Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

Échec des centres, victoire du centrisme ? Les débuts de la Troisième République 1871-1879

Jean Garrigues

Texte intégral

1Dans l’Assemblée Nationale élue le 8 février 1871, les groupes dénommés centristes représentent une force politique majeure, qui rassemble plus de 250 députés et qui va fournir la quasi-totalité du personnel gouvernemental pendant la première législature. L’adhésion de cette force centriste aux principes du libéralisme politique et économique, au modèle britannique du parlementarisme, ainsi qu’à une vision conservatrice de l’ordre social, lui donne une cohérence qui en fait une véritable solution de gouvernement dans cette phase initiale de la Troisième République.

2Dix ans plus tard, à l’issue des élections de 1881, les députés du centre ne sont plus qu’une vingtaine, noyés dans une nébuleuse républicaine dominée par les ferrystes et les gambettistes.

3Que s’est-il passé entre ces deux dates ? Pourquoi la solution centriste s’est-elle si rapidement dissoute dans le régime républicain naissant ? Que reste-il des centres à l’aube des années 1880 ? Mais aussi, que reste-il du centrisme dans l’orientation politique de ce régime né du compromis et de l’opportunisme ?

4Telles seront les questions qui vont guider cette réflexion, articulée en trois temps. Le premier est celui de la dynamique des centres. Quelles sont les origines de cette nébuleuse centriste, sa culture politique, son histoire militante ? Quels sont ses chefs, quelles sont ses forces ? Comment se fait l’amalgame entre ses composantes ? Le centre est-il compatible avec l’avènement progressif du régime républicain : y a-t-il une hypothèse centriste dans les débuts de la Troisième République ?

5Le deuxième temps est celui de l’échec des centres. Quelle est la viabilité de cette hypothèse centriste confrontée à la républicanisation de la République pendant les années de l’Ordre moral. Pourquoi le centre est-il coupé en deux ? Quelles sont les solutions politiques proposées par les centres ? Sont-elles compatibles entre elles : peut-on réaliser une « conjonction centriste », comme certains le croient possible entre 1871 et 1873 ? Le centre joue-t-il un rôle dans la mise en place des lois constitutionnelles de 1875 ? Quelle est sa place dans les assemblées nouvelles, et sur le terrain gouvernemental ? Quel est son rôle dans la crise du 16 mai 1877 et dans la chute de l’Ordre moral ? Pourquoi et comment est-il marginalisé lorsque s’installe la « République des républicains » ?

6Enfin, le troisième temps évoque ce que l’on peut considérer comme une victoire du centrisme. On peut en effet se demander si l’échec politique des centres, patent dans les années 1880, est un échec définitif ? Que deviennent les héritiers du centre droit et du centre gauche ? Quelle place occupent-ils dans la république « opportuniste » puis « progressiste » ? Par ailleurs, quelle est l’influence de leurs idées, de leurs valeurs, voire de leur pratique politique sur les républicains de gouvernement ? Quelle est l’influence du tropisme du centre à cette époque ? Peut-on parler d’une victoire du centrisme, alors même que les centres n’existent plus ou sont écartés du pouvoir ?

7Telles sont les questions majeures que posent cette réflexion sur un apparent paradoxe, qui résume peut-être toute l’histoire du centrisme en France.

La dynamique des centres

8Dans les premières années de la Troisième République, les groupes dénommés centristes représentent une force politique majeure, qui rassemble la moitié des députés et qui va fournir la quasi-totalité du personnel gouvernemental pendant la première législature.

9L’adhésion de ces forces centristes aux principes du libéralisme politique et économique, au modèle britannique du parlementarisme, ainsi qu’à une vision conservatrice de l’ordre social, leur donne apparemment une cohérence qui en fait une véritable solution de gouvernement dans cette phase initiale de la Troisième République.

Un centre libéral

10C’est d’abord et avant tout le libéralisme, en tant qu’héritage, culture et idéologie politique, qui leur donne une cohérence, héritée des années d’opposition au Second Empire.

11Si les centres n’existent pas en tant que groupes parlementaires avant le mois de juin 1871, ils ont déjà une expérience politique, issue de l’opposition libérale au Second Empire.

Un héritage libéral

12Dans son éphémère journal précisément titré Le centre gauche, publié du 2 février au 19 août 1870, Pierre Baragnon dénombre 55 députés de cette mouvance. Il montre que cette cinquantaine de députés du Corps législatif est issue du Tiers Parti, fondé en 1864 à l’instigation d’Adolphe Thiers et d’Emile Ollivier, à mi-chemin entre les bonapartistes purs et l’opposition républicaine.

13Ils constituent un centre géographique sur l’échiquier politique, centriste parce que médian, entre les bonapartistes et les républicains. Plus que centriste, leur programme est d’abord libéral, comme l’illustre le célèbre discours sur les « libertés nécessaires », prononcé le 11 janvier 1864 par Adolphe Thiers, chef emblématique de ce « Thiers parti ».

14L’exemple de Léon Say, qui s’engage à cette époque dans la vie politique, est à cet égard exemplaire. « Libéral, M. Léon Say le fut dès sa jeunesse ; il le demeura pendant toute sa carrière ; il l’était d’ailleurs, par héritage », dira avec raison René Stourm, son ami, devant l’Académie des sciences morales et politiques, le 5 juin 1897. Le libéralisme absolu, intégral, le libéralisme en toutes choses : tel est le maître mot de Léon Say et de ses amis du centre gauche.

  • 1 A. Vandal, Discours de réception à l’Académie française du 23 décembre 1897.

15Ce libéralisme s’inscrit dans le droit fil de la première Révolution française : « Issu de cette bourgeoisie qui essaya de reprendre en 1830 l’œuvre de 1789, de la consolider et de s’y tenir, il se réclamait très haut de la date fameuse » ; dira de Léon Say son successeur à l’Académie française, l’historien Albert Vandal1. S’ils observent avec intérêt le modèle britannique de monarchie parlementaire, les grands bourgeois du centre gauche n’en sont pas moins attachés aux valeurs de la Grande Révolution : la république parlementaire, libérale et conservatrice est leur idéal. « Nous ne sommes ni révolutionnaires ni réactionnaires : nous sommes des républicains libéraux. En finance comme en politique, nous sommes en 1789 ! », répétera Léon Say dans La Revue des deux Mondes, au soir de sa vie, le 1 er octobre 1894.

16C’est d’ailleurs sous l’étiquette de l’Union libérale que la plupart d’entre eux, dont Jules Bathélémy Saint-Hilaire, Auguste Casimir-Perier, Édouard de Laboulaye, Lucien Prévost-Paradol, se présentent aux élections du Corps législatif, organisées les 24 mai et 7 juin 1869, face aux candidats officiels soutenus par le pouvoir. Cette étiquette recouvre un véritable projet.

Un projet libéral.

17Ce projet a d’abord été développé dans l’ouvrage publié par Édouard de Laboulaye au lendemain des élections de 1863, et tout simplement intitulé Le parti libéral, son programme et son avenir. De ce bréviaire de la grande bourgeoisie libérale, retenons l’exorde, qui résumait à la fois son programme et sa stratégie future :

  • 2 Cité dans L. Girard, Les libéraux français. 1814-1875, Aubier, 1985, p. 188.

« ce parti libéral qui se forme peu à peu, mais qui grossit tous les jours, n’est pas une petite secte étroitement attachée à la lettre d’un symbole, c’est une Église universelle où il y a place pour quiconque croit à la liberté et veut en jouir »2.

  • 3 E. de Laboulaye, Considérations sur la Constitution, p. 28.

18Ce qui fait la force de la pensée libérale, c’est que tout le projet politique découle de cette idée simple : que ce soit en matière d’institutions, d’équilibre budgétaire, de réformes sociales ou fiscales, mais aussi d’éducation ou de laïcité, c’est au nom du libéralisme que se mènent les combats. Comme l’écrira Laboulaye dans un autre essai : « Avant tout et par-dessus tout, répandez à pleines mains la liberté dans les institutions, car c’est la liberté seule qui pose les problèmes et qui les résout »3.

19Les réflexions de l’américanophile Laboulaye sont enrichies et complétées de façon décisive par l’ouvrage-clé de la nébuleuse libérale : c’est La France nouvelle, publiée en 1868 par l’académicien Lucien Prévost-Paradol. Il y théorise la fusion du parlementarisme orléaniste et de la démocratie républicaine, en esquissant un plan du régime futur. On notera néanmoins qu’il semble préférer le monarque constitutionnel, « placé au-dessus des partis », au président de la République, prisonnier de ses amis politiques. « Investi de cette unique prérogative », le roi, « noble gardien de la liberté générale », pourrait ainsi « exercer sur la société toute entière une salutaire influence ». Mais le sens politique d’Adolphe Thiers fait basculer en 1871 une bonne partie de ces libéraux vers la République, avec pour ambition d’y construire un grand parti de gouvernement.

Un grand parti libéral ?

  • 4 G. Picot, Archives privées de la famille Georges-Picot, Lettre du 31 janvier 1871.

20Georges Picot, haut fonctionnaire collaborateur de Jules Dufaure et proche de Léon Say, explique ainsi les motivations de ses amis libéraux : « À l’heure présente, il faut se servir de la forme républicaine pour achever de renouveler notre pays corrompu par l’Empire, non de cette république haineuse des sectaires mais du gouvernement de tous qui rende à la France, pendant un interrègne fécond et par un accord intelligent des partis, un peu de sa force »4.

21La répression de la Commune, célébrée comme une « victoire du droit, de la civilisation et du patriotisme » par La Revue des deux Mondes du 1er juin 1871, écarte l’hypothèse d’une république sociale, permettant à Adolphe Thiers de construire une République conservatrice à sa mesure.

22Dès lors, ses amis comprennent qu’ils ont un rôle déterminant à jouer sur l’échiquier politique. Sous l’impulsion d’Ernest Feray, ils tentent de bâtir une grande coalition regroupant les députés du « marais » de l’Assemblée Nationale, ni républicains ni franchement monarchistes, soit une bonne moitié des députés, afin de construire la grande force libérale susceptible d’accompagner l’action d’Adolphe Thiers. Ce projet, largement inspirée par le parti whig britannique, traduit les aspirations de la grande bourgeoisie moderne, soucieuse de définir les rythmes et les limites de l’évolution démocratique annoncée par l’avènement du régime républicain. Plutôt que de s’opposer à une évolution jugée irréversible, il s’agit de la canaliser, en évitant les excès du radicalisme républicain ou de l’autoritarisme bonapartiste.

23En fait, c’est grâce à l’apport d’une autre réunion, présidée par le comte Rampon, et animée par Emile de Marcère, que la réunion Feray constitue un groupe du centre gauche, le 4 juillet 1871. La réunion Rampon, qui réunit environ quatre-vingts députés, est plus franchement engagée que la réunion Feray sur la voie républicaine. Beaucoup d’entre eux sont d’ailleurs inscrits en même temps au groupe de la gauche républicaine, dominé par Jules Ferry. Leur fusion avec la réunion Feray est donc le signe d’un engagement plus marqué des partisans de Thiers en faveur de la République. Cette dynamique de la fusion permet au centre gauche d’apparaître comme une force politique de premier plan.

Une force politique de premier plan

24Le centre gauche est fort parce qu’il a un corps de doctrine, des réseaux d’influence, ainsi qu’une forte représentation parlementaire et gouvernementale.

Un corps de doctrine

25Sur tous les grands enjeux qui se posent alors à la société française, les représentants du centre gauche occupent l’espace intellectuel de la pensée libérale. Ce sont d’abord leurs juristes, notamment Ernest Duvergier de Hauranne (La coalition libérale 1869, La république conservatrice 1873) et Édouard de Laboulaye (Lettres politiques. Esquisses d’une constitution républicaine 1872) qui posent les bases institutionnelles de la Troisième République, dans la continuité de Prevost-Paradol. Ce sont leurs chefs politiques, tels Émile de Marcère (La République et les conservateurs, 1871) ou Edmond Scherer (La Démocratie et la France, 1883), qui définissent les grandes lignes de la république conservatrice et libérale mise en place à partir de 1871.

26Ce sont leurs économistes, tels le ministre Léon Say (La politique financière de la France 1882) et ses amis Gustave de Molinari (Cours d’économie politique 1863), Paul Leroy-Beaulieu (Précis d’économie politique, 1888) et Louis Wolowski (La question monétaire 1868), qui théorisent et décrivent le modèle économique libéral appliqué jusqu’en 1914. Ce sont encore Paul Leroy-Beaulieu (Pourquoi nous ne sommes pas socialistes 1895), Georges Picot (La lutte contre le socialisme révolutionnaire 1895) et Léon Say (Contre le socialisme 1896) qui défendront ce modèle libéral contre les attaques du socialisme. C’est donc un véritable projet de société qui a été mis en place par les théoriciens ou les experts du centre gauche, à l’aube des années 1870, et qui va très largement servir de référence au régime républicain.

Des réseaux d’influence

27Encore marginalisés sur le terrain politique, ces libéraux disposaient de plusieurs tribunes pour faire entendre leurs idées, aussi bien dans la presse parisienne (Le Journal des Débats, Le Siècle, La Revue des Deux Mondes, Le Journal des Économistes) que dans celle de province (L’Indépendant du centre, où collabore Agénor Bardoux, Le Journal de Toulouse, propriété de Léonce de Lavergne), dans les cercles, les salons (les « jeudis » de Jules Simon, place de la Madeleine, souvent précédés par un plus intime « dîner des douze », où se rencontrent intellectuels et politiciens républicains et libéraux ; les salons de la comtesse d’Agoult, de Madame Dosne, belle-sœur de Thiers, place Saint-Georges, ou d’Horace Say, rue Boursault), les sociétés (Société d’économie politique, Société de législation comparée, présidée par Charles Renouard), les conférences (Conférence Molé, Conférences de la rue de la Paix), les grandes écoles, notamment l’École libre des sciences politiques (dont Léon Say, Henri Germain, Jules Denormandie sont administrateurs, Paul Leroy-Beaulieu et Georges Picot y enseignant) ou encore à l’Académie française, où siègent notamment Adolphe Thiers (1833), Jules Dufaure (1863), Charles de Rémusat (1878) ou Léon Say (1886). Inutile d’évoquer ici leurs liens privilégiés avec l’élite des milieux d’affaires et industriels, largement développés dans notre ouvrage sur La République des hommes d’affaires (Aubier, 1997).

Une force parlementaire

  • 5 Voir la liste de ces députés dans J. Garrigues, La République des hommes d’affaires 1870-1890, Aub (...)

28Dans l’Assemblée Nationale de 1871, le centre gauche peut se prévaloir de 132 députés, soit 17,4 % des sièges5.

29Durant les cinq années de la première législature de l’Assemblée nationale, de 1871 à 1876, le groupe centre gauche comptera au total 174 députés. Il faut reconnaître que 104 de ces 174 députés du centre gauche seront en même temps inscrits dans d’autres groupes, dont 30 à la gauche républicaine et 17 au centre droit. Mais il faut dire aussi que plus d’une soixantaine de ces 104 multi-inscriptions sont faites dans le groupe des Républicains conservateurs, dirigé par Auguste Casimir-Perier, ou dans la Réunion Lavergne, qui ne sont que des groupes épigones du centre gauche.

  • 6 Voir J. Garrigues, op. cit. et R. Hüdemann, Fraktionsbildung in Französischen Parlament. Zur Entwi (...)

30Si l’on rappelle que le centre droit dénombre 165 députés en 1871, soit 21,7 %, on constate que les deux centres rassemblent plus de 40 % sièges, ce qui fait d’eux la première force parlementaire au début de la Troisième République6.

Un rôle gouvernemental

  • 7 Voir J. Garrigues, op. cit., p. 389-392.

31Entre 1870 et 1882, on observe en effet que cinquante-deux portefeuilles de ministres et de secrétaires d’État vont être détenus par les hommes du centre gauche, soit le quart des postes disponibles. Pendant la période de mise au point du régime, qui court jusqu’à la démission de Mac-Mahon, en 1879, le centre gauche occupera même la moitié des postes disponibles, ce qui fera de lui la principale force gouvernementale. D’autant que ce sont les ministères clés du redressement économique et financier de la France, de sa politique extérieure et commerciale, voire de sa laïcisation : Léon Say occupe pendant quatre ans le ministère des Finances, William Waddington celui des Affaires étrangères, Jules Dufaure celui de la Justice et des Cultes, Émile de Marcère pendant deux ans celui de l’Intérieur, Pierre-Edmond Teisserenc de Bort celui de l’Agriculture et du Commerce7.

32La seule véritable alternance est celle des deux centres, puisque le centre droit domine les gouvernements d’Ordre Moral, entre mai 1873 et mars 1876 essentiellement. N’oublions pas que c’est le ralliement d’une douzaine de députés du centre droit aux positions du centre gauche qui permet le vote de l’amendement Wallon du 30 janvier 1875, premier pas vers l’adoption des lois constitutionnelles.

33Mais c’est à la fois la force et la faiblesse des centristes. Unis, ils pourraient incarner l’avenir de la République « conservatrice », telle que Thiers l’a définie en 1872. Mais ils sont désunis, et leur désunion est à la fois le symptôme et la cause de leur incapacité à représenter une alternative à la restauration monarchique ou à la République des républicains.

L’échec politique des centres

34L’échec politique des centres découle de deux éléments conjoints : leur propre division, et l’émergence d’une dynamique républicaine incarnée par d’autres républicains, ferrystes et gambettistes.

La division des centres

35La fusion des réunions Feray et Rampon, le 4 juillet 1871, a été conçue comme la première étape vers un rassemblement global de tous les députés du centre, tous ceux qui refusent de s’inscrire dans les groupes républicains ou dans les réunions franchement monarchistes.

36Mais cette fusion des centres échoue le 19 juillet dans la salle de l’hôtel de ville de Versailles où ils sont assemblés : les Feray-Rampon, qui font le choix de la République, se constituent officiellement en groupe centre gauche, sous la présidence de Jean-Charles Rivet ; en revanche, les amis de Saint-Marc Girardin, qui refusent le pari républicain, vont se joindre aux partisans d’une restauration orléaniste pour former le groupe du centre droit ; d’autres enfin vont s’éparpiller dans des petits groupes intermédiaires, tel celui formé par Léonce de Lavergne et Henri Wallon. Cette fusion manquée du 19 juillet 1871 traduit les incertitudes et les atermoiements de la grande bourgeoisie libérale, qui hésite encore sur l’avenir du régime.

37Elle reflète une division profonde de cette nébuleuse du centre, opposant les partisans du mouvement, catholiques libéraux ou protestants, proches des milieux d’affaires progressistes du grand commerce et de la finance internationales, aux tenants de l’ordre, catholiques plus militants, souvent issus du monde des notables traditionnels ou de la grande industrie protectionniste.

38D’accord sur les principes de base du libéralisme politique et économique, rassemblés par des traditions, une histoire et des expériences politiques bien souvent communes, ils sont néanmoins incapables de s’unir sur un projet politique républicain.

La rupture du 24 mai 1873

39La chute de Thiers, le 24 mai 1873, marque l’échec définitif de la stratégie de fusion des centres, négociée jusque-là par les émissaires des deux centres, notamment Léon Say pour le centre gauche, et son ami le duc Decazes pour le centre droit.

  • 8 Le Journal des Débats, 25 mai 1873.
  • 9 E. de Marcère, L’Assemblée Nationale de 1871, Plon, 1904, vol. 2, p. 5.

40Le 24 mai, une majorité de 362 députés contre 348 votent l’ordre du jour présenté par Ernoul, au nom des droites, demandant de faire « prévaloir dans le gouvernement une république conservatrice » et regrettant que « les récentes modifications ministérielles n’aient pas donné aux intérêts conservateurs la satisfaction qu’ils avaient le droit d’attendre »8. Désavoué par la majorité parlementaire, Thiers démissionne de la présidence de la République. On constate que ce basculement vers une majorité anti-thiériste est le fait d’un petit groupe d’une quinzaine de députés républicains conservateurs, jusqu’alors favorables à Thiers, mais qui ont décidé de le sanctionner. Leur porte-parole est Paul-Louis Target, député du Calvados inscrit à la fois dans la Réunion Casimir-Perier et au centre droit. Autour de lui, quelques représentants du monde économique, tels Alfred Desilligny ou Eugène Caillaux, effrayés par la perspective d’une radicalisation républicaine. À partir de la journée du 24 mai, écrit Émile de Marcère, la scission fut tranchée entre la Gauche et la Droite de l’Assemblée nationale, non seulement dans les rapports mutuels, mais encore dans les moindres détails de la vie parlementaire »9.

41La dynamique bipolaire a pris le pas sur l’hypothèse de la fusion. La fiction d’un grand parti centriste disparaît définitivement. Ils vont se diviser à la Chambre, au gouvernement, et lors des élections.

La lutte entre les centres

42Lisons le Daily News du 10 mars 1874, particulièrement au fait des divergences entre les centristes français :

« la conjonction des deux centres n’est qu’un rêve qu’aucun fait ne vient appuyer. Il ne se trouve pas dans le centre gauche un seul membre qui se joindrait au gouvernement du Maréchal de Mac-Mahon à moins de la condition sine qua non de l’établissement de la république comme gouvernement définitif de la France ».

43De son côté, le centre droit prend ouvertement parti pour le projet de restauration monarchique préparé par la commission constitutionnelle présidée par le général Changarnier, à l’issue d’une rencontre organisée avec les droites, le 18 octobre. Il s’agit de restaurer la « monarchie nationale héréditaire et constitutionnelle » en confiant le trône au comte de Chambord. Cet engagement à droite indigne Le Journal des Débats du 19 octobre, qui condamne la duplicité du centre droit : « pendant que durait pour nous l’essai loyal de la République, le centre droit y avait renoncé sans le dire ; il l’avoue maintenant ».

  • 10 Le Journal des Débats, 22 et 26 novembre 1874.

44C’est pourquoi, lors des élections municipales des 22 et 29 novembre 1874, le centre gauche appelle au « triomphe de la république modérée » contre la droite, et refuse « la chimère d’une union impossible » entre les deux centres10.

45À l’occasion de l’élection des 75 sénateurs inamovibles par l’Assemblée nationale, le centre gauche fait liste commune avec les gauches, qui obtiennent un total de 59 sièges (soit 32 centre gauche, 14 gauche républicaine, 8 Union républicaine et 6 Lavergne) contre 10 pour les monarchistes, 8 « sans étiquette » et seulement 4 centre droit.

46À l’issue des élections sénatoriales de janvier 1876, les deux centres rassemblent plus de 60 % des sièges de la chambre haute, mais ils refusent de s’entendre.

47Les élections législatives organisées quelques semaines plus tard au suffrage universel, les 20 février et 5 mars 1876, confirment le choix républicain du centre gauche. Groupe-charnière de l’échiquier politique, il est désormais au pouvoir, dans le camp des vainqueurs. Mais la dynamique républicaine est à gauche, et non au centre.

La république échappe au centre

48À peine consolidé par les institutions et par le vote, le régime républicain échappe à la tutelle des centres. C’est le verdict des urnes, qui donne une prime aux républicains de toujours, tandis que les centres rivaux s’empêtrent dans une improbable alliance gouvernementale, incompatible avec la logique bipolaire du jeu politique.

Le déclin électoral des centres

49La bipolarisation, dramatisée par la crise du 16 mai 1877, aboutit à une marginalisation des centres, à la fois sur le terrain électoral et sur le plan gouvernemental, où ils sont supplantés par les purs républicains. Après la chute de Mac-Mahon, en janvier 1879, les centristes ne représentent plus qu’une force d’appoint dans chacun des deux camps, le centre gauche à l’intérieur de la coalition républicaine, et le centre droit dans le camp des conservateurs.

  • 11 J. Garrigues, op. cit., Annexe 4.

50Plus va s’affirmer le régime, et plus l’influence parlementaire du centre gauche va décliner, au profit des groupes qui se réclameront de l’histoire et de la légitimité républicaines. À l’issue des élections législatives de 1876, le groupe perd presque les deux-tiers de ses députés, se réduisant à 9,3 % de la Chambre, soit 48 membres, marginalisés par rapport aux 193 députés de la gauche républicaine et aux 98 de l’Union républicaine. Cette marginalisation se confirmera avec les élections législatives de 1877 (40 députés centre gauche), 1881 (39 députés) et 1885 (5 députés), ce qui conduira à la dissolution du groupe au début du mois de septembre 1886 puis à la naissance d’une nouvelle Union libérale, héritière des valeurs du centre gauche. Quant au centre droit, il disparaît dès 1877. La république des républicains n’a pas besoin d’un grand parti centriste11.

L’impossible gouvernement centriste

  • 12 A. Christophle dans Le XIXème siècle du 23 août 1876.

51Appelé au pouvoir en mars 1876, Jules Dufaure décide de former un gouvernement presque entièrement centre gauche, composé d’hommes « modérés », décidés « à faire de la constitution l’application sincère pour assurer au pays la paix et le repos dans les institutions »12. Mais ce gouvernement centriste ne survit que six mois aux surenchères de la majorité républicaine, qui obtient l’arrivée au pouvoir de Jules Simon, le 12 décembre 1876.

52Un an plus tard, Mac-Mahon fait une nouvelle fois appel à Dufaure, à l’issue de la crise du 16 mai. Tout au long de la crise, le centre gauche s’est montré un partenaire fidèle des républicains, votant comme un seul homme le Manifeste des 363, le 20 mai 1877, présentant des candidats d’union pour le renouvellement de l’Assemblée dissoute, participant au Comité électoral des gauches, au Bureau des jurisconsultes républicains, à l’Union de la presse républicaine mise en place par Gambetta, et prenant toute sa part à la victoire républicaine d’octobre 1877. Pour preuve les accents triomphants du Journal des Débats, daté du 16 octobre :

« Le résultat des élections confirme toutes nos espérances. […] La Chambre dissoute est vengée des calomnies, des outrages, des injures dont on l’avait accablée depuis cinq mois ».

  • 13 Archives de la Préfecture de Police, B/a 1266.

53D’après un rapport de police du 20 octobre, « les pires ennemis de toute conciliation sont à l’heure actuelle les membres du centre gauche, à leur tête Say, Christophle et Waddington »13. Après avoir tergiversé pendant quelques semaines, nommant le conservateur Rocheboët à la tête du gouvernement, Mac-Mahon est obligé de reconnaître sa défaite, le 14 décembre 1877, en demandant une nouvelle fois à Dufaure de former son cinquième cabinet depuis 1871 : c’est un cabinet centre gauche avec Léon Say aux Finances, Teisserenc de Bort à l’Agriculture et au Commerce, Émile de Marcère à l’Intérieur et Agénor Bardoux à l’Instruction publique et aux Cultes. Mais c’est encore une fois un cabinet de transition, otage de son alliance avec la gauche.

Le centre, otage de la gauche ?

  • 14 Le Journal des Débats, 12 janvier 1879.
  • 15 Journal Officiel, 31 janvier 1879.

54Otage de la gauche, le gouvernement Dufaure mène la politique de la gauche, comme l’illustre la sévère épuration républicaine menée par Émile de Marcère dans le corps préfectoral. On constate par ailleurs, que, le 10 janvier 1879, le groupe centre gauche de la Chambre s’associe avec les trois groupes républicains pour demander à Dufaure la gratuité et l’obligation de l’instruction primaire, la suppression des congrégations non autorisées et l’amnistie des communards14. Le 30 janvier, la quasi-totalité du groupe centre gauche vote pour la nomination de Jules Grévy à la présidence de la République15. Dans le gouvernement dirigé par William Waddington, le 4 février, ils n’occupent plus qu’un rôle secondaire, notamment grâce au maintien de Léon Say aux Finances, mais sous la tutelle étroite de Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique. Avec la démission de Waddington, en décembre 1879, l’hypothèse d’une république du centre disparaît définitivement. Désormais, les hommes du centre gauche n’accéderont plus que de manière épisodique et marginale aux portefeuilles ministériels, dans celui de Freycinet en janvier 1882, Léon Say, revenu aux Finances pour quelques mois avant de quitter pour toujours la table du conseil des ministres.

55Mais, on s’en doute, cette vision est un trompe-l’oeil, comme en témoigne la sérénité avec laquelle les chefs du centre gauche ont accepté d’abandonner leurs portefeuilles ministériels. Ils savent que leur influence politique reste importante, notamment parce que leur groupe constitue le pivot du Sénat. Mais surtout, ils savent que leur véritable influence est ailleurs, dans les couloirs ou dans les salles des commissions des deux chambres, où s’activent leurs groupes de pression, à la corbeille de la Bourse où leurs partenaires financiers font la pluie et le beau temps de l’économie française, dans les conseils d’administration où ils siègent avec leurs amis de la grande bourgeoisie libérale, ou encore dans les grands journaux d’opinion qui influencent le microcosme des décideurs.

56C’est pourquoi on peut se demander si l’échec des centres ne dissimule pas, d’une certaine façon, la victoire du centrisme.

La victoire du centrisme ?

57L’échec politique des centres est-il l’échec du centrisme ? Les centristes n’influencent-ils plus la politique menée par les gouvernements « opportunistes » puis « progressistes » des années 1880-1890 ? D’autre part, le tropisme du centre ne pèse-t-il pas sur les arbitrages effectués par les républicains de gouvernement, y compris dans la politique de laïcisation conduite par Jules Ferry ? On peut donc se demander si le centrisme n’a pas survécu au centre.

La présence des centristes

58« La France n’a jamais été plus centre gauche qu’en ce moment », écrit Francis Charmes dans le Journal des Débats du 18 janvier 1879, à l’heure même où l’on bascule dans la « République des républicains ».

59S’étant octroyé 29 nouveaux sièges, le centre gauche reste à cette époque le premier groupe de la chambre haute avec 86 sénateurs. La situation est beaucoup moins favorable à la Chambre, mais le centre gauche conserve au total 110 parlementaires en 1882, soit 13,1 % du total des deux assemblées. Avec une trentaine de sénateurs et 49 députés de l’Union libérale en 1889, environ 9 % des parlementaires se réclament encore de l’héritage d’Adolphe Thiers après deux décennies de République. Ils seront à l’origine de la Fédération républicaine, née en 1903, et qui occupera le centre droit de l’échiquier politique.

  • 16 Le Journal des Débats, 9 juin 1893.

60Par ailleurs, leur présence au gouvernement connaît un renouveau incontestable dans les années 1890, au moment de la République dite « progressiste ». Alexandre Ribot, ancien élu du centre gauche, devient président du Conseil le 8 décembre 1892 ; Jean Casimir-Perier, fils d’un ténor du centre gauche, occupe la même fonction de décembre 1893 à mai 1894, avant de devenir président de la République ; Charles Jonnart puis Louis Barthou, tous deux ministres à cette époque, sont de même patronnés par le Comité de l’Union libérale, qui incarne la continuité du centre gauche. Si Charles Jonnart prétend créer la Gauche libérale, le 8 juin 1893, afin de ne pas « ressusciter le centre gauche qui est mort, ni soigner l’opportunisme qui agonise », on constate que les « vieux » centre gauche Émile de Marcère, René Bérenger siègent au comité exécutif de la nouvelle organisation16.

61Le courant centriste libéral reste bel et bien présent dans les assemblées et dans les ministères au tournant du siècle. Preuve en est l’influence qu’il exerce sur les grandes options du pouvoir républicain, en matière économique, sociale ou fiscale.

L’influence des centristes

62Par bien des aspects, nous le savons, la Troisième République reste à la fin du XIXe siècle l’un des régimes les plus conservateurs de toute l’Europe industrielle. En matière de fiscalité et de politique sociale, la France républicaine se situe loin derrière les monarchies britannique, scandinaves ou même allemande. C’est en grande partie à l’influence du courant centriste qu’elle doit ce retard.

63Sur le terrain fiscal par exemple, le combat d’arrière-garde mené par les hommes d’affaires du centre gauche contre les projets réformistes des républicains est particulièrement flagrant.

  • 17 L. Say dans La Revue des deux Mondes du 1er octobre 1894.

64Il repose sur une stricte orthodoxie libérale, qui refuse à l’impôt toute vocation redistributive et écarte systématiquement toute correction des inégalités sociales par la fiscalité. Pour les libéraux, l’impôt ne doit avoir pour objet que « de procurer à l’État les ressources nécessaires pour couvrir les frais des dépenses communes »17. Comme le proclamera Léon Say dans l’un de ses derniers discours parlementaires, le 21 mars 1896, l’impôt ne saurait être utilisé comme « un instrument de justice sociale », contrairement à ce que prônent « les idées rétrogrades du socialisme ». Le refus par le Sénat du projet d’impôt sur le revenu proposé par le cabinet de Léon Bourgeois, en mars 1896, marque de façon spectaculaire, le pouvoir d’obstruction dont fait preuve, encore à cette époque, le courant issu du centre libéral.

  • 18 Journal Officiel, 24 février 1884.

65De même sur le terrain social, où ils jouent au Sénat un rôle majeur dans le blocage des réformes. Observons par exemple que la seule grande loi sociale des années 1880, à savoir la loi autorisant les syndicats professionnels, n’a été votée, le 21 mars 1884, qu’après deux années de discussion et d’obstruction sénatoriale, et au prix de concessions importantes qui soumettent les syndicats à un contrôle policier très strict. La résistance est menée en janvier 1884, sous l’impulsion du sénateur Marcel Barthe, puis de René Bérenger et Émile Lenoël, tous trois inscrits au centre gauche, et qui dénoncent les risques d’une récupération du syndicalisme. C’est seulement après une deuxième délibération que l’article 5 de la loi est finalement voté par les sénateurs, le 23 février, par une très courte majorité de 134 voix contre 127, et ce au prix d’une modification du texte remplaçant « l’union » des syndicats par le terme plus vague de « concertation »18.

  • 19 Le Journal des Débats, 9 novembre 1889.

66Il serait facile de multiplier les exemples de cette résistance politique de la famille centriste, notamment au Sénat, dans les années 1880-1900. Mais peut-on encore parler de famille centriste, alors que ce combat d’arrière-garde les situe bien souvent à droite de l’échiquier politique, aux côtés des catholiques ralliés, face à la coalition des républicains modérés et radicaux ? En renonçant eux-mêmes à l’étiquette centriste, pour revenir à celle d’Union libérale, plus conforme à leurs origines et à leurs valeurs essentielles, les héritiers des centres reconnaissent l’échec de leurs ambitions. Lors du dîner des Amis du Journal des Débats du 7 novembre 1889, Léon Say ne plaide plus pour la conjonction des centres mais pour construire un « grand parti de la République libérale », avec les républicains modérés et les conservateurs ralliés19. Dans un article important de la Revue des deux Mondes, le 1er octobre 1894, il présente le débat politique comme un combat bipolaire entre les « libéraux », qu’il représente, et les « socialistes », le seul adversaire à leur mesure. Les centristes des années 1870 se reconnaissent désormais comme la droite, libérale et conservatrice, du début du XXe siècle. C’est donc ailleurs qu’il faut chercher le tropisme du centre.

Le tropisme du centre

67Les républicains modérés de gouvernement, opportunistes des années 1880 puis progressistes des années 1890, auraient été bien étonnés, voire mécontents, d’être qualifiés de centristes. Et pourtant, ne peut-on déceler dans leurs valeurs, dans leurs jugements comme dans leur pratique gouvernementale, la marque incontestable d’un tropisme du centre ?

À proximité du centre

68On peut d’abord souligner que sur bien des points, les différences sont très ténues entre les purs républicains, ferrystes et même gambettistes, et les représentants du centre gauche, notamment en matière de politique économique et sociale. Comme l’observe ironiquement le journal radical La Lanterne dans son édition du 7 février 1879, « Monsieur Jules Ferry ne déparerait pas le centre gauche le plus modéré ». Notons d’ailleurs que presque tous les députés du centre gauche de cette époque sont aussi inscrits à la gauche républicaine.

69De même, le Message présidentiel adressé aux chambres par Jules Grévy, le 6 février, a tout pour plaire au centre gauche, puisqu’il insiste surtout sur « le maintien de la tranquillité, de la sécurité, de la confiance » dans le cadre d’une « politique libérale et vraiment conservatrice ». C’est pourquoi John Lemoinne, dans le Journal des Débats du 7 février, peut se réjouir de voir la république sortir « de l’état militant pour entrer dans la période des affaires ». Le terme n’est pas choisi au hasard, en fonction du lectorat du journal. En clair, la « République des républicains » lui semble s’inscrire dans le droit fil de la politique menée par le centre gauche. C’est bien souvent au centre que se mène la politique des gouvernements modérés dans les deux dernières décennies du XXe siècle.

La politique au centre

  • 20 Idem, 21 juin 1881.
  • 21 Ibidem, 11 mars 1883.

70Dans son discours d’Épinal du 19 juin 1881, Jules Ferry fait l’éloge de la voie médiane dans la pratique gouvernementale, afin de « mettre définitivement à l’abri des coalitions de droite et d’extrême-gauche le ministère voulu par la majorité »20. Dans un autre discours, prononcé le 9 mars 1883 au Cercle national, il dénonce toute forme d’« intransigeance » adversaire de « stabilité », appelant à la « concentration républicaine » comme stratégie de gouvernance21.

71De fait, depuis le compromis des lois constitutionnelles de 1875, dites « orléanistes », c’est bien souvent dans la voie médiane que les républicains de gouvernement vont rechercher la solution des grands enjeux. Compromis institutionnel lors de la réforme de 1884, qui permet à Ferry de sauver le Sénat, son mode d’élection indirect, ainsi que le droit de dissolution présidentiel, tout en sacrifiant les inamovibles à la gauche radicale. Compromis économiques, qui permettent de mettre en œuvre le plan Freycinet, réclamé par la « base » des élus républicains, tout en ménageant les intérêts défendus par les conservateurs grâce à la signature des conventions avec les grandes compagnies ferroviaires de 1883. Compromis social avec la loi de 1884, qui répond aux exigences de la gauche républicaine sans trop rebuter les conservateurs. Compromis politique permettant le ralliement des catholiques et suscitant « l’esprit nouveau » des années 1890. D’année en année, de loi en loi, on peut suivre la stratégie médiane, ou centriste, des républicains de gouvernement. Mais c’est une autre étude, qui échappe au cadre de notre réflexion.

Conclusion

72De cette brève approche de l’histoire des centres aux débuts de la Troisième République se dégagent quelques remarques.

73D’abord, on peut dire sans exagérer qu’il y a bien un « moment des centres » dans les années 1870, marqué par l’omniprésence du personnel centriste, des réseaux centristes et des valeurs centristes, identifiées à la tradition libérale.

74Mais ce moment centriste est broyé par la bipolarisation, qui conduit au combat des deux centres opposés et à leur impossible conjonction. De ce fait, le centre gauche devient la droite du camp républicain, ce qui revient tout naturellement à lui enlever sa spécificité centriste. Avant même de l’avoir reconnu, la famille centriste avait cessé d’exister.

75Pourquoi cet échec des centres ? Bien sûr, ils sont victimes de la bipolarisation, mais pourquoi en sont-ils victimes ? Parce que la disparition de Thiers, en 1877, les prive d’un chef comparable à Ferry, Gambetta ou Clemenceau. Parce que leur base électorale est faible, élitiste, notabiliaire, incapable de s’adapter aux « couches nouvelles » annoncées par Gambetta. Parce que leur identité libérale est faiblement perçue, tant elle est proche du libéralisme des républicains de gouvernement, en matière de libertés politiques, de parlementarisme ou même de liberté du marché. Il y a bien la tentation d’une orthodoxie libérale du centre, arc-bouté sur la défense à tout prix du libre-échange, de la liberté patronale, voire de la liberté religieuse. Mais cette orthodoxie définit un conservatisme, donc un positionnement de droite face à l’avènement de la république radicale et du socialisme. Elle équivaut à une perte d’identité.

76Le tropisme du centre, c’est donc dans la pratique politique des républicains de gouvernement qu’il faut le rechercher à partir des années 1880. En ajoutant un bémol à ce constat d’échec des groupes du centre : à long terme, ils installent le courant libéral dans une aspiration récurrente au centrisme, qui se retrouvera tout au long du XXe siècle, jusqu’à nos jours.

Notes

1 A. Vandal, Discours de réception à l’Académie française du 23 décembre 1897.

2 Cité dans L. Girard, Les libéraux français. 1814-1875, Aubier, 1985, p. 188.

3 E. de Laboulaye, Considérations sur la Constitution, p. 28.

4 G. Picot, Archives privées de la famille Georges-Picot, Lettre du 31 janvier 1871.

5 Voir la liste de ces députés dans J. Garrigues, La République des hommes d’affaires 1870-1890, Aubier, 1997, p. 393-399.

6 Voir J. Garrigues, op. cit. et R. Hüdemann, Fraktionsbildung in Französischen Parlament. Zur Entwicklung des Parteiensystems in der frühen Dritten Republik (1871-1875), Artemis Verlag, 1979.

7 Voir J. Garrigues, op. cit., p. 389-392.

8 Le Journal des Débats, 25 mai 1873.

9 E. de Marcère, L’Assemblée Nationale de 1871, Plon, 1904, vol. 2, p. 5.

10 Le Journal des Débats, 22 et 26 novembre 1874.

11 J. Garrigues, op. cit., Annexe 4.

12 A. Christophle dans Le XIXème siècle du 23 août 1876.

13 Archives de la Préfecture de Police, B/a 1266.

14 Le Journal des Débats, 12 janvier 1879.

15 Journal Officiel, 31 janvier 1879.

16 Le Journal des Débats, 9 juin 1893.

17 L. Say dans La Revue des deux Mondes du 1er octobre 1894.

18 Journal Officiel, 24 février 1884.

19 Le Journal des Débats, 9 novembre 1889.

20 Idem, 21 juin 1881.

21 Ibidem, 11 mars 1883.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540