuriféraires de la tripartition des forces politiques.

Un centre raté : le Parti républicain démocratique et social

15Lors d’une grande manifestation le 30 juin 1920 naît le PRD et S. Sa particularité première réside en sa composition : des alliancistes de « vieille souche » ou de nouveaux affiliés à l’Alliance s’unissent à des radicaux bon teint qui gravitent autour du journal Le Radical dirigé par Justin Perchot, sénateur des Basses-Alpes. Ce journal est aussi l’organe du Comité républicain de l’industrie, du commerce et de l’agriculture, encore présidé par Mascuraud.

16La mutation a été rendue possible par la démission d’Adolphe Carnot, pour raison d’âge, et son remplacement à la présidence de l’Alliance d’abord, puis du PRDS un mois plus tard, par Charles Jonnart. Celui-ci est aidé d’un nouveau secrétaire général, Albert Mamelet, ancien normalien, agrégé de philosophie, qui s’est distingué jusqu’alors sur le plan politique par une série d’échecs électoraux. L’initiative de la constitution d’un grand parti républicain, d’un parti d’union républicaine émane des milieux de l’Alliance. Mamelet lance l’idée dès février 1920. Elle est vite reprise par la campagne menée par Le Radical, surtout à partir d’avril 1920. « Il faudrait que d’anciennes solidarités soient rompues au profit de nouvelles », constate-t-on de part et d’autre.

17Que veulent les pères fondateurs ? Les sept discours prononcés le 30 juin instruisent des visées. Tous les orateurs se réfèrent à l’idéal républicain ancré en 1789 ; ils disent vouloir œuvrer, en primat, à la reconstruction économique et sociale de la France. Pour ce, ils comptent sur le libre effort des individus et non sur « l’étatisme paralysant ». Bien évidemment, ils entendent prémunir la France contre les « mauvais bergers », c’est-à-dire les fauteurs de guerre civile, les porteurs de la « gangrène bolchevique », les internationalistes. Charles Jonnart déclare : le PRDS

  • 6 ARD, 6 juillet 1920. La constitution du PRDS.

« rassemble des hommes qui, résolus à se dévouer à la grande œuvre de rénovation économique et de reconstruction nationale en même temps qu’à l’affermissement et au rayonnement de nos libres institutions, entendent que le pays travaille dans l’ordre et la paix »6.

18Pour réaliser ce programme, à qui les fondateurs tendent-ils la main ? « À tous les démocrates, à tous ceux qui admettent sans arrière-pensée les lois laïques et sociales de la République […] » ; à ceux qui « aux solutions précaires de la violence [préfèrent] celles de l’effort libre ». Un an plus tard, le programme est résumé en cinq vocables écrits avec des majuscules : Patrie, Démocratie, Liberté, Ordre et Progrès. L’ordre d’énonciation est révélateur des préoccupations. Il s’agit donc de former « un parti de gouvernement » dans le droit fil de l’Union sacrée, véritable digue contre le bolchevisme. Le parti espère s’élargir, en particulier, aux radicaux-socialistes et, sur son aile droite, grâce à ceux que l’on commence à appeler les nationaux.

19Le projet pouvait-il réussir ? Les initiateurs, c’est-à-dire les dirigeants alliancistes, possèdent, au début de 1920, bien des atouts. En revanche, le PRDS, dès sa naissance, donne des signes de faiblesse.

20Les alliancistes, au début de 1920, viennent d’orchestrer les législatives de novembre 1919, cartel républicain et bloc national. Ils ont obtenu 140 sièges à ces élections. Par ailleurs, dix de leurs parlementaires ont reçu des portefeuilles dans le premier cabinet Millerand. Le PRDS, composé d’une majorité d’alliancistes et de nombre de radicaux, apparaît donc en position incontournable pour la formation des majorités du Bloc national.

  • 7 Le Radical, 26 janvier 1920.
  • 8 ARD, 6 juillet 1920.

21En revanche, cette composition bivalente se trouve à l’origine du manque de cohérence du parti. Dès les premières réunions, une différence de tonalité transparaît entre les intervenants alliancistes et les intervenants radicaux, mais aussi entre les parlementaires et les représentants du monde des affaires. Or, la prégnance de ces derniers s’avère évidente. Elle se mesure déjà en chiffres : sur les cent soixante-dix-neuf premiers affiliés, près de 19 % d’entre eux ne se rattachent-ils pas aux associations patronales, avec Alfred Mascuraud, bientôt Ernest Billiet, ou encore Lucien Prevost, président du Cercle républicain, mais grand industriel de son état ?7 Ce dernier, satisfait de constater le primat accordé à l’économique sur le politique, filant la métaphore, ne proclame-t-il pas : « Qu’est-ce en effet que la France, sinon une grande usine, une vaste maison de commerce demandant une direction sûre et expérimentée ? »8. De quoi faire réagir les élus !

22La sémantique rend compte des dissonances. Alors que les alliancistes se donnent à voir comme des « républicains de gauche », Perchot rêve, lui, d’un « parti de gauche et même d’extrême gauche ». Si Mamelet qualifie volontiers le PRDS de parti national (les nationaux par opposition aux internationalistes), l’aile radicale met en exergue la dernière épithète du PRDS, soit le vocable social.

23Les débats instruisent plus précisément des divergences entre membres du parti. Pour prendre deux exemples, l’application des huit heures, ou encore le soutien à la proposition d’assurances sociales, donnent lieu, au congrès de novembre 1921, à de longues diatribes. Les uns, appartenant en général aux milieux d’affaires, émettent de graves réticences envers la loi ou la proposition de loi, en tout cas suggèrent d’importants aménagements. Les autres, majoritairement rattachés au monde parlementaire, soutiennent l’observance des huit heures ou les projets réformistes sur le plan social. Des ordres du jour approbateurs ont finalement été votés, mais, chose rare en ce milieu modéré, on note quelques abstentions.

  • 9 S. Berstein, Histoire du parti radical, tome I, Paris, FNSP, 1980, p. 139 et sv.

24Ensuite, deuxième cause de fragilité, le PRDS est mal dirigé. Le 5 juin 1921, Charles Jonnart, envoyé en mission auprès du Vatican, « confie le drapeau de l’Alliance » à Joseph Noulens, sénateur du Gers, qui a oscillé au cours de sa carrière politique passée entre l’Alliance et le parti valoisien, optant pour celui-ci en 1913, avant de compter parmi les premiers membres du nouveau parti. Le passage de témoin peut être conçu comme une concession faite à l’aile radicale. Mais en 1923, Charles Jonnart, l’homme des démissions, renonce à la présidence de l’Alliance. Joseph Noulens s’écarte. Il faut élire un nouveau président. L’aile conservatrice aurait donné la majorité au sénateur Justin de Selves, mais le tollé fut tel à l’aile gauche et Mamelet menaçant de démissionner, que Antony Ratier, « républicain de la veille », fut finalement élu. Enfin, dernier obstacle, le ralliement des valoisiens s’avère impossible. La conjoncture s’est retournée contre le PRDS. Herriot a reconstruit le parti radical et radical-socialiste et menace les dissidents avant d’excommunier les radicaux du Radical9. Trois principaux objets de dissension séparent en effet membres du parti républicain démocratique et social et valoisiens. La question de la laïcité d’abord. La nomination de Jonnart au Vatican, approuvée par les membres de son parti qui estiment obsolète l’anticléricalisme et s’enorgueillissent même de compter des catholiques en leurs rangs, heurte les radicaux-socialistes. Ces derniers, qui composent avec l’interventionnisme d’État, sont irrités par l’hymne au libéralisme chanté par les amis de Jonnart. Enfin, en politique extérieure, le PRDS critique la diplomatie conduite par Briand puis pratique le suivisme derrière Poincaré, alors que les valoisiens prônent une position inverse. Malgré tout, Albert Mamelet propose aux congressistes du PRDS réunis en novembre 1922

« d’opposer à la concentration des deux blocs antagonistes (bloc de droite allié aux monarchistes et bloc de gauche asservi aux révolutionnaires) celle d’une large concentration des forces républicaines et démocratiques, seule susceptible de maintenir dans son axe la politique républicaine et nationale ».

  • 10 L’Avenir, 22 novembre 1922, 27 juillet et 12 décembre 1923.

25Est-ce de l’aveuglement ? Encore en juillet 1923, dans L’Avenir, journal de l’allianciste Charles Chaumet, alors président du CRICA qui entend relancer une entente entre les républicains de gauche et les radicaux-socialistes derrière Poincaré, Albert Mamelet argumente sur « l’immoralité et l’impuissance de la construction d’un bloc des gauches ». Amer, il est bien obligé de constater à la fin 1923 : « Les deux extrêmes ont tiré profit de l’inorganisation du centre »10.

26Le mot est lancé, mais répond-il à une réalité pour la période 1920-23-24 ? Certes, le PRDS a créé une union entre les républicains de gauche et des radicaux, mais il a échoué à réaliser une véritable concentration républicaine. N’y avait-il pas incompatibilité d’ailleurs avec le bloc national élu en 1919 ? Quoi qu’il en soit, le PRDS, centre virtuel polymorphe, essuie un échec électoral en 1924 (93 élus), alors que le Cartel des gauches l’emporte. Le parti d’Antony Ratier se désagrège, et, en 1926, en revient à la formule d’une Alliance-association.

L’Alliance démocratique, le « parti du centre » ?

  • 11 Ibid., 14 août 1928, L’Union nationale, A. François-Poncet.
  • 12 Congrès de Dijon 1929 et Congrès d’Angers 1930, brochures respectivement conservées à la BN, Fonds (...)

27La troisième tentative centriste réunit des éléments convaincants. De prime abord : une volonté. L’union nationale autour de Poincaré réactualise le projet centriste. André François-Poncet, alors député de la Seine sous l’égide de l’Alliance et un de ses porte-parole les plus écoutés, constate au lendemain des législatives de 1928 : « L’Union nationale, qu’est-ce donc sinon l’affirmation d’un centre qui s’interpose entre les extrêmes ? »11. Il convient de remarquer, au passage, qu’il établit de façon erronée une synonymie entre union nationale et concentration républicaine. Pendant un an, l’élan est freiné. Les radicaux-socialistes se retirent de l’Union nationale et Paul Reynaud, vice-président de l’Alliance et ses amis, en profitent pour faire prévaloir les vertus du bipartisme au congrès de Dijon en 1929. La thèse suscite pourtant un débat passionné. Pierre-Étienne Flandin, autre vice-président de l’Alliance, s’en fait le contempteur. Selon lui, la tactique des deux blocs est créatrice d’affrontements entre Français, d’instabilité gouvernementale, et induit un danger pour la démocratie. Il prône la stratégie de la concentration républicaine au centre. Finalement, sa conception est avalisée par les congressistes réunis à Angers en 193012.

28Il faut cependant attendre deux ans pour passer de la théorie à la pratique. Pourquoi ? Les espoirs semblent se tourner, à tort, vers André Tardieu, partisan, en fait, d’un grand parti conservateur, mais qui occupe l’avant-scène politique avec le « parti du gouvernement ». Bien qu’adhérent à l’Alliance au début des années trente, Tardieu finit par se récuser. Pourtant, Le Temps et L’Avenir mènent campagne en faveur d’une force centrale corollaire de ministères constitués de républicains de gouvernement. De même, au sein de l’Alliance, André François-Poncet, Louis Rollin, et Édouard Grinda, président pendant plusieurs années de la Commission d’assurance et de prévoyance sociales, ministre éphémère du Travail en 1931, plaident pour la constitution « d’un grand parti du centre ». « Il me paraît répondre, expose ce dernier, aux aspirations profondes des Français moyens, ennemis de tous excès ». Finalement, la « pauvre Alliance » tombant en léthargie, Pierre-Étienne Flandin prend le gouvernail. Au congrès extraordinaire de mars 1933, il crée l’Alliance démocratique, « parti autonome des républicains de gauche et des républicains radicaux ». « Il faut rendre aux partis du centre, précise alors le nouveau président de l’Alliance, la force qu’il faut bien constater qu’ils ont momentanément perdue ». Paradoxalement, la constitution du gouvernement unicolore d’Herriot après les élections de 1932 le conforte dans ses idées. Il souhaite rapprocher la nébuleuse modérée et les républicains de gauche des radicaux-socialistes. Peut-être pourrait-on y adjoindre quelques membres aux marges de la Fédération républicaine, encore que Flandin soit ferme : l’Alliance est au centre, la Fédération est à droite. Un fort parti central serait, selon lui, le meilleur garant du maintien des institutions démocratiques face à la menace de la dictature et au danger révolutionnaire. La formule ni réaction, ni révolution est remplacée par ni fascisme, ni communisme.

29Deuxième point important, non seulement les flandinistes entendent recentrer l’Alliance, mais ils souhaitent que le parti soit l’interprète des classes moyennes.

30Le désir de refondation s’accompagne d’un effort de restructuration qu’il n’y a pas lieu de développer ici, afin d’entourer son « état-major » de troupes nombreuses, issues de la « France moyenne ». Flandin, s’adressant à ses amis, déclare :

  • 13 P.-E. Flandin, Un programme d’action pour l’Alliance démocratique, Éditions de l’AD, 1933.

« Je crois que vous pouvez dire que nous sommes le parti du Tiers État », et de préciser : « Nous sommes le parti de ces petits bourgeois, surtout de ces bourgeois de province […]. Nous sommes le parti des ouvriers intelligents qui veulent s’élever par leur travail et leurs vertus […], dédaigneux d’une mystique révolutionnaire […]. C’est aussi le parti de ces paysans laborieux et tenaces […] »13.

31Sont-ce des formules creuses ? Non pas. Pierre-Étienne Flandin, entouré de ses deux vice-présidents Léon Barety et André de Fels, ainsi que d’un nouveau secrétaire général, André Terrasse, encore un agrégé de l’Université, s’efforce à une ouverture à gauche et à un recrutement plus large. La rentrée de la fédération girondine républicaine et radicale dans le giron de l’Alliance en mars 1935 concrétise cette ouverture.

32Par ailleurs, troisième point : la stratégie de la concentration républicaine est appliquée sans faille par le Président de l’Alliance et ses adeptes, la tourmente du 6 février passée, au cours de laquelle des « honnêtes gens », mais aussi quelques éléments troubles, ont extériorisé leur dégoût. Flandin, Barthou, Rollin entrent au cabinet Doumergue, dont ils soutiennent les efforts. Le cabinet où figurent aussi, on le sait, Herriot et Marin, est jugé d’union nationale et républicaine, bref un gouvernement de trêve. Bientôt, la constitution du « front fasciste rouge », soit l’union des socialistes et des communistes, conforte la majorité des alliancistes dans leur croyance en la nécessité d’une entente avec les radicaux et d’un gouvernement de trêve, seul apte à sauver les libertés et les institutions. Au congrès d’Arras, le 4 novembre 1934, Pierre-Étienne Flandin, qui s’adresse aux congressistes en les nommant citoyens, interpellation à connotation de gauche, conclut le débat de politique générale par la déclaration suivante :

  • 14 Congrès d’Arras, brochure retrouvée dans AD Gironde.

« j’enregistre avec bonheur les relations, je pourrais dire cordiales, qui nous unissent maintenant avec le parti radical et radical-socialiste » (applaudissements), et de poursuivre : « je vois là non seulement le résultat d’une œuvre passée, mais surtout le gage d’un avenir meilleur. J’ai, en effet, constamment soutenu qu’il était nécessaire que se dégage dans ce pays une majorité stable, appuyée sur les deux piliers que sont, d’une part, le parti radical et radical-socialiste, et d’autre part l’Alliance démocratique »14.

  • 15 AD, 31 janvier 1936, P.-E. Flandin et le centrisme, et APP, carton B/A 1897.

33Appelé à la présidence du Conseil, Flandin forme lui-même un gouvernement de trêve, s’entourant de représentants de différentes familles républicaines. En janvier 1936, il va même jusqu’à accepter le ministère des Affaires étrangères dans le cabinet du radical Albert Sarraut. Deux autres alliancistes notoires, André Beauguitte et René Besse, respectivement députés de la Meuse et du Lot, reçoivent également des portefeuilles. Une houle soulève alors le comité directeur de l’Alliance. Mis en accusation pour contrevenir aux intérêts de son parti alors que le rassemblement populaire est en marche, Pierre-Étienne Flandin argue de sa fidélité à la stratégie concentrationniste arrêtée à Angers, de son « horreur des coalitions immorales inspirées par la politique des deux blocs », de sa volonté de contrecarrer jusqu’au bout l’affrontement et de sa volonté de faire passer l’intérêt de la nation avant les calculs électoraux. Bref, il semble croire encore à la concentration qui implique la conciliation, à l’existence d’un centre temporisateur15.

  • 16 AD, 13 septembre 1935. Mais il y a l’Europe. AD.

34Est-ce réaliste ? Force est de répondre par la négative pour quatre raisons essentielles et évidentes. La tactique du président de l’Alliance démocratique est combattue, ainsi d’ailleurs que sa politique intérieure (déflation) et extérieure (pacte franco-soviétique) au sein même du parti. Il s’accroche à l’entente avec les radicaux, mais il prône une politique intérieure, en fait, d’inspiration conservatrice, marquée à l’aune du libéralisme tous azimuts, donc de l’anti-étatisation, de l’anti-fonctionnarisme et du sceau de la déflation. Par ailleurs, les flandinistes s’orientent vers un néo-pacifisme qu’ils prétendent conditionné, au moment de l’affaire d’Éthiopie, « par les violences antifascistes des journaux d’extrême gauche »16. Enfin, ne convient-il pas d’avancer que la conjoncture passionnée et conflictuelle des années trente rend irréalisable un fort parti central à vocation de parti-tampon ?

  • 17 P.-É. Flandin, La révolution est inutile, Flammarion, 1937, brochure de 31 pages.

35Le troisième « moment centriste » de l’Alliance achoppe sur le succès du Front populaire. « Je n’ai jamais caché mon hostilité à la politique des deux blocs. In medio stat virtus n’est pas un dicton périmé », persiste à penser Pierre-Étienne Flandin après « l’échec du Front populaire » en 193717.

36L’histoire de l’Alliance démocratique est exemplaire d’une ambition centriste. L’Alliance, avant la Grande Guerre, est, semble-t-il, parvenue à constituer une formation de centre. Pendant l’entre-deux-guerres, elle a tenté d’être le parti du centre. Mais n’existe-t-il pas alors d’autres centres autour du parti radical et radical-socialiste ou autour du parti démocrate populaire ? Par ailleurs, traduisant le glissement droitier bien connu des familles politiques, tout en essayant de se maintenir en un axe central, l’axe des majorités, l’Alliance a opéré une dérive droitière, passant du centre gauche vers le centre droit.

37Il n’empêche. Les alliancistes ont contribué, par trois fois, à corriger le multipartisme en essayant de créer une tripartition des forces politiques. Le centre, ils le conçoivent comme créateur de consensus, à tout le moins obstacle à l’affrontement de deux familles rivales. Cette « troisième force » leur paraît en adéquation avec la démocratie et pour répondre aux aspirations des classes moyennes. Pourtant, la réitération de moments centristes dans l’Alliance prouve, à l’évidence, la difficulté, voire l’impossibilité de créer, dans la continuité, un parti du centre.

  • 18 Se reporter à la communication de S. Berstein, p. 167.

38Il convient, pour finir, d’indiquer quelques pistes explicatives, citons seulement : le clivage hérité de la Révolution18, le tropisme de la bipolarité au moment des élections législatives, la question religieuse facteur de bipolarisation en France, mais également les rivalités de personnalités et l’indiscipline si manifeste dans la mouvance modérée.

Notes

1 La Correspondance agricole et politique, hebdomadaire dirigé par Pallu de la Barrière, 14 mai 1901.

2 Ibid., 26 juillet 1901.

3 Pour plus amples informations concernant cette première partie, se reporter à R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique. Une formation de centre (1901-1920), Rennes, PUR, 2003.

4 L’Alliance républicaine démocratique (ou ARD), 18 août 1907.

5 L. Jacques, Les partis politiques sous la IIIe République, Paris, Sirey, 1913, p. 52.

6 ARD, 6 juillet 1920. La constitution du PRDS.

7 Le Radical, 26 janvier 1920.

8 ARD, 6 juillet 1920.

9 S. Berstein, Histoire du parti radical, tome I, Paris, FNSP, 1980, p. 139 et sv.

10 L’Avenir, 22 novembre 1922, 27 juillet et 12 décembre 1923.

11 Ibid., 14 août 1928, L’Union nationale, A. François-Poncet.

12 Congrès de Dijon 1929 et Congrès d’Angers 1930, brochures respectivement conservées à la BN, Fonds Flandin, carton 31 et bibliothèque du Sénat.

13 P.-E. Flandin, Un programme d’action pour l’Alliance démocratique, Éditions de l’AD, 1933.

14 Congrès d’Arras, brochure retrouvée dans AD Gironde.

15 AD, 31 janvier 1936, P.-E. Flandin et le centrisme, et APP, carton B/A 1897.

16 AD, 13 septembre 1935. Mais il y a l’Europe. AD.

17 P.-É. Flandin, La révolution est inutile, Flammarion, 1937, brochure de 31 pages.

18 Se reporter à la communication de S. Berstein, p. 167.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540