Version classiqueVersion mobile

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

De l’« esprit nouveau » au « progressisme »

Jean-Marie Mayeur

Texte intégral

  • 1 Voir Jean El-Gammal, « Un préralliement : Raoul-Duval et la Droite républicaine », Revue d’histoir (...)

1Dans un inventaire des « moments » du centrisme, il est indispensable de revenir à ces années politiquement assez confuses, en apparence, qui vont des élections de 1889 à la chute de Méline, gouvernement au centre soutenu par la droite, aux lendemains des élections de 1898. Sans y insister, esquissons la toile de fond. Première donnée : l’échec du boulangisme, la résistance républicaine, convainquent certaines personnalités de la droite, dans le monde bonapartiste et orléaniste, de la nécessité de l’acceptation des institutions républicaines. Il suffit de rappeler l’initiative dès 1886 de Raoul Duval1, un bonapartiste, et l’évolution d’orléanistes de centre droit comme Jacques Piou. Ils sont confortés dans leurs analyses par l’invite au ralliement formulé par le pape Léon XIII. Certes, certains conservateurs libéraux comme Denys Cochin n’acceptent pas la République et se bornent à mettre la question du régime entre parenthèses, d’autres, comme le comte d’Haussonville, autre grand nom de l’orléanisme, figurent, parmi les « réfractaires » au ralliement, aux côtés de la droite autoritaire à la Cassagnac, ou intransigeante de tradition légitimiste. Il reste qu’une partie de la droite accepte la stratégie du ralliement, une entente avec les « honnêtes gens », comme dit Rome, c’est-à-dire les républicains modérés, attachés au respect de l’Église et du concordat, attachés à l’ordre social.

  • 2 Correspondance 1870-1924, lettre à madame P. Cambon, p. 255-256. Saisi d’une démarche de l’orléani (...)
  • 3 L’évolution de la Troisième République, Hachette, 1921, p. 125.

2Au sein du monde des républicains modérés, des républicains de gouvernement, venus du gambettisme, du ferrysme, du centre gauche, monte l’inquiétude devant la montée de l’agitation sociale et du socialisme, auquel, on l’oublie trop, est associé le radicalisme. Ferry souhaite « ouvrir la République ». Les fidèles de Gambetta, un Joseph Reinach, un Spuller, restent attachés à son rêve : la naissance d’un parti conservateur dans la République, parti tory indispensable au système bipartisan qui donnerait une stabilité au régime. Ils approuvèrent la tentative de Raoul-Duval de « droite républicaine ». Elle avorta. En 1890 Jacques Piou fonda le groupe parlementaire de la Droite constitutionnelle, qui prit trois ans plus tard le nom de Droite républicaine à la veille des élections législatives. À leurs yeux, la droite conservatrice ralliée pourrait constituer un centre droit. Dès les lendemains des élections difficiles de 1885, l’ancien préfet de Thiers, alors ministre résident à Tunis, Paul Cambon évoquait « cette fameuse conjonction des centres que nous poursuivions en 1873 »2. L’adjectif suggère bien et la force persistante de l’aspiration et la difficulté de la réalisation. Passée la crise boulangiste, aux élections de 1889, de 1893, de 1898, les républicains de gouvernement dominent la chambre : « il y a ici une majorité de 300 républicains, s’écrie Deschanel le 20 novembre 1894, qui sont également résolus à défendre la République contre ses adversaires et l’œuvre sociale de la Révolution française contre le collectivisme », mais ces hommes de centre, divisés sur les alliances et les orientations, ne sont pas unanimes à chercher un appoint au centre droit. Comme l’exprima avec sa sobre lucidité Seignobos, les républicains se partagent entre deux politiques « l’apaisement », c’est la conciliation avec les conservateurs catholiques, la « concentration républicaine », c’est l’entente avec l’extrême gauche radicale (plus tard socialiste)3.

  • 4 On l’a présenté dans Commentaire, « La Révolution française est un bloc… » printemps 1989, p. 145- (...)

3Deux épisodes de la vie parlementaire, et toute cette histoire de centres est d’abord une histoire parlementaire, peuvent être évoqués pour éclairer les enjeux, sans se perdre dans le récit bien connu de l’histoire politique de la période. Revenons donc aux débats du 29 janvier 1891 sur4 le Thermidor de Victorien Sardou et du 3 mars 1894 où Spuller annonça l’avènement d’« un esprit nouveau ». Face à des incidents dûs à des manifestants d’extrême gauche à la seconde manifestation de Thermidor le 26 janvier 1891, le ministre de l’Intérieur Constans fait suspendre les représentations, susceptibles de créer des troubles. Trois républicains modérés Joseph Reinach, Henry Fouquier et Francis Charmes, déposent une interpellation sur les mesures que le gouvernement compte prendre « pour assurer à la fois l’ordre public et la liberté de l’art dramatique ». Fouquier défend l’œuvre dirigée contre Robespierre et dont le héros est un dantoniste. S’appuyant sur Quinet et Michelet, Fouquier affirme : « la République, c’est la liberté ; Robespierre c’est le despotisme ». Il refuse l’interdiction de Thermidor. « Le commencement de la sagesse républicaine en 1891 n’est pas la superstition de la Terreur de 93 » dit-il, approuvé sur divers bancs au centre. Joseph Reinach dit avoir « le culte de la Révolution française », mais il ne confond pas « les hommes de cœur, les patriotes incomparables qui ont fondé la liberté en France et dans le monde » et les hommes « qui ont fait peser sur ce pays pendant de longs mois, la plus effroyable et la plus odieuse des tyrannies ». Aux applaudissements sur divers bancs au centre et à droite répond le bruit à gauche. Reinach soutient le gouvernement – Freycinet depuis le 17 mars 1890 est à la tête d’un gouvernement de « concentration », c’est-à-dire qui associe républicains de gouvernement et radicaux modérés – mais lui reproche de « ne pas se préoccuper de l’interprétation » de l’interdiction. Applaudi au centre et à droite, il reproche à celle-ci de ne pas permettre de jouer « ce Tartuffe politique qui s’appelait Robespierre et d’y proclamer les sentiments éternels de la tolérance et de la liberté ». Après avoir rendu hommage aux dantonistes, à Camille Desmoulins, aux thermidoriens, il rappelle le gouvernement à son devoir : « être à la fois le gardien de l’ordre et de la liberté ». On sait la réponse célèbre de Clemenceau : « la Révolution française est un bloc », et l’affirmation de la présence de la Révolution au cœur du présent « cette admirable Révolution par qui nous sommes n’est pas finie, c’est qu’elle dure encore, c’est que nous en sommes encore les acteurs, c’est que ce sont toujours les mêmes hommes qui se trouvent aux prises avec les mêmes ennemis […] Vous êtes demeurés les mêmes ; nous n’avons pas changé. Il faut donc que la lutte dure jusqu’à ce que la victoire soit définitive ». Freycinet sut habilement faire autour de l’ordre du jour pur et simple l’unité du « parti républicain », voté par 307 voix contre 184. Dans la majorité se retrouvaient les auteurs de l’interpellation et Clemenceau et ses amis. Une trentaine d’abstentionnistes marquèrent un scrutin équivoque, socialistes, bonapartistes, modérés comme Poincaré et Deschanel, représentants des nouvelles générations républicaines qui n’avaient pas vécu les luttes pour la République.

4Le débat témoigne de manière extraordinaire, du poids de l’histoire dans le débat politique français. Il éclaire aussi et annonce, les difficultés du centre en ces années. En effet, au long de la discussion, on sent fortement que le conflit est intérieur à la gauche modérée. La ligne de clivage ne passe pas entre les radicaux et les républicains de gouvernement, comme parfois on le dit. Elle passe au sein même des républicains de gouvernement, et oppose ceux qui sont aussi des libéraux, n’excluant pas quelque entente avec les libéraux du centre droit venu du camp monarchiste, et ceux des républicains de gouvernement, à l’image de Georges Leygues et de Freycinet, qui ne veulent pas se couper des radicaux, de l’ensemble de la gauche. On mesure alors le sens de ce débat sur la Révolution : faire de celle-ci un bloc conduit à couper la voie à toute entente à une droite ralliée, à toute conjonction des centres. Distinguer l789 et l793 au contraire permet un reclassement politique, dès lors du moins qu’une partie de la droite accepte l789, c’est-à-dire un libéralisme politique inséparable en France de la laïcité née de la Révolution. Ce recentrage est d’autant plus difficile que tous les ralliés n’acceptent pas, même comme une hypothèse, les lois laïques, et que tous les libéraux n’acceptent pas le régime républicain.

  • 5 Lamennais, Étude d’histoire politique et religieuse, Hachette, 1892 XX, 361 p.
  • 6 Alcan, 1893, XXXVI, 332 p.

5Un deuxième débat permet d’approfondir l’analyse, celui du 3 mars 1894, où Spuller, ministre de l’Instruction publique des Beaux-arts et des Cultes de Jean Casimir-Perier évoque l’« esprit nouveau ». Le terme est repris du titre du dernier livre d’Edgar Quinet dont Spuller avait donné un compte rendu dans La République française du 23 novembre 1874. Spuller avait accueilli avec sympathie le ralliement et publié en 1892 un livre sur Lamennais5, en 1893 un livre sur l’Évolution politique et sociale de l’Église6, où il reprenait des articles de La République française. En 1895 il consacre un ouvrage à Royer-Collard, figure exemplaire du centre. Spuller était saisi d’une question de Denys Cochin à propos de l’arrêté du maire de Saint-Denis interdisant « sur la voie publique les cérémonies ayant un caractère religieux, l’exhibition d’emblèmes servant à ces différents cultes ». Le conseil d’État, toutes sections réunies, avait justifié le premier point de l’arrêté par l’article 45 des articles organiques : « aucune cérémonie religieuse n’aura lieu hors des édifices consacrés au culte catholique, dans les villes où il y a des temples destinés à différents cultes ». En revanche le conseil jugeait acceptable le port des emblèmes. Spuller voulut dire à cette occasion qu’il était temps de faire prévaloir, en matière religieuse, un véritable esprit de tolérance éclairée, ajoutant : « il est absurde, dans une société bien réglée, qu’on se dispute à propos d’emblèmes religieux ». Vint le passage décisif : « il est temps de lutter contre tous les fanatismes, quels qu’ils soient, contre tous les sectaires, à quelque secte qu’ils appartiennent », propos enveloppé qui vise à côté du cléricalisme, le socialisme. Il ajoutait : « vous pouvez compter à la fois et sur la vigilance du gouvernement pour maintenir les droits de l’État, et sur l’esprit nouveau qui l’anime »… Aux applaudissements répétés au centre et à droite, répondirent les interruptions à l’extrême gauche. Le ministre put enfin poursuivre, définir l’esprit nouveau « qui tend, dans une société aussi troublée que celle-ci à ramener tous les Français autour des idées de bon sens de justice et de charité qui sont nécessaires à toute société qui veut vivre ».

6Le radical Henri Brisson demanda à transformer la question en interpellation. Le président du conseil Casimir-Perier accepta la discussion immédiate. Spuller dut à nouveau s’expliquer : « cet esprit nouveau, le voici : c’est qu’au lieu de la guerre mesquine, tracassière, vexatoire… », Protestations à l’extrême gauche. Applaudissements au centre. Les interruptions fusent. « Vous insultez à la mémoire de Ferry » s’écrie Pelletan, « le gouvernement est devenu clérical » affirme Chauvin, député socialiste de la 5ème circonscription de Saint-Denis. Reprenant la parole, Spuller affirme qu’à une situation nouvelle, « il faut une politique nouvelle, un esprit nouveau », il n’est pas « un esprit de faiblesse », mais « un esprit haut et large de tolérance de rénovation intellectuelle et morale », avouant « il n’y a rien à quoi je n’aie plus réfléchi depuis sept ou huit ans ». Interrompu à gauche, il insiste : « je regarde la politique de la démocratie républicaine comme se trouvant dès ce jour et nécessairement engagée par la force des choses dans une voie différente ». Accusé par René Goblet de « pacte avec l’Église », il affirme qu’« au moment où l’Église se rapproche de la démocratie », il serait dangereux pour la République que l’Église puisse prétendre qu’elle est persécutée. Apparaît ici la crainte chez les libéraux d’une entente entre l’Église et le peuple et d’une nouvelle théocratie sociale. Dans sa conclusion, Spuller affirme que l’« ancienne politique » a trop souvent prêté le flanc à des accusations d’atteinte à la liberté de conscience. Exclamations sur divers bancs à gauche, applaudissements à gauche, au centre et à droite.

7La division de la gauche est significative. Elle illustre une fois encore que les républicains de gouvernement, les républicains modérés sont partagés entre deux stratégies. Les uns ne veulent pas se couper du reste du « parti républicain ». Ils restent attachés aux formules de « concentration », qui associent au gouvernement l’aile modérée des radicaux la gauche radicale. Les autres veulent rompre avec les radicaux proches des socialistes. Ils souhaitent un gouvernement au centre qui accueille, au sein d’une République « ouverte » et à la faveur d’un climat d’« apaisement », une partie de la droite, celle qui se dit désormais républicaine.

  • 7 Il s’inspire de la manière de jurisprudence fondée par Rouvier lors de la formation du gouvernemen (...)
  • 8 Association nationale républicaine. Discours politique prononcé à Bayonne le 3 octobre 1897 par M. (...)

8La difficulté au sein même de la majorité modérée à accepter cette « politique nouvelle » et cet « esprit nouveau » chers à Spuller, expliquent l’instabilité ministérielle de la première partie de la législature de 1893. Après ces péripéties et la levée de l’hypothèque radicale représentée par le gouvernement Bourgeois, s’ouvre le long gouvernement Méline (29 avril 1896-15 juin 1898) le plus long ministère depuis le début du régime. Il élargit sa majorité de la conjonction des centres au soutien porté par la grande majorité de la droite, même non ralliée, hormis une frange proprement « réactionnaire » Le parti radical évoque le « péril clérical ». Selon les mots de Méline dans son discours à Remiremont le 10 octobre 1897 : « le cléricalisme est devenue la grande plate-forme électorale du parti radical… ». Toutes les fois qu’il se voit dans l’embarras et qu’il se sent serré de trop près par les socialistes, il fait surgir le spectre clérical. Les radicaux exploitent « les mille riens qu’on laisse soigneusement passer inaperçus sous un ministère radical et qu’on relève avec fracas sous un ministère modéré ». Résolu à défendre « les prérogatives et les droits de la société civile », Méline se refuse à « déclarer la guerre à l’idée religieuse » et veut poursuivre « l’apaisement ». Il répond d’autre part à l’accusation que sa majorité est une majorité de droite. Il ne gouverne pas avec la droite. Celle-ci, dit-il, « ne vote pas avec nous, elle vote contre la révolution sociale ». Surtout Méline démontre qu’il est soutenu par la majorité républicaine. « Qu’on en retire, si l’on veut, les voix de la droite, qu’on en fasse subir la même opération à la minorité qui nous combat, en éliminant l’appoint des socialistes, et on découvrira aisément que nous avons avec nous, dans la Chambre la majorité des républicains ». En clair, Méline accepte qu’on ne compte pas dans la majorité républicaine les voix de la droite non ralliée7, de même qu’il refuse que les socialistes puissent être comptabilisés dans une majorité républicaine. D’autre part, Méline refuse au camp radical de contester son calcul « en excommuniant ceux qu’on appelle avec mépris des ralliés », en refusant le soutien d’un centre droit qui accepte la République. Quelques jours plus tôt, le 3 octobre, à Bayonne8, le jeune ministre de l’Intérieur, Barthou, avait rejeté l’accusation de « pactiser avec le cléricalisme ». Il exposait le programme républicain progressiste, insistant notamment sur « l’œuvre de solidarité sociale ». Il annonçait l’importance des élections à venir pour le pays : « elles marqueront son orientation définitive vers la République radicale et jacobine ou vers la République libérale et progressiste ».

  • 9 Georges Lachapelle, Le ministère Méline. Deux années de politique intérieure et extérieure, 1896-1 (...)
  • 10 Ibidem, p. 195.

9À la veille des élections, les discours de Méline le 17 avril 1898, à Remiremont, de Barthou à Oloron le 24 avril, invitent à nouveau à choisir entre la politique radicale et la politique progressiste. Les résultats des élections furent, selon le mot de Georges Lachapelle, un proche collaborateur de Méline, une « sorte de défaite morale » pour la majorité qui avait besoin du concours de la droite9. Surtout une partie des républicains modérés furent victimes de l’attitude de la droite qui aurait fait perdre de vingt à trente sièges selon Lachapelle. La droite parlementaire était débordée par les intransigeants, mécontents de l’absence de la révision des lois scolaires et de mise en cause de la laïcité. Darlan et André Lebon en firent l’expérience. Dès le 9 mai, lendemain du premier tour, Barthou estima que le gouvernement devait se retirer après les élections et se rapprocher des radicaux. Lors des interpellations du 14 juin qui menèrent au retrait de Méline le lendemain, Barthou se tint « à l’écart », « immobile à son banc »10. La pression des radicaux qui dénoncent la montée cléricale a pesé sur une partie des républicains modérés, inquiets de l’attitude dans le pays de la droite intransigeante. Ces raisons conduisent à l’échec de l’expérience Méline. Dès avant les véritables effets de l’affaire Dreyfus sur la vie politique, le clivage entre la gauche et la droite a repris toute sa force, dominé par la question religieuse. Le retour aux clivages classiques a mis fin à une tentative qui associe dans la majorité parlementaire, mais non au pouvoir, les républicains de gouvernement et le centre droit rallié, auquel s’associe à l’occasion la majorité de la droite non ralliée.

  • 11 Voir Mathias Bernard : « La diffusion incomplète d’un modèle partisan : les progressistes et la Fé (...)
  • 12 On ne revient pas sur les pages classiques de Pierre Sorlin, Waldeck-Rousseau, Paris, 1966.

10On se bornera à mentionner après d’autres que cette majorité au centre avait été accompagnée des tentatives d’organisation des « progressistes ». Le terme qui désignait d’abord les partisans de la concentration avec la gauche radicale est ensuite réservé aux amis de Méline : le journal La République française de Méline s’intitule organe des républicains progressistes. Deux organisations datent du boulangisme11 : l’Association nationale républicaine présidée par Honoré Audiffred, qui maintient le souvenir gambettiste, l’Union libérale républicaine du bâtonnier Barboux, du député Aynard, de Georges Lachapelle. Le Grand Cercle républicain de Waldeck Rousseau12, ouvert aux intérêts économiques, est fondé le 23 mars 1898. On doit aussi mentionner les essais de renouvellement idéologique autour d’un Deschanel, dont on a oublié le rayonnement intellectuel dans ces années. La division des progressistes, sensible dès la chute de Méline, s’aggrava devant l’affaire Dreyfus et la crise nationaliste, menant à la formation du gouvernement de Défense républicaine en 1899. Cela en était fini des essais de majorité au centre des années 1890 pour revenir au conflit bloc à bloc de la gauche et de la droite. Des tentatives d’organisation des modérés demeura, dans un autre contexte, la naissance de la Fédération républicaine en 1903.

Notes

1 Voir Jean El-Gammal, « Un préralliement : Raoul-Duval et la Droite républicaine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, octobre-décembre 1982.

2 Correspondance 1870-1924, lettre à madame P. Cambon, p. 255-256. Saisi d’une démarche de l’orléaniste Ernest Daudet, il l’invite à voir Freycinet.

3 L’évolution de la Troisième République, Hachette, 1921, p. 125.

4 On l’a présenté dans Commentaire, « La Révolution française est un bloc… » printemps 1989, p. 145-152.

5 Lamennais, Étude d’histoire politique et religieuse, Hachette, 1892 XX, 361 p.

6 Alcan, 1893, XXXVI, 332 p.

7 Il s’inspire de la manière de jurisprudence fondée par Rouvier lors de la formation du gouvernement du 30 mai 1887. Il refusait de rester au pouvoir si sa majorité n’était pas républicaine, tout en invitant à l’apaisement et à une majorité « ouverte à ceux qui veulent y entrer sans arrière-pensée ». Spuller était ministre de l’Instruction publique et des Cultes.

8 Association nationale républicaine. Discours politique prononcé à Bayonne le 3 octobre 1897 par M. Louis Barthou, député des Basses-Pyrénées, ministre de l’Intérieur, 1897, 24 p. Le président d’honneur de l’Association nationale républicaine est Waldeck-Rousseau, le président le député de la Loire Audiffred. Au sein du comité directeur on trouve notamment Barthou, J. Siegfried, J. Steeg, L. Trarieux.

9 Georges Lachapelle, Le ministère Méline. Deux années de politique intérieure et extérieure, 1896-1898, Paris, 1923, p. 174.

10 Ibidem, p. 195.

11 Voir Mathias Bernard : « La diffusion incomplète d’un modèle partisan : les progressistes et la Fédération républicaine (1903-1914) », p. 141 dans Les modérés dans la vie politique française (1870-1965) sous la direction de François Roth, Nancy, 2000.

12 On ne revient pas sur les pages classiques de Pierre Sorlin, Waldeck-Rousseau, Paris, 1966.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search