Version classiqueVersion mobile

Le centrisme en France aux xixe et xxe siècles : un échec ?

 | 
Sylvie Guillaume

Introduction

Sylvie Guillaume

Texte intégral

  • 1 Le centrisme est en effet au cœur d’un projet individuel présenté à l’Institut universitaire de Fr (...)

1Les actes du colloque organisé à Bordeaux les 25 et 26 mars 2004 sur « Les échecs du centrisme dans la France des XIXe et XXe siècles » s’inscrivent dans le cadre d’un projet individuel1 et de recherches collectives qui regroupent chercheurs nationaux et européens. Ce colloque, qui est centré sur la France, sera suivi d’une manifestation à Paris, au printemps 2005, sur le « Centres et centrisme en Europe aux XIXe-XXe siècles ».

  • 2 Le Comité scientifique des deux colloques est composé de MM. les Professeurs S. Berstein (Sciences (...)

2Le projet a pour ambition, à la fois de combler une lacune dans l’historiographie française, qui a manifesté son intérêt pour les analyses des partis de droite ou de gauche, plus que pour celle des partis du centre et aussi de proposer une synthèse des travaux récents sur le centrisme2.

  • 3 « L’échec » est le thème prioritaire du quadriennal recherche du Centre aquitain d’histoire modern (...)

3La comparaison internationale doit vérifier le phénomène de l’exception française. En effet, le centrisme en France a souvent connu l’échec3. La culture politique française marquée par le conflit et par le clivage droite-gauche hérité de la Révolution française ne reconnaît pas ce qui est ni la droite, ni la gauche. Cependant, l’ouvrage La république du centre de François Furet, Jacques Julliard et Pierre Rosanvallon, publié en 1988, montre que la vie politique française est marquée par un recentrage du discours et de l’exercice du pouvoir touchant les deux partis dominants d’alors, PS à gauche, RPR à droite, qui gèrent les mêmes dossiers dans un contexte de crise économique et qui sont amenés à faire des concessions. Cette évolution serait-elle donc l’expression de la fin de l’exception française ? Ce débat, qui a des résonances dans l’actualité proche des débuts du XXIe siècle, relance la question de l’importance du tropisme du centrisme dans l’histoire politique française.

4La compréhension d’un phénomène complexe, le centrisme, qui touche à l’histoire politique mais aussi plus largement à la culture politique étroitement associée à l’évolution de la société française, ne peut se faire que dans le long terme.

5L’analyse sur deux siècles montre le chemin parcouru du terme « centre » qui est un anachronisme au moment où débute cette étude, sous la Monarchie de Juillet. Louis-Philippe utilise en effet l’expression « juste-milieu » pour définir la nature centriste du régime. Centre et centrisme s’imposent dans la volonté d’une « conjonction des centres » dans les débuts de la Troisième République. La Troisième Force, constituée après le départ des ministres communistes du gouvernement Ramadier en mars 1947, constitue une véritable expérience centriste pendant que la Ve République marquée par la bipolarisation a tendance à annihiler le centre qui, cependant, resurgit avec la tentative Defferre, avec le Centre démocrate ou pendant les premiers mois du septennat giscardien. Les trois cohabitations, en 1986, 1993 et 1997, issues du vote des Français, montrent que la gestion des affaires politiques peut se faire au centre par-delà les querelles partisanes.

6Le long terme suggère bien le caractère à la fois complexe et évolutif des termes « centre » et « centrisme ». Tout centrisme est en effet spécifique à la période de l’histoire durant laquelle il se situe. On ne peut comprendre le « juste milieu » que par rapport au traditionalisme contrerévolutionnaire et à l’idée républicaine, le radicalisme que par rapport au socialisme et au libéralisme.

  • 4 P. Rosanvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985.

7C’est pourquoi, le thème « Les échecs du centrisme dans la France des XIXe et XXe siècles » s’est articulé autour des « moments centristes », inspiré du titre de l’ouvrage de Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot4, qui est un homme du centre de son temps. La notion de « moments centristes » est importante alors même que les centrismes s’inscrivent difficilement en France dans la continuité, alors même qu’il n’existe pas forcément coïncidence entre partis centristes, projets et stratégies centristes. Mais ces « moments centristes » souvent conjoncturels et fragiles, qui se soldent souvent par un échec n’en existent pas moins et sont parfois consécutifs tant les partis centristes ont été associés au pouvoir, alliés à la gauche ou à la droite. Cette configuration pose très justement le problème des marges des partis centristes. Le centre peut être victime des forces centrifuges de droite et de gauche mais il peut aussi bénéficier d’une force centripète. Les moments centristes permettent ainsi d’analyser ces mises en situations à géométrie variable et d’en nuancer les échecs.

8Ils peuvent donner les raisons de l’image très négative du centre et du centrisme qui relèvent souvent de définitions en creux. Le centre, ce n’est pas la gauche, ce n’est pas la droite. Le centriste évolue de la gauche vers la droite au gré des circonstances ou par effet d’ambitions personnelles. Dans une culture politique marquée par le conflit, le centrisme est synonyme de consensus mou et de réformisme opportuniste. Le centrisme ne s’enracine pas dans la culture politique française parce que les partis centristes rencontrent des difficultés à faire prévaloir leurs projets, qui sont pourtant liés à des valeurs fortes comme la défense de l’idée républicaine parlementaire, à l’attachement à la culture libérale ou qui reposent sur la prise en compte des intérêts des classes moyennes. L’échec d’un parti centriste signifie t-il pour autant l’abandon d’un projet centriste lorsque le parti est dans l’opposition ?

9À travers le prisme des « moments centristes », qui se succèdent au fil de l’histoire politique française, apparaissent ainsi les caractères de l’exception française et peut-être aussi de son amenuisement. L’éclairage européen, qui doit donner une analyse globale moins négative du centrisme, surtout lorsque existe une tradition de culture libérale ou chrétienne-démocrate, peut apporter d’autres éléments d’explication de l’exception française. Ce sera l’objet du colloque international de 2005 à Paris.

Notes

1 Le centrisme est en effet au cœur d’un projet individuel présenté à l’Institut universitaire de France dans le prolongement de plusieurs ouvrages dont : S. Guillaume, Les classes moyennes au cœur du politique sous la IVe République, Bordeaux, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997 ; Le consensus à la française, Paris, Belin, 2002 ; Le petit et moyen patronat dans la nation française, de Pinay à Raffarin, 1944-2004, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, sous presse.

2 Le Comité scientifique des deux colloques est composé de MM. les Professeurs S. Berstein (Sciences-po Paris), Ph. Chassaigne (Université de Tours), J. Garrigues (Université d’Orléans), S. Guillaume (Université de Bordeaux 3) J.-M. Mayeur (Université Paris-IV Sorbonne) et H. Möller (Zeitsgeschichte Institut, Munich).
Les organismes co-organisateurs des colloques sont le Centre aquitain d’histoire moderne et comtemporaine (CAHMC), le Centre d’Histoire parlementaire et politique (CHPP), l’Institut universitaire de France. Le colloque à Bordeaux a eu lieu à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, le colloque international aura lieu au Sénat à Paris.

3 « L’échec » est le thème prioritaire du quadriennal recherche du Centre aquitain d’histoire moderne et contemporaine.

4 P. Rosanvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search