Version classiqueVersion mobile

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

La Monarchie de Juillet : une monarchie du centre ? Le « juste-milieu » : évolutions et contradictions de la culture orléaniste juillet 1830-février 1848

Gwénael Lamarque

Texte intégral

  • 1 C’est ainsi qu’il est défini dans la plupart des dictionnaires de la seconde moitié du XIXe siècle, (...)

1Étymologiquement, le mot centre vient du grec kentron qui signifie pointe ou aiguille et dont la traduction latine centrum, désigne la branche fixe d’un compas autour de laquelle l’autre pivote ou le milieu d’une figure géométrique. C’est seulement à partir de la Restauration, qu’il revêt une connotation politique, désignant « le groupe des députés qui à la Chambre siège en face du Président […] et qui cherche le plus ordinairement à éviter les difficultés […] »1. Pourtant, son utilisation dans le vocabulaire politique courant est beaucoup plus tardive et demeure difficile à apprécier historiquement : à titre d’exemple, ses excroissances lexicales – centriste et centrisme – sont seulement admises dans le dictionnaire de la langue française en 1921 et 1936. Compte tenu de la proximité de la Révolution, le premier XIXe siècle préfère d’ailleurs y substituer les qualificatifs de marais, plaine, ou encore ventre, afin de définir une politique ou un parti qui se situe au centre.

  • 2 Conceptualisée par les doctrinaires et Guizot, critiquée pour des raisons différentes par Alexis de (...)
  • 3 Cette distinction paraît effectivement trop manichéenne, mais surtout postérieure. Elle est en effe (...)

2La Monarchie de Juillet est née d’une brève révolution qui par sa nature ressemble à celle de 1789, car elle rassemble dans une même dénonciation des abus de Charles X, la classe moyenne2 et les classes populaires ; et par son dénouement à celle de 1688 en Angleterre, scellant l’accession au trône de la branche cadette des Bourbons réputée modérée. Elle propulse de manière sine qua non sur la scène gouvernementale le parti orléaniste qui prolonge et renouvelle à sa manière la culture libérale. Coincé d’emblée entre deux fronts d’oppositions, les républicains à gauche et les légitimistes à droite, il se retrouve un peu malgré lui au centre. Au-delà de l’adhésion à cette dynastie, s’esquissent les pluralités et les rivalités d’une grande famille hostile plus qu’une autre à toute forme de discipline parlementaire, dont la célèbre dichotomie3 entre mouvement et résistance ne reflète pas vraiment les réalités. Il faut en effet différencier : une gauche dynastique autour de Barrot, Laffitte et du journal Le Siècle disciple d’un libéralisme réformateur favorable à la petite bourgeoisie ; un centre gauche autour de Thiers et du Constitutionnel défendant une politique libérale quelquefois conservatrice et une politique extérieure parfois agressive ; un centre du centre, le tiers parti de l’avocat Dupin, affublé lui-même de juste-milieu ou encore de marais, alternativement libéral ou conservateur selon ses intérêts ; enfin, un centre droit autour de Perier, Broglie, Guizot et du Journal des Débats, adepte d’un conservatisme accessoirement libéral, qui évolue progressivement vers la droite, provoquant ainsi la désolidarisation de son aile la plus modérée autour des conservateurs progressistes du marquis de Castellane à partir de 1846. Ces nuances sont en fait celles d’une seule et même culture politique, résolument plurielle, qui disparaissent d’ailleurs après la révolution de 1848 lorsque les orléanistes rejoignent en masse le très œcuménique parti de l’ordre.

  • 4 Littéralement, le juste-milieu signifie la propriété ou la valeur qui évite les inconvénients d’ext (...)
  • 5 Le caricaturiste Honoré Daumier en assure au cours du premier trimestre 1831, une popularisation dé (...)

3En janvier 1831, Louis-Philippe dans une réponse à l’adresse de la ville de Gaillac utilise le premier l’expression du juste-milieu4 afin de caractériser la nature et le fonctionnement du nouveau régime. Cette formule est immédiatement puis constamment reprise par ses partisans comme ses adversaires5 au point de se confondre avec l’orléanisme. La Monarchie de Juillet est-elle ainsi une monarchie du centre, fidèle à cette déclaration de principe, c’est-à-dire un régime d’équilibre et de stabilité à une époque assez tourmentée ? Si tel est le cas, comment en expliquer l’échec en février 1848 ? Succombe-t-elle effectivement à ses insuffisances, ses prétentions voire à ses dérives éventuelles ? Quelle est ensuite la postérité de cette expérience ? Constitue-t-elle véritablement un acte fondateur pour la culture libérale ? Quelle place occupe enfin le juste-milieu dans l’univers des représentations des libéraux français ?

Un juste-milieu entre l’Ancien Régime et la Révolution : un centrisme d’adhésion ou de circonstance ? (juillet 1830-mars 1831)

  • 6 Dixit Louis-Philippe devant les chambres réunies le 9 août 1830.

4Le juste-milieu se définit d’abord par une double volonté de conciliation et réconciliation afin de tenter une synthèse inédite et définitive entre l’Ancien Régime et la Révolution. Ce pacte d’alliance6 est mis en pratique par un gouvernement de coalition (11 août-2 novembre 1830) puis uniquement de gauche réformiste jusqu’en mars 1831.

  • 7 La loi du sacrilège est abolie, les évêques sont exclus du Conseil d’État, de la Chambre des Pairs (...)
  • 8 Le duc d’Orléans souhaitait effectivement prendre le nom de Philippe VII, vraisemblablement en mémo (...)
  • 9 Par exemple cette proclamation du préfet du Rhône J. Paulze d’Ivoy, en date du 10 août 1830.

5La conciliation se concrétise par un aménagement significatif de la Charte constitutionnelle, c’est-à-dire prioritairement la suppression d’une cinquantaine d’articles jugés liberticides, dont le préambule de 1814 à tonalité particulièrement réactionnaire. Des changements institutionnels et juridiques sont aussi notables. Les grandes libertés publiques sont désormais protégées. La liberté religieuse est proclamée, le catholicisme n’est plus que la religion de la majorité des français et les lois de la fin août et du début novembre 1830 prolongent l’article 6, en éloignant durablement le clergé des sphères décisionnelles7. La liberté de presse est garantie par l’article 7, qui indique que la censure ne pourra plus être rétablie. Les prérogatives du pouvoir législatif sont étendues, le roi ne peut plus s’opposer par ordonnance à l’application des lois (article13), ni légiférer seul, les chambres reçoivent avec lui cette initiative (article 14) et le droit de vote est appelé à s’étendre ultérieurement (article 30). La cérémonie du sacre millénaire à Reims est enfin remplacée par un serment devant les chambres (article 65). Les changements symboliques et sémantiques sont assurément les plus nombreux, du moins les plus visibles. Le souverain prend le titre de roi des Français et non plus roi de France, sous le nom de Louis-Philippe8. Ce patronyme semble d’ailleurs conjuguer plus ou moins consciemment deux cultures antagonistes, la tradition des Louis, nostalgiques de l’Ancien Régime et celle des Philippe, acquis aux idées révolutionnaires, dont le trait d’union entre les deux prénoms semble conforter la fusion additionnelle. Les Français deviennent des « citoyens » (article 10) et la Charte leur est confiée par l’article 66, constituant une première reconnaissance de la souveraineté populaire. La France reprend enfin ses couleurs tricolores et fait disparaître les lys de ses armes (article 67). Les proclamations préfectorales retranscrivent bien cet état d’esprit9 :

« Les mandataires fidèles de la France, interprètes de ses vœux,
viennent d’appeler le : DUC D’ORLEANS AU TRÔNE.
Une constitution forte assure toutes nos Libertés.
Notre Charte nouvelle est confiée au patriotisme et au courage des Gardes Nationales et de tous les Français.
Un roi que ses lumières et ses penchants rendent un Roi-Citoyen, nous offre la garantie d’un gouvernement stable et libre.
Célébrons ce mémorable événement. Répétons tous ces cris : VIVE LE DUC D’ORLEANS, ROI DES FRANÇAIS ! ! VIVE LA
LIBERTÉ ! ».

  • 10 L’usage du terme patrie est un compromis intéressant, qui élude volontairement une qualification in (...)

6Une série de gestes symboliques matérialise la nouvelle cohésion nationale. Dès le 31 juillet 1830, le duc d’Orléans entre à Paris en arborant une cocarde tricolore interdite depuis 1814. Un peu plus tard dans la même journée, son accolade avec Lafayette, tous deux enveloppés dans un drapeau tricolore au balcon de l’hôtel de ville de Paris, théâtralise la réconciliation des deux France. La même scène – avec les mêmes protagonistes – se reproduit le 7 août 1830 cette fois au balcon du palais royal (lieu de résidence de Louis-Philippe) devant une foule plus nombreuse. La remise des premières décorations aux gardes nationaux par Louis-Philippe, le 29 août 1830, se transforme en un véritable sacre populaire, il réédite d’ailleurs l’expérience le 31 octobre suivant devant plus de 300 000 spectateurs. Dans le courant du mois d’août 1830, une ordonnance de Guizot, alors ministre de l’Intérieur et des Cultes, consacre l’église Sainte-Geneviève en un panthéon réservé à la sépulture civile des grands hommes de la patrie10. Le 23 octobre 1830, une nouvelle ordonnance crée l’inspection générale des monuments historiques afin de protéger le patrimoine et valoriser l’émergence d’une mémoire nationale au-delà des vicissitudes des années révolutionnaires. Un décret rétablit à Paris le nom de place de la Concorde, anciennement place de la Charte ou place Louis XVI. Durant l’hiver 1830, Louis-Philippe se rend au Diorama afin d’y admirer un tableau de Louis Daguerre, intitulé Le Tombeau de Napoléon à Sainte-Hélène, lançant ainsi sa grande opération de récupération de la légende napoléonienne, que suit l’émission de 165 médailles dédiées aux grandes heures de l’Empire. Au début de l’année suivante, le roi, sous les pressions de son président du conseil Jacques Laffitte, consent à retirer péniblement ses armoiries du sceau de l’État et les remplace par une stylisation de la Charte de 1830. Enfin une analyse numismatique montre que le revers des nouvelles pièces se couvre d’une couronne composée d’une branche d’olivier et de laurier, symbole d’unité et de longévité, mais aussi exacte synthèse des revers frappés pendant la Révolution, l’Empire et la Restauration. La monnaie reprend d’ailleurs emblématiquement le nom de franc, remplacé en 1814 par celui d’écu.

7Certains indices minimisent pourtant cet œcuménisme et cette modération apparente, et, renforcent l’hypothèse d’un centrisme de circonstance plus que d’adhésion.

  • 11 Comme le souligne Victor Hugo dans Choses vues. Souvenirs, journaux, cahiers (1830-1846).

8Si des changements institutionnels sont indéniables, de grandes incertitudes demeurent. Il n’y a pas véritablement de séparation des pouvoirs, pourtant si chère à Montesquieu, dans la tradition duquel s’inscrit philosophiquement l’orléanisme. Le douloureux problème de la responsabilité des ministres n’est pas tranché, seulement abordé partiellement dans l’article 12 de la Charte. Il faut attendre l’ordonnance du 2 novembre 1830 afin de voir instituer un président du Conseil et la double confiance ne s’applique que progressivement et n’est mentionnée nulle part, laissant ainsi libre cours aux interprétations concurrentes. Une lexicométrie appliquée à la Charte de 1814 et à celle de 1830 révèle certaines proximités : malgré ses nombreux amendements, les références à la personne ou à la fonction royale sont proportionnellement toujours aussi nombreuses (il en est question dans presque un article sur trois), confirmant ainsi le rôle épicentral du souverain, mais aussi les limites du juste-milieu appliqué aux institutions. Nouvelles limites, cette fois dans la pratique gouvernementale : l’épuration massive de l’été 1830 constitue l’un des plus grands chassé-croisé de l’histoire administrative française. En tout 82 préfets sur 86 sont révoqués, 244 sous préfets sur 277, 3 615 maires, 2 037 adjoints, 74 procureurs généraux et 65 colonels. Une loi du 10 avril 1830 autorise l’armée à ouvrir le feu sur les attroupements après seulement trois sommations. Plus anecdotique mais tout autant intéressante, la nature des relations qu’entretiennent dès les premières semaines Louis-Philippe et ses ministres : il leur adresse un nombre incalculable de billets, d’un ton plutôt cassant, scrupuleux et dirigiste, l’éloignant ainsi de sa stature d’homme modéré. L’incidence de sa famille dans la conduite des affaires est aussi caractéristique : le duc d’Orléans participe par exemple avec son père au Conseil des ministres, et, la sœur du roi possède sur lui un ascendant évident11. L’enterrement enfin de son ancienne gouvernante en janvier 1831 provoque une vive polémique : le roi revient sur l’une de ses ordonnances afin d’honorer les derniers vœux de la défunte, en autorisant son enterrement au Mont Valérien fermé quelques semaines plutôt. Beaucoup d’orléanistes font entendre leur désaccord à travers le Constitutionnel qui pose ironiquement la question le 8 janvier 1831 : « Comment, sous un régime aussi parfaitement constitutionnel, il peut encore exister des ordonnances qui ne soient pas générales ? »

Un juste-milieu entre l’ordre et la liberté : un centrisme en équilibre ? (mars 1831-octobre 1840)

9Le pacte de juillet s’efface devant les nécessités d’un nouveau compromis entre l’ordre garant de la paix sociale et les réformes libérales souhaitées par la Révolution : bref une voie médiane entre conservatisme et libéralisme.

10Deux moments se succèdent, le premier résolument conservateur (mars 1831-janvier 1836) se résume par la formule de Casimir Perier – nouveau président du Conseil – lors du discours qu’il prononce le 13 mars 1831 : « Au-dedans l’ordre sans sacrifices pour la liberté ; au dehors la paix sans qu’il en coûte rien à l’honneur ». Inévitable par la persistance des troubles sociaux et post-révolutionnaires, cette période s’ouvre paradoxalement par des réformes promises au cours de l’été 1830. La loi du 21 mars 1831 démocratise les institutions municipales et départementales et donne à plus de 2,9 millions de citoyens le droit de vote (soit presque 10 % de la population). La loi du 19 avril 1831 réorganise les élections de la Chambre : la pratique du double vote est proscrite, la patente est réintégrée dans le calcul du cens, qui est lui-même abaissé, doublant le nombre d’électeurs de 90 000 à 166 000 (plus de 240 000 à la fin du règne). La loi du 29 décembre 1831 supprime l’hérédité de la pairie et en assure la diversification sociale en faveur de la bourgeoisie. Enfin la loi de réaménagement de la Garde nationale du 22 mars 1831, instaure un système médian entre le principe d’élection et de collation des grades, et, avalise le changement de sa devise qui désormais affiche ses prétentions : liberté et ordre public. La politique d’ordre s’impose surtout à partir des élections de juillet 1831, largement remportées par les conservateurs du centre-droit, et se manifeste d’abord par un nombre important de répressions : plus de 520 procès politiques à Paris intra muros dont 204 condamnations de caricaturistes ou de journalistes, avec une fréquence accrue entre 1832 et 1834. La répression sanglante des canuts de Lyon au cours de l’automne 1831, inaugure une série de 2000 arrestations et 89 autres répressions du même type. Le régime adopte ensuite un arsenal législatif liberticide : une loi de janvier 1834 soumet les crieurs publics à une autorisation préalable et révocable ; la loi du 10 avril 1834 interdit les associations non autorisées de plus de vingt personnes ; et les lois de septembre 1835, musèlent définitivement la presse et les autres moyens d’expression considérés responsables du climat insurrectionnel. Malgré l’orientation fortement parlementaire du régime, les premières formes de dérives dynastiques se ressentent, prioritairement sur le terrain des représentations. Le protocole de cour est réintroduit en décembre 1834, et, à partir de 1832, l’avers des pièces représente une tête de Louis-Philippe laurée alors que celles de ses deux prédécesseurs ne l’étaient pas. Il faut effectivement remonter à la dernière partie de l’Empire pour trouver la tête de Napoléon elle aussi laurée, ce qui dénote une stratégie de valorisation de la fonction royale et de la personne du roi en particulier, ainsi qu’un signe tangible de napoléonite aigue.

  • 12 Ces gestes sont plus discrets et plus ponctuels entre 1831 et 1836 : inauguration le 28 juillet 183 (...)
  • 13 L’image de Napoléon évolue complètement dans l’esprit de Louis Philippe, au regard de sa correspond (...)
  • 14 Par exemple Mme de Balby, née Caumont-La Force, amie du comte de Provence et favorite de Louis XVII (...)

11Un moment plus libéral s’ouvre à partir de février 1836, sous l’effet conjugué d’un essoufflement des oppositions et l’éloignement temporaire de l’aile droite des orléanistes. D’importants gestes d’éclats12 s’accomplissent sous l’impulsion des deux passages de Thiers au gouvernement en 1836 et 1840 : l’inauguration de l’Arc de Triomphe en juillet 1836, celle de l’obélisque de la place de la Concorde la même année, mais surtout le retour des cendres de l’Empereur le 15 décembre 1840, qui constitue l’apothéose de sa récupération politique13. Le mariage du fils aîné de Louis-Philippe, le 30 mai 1837, est un formidable prétexte pour concrétiser la politique de détente initiée par le nouveau ministère Molé tout en fortifiant le caractère héréditaire du régime. Une grande loi d’amnistie politique est votée le 8 mai 1837, précédée par celle de Louis Napoléon Bonaparte en novembre 1836, et, suivie par celle de Barbés en juillet 1839. De manière plus solennelle, les célébrations des noces sont volontairement œcuméniques : une cérémonie d’union civile précède un service catholique puis protestant, la bru de Louis-Philippe étant une princesse allemande de confession luthérienne. Le Roi inaugure dans cette lancée le château de Versailles, le 10 juin 1837, dédié à toutes les gloires de France et dont les commandes aux principaux artistes de son temps reflètent un véritable syncrétisme historique : il y a effectivement autant de scènes de batailles du Roi Soleil que du fils de la Révolution. Le mariage enfin de la seconde fille du Roi avec un prince protestant allemand, le 18 octobre de la même année, permet de donner des garanties aux milieux les plus conservateurs. Les cérémonies toujours œcuméniques se déroulent au Trianon devant un parterre d’invités plus restreint, majoritairement composé par la vielle noblesse en voie de ralliement ou fraîchement ralliée à Louis-Philippe14. Le roi octroie la réouverture de l’église Saint Germain de l’Auxerrois – fief des catholiques légitimistes – et accepte que les crucifix soient replacés dans les écoles par souci d’apaisement.

  • 15 Voir à ce propos les témoignages de Jean-Pons-Guillaume Viennet dans Journal de Viennet. Pair de Fr (...)
  • 16 Moment d’intense crise sociale, les grèves se généralisent un peu partout au cours du printemps pui (...)

12Néanmoins la déclivité conservatrice de la politique du juste-milieu ne s’endigue pas : les lois du 18 juillet 1837 et du 10 mai 1838 réduisent significativement les prérogatives des conseils municipaux et des institutions départementales pourtant démocratisées depuis 1831 ; la loi du 14 mars 1838 sur les fonds secrets donne à la police les moyens de luttes efficaces contre les mouvements d’opposition. Plus qu’une dérive en terme de mesures, c’est en terme de pratique et de méthode que l’évolution est la plus sensible. L’arrivée du ministère Molé en septembre 1836 marque le retour incontestable de Louis-Philippe sur la scène gouvernementale : le roi mène son fiacre en régnant et gouvernant. Qualifié de Louis XIV de la Bourgeoisie, il doit d’ailleurs affronter à son tour une véritable fronde parlementaire. L’évolution des discours du trône qui ouvrent traditionnellement les sessions parlementaires, est assez révélatrice : de 1832 à 1840 non seulement le nombre de paragraphes augmente témoignant de l’intervention du roi dans des domaines de plus en plus variés, mais surtout leur style se personnalise à outrance par l’utilisation de la première forme du singulier ou du pluriel de majesté. Les élections anticipées de novembre 1837, montrent l’extraordinaire collusion entre fonctionnaires et candidats ministériels ainsi que les dérives liées à la corruption électorale15. La célébration enfin du dixième anniversaire de la Révolution en juillet 184016 marque un éloignement significatif du trône vis-à-vis des Parisiens : alors que les cérémonies d’inauguration de la place de la Bastille sont grandioses, le souverain n’y participe pas très activement pour des raisons de sécurité.

Un juste-milieu entre conservation et gestion : un centrisme sédentaire ou à la dérive ? (octobre 1840-février 1848)

  • 17 « Nous garderons intact le dépôt sacré de l’ordre et des libertés publiques que la Charte nous a co (...)

13Cet équilibre hésitant entre un conservatisme libéral et un libéralisme conservateur s’achève avec l’arrivée du ministère Soult Guizot, qui scelle une interprétation désormais statique du juste-milieu17.

  • 18 Prosper de Barante note le 27 octobre 1841 : « Le pays a besoin de repos, il aime le statu quo, il (...)
  • 19 Le Duc de Broglie dans une lettre à Guizot en date du premier trimestre 1840 remarque : « Il faut s (...)
  • 20 Louis-Philippe éprouve peu de sympathie à l’égard des doctrinaires trop rigides et trop peu enclins (...)

14Ce statu quo18 s’applique prioritairement aux institutions. 1840 marque l’avènement d’un modus vivendi qui met fin au conflit latent entre la Chambre et le Roi, en adoptant une interprétation médiane des prérogatives de chacun : le roi règne et le gouvernement gouverne. L’instabilité ministérielle chronique19 fait place à une certaine continuité gouvernementale, possible grâce aux relations étroites qu’entretient le trio gouvernemental c’est-à-dire le Roi, son président du Conseil – chef légal du cabinet – le Maréchal Soult et son ministre des Affaires étrangères – chef réel du cabinet – François Guizot. Sans entrer dans sa complexité20, leur entente s’est construite progressivement dans le travail et la défense commune d’une certaine idée conservatrice de la France, mais surtout un respect mutuel et une confiance réciproque scellant des décisions communes.

  • 21 L’Abbé Genoude – député légitimiste – ainsi que la Gazette de France sont favorables au suffrage un (...)
  • 22 Guizot crée onze nouvelles facultés dans des villes de province déjà universitaires, plusieurs nouv (...)
  • 23 Lamartine critique ainsi Guizot et son immobilisme le 23 novembre 1842 : « Faire son portrait ? Une (...)

15Une allergie presque symptomatique à toutes formes de réformes s’impose bientôt dans la gestion courante des affaires, et, lorsque le gouvernement fait preuve de quelques velléités réformatrices, il se heurte au mur des corporatismes. La réforme électorale est repoussée constamment à partir de 1842, pour des motifs avant tout circonstanciels et accessoirement idéologiques. Si les discussions tournent d’abord autour de l’extension plus ou moins significative du corps électoral, qui représente à peine 1 % de la population, la polémique sur le suffrage universel l’emporte rapidement et coalise radicaux, bonapartistes et certains royalistes nationaux21. La réforme parlementaire souhaitée par les orléanistes progressistes, visant à rendre incompatible le cumul d’un mandat législatif et le statut de fonctionnaire, afin d’éviter la dérive clientéliste de la vie publique, est écartée systématiquement. L’immobilisme prévaut aussi sur la question scolaire trop étroitement liée à la question religieuse. Dans l’enseignement primaire, la loi du 28 juin 1833 semble une limite à ne pas dépasser. Elle contraint effectivement chaque commune à ouvrir une école laïque ou ecclésiastique et admet implicitement la liberté de l’enseignement, même s’il n’est ni gratuit, ni obligatoire. La réforme de l’enseignement secondaire sur ce même principe, demandée par les milieux catholiques libéraux de Lamennais ou Montalembert, est habilement esquivée, et se solde, après une vaste polémique, par une interdiction négociée des congrégations religieuses en juin 1845. Ce débat déborde sur celui de l’Université et en limite considérablement la réforme. Le corps professoral, soucieux de préserver son monopole sur la collation des grades accordé en 1808, s’oppose par exemple à sa décentralisation pourtant si chère à Guizot22. La réforme du système colonial français s’avère tout aussi délicate. La loi d’avril 1833, réorganisant l’administration de certaines colonies, selon le modèle censitaire métropolitain, avec un conseil colonial délibératif, assorti d’un gouverneur directement nommé par le Roi, est une borne infranchissable23. Les tentatives d’abolition de l’esclavage menée par Victor Schoelcher pourtant soutenues par Guizot entre 1844 et 1847 se brisent d’ailleurs contre les puissants intérêts des planteurs. En 1840, l’enquête du ministre de l’Intérieur, Charles de Rémusat, auprès des conseils généraux, marque une très nette hostilité des notables orléanistes contre la charité légale et n’incite pas le gouvernement à entamer une grande réforme sociale afin de pallier l’accroissement des précarités. Elle se traduit par les timidités de la loi du 22 mars 1841 à l’application d’ailleurs très aléatoire, limitant le travail des enfants seulement dans les manufactures et non dans les campagnes ; mais aussi par le refus catégorique du ministère Guizot de reconnaître un droit au travail en pleine crise économique (janvier 1848). D’autre part, afin de satisfaire des milieux économiques majoritairement protectionnistes, l’État fuit la concurrence internationale en relevant par exemple le 26 juin 1842 ses droits de douanes sur certains textiles, en alignant en 1843 les taxes des producteurs de sucre à betterave sur ceux de canne des Antilles, ou en abandonnant enfin en 1845 le projet d’union douanière franco-belge. Il s’allie ainsi les foudres de certains économistes libéraux comme Barthélemy Dunoyer, Jean Baptiste Say ou encore Frédéric Bastiat. Appliqué à l’économie, le juste-milieu trahit ainsi une certaine incapacité à définir le rôle et la place de l’État dans une économie en voie d’industrialisation. La loi sur les chemins de fer du 11 juin 1842 est exemplaire : elle prévoit en effet la création d’un réseau ferroviaire par l’État et sa concession pour exploitation à des compagnies privées. Des dispositions similaires se retrouvent dans les lois sur les défrichements et les travaux publics, traduisant plus les hésitations d’une doctrine qu’un compromis intentionnel. Les refus successifs d’intervenir à l’étranger au risque de froisser le patriotisme français, correspondent aux souhaits conjoints du Roi et de Guizot de ne pas rééditer les excès de la Révolution et de l’Empire. La diplomatie de la Monarchie de Juillet oscille donc entre des alliances avec des puissances libérales comme l’Angleterre (première entente cordiale) et des puissances conservatrices (l’Autriche, la Prusse ou la Russie) afin de préserver tant bien que mal l’illusion d’un équilibre européen.

16Le vieillissement du roi – qui a 70 ans le 6 octobre 1843 – accentue indéniablement son caractère despotique et la dérive désormais personnelle du régime. Tous les témoignages convergent. Alexis de Tocqueville en dresse un portrait peu flatteur dans ses Souvenirs (février 1848-octobre 1849) :

« quoique le prince fût issu de la race la plus noble de l’Europe, qu’au fond de son âme il en cachât tout l’orgueil héréditaire, il possédait cependant la plupart des qualités et des défauts qui appartiennent plus particulièrement aux rangs subalternes de la société […] ».

17Mais aussi Charles de Rémusat dans ses Mémoires (1858) :

« ce qu’il pardonnait moins au régime constitutionnel et à ses prosélytes orthodoxes, c’était la prétention de s’effacer. Il revendiquait dans chaque occasion sa part d’influence et de réputation […] Il avait une grande idée de lui-même se croyait propre à tout et ne pouvait souffrir qu’on eut la prétention de faire mieux, ou qu’on méconnut sa supériorité ».

18Ou encore son propre fils, le prince de Joinville dans une lettre à son frère le duc de Nemours en novembre 1847 :

« il n’y a plus de ministres, leur responsabilité est nulle. Tout remonte au roi. Le Roi est arrivé à cet âge où l’on n’accepte plus les observations. Il est habitué à gouverner et il aime montrer que c’est lui qui gouverne […] Le pis c’est que je ne vois pas de remède ».

  • 24 Aux tableaux de Joseph Désiré Court Le roi donnant les drapeaux à la Garde Nationale (1834) ou de F (...)

19Louis-Philippe est ainsi parcouru de sentiments concurrents. Sa consanguinité royale s’oppose à sa culture d’adoption bourgeoise et avec l’âge, la première s’impose définitivement sur la seconde. Sa physionomie rappelle d’ailleurs étrangement celle de son aïeul Louis XIV, comme l’atteste certains de ses contemporains, la Comtesse de Boigne ou le Baron Gros. Les coutumes du Roi évoluent avec lui. S’il se rend 398 fois à Versailles au cours de son règne, c’est entre 1842 et 1847 que ses visites sont plus fréquentes et plus longues, alors que les travaux de restauration de l’édifice sont terminés. Ses goûts artistiques se teintent d’un néoclassicisme plus conservateur qui l’éloigne du romantisme. Ses représentations picturales renforcent la propension dynastique et non plus élective ou populaire de la monarchie24. Le Roi consacre même, le 25 août 1841, une chapelle à Saint-Louis, dont il se plaît à rappeler la parenté. Gouvernant par lui-même avec des ministres assujettis, convaincu d’avoir absolument réussi, il supporte mal les objections. Les conseils des ministres deviennent des parodies, le roi soliloque, Guizot chemine dans son sens, les ministres l’écoutent, le maréchal Soult s’efface et prend sa retraite en septembre 1847.

  • 25 « Personne ne juge l’état moral de notre temps plus sévèrement que moi […] Mais je crois en ce même (...)

20Deux événements parachèvent l’évolution à droite du juste-milieu. La mort du duc d’Orléans le 13 juillet 1842 rompt l’équilibre politique au sein de la famille royale et ouvre une double crise. Dynastique d’abord, le roi doit maintenant tout faire afin d’éviter ou du moins limiter une régence. Ses déplacements se circonscrivent, les revues de la Garde nationale sont tout simplement supprimées et ses apparitions au balcon des Tuileries rarissimes à partir de 1846. La loi de régence, au profit du très autoritaire duc de Nemours, provoque une crise antidynastique : étant apprécié des milieux progressistes et réformateurs, la mort prématurée du duc d’Orléans, met fin aux espoirs de toute une partie de l’opinion (notamment la petite bourgeoisie) qui devient de plus en plus hostile au régime. Les élections du 1er août 1846, largement remportées par le parti conservateur, concourent inéluctablement à l’ultime étape du repli sur soi de la monarchie. Dés le lendemain, dans un discours à Lisieux, Guizot affirme clairement ses intentions : « Toutes les politiques vous promettent le progrès. La politique conservatrice seule vous le donnera ». Cette apogée conservatrice correspond en fait à un aveuglement progressif lié à la fracture ouverte entre le pays réel et le pays légal25. Le gouvernement croit à tort qu’il suffit de sauvegarder la paix, dynamiser l’économie, garantir les grands travaux et affermir sa majorité parlementaire pour être automatiquement assuré du lendemain. Il mésestime naïvement les mécontentements d’une partie croissante de la bourgeoisie, les incidences sociales puis politiques de la crise économique qui éclate à la fin 1846, et l’usure du pouvoir que de nombreux scandales discréditent au cours de l’année suivante. Cet autisme précipite de facto la chute prématurée et subite de la monarchie en février 1848.

21Le centrisme de juillet est donc un centrisme nomade qui s’adapte allégrement au gré des situations. Si en juillet 1830, il est ouvert et généreux portée par un véritable élan populaire habilement récupéré, dès mars 1831, il tente de trouver un équilibre délicat entre sa nature conservatrice et sa culture libérale ; enfin au tournant 1840, il se replie sur ses certitudes et s’éloigne de ses préceptes initiaux. Cette évolution régressive du juste-milieu traduit surtout le relatif pragmatisme des libéraux français qui essaient en vain de conjuguer des aspirations visiblement contradictoires, mais aussi les limites de leur méthode de gouvernement apparemment au centre mais techniquement à droite. La Monarchie de Juillet constitue cependant l’un des moments fondateurs de la culture libérale en France, confrontée pour la première fois à l’exercice durable du pouvoir. Elle consacre effectivement son évolution définitive à droite, même si elle conserve a posteriori cet identique tropisme vers le centre, dont elle entretient d’ailleurs subtilement l’ambiguïté. Au-delà, la formule même du juste-milieu est plus ou moins constamment reprise dans le champ référentiel des libéraux français au cours des décennies suivantes.

TABLE D’ORIENTATION DE LA VIE POLITIQUE SOUS LA MONARCHIE DE JUILLET

TABLE D’ORIENTATION DE LA VIE POLITIQUE SOUS LA MONARCHIE DE JUILLET

Chronologie ministérielle sous la Monarchie de Juillet

- Période transitoire : 29 juillet-11 août 1830
- Ministère de coalition : 11 août-2 novembre 1830
- Ministère Lafitte : 2 novembre 1830-13 mars 1831
- Ministère Périer : 13 mars 1831-16 mai 1832
- Période interministérielle (6 mois)
- Ministère Soult : 11 octobre 1832-avril 1834 (triumvirat : Thiers/Broglie/Guizot)
- Période interministérielle (3 mois)
- Ministère Gérard : 18 juillet 1834-18 novembre 1834
- Ministère Mortier : 18 novembre 1834-12 mars 1835
- Période interministérielle (6 jours)
- Ministère Broglie : 18 mars 1835-18 janvier 1836
- Période interministérielle (1 mois)
- Ministère Thiers : 22 février-août 1836
- Période interministérielle (1 mois)
- Ministère Molé : 6 septembre 1836-15 avril 1837
- Ministère Molé II : 15 avril 1837-8 mars 1839 (sans les doctrinaires)
- Période interministérielle (3 semaines)
- Ministère Gasparin : 31 mars-12 mai 1839
- Ministère Soult II : 12 mai 1839-20 février 1840
- Période interministérielle (11 jours)
- Ministère Thiers II : 1er mars-29 octobre 1840
- Ministère Soult III : 29 octobre 1840-septembre 1847
- Ministère Guizot : septembre 1847-23 février 1848
- Ministère Molé III : 23 février-24 février 1848
- Ministère Thiers III : 24 février 1848

Notes

1 C’est ainsi qu’il est défini dans la plupart des dictionnaires de la seconde moitié du XIXe siècle, comme dans La grande encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, Paris, Éd. H. Lamirault et Cie, 1860.

2 Conceptualisée par les doctrinaires et Guizot, critiquée pour des raisons différentes par Alexis de Tocqueville, Louis Blanc ou Chateaubriand, décrite avec sarcasme par Flaubert ou Balzac, caricaturée par Daumier et Philipon, la classe moyenne – ou bourgeoisie – recouvre au premier XIXe siècle des réalités diverses. Si elle se caractérise par l’acquisition d’une fonction, d’une fortune et d’une culture, qui la différencie des classes populaires et de l’aristocratie, elle se traduit in vivo par une grande diversité de cas qui peut grossièrement se résumer à cette trinité aux proportions fort inégales : une haute bourgeoisie très minoritaire sur laquelle s’appuient prioritairement les orléanistes, regroupant de grands notables, des financiers, des négociants, d’importants fabricants, des hauts fonctionnaires et des éditeurs de grands journaux ; une bonne bourgeoisie largement majoritaire, commerçante ou libérale (avocats, médecins, etc.) ; enfin une petite bourgeoisie à peu près en nombre égal, proche des classes pauvres dont elle est le plus souvent issue depuis peu, regroupant la petite fonction publique et les boutiquiers.

3 Cette distinction paraît effectivement trop manichéenne, mais surtout postérieure. Elle est en effet utilisée pour la première fois par Charles de Rémusat dans ses Mémoires en 1858, publiées un siècle plus tard. Sous la Monarchie de Juillet, Le Mouvement est d’ailleurs le nom d’un journal républicain d’inspiration sociale fondé par Achille Roche.

4 Littéralement, le juste-milieu signifie la propriété ou la valeur qui évite les inconvénients d’extrêmes opposés, en se situant à égale distance de ces deux excès supposés. Ce terme existe depuis l’Antiquité dans la philosophie et la poésie. Aristote, le définit comme la vertu de médiété entre deux contraires, le faisant entrer ainsi dans l’ère de la postérité. Quelques siècles plus tard, les poètes latins s’en emparent, Ovide dans ses Métamorphoses pour en souligner les mérites et Horace dans ses Odes, pour lui donner une nouvelle interprétation : son aureas médiocritas désigne en effet une condition sociale à juste distance entre les esclaves et l’aristocratie. Le glissement progressif du sens éthique vers un sens plus sociologique trouve ses premières illustrations dans la littérature de la Renaissance et de l’époque moderne. De nombreux écrivains comme Jean de la Bruyère mais surtout Molière font l’apologie d’une morale bourgeoise du juste milieu. Une synergie s’établit donc entre une position sociale et une éthique qui s’y identifie avant de la caractériser. Un siècle plus tard, les Lumières donnent à ce concept une connotation politique, Montesquieu en fait l’éloge dans L’esprit des lois : le juste milieu est une méthode d’administration, de gouvernement, qui consiste à maintenir par la modération et les lois entre les prétentions des partis. La Révolution Française lui confère enfin une première matérialisation dont le mouvement monarchien et modérantiste girondin se font les interprètes malheureux, puis le directoire, sous lequel la formule est utilisée comme telle. Les grands théoriciens du libéralisme moderne (Mme de Staël, Constant) puis les doctrinaires (Guizot, Royer-Collard) stigmatisent cette modération et le gouvernement de la raison, mais la formule réapparaît seulement sous la plume de Louis-Philippe à laquelle d’ailleurs il impose son nouvel orthographe en insérant (volontairement ?) un trait d’union entre les deux mots.

5 Le caricaturiste Honoré Daumier en assure au cours du premier trimestre 1831, une popularisation définitive mais aussi une connotation plus négative, grâce à la publication des célébrités du juste milieu dans le journal satirique La Caricature fondé en novembre 1830.

6 Dixit Louis-Philippe devant les chambres réunies le 9 août 1830.

7 La loi du sacrilège est abolie, les évêques sont exclus du Conseil d’État, de la Chambre des Pairs et du Conseil de l’Instruction publique, les traitements supplémentaires des cardinaux supprimés ainsi que les bourses de séminaires nouvellement accordées sous la Restauration.

8 Le duc d’Orléans souhaitait effectivement prendre le nom de Philippe VII, vraisemblablement en mémoire de son père rebaptisé sous la Révolution Philippe Égalité. Mais surtout plus symboliquement en souvenir de Philippe VI dit Philippe le salique, dernier roi de France à avoir porté ce nom entre 1328 et 1350, mais premier Valois à monter sur le trône après l’extinction des capétiens directs. Louis-Philippe porta d’ailleurs enfant le titre de duc de Valois. En 1835, il commande à Henry Scheffer un tableau de la bataille de Cassel (23 août 1328) conduite victorieusement par Philippe VI contre les Flamands : l’une des trois seules œuvres du musée de Versailles, qui s’inspire de l’époque médiévale.

9 Par exemple cette proclamation du préfet du Rhône J. Paulze d’Ivoy, en date du 10 août 1830.

10 L’usage du terme patrie est un compromis intéressant, qui élude volontairement une qualification institutionnelle hasardeuse tout en renouant subtilement avec la phraséologie révolutionnaire.

11 Comme le souligne Victor Hugo dans Choses vues. Souvenirs, journaux, cahiers (1830-1846).

12 Ces gestes sont plus discrets et plus ponctuels entre 1831 et 1836 : inauguration le 28 juillet 1831 de tables de Bronze, dédiées aux victimes de juillet 1830 et 1789 ; inauguration d’une nouvelle effigie de Napoléon sur la colonne Vendôme le 28 juillet 1833 ; lancement le 1er septembre de la même année des travaux de restauration d’un bon nombre de châteaux, dont Versailles désormais musée national ; création du Comité des travaux historiques en juillet 1834 par Guizot.

13 L’image de Napoléon évolue complètement dans l’esprit de Louis Philippe, au regard de sa correspondance privée. Ainsi au très petit grand homme, qu’il raille dans une lettre du 28 avril 1814 à son ami Stahrenberg (ambassadeur d’Autriche à Londres), succède l’évocation de l’Empereur, de ses gloires mais aussi de ses excès dans ses lettres au comte Molé (par exemple celle du 2 décembre 1838).

14 Par exemple Mme de Balby, née Caumont-La Force, amie du comte de Provence et favorite de Louis XVIII. Voir à ce propos la correspondance de Louis Philippe à Molé en date du 20 octobre 1837 au soir.

15 Voir à ce propos les témoignages de Jean-Pons-Guillaume Viennet dans Journal de Viennet. Pair de France, témoin de trois règnes 1817-1848. Préface et postface par le duc de La Force, Paris, Amiot-Dumont, 1955.

16 Moment d’intense crise sociale, les grèves se généralisent un peu partout au cours du printemps puis de l’été. Moment de crise politique ensuite, les tentatives de régicide se multiplient ainsi que les banquets républicains pour soutenir la réforme électorale. Moment enfin de vives tensions internationales liées à l’envenimement de la question d’Orient.

17 « Nous garderons intact le dépôt sacré de l’ordre et des libertés publiques que la Charte nous a confié » dans discours de Louis-Philippe le 27 décembre 1841.

18 Prosper de Barante note le 27 octobre 1841 : « Le pays a besoin de repos, il aime le statu quo, il tient à ses routines ».

19 Le Duc de Broglie dans une lettre à Guizot en date du premier trimestre 1840 remarque : « Il faut se fabriquer tous les matins une majorité artificielle par des concessions ou des compliments, par des promesses ou des caresses […] ».

20 Louis-Philippe éprouve peu de sympathie à l’égard des doctrinaires trop rigides et trop peu enclins à lui concéder de nouvelles prérogatives. Il possède de surcroît des griefs personnels à l’encontre de Monsieur Guizot, orléaniste rallié et animateur entre 1837 et 1840 de la grande coalition contre le ministère Molé. Tout semble effectivement les séparer (rang, âges, religion, etc.) Avant son retour au gouvernement, Guizot doit d’ailleurs accepter, une grande ambassade expiatoire à Londres entre le 5 février et le 25 octobre 1840, dont la brièveté n’est due qu’à la crise internationale si maladroitement gérée par Thiers. Les relations entre Louis-Philippe et le Maréchal Soult sont plus cordiales, malgré l’antécédent de Cadix en septembre 1810, où le duc de Dalmatie sous les ordres de Napoléon aurait dû tuer le duc d’Orléans. Comment les comprendre ? Tout d’abord, par une proximité de vue évidente liée à leur âge (seulement quatre années les séparent), mais aussi leurs expériences respectives, certes différentes mais au fond convergentes. Ensuite par l’absence de conflits d’intérêts entre eux : son cher Maréchal se consacre exclusivement au service de l’État (ici du Roi) sans appartenir à une quelconque faction parlementaire. Enfin, militaire dans l’âme, il sert son nouveau chef avec fidélité et placidité.

21 L’Abbé Genoude – député légitimiste – ainsi que la Gazette de France sont favorables au suffrage universel masculin depuis 1827. Ils favorisent dès les années 1830 les ententes carlo-républicaines.

22 Guizot crée onze nouvelles facultés dans des villes de province déjà universitaires, plusieurs nouvelles chaires (droit constitutionnel, école d’Athènes), mais abandonne le lancement de ses quatre centres de « rayonnement intellectuel et universitaire » à Strasbourg, Rennes, Toulouse et Marseille, ainsi que l’idée d’un corps d’agrégés ou de campus comme au Royaume-Uni.

23 Lamartine critique ainsi Guizot et son immobilisme le 23 novembre 1842 : « Faire son portrait ? Une borne y suffirait ! ».

24 Aux tableaux de Joseph Désiré Court Le roi donnant les drapeaux à la Garde Nationale (1834) ou de François Gérard Le roi prêtant serment sur la Charte (1834) succède par exemple celui d’Horace Vernet en 1846 qui le représente entouré de ses fils sortant de Versailles à cheval.

25 « Personne ne juge l’état moral de notre temps plus sévèrement que moi […] Mais je crois en ce même temps trois choses : que le mal est curable, que notre politique prolongée peut seule le guérir, que jamais cabinet n’a été plus propre à le guérir. Nous sommes les plus honnêtes gens qui aient gouverné la France depuis 1789 ». Lettre de Guizot à Laure de Gasparin, 4 septembre 1847.

Table des illustrations

Titre TABLE D’ORIENTATION DE LA VIE POLITIQUE SOUS LA MONARCHIE DE JUILLET
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search