Version classiqueVersion mobile

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

Gambetta ou du bon usage du centre

Éric Bonhomme

Texte intégral

  • 1 D. Halévy, La fin des notables, Paris, Poche Pluriel, réédition 1995, p. 80.

1Gambetta est entré en politique à gauche, moins sans doute du fait du « scepticisme aimable » que lui prête Daniel Halévy1, que par enthousiasme pour l’idée républicaine. Il en est aussi sorti à gauche, avec l’idée qu’à la République il fallait un État indépendant des élus et une mobilité politique (scrutin de liste), pour éviter qu’elle ne s’ossifie en devenant l’instrument d’un parti, si républicain soit-il.

2Cependant, il est sans doute, parmi les fondateurs, celui qui comprit le mieux, dans les années 1870, que la République se construirait au centre. Le problème qui s’est posé à Gambetta entre l’élection de l’Assemblée nationale en février 1871 et la démission de Mac-Mahon, huit ans plus tard, a été de faire de la République une résultante, de la rendre consensuelle, par là même incontournable, bref, de la rendre « centrale ».

3Dans ce but, Gambetta a combiné trois solutions : redessiner l’idée républicaine, utiliser les rapports de force au sein de l’Assemblée nationale, « inventer » un socle social au nouveau régime, auquel il donne le nom de « couches nouvelles ».

La République redessinée

Avant Gambetta : la condamnation de la Terreur

  • 2 Voir P. Decormeille, « La philosophie républicaine », dans Les Républicains sous le Second Empire, (...)

4Dans l’entre-deux-guerres, on désignait souvent les héritiers spirituels de Gambetta comme les « modérés ». Il faut rappeler que Gambetta n’a pas inventé l’idée d’une modération de la République. Celle-ci a fait l’objet d’un débat au sein du camp républicain dès le milieu des années 1860, à la suite de la parution du livre d’Edgar Quinet, La Révolution, qui dénonçait la Terreur et comparait la conception autoritaire du pouvoir de Robespierre à celle de Bonaparte. En janvier 1866, Jules Ferry avait été le premier politique républicain à abonder dans le sens de Quinet : « la doctrine de salut public, c’est la liberté subordonnée : de quel front osez-vous vous plaindre qu’on la subordonne aux principes conservateurs, si vous la subordonnez vous-même aux nécessités révolutionnaires ». La liberté devint parallèlement la pierre de touche de la philosophie républicaine sous l’Empire ; Jules Simon aussi bien que Vacherot la fondaient sur la propriété, qui protégeait l’homme du jeu égoïste des intérêts privés2. La propriété apparaissait ainsi comme une valeur consensuelle, pouvant convenir aussi bien aux libéraux qu’aux héritiers des sans-culottes ; il n’est donc pas étonnant qu’on la retrouve en exergue des discours de Gambetta, commis-voyageur de la République.

Fonder la République : de la guerre à la maïeutique

5En septembre 1870, quand il devient ministre de la jeune république, Gambetta est entre deux doctrines. Il est déjà un pédagogue républicain ; la conversion de Gambetta à la modération, que l’on date généralement du discours de Bordeaux de juin 1871, s’est amorcée avant. En politique, Gambetta ministre de l’Intérieur est très loin de Robespierre ; le pouvoir en province sous la Défense nationale intègre les remarques de Quinet et de Ferry sur la Terreur. La République du 4 septembre, c’est l’armée de l’an II sans la guillotine, mais avec la liberté de la presse, dont le Bulletin de la République française, organe officiel de la Délégation de Tours, stipule :

  • 3 Sur Gambetta et les libertés, voir É. Bonhomme : La République improvisée : l’exercice du pouvoir (...)

« elle est l’organe de l’opinion publique et exerce sur les affaires de la nation un contrôle salutaire. Elle soutient le pouvoir s’il gouverne conformément à la justice, elle l’avertit s’il se trompe ; elle proteste s’il viole le droit »3.

6Pourtant Gambetta n’a pas encore totalement rompu avec l’idéologie montagnarde. D’une part, le « défenseur du territoire » n’a pas d’autre modèle pour penser la République en guerre que celui de l’an II ; c’est le modèle militaire de Lazare Carnot, celui de la « patrie en danger » et de la levée en masse. D’autre part, subsiste en Gambetta ministre de l’Intérieur et de la Guerre l’espérance de fonder la République par l’exclusivisme politique, en écartant partisans de l’Empire, monarchistes de tout poil et même libéraux. La victoire seule devait constituer le levier permettant une conversion rapide du pays au régime.

7La défaite scelle le deuil de cette espérance. Puisqu’il n’est pas possible de fonder la République par la guerre, il faut la fonder par la maïeutique. Athéna casquée s’efface devant Socrate, Danton guerrier disparaît derrière Danton modéré.

La rhétorique du compromis

  • 4 Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, Paris, Édition Joseph Reinach, 11 volumes, Disco (...)

8La République est d’abord un logos, un discours caméléon, à géométrie variable, qui change avec l’auditoire. Cette mobilité du discours marque la recherche du consensus rendue nécessaire par la libération du suffrage universel. Convaincre, ce n’est plus seulement jouer sur les peurs – encore que Gambetta s’y emploie en 1876 encore en plein Ordre moral, en faisant planer l’ombre du rétablissement des droits féodaux – c’est aussi jouer en virtuose sur un triptyque de valeurs républicaines : la propriété, le travail et l’instruction. Si les discours destinés aux publics bourgeois insistent sur les deux premiers termes, ceux qui s’adressent aux catégories populaires mettent l’accent sur les vertus de l’école. Cette adaptation du contenu à l’auditoire est visible à Honfleur, lors du voyage de septembre 18814. Évoquant devant les négociants du port leur « fortune commerciale », gérée en « hommes d’affaires consommés », le Président de la Chambre expose le lendemain aux dockers du port les bienfaits de l’école, qui seuls permettent d’éviter l’affrontement social : « … nous pensons que l’éducation, cette éducation universelle, est la pierre angulaire de la rénovation sociale. »

  • 5 Gambetta reprend très souvent ce thème, évoqué à dix ans d’intervalle au Havre, en avril 1872, et (...)

9La République est aussi une méthode sage, qui apparaît avec éclat dans l’affirmation de la pluralité des questions sociales. On sait le refus constant de Gambetta de penser LA question sociale, cohérent d’ailleurs avec le refus du terme de classes. Il n’y a pas pour le tribun un problème social, mais des problèmes sociaux5 ; tous ont une solution politique. Ce postulat de la subordination des problèmes sociaux « à la transformation politique » énoncé dès 1869 à la fin du programme de Belleville, est résumé par la formule célèbre : « la forme emporte et résout le fond ». Gambetta le développe en 1874 à l’attention de son ami Victor Cornil, à propos du renouvellement des conseils généraux :

  • 6 Lettre à Victor Cornil, 24 IX 1874, in Discours et plaidoyers politiques, op. cit., tome 4.

« Les infériorités de toute nature dont pâtissent encore… les innombrables couches laborieuses de ce pays, ne dépendent pas d’une solution théorique, uniforme… l’idée d’une telle solution… la démocratie la perd infailliblement au contact de la réalité et, comme on dit vulgairement, en mettant la main à la pâte »6.

10La résolution des problèmes sociaux passe par des lois adaptées ; autant de lois que de questions. C’est la réfutation des paradigmes de la gauche, interventionnisme radical, révolution socialiste, qui renvoient la question sociale comme singularité à une théorie singulière. La posture centriste ici, c’est l’empirisme républicain comme passage de la méthode positiviste dans la politique, par l’observation du terrain, le refus des systèmes.

11La République est enfin, thème majeur de la rhétorique gambettiste, conservatrice. Les bases ont été posées par Spuller dans une lettre qui précédait de peu le discours de Bordeaux :

  • 7 Lettre d’Eugène Spuller du 13 VI 1871, publiée dans la Revue de Paris du 1 VI 1900.

« Plus j’y songe, et plus je me persuade qu’il y a tout avantage à prendre la situation telle qu’elle est, et à entrer dans la carrière avec une hardie et forte proclamation d’une politique franchement conservatrice de l’ordre républicain »7 ;

  • 8 Discours de Bordeaux, 26 VI 1871, op. cit., tome 2
  • 9 Il ajoute malicieusement : « (…) mais il ne faut pas qu’il se fasse uniquement avec des conservate (...)

12Gambetta reprend la balle au bond lors de son discours de rentrée politique : « il faut à ce parti (républicain) un programme net, précis, ennemi des utopies, ennemi des chimères »8. En février 1873, devant l’Assemblée, il insiste sur cette dimension : « Je ne comprendrais pas un régime qui se ferait sans conservateurs… »9. Au banquet d’Aix, à propos de l’élection des délégués des communes pour les sénatoriales, il va plus loin :

  • 10 Discours au banquet d’Aix, 18 I 1876, op. cit., tome 5.

« Il est temps de mettre un terme aux déclamations sur le péril social, sur les programmes révolutionnaires […] Quels sont ceux, en effet, qui peuvent s’appeler conservateurs en dehors de la République ? Et que veulent-ils conserver dans la société actuelle ? Est-ce qu’il y a contestation sur les questions de propriété, de liberté de conscience, d’ordre public, de famille ? Non, aucun de ces principes nécessaires n’est mis en question, aucun n’est attaqué par le parti que je m’honore de servir… »10.

13L’évolution est notable. Dans la bouche de Gambetta, le concept de conservatisme, mot magique, est d’abord un habillage destiné à sauver la République en la rendant acceptable aux libéraux ; à terme, il devient un moyen d’exproprier les orléanistes de leurs valeurs.

La stratégie parlementaire

Gambetta et Thiers

14Ce glissement rhétorique rejoint le fil directeur de la politique de Thiers. Adversaires pendant la Défense nationale, où Thiers pacifiste qualifiait le jeune ministre de la Guerre de « fou furieux », le ministre de Louis-Philippe et le défenseur de Delescluze se rejoignent pour organiser la résistance de l’idée républicaine au projet de restauration des Ducs et à l’Ordre moral.

15Aller vers Thiers, c’est aller au centre, car c’est Thiers qui fait tenir ensemble les deux moitiés de l’Assemblée, en disant aux uns « la République est le régime légal du pays » et aux autres « la République sera conservatrice où elle ne sera pas ». Gambetta ménage Thiers, car le Président non seulement préserve l’idée républicaine, mais est en outre le relais, le passeur, à la fois occulte, acceptable et influent, entre la gauche et le centre droit. Ce rapprochement est souligné sans équivoque par les affiches électorales de Gambetta, candidat aux élections complémentaires du 2 juillet 1871 :

  • 11 Cité par D. Halévy, La fin des notables, op. cit., p. 83.

« Ajouter sur tous les bulletins de vote le nom de Gambetta, qui n’est solidaire d’aucune liste, c’est fonder la République par la conciliation ; c’est créer l’équilibre gouvernemental en donnant à la République deux chefs : l’un pour la fraction Whig, l’autre pour la fraction Tory. Gambetta et Thiers : dès lors, toute porte est fermée aux conspirateurs monarchiques »11.

Centre mathématique et dynamique centriste

  • 12 S. Berstein, « Le centre de l’indécision », dans La France d’un siècle à l’autre, sous la directio (...)

16Il existe donc, d’un point de vue topologique, une véritable dynamique de convergence centriste dans le processus de fondation de la République. Serge Berstein estime « l’impossibilité pour le centre d’avoir une existence propre, à la fois en raison de l’attraction exercée par les forces centrifuges de gauche et de droite »12 ; à cette vision, on peut en ajouter une autre, qui n’est pas contradictoire, celle d’une force centripète qui conduit, au début de la IIIème République, les fondateurs à aller vers le centre, en fonction d’une ligne de plus grande pente. Une sorte de loi gravitationnelle du politique dont la politique de Poincaré, dans les années 1920, est un autre exemple. Il est intéressant de noter que le centre, apparu métaphoriquement pendant la Révolution française comme un « Marais », une « Plaine », est aussi une « vallée », une zone de convergence de deux lignes de pente.

  • 13 J.-M. Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, Paris, Seuil, 1984, Points Histoire, (...)

17C’est cette même « loi » qui, au moment du vote du dispositif constitutionnel de 1875, conduit dans un double mouvement une partie des Ducs – Decazes, Audiffrey-Pasquier – et la réunion Lavergne à rallier le camp des partisans d’une constitution pour éviter « une dissolution… lourde de menace »13, et, en face, Gambetta à accepter le Sénat, « Grand conseil des communes de France », bien qu’il soit la pièce maîtresse voulue par le duc de Broglie dans le nouveau dispositif constitutionnel. C’est un autre exemple, plus souvent souligné que le précédent par l’historiographie, de conjonction au centre. À la différence du premier, qui sera durable, celui-ci repose sur des arrière-pensées qui produiront la crise du 16 mai, Broglie voyant dans le Sénat le levier d’une restauration, Gambetta y voyant l’expression d’une République rurale alors en voie de conversion. L’un parie sur le passé, l’autre sur l’avenir.

18Le « tropisme du centrisme » n’aboutit donc pas nécessairement à un compromis durable, et encore moins à un gouvernement au centre. En l’occurrence, le double glissement de Gambetta et de Thiers fonde la République à gauche, puisque le premier vient du radicalisme et le second du centre. Ce constat conduit à distinguer d’une part un centre mathématique du spectre politique, « lieu géométrique » dit Serge Berstein, et une dynamique centriste de résolution des conflits, qui peut coïncider avec le premier (cas du vote des lois constitutionnelles), mais peut aussi se constituer ailleurs (cas du rapprochement entre Thiers et Gambetta).

La République « inamovible »

19La consolidation passe aussi par les manœuvres politiciennes. Ici, c’est moins d’un glissement vers le centre dont il s’agit que d’un mariage des contraires, d’une alliance de la carpe et du lapin qui vise à produire une majorité de centre gauche. Le centre est ici la résultante des extrêmes. La meilleure illustration en est l’élection des sénateurs inamovibles. L’affaire est admirablement racontée par Daniel Halévy dans La République des Ducs.

  • 14 Daniel Halévy, La République des Ducs, Paris, Pluriel, réédition 1995, p. 145.

« Un légitimiste ardent, de ceux qu’on nommait Chevaux-légers, La Rochette, vint offrir à Jules Simon, contre l’assurance d’un certain nombre de sièges réservés à ses amis, l’appui d’une vingtaine de voix. Jules Simon prévint Gambetta, le marché fut conclu. Gambetta se chargea de l’exécution »14.

20Halévy note que le complot aboutit, entre autres, aux défaites spectaculaires de Broglie et de Decazes, et poursuit :

  • 15 Idem, p. 146.

« Le triomphateur de ce Waterloo des droites, c’était Gambetta. Magnifique et rieur, il menait tout. On l’interpellait, on lui reprochait ses tristes alliés. Il répondait par de joyeux propos : « Je loge, je nourris… mais je ne blanchis pas ». Thiers cependant, félicitait Gambetta : « Vous avez bien joué, lui dit-il beau joueur. Quand on a de la veine, il faut faire suer aux cartes tout leur argent »15.

  • 16 Pour plus de détails sur les sénateurs inamovibles, voir Les Immortels du Sénat : 1875-1918, sous (...)

21Le succès, dont on sait qu’il aboutit à l’élection de 62 républicains pour seulement 13 monarchistes, montre l’habileté de Gambetta à profiter de la discorde entre légitimistes et orléanistes, attisée par la restauration manquée. Il souligne aussi la discipline de vote, puisque tous, même les radicaux, ont donné dans la manœuvre ; à l’heure décisive, les républicains font bloc. Le plus intéressant est sans doute la coloration de centre gauche des immortels qui en résulte. Des hommes d’affaires comme Cordier, président de la réunion Feray, des magistrats libéraux comme Hyacinthe Corne ou Louis Martel, qui avait voté pour les pouvoirs constituants de l’Assemblée du 8 février, des avocats comme Foubert ; en bref beaucoup d’illustres inconnus dont le triomphe est celui de la République conservatrice de Thiers. On comprend qu’il ait exulté : c’était la revanche du 24 mai. Cette coloration est très visible aussi dans l’élection des militaires : de Chadois, les amiraux Pothuau et Jaurès, le général Chanzy, président à l’Assemblée du groupe du centre gauche depuis 187216.

La fondation d’une société républicaine

Une société flottante et bipolarisée

  • 17 Cité par D. Halévy, La fin des notables, op. cit., p. 60.

22Pour que Gambetta réussisse, il fallait cependant que la société française se reconnaisse dans la République. Or, le double traumatisme de la défaite et de la Commune a transformé le pays en une sorte de protoplasme à la fois peureux et indécis. Peur de la guerre étrangère, peur de la guerre civile ; indécision sur le régime, après quatre-vingt ans de troubles et une dizaine de constitutions balayées par les révolutions et les guerres. Les votes républicains des premières années, qui s’expriment dans les scrutins locaux, sont souvent des votes d’adhésion à Thiers le pacificateur, et plus souvent encore des votes en négatif, un refus du principe monarchique : « le sentiment qui domine, écrit George Sand, une effrayante lassitude des dynasties, une méfiance instinctive contre tous ceux qui ont voulu faire nos affaires à notre place »17.

23La République permet de sortir à la fois de la peur et de l’indécision. À ce peuple qui doute, Gambetta montre un chemin républicain. Il s’attache d’abord à inverser les rôles, en instillant l’idée que le fauteur de troubles n’est plus la République, mais la réaction ultramontaine et l’Ordre moral, qui préparent le retour de la guerre civile à l’intérieur, détériorent les relations avec l’Allemagne du Kulturkampf et l’Italie à l’extérieur. A contrario, renversement dialectique majeur, la République apparaît comme le régime de paix. Gambetta doit ensuite combler la fracture entre une minorité ulcérée par la répression de la Commune et une majorité hostile aux partageux. La synthèse de l’ordre et du progrès vient à point, sous l’ombre tutélaire de 1789, dans le discours du Havre en avril 1872 :

  • 18 Discours du Havre, 18 IV 1872, dans Discours et plaidoyers, op. cit., tome 2.

« Le parti républicain n’est pas un parti de révolution, mais c’est un parti de conservation qui garantit le lendemain, et qui assure le développement pacifique légal, progressif de toutes les conséquences légitimes de la Révolution française18 ».

24Ainsi la voie est tracée, l’union se substitue à la discorde, la paix à la guerre.

L’invention des « couches nouvelles »…

  • 19 Le discours fit grand bruit ; même Thiers le trouva « mauvais, très mauvais ». Il est vrai qu’il l (...)

25Pourtant, au début des années 1870, la société républicaine n’existe pas. La « démocratie », pour reprendre le mot par lequel les républicains se désignaient eux-mêmes sous le Second Empire, est un agrégat minoritaire d’hommes d’affaires, de membres de professions libérales et d’universitaires, d’ouvriers surtout, artificiellement soudés par la répression napoléonienne, mais dont la Commune a fait exploser l’unité. Gambetta, dont l’intelligence ici fut d’être absent et de n’en point parler (le salutaire exil de San Sebastian) doit abandonner le rêve caressé pendant la Défense nationale d’un grand parti républicain intégrant le mouvement ouvrier. Il faut « couper sa queue » et miser, pour consolider la République, sur un autre socle sociologique. C’est ici qu’apparaissent, dans le discours de Grenoble de septembre 1872, les « couches nouvelles »19.

26Elles sont en quelque sorte les ancêtres de ces classes moyennes que l’histoire sociale du XXe siècle nous a rendu familières. Toujours plus nombreuses, jamais fixées, elles sont des zones de confluence, où se retrouvent des individus venus d’ailleurs, et en particulier des couches populaires. Sociologiquement, leur élargissement et leur essor – Gambetta a parfaitement compris ici l’impact social de la période impériale – témoignent d’une migration vers le centre, par une extraction de la pauvreté matérielle et morale.

  • 20 Discours de Lille, 15 VIII 1877, op. cit., tome 7.

27Aux « couches nouvelles », Gambetta affirme que seule la République peut consolider ce mouvement ascensionnel, en garantissant la propriété, qui affranchit de la dépendance sociale, en favorisant le travail, qui cimente le lien social – « la fusion s’est faite entre la bourgeoisie et les ouvriers, entre le capital et le travail qui se fécondent l’un par l’autre »20 –, en développant l’instruction enfin, qui permet de transcender les déterminismes sociaux et de s’élever au-dessus de son milieu d’origine.

28Aux antipodes d’une vision pyramidale, fondée sur une lutte des classes et une bipolarisation qu’il récuse, Gambetta pense la société comme une sphère organique où viennent s’agréger des enveloppes nouvelles – professions libérales, petits patrons sortis de la condition ouvrière, paysans propriétaires, employés et commerçants – autour d’une élite déjà formée qui assure la cohésion et la perméabilité de l’ensemble en organisant le travail et en diffusant l’instruction. Dans cette société sphérique, qui élimine progressivement marginalité et discrimination, les couches nouvelles, destinées à devenir majoritaires, sont désignées comme la masse du corps social, comme le cœur d’un écosystème républicain.

… que la rhétorique transforme en corps politique

  • 21 Discours de Grenoble, 26 IX 1872, op. cit., tome 3.
  • 22 Idem.

29Il faut souligner que pas plus que la « démocratie », les « couches nouvelles » n’ont de cohésion sociologique. Leur double unité réside en premier lieu dans la culture politique commune que leur insuffle la rhétorique gambettiste, en second lieu dans la mission qu’elle leur assigne de constituer le socle de la République. Ce groupe central de la société tertio-républicaine naissante est une construction politique plus qu’une réalité sociale ; cette dernière ne prend forme que progressivement, par la politique opportuniste en général et l’école de Jules Ferry en particulier. C’est donc la République qui a inventé les couches nouvelles, et non l’inverse. Elles sont un produit de l’idéologie. Singulièrement, leur visage le plus distinct est d’ailleurs politique, c’est celui des conseillers municipaux, des maires des petites communes, des conseillers généraux. Elles sont, dit Gambetta, « la génération nouvelle de la démocratie, un nouveau personnel politique électoral, un nouveau personnel du suffrage universel »21. Rejetant le tropisme de la Restauration comme celui du socialisme, elles constituent une couche sociale « modérée, patiente, maîtresse d’elle-même, observatrice de la loi, refusant de descendre dans la rue »22. La culture politique des couches nouvelles coïncide avec leur fonction de monde charnière, dont la réussite sociale souligne la vanité des révolutions comme des réactions. Alors même que la République est politiquement à gauche, elle est déjà, sociologiquement, enracinée au centre.

Conclusion

  • 23 Dans Les Droites françaises de la Révolution à nos jours, sous la direction de J.-F. Sirinelli, Pa (...)

30Le bon usage du centre, c’est donc principalement orienter la rhétorique républicaine vers des valeurs consensuelles, pouvant convenir aussi bien à la majorité des républicains qu’aux orléanistes libéraux. C’est exalter la propriété, l’épargne, le travail, la collaboration des classes, adapter les discours aux publics, proposer une société organique et non plus cloisonnée, qui reconnaît à la fois le rôle didactique des élites et la vocation des classes populaires à s’élever. C’est aussi reconnaître le rôle du Sénat comme bastion de la démocratie rurale, et préférer le paradigme du gouvernement empirique à l’esprit de système. C’est enfin parvenir à penser socialement et politiquement les « couches nouvelles ». Dans Les Droites françaises, Jean-Luc Pinol note que les années 1930 furent « un temps de réflexion sur la définition et le rôle des classes moyennes dans la société »23. Accordons à Gambetta d’avoir été un précurseur.

31D’ailleurs, ce bon usage du centre ne manqua pas d’héritiers, de Fallières à Georges Leygues en passant par Raymond Poincaré, dont François Roth écrit :

  • 24 François Roth, Raymond Poincaré, Paris, Fayard, 2001, p. 607.

« En 1930, il avait les mêmes convictions et les mêmes valeurs qu’en 1880. C’étaient celles de la République de Ferry et de Gambetta et ses références fréquentes à Gambetta, Ferry, Carnot et Casimir-Perier le montrent bien […] il avait commencé à gauche, et, tout en gardant le vocabulaire de la gauche gambettiste et ferryste, il était devenu la figure emblématique des modérés »24.

32On peut conclure que sous la Troisième République, tout républicain a été, est ou sera gambettiste.

Notes

1 D. Halévy, La fin des notables, Paris, Poche Pluriel, réédition 1995, p. 80.

2 Voir P. Decormeille, « La philosophie républicaine », dans Les Républicains sous le Second Empire, Entretiens d’Auxerre, Paris, Éditions de la MSH, 1985.

3 Sur Gambetta et les libertés, voir É. Bonhomme : La République improvisée : l’exercice du pouvoir sous la Défense Nationale, Saint-Pierre-du-Mont, Eurédit, 2000, p. 385sq.

4 Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, Paris, Édition Joseph Reinach, 11 volumes, Discours de Honfleur, tome 11.

5 Gambetta reprend très souvent ce thème, évoqué à dix ans d’intervalle au Havre, en avril 1872, et au banquet Grisel en mai 1882.

6 Lettre à Victor Cornil, 24 IX 1874, in Discours et plaidoyers politiques, op. cit., tome 4.

7 Lettre d’Eugène Spuller du 13 VI 1871, publiée dans la Revue de Paris du 1 VI 1900.

8 Discours de Bordeaux, 26 VI 1871, op. cit., tome 2

9 Il ajoute malicieusement : « (…) mais il ne faut pas qu’il se fasse uniquement avec des conservateurs ».

10 Discours au banquet d’Aix, 18 I 1876, op. cit., tome 5.

11 Cité par D. Halévy, La fin des notables, op. cit., p. 83.

12 S. Berstein, « Le centre de l’indécision », dans La France d’un siècle à l’autre, sous la direction de J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli, Paris, Hachette, 1999.

13 J.-M. Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, Paris, Seuil, 1984, Points Histoire, p. 54sq.

14 Daniel Halévy, La République des Ducs, Paris, Pluriel, réédition 1995, p. 145.

15 Idem, p. 146.

16 Pour plus de détails sur les sénateurs inamovibles, voir Les Immortels du Sénat : 1875-1918, sous la direction de J.-M. Mayeur et A. Corbin, avec le concours d’A. Schweitz, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

17 Cité par D. Halévy, La fin des notables, op. cit., p. 60.

18 Discours du Havre, 18 IV 1872, dans Discours et plaidoyers, op. cit., tome 2.

19 Le discours fit grand bruit ; même Thiers le trouva « mauvais, très mauvais ». Il est vrai qu’il le mettait dans un grand embarras vis-à-vis de la majorité de l’Assemblée.

20 Discours de Lille, 15 VIII 1877, op. cit., tome 7.

21 Discours de Grenoble, 26 IX 1872, op. cit., tome 3.

22 Idem.

23 Dans Les Droites françaises de la Révolution à nos jours, sous la direction de J.-F. Sirinelli, Paris, folio histoire, 1995, p. 536.

24 François Roth, Raymond Poincaré, Paris, Fayard, 2001, p. 607.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search