Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

Le briandisme et la Fédération des gauches

Christine Bouneau

Texte intégral

1Le « briandisme » tel qu’on l’envisage communément aujourd’hui correspond principalement à la politique extérieure d’Aristide Briand durant les années 1920.

2Mais, dans l’intitulé, briandisme est accolé à Fédération des gauches ce qui recadre le sujet dans le contexte de la politique intérieure. L’existence de la Fédération des gauches est éphémère, quelques mois seulement, le temps des législatives de 1914. Cependant Briand c’est aussi le renégat pour la gauche c’est-à-dire l’homme de la grève générale qui rompt avec la SFIO en participant dès 1906 au gouvernement Sarrien et qui mène en 1910 une politique très dure vis-à-vis des cheminots grévistes. En politique intérieure à l’origine le briandisme a ainsi une connotation péjorative. Jaurès utilise l’expression pour accuser Briand, qui a formé dès 1909 son premier gouvernement, de « décomposer » les partis afin de les conduire à une sorte de marais, d’entre-deux, à du centrisme. Stricto sensu donc le « moment » correspondant au briandisme et à la Fédération des gauches coïncide avec le moment 1909-1914 et c’est sur cette période que nous allons insister. Néanmoins nous avons élargi le sujet à la période 1906 (première participation au gouvernement Sarrien et donc « rupture » avec la SFIO) 1932 (mort de Briand et élections législatives) afin de voir si au-delà des échecs de la pratique politique il y a vraiment échec du projet politique. Il est alors intéressant de lier les politiques intérieure et extérieure en se demandant si la quête de la paix internationale n’est pas déjà perceptible dans la recherche de la conciliation, de la paix intérieure et sociale aussi bien présente dans la politique d’avant-guerre, durant l’union sacrée et pendant les gouvernements Briand des années 1920. Ainsi au-delà des combinaisons centristes conjoncturelles, existe-t-il une continuité dans le temps et une certaine unité entre politiques intérieure et extérieure ? En bref le briandisme est-il porteur d’un projet politique centriste cohérent ou représente-t-il seulement une pratique politique ?

3Nous verrons d’abord que nous sommes en présence de coalitions du centre par défaut puis nous examinerons leur forte dépendance du moment et enfin nous nuancerons les échecs constatés pour tenter de distinguer un projet centriste cohérent.

Des coalitions du centre par défaut

Des groupes-arlequins ?

  • 1 Alain, Propos d’un Normand, 2844, 2 janvier 1914, Institut Alain, site de l’Association des Amis d (...)
  • 2 Voir Annexe 1.
  • 3 Madeleine Reberioux, La République radicale ? 1898-1914, Le Seuil, 1975, p. 226.

4L’expression de « groupe-arlequin »1 est utilisée par le philosophe Alain à propos de la Fédération des gauches créée le 26 décembre 1913 par Briand qui en est le président mais aussi Barthou et Millerand. Alain ne lui reconnaît pour toute opinion commune que « le mépris des opinions » soulignant bien ainsi la bigarrure du groupe. 121 parlementaires se sont réclamés de cette Fédération ; la composition même du comité directeur montre à la fois l’hétérogénéité et l’orientation au centre2. Madeleine Rebérioux a parlé de « chef-d’œuvre à face de mollusque »3 pour désigner la Fédération des gauches ce qui souligne en même temps son absence de véritable structure.

  • 4 Jean-Jacques Becker, Serge Berstein, Victoire et frustrations 1914-1929, Le Seuil, 1990, p. 312.

5La disparité se retrouve dans la composition des ministères de Briand. Avant-guerre leur composition relève de la coalition avec une orientation de plus en plus modérée jusqu’au poincarisme, ceux de la guerre correspondent à des cabinets d’union sacrée, ceux de l’après-guerre révèlent de savants dosages et on retrouve des gouvernements de concentration. On peut d’ailleurs remarquer que, comme à la veille de la Première Guerre mondiale, à la fin des années 1920, briandisme et poincarisme se rejoignent. S. Berstein et J.-J. Becker remarquent que Poincaré et Briand représentent l’un et l’autre le « centrisme républicain »4. On constate ainsi l’importance de l’homme, or comme Briand n’a pas derrière lui de formation politique, cela le pousse à s’appuyer sur des coalitions qui ne montrent pas très nettement leur positionnement politique.

Des rassemblements qui ne s’affichent pas au centre

  • 5 Propos rapportés par Marius Gabon, rédacteur politique au Temps cité par Bernard Oudin, Aristide B (...)
  • 6 Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés proc (...)
  • 7 Annales de la Chambre des Députés, 9ème législature, session ordinaire de 1909, tome 2, séance du (...)
  • 8 Annales de la Chambre des Députés, 10ème législature, session ordinaire de 1913, tome 1, 21 séance (...)
  • 9 Annales de la Chambre des Députés, 12ème législature, session ordinaire de 1921, tome 1, séance du (...)
  • 10 Annales de la Chambre des Députés, 13ème législature, déclaration au nom du gouvernement, séance d (...)
  • 11 Ainsi le 27 juillet 1909 lors de la communication du gouvernement au moment de la formation de son (...)

6La Fédération des gauches, de par le choix de son nom, en est l’illustration parfaite. Au lendemain de la réorganisation des radicaux et de leur reprise en main par Caillaux (congrès du parti radical et radical-socialiste à Pau les 16-19 octobre 1913) et de leur rapprochement avec les socialistes, Briand éprouve le besoin de se démarquer et de s’affirmer au moins dans les mots à gauche. Ainsi son biographe rapporte son énervement en apprenant la victoire de Caillaux : « Voilà Caillaux chef des gauches. Alors qu’est-ce qu’il est, lui, Briand ? Le chef des droites ? »5. À aucun moment il n’est envisagé pour les Républicains qui sont en train de se répartir en deux groupes, l’un derrière Caillaux, l’autre derrière Briand, de pouvoir appartenir au centre. Pour Briand il s’agit de s’opposer aux radicaux unifiés qui veulent rassembler la gauche. En fait la seule bannière que reconnaisse Briand est celle de « républicain ». Cette notion se veut encore une valeur de gauche même si c’est une sorte de République du centre qui est envisagée quand on lit la première phrase de la profession de foi de la Fédération des gauches : « C’est aux républicains, laïques et démocrates, appartenant à toutes les fractions de notre grand parti, que la Fédération des gauches fait appel »6. Les mots sont identiques dans les déclarations de Briand devant le Parlement ; en 1909, Briand veut s’appuyer avec son gouvernement sur « la force agissante des Républicains. Républicains nous-mêmes, nous plaçons la République au-dessus de toute conception personnelle »7, ce sont « tous les républicains »8 en 1913, ce sont encore en 1921 « tous les républicains, tous les représentants des partis qui se placent sur le terrain de la République avec laquelle s’identifie la France »9, en 1926 ce sont encore « les républicains »10. Ces regroupements par défaut qui rassemblent les plus modérés de la gauche et les modérés les plus progressistes, qui reçoivent les applaudissements tantôt du centre et de la gauche, tantôt du centre et de la droite11 mais presque toujours du centre, se font avant tout autour d’une personnalité.

Autour de l’Endormeur

  • 12 Cité par Georges Bonnefous, Histoire politique de la Troisième République, tome 1, l’avant-guerre (...)
  • 13 Hubert Lagardelle, « Cynisme et décadence. Clemenceau et Briand. Démocratie individualiste et démo (...)

7L’expression est de Caillaux. Celui-ci avait fait allusion à Briand en ces termes montrant que la décadence de la République romaine avait commencé quand la foule avait été complaisante pour « les endormeurs qui n’étaient d’aucun parti, puisqu’ils voulaient les subjuguer tous »12. Barrès, lui, parla de « monstre de souplesse ». Hubert Lagardelle reprend cette idée en parlant de « souplesse féline » et il ajoute « il suffit d’endormir. […] Le cynisme de Briand sera mielleux et corrupteur. Il sera insaisissable, comme ces choses molles qui fuient au toucher »13.

  • 14 Georges Bonnefous, Histoire politique…, op. cit., p. 181 et p. 323.
  • 15 Extrait du discours de Périgueux cité dans Georges Bonnefous, Histoire politique, op. cit., p. 145

8C’est à la fois son évolution sur l’échiquier politique (l’homme de la grève générale, le compagnon de Jaurès au début du siècle, le rapporteur de la loi de séparation des Églises et de l’État, le rapprochement de Poincaré avant la guerre) et sa non appartenance à un parti politique depuis sa rupture avec la SFIO, qui lui donnent ce coté insaisissable et inimitable ou encore « une certaine liberté d’allures »14. Ses discours de Périgueux (10 octobre 1909) et de Saint-Chamond (10 avril 1910) ont clairement montré la place à part qu’il souhaitait occuper en voulant « donner à tous, sans distinction de parti, la liberté à laquelle ils ont droit pour exprimer leurs opinions »15.

  • 16 Madeleine Reberioux insiste pleinement sur ce point dans La République radicale ?, op. cit., p. 13 (...)
  • 17 Oraison funèbre de M. Aristide Briand prononcée à la Chambre des Députés par le Président Fernand (...)

9C’est donc son ascendant personnel – car Briand n’est pas un héritier16 –, sa souplesse mais aussi « cette voix qui, dans les débats, prenait des sonorités magiques »17) auquel il faut ajouter le soutien de grands organes de presse, Le Matin, Le Petit Parisien, qui lui permirent de rassembler autour de lui des formations éparpillées et d’apparaître alors comme une sorte de sauveur.

La forte dépendance du « moment »

  • 18 Hubert Lagardelle, « Cynisme… », op. cit., p. 78.

10En fait le briandisme profite de la situation et occupe le terrain au centre. Hubert Lagardelle remarque que « Briand est l’homme du temps »18.

La « décomposition » des forces politiques et/ou la faillite de la bipolarité ?

11Le briandisme se met en place à la suite de la longue déliquescence de la « France radicale » en 1909-1914, pendant l’Union sacrée (1915-1917), dans le sillage de la décomposition du bloc national (1921-1922) puis de l’émiettement du cartel des gauches (1925-1926).

  • 19 Madeleine Reberioux, La France radicale…, op. cit., p. 138.
  • 20 Georges Bonnefous, Histoire politique…, op. cit., p. 210.

12En effet Madeleine Rebérioux a montré comment Briand entre 1909 et 1914 avait conduit la République radicale « jusqu’au poincarisme, jusqu’au “modérantisme” le plus ambigu »19. Ainsi la formation de son premier ministère en 1909, s’il mécontente les radicaux socialistes qui estiment la part qui leur est réservée insuffisante, rassure le centre et la droite qui le considèrent comme moins agressif que le ministère précédent de Clemenceau. Les mesures prises par le gouvernement Briand au moment de la grève des cheminots en 1910 le font apparaître comme un défenseur de l’ordre et rassurent les modérés. Lors de la formation du deuxième gouvernement Briand, Jaurès accusa Briand « par son jeu de duplicité, de souiller et de décomposer successivement tous les partis de la chambre »20.

  • 21 Rosemonde Sanson, « Barthou et l’Alliance républicaine », dans Michel Papy (dir.), Barthou, un hom (...)

13On a pu voir d’un autre côté comment la Fédération des gauches en 1914 s’était constituée par opposition aux radicaux, quitte à empiéter et à « décomposer » le Parti républicain démocratique « qui s’efface devant la Fédération »21. De même Briand œuvre pour l’élection de Poincaré à la Présidence de la République et récupère alors son ministère en 1913 et en garde l’orientation très centriste rejetée par les radicaux-socialistes.

14De manière plus rapide le briandisme réapparaît après la guerre. Alors que les majorités de Bloc national de 1919 et de Cartel des gauches de 1924 ne parviennent pas à se maintenir au gouvernement on a l’impression que Briand et Poincaré sont les deux sauveurs et alternent leurs gouvernements (cinq gouvernements pour Briand et quatre pour Poincaré). Si ces deux hommes sont aussi présents durant ces années 1920 et occupent le terrain au centre, c’est sans doute qu’au-delà des majorités de droite ou de gauche qui se dégagent aux moments précis des élections législatives à cause d’alliances tactiques, le pays est profondément centriste et radicalisant. C’est ce que montrent les résultats des autres élections (municipales et cantonales de 1919 et sénatoriales de 1920) ou l’ambiguïté même des résultats de 1924 (la gauche l’emporte en sièges et non pas en voix).

15Indubitablement le briandisme correspond à une réalité du moment qui s’inscrit dans la décomposition des partis et la faillite de la bipolarité.

Le poids de la conjoncture

  • 22 Voir Christophe Bellon qui prépare sous la direction de Serge Berstein une thèse sur Aristide Bria (...)
  • 23 Georges Bonnefous note « son discours, nuancé, prudent, et semblant, comme toujours, tâter son aud (...)

16Un certain nombre de grandes questions a marqué durablement le parcours de Briand le rapprochant ou l’opposant aux différentes forces politiques et le rendant insaisissable et inclassable. Parmi celles-ci il y a d’abord la séparation des Églises et de l’État, loi dont il fut le rapporteur et qui lui donna longtemps un blanc-seing auprès des radicaux jusqu’à ce qu’on lui reproche son interprétation trop souple. On a pu dire d’ailleurs que son rôle et son attitude par rapport à cette loi avait été au fondement même de son évolution vers le centrisme22. C’est encore la réforme électorale avec la représentation proportionnelle. Son discours de Périgueux avec la condamnation du scrutin d’arrondissement au travers des « petites mares stagnantes croupissantes » est resté célèbre. Cela ne l’a pas empêché de s’adapter au moment23, en amenant la Chambre à rejeter le principe de la proportionnelle alors qu’elle venait pourtant tout juste de l’adopter (8 novembre 1909), et ce dans un désir de se concilier les radicaux qui y sont opposés. À l’inverse, la défense de la loi de trois ans qui est le thème rassembleur de la Fédération des gauches, l’oppose aux radicaux-socialistes. De même la participation sociale et l’attitude dans les grèves ou encore les rapports avec l’Allemagne et la question de la paix européenne sont des questions sur lesquelles se sont faites mais aussi défaites les coalitions briandistes au gré du moment.

La fragilité des résultats ou les échecs de la pratique politique

  • 24 Voir Christiane Schwarte, Le plan Briand d’Union Européenne : de sa genèse au quai d’Orsay à son é (...)

17Cette dépendance du moment explique en partie les échecs qu’il nous reste à constater. Nous n’insisterons pas sur l’effritement de ses majorités (même s’il sait démissionner à temps comme en 1911 par exemple) et sur le caractère parfois éphémère de certains de ses cabinets ni sur l’échec apparent de la politique extérieure avec « son échec dans la diplomatie des grandes puissances européennes »24. Nous évoquerons seulement l’échec de la Fédération des gauches lors des législatives de 1914. Même si Briand est réélu facilement dans sa circonscription de Saint-Étienne, la Fédération des Gauches enregistre un échec avec seulement 23 élus c’est-à-dire qu’elle n’avait en gros réussi à assurer que la réélection de candidats détenant déjà un siège. La Fédération avait en effet contre elle les radicaux nouvellement unifiés et soutenus par les socialistes (et qui s’opposaient à la loi de trois ans) et la Fédération n’était pas parvenue à mordre sur la droite ou sur les républicains progressistes et modérés, indisposés par la défense laïque et l’impôt sur le revenu.

18L’échec de Briand fut très net aussi dans son projet de participation et de démocratie sociale ébauchée en 1909-1910 autour d’un courant laïque réformiste et syndicaliste. Courant qu’il s’aliéna lors de la grève des cheminots de 1910.

19On sait encore que poussé par de prétendus amis, parmi lesquels Laval et Tardieu, Briand se présenta à la magistrature suprême en 1931, devenant d’ailleurs grâce à sa politique extérieure pacifiste, le candidat de la gauche. Au premier tour il fut distancé par Paul Doumer de 41 voix ce qui était un échec certain et l’amena à retirer aussitôt sa candidature.

20Et pourtant le grand nombre de cabinets, les réapparitions du briandisme chaque fois qu’il y a problème montrent qu’il est perçu comme un recours. La Revue politique et parlementaire d’ailleurs écrivait à la même époque :

  • 25 Extrait cité par Georges Bonnafous, Histoire politique de la troisième République, tome 5, La Répu (...)

« douze fois président du Conseil, et, depuis six ans, au ministère des Affaires étrangères, il détient le record de la navigabilité à travers les écueils parlementaires. Tant de retours, après tant de chutes, ont même fait de lui comme l’éminence grise du régime. À chaque crise, il tient la solution, soit qu’il ait à prendre lui-même le gouvernail, soit qu’il ait à assurer la majorité par sa présence. Indépendant des partis, il semblait donc être, au-dessus de leurs compétitions, le deus ex machina toujours prêt à arranger les choses »25.

21Mais s’agit-il de l’homme, de sa pratique politique ou de ses idées ce qui impliquerait l’existence d’un véritable projet politique ?

Des échecs à nuancer : le briandisme un projet politique centriste ?

La recherche d’un consensus républicain

  • 26 Voir Sylvie Guillaume, Le consensus à la française, Paris, Belin, 2002.
  • 27 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1924.
  • 28 Ibid., 1924.
  • 29 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1902.
  • 30 Ibid. 1902.
  • 31 Barodet, op. cit., Profession de foi de la Fédération des gauches, 1914.
  • 32 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1919.
  • 33 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1924.
  • 34 Ibid., 1924.
  • 35 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1919.
  • 36 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1914.
  • 37 Cité par G. Bonnefous, Histoire politique…, op. cit., tome 1, p. 145.
  • 38 Par exemple dans la déclaration de son troisième ministère en 1913, on peut lire : « entente fécon (...)
  • 39 Voir Annexe 2.

22Une étude même sommaire du discours montre que le consensus républicain est recherché par Briand. À cet égard S. Guillaume a souligné que le consensus26 en France s’était réalisé d’abord autour de la République. Chez Briand le discours se veut rassembleur justement autour de la République, voire de la Nation et de la France avec une identification progressive entre les termes (« si nous sommes de bons Français, nous sommes aussi de bons, sincères et fermes républicains » (1924) et en s’appuyant sur « l’exemple des grands Républicains de la Révolution » comme il le dit en 192427. D’ailleurs toutes ses professions de foi s’achèvent par des « Vive la République » ou « Vive la République démocratique et sociale ». En 1919 il est sur une liste « d’union des républicains », en 1924 à propos de sa « liste républicaine » il déclare concernant ses colistiers : « Républicains de nuances diverses, notre passé atteste la sincérité de nos convictions, explique et justifie notre union »28. Son discours est très largement ouvert à « tous les démocrates sincères »29, « aux amis de la liberté, à quelque nuance de l’opinion républicaine qu’ils appartiennent »30, aux « républicains, laïques et démocrates appartenant à toutes les fractions de notre grand parti »31, aux « républicains de toutes nuances »32, à « toutes les bonnes volontés »33 voire à « tous les bons Français »34 précisément parce que « aujourd’hui, la France et la République s’identifient l’une et l’autre »35. L’idée républicaine chez lui s’identifie à la laïcité, la justice et la liberté. Son discours n’est ni exclusif ni oppositionnel. Mettant l’intérêt général au-dessus de tout il affirme rejeter toute « persécution contre une catégorie quelconque de citoyens »36. Déjà dans le discours de Périgueux (10 octobre 1909) il avait évoqué « l’irrésistible besoin d’union, de concorde et de fraternité ressenti par le pays »37. Ces termes de concorde, union, paix sont récurrents que ce soit dans les professions de foi ou dans les déclarations du cabinet38. Un paragraphe entier est d’ailleurs consacré à la « concorde » dans le programme de la Fédération des gauches qui se présente comme « l’union des Républicains » et constitue un programme d’éducation laïque mais « dégagé de toutes passions et respectueux de toutes les convictions individuelles », de démocratie sociale « avec la possibilité pour le travail et le capital de se pénétrer au lieu de se combattre » et de concorde nationale (autour de la loi de trois ans). Ces mots de « concorde », d’« union » et de « paix » reviennent invariablement dans les professions de foi des députés membres du comité directeur de la Fédération des gauches39.

  • 40 Article sur Briand de Philippe Nivet dans Benoît Yvert (dir.), Premiers ministres et présidents du (...)

23Son action politique est en adéquation avec le discours. Ainsi dès le début du siècle alors qu’il est encore socialiste, son choix pour Jaurès imprégné de républicanisme plutôt que le dogmatisme de Guesde, et surtout son acceptation du millérandisme s’expliquent par son désir de conciliation. De même son entrée dans le gouvernement Sarrien en 1906 comme ministre de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes ne se comprend que par sa volonté de mettre lui-même en œuvre la loi de séparation pour laquelle il avait préconisé une solution « conciliante et humaine »40. Or il entend l’appliquer sans excès, de façon à rendre possible la « paix politique et sociale », ce qu’il s’efforcera de faire encore après la guerre en rétablissant par exemple l’ambassadeur de France auprès du Saint-Siège en 1921 en s’appuyant d’ailleurs sur les forces centristes (les sénateurs du centre gauche et Charles Jonnart de l’Alliance Démocratique nommé ambassadeur).

24On perçoit donc la cohérence du projet politique dans le long terme, peut-on lire une unité politique encore plus forte ?

25La cohérence et l’unité du projet centriste ou l’articulation entre politique intérieure et politique extérieure

  • 41 Annales de la chambre des députés, 14ème législature, session ordinaire, séance du 8 mars 1932, p. (...)

26En fait, il paraît tout à fait artificiel de distinguer la politique intérieure de la politique extérieure car elles participent d’un projet unique. Celui-ci tient en un mot, concorde, synonyme de paix et déjà fortement présent dans le programme de la Fédération des gauches. C’est ce que devait souligner André Tardieu : « à la paix des consciences, à la paix des partis, à la paix des peuples, il a travaillé sans relâche depuis son entrée au Parlement »41.

  • 42 Annales de la chambre des députés, 9ème législature, session ordinaire, séance du 27 juillet 1909, (...)
  • 43 Barodet, Profession de foi de la Fédération des gauches, 1914, p. VII.

27Ainsi le briandisme pacifique de l’entre-deux-guerres est perceptible et présent déjà dans la période d’avant-guerre. Dès la déclaration de son premier gouvernement en 1909 il affirme vouloir « garantir la paix du monde » et ce dans « un esprit de conciliation »42. Or la loi de trois ans que soutient la Fédération des gauches n’est pas antithétique avec la paix bien au contraire car une défense nationale fortement organisée doit contribuer « au maintien de la paix du monde »43.

28On sait que cette recherche de la paix chez Briand n’est possible que dans le cadre de la République et du consensus républicain et est indissociable de la négociation, de la conciliation et de la sécurité collective.

  • 44 François Furet, Jacques Julliard, Pierre Rosanvallon, La République du centre, Calmann-Lévy, 1988, (...)

29Briand pourrait donc représenter une sorte de centrisme philosophique. Il faudrait en effet, en s’appuyant sur La République du centre, opérer une distinction entre un centrisme politique (avec le recours à la concentration) dont relève sa pratique et qui aboutit à de fragiles résultats sinon à des échecs et un centrisme philosophique ou idéaliste dont relève son projet ou son idéal politique et dont l’échec est peut-être à relativiser. En effet la politique de Briand ne serait pas uniquement un juste-milieu un peu mou comme pourrait le laisser croire sa souplesse apparente. Il serait profondément persuadé que dans n’importe quelle situation y compris conflictuelle (la loi de séparation constitue sa première expérience en la matière) aucun des camps en présence n’a entièrement raison ou totalement tort. Ennemi de tout dogmatisme il serait persuadé de « l’impossibilité de parvenir dans le champ politique à une vérité une »44 d’où son relativisme et sa propension à une recherche profonde de conciliation. Dans ce cas on peut se demander ce que devient alors son projet politique.

Le briandisme a-t-il survécu à Briand ?

  • 45 Annales de la Chambre des Députés, 14ème législature, session ordinaire, séance du 11 mars 1932, p (...)

30Briand a non seulement eu des obsèques nationales mais encore a bien « mérité de la patrie », mesure adoptée à l’unanimité des votants. On pourra noter d’ailleurs que c’est le parlementaire Nast au nom du centre qui fit « appel à tous pour que par-dessus les préoccupations de partis » l’union se fasse sur le nom d’Aristide Briand45.

  • 46 Barodet, op. cit., Profession de foi de Nast, 1932.

31Lors des législatives de 1932 son successeur dans la troisième circonscription de Nantes, Armand Duez, est un républicain de gauche répudiant toutes les intolérances. Non content de rendre un hommage appuyé à l’apôtre de la paix, il s’inscrit pleinement dans son sillage dans son programme et dans son exhortation finale : « Paix à l’extérieur ! Paix à l’intérieur ! Vive la République ! »46.

  • 47 La rubrique complète est ainsi libellée : « organisation de la paix. Continuation de la politique (...)

32De même le rapport fait par la commission pour la publication des programmes électoraux de 1932, indique que 42 députés élus se sont réclamés directement de la « continuation de la politique de Briand ». La plupart sont à gauche puisque 43 % sont socialistes et 33,5 % sont radicaux-socialistes ; les autres se répartissent entre républicains-socialistes, républicains de gauche, radicaux et radicaux indépendants. Mais il faut remarquer qu’il s’agit essentiellement de la politique extérieure et donc de l’organisation de la paix auxquels font allusion les députés47. Ainsi d’emblée, dans son héritage, il y a une assimilation entre briandisme et pacifisme. Pourtant le briandisme en tant que décomposition de la vie politique ne se retrouve-t-il pas bien après sous la Quatrième République ?

33Néanmoins le briandisme dans son unité (conciliation ou consensus en politique intérieure et extérieure) semble assez pionnier. Comme on l’a vu, il dépasse un simple centrisme politique. Il pourrait aspirer en effet à un centrisme philosophique (ou une philosophie du centre ?) synonyme de relativisme philosophique, à la base même de l’attitude démocratique et aujourd’hui accepté par la plupart des partis politiques. C’est en ce sens que Briand est parfois insaisissable en son temps (parce que cette forme de centrisme n’était peut-être pas intériorisée par les partis politiques) même si indéniablement il a marqué près d’un quart de siècle, traduisant sans doute les aspirations du pays.

  • 48 Georges Bonnafous écrit ainsi : « Une perpétuelle cigarette pendante au coin des lèvres, une démar (...)

34Le briandisme semble bien être un centrisme qui ne s’avoue pas. Pourtant fondamentalement et peut-être inconsciemment, il y a chez Briand un tropisme du centrisme liée précisément à sa propre personnalité (voix, mains, moustache… mollesse de la physionomie48). Cependant cette forme de centrisme est aussi très fortement ancrée à un ou des moments même s’il les dépasse.

35Dans le bilan à court terme les aspects négatifs l’emportent y compris en politique extérieure, avec le déclenchement du second conflit mondial, sept ans après la mort de l’apôtre de la paix.

  • 49 « Les 2 sources de J. Chirac », Le Nouvel Observateur, no 2004, 3 avril 2003.

36Mais dans le long terme, idées et pratique ressurgissent notamment dans la troisième Force qui occupe le terrain après la décomposition du tripartisme et est aussi confrontée à la mise en place de la paix européenne. Si, après sa mort, la gauche pacifiste s’est réclamée du Nobel de la Paix, oubliant le renégat du briandisme du début du siècle, il est curieux de voir aujourd’hui le Président J. Chirac érigé en héritier ou semi-héritier de Briand. En effet le Nouvel Observateur évoquait le « gaullo-briandisme » de J. Chirac, à propos de son attitude en Irak soulignant bien ainsi sa faculté de réunir autour de lui « une quasi-unanimité nationale »49, sorte de consensus républicain à un moment où la pertinence des projets et des forces politiques s’émoussent…

Annexes

Annexe 1 - Comité directeur de la Fédération des gauches

Appartenance à un groupe parlementaire selon le « Trombinoscope » de 1914, Archives de l’Assemblée Nationale.

Députés. Sénateurs.

Aristide BRIAND : (Loire) N’appartient à aucun groupe. Président de la Fédération des gauches.

Louis BARTHOU : (Basses-Pyrénées) Républicain de gauche. Vice-président.

Alexandre MILLERAND : (Seine) Union républicaine radicale et socialiste. Vice-président.

L. L. KLOTZ : (Somme) Union républicaine radicale et socialiste. Vice-président.

François-Alcide POIRRIER : (Seine) Union républicaine. Vice-président.

Victor LOURTIES : (Landes) Union républicaine. Vice-président.

Adolphe MAUJAN : (Seine) gauche démocratique. Vice-président.

Henry CHERON : (Calvados) Union républicaine. Secrétaire général.

Charles CHAUMET : (Gironde) Républicain de gauche. Secrétaire général adjoint.

Anthony RATIER : (Indre) Union républicaine. Trésorier.

Albert PEYRONNET : (Allier) Gauche démocratique. Trésorier adjoint.

Léon BARBIER : (Seine) Gauche démocratique.

Pierre BAUDIN : (Ain) Gauche démocratique.

Henry BERENGER : (Guadeloupe) Gauche démocratique.

Eugène GUERIN : (Ille-et-Vilaine) Gauche républicaine.

Jean MOREL : (Loire) Gauche démocratique.

Paul BENAZET : (Indre) Gauche radicale.

Paul BIGNON : (Seine Inférieure) Républicain de gauche.

Paul BOURELY : (Ardèche) Union républicaine radicale et socialiste.

DELAROCHE-VERNET : (Loire inférieure) n’appartient à aucun groupe.

DELPIERRE : (Oise) Gauche radicale.

ETIENNE : (Oran) Républicain de gauche.

Marc FRAYSSINET : non réélu en 1914.

GUIST’HAU : (Loire inférieure) n’appartient à aucun groupe.

André HONNORAT : (Basses-Alpes) Gauche radicale.

Adolphe LANDRY : (Corse) Union républicaine radicale et socialiste.

Charles LEBOUCQ : (Seine) Union républicaine radicale et socialiste.

MUTEAU : (Côte-d’Or) n’a pas été élu en 1914.

Joseph REINACH : (Basses-Alpes) n’a pas été élu en 1914.

RODEN : (Pas-de-Calais) républicain de gauche.

Jules SIEGFRIED : (Seine inférieure) républicain de gauche.

FORESTIER : conseiller du commerce extérieur de la France.

DEFFES : préfet honoraire.

Henri LILLAZ : industriel.

Annexe 2

Étude du champ sémantique de la concorde dans les professions de foi de 1914 des membres du comité directeur de la Fédération des gauches

BARTHOU : « paix sociale » ; « fin des vaines querelles » ; « union étroite des Français […] au-dedans et au-dehors » ; « concilier ».

MILLERAND : « en-dehors et au-dessus de leurs compétitions » ; « républicains sincères ».

KLOTZ : « associer » ; « prévenir leurs conflits » ; « maintien d’une paix voulue, mais non subie » ; « sans provocation comme sans faiblesse » (à propos de la laïcité) ; « concorde entre les citoyens » ; « union de tous les républicains ».

CHAUMET : « la chose de tous » (la République) ; « association des citoyens » ; « solidarité sociale » ; « concorde nationale ».

BENAZET : « politique d’entente » ; « pour la paix » ; « solidarité sociale » ; « concorde républicaine »

BIGNON : « souple comme les idées et comme la vie » (régime républicain) ; « ennemi de tout sectarisme » ; « à l’abri de cette paix française raisonnée, puissante et calme » ; « au-dessus des conflits éphémères des hommes » ; « au-dessus des individus et des régimes ».

BOURELY : « idéal commun ».

DELAROCHE-VERNET : « communauté d’idées et de vues avec l’ensemble des républicains » ; « il ne faut pas que les républicains soient divisés » ; « il ne faut pas que les pensées de haine, les passions tyranniques entravent l’aboutissement des réformes et la marche du progrès » ; « il faut en notre démocratie que la saine discussion se substitue à l’injure » ; « paix et tranquillité ».

DELPIERRE : « je saurai m’élever au-dessus de toutes les coteries et de la surenchère ».

ETIENNE : « je me donnerai tout entier à l’œuvre de concorde, d’entente, d’union entre tous les républicains » ; « garantie de la paix » ; « reconstituer les forces éparses là où il y a division » ; « fortifier la concentration là où elle existe ».

GUIST’HAU : « collaboration cordiale et confiante ».

HONNORAT : « paix du monde » ; « concorde et union entre les citoyens ».

LANDRY : « respect le plus scrupuleux des opinions et des droits de chacun » ; « j’ai toujours combattu les tendances anarchiques et répudié toute surenchère » ; « réaliser vos vœux dans la mesure du juste et du possible ».

LEBOUCQ : « je respecte toutes les croyances, toutes les opinions dont la manifestation ne trouble pas l’ordre public » ; « programme d’union et de concorde républicaine », « appel à tous les bons républicains » ; « ouvert à tous mes électeurs, sans distinction d’opinions ni de préférences politiques ».

RODEN : « au-dessus des luttes et des surenchères politiques » ; « collaboration loyale des Français ».

SIEGFRIED : « détente générale » ; « entente internationale ».

Notes

1 Alain, Propos d’un Normand, 2844, 2 janvier 1914, Institut Alain, site de l’Association des Amis d’Alain, alinalia.free.fr/txt1914.htm.

2 Voir Annexe 1.

3 Madeleine Reberioux, La République radicale ? 1898-1914, Le Seuil, 1975, p. 226.

4 Jean-Jacques Becker, Serge Berstein, Victoire et frustrations 1914-1929, Le Seuil, 1990, p. 312.

5 Propos rapportés par Marius Gabon, rédacteur politique au Temps cité par Bernard Oudin, Aristide Briand, biographie. La paix une idée neuve en Europe, R. Laffont, 1987, p. 244.

6 Barodet, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés proclamés élus à la suite des élections générales de 1914, Profession de foi de la Fédération des Gauches, Paris, Imprimerie de la chambre des députés. Le Barodet et Les Annales de la Chambre des Députés ont été consultés aux Archives de l’Assemblée nationale.

7 Annales de la Chambre des Députés, 9ème législature, session ordinaire de 1909, tome 2, séance du 27 juillet 1909, p. 1536.

8 Annales de la Chambre des Députés, 10ème législature, session ordinaire de 1913, tome 1, 21 séance du 1913, p. 32.

9 Annales de la Chambre des Députés, 12ème législature, session ordinaire de 1921, tome 1, séance du 20 janvier 1921, p. 14.

10 Annales de la Chambre des Députés, 13ème législature, déclaration au nom du gouvernement, séance du 18 mars 1926, p. 1160.

11 Ainsi le 27 juillet 1909 lors de la communication du gouvernement au moment de la formation de son premier ministère, les applaudissements du centre se mêlent à ceux de la gauche et même à ceux de certains bancs de l’extrême gauche ; le 8 novembre 1910 lors de la formation de son deuxième ministère ce ne sont plus que des applaudissements au centre et à gauche, des interruptions viennent de l’extrême gauche. En 1913, de nombreux « très bien » et « applaudissements » sans autre précision ou venant uniquement du « centre ». Pendant la guerre il n’y a pas de véritables précisions où il reçoit des applaudissements de tous les bancs. Le 20 janvier 1921, le début de son discours est applaudi à la fois par la gauche, la droite et le centre tandis qu’à la fin ceux de gauche et du centre se mêlent encore. Même chose lors de la séance du 2 décembre 1925 où l’entrée en séance de Briand est accueillie par de « vifs applaudissements à gauche et au centre » tandis que les députés de ces mêmes bancs se lèvent. Au cours de la séance du 18 mars 1926, il est applaudi par le centre et la gauche voire par quelques bancs sur la droite concernant la politique extérieure mais pour sa politique intérieure (sur le budget) les « très bien ! très bien » ne viennent que du centre. Le 29 juin 1926, lors de la présentation de son cabinet les applaudissements du centre et de la gauche se rejoignent. Le 31 juillet 1929, pour son onzième et dernier ministère les applaudissements du centre se mêlent à ceux de droite. Établi d’après les Annales de la Chambre des Députés.

12 Cité par Georges Bonnefous, Histoire politique de la Troisième République, tome 1, l’avant-guerre 1906-1914, PUF, 1956, p. 373.

13 Hubert Lagardelle, « Cynisme et décadence. Clemenceau et Briand. Démocratie individualiste et démocratie sociale. La corruption réformiste », Le Mouvement Socialiste, juillet-août 1909, p. 79.

14 Georges Bonnefous, Histoire politique…, op. cit., p. 181 et p. 323.

15 Extrait du discours de Périgueux cité dans Georges Bonnefous, Histoire politique, op. cit., p. 145.

16 Madeleine Reberioux insiste pleinement sur ce point dans La République radicale ?, op. cit., p. 138.

17 Oraison funèbre de M. Aristide Briand prononcée à la Chambre des Députés par le Président Fernand Bouisson, Annales de la Chambre des Députés, 14ème législature, séance ordinaire de 1932, tome 2, séance du 8 mars 1932, p. 1078.

18 Hubert Lagardelle, « Cynisme… », op. cit., p. 78.

19 Madeleine Reberioux, La France radicale…, op. cit., p. 138.

20 Georges Bonnefous, Histoire politique…, op. cit., p. 210.

21 Rosemonde Sanson, « Barthou et l’Alliance républicaine », dans Michel Papy (dir.), Barthou, un homme, une époque, J & D Éditions, 1986, p. 111.

22 Voir Christophe Bellon qui prépare sous la direction de Serge Berstein une thèse sur Aristide Briand et la délibération parlementaire (1902-1932) principalement à travers la question religieuse. Voir aussi son mémoire de DEA Aristide Briand et la naissance d’un centrisme politique (1905-1914), octobre 2000.

23 Georges Bonnefous note « son discours, nuancé, prudent, et semblant, comme toujours, tâter son auditoire, avant de se diriger vers la résolution qu’il avait choisie » dans Histoire politique…, op. cit., p. 152.

24 Voir Christiane Schwarte, Le plan Briand d’Union Européenne : de sa genèse au quai d’Orsay à son échec dans la diplomatie des grandes puissances européennes (1929-1931), thèse d’histoire soutenue le 16 mai 2003 à l’IEP de Paris sous la direction de Maurice Vaïsse.

25 Extrait cité par Georges Bonnafous, Histoire politique de la troisième République, tome 5, La République en danger : des ligues au Front populaire (1930-1936), PUF, 1962, p. 85.

26 Voir Sylvie Guillaume, Le consensus à la française, Paris, Belin, 2002.

27 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1924.

28 Ibid., 1924.

29 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1902.

30 Ibid. 1902.

31 Barodet, op. cit., Profession de foi de la Fédération des gauches, 1914.

32 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1919.

33 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1924.

34 Ibid., 1924.

35 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1919.

36 Barodet, op. cit., Profession de foi de Briand, 1914.

37 Cité par G. Bonnefous, Histoire politique…, op. cit., tome 1, p. 145.

38 Par exemple dans la déclaration de son troisième ministère en 1913, on peut lire : « entente féconde de tous les républicains », « union étroite et solidaire de tous les Français », « accord des républicains », « entente loyale et confiante », « bienfaits de la paix française », laïcité « sans provocation et sans violence », « dédaigner les querelles des personnes ; réunir en un faisceau vigoureusement lié toutes les forces républicaines », « au service de la paix du monde ». D’après Annales de la Chambre des Députés, 10ème législature, session ordinaire de 1913, séance du 21 janvier 1913.

39 Voir Annexe 2.

40 Article sur Briand de Philippe Nivet dans Benoît Yvert (dir.), Premiers ministres et présidents du conseil depuis 1815, Paris, Perrin, 2002.

41 Annales de la chambre des députés, 14ème législature, session ordinaire, séance du 8 mars 1932, p. 1078.

42 Annales de la chambre des députés, 9ème législature, session ordinaire, séance du 27 juillet 1909, p. 1535.

43 Barodet, Profession de foi de la Fédération des gauches, 1914, p. VII.

44 François Furet, Jacques Julliard, Pierre Rosanvallon, La République du centre, Calmann-Lévy, 1988, p. 109.

45 Annales de la Chambre des Députés, 14ème législature, session ordinaire, séance du 11 mars 1932, p. 1256.

46 Barodet, op. cit., Profession de foi de Nast, 1932.

47 La rubrique complète est ainsi libellée : « organisation de la paix. Continuation de la politique de Briand. Conciliation » comprise dans le chapitre « Paix » dans Barodet, Rapport fait au nom de la commission chargée de réunir et de publier les programmes et engagements électoraux des candidats aux élections législatives des 1er et 8 mai 1932 par Théodore Valensi.

48 Georges Bonnafous écrit ainsi : « Une perpétuelle cigarette pendante au coin des lèvres, une démarche traînante, une abondante chevelure d’artiste, une grosse moustache embroussaillée, mais des mains admirables, une voix profonde, une éloquence rarement égalée, qui le faisait écouter de ses plus farouches adversaires » dans Histoire politique…, op. cit., tome 5, p. 113.

49 « Les 2 sources de J. Chirac », Le Nouvel Observateur, no 2004, 3 avril 2003.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540