Version classiqueVersion mobile

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

L’échec des bleus du National et de projet de « république du centre » (1848-1849)

Éric Anceau

Texte intégral

1Par-delà la fracture politique majeure provoquée dans notre pays par la Révolution de 1789 entre la gauche et la droite et dont toute notre histoire contemporaine porte l’héritage, des hommes cherchent, dès l’origine, une via media. Qu’ils se reconnaissent dans le bonapartisme, l’orléanisme ou le républicanisme modéré, ces bleus – par opposition aux blancs situés à leur droite et aux rouges placés à leur gauche – détiennent le pouvoir durant une grande partie du premier XIXe siècle, mais toutes leurs tentatives finissent par échouer à brève ou moyenne échéance. Cette communication propose de s’interroger sur l’un de ces échecs, celui des bleus du National au cours des premiers mois de la Deuxième République.

  • 1 Le journal porte le nom de National de 1834 entre décembre 1833 et octobre 1848. Par commodité, no (...)

2Le National, journal fondé en janvier 1830 joue un rôle capital dans le renversement de la Restauration. D’abord favorable à Louis-Philippe, il devient républicain et accentue son évolution vers la gauche, à partir de 1840, lorsque Armand Marrast prend la place de rédacteur en chef. Il contribue à la chute de la Monarchie de Juillet. Au sein de la Deuxième République naissante, il exerce une grande influence et ses rédacteurs comme ses amis occupent certaines des plus hautes responsabilités de l’État, au point que de nombreux contemporains comme Girardin ou Hugo considèrent que la France est alors gouvernée par Le National1.

  • 2 Signalons toutefois les Portraits républicains de J. Ambert (Paris, 1870) et le Ph D non publié de (...)
  • 3 Les témoignages les meilleurs sur 1848, quoique parfois sujets à caution sont C. Robin, Histoire d (...)

3Comment expliquer cet avatar majeur dans la vie du journal et de ses partisans ? Pourquoi la redistribution des cartes du jeu politique place-t-elle désormais ces derniers en position centrale ? Leur discours s’infléchit-il alors ? Leur puissance est-elle aussi importante qu’on l’a prétendu ? Comment expliquer enfin que quelques mois seulement suffisent à leur faire perdre pouvoir et influence, mais aussi à les rejeter à gauche ? On peut s’étonner que, jusqu’ici, nulle étude n’ait véritablement cherché à répondre à ces questions et que Le National et son équipe – en particulier Marrast – aient été négligés, alors que les travaux sur 1848 sont pourtant très nombreux2. La synthèse qui suit repose principalement sur l’ensemble des numéros du journal de janvier 1847 à juin 1849, les écrits des acteurs, enfin des sources objectives qui permettent de mesurer le poids et l’action réels des hommes du National (dossiers de fonctionnaires,…)3. Elle suit au plus près la chronologie, démarche nécessaire pour essayer de saisir 1848 et comprend trois temps : le passage de l’opposition au pouvoir ; la recherche d’une position centrale sous le gouvernement provisoire et la Commission exécutive ; le faux triomphe du « moment Cavaignac », l’échec et le retour à gauche.

  • 4 G. Weill (Histoire du parti républicain en France (1814-oui 1870), Paris, 1928, p. 141 et suiv.) e (...)
  • 5 Le dernier en date est celui de décembre 1847. AN 67 AP 4 : circulaire du 9 février 1848.
  • 6 M. Caussidière, Mémoires, Paris, 1849, t. 2, p. 240 et A. Lebey, Louis-Napoléon Bonaparte et la ré (...)

4Au début de 1848, les hommes du National se situent à la fois nettement à gauche sur l’échiquier politique et en position centrale au sein de l’opposition. Les idées défendues par Marrast et son équipe sont héritées des Lumières, de la Révolution de 1789 à 1792 et du romantisme. Elles sont bleues et républicaines. Retenons simplement ici que le recours aux voies extra-légales est réprouvé à moins qu’il ne soit imposé par d’impérieuses nécessités comme l’absence ou la perte de la liberté et que la réforme électorale (élargissement du cens et, à terme, adoption du suffrage universel) est le principal objectif4. Si le journal compte peu d’abonnés (un peu plus de 4 000 à Paris et de 3 000 en province), il touche bien davantage de monde car il est l’un des titres les plus lus dans les cabinets de lecture. Son rôle en 1830, les idées qu’il défend avec persévérance, la finesse d’analyse et la qualité de plume de ses rédacteurs, en particulier de Marrast lui-même, et les multiples procès dont l’accable le pouvoir5 expliquent son audience et son prestige. Le journal est en contact permanent avec les députés de l’extrême gauche par le biais d’un comité de liaison. Il a établi des liens étroits avec plusieurs confrères de province en les autorisant à reproduire gratuitement ses articles. Il exerce un magistère sur les républicains modérés qui se réunissent dans ses bureaux. Il a su ponctuellement rallier les républicains avancés, même si ces derniers ont trouvé un organe plus représentatif de leurs propres idées avec La Réforme créée en 1843 autour de Ledru-Rollin et s’ils viennent de repousser des offres de rapprochement. Des contacts ont été pris avec le cousin de Louis Napoléon Bonaparte, Napoléon Jérôme, de sensibilité démocrate, mais aussi avec le prince lui-même par l’intermédiaire de Charles de Brunswick, bailleur de fonds du journal6. Enfin et surtout, une alliance a été contractée depuis quelques mois avec la gauche dynastique d’Odilon Barrot, d’autant plus opportune que l’opinion républicaine demeure nettement minoritaire dans le pays. Ce rapprochement qui s’est opéré par le Comité central des électeurs de la Seine et l’éditeur Pagnerre, ami du journal se concrétise avec la campagne des banquets lancée à l’été 1847 pour réclamer la réforme électorale et parlementaire.

  • 7 Il nous est impossible de produire ici toutes les preuves qui nous permettent de définir ce positi (...)

5En février 1848, les hommes du National jouent un rôle capital, quoique pour partie à leur corps défendant, dans la chute du régime. Lorsque le gouvernement menace d’interdire le banquet prévu dans la Seine pour clore la campagne, Marrast rédige lui-même un plan de mobilisation défiant le pouvoir. Cependant, devant la détermination du ministère et la reculade de l’opposition dynastique, le journal finit par accepter l’ajournement du banquet. On sait que le peuple se rend malgré tout sur place le 22 et que la Monarchie de Juillet est balayée en trois jours. Les hommes du National se montrent d’abord soucieux de ne pas rompre avec la gauche dynastique et écartent l’idée de proclamer la République. Ils sont conscients que les événements manifestent la détestation de Guizot plus que la force de l’idée républicaine. Ce n’est qu’en fin de matinée du 24, lorsqu’il devient manifeste qu’une régence et qu’un gouvernement mixte avec Barrot sont impossibles, qu’ils décident de se placer à la tête du mouvement populaire et qu’ils choisissent de s’entendre sur leur gauche. Ils font taire de vieilles rancœurs personnelles pour composer un gouvernement provisoire avec leurs homologues de La Réforme. Marrast, Marie et Lamartine qu’ils viennent de rallier à leur cause jouent un rôle décisif pour faire accepter cette solution d’abord par l’Assemblée puis par le peuple réuni à l’Hôtel de Ville. Le gouvernement provisoire comprend sept membres auxquels s’en agrègent bientôt quatre autres. Le National n’y est représenté, à proprement parler, que par deux hommes – Marie et Marrast, mais la plupart de ses idées modérées sont partagées par Dupont de l’Eure, Arago, Garnier-Pagès et Lamartine dont l’influence est primordiale. La tendance qu’il représente est donc majoritaire et est encore renforcée par l’arrivée quelques jours plus tard de Pagnerre au poste de secrétaire général et par la présence de nombreux sympathisants autour des gouvernants. En outre, elle est centrale entre une droite réduite à Crémieux qui n’est pas lui-même très éloigné des positions du journal et une gauche qui se compose de Ledru-Rollin – il est vrai en charge du ministère clé de l’Intérieur – de Louis Blanc, d’Albert et de Flocon7.

  • 8 À cet égard, les no du National des 25, 26 et 29 février et des 2 et 6 mars sont capitaux.

6Marrast et ses collaborateurs définissent rapidement un programme de gouvernement8. Ce dernier ne fait que reprendre les idées défendues par le journal depuis 1840 et est clairement celui d’une république du centre qui rejette aussi bien les solutions des jacobins et des socialistes que celles des monarchistes de toutes nuances. La seule voie possible est médiane et modérée. Il ne peut être question d’une quelconque dictature. Il faut au contraire effacer l’image de sang et de banqueroute attachée à la Première République pour rendre la nouvelle République, seul régime désormais possible, acceptable puis consensuelle. Il est d’ailleurs fait appel à toutes les bonnes volontés, même si les personnes qui occuperont les postes politiques et administratifs devront être choisies avec discernement. L’ordre sera assuré, les propriétés sauvegardées et les libertés fondamentales garanties. En cette période de crise économique, les capitalistes seront aidés mais les justes revendications des plus humbles seront également satisfaites par des réformes progressives. Le programme de politique extérieure traduit aussi cette volonté transactionnelle. Les traités de 1815 sont certes nuls en droit mais ils doivent être acceptés en fait, car la France, tout en se réservant le droit d’intervenir à l’étranger si ses intérêts le réclament, est pacifique. Une dynamique de rassemblement est clairement recherchée. Les hommes du National profondément attachés à la légalité et soucieux du respect de la volonté du peuple rappellent d’ailleurs que le pouvoir n’est que temporaire. Le gouvernement doit réserver l’avenir en convoquant sans tarder une Assemblée Constituante élue au suffrage universel masculin.

  • 9 Outre les références déjà mentionnées, voir Procès-verbaux du gouvernement provisoire…, Paris, 195 (...)
  • 10 En plus des sources primaires, ont été consultés G. Cahen, « Louis Blanc et la Commission du Luxem (...)

7Durant les premiers jours du nouveau régime, les républicains modérés du gouvernement essaient de tenir un cap médian (préoccupation essentielle du retour à l’ordre, refus du drapeau rouge ou d’un ministère du Travail, mais proclamation du droit au travail, création d’une Commission du gouvernement pour les travailleurs au Luxembourg et des Ateliers nationaux,…), au milieu de l’orage (situation financière critique, crise économique, pression de la rue,…). Ils y sont encouragés par le ralliement ostensible au régime de la quasi-totalité des Français, y compris les notables orléanistes, ce qui déplace le centre de gravité politique du pays vers la gauche et les met désormais en position centrale. Le National soutient la majeure partie de leurs décisions (adoption du suffrage universel, liberté de presse et de réunion, progressivité des réformes sociales, circulaire de Lamartine, politique financière de Goudchaux puis de Garnier-Pagès,…), mais il prend soin d’affirmer son indépendance, d’autant plus que les mauvaises langues prétendent qu’il va devenir le journal officiel. Marrast démissionne donc de la rédaction en chef lorsqu’il devient maire de Paris. Le journal manifeste aussi son attachement à l’alliance contractée à gauche au matin du 24 février, par peur que la jeune République ne passe aux mains de ses ennemis de droite et ne se condamne à terme. Comme Ledru-Rollin, il souhaite que les institutions et l’administration soient républicanisées. Il reproche aux ministres Crémieux et Subervie d’y répugner et se satisfait finalement que ses amis obtiennent de nombreuses places de commissaires et de sous-commissaires de la République, dans la magistrature et dans le corps diplomatique9. Cependant, le quotidien manifeste aussi plus de méfiance que le gouvernement, et en particulier que Lamartine, à l’égard des jacobins (Caussidière tient la préfecture de police), des clubs ou de la Commission du Luxembourg, perçue comme un possible contre-pouvoir. Cette double menace (de droite et d’extrême gauche) trouve sa concrétisation dans les journées des 16 et 17 mars. Dès lors, les hommes du National et en particulier Marrast et Marie organisent la mise en défense de leur république du centre : prise de contacts dans la garde nationale, instrumentalisation des Ateliers nationaux et de la garde mobile, participation à l’organisation de la Société centrale démocratique…10.

  • 11 No du journal à partir du 7 mars, P.-v. du gouvernement provisoire, op. cit., p. 154 ; A. Marrast (...)
  • 12 Le National reproduit ces listes entre le 30 mars et le jour du scrutin.
  • 13 Relevons à titre d’exemple que les socialistes A. Barbès, Considérant, L. Blanc et Albert figurent (...)
  • 14 La collection la plus complète de professions de foi se trouve à la B.N.F. en 4° Le64 1 et suiv.
  • 15 La Révolution de 1848 et le Second Empire (1848-1859), vol. VI de l’Histoire de France contemporai (...)
  • 16 « The French Election of April 23, 1848 : Suggestions for a Revision », French Historical Studies, (...)
  • 17 Le révisionnisme de F. A. de Luna est encore plus radical puisqu’il descend à 230 dans The French (...)
  • 18 Il n’est pas assez critique à l’égard des listes publiées par Le National. L’absence de liste pour (...)
  • 19 Les méthodes d’investigation prosopographique permettent de lever de nombreuses incertitudes. Nous (...)

8Dès l’avènement de la République, les hommes du National et, plus largement les républicains modérés ont fait des élections à la Constituante leur priorité car ils sont convaincus que les résultats détermineront l’avenir du régime. Pendant la première semaine de mars, le principe du suffrage universel masculin et le texte d’organisation des élections élaboré par Marrast après consultation de Cormenin et d’Isambert sont adoptés. Parallèlement est constitué un Comité central des élections générales où les hommes du National et leurs sympathisants entrent en masse aux côtés de républicains plus avancés. Il s’agit clairement d’opposer le front des républicains de la veille à la duplicité des républicains du lendemain. Cette alliance à gauche se traduit aussi dans le désir partagé d’affranchir le peuple de la tutelle des notables grâce à un mode de scrutin approprié et de le préparer à bien voter, dans l’approbation donnée aux différentes circulaires de Ledru-Rollin et de son secrétaire général Jules Favre ou encore dans l’appel renouvelé à des épurations11. Cependant, les hommes du National ont davantage foi dans le suffrage universel que leurs alliés car, selon eux, le peuple a l’instinct du bien. Ils sont donc hostiles à tout ajournement des élections, condamnent la tentative de l’extrême gauche d’obtenir un report, le 16 avril, et se réjouissent de son échec. À la veille du scrutin, leur inquiétude est néanmoins perceptible, malgré la confiance qu’ils s’efforcent d’afficher. Il ressort en effet des listes patronnées par le Comité central qu’il a fallu composer avec les situations politiques locales et faire des compromis12. De nombreux républicains modérés ont été ainsi écartés – certains décidant malgré tout de se présenter sur d’autres listes – au profit de républicains plus avancés, voire de socialistes ou de républicains du lendemain13. Cela rend l’interprétation des résultats délicate, d’autant plus que quasiment tous les candidats se prétendent républicains14 alors que beaucoup d’entre eux le font par pur opportunisme, que les partis ne sont pas structurés et que la recomposition politique est en cours. Il est néanmoins capital de s’y arrêter. Charles Seignobos voyait dans ce scrutin une victoire du parti du National15. Dans un article qui a fait date, George W. Fasel remettait radicalement en cause cette interprétation et concluait pour sa part à une défaite16. Il parlait en effet de 270 à 280 républicains modérés élus sur les 851 candidats victorieux, là où Seignobos en donnait 50017. Son estimation nous paraît trop basse et ses conclusions méritent d’être nuancées. Les méthodes qu’il a utilisées pour y parvenir ne sont pas recevables18. Nous pensons pour notre part qu’un minimum de 273 républicains modérés de la veille ont été élus, représentant donc 32,1 % de l’ensemble, mais 256 autres élus, soit 30,1 % ne sont pas classables, dans l’état actuel de nos connaissances19. Si beaucoup d’entre eux entretiennent manifestement le flou pour ne pas avoir à afficher leurs sympathies monarchistes, une grande partie sont peu marqués, encore indécis ou en voie de repositionnement. Or, ces hommes détiennent la clé de la majorité. Certains sont sans expérience politique et risquent de se donner à qui saura les séduire ou de fluctuer au gré des événements. Voilà pourquoi Le National – comme la plupart des observateurs contemporains – reste très prudent et considère que la physionomie de l’Assemblée se déterminera à ses actes. Malgré tout, le journal ne cache pas sa déception : la plupart de ses rédacteurs et son directeur gérant, Charles Thomas ont été battus et surtout les résultats globaux sont très en deçà de ses espérances. Or, ils sont d’autant plus significatifs que la participation a été massive.

  • 20 Nous continuerons d’utiliser ce terme pour évoquer les hommes qui se reconnaissent dans le program (...)
  • 21 Sur les 18 membres de la commission, huit sont des amis du National et trois en sont proches. Si b (...)
  • 22 Si, dès l’origine, elle ne comprend pas la totalité des républicains modérés, elle en réunit la ma (...)
  • 23 Sur les 40 sièges à pourvoir, les républicains modérés de la veille n’en gagnent avec certitude qu (...)

9L’influence persistante des notables, la faiblesse de l’idée républicaine dans le pays, les difficultés du gouvernement à se faire respecter et à résoudre la crise, voire l’impopularité de certaines mesures ont certainement pesé lourd dans ce relatif insuccès. Cependant, il importe surtout de relever pour notre propos que les républicains modérés20 en rendent responsable leur alliance à gauche. Marrast dont les relations avec Ledru-Rollin sont de plus en plus tendues joue ici un grand rôle, de même que les élus de province inquiets de la situation qu’ils découvrent à leur arrivée dans la capitale. Les républicains modérés peuvent surtout se permettre de changer de stratégie parce qu’ils sont appelés à constituer à la fois le groupe le plus important de l’Assemblée et son pivot entre quelques socialistes et radicaux et des conservateurs beaucoup plus nombreux, mais d’origines variées et qui n’osent encore critiquer ouvertement le nouveau régime. L’élection du bureau de l’Assemblée, puis dans une certaine mesure, celle de la Commission du pouvoir exécutif qui succède au gouvernement provisoire, témoignent de leur puissance. En outre, le gouvernement constitué par ces « pentarques » ne se compose plus que de républicains modérés de la veille et d’hommes qui semblent s’être sincèrement ralliés à leur cause. L’attentat du 15 mai contre la représentation nationale consomme la rupture. Des hommes proches du National remplacent des républicains plus avancés à des postes clés. Ainsi, Trouvé-Chauvel succède à Caussidière à la préfecture de police. La commission chargée de préparer la Constitution et le premier projet qu’elle élabore montrent l’influence du courant21 qui s’organise en formant la réunion parlementaire du Palais-National22. Cependant, de nombreux républicains modérés, comme Marrast, trouvent que la Commission exécutive influencée par Lamartine et Ledru-Rollin ne prend pas la pleine mesure du péril rouge. Ils envisagent alors une solution plus musclée. L’instrument en serait le général Cavaignac qui vient d’accepter le portefeuille de la Guerre. Le National cherche à éviter la rupture entre ces partisans de la fermeté et les conciliants qui soutiennent la majorité de l’exécutif (Lamartine, Ledru-Rollin et Garnier-Pagès). Comme les résultats des élections législatives des 4 et 5 juin sont mauvais23, Le National lui-même finit par s’en prendre à la Commission exécutive. Les intransigeants s’assurent la victoire sur la question décisive des Ateliers nationaux. Ils en critiquent le coût et l’audience croissante qu’y reçoit la propagande d’extrême gauche. Ils se retrouvent en la circonstance aux côtés de la droite pour réclamer leur liquidation immédiate et obtiennent gain de cause. Les journées de juin qui résultent de cette décision entraînent le remplacement de la Commission par Cavaignac, la réunion de tous les républicains modérés pour vaincre l’anarchie et l’écrasement de l’extrême gauche au prix d’une sanglante guerre des rues. En apparence, la République du centre triomphe. En fait, il ne s’agit que d’une victoire à la Pyrrhus qui contient les germes de l’échec final.

  • 24 Girardin qui avait dénoncé, dès le 22 juin, les manœuvres du National pour provoquer une insurrect (...)
  • 25 Discours à l’Assemblée du 8 août. M. U. du 9.
  • 26 Par exemple, Cavaignac pèse, le 25 août, pour que les poursuites contre Blanc et Caussidière soien (...)
  • 27 P. Lévêque, « Les élections municipales et cantonales en 1848 », dans J.-L. Mayaud dir., 1848, Par (...)

10Durant le « moment Cavaignac », les républicains modérés semblent être en mesure d’asseoir « leur République » sur des bases solides. Le général est nommé le 28 juin chef du gouvernement et président du Conseil. Son gouvernement se compose de républicains modérés et sincères. Ce sont Marie puis bientôt Marrast qui président l’Assemblée. Les républicains de gouvernement contrôlent la capitale par la préfecture de police et la préfecture de la Seine, rétablie après la suppression de la fonction de maire de Paris. Le corps préfectoral est repris en main. Cependant, les attaques de gauche comme de droite ne tardent pas à pleuvoir sur cet accaparement du pouvoir derrière lequel la plupart voient la « clique », la « coterie » du National24. En outre, les républicains modérés apparaissent très divisés. La réunion du Palais-National est abandonnée par une partie de ses cadres qui fondent la réunion de l’Institut. Les instigateurs de cette scission, Garnier-Pagès, Pagnerre et Barthélemy-Saint-Hilaire lui reprochent d’être inféodée à un pouvoir qu’ils rendent responsable de la chute de la Commission exécutive. D’autres républicains modérés siègent avec la droite, rue de Poitiers, dans des réunions de moindre importance ou refusent de s’affilier à aucun groupe. En outre, les deux figures dominantes du courant, Cavaignac et Marrast ne s’apprécient guère. Mais les principales tensions parmi les républicains modérés résultent de la politique qui est menée à partir de juillet. En effet, l’écart ne cesse de croître entre les idéaux que continue de défendre Le National et les impératifs du « réalisme gouvernemental », selon l’expression du ministre de la Justice, Marie25. Les hommes au pouvoir adoptent plusieurs mesures de réaction, tout en essayant, parfois maladroitement, de donner le change26. Il faut en effet préciser que de nombreux représentants indécis jusque-là se laissent séduire par les discours des ténors de la droite et impressionner par les victoires des conservateurs aux élections municipales et cantonales de l’été27. Or, Cavaignac se montre soucieux de satisfaire la majorité. Le National souligne ses nombreux désaccords avec cette politique : abandon du projet de nationalisation des chemins de fer, décrets sur les clubs et sur le cautionnement, retrait de la mention du droit au travail du projet de Constitution, poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,… Il ne cesse pourtant d’apporter son soutien au pouvoir en arguant du caractère provisoire de certaines décisions et de la nécessité de maintenir l’unité du parti sérieusement menacée face à la montée du péril.

  • 28 Le 7 octobre, Le National réclame l’inscription dans la Constitution du principe de l’élection du (...)

11En effet, les républicains modérés subissent une déroute lors des élections législatives complémentaires du 17 septembre. À l’inverse la cause bonapartiste progresse. Le National raille les premières interventions parlementaires de Louis-Napoléon Bonaparte, mais la rédaction du journal et de nombreux membres du parti s’inquiètent, car il va bientôt falloir élire le chef de l’État. Or, les républicains modérés ne s’accordent sur aucune des options qui permettraient d’écarter le danger (sort des amendements Grévy, Leblond, Thouret,…)28. Beaucoup ont foi dans le bon sens des Français. D’autres estiment que la souveraineté populaire ne peut être reniée. Quelques partisans de l’ancienne Commission exécutive agissent enfin par ressentiment à l’égard de Cavaignac qui sera le candidat des républicains modérés. Néanmoins, en continuant de se soumettre aux volontés de l’Assemblée, le général est plus que jamais le favori de la grande majorité des représentants du peuple. Le National déplore que cet alignement conduise à des erreurs comme le remaniement ministériel du 13 octobre. Il n’en soutient pas moins totalement la candidature du chef du pouvoir exécutif. S’il fait peu de cas des candidats de gauche, il concentre ses attaques sur Louis-Napoléon Bonaparte qu’il juge le plus dangereux. Il s’émeut des divisions persistantes du parti (publication par Barthélemy-Saint-Hilaire et ses amis d’une brochure et de circulaires à leurs électeurs pour dénoncer l’attitude de Cavaignac en juin, offensive à l’Assemblée de ces « mousquetaires de la désunion »,…), tout en cherchant à les minimiser pour en atténuer les effets sur l’opinion. Contrairement à beaucoup de républicains modérés, le comité de rédaction ne se berce guère d’illusions sur l’issue du scrutin. Dès le 12 décembre, il constate l’échec du chef de l’exécutif. L’usure du pouvoir, des mesures impopulaires (impôt des quarante-cinq centimes,…) et quelques fautes (affaire des récompenses nationales, retard du départ des courriers,…) ont pu l’amplifier. Les vraies raisons sont davantage à chercher dans la popularité de l’idée napoléonienne contrairement à la cause de la République modérée. Qu’il suffise de rappeler que Cavaignac n’arrive en tête que dans quatre départements et qu’il le doit en grande partie au soutien des légitimistes locaux. De plus, il semble que le soutien du National, loin de servir sa cause, lui a nui. Beaucoup d’adversaires de la République ont même prétendu que voter Cavaignac consisterait à perpétuer la mainmise de la clique du National sur l’État. Loin de cesser avec l’élection du 10 décembre, les attaques contre le journal et ses amis redoublent car l’Assemblée décide de ne pas se séparer avant le vote des lois organiques destinées à consolider la législation d’esprit républicain et s’obstine à réélire Marrast à sa présidence.

  • 29 Ce changement de ligne éditoriale explique peut-être la démission de C. Thomas de la direction, en (...)
  • 30 Ainsi, le 1er février, le journal prend fait et cause pour la Solidarité Nationale qui vient d’êtr (...)
  • 31 La plupart des figures du parti ne se sont pas présentées ou sont battues comme Marrast. Cavaignac (...)

12Alors que Louis-Napoléon Bonaparte, désormais président de la République, désigne un gouvernement dont ne fait plus partie qu’un seul républicain de la veille, Bixio, du reste rapidement démissionnaire, Le National en appelle à la vigilance. Tout en demandant aux républicains de respecter le verdict des urnes, il entend s’assurer que les vainqueurs restent dans les limites de la Constitution. Avec ses amis que l’on commence à appeler constitutionnalistes, il se retrouve nettement à gauche29. Les critiques contre les républicains plus avancés disparaissent de ses colonnes au profit d’hommages et de soutiens30 et l’ennemi, clairement identifié, la réaction, ne cesse d’être dénoncé : épurations du corps préfectoral et du parquet ; multiples pressions subies par l’Assemblée au dedans comme au dehors pour se séparer avant de voter les lois organiques, remise en cause des acquis de février-mars, politique du gouvernement à l’égard des affaires romaines. Il s’inquiète que beaucoup de républicains constitutionnels renoncent à siéger par découragement ou refusent de prendre clairement position sur la prolongation de la législature, par peur de se rendre impopulaires et de ne pas être réélus, laissant ainsi le champ libre à la droite. Il en appelle à l’union en vue des élections législatives. De nombreux républicains constitutionnels refusent de suivre ce mot d’ordre. Les autres sont rejetés par les républicains avancés qui leur reprochent d’avoir soutenu la répression de juin, puis la politique de Cavaignac. Tout en faisant apparaître le nom de Ledru-Rollin sur leurs listes, les républicains constitutionnels vont donc seuls au combat et sans grande énergie. Pris entre le marteau de gauche et l’enclume de droite, ils sont victimes de la bipolarisation de la vie politique française et subissent une déroute totale aux élections législatives du 13 mai 184931. Dans la nouvelle Assemblée, leurs rares élus s’alignent désormais souvent sur la Montagne. Quant au National, il insiste davantage que par le passé sur la nécessité de réformes sociales et sur la légitimité de l’insurrection pour défendre la Constitution et la République.

  • 32 Il ne survit pas au coup d’État du 2 décembre 1851 (AN F/18/391).

13De février 1848 à mai 1849, l’histoire des bleus du National est donc celle d’un échec. Arrivés au pouvoir avec leurs amis républicains modérés, grâce à un concours de circonstances favorables, ils sont convaincus que leurs idéaux vont rassembler et triompher. Cependant, ils se heurtent vite à la réalité des faits. Si les élections législatives d’avril 1848 préservent leurs chances, elles sont loin d’amener le succès escompté. Le pays n’est pas encore gagné à la République. Juin 1848 semble marquer leur victoire. Avec Cavaignac, l’angélisme fait place au pragmatisme, la République modérée devient gestionnaire et les amis du National exercent les plus hautes responsabilités. Mais juin fait aussi et surtout s’évanouir l’espoir de rassemblement et avorter le centrisme de positionnement. La persistance des difficultés économiques et sociales, les erreurs et les divisions internes dues en grande partie au fait que les bleus sont constamment partagés entre leurs désirs d’ordre et de mouvement, le redressement de la gauche, celui plus prononcé et plus précoce encore de la droite, l’étoile montante de Louis-Napoléon Bonaparte entraînent une désaffection des masses. Cette dernière devient de plus en plus nette à chaque nouvelle consultation électorale. La latéralisation de l’électorat marginalise les républicains modérés. Lorsque Marrast quitte la présidence de l’Assemblée, le 26 mai 1849, ces hommes entament une longue traversée du désert et il faut attendre plus de vingt ans pour que soit tenté un nouvel essai de république du32 centre. Le National a alors disparu depuis longtemps.

Notes

1 Le journal porte le nom de National de 1834 entre décembre 1833 et octobre 1848. Par commodité, nous l’appellerons National au long de cette étude, comme le faisaient d’ailleurs les contemporains. A. N. F/18/391.

2 Signalons toutefois les Portraits républicains de J. Ambert (Paris, 1870) et le Ph D non publié de G. W. Fasel, The French Moderate Republicans, 1837-1848, (Univ. de Stanford, 1965).

3 Les témoignages les meilleurs sur 1848, quoique parfois sujets à caution sont C. Robin, Histoire de la Révolution française de 1848, Paris, 2 vol., 1849-1850 ; É. Régnault, Histoire du Gouvernement provisoire, Paris, 1850 ; D. Stern, Histoire de la Révolution de 1848, Paris, s. d. [1850] ; L.-A. Garnier-Pagès, Histoire de la Révolution de 1848, Paris, 8 vol., 1861-1872. Dans l’espace restreint de cette communication, nous ne pouvons malheureusement donner ni nos emprunts à ces ouvrages ou à d’autres du même type, ni même nos multiples références au National.

4 G. Weill (Histoire du parti républicain en France (1814-oui 1870), Paris, 1928, p. 141 et suiv.) et P. Bastid (Doctrines et institutions politiques de la Seconde République, Paris, 1945, t. I, p. 92 et suiv.) donnent une présentation détaillée de ce programme. Le Dictionnaire politique publié par Duclerc et Pagnerre en 1842 avec plusieurs hommes du National dont Marrast le reprend pour l’essentiel.

5 Le dernier en date est celui de décembre 1847. AN 67 AP 4 : circulaire du 9 février 1848.

6 M. Caussidière, Mémoires, Paris, 1849, t. 2, p. 240 et A. Lebey, Louis-Napoléon Bonaparte et la révolution de 1848, Paris, 1907, t. I, p. 146 et suiv.

7 Il nous est impossible de produire ici toutes les preuves qui nous permettent de définir ce positionnement. Sur l’un des cas les plus complexes, J.-P. Guinle, « Les choix politiques d’Arago en 1848 (Étude critique) », François Arago, Cahiers de l’Univ. de Perpignan, no 2, 1987.

8 À cet égard, les no du National des 25, 26 et 29 février et des 2 et 6 mars sont capitaux.

9 Outre les références déjà mentionnées, voir Procès-verbaux du gouvernement provisoire…, Paris, 1950, p. 112, Garnier-Pagès, op. cit., p. 351-352 ; D. Stern, op. cit., p. 194 et suiv. ; A.-J. Tudesq, Les Grands notables en France (1840-1849),…, Bordeaux, 1964, t. II, p. 1028 et suiv.

10 En plus des sources primaires, ont été consultés G. Cahen, « Louis Blanc et la Commission du Luxembourg (1848) » ; Annales de l’E.L.S.P. 1897, D. C. Mc Kay, The National Workshops,…, Cambridge Mass., 1933 ; P. H. Amann, Revolution and Mass Democracy : The Paris Club Movement in 1848, Princeton, 1975, M. Traugott, Armies of the Poor,…, Princeton, 1985.

11 No du journal à partir du 7 mars, P.-v. du gouvernement provisoire, op. cit., p. 154 ; A. Marrast et J.-F. Dupont de Bussac, De l’organisation du suffrage universel, Paris, 1848 et P. de La Gorce, Histoire de la Seconde République française, Paris, 1904, 3e éd., t. 1, p. 210.

12 Le National reproduit ces listes entre le 30 mars et le jour du scrutin.

13 Relevons à titre d’exemple que les socialistes A. Barbès, Considérant, L. Blanc et Albert figurent sur les listes patronnées par le Comité comme les anciens dynastiques Bineau et de Grammont.

14 La collection la plus complète de professions de foi se trouve à la B.N.F. en 4° Le64 1 et suiv.

15 La Révolution de 1848 et le Second Empire (1848-1859), vol. VI de l’Histoire de France contemporaine de Lavisse, Paris, 1921, p. 82-83 ; L. Girard le suit encore dans La Deuxième République (1848-1851), Paris, 1968, p. 121.

16 « The French Election of April 23, 1848 : Suggestions for a Revision », French Historical Studies, 1968, p. 285-298.

17 Le révisionnisme de F. A. de Luna est encore plus radical puisqu’il descend à 230 dans The French Republic under Cavaignac, 1848, Princeton, 1969, p. 112.

18 Il n’est pas assez critique à l’égard des listes publiées par Le National. L’absence de liste pour la Seine-Inférieure ne lui fait pas prendre en compte ce département. Il souligne qu’aucun républicain modéré ne s’est fait élire sur les 15 sièges coloniaux alors que seuls quatre étaient à pourvoir en avril 1848 et au moins un (si ce n’est deux) a été emporté (A. N. C 1325 à 1329). En outre, il utilise les scrutins à la Constituante et la participation des élus aux réunions du Palais-National en mai et juillet pour déterminer leur tendance au moment des élections.

19 Les méthodes d’investigation prosopographique permettent de lever de nombreuses incertitudes. Nous pourrons sans doute affiner notre estimation lorsque l’enquête lancée par le C.R.H. du XIXe siècle de Paris-I et Paris-IV sur les acteurs politiques de 1848 aura livré ses résultats.

20 Nous continuerons d’utiliser ce terme pour évoquer les hommes qui se reconnaissent dans le programme du National, même si les conservateurs vont progressivement se l’approprier.

21 Sur les 18 membres de la commission, huit sont des amis du National et trois en sont proches. Si beaucoup se montrent effacés, Marrast prend une part essentiel aux travaux. La meilleure présentation est celle de P. Bastid, op. cit., t. I, p. 217 et suiv.

22 Si, dès l’origine, elle ne comprend pas la totalité des républicains modérés, elle en réunit la majeure partie. No des 26 mai et 1er juin du journal et L. Babaud-Laribière, Histoire de l’Assemblée nationale constituante, Paris, 1850, t. 1, p. 44 et suiv.

23 Sur les 40 sièges à pourvoir, les républicains modérés de la veille n’en gagnent avec certitude que neuf. En outre, les indécis et inclassables ne sont que plus que huit. Thiers et L.-N. Bonaparte ont été plébiscités. Enfin, Le National ne place dans la Seine que Goudchaux sur 11 élus alors que Caussidière arrive en tête et que la candidature de Duras dont le journal a voulu faire un test a été repoussée.

24 Girardin qui avait dénoncé, dès le 22 juin, les manœuvres du National pour provoquer une insurrection et rendre la dictature de Cavaignac nécessaire est arrêté. Beaucoup de contemporains interprètent cette mesure comme une simple vengeance.

25 Discours à l’Assemblée du 8 août. M. U. du 9.

26 Par exemple, Cavaignac pèse, le 25 août, pour que les poursuites contre Blanc et Caussidière soient votées puis se précipite pour serrer la main de Ledru-Rollin qui a parlé contre cette mesure.

27 P. Lévêque, « Les élections municipales et cantonales en 1848 », dans J.-L. Mayaud dir., 1848, Paris, 2002, p. 79 à 103.

28 Le 7 octobre, Le National réclame l’inscription dans la Constitution du principe de l’élection du président au suffrage universel, mais l’ajournement temporaire de son application.

29 Ce changement de ligne éditoriale explique peut-être la démission de C. Thomas de la direction, en dépit des dénégations de celui-ci. No du National des 6 et 18 février 1849 et A. N. F/18/391.

30 Ainsi, le 1er février, le journal prend fait et cause pour la Solidarité Nationale qui vient d’être dissoute. Le 2, il défend l’amnistie pour les insurgés de juin. Le 4 avril, il se désole du verdict du procès de Bourges concernant Barbès.

31 La plupart des figures du parti ne se sont pas présentées ou sont battues comme Marrast. Cavaignac, tête de liste dans la Seine n’est élu qu’en 17e position. Au total, d’après G. Génique (L’Élection de l’Assemblée législative en 1849,…, Paris, 1921) qui suit C. Seignobos, les républicains constitutionnels ne sont qu’environ 70 sur 750 élus.

32 Il ne survit pas au coup d’État du 2 décembre 1851 (AN F/18/391).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search